Les péages vont augmenter pour les véhicules anciens

Augmentation des tarifs des péages : une nouvelle taxe, inventée par l’Europe et qui concerne encore les voitures.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
french toll reims by damian entwistle(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les péages vont augmenter pour les véhicules anciens

Publié le 2 janvier 2021
- A +

Par Pierre Allemand.

Dans le cadre de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la Commission européenne, organisme directeur de l’Union européenne, vient d’autoriser les pays de l’Union à « moduler » (traduire : augmenter) les péages routiers, en fonction de leurs performances relatives aux émissions de gaz à effet de serre.

Ce qui met évidemment en première ligne les véhicules les plus anciens, compte tenu des améliorations importantes apportées dans ce domaine, année après année, par les constructeurs automobiles.

Augmentation inéluctable des péages

Poursuivant l’exécution de son green deal, madame Ursula Von Der Leyen, présidente de la Commission européenne depuis 2019 ajoute encore une bonne couche verte au déroulement de son programme social-démocrate.

Comme bien souvent, les véhicules électriques, objets chéris par les politiques en général, se verront favorisés par les nouvelles règles. En effet, la modulation porte non pas sur les émissions totales occasionnées par le véhicule, en particulier au moment de sa construction, mais seulement sur les émissions générées lors de son utilisation.

Remarquons que les premières équivalent à peu près aux émissions correspondant aux 50 000 premiers kilomètres parcourus par le véhicule. Et observons aussi que compte tenu de sa faible autonomie, le véhicule électrique est plutôt utilisé pour les petits parcours, par définition peu autoroutiers.

Les propriétaires les moins aisés seront les premières cibles de ces mesures. Ce sont eux qui possèdent les véhicules les plus anciens, car ils n’ont pas les moyens de changer leur véhicule chaque année ou tous les deux ans.

Mais c’est une règle générale qui s’abrite derrière des principes fiscaux non publiés privilégiant les impôts portant sur le nombre le plus grand nombre possible de contribuables (ou assiette) pour maximiser le rendement de l’impôt.

Objectif : lutte contre le CO2 ?

J’ai déjà écrit que les efforts de l’Europe dans le domaine de la lutte pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre pouvaient, à la rigueur, se concevoir si son objectif était de devenir le leader mondial dans ce domaine, encore que le prix à payer pour cette promotion apparaît comme démesuré en comparaison de l’avantage à en obtenir.

Mais s’il s’agit uniquement de la résolution du problème des émissions mondiales de CO2, il est important de remarquer que les émissions européennes de GES ne représentent qu’à peu près 10% des émissions mondiales ; donc, si toute l’Europe cessait complètement d’émettre des GES, la réduction obtenue au niveau mondial ne représenterait que 10 % du total, c’est-à-dire pas grand-chose.

Un autre point me paraît important, même s’il n’a jamais été abordé dans les discussions internationales, ces fameuses COP. Et je suis étonné qu’à l’occasion de ces discussions les négociateurs français ne l’aient jamais évoqué, eux pourtant si sensibles à la fameuse égalité.

Voici ce point.

Les émissions de CO2 de la France VS celles de la Chine

Si on veut être raisonnable, il faut d’abord fixer des objectifs ayant des chances d’être atteints. En ce qui concerne les GES, un objectif d’émission ramené, par pays, au niveau de chaque habitant de cette planète me paraît éminemment souhaitable. Par exemple, on pourrait fixer comme objectif à atteindre un certain tonnage annuel d’émission de CO2 par habitant.

C’est aux scientifiques de calculer quel devrait être le chiffre exact, mais une valeur de deux tonnes par an me paraît être un objectif réaliste, puisqu’elle correspondrait à un tonnage annuel mondial de 15,6 gigatonnes de CO2, valeur correspondant à peu près aux émissions annuelles mondiales en 1972 (source).

Regardons maintenant quelles sont les valeurs d’émission actuelles. Les champions du monde dans ce domaine sont les habitants du Qatar avec 30,4 tonnes par habitant et par an (valeur pour 2017). Les USA sont à 14,6 t/an, l’Allemagne à 8,7 t/an, la Chine à 6,7, la Grèce à 5,9, la France à 4,6, Cuba à 2,3 et l’Éthiopie à 0,12 t/an/habitant.

Pourquoi le niveau d’émission de la France est-il si bas ? La réponse est simple : la France a simplement effectué sa transition énergétique il y a 45 ans, en se dotant de 18 centrales nucléaires qui produisent 71 % de son électricité (2018) sans émettre de CO2.

Et arrive donc cette question : si l’on se réfère aux décisions historiques de la COP21 de 2015 via les « Accords de Paris sur le climat » pourquoi donc ficher la paix aux Chinois1 qui émettent déjà 6,7 tonnes de CO2 par an et par habitant et soumettre les Français à des contraintes ruineuses et exorbitantes alors qu’ils produisent seulement 4,6 tonnes ?

La réponse est encore simple : comme toujours, il n’est pas réellement question d’égalité. « Le Vatican, combien de divisions ? » interrogeait Staline en signifiant par là que les avantages étaient toujours attribués aux pays les plus puissants2. On fiche la paix aux Chinois pour le CO2 car ils sont nombreux et puissants. Mais la France ne possédant qu’un seul porte-avions, on tombe à bras raccourcis sur les Français dès qu’ils sont un peu courts sur les performances environnementales annuelles.

La France, déjà bonne élève

Toujours sur le même sujet, les députés européens français auraient été bien avisés de faire valoir le système de production d’électricité (nucléaire) de la France, lequel n’émet pas de CO2, au moment où ont été décidés les plans de réduction massive des émissions européennes de gaz à effet de serre.

En effet, à cette époque, (5 février 2014), le Parlement européen a décidé de réduire drastiquement ces émissions : tout le monde doit réduire ses émissions du même pourcentage, alors que certains pays, dont la France, avaient déjà réduit très fortement leurs émissions en installant des centrales de production d’électricité n’émettant pas de CO2, et avaient donc fait déjà une bonne partie du chemin vers la décarbonation.

Après ce vote, le sort des Français était d’autant plus injuste que l’on sait très bien que les réductions d’émissions sont très faciles à atteindre au début, contrairement aux derniers tonnages.

Malheureusement, les députés votent presque toujours selon leur rattachement partisan et jamais ou presque selon leur pays d’origine, même lorsqu’il s’agit de défendre ses intérêts vitaux. Aucun d’eux n’a donc contesté cette règle injuste des « chacun le même pourcentage de réduction« , alors qu’aurait très bien pu être fixé un objectif commun à atteindre en tonne de CO2 par habitant et par an, ainsi qu’un chemin pour y arriver. Cette règle aurait contraint les pays les plus émetteurs à faire de plus gros efforts.

Les péages en Europe

Pour en revenir à la modulation des péages autoroutiers en fonction des performances environnementales des véhicules, remarquons que les habitants des pays où les autoroutes sont gratuites (Allemagne et Autriche), ne s’en sortent pas gagnants comme on aurait pu l’imaginer.

En effet, les frais de gestion des autoroutes (construction, entretien, fonctionnement) y sont financés par une vignette annuelle, comme en Suisse. La Commission européenne permet à ces pays de moduler son prix, comme pour les péages en France. Donc, dans ces pays aussi les propriétaires de véhicules moins récents seront les plus pénalisés.

La perception de cette nouvelle taxe est intéressante à imaginer. Les sociétés d’autoroutes devront-elles généraliser le péage automatique ? Quoi qu’il en soit, elles seront obligées de modifier complètement le dispositif actuel, en ajoutant par exemple, au niveau des péages routiers, une série de boutons correspondant à la catégorie Crit’Air du véhicule si elles choisissent le système auto-déclaratif.

Si elles choisissent de ne pas faire confiance à l’automobiliste, elles seront peut-être amenées à ré-embaucher des guichetiers, ou alors de robotiser le système en installant un lecteur de vignette Crit’Air à pointage autonome.

Enfin, les sociétés d’autoroute deviendront des percepteurs auxiliaires de taxe (comme pour la TVA). Le ticket d’autoroute devra donc comporter un montant hors taxes, majoré de la TVA ainsi que de la nouvelle taxe qui sera baptisée d’un sigle bizarre mais jamais anodin3(comme la TICPE). Ce pourrait être simplement : TEC (taxe sur les émissions de CO2) ou alors : TUVDL (Taxe Ursula Von Der Leyen).

Dernier point à prévoir : comment sera acceptée cette nouvelle taxe par les utilisateurs réguliers du réseau autoroutier français ? Ne pourrait-on pas voir ressurgir une nouvelle crise gilet-jauniste avec manifestations hebdomadaires plus ou moins cassantes ou fracassantes se traduisant généralement par des distributions de subsides4aux plus nécessiteux ? Les revendications possibles des nouveaux et potentiels manifestants ont effectivement de nombreux points communs avec celles qui avaient motivé les Gilets jaunes aux ronds-points : il s’agit en effet d’une nouvelle taxe, inventée par l’Europe et qui concerne encore les voitures.

Gageons que ce nouveau gadget ne verra pas le jour avant les prochaines élections présidentielles et législatives…

 

Mise à jour, le 12/01/21 :

Comment comptabiliser les émissions de CO2 liées à la fabrication d’un bien ?

 

La question posée est de savoir si les émissions de CO2 correspondant à la fabrication d’un bien doivent être imputées au pays fabricant ou au pays où le bien est consommé.

Remarquons tout d’abord qu’en comptabilisant les émissions effectives de chaque pays, producteur ou consommateur, on n’oublie pas de compter les émissions de CO2 d’un produit fabriqué dans un pays et consommé dans un autre. Cela pour rassurer ceux qui pourraient penser qu’on ne comptabilise pas tout le CO2 émis.

Finalement, imputer la totalité des émissions de CO2 y compris celles correspondant à la fabrication, au produit consommé revient souvent à rendre responsable des émissions le consommateur de ce bien. C’est d’ailleurs l’idée qui se cache derrière ce genre de comptabilité, et qui consiste à culpabiliser le consommateur. C’est un calcul relativement simple mais celui-ci reflète-t-il bien la réalité ? En d’autres termes, la responsabilité des émissions de CO2 est-elle bien distribuée ? Ou, va-t-on dire, en utilisant les termes utilisés dans le milieu médiatique, l’écoresponsabilité des émissions est-elle bien distribuée ? 

Pour ma part, je ne le pense pas. En effet, ce calcul supposerait que le produit par exemple fabriqué en Chine et consommé en France a été fourni gratuitement au consommateur, ce qui n’est généralement pas le cas. Le Français qui a acheté ce bien en provenance de Chine a bien payé son fournisseur.

Le prix payé doit refléter normalement le coût de fabrication en Chine incluant tous les éléments, y compris ceux correspondant aux atteintes éventuelles à l’environnement causées par la fabrication du bien. Le fait, pour le consommateur, de payer le bien exonère, en réalité, celui-ci de toute responsabilité concernant la fabrication du bien, y compris, bien sûr, les émissions de CO2 liées à cette fabrication. Et la responsabilité des émissions de CO2 correspondant à la fabrication du bien doit donc revenir entièrement au producteur. Ce qui signifie que les émissions chinoises doivent évidemment être imputées à la Chine, et pas au pays du consommateur du produit.

Dans ces conditions, il est juste et équitable de comptabiliser par pays et par habitant uniquement les émissions de CO2 effectivement produite dans le pays et aucune autre.

  1. Rappelons à ce sujet que le Président Obama avait félicité les Chinois en la personne de son Président lorsque celui-ci avait annoncé que la Chine continuerait à émettre de plus en plus de CO2 au moins jusqu’en 2030.
  2. Remarquons que l’Histoire a donné tort à Staline à propos de l’influence du Pape.
  3. La TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) a succédé à la TIPP (Taxe intérieure sur les produits pétroliers). La raison en est bien simple : elle ouvre la voie à une future taxe sur l’électricité consommée pour recharger les véhicules électriques. En effet, si le véhicule électrique remplace le véhicule thermique (ce qui n’est pas encore fait selon moi) pour conserver le revenu fiscal, il faudra bien remplacer une taxe par une autre.
  4. Notons à ce propos, que les 10 ou 15 milliards promis par le Président ont fondu et sont devenus seulement environ 4 milliards (Rémy Prud’homme Gouverner c’est mentir, Éditions de l’Artilleur, pp 75 à 80).
Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • C’est totalement débile, n’y a t il pas déjà une taxe sur l’essence et, comme tout le monde devrait le savoir, on consomme moins sur autoroute…. Donc on pousse l’automobiliste à… Consommer plus en désertant les autoroutes !

    • Voyage la nuit, sur des petites routes en mode « contrebande »…
      Le masque noir sur la figure pour ne pas être reconnu type « Zorro ».
      Les plaques recouvertes du voile noir de notre deuil de la liberté.

    • Il va y avoir un moyen beaucoup plus simple: d’une part majorer énormément le coût du contrôle technique pour les véhicules anciens ( âge du véhicule à déterminer, comme l’âge des seniors?), et ensuite, à l’issue du contrôle, refuser lesdits véhicules et donc interdiction de circuler. On espère ainsi relancer l’industrie automobile (?), utiliser des véhicules « propres »(?), et réduire les déplacements ( pour lutter contre le covid sans doute puisqu’il est encore là pour un bout de temps!). Gribouille n’est pas loin!

      • Plus le système sera contraignant et couteux, plus cela encouragera les fraudes.

        Faire un faux macaron crit’air n’est pas compliqué avec les moyens actuels. A mettre juste avant chaque péage à la place du vrai.
        Ce serait difficile et très couteux à contrer: mettre un gendarme à chaque poste de péage devant contrôler les papiers du véhicule et s’y connaitre suffisamment pour attribuer le bon crit’air à chaque caractéristique de véhicule. Ou alors équiper les gendarmes de système informatique en lisant le crit’air en temps réel en fonction de la plaque d’immatriculation.
        Ou demander aux sociétés autoroute de s’équiper d’un tel système qui ne présente pour elle aucun intérêt car couteux, chronophage et risquant, in fine, d’entrainer une baisse de fréquentation. sans parler de donner un libre accès à une société privé à des fichiers administratifs…

        • Non, avec le nouveau système d’immatriculation (SIV) il est très facile de connaître l’année de mise en circulation d’un véhicule.
          Il suffira que les gestionnaires d’autoroute installent un lecteur de plaque (comme c’est déjà le cas dans les parking souterrains par exemple), et le prix se « modulera » automatiquement.

          Restera la question des véhicules électriques/hybrides/hydrogène et autres, qui pour l’heure ne bénéficient pas d’une immatriculation spécifique. Ça viendra sans doute.

          • J’ai bien pensé au système de lecture des plaques mais il y a un joli petit échappatoire par exemple actuellement si vous déménagez et que vous ayez un véhicule ancien une nouvelle immatriculation récente vous sera attribuée !…
            Je ne suis pas certain que le système fera une différence entre un véhicule de 2020 et mon véhicule de 15 ans d’âge réimmatriculé en 2020 .

      • -2? Manquerait-on d’humour chez les commentateurs de Contrepoints? Ce que je décris est déjà en route, sinon appliqué déjà de façon marginale. Un véhicule diesel ancien mais déjà équipé de FAP, ne pollue que très peu en particules, et pas plus au point de vue CO2 qu’un gros 4×4, et souvent beaucoup moins. Perso, je vois surtout que le GVT souhaite que les autoroutes ne soient plus empruntées que par des cyclistes non?

    • Objection, votre honneur ! On consomme plus sur autoroute que sur route.
      Ce qui fait de cette nouvelle taxe un doublon. Comme la taxe au poids d’ailleurs.

      •  » On consomme plus sur autoroute que sur route. »
        Mmmh, en théorie, oui, si vous ne regarder que les vitesses moyennes.

        Cependant, les trajets en autoroute se font à vitesse à peu près stable sans bcp de ralentissements et accélérations à la différence des routes ouvertes.
        Quand vous regardez les caractéristiques d’un trajet (ex Paris-Agen sur Via Michelin), vous vous rendez compte qu’en évitant les autoroutes, votre trajet est certes un peu plus court (d’une 20aine de km) mais bcp plus long avec une consommation de carburant un peu supérieure.
        Et encore, cette modélisation de trajet avec une conduite théorique parfaite, ne tient pas compte de tous les à-coups (freinages et accélérations liés aux conditions de circulation) bcp plus fréquents sur route ouverte.

        De toute façon, cette taxe ne rapportera que très peu car les automobilistes s’adapteront d’une façon ou d’une autre.
        La 2è étape sera de taxer les véhicules plus anciens sur toutes les routes, une taxe Crit’Air aggravée en quelque sorte.

        • Si vous êtes attentif à votre consommation comme il m’arrive de l’être, vous vous apercevrez que dans la vraie vie, pas seulement dans celle des moyennes, le passage sur autoroute se traduit par une consommation supérieure.
          J’ai un diesel qui fait environ 6 l/100 sur autoroute, en roulant autour de 130 km/h.
          Sur route, même en traversant des villages à 50, en m’arrêtant à quelques feux ou stops, en oscillant, au gré du terrain, entre 70 et 100 km/h, je tombe à environ 5 l/100.
          Bien sûr, une conduite quasi-exclusive en ville fera « exploser » la conso, mais entre route (90 max et 70-75 de moyenne) et autoroute (130 max et 115-120 moyenne), il n’y a pas photo.

          • Comme quoi tout depends de la voiture et du chauffeur, moi, c’est l’inverse, 5,6l sur autoroute, 6,5 sur route… Bah je suis du genre pepere, sur autoroute, c’est non stop, autonomie 1400 km sur route 1100, 950 km ça depends de la circulation… A relativiser, en fait la route est plus directe que sur autoroute.. Donc j’ai sans doute dit des bêtises…ou pas.

          • Évidemment, tout dépendant de la conduite de chacun.
            Je vous parlais simplement de l’évaluation effectuée par des sites de calcul de trajets qui se basent sur une conduite « moyenne ».
            Et en « moyenne », pour un même trajet en autoroute versus sans autoroute, même si il y a très souvent qq km en moins quand on ne prend pas l’autoroute, il y a plus de carburant consommé pour le même trajet sans autoroute.

  • « Si on veut être raisonnable, il faut d’abord fixer des objectifs ayant des chances d’être atteints. En ce qui concerne les GES, un objectif d’émission ramené, par pays, au niveau de chaque habitant de cette planète me paraît éminemment souhaitable. Par exemple, on pourrait fixer comme objectif à atteindre un certain tonnage annuel d’émission de CO2 par habitant. »

    comment juger des émissions d’un pays qui emprunte pour consommer?
    comment juger d’unpays qui prétend augmenter maintenant ses emissions pour les diminuer plus tard…?
    On se priverait de certaines possibilités

    la tonne de CO2.deviedrait une espèce de monnaie. mais elle serait soumise au même problème. elle peut être surévaluée ou dévaluée.

    taxer les véhicules anciens c’est d’abord tout simplement NE PAS FAIRE de bilan d’emission de CO2 global.

  • Ce qui est surtout debile, c’est de considerer le c02 comme un polluant alors qu’il est un gas essentiel a la vie sur cette planete et ne controle pas sa temperature.

    • Faut-il rappeler à ce sujet que le certificat CRIT’AIR ne concerne que les émissions de polluants, donc à l’exclusion du CO2 ?
      Il ne peut donc pas être utilisé pour la surtaxe autoroutière dont il est question ici.

    • nos gouvernants/commissaires du peuple se fichent de la pollution : c’est juste un moyen de taxes et d’assujettissement.

  • Décidément ces « limaces poisseuses » du parlement européen n’ont pour seuls génies que de créer des impôts et des normes contre productives.
    Planter des fonctionnaires à Bruxelles il y poussera plus de taxes que de choux.
    Par ailleurs, si nous choyons les chinois, n’est pas parce qu’ils produisent ce dont nous avons besoin au lieu de le faire chez nous ce qui augmenterai notre empreinte carbonée mais créerai de l’emploi? Comme quoi les mythes sont souvent destructeurs.

  • « Malheureusement, les députés votent presque toujours selon leur rattachement partisan et jamais ou presque selon leur pays d’origine, même lorsqu’il s’agit de défendre ses intérêts vitaux.  »
    Cette affirmation démontre que les institutions européennes volent la souveraineté des peuples.
    Les députés européens n’aiment pas leurs concitoyens et encore moins ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une bagnole neuve.
    Cela nous rappelle cette réflexion de Benjamin Griveaux qui disait « les gilets jaunes, c’est la France des fumeurs de clopes qui roulent en diesel »
    C’est ce même mépris de classe qui incite Anne Hidalgo à chasser tous les pauvres de Paris.
    Ces socialistes, que l’on qualifie de bobo, sont simplement des bourgeois qui pratiquent l’entre-soi, comme tous les bourgeois.
    Pour ce qui est de cette nouvelle taxe, on peut déjà parier qu’elle ne sera pas mise en oeuvre et que la France paiera une amende de plus à l’union européenne.
    Si on voulait inciter les « petites gens » à devenir anti-européens, on ne s’y prendrait pas autrement.
    Mais l’union européenne se moque pas mal de l’adhésion des petites gens, puisqu’elle n’est pas démocratique et qu’elle n’a pas besoin de nos suffrages pour se rétribuer grassement.
    Il faudra suivre attentivement les suites du Brexit, si ce n’est pas la catastrophe annoncée pour les Britanniques, d’autres pays pourraient faire le même choix.

    • Le Brexit a débroussaillé le chemin, ce sera plus facile pour les prochains.

      Et pourtant il n’y a pas plus Européen que moi, viscéralement…

      Vive l’Europe, Mort à l’U.E. !

      • Gardons la coalition économique européenne et la libre circulation des habitants et marchandises/capitaux pour peser dans le commerce international et supprimons le reste nocif de l’U.E.

      • L’Europe n’est pas toujours néfaste à l’intérêt des conducteurs. Un exemple parmi d’autres : sans elle, la France aurait encore cette stupide « loi des 100 chevaux » que les motards connaissaient bien !

    • Je pense au contraire que cette taxe a toutes les chances de voir le jour en France. En matière d’automobile, le pire y est toujours sûr.
      La seule chose qui pourrait l’empêcher est un intense lobbying des autoroutes si cette nouvelle mesure devait leur être défavorable ; tout dépendra donc de la manière dont la nouvelle grille de tarifs sera élaborée…

  • Pour moi, la voiture électrique sur autoroute est une abération ècologique. Elle utilise une énergie secondaire qu’il a fallu produire puis transporter jusqu’à la borne de recharge. Le bilan de l’énergie utilisée est donc mauvais, sans compter le bilan ècologique de la batterie et le poids de celle-ci qui induit une plus forte consommation d’énergie.
    Privilégier un tel véhicule sur autoroute me semble totalement contraire au but affiché.

    • Entièrement d’accord avec majobo, le simple bon sens suffit à démontrer l’absurdité des véhicules électriques qui, pour transporter un individu de 70 kg, nécessite 500 kg de batteries.
      Le véhicule électrique ne peut être utilisé que sur des petits trajets et son utilisation massive sur autoroute serait catastrophique, notamment à cause des énormes bouchons occasionnés lors de la recharge qui prend 30 min toutes les 2 heures de trajet !
      C’est complètement surréaliste que l’union européenne n’ait pas d’autres priorités, au moment même où des millions de gens vont perdre leur emploi, notamment à cause de la casse de notre industrie automobile à moteur thermique.
      Mais les députés et fonctionnaires européens continueront d’être bien payés, quoi qu’il en coûte…

      • Sans parler des variations gigantesque sur le réseau en admettant que l’on n’utilise que les superchargeurs de Tesla sur l’ensemble des véhicules électriques…

    • Vu l’autonomie prévisible des voitures électriques, il va devenir plus efficace d’utiliser les autoroutes en vélo la vitesse moyenne de déplacement ( temps de recharge des batteries inclus pour les voitures électriques) deviendra proche pour les deux modes de mobilité.

      • Test en grandeur réelle avec la plus performante des Tesla sur autoroute (effectué par deux joursnalistes) : 250 km d’autonomie à 130 km/h. Si température négative : – 40 % (Chiffre origine Tesla)

        • Donc au mieux, recharge toutes les 2 heures ( temps de recharge rapide chez Tesla?). Quand on sait que les recharges rapides que l’on nous vante réduisent notablement la durée de vie des batteries, par temps froid, il sera plus avantageux de préférer le vélo ( avantage, ça réchauffe sans consommer d’électricité). Ou la voiture à pédales?

  • article intelligent…dont on lit/entend par conséquent très peu les arguments dans les médias.

    Effectivement, -c’est ce que démontre l’exemple français- si l’on voulait réellement réduire les émissions de c02, une quinzaine de centrales nucléaires de dernière génération réparties en Europe nous permettraient d’atteindre aisément les objectifs de réductions de C02 sans les destructions environnementales coûteuses des éoliennes, et sans devoir recourrir à la nationalisation quasi totale de l’économie par l’impôt et la règlementation.

    Et l’absence d’explications rationnelles de cette abherration, que, mis à part les insultes, les silences, et les menaces dont peuvent user nos dirigeants, détenteurs du monopole de la violence, nous attendrons longtemps, ne peut que nous amener à conclure que cette nationalisation est précisément l’objectif poursuivi.

    Le reste, c’est de la propagande.

    • Ce que vous affirmez est faux. L’électricité représente environ un tiers de l’énergie consommée en Europe. En décarbonant l’électricité, il reste les deux tiers de la consommation d’énergie qui serait effectuée à partir de combustion de pétrole et gaz. On serait encore loin des objectifs. La France est comme vous dites un bon exemple. L’électricité y est décarbonnée, mais les objectifs ne sont pas atteinds.

  • Quelle usine à gaz. Au lieu de se focaliser bêtement (religieusement?) sur le CO2, ils devraient plutôt à la qualité de l’air autour des pétons et des cyclistes par exemple.

    • La.qualite de l’air autour des piétons et des cyclistes, mais avec votre masque ça baigne les Pico particules ne polluent plus vos poumons.. Ne pas oublier de le garder à l’intérieur, c’est pire. ?

  • un ministre vient sans doute de bruler au bas mot 100 000 litres de kerosene pour un reveillon en afrique . ca meriterait bien un bilan carbone de la politique francaise .jamais vu un article de prés ou de loin concernant ce sujet . je ne suis pas prés de culpabiliser de devoir aller travailler avec mon vehicule « ancien »

    • Pas. Un ministre le premier alors que le ministre des armées suffit amplement pour partager le rata des officiers.. Les autres ne sont pas invites

  • Ce gouvernement comme ses prédécesseurs joue la carte du punitif à tout va, rien dans son attitude montre une forme même minime d’intelligence sauf avec l’ennemi . . . . de l’intérieur.

  • Encore une usine à gaz (à effet de serre) !
    Pour la « fièvre jaune », nos élites doivent s’imaginer qu’elles sont à l’abri s’agissant d’un moyen de transport, les autoroutes, qu’elles croient peu usité par les pauvres. Rien n’est moins sûr tant les contraintes frappant l’automobiliste deviennent exorbitantes. La goutte d’eau susceptible de mettre le feu aux poudres peut venir de n’importe où, y compris de là où on s’y attend le moins !

  • Exactement! Dans ces conditions, comment ne pas se persuader que tout cela ne vient pas du hasard ou même de la connerie des dirigeants et de leurs conseillers, mais bien d’une volonté d’asservissement des peuples.
    Jadis on disait, en plaisantant à moitié, que si le peuple n’était pas d’accord avec ses brillants dirigeants, il fallait changer de peuple. Les adeptes du gouvernement mondial ont trouvé la solution: puisqu’on ne peut changer de peuple facilement, il n’y a qu’à l’abêtir avec une éducation débile et surtout l’asservir à coups de peurs: peur de cramer tout vif avec le RCA; peur du covid, une méchante grippe qu’on peut soigner si on s’y prend à temps, exception faite sans doute, pour ceux qui ont une espérance de vie qui se compte en semaines ou mois.

  • Ces salauds de Gilets Jaunes smicard osent parfois quand ils ont économisé quatre sous ,prendre l’autoroute avec leurs vielles bagnoles.
    Il Faut que ça cesse !
    Ils se consoleront en pensant que
    « La Lacombe » (Sans qualificatif, gaffe a la censure) a reçu la légion d’honneur !
    Bof c’est payé par Big Pharma, indirectement, enfin c’est aussi nos impôts ….
    J’arrête j’ai envie de vomir.

    • Quand tu as une vieille bagnole les autoroutes tu ignores le remorquage réparation est prohibitf.. Tout dépend de ce qu’est une vieille bagnole, 1 an, 2 ans ? Vu les normes 2021 c’est 1 jour. Les normes sont impossibles à obtenir dans le réel !

  • Ce genre d’article est agaçant, même s’il est justifié, car on ne peut rien prouver avec. Avons-nous les débats sur la raison politique de ce projet ? des quantifications, une position contradictoire ? C’est socratique, j’en conviens, mais à titre personnel, je refuse d’ingurgiter du catastrophisme à tout moment. La description de la situation confine à l’absurde, nous sommes d’accord, mais pourquoi tous les gouvernants européens s’engagent-ils dans une voie qui conduit au désastre ?
    Il et certain que d’immenses intérêts sont en jeu qui dépassent les vermisseaux que nous sommes et que notre premier devoir est de lutter contre cette aristocratie de l’arrogance. Or, Mme VDL a tout de même eu sept enfants, elle a le sens de l’avenir de sa famille. Quelle peut être l’influence qui la pousse à mettre en jeu la vie de ce qu’elle doit avoir de plus cher ? Macron est une petite pointure, un discoureur vain quoiqu’intelligent, et on en parle beaucoup sur ce mode: où est le lien ?
    Alors, concentrer tous les arguments sur le seul sujet de l’automobile me paraît dangereux car n y concentre tous les rêves, tous les fantasmes et toutes les frustrations des conquêtes sociales incomprises ou mal assimilées.
    Ceci ne contredit pas l’estime que je peux avoir pour l’auteur qui a un sens étonnant de l’investigation et de la synthèse.

    • 7 enfants…. Ça explique tout, elle n’est pas’du monde des vivants mais des esclaves de monsieur, elle a un vengeance à appliquer au monde des vivants libres.

    • C’est purement électoraliste.
      Les européens ont peur, peur du CO2, peur du covid, peur de tout, peur de vivre.
      Peuple de vieux sur le déclin.
      Les politiques vont dans le sens du vent, juste pour être élus.
      Ce sont des incultes ; ils ne comprennent même pas la différence entre énergie primaire et énergie secondaire.
      Alors, voilà, c’est le concours Lépine des mesures débiles et inefficaces.
      Vraiment, ras le bol de ce cirque.

    • je crains que madame VDL ne soit qu’une marionnette, du même niveau que notre président…

  • Le « pauvre » avec sa voiture pourrie ayant passé le contrôle technique on se demande comment prend la nationale lorsqu’il doit voyager…

  • Imaginer que le nucléaire qui représente 70 % de l’électricité qui représente environ 15 à 20 % de l’énergie globale consommée en France suffit à expliquer pour quoi nous serions le bon élève relève de la pure escroquerie.
    Si nous sommes de bons élèves, c’est pour des raisons multiples, dont notamment le fait que nous sommes profondément désindustrialisés, et que de la sorte, le co2 correspondant à notre mode de vie est pour une bonne partie produit par les pays industriels.
    Pour le reste, c’est l’évidence que nous n’avons quasiment rien à faire de plus dans l’état actuel des choses que nos voisins, mais les écolomerdes tiennent les débats…

    • propone devrait diriger sa rancoeur vers les vrais « escrocs »!

      Il est évident que cette consommation d’énergie nucéaire (tout n’étant pas égal par ailleurs ici) est appellée, avec une politique volontariste de construction de nouvelles centrales, à augmenter de plusieurs pourcents vers le hauts et que vous arrivez beaucoup plus vite qu’avec aucune autre méthode, à de l’énergie « décarbonnée » SANS exproprier massivement l’ensemble des individus!
      Et ce d’autant plus si la croissance économique reprend en Françe (ce qu’elle a beaucoup plus de chance de faire avec moins/peu d’expropriation) car « l’effet nucléaire » en sera encore renforcé.
      En appellant « escrocerie » une politique qui offre relativement moins de prétextes aux politiques pour réduire les libertés individuelles, vous vous priver sans raison d’un argument important.
      Bien sûr, il s’agit de deux politiques dirigistes qu’un libéral, sur le principe, doit rejeter éaglement, mais entre deux maux…

  • les portiques seront-ils de retour ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Carroll.

Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n'êtes pas seul. Les prix de l'essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.

Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d'autres. L'impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et les plus connus.

Mais il existe de nombreux au... Poursuivre la lecture

Depuis le 1er janvier 2022, les fournisseurs d'accès internet et opérateurs mobiles (Orange, Bouygues, Free et SFR) doivent communiquer aux consommateurs les émissions de gaz à effet de serre en lien avec leurs usages internet et mobile. Mais attention, sur-informer rime aussi avec danger !

Oui, Internet ça pollue !

À destination des abonnés (soit tous les consommateurs français), cette information doit servir un objectif de « sensibilisation à l'impact de leur activité et leur consommation numérique sur l'environnement et le climat »... Poursuivre la lecture

Par Jon Hersey. Un article de la Foundation of Economic Education

Fionn Fereira a grandi sur la majestueuse côte sud de l'Irlande, mais à l'âge de douze ans, il a remarqué un étrange reflet dans l'eau. Il était causé par les microplastiques, de minuscules particules de plastique ne dépassant pas 5 mm de long, et dont personne ne savait comment se débarrasser.

Ces microplastiques correspondent à la fin du cycle de vie connu des produits en plastique omniprésents dont nous sommes devenus dépendants : bidons de lait, récipients à c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles