Transition énergétique : et le grand gagnant est… le gaz !

C’est l’Europe du gaz qui va se mettre en place sous la pression de l’Allemagne (alimentée par la Russie) et des autres pays européens bientôt alimentés par une noria de méthaniers américains.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Source https://unsplash.com/photos/x7mqPOxuJNw

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transition énergétique : et le grand gagnant est… le gaz !

Publié le 3 mai 2019
- A +

Par Michel Gay.

C’est le gaz, bien plus que les énergies renouvelables, qui répond à la hausse de la consommation mondiale d’énergie. Cette dernière a augmenté de 2,3 % en 2018 selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié mardi 26 mars 2019 qui souligne « une performance exceptionnelle »…

Le marché du gaz naturel, auparavant limité par les possibilités des gazoducs, se mondialise rapidement avec des bateaux transportant du gaz naturel liquéfié (GNL) à travers le monde.

L’âge d’or du gaz naturel (incluant le gaz de schiste)

L’Association allemande des industries de l’énergie et de l’eau (BDEW) a mis en garde sur l’écart en Allemagne entre la capacité de production classique (pilotable) d’électricité (nucléaire, charbon et gaz) et la demande d’ici 2023. Elle a exhorté les décideurs politiques à aider les investisseurs en récompensant les nouvelles capacités pilotables de production d’électricité, notamment le gaz.

Stefan Kapferer, directeur général de BDEW, a déclaré lors du premier jour du salon industriel de Hanovre : « Les nouvelles capacités entrant sur le marché ne suffisent pas pour compenser les diminutions successives du nucléaire et du charbon».

Le gazoduc Nord stream 2 qui relie directement la Russie à l’Allemagne par la mer Baltique doit être mis en service cette année, et Donald Trump milite pour l’export par bateau du gaz américain liquéfié (GNL) vers l’Europe.

C’est l’Europe du gaz qui va se mettre en place sous la pression de l’Allemagne (alimentée par la Russie) et des autres pays européens bientôt alimentés par une noria de méthaniers américains.

Et cette nouvelle dépendance au gaz russe et américain menace la France… si elle continue à vouloir détruire la centrale nucléaire de Fessenheim et 12 autres réacteurs nucléaires.

La Belgique a voté le 2 avril 2019 une proposition de loi qui met en place un soutien aux centrales électriques au gaz par l’intermédiaire d’un « mécanisme de capacité ». Ce dernier rémunère les installations pour la capacité à produire de l’électricité en cas de besoin et plus seulement pour l’énergie produite.

Il faut croire que l’investissement massif de ces deux pays dans les éoliennes et le photovoltaïque n’a pas porté ses fruits…

Le gaz dans le monde

Dans le monde, l’électricité est majoritairement issue d’énergies fossiles, comme le charbon.

Mais c’est surtout le gaz qui ressort grand gagnant des efforts pour la transition énergétique derrière un affichage grandiloquent sur le développement des éoliennes et des panneaux photovoltaïques.

Fatih Birol directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE)  déclare « Il y a trente ans, la part des fossiles dans le mix énergétique mondial était de 81 %. Depuis, malgré la baisse des coûts des énergies renouvelables, malgré les efforts fournis sur l’efficacité énergétique, cette part est toujours de… 81 %. ».

Cette croissance du gaz a une conséquence immédiate sur les émissions de CO2 qui ont augmenté de 1,7 % dans le monde en 2018 dans le secteur énergétique pour faire face à la croissance des besoins en chauffage, mais aussi en climatisation.

Aux États-Unis, la production massive de gaz de schiste a fait baisser drastiquement le prix du gaz qui est venu remplacer progressivement le charbon pour produire de l’électricité. La demande a augmenté de 10 % en un an.

La Chine a lancé en 2018 son plan « ciel bleu » qui organise une transition progressive du charbon (qui encore produit 68 % de son électricité) vers le gaz naturel.

Certes, le gaz émet moitié moins de CO2 que le charbon, note le rapport de l’AIE, mais la hausse des besoins en électricité limite les effets de cette substitution. Les pays d’Asie du Sud-Est et l’Inde continuent donc d’augmenter leur consommation de charbon pour produire de l’électricité.

Et une progression du nucléaire

Le rapport de l’AIE note également une augmentation de la production d’électricité d’origine nucléaire au niveau mondial, avec la connexion au réseau de sept réacteurs en Chine en 2018, et le redémarrage de plusieurs réacteurs au Japon.

En réalité, masquée par les effets d’annonces « vertes » sur les énergies renouvelables, la véritable transition énergétique progresse vers un mix de gaz (émetteur de gaz à effet de serre) et de nucléaire (qui n’en émet pas).

Les proportions entre ces deux sources d’énergies (pour la production d’électricité et de chaleur) seront déterminées par des choix de société, et donc par des décisions politiques (prix, dépendance nationale, sécurité d’approvisionnement, émissions de CO2,…).

 

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • La véritable solution c’est le nuke.
    Les ecolos pourront se taper le cul sur la banquise pour faire des étincelles, la consommation énergétique ne baissera pas.
    Quand on sera accrocs au gaz russe les prix monteront. Les allemands voudraient nous entraîner la dedans pour baisser leurs coûts d’approvisionnement.

    • La consommation ne baissera pas dans le monde mais en europe et plus particulierement en france elle baissera faute de travail faute d’euros.

    • Pas sûr que les prix russes augment car ils chercheront à garder leurs volumes et à démontrer qu’ils sont plus compétitifs que les ricains.
      Dans cette affaire le plus surprenant c’est qu’on a vu venir les importations de gaz américains via méthaniers depuis 3 ou 5 ans en sachant parfaitement qu’il serait beaucoup plus cher que le gaz russe… Les ricains ont tout fait politiquement (menaces etc.) pour empêcher la construction de gazoduc(s) russe(s) et pour contraindre (gentiment) les européens, une main devant disant qu’il était essentiel à leur indépendance énergétique et une main derrière cachant une énorme masse d’arme (façon celle de Sauron dans le seigneur des anneaux) … Et ça a marché comme sur des roulettes.

  • Le gaz est tellement naturel qu’on pourrait y accoller une etiquette BIO.
    Et de toute facon vu la tournure des evenements ,les voitures seront gpl, la chaudiere domestique sera electrogene et comme par hasard le taxateur a oublié le gaz.,le gaz , ressource pratiquement illimitee.

    • @reactitude, le gaz n’a rien d’illimité. Il est issu des mêmes processus naturels que le pétrole et avec la structure de consommation actuelle, sa production commencera décliner vers 2035. Mais le report du pétrole vers le gaz raccourcira ce délai. En France, le temps de transformer notre système énergétique en vue d’une adaptation au gaz, il nous faudra trouver autre chose…que nous avons déjà : le nucléaire

      • Et la methanisation c’est pour les chiens ?
        Et si il y a réchauffement et accroissement du co2 la masse de vegetaux a transformer sera gigantesque pour peu que l’on continue a entretenir notre jardin d’eden en coupant l’herbe les arbres ,organisions notre envirronnement en consequence.

      • Ce n’est pas en 2035, d’où vous sortez ce chiffre?

      • Toutes les études dont je me souviens donnaient un siècle ou deux de plus de réserves mondiales pour le gaz que pour le pétrole. Si vous avez des sources indiquant que ça a changé, merci de les fournir.

      • Avec nos centrales actuelles, le nucléaire est tout aussi condamné que le fossile d’ici moins d’un siècle.
        La ressource qui, au gré des consommations actuelles, dispose du plus grand stock est le charbon ! Hélas…

  • Et si au lieu de subventionner le gaz on arrêtait taxes et subvention à l’énergie ?
    Le consommateur choisirait en toute transparence et liberté son énergie fétiche.

    • tout à fait, plus on subventionne les moyens de production d’électricité, plus la facture finale de l’électricité est élevée…
      suppression des subvention, suppression des taxes et que le meilleur gagne.
      de nos jours, pour faire un investissement dans le domaine énergétique, il faut faire des hypothèses sur la poursuite de la stupidité de la politique actuelle, ce n’est quand même pas normal…

    • Le gaz est subventionne ?
      Je suis ahuri de lire ce genre de chose alors qu’il s’agit simplement de moins de taxes.un taxe on prend, une subvention on donne sans retour

      • https://www.quelleenergie.fr/economies-energie/chaudiere-gaz-condensation/aides-subventions

        Le gaz est bien subventionné, ce qui est cohérent avec l’article. Les pays veulent subventionner le gaz comme il l’ont fait avec les énergies « renouvelables ».

        • Je n’avais pas pense au matériel mais ,il ne s’agit pas de subventions mais d’investissement…pour permettre de consommer moins et donc augmneter les taxes ,ils jouent sur deux tableaux ,moins d’importation tout en preservant les recettes de l’etat.

          • Si l’Etat voulait préserver ses recettes, il n’aurait pas monter un bordel de 4000 pages que l’on nomme, au choix, code fiscal ou code du travail.

            Une loi de base en économie est qu’une taxe simple et faible coûte beaucoup moins cher, tant en gestion (fonctionnaires, etc) qu’en dynamique économique (chômage de masse, fuite des capitaux…).

            Donc le mieux aurait été de laisser les investissements se faire là où c’est le plus rentable. Et vue qu’on avait, avant, les compétences pour faire des centrales nucléaires très performantes et des surgénérateurs de qualité, on aurait tout à y gagner.

            • C’est sans compter sur les lobbys , les petits et les grands , nos bons maitres veulent faire plaisir a tout le monde alors cela s’entasse au fil des ans.

            • donner du travail à plus de fonctionnaires est l’objectif de nos gouvernants, eux même fonctionnaires.

  • Mais alors, on va griller comme des poulets rôtis au four avec tout ce CO2 ❓
    C’estroporrible ❗

    • Et ca ne va pas tarder les vacances a la plage c’est pour bientot. N’oubliez pas vos aromates et votre huile, une demi heure d’un cote une demi heure de l’autre ,arrosez abondament.

  • Il faut croire que l’investissement massif de ces deux pays dans les éoliennes et le photovoltaïque n’a pas porté ses fruits…

    Excellent ! L’opinion publique belge est vraiment celle du centriste dont la main de droite ignore ce que fait celle de gauche…

  • Le gaz n’est pas en elle-même une mauvaise énergie. Mais il faut la pondérer en fonction des risques géostratégiques et de son utilité réelle.

    Le gaz est optimal pour chauffer. Mais utiliser du gaz (ou du pétrole ou du charbon) pour produire de l’électricité est absurde. Cet usage est un immense gâchis de ressources, encore aggravé lorsqu’il est couplé avec de l’éolien ou du solaire pour pallier leur intermittence catastrophique.

    • pourquoi absurde ? c’est relativement facile à installer, très souple d’emploi et ne produit que du CO2 et de l’eau…

      • Il a dit absurde pour produire de l’électricité !

        A moins que vous ne pensiez à de la production électrique individuelle avec en plus de la cogénération ?

        (Ce qui pour moi pourrait être envisageable – si et seulement si on ne taxait pas à mort l’énergie et l’intelligence dans notre beau pays.

      • L’idée est de réserver les sources d’énergie pour les usages où elles sont les plus performantes.

  • Encore une analyse de Michel GAY qui peut étonner mais est bien en «contrepoints» des vociférations écolo éoliennes et photovoltaïques de tous genres… qui elles sont aujourd’hui bien la cause première de nos factures EDF en hausse.

    • Le PV ne pose pas de problème tant que c’est réservé à l’autoconsommation mais devient un gouffre financier collectif quand il faut racheter cette production inutile, en pure perte, antithèse du bien commun.

      Un usage raisonnable du PV consiste à alimenter la climatisation et le chauffage de la piscine l’été, lorsque le pic de production correspond au pic de consommation pour ces usages. L’hiver, au creux de la production des panneaux, l’installation devient presque inutile, incapable de couvrir les besoins.

  • Pour rendre le gaz encore plus intéressant pour le consommateur, il faut faire doubler le prix de l’électricité.

  • Hello, pour ceux qui sont perdu face à la vaste question de l’énergie voici une magnifique vidéo follement didactique et sans parti pris; je vous en prie faites circuler cette vidéo afin que chacun soit informé des enjeux et peux importe ce qu’il pense sur le sujet:

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réputée avoir eu la peau de Superphénix, Dominique Voynet ne fit en réalité que cueillir les fruits de l'inlassable travail de sape accompli par Corinne Lepage durant la décennie 1987-1997. C’est donc à juste titre que la seconde traita la première d'usurpatrice dans les colonnes du journal Le Monde, en juillet 1997.

Toutefois, la plaignante oubliait à son tour de souligner le rôle terriblement efficace que, en tant que ministre de l'Environnement, la toute jeune et fraîche protégée du président Mitterrand, Ségolène Royal, joua dans la... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion dans cet article d’évaluer la profondeur de la relance du nucléaire nécessaire pour assurer l’indépendance énergétique de la France dans la perspective de la décarbonation de l’énergie à horizon 2050, et la solution permettant de financer la prolongation du parc existant et la construction d’un nouveau parc, qui passe par un prix régulé du nucléaire dans cet autre article.

Dans le contexte de la crise énergétique actuelle, le cas de la fermeture de Fessenheim lors de la crise liée au covid est abondamment commenté, y... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles