L’avenir des voitures électriques ? Un leurre futile et coûteux

L’Allemagne sacrifie son haut niveau de compétence en conception des moteurs pour un avenir électrique, qui selon le Professeur Wellnitz, ne fonctionnera jamais.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
The electric car by David Megginson(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’avenir des voitures électriques ? Un leurre futile et coûteux

Publié le 29 décembre 2019
- A +

Par Pierre Gosselin.
Un article de NoTrickZone1

Le professeur Jörg Wellnitz de l’Université technique d’Ingolstadt a fermement pris position contre le développement des voitures électriques en considérant qu’il s’agit d’un « rêve futile », avis partagé par de nombreux autres spécialistes.

Wellnitz a ainsi déclaré que « la mutation sans compromission possible vers les véhicules électriques est aussi stupide que d’affirmer qu’elle aurait un quelconque effet discernable sur le climat de la Terre« .

Avec de telles déclarations le professeur de génie mécanique a marché sur les pieds de beaucoup de gens. La « e-mobilité », entendez les voitures électriques, est devenue une question de foi : « ou bien les peuples croient au diable CO2, destructeur du climat, ou bien ils n’y croient pas » .

Transition énergétique : d’énormes coûts pour un bénéfice nul

Le climatologue danois Björn Lomborg, observant à quel point l’Allemagne s’est lancée dans l’énergie verte tête baissée, n’a pu que regretter ce gigantesque gâchis, ajoutant que si l’Allemagne dépense encore 43 milliards d’euros pour réduire les émissions de CO2, il en résultera un effet sur le réchauffement global à peine égal à 0,01 degré.

Suicide industriel de l’Allemagne

Pour Wellnitz les objectifs ambitieux de développement des voitures électriques aboutira à une chute des ventes des fabricants de voitures à combustion interne, et, certain que cet objectif ne pourra pas fonctionner, il conduira au suicide économique de l’Allemagne et aussi à une catastrophe climatique.

Il faut proposer aux consommateurs ce qu’ils veulent, des voitures avec des moteurs diesel efficaces et propres, s’appuyant sur le fait que seulement 8 % des émissions de CO2 sont le fait des voitures automobiles.

Il est trop facile de « politiser » le CO2

Pour cet expert le CO2 n’est pas un gaz « tueur du climat » mais un gaz vital, un gaz très aisément politisable :

« Il est facile d’insister sur ce point, tout le monde comprend ce que cela signifie et on peut en mesurer les effets immédiatement, du moins c’est ce que tout monde croit. Pourtant des études récentes ont montré que si la teneur en CO2 dans l’atmosphère doublait, ce qui est peu probable, le réchauffement global qui en résulterait ne serait que de 0,4 degré. »

Et d’ajouter que

« s’il y a un effet de serre il est là depuis longtemps. D’autres gaz comme le méthane, les oxydes d’azote et les CFCs sont beaucoup plus nocifs pour le climat, mais on s’est focalisé sur le CO2 pour diaboliser les voitures à combustion interne. »

Nous devons renoncer à notre cher confort

Le professeur de génie mécanique affirme également qu’une Europe « climatiquement neutre » est impossible tant que nous faisons fabriquer nos produits par la Chine ou l’Inde et également tant que nous ne changeons pas nos habitudes de consommation, habitudes qui doivent être modifiées radicalement si nous voulons atteindre cette neutralité carbone.

En langage clair cela signifie que nous devrons renoncer massivement à notre cher confort. Wellnitz réagit aussi avec une certaine incompréhension sur le fait que des « ambassadeurs climatiques de 15 ans » qui ne savent même pas ce que signifie CO2 encouragent leurs parents à aller planter des arbres dans la joie avec leurs gros SUV.

Commerce moyen-âgeux des indulgences

Wellnitz rappelle que le commerce du CO2 (certificats ou droits à émettre du CO2) est devenu une question de foi qui ressemble étrangement au commerce des indulgences au Moyen-Âge.

Pour lui il est plus logique de se préparer à un réchauffement climatique de deux degrés et la pénurie d’eau2 deviendra un problème majeur pour les décennies à venir, problème qui est beaucoup plus difficile à résoudre que celui des combustibles fossiles.

L’Allemagne sacrifie sont haut niveau de compétence en conception des moteurs pour un avenir électrique, qui selon le professeur Wellnitz, ne fonctionnera jamais.

Sur le web

  1. Traduction par Jacques Henry.
  2. Contrairement aux idées reçues le réchauffement du climat ne conduira pas à des sécheresses catastrophiques mais au contraire à un accroissement des précipitations en raison d’une plus importante évaporation des océans.
    Cela a été clairement démontré en étudiant les chroniques du Moyen-Âge relatives à la production agricole en Europe au cours de l’optimum climatique médiéval alors que les températures moyennes étaient de plus de 1,5 degré supérieures à celles de ces vingt dernières années.
    A contrario un refroidissement du climat tel qu’il est annoncé par de nombreux géophysiciens provoquera des épisodes de sécheresse prolongée puisque l’évaporation des océans diminuera. Cela a été également démontré clairement avec l’étude des paléoclimats.
Voir les commentaires (80)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (80)
  • Et comme l’allemagne pèse lourd sur l’europe on va prendre le meme chemin ..
    Alors que la solution semble etre la pile a combustible, son gros défaut c’est de ne pas pouvoir la taxer facilement..

    je me pose une question , que deviendrait la TIPP si les français adoptaient en masse
    la solution électrique=====>>>> ne vos inquiétez pas on vous loue les batteries

    • La pile a combustible ,c’est chouette mais ça n’avance pas,il faut du combustible et fabriquer ce combustible…la batterie rechargeable est un système bien plus élégant et d’avenir et on maîtrise la production d’électricité bon marché

    • Ils ont pensé à tout

      • Sans conteste le moteur électrique bat à plat de couture le « carnot », y compris au plan propreté, entretient, bruit, reprises frein moteur, boite de vitesse simplifiée, marche arrière purement électrique (inversion des pôles), poids et encombrement réduits malgré l’électronique de pilotage, durée de vie nettement supérieure (pour autant qu’on ne mette pas de roulements à billes « patatoïdales » pour jouer sur l’obsolescence avancée) etc . . . Maintenant c’est l’énergie le bât qui blesse : battery or hydrogen et à quels coûts ?

        • Pour les roulements billes(plutôt aiguilles) il ‘suffit de choisir une bonne graisse qui dure ou de la changer toutes les 500 h .

          • changer la graisse des roulements toutes les 500 heures ..soit toutes les 3 semaines..n’importe quoi..il y a belle lurette qu’on ne remplace plus la graisse des roulements, ils sont graissés à vie mis à part pour les très grosses machines de plusieurs MW

            • Vous n’avez pas compris qu’il ne se déplace qu’avec son camion de 400 tonnes ❓

            • Je ne parle pas sans expérience vécue ,une pompe de piscine bloquée….par un roulement dont la graisse a séchée…500h en bagnole cela fait 50 000 km a 100 kmh…pas aussi farfelu qu’il le parait …et c’est la norme de révision pour pas mal de machines tournantes genre tondeuses ou tracteurs agricole !

  • Notre professeur est bien trop sûr de lui pour prendre en compte son avis.
    L’électricité EST le seul avenir possible pour la voiture ,pas pour sauver le cimat mais votre pognon. Le petrole ne sera pas éternel !
    Oui les reserves sont encore importantes mais sa consommation ne peut qu’exploser si les pays émergents , émergent.
    Si l’Afrique s’industrialise elle ne sera plus exportatrice ,il nous restera quoi ,a nous pauvres européens ?

    • Comme si les chars à boeufs avaient été remplacés par les automobiles suite à une grande vision étatique mondiale inspirée comme quoi les boeufs étaient mortels !
      Il me semble que vous avez un problème avec les adjectifs possessifs. Il ne s’agit pas de « notre » professeur, mais d’une position qu’il exprime et que vous pouvez, si vous vous en sentez capable, contester. Surtout il ne s’agit pas de sauver « notre » pognon, mais de préserver, pour lui, celui que l’état considère comme le sien et nous confisque avant même que nous ne l’ayons reçu !
      Peut-être un jour le pétrole sera-t-il trop cher pour être compétitif face à d’autres sources d’énergie. Mais peut-être aussi seront-ce d’autres sources d’énergie qui seront meilleur marché que le pétrole et qui prendront sa place. Réglementations, taxes et subventions sont en fait le meilleur moyen de faire obstacle à l’apparition de substituts bon marché, commodes et efficaces, et de défendre la connivence et la corruption que le progrès pourrait mettre en danger.

      • La voiture ,toutes électriques, n’est pas pour demain mais il faut s’y préparer…sans doute pas en décrétant des dates butoirs du genre 2030 ou 2050 ,plus de moteurs a explosion , avant plus de diesel etc . La méthode est contestable mais nos gouvernements sont tous les jours de plus en plus illégitimes pour décider quoique ce soit.
        Pour ma part , le meilleur choix technologique actuel est l’hybride rechargeable pour une seule raison qui m’est propre ,je ne fais que de très courts trajets donc , au starter ,consommation maximum . Évidement , ce choix est uniquement financier ..et pour mes 3000 km/ an ,une vieille occase me suffit ,hybride serait parfait..si j’avais confiance dans la batterie et je n’ai pas encore confiance.
        Mais , j’ai un neveu qui a opté pour du 100% électrique pour ses trajets boulot..et seconde voiture diesel évidement. C’est paraît il très très rentable,il est comptable , je veux bien le croire.

        • Pour les autres sources alternatives ,il n’y en a pas ,l’hydrogène est du pipeau et les imitations d’essence ou de gazoil aussi…reste le ‘gaz….

        • la voiture électrique a plus de 100 ans…
          mais on cherche toujours de meilleures batteries…

          qu’entendez vous par meilleurs choix technologique pour vous par exemple…??

          on fait rarement des choix dans la vie sur l’aspect technologique mais sur les performances …

          on a un problème essentiel quand on aborde le coût des véhicules ..c’est la taxation..
          ce n’est pas marginal ici, c’est l’essentiel!!!

          on peut dire que le choix éventuel de l’électrique sera..fiscal.et politique.

          • Un exemple de lobbying est sans doute d’avoir toujours des batteries au plomb dans nos bagnoles alors que le ‘passage au lithium est tellement évident.idem pour ces multitudes d’accus de merde ou ces piles jetables..les industriels sont casaniers ,ils n’aiment pas le changement mettant leur outil a la poubelle.
            Le progrès est toujours en lutte avec l’existant et on en paie le prix fort.
            Mais comme je le disais dans un précédent post ,le marché décide..enfin les industriels décident ce qui est bon pour nous..et pour eux.
            Pour les batteries de bagnole, pour en baisser le prix il faut investir c’est tout pour en baisser le prix..et détruire l’existant qui rapporte malgré tout…
            La taxation…est tellement banale qu’elle n’a plus d’importance par contre la surtaxation…..induit des changement de comportement , non ils ne surtaxeront pas la voiture électrique ,subventionnée actuellement .

            • que dire…

              allez y ..vous allez faire fortune..
              ou pas…
              car vous prenez un peu beaucoup les gens pour des imbéciles…

            • Les batteries au plomb ont leurs avantages. Faible coût, puissance massique élevée. Oui, puissance massique élevée, ce qui n’est pas pareil que capacité élevée. Et pour faire démarrer un moteur thermique, on a besoin de puissance, mais pas de beaucoup de capacité.
              Ceci dit, les batteries haute puissance lithium progressent, et finiront par remplacer toutes les batteries mobiles.

      • Il paraîtrait que les bœufs ont été remplacés par l’automobile pour sauver le climat.

        Il s’agissait de remplacer le méchant méthane que pétaient les ruminants par le vertueux CO2, nourriture de base de nos végétaux…

      • Votre certitude sur l’electrique est assez comique.
        Je fais 2000 kms par semaine avec une voiture diesel dont la différence de pollutionavec l’electrique reste à vérifier compte tenu des problèmes de fabrication des batteries.
        Quant à l’économie prenez en compte la facturation des batteries plus la facturation des recharges plus le temps perdu a recharger…d’autant plus que les stations de recharges sont en nombre nettement insuffisant.
        Ne soyez pas triste si je vous dis que je viens de racheter un bon diesel pas si polluant que vous pouvez le penser mais je l’ai acheté dans un pays libre où les bonus malus n’existent pas….

        • Au début de la voiture il y avait peu d’élus financierement aptes a les acheter.
          La batterie est un faux problème , on arrivera à faire baisser son prix lorsque marche le permettra.

          • Il est évident que si le coût des batteries baisse un jour, l’état y verra une occasion de les taxer de manière que le prix public ne baisse pas.

          • La pollution ….moi aussi je roule en diesel ,la pollution n’est qu’un argument de propagande pour nous faire aller droit….dans le mur si ils font ce qu’ils disent…m’enfin quitte à aller dans le mur profitons des promotions payées par d’autres

        • Dans VOTRE cas, le diesel est pertinent. Mais en ville ? Pour les courts ou moyen trajets ? Pour les petits et moyens rouleurs ? (et ils sont nombreux).
          Un autre secteur qui avance très vite et plus discrètement, ce sont les bateaux électriques (sans équipage en plus), et c’est une bonne nouvelle.

          • Les bateaux électriques ? Vous voulez parler des sous-marins nucléaires ?

            • Porte-conteneurs (sans équipage) sont parfait pour être équipés de moteur à hydrogène par exemple, risques très faibles de collision, et adieu les marées noires. Des sociétés comme Konsberg, Yara ou Port d’Anvers investissent ce domaine.
              J’ai cru lire une moquerie avec les sous-marins, heureusement, je sais que vous ne vous jouez pas à ça.

              • J’imagine que vous n’avez jamais fait de stage embarqué sur un navire marchand… L’idée du porte-conteneur sans équipage est parfaite pour obtenir des subsides des fonds de recherche européens, elle ne tient pas 5 minutes auprès de quelqu’un qui sait ce que c’est que de naviguer au commerce et comment les naufrages (ou simplement les pertes de conteneurs) surviennent.
                Et non, je ne me moque pas, j’essaie simplement de vous inviter à réfléchir plutôt qu’à rechercher à chaque réalité une opposition contestatrice, comme si vous étiez un « journaliste » moderne : « Eh, Coco, il faut interviewer une jeune colorée favorable aux grévistes maintenant que tu ne m’as apporté que des micros-trottoir de vieux blancs qui leur sont opposés ! »

                • Pages 102 à 106 du dernier Science&Vie : « Véhicules autonomes, les bateaux d’abord ». En 2012, la Commission européenne s’est penchée sur la faisabilité des vaisseaux sans équipage via le projet Munin.
                  Selon Wiki : « Le projet a été subventionné par l’Union européenne1. Les recherches ont débuté le 1er septembre 2012 et se prolongeront jusqu’au 31 août 2015, bénéficiant d’un fond de 2,9 millions d’euros.
                  Le projet bénéficie de la collaboration de 8 partenaires impliqués dans l’industrie technologique et/ou maritime, à savoir :
                  Aptomar
                  Marine Soft
                  University College Cork
                  Hochschule Wismar
                  L’École Polytechnique de Chalmers2
                  Le centre de logistique maritime Fraunhofer
                  L’institut norvégienne de recherche en technologie maritime « MARINTEK »
                  Marorka3

                  2,9 millions d’euro. Hum.. pas lourd lourd… Kongsberg, leader norvégien dans le domaine (et qui fait aussi du spatial et aéronautique) pèse 2,5 milliards d’euro. Le groupe YARA (qui pèse 10 milliards d’euro) entend remplacer 40.000 trajets annuels en camion par un petit cargo, le Yara Bierkenland, qui serait en 2022 le premier porte-conteneurs 0 émissions.
                  L’agence européenne pour la sécurité maritime attribue 66% des accidents entre 2011 et 2018 à une défaillance humaine.
                  Il est déjà indiqué aussi qu’un bateau ainsi automatisé pourrait être piloté à distance si besoin.
                  Je pense que ces groupes, et bien d’autres, s’en battent largement la zone entrejambière des subsides européens.
                  Parce qu’il y a du pognon à se faire. Sans équipage, c’est plus de place et moins de contraintes.
                  Si vous dites « impossible de faire des bateaux autonomes » alors qu’ils sont logiquement beaucoup simples à concevoir que des voitures autonomes, ben vous dites que les voitures autonomes sont impossibles.
                  Vous saviez que plusieurs métro dans le monde n’ont plus de conducteurs ? Des gens ont dù dire « impossible ! » il y a 30 ans.
                  Pour le nucléaire, certains réfléchissent à des mini-réacteurs civils, comme ici : https://www.capital.fr/economie-politique/nucleaire-les-centrales-de-poche-vont-elles-sauver-la-filiere-1331474
                  Bien à vous.

                  • Je ne lis guère Science&Vie, il m’est arrivé d’y écrire et je sais donc ce que ça vaut… Mais je ne suis pas ignorant dans le domaine, pour avoir fait, moi, le stage embarqué que je continue à vous recommander, pour avoir conduit des projets Européens avec Marintek, Cork, Chalmers, le Fraunhofer, ou pour avoir eu d’excellents amis chez Kongsberg et à Norsk Hydro du temps où c’est ainsi que s’appelait YARA. Contrairement à vous, je ne souhaitais pas me montrer condescendant ou faire état de cette expérience dans le genre argument d’autorité, et je déplore de devoir rappeler ces qualifications, mais vos certitudes personnelles appellent une réponse.
                    Manifestement, vos commentaires sont « hors-sol », et leur formulation est de plus déplacée, limite insultante. Je rappelle que l’équipage d’un navire passe la plus grande partie de son temps à éviter des pannes, des accidents et des naufrages, et que ce temps passé ne se remplace pas par la disparition de l’équipage au profit d’une IA, même si les cas où cet équipage ne parvient pas éviter en fin de compte des accidents restent nombreux dans l’absolu.
                    Ah, et pour les mini-réacteurs nucléaires civils, je me souviens de discussions avec Statoil et Norsk Hydro, justement, le DNV et le BV, du temps où il s’agissait d’équiper les champs pétroliers offshore de mer du Nord et de mer de Norvège. Mais évidemment, vous savez mieux que personne pourquoi nous avions tort !
                    Ah aussi, et jusqu’ici, j’ai essayé de rester poli avec vous, mais ma patience arrive à son épuisement…

                    • Si vous aviez dit ces qualifications/expériences, cela aurait été plus simple, non ?
                      Mais cela ne m’empêche pas d’avoir mon opinion personnelle. Vous êtes dans le secteur, vous avez votre avis sur la question; mais pour une personne comme vous, il existe au moins un de l’avis contraire.

                    • essayez juste de réfléchir plutôt que de lire une presse qui désormais est militante!!!

                      et toujours ce penchant pour l’argument d’autorité….

              • J’ajoute que si les chaudières nucléaires des porte-avions et des sous-marins nucléaires n’ont pas été généralisées au commerce civil, ça n’est ni pour des raisons techniques ni économiques…

      • dans les années 50, le charbonnier du village livrait le charbon et le bois de chauffage avec un camion électrique qui ne pouvait même pas charger son propre poids en matériaux.
        Je reste à penser que depuis, de nombreuses études ont été menée nous amenant à constater que le véhicule électrique c’est juste de la daube pour BoBos parigots.
        J’adore l’article qui met bien les poins sur les »is ».

  • entre les récalcitrants à la voiture électrique et les ceusses qui n’ont pas les moyens de se l’acheter , et dieu sait si ils sont nombreux , surtout dans des grands pays à forte population , j’oserai dire que les bagnoles , diesel, essence etc ont encore quelques bons jours devant elles ; et le monde n’en sera pas plus pollué qu’il ne l’est à ce jour ;

    • @vera Sauf s’ils se débrouillent pour rendre la voiture à essence, diesel encore plus chère que l’électrique! Et ils sont bien partis pour ..

    • les gens ne sont pas récalcitrants envers les électriques..ils doutent..ils doutent de la fiscalité..du prix des batteries..de la possibilité de recharge..etc…
      et n’ignorent pas que, compte tenu que le prix du diesel c’est surtout de la taxe, les avantages d’un mode par rapport à un autre est soumis aux lubies des politiciens.

  • Le scandale est la distortion du marché par l’Etat français par exemple. Tous les contribuables, même les moins fortunés doivent cracher au bassinet pour que des bobos plein au as achètent des voitures très chers (le véhicule électrique est beaucoup plus cher que l’atmosphérique) subventionnées. Si ça, c’est pas dégueulasse!

  • Y aurait-il encore une possibilité de blasphème en Allemagne ? ou le professeur Jörg Wellnitz va-t-il être mis au banc de la société, privé de publication, de budget, d’avancement… En tout cas bravo d’oser affronter les nouveaux dogmes.

    • Ils sont plus nombreux qu’on ne le pense – ou plutôt : que ne nous le disent les médias aux ordres – ceux qui remettent en cause la prétendue urgence climatique : les plus de 700 scientifiques qui ont écrit au Secrétaire général de l’ONU dernièrement, les 91 scientifiques italiens ayant signé une pétition dans ce sens, les plus de 30.000 scientifiques américains doutant du caractère catastrophique du CO2 émis par les activités humaines, etc etc etc.

      Tout récemment encore le Prince Michael de Liechtenstein a écrit un papier remarquable intitulé « Adieu liberté, adieu démocratie, adieu État de droit » : à lire sur le site Geopolitical Intelligence Services ou celui de l’Association des climato-réalistes.

      Je crois que plus l’escroquerie du « renouvelable » va éclater aux yeux (et aux portefeuilles) des gens, et plus la contestation se fera entendre. Le risque non négligeable, dans notre Europe en état de décomposition démocratique avancée, étant que nos dirigeants mettent en place des mesures liberticides radicales pour faire taire les avis divergents, toujours au nom de cette fumeuse « urgence climatique ». La propagande massive à laquelle nous sommes soumis – via les médias mais aussi l’école, formidable moyen de formater tout en les abêtissant les esprits des futurs citoyens – vise à cela : nous faire accepter avec reconnaissance la perte de nombre de nos libertés. Une société orwellienne réclamée à cor et à cris par la population, le rêve pour les apprentis-tyrans de tout poil !

  • Le petit dernier commentaire. La petite note 2 du bas est importante. Réchauffement, refroidissement ?? L’un suivant l’autre peut-être plus certainement. En tout cas, il serait peut-être plus intelligent de s’y préparer plutôt que d’essayer de les empêcher. Ce dernier combat ( si tant est que ?) est de toutes les façons déjà perdu.

  • Enfin un peu de bon sens dans ce monde de brutes ! Merci professeur Wellnitz !
    La voiture à moteur thermique, c’est la liberté et c’est ça que les États veulent nous enlever. L’électrique, la voiture autonome et le toutim ne sont que des fables pour nous faire renoncer à la liberté. Point barre !

  • Personnellement, cela m’amuse beaucoup.
    En effet je serais curieux de voir le jour où l’une des ces brelles du gvt se sera blessé comme Chumacher dans un endroit difficile et que l’on expliquera à ce bobos parigot que hélas il n’y a que des voitures diesel pour aller le sauver mais que malheureusement grâce à l’intelligence supérieur des gouvernants les ayants INTERDIT……, et bien da! pineutse, nous les secours obéissons à la lois, et donc ils n’auront que ce qu’ils méritent cad d’explorer leur intelligence vitesse grand V, sinon de crever.

  • le jour où l’armée aura des chars d’assaut ou des avions de chasse électriques, je réfléchirai à acheter une voiture électrique.

  • Sauf miracle, la voiture tout électrique restera une impasse tant que la question de la source d’énergie mobile ne sera pas résolue. Les voitures électriques ne produisent pas leur énergie, contrairement aux véhicules à moteur à explosion, et nécessitent l’emploi de batteries dont les performances de stockage sont 60 fois moins performantes que les carburants liquides. Il y aurait bien l’hydrogène mais, pas de chance, il n’est pas disponible à l’état naturel, se révèle très coûteux à produire et impose des contraintes difficilement surmontables. Reste le nucléaire miniaturisé embarqué sous le capot. Autant dire que ce n’est pas pour demain, ni même pour après demain. Finalement, l’hybridation électrique/pétrole, avec une autonomie électrique stockée suffisante pour la plupart des trajets en ville (environ 50 km), paraît le compromis le plus intelligent pour ce siècle.

    A propos des craintes de sécheresse, il est surprenant qu’on dépende encore aujourd’hui de pluies aléatoires pour nos besoins en eau. A de nombreux égards, notamment la question de l’eau, nos sociétés apparaissent encore très primitives. Au lieu de dépenser notre précieux argent dans des éoliennes inutiles, nous aurions intérêt à le consacrer au dessalement de l’eau de mer et à un réseau d’aqueducs pour alimenter l’ensemble du territoire. Certains pays l’ont compris et montrent la voie à suivre.

    • Le nucléaire dans la voiture ,le retour de la machine a vapeur…..
      Je rigole mais nos centrales nucléaires n’ont pas vraiment évoluees depuis et ne sont donc pas une révolution attendue pour le XXI ème siècle
      Pour l’eau ,tu as raison, c’est incompréhensible qu’il n’y ait pas d’interconnections , les romains et même bien avant ces réseaux existaient déjà a l’échelle de l’humanité de l’époque .

    • Et on verra les fleuves couler de l’embouchure vers la source… Pas si futuriste que ça 🙂
      Les nappes phréatiques ont beau se recharger lentement, on avait déjà +150% de pluies un peu partout en Bretagne par rapport aux moyennes à fin novembre, et décembre a continué dans la même veine. Les déserts annoncés s’éloignent, il suffit de voir les marais un peu partout en France pour s’en convaincre, alors ne donnons pas l’idée à nos responsables de remonter l’eau avec des éoliennes !

    • Vous me faites penser aux gens qui réclament que l’on s’équipe à grands frais de déneigeuses même dans les régions où la neige tombe 5 jours par an…
      D’après ce que je trouve, la sécheresse de 2019 a couté environ 1 milliard d’euro. Combien coûterait des usines de dessalement ? Combien coûterait ce réseau d’aqueduc utilisés ponctuellement ? Qui payerait l’entretien ? L’Etat sans doute ! Bien sûr ! Vous pensez que quand l’Etat paye c’est gratuit ?
      Quand la pluie suffit amplement à subvenir aux besoins de l’agriculture 90% du temps, il n’y a pas forcément besoin d’engloutir des sommes considérables d’argent public dans des travaux énormes pour pallier les 10%, bon an mal an. A moins que vous ne soyez un bon partisan des travaux inutiles si chers aux capitalistes de connivence.

  • La bêtise est singulière, il y a des gens qui ignorent que le CO2 est vital pour les plantes et le phytoplancton, donc pour la vie sur Terre, ainsi que l’eau s’évapore plus ou moins sous la chaleur? Pauvre monde débile!

    • Du Virgile dans toute sa splendeur : insulant et grossier.
      Vous avez peur que l’on diminue trop le CO2 et que les plantes meurent ?

      • ce n’est pas son commentaire…

        ça ne vous gêne pas vous que le CO2 soit décrit comme un polluant et un poison pour la planete…

  • Article intéressant qui ne fait que confirmer ce que je pense aussi également de la transition vers la voiture électrique en France.

    Premier problème: il y a actuellement 40 millions de voitures dans notre pays. Compte-tenu de la production électrique, il parait difficile de subvenir à un tel choc de consommation sans mettre en grand danger le reste de nos besoins. Au vue des politiques énergétiques « planifiées » par le gouvernement, je n’ai franchement pas l’impression que nous allions dans la bonne direction.

    Deuxième problème: nous ne produisons pas les batteries qui sont essentiellement chinoises. Et l’Europe n’a pratiquement aucune des terres rares nécessaires à la fabrication de ces batteries. Alors créer un « Airbus » des batteries sans l’acquisition de ces fameuses terres rares sera donc un gigantesque coup d’épée dans l’eau.

    Troisième problème: nous allons sans doute détruire le diesel et par lui, tout un écosystème (exemple: La Fonderie du Poitou Fonte) qui sera avalé sans problème par les voitures chinoises. Ce n’est pas moi qui le dit mais Jean-Dominique Senard, PDG de Renault. Et bien entendu, on connait tous la destinée tragique et catastrophique des « mesures d’accompagnement par l’état à la transition vers l’électrique » (Dixit)

    Et finalement lorsque l’on sait que l’automobile est une industrie lourde avec beaucoup d’argent et d’emplois à la clé, je suis persuadé que l’on s’oriente vers une catastrophe industrielle majeure. Question d’habitude avec les décisions d’un état « stratège ».

  • Les propriétaires de ces grosses berlines allemandes tout électriques vont-ils vraiment les garder longtemps?

  • l’avenir c’est l’hybride, point barre..

    • L’avenir, c’est n’importe quoi… du moment que c’est taxable.

      • l’avenir, je présume que aujourd’hui personne n’en sais rien.
        peut-être encourageons la recherche au lieu de l’accablé et ainsi les chances de découvertes et de mise en application de ces dernières parviendront à trouver des….solutions.
        Peugeot en lorraine fabrique des moteurs diesels d’une qualité irréprochable qu’il vendent même à Mercedes.

        • j’aime pas le diesel et j’aime pas peugeot..ma prochaine ce sera une toyota hybride…le tout électrique c’est limité (et pour les bobos) et le tout thermique ça devient moins crédible avec les ressources limitées (ou pas je vous l’accorde) …un bon mix c’est l’hybride .

  • L’idéologie continue à ravager notre industrie. Excellent article du Pr. Wellnitz. A cela il faudrait rajouter 2 remarques. Tout d’abord le moteur diesel est de loin le moins polluant, meilleurs rendements que essence moins de consommation, traitement des NOx avec AD Blue (principe établi depuis des décennies dans les moteurs industriels) et filtres à particule. Ensuite le passage à l’électrique est une aubaine pour tous nos dirigeants liberticides qui trouvent ainsi l’occasion de réduire la possibilité de déplacement des populations grâce à la faible autonomie des batteries. La preuve la Chine grande démocratie s’emploie aujourd’hui à marche forcée de transformer le parc automobile thermique, bien sûr pour raison écologique . Le professeur Wellnitz d’Ingolstadt (citée d’AUDI) aurait dû mentionner les investissements désespérés de VW complètement dépendant des ventes Chine qui sacrifie ses moteurs thermiques pour développer une nouvelle plate forme 100% électrique. Crash en vue….

  • J’ai sans doute lu en diagonale, mais je n’ai vu personne parler des camions de 36T qui sillonnent nos routes et autoroutes à longueur de journée, consommant 40l/100km de gasoil et qu’il est exclu de passer en électrique (Turquie-Hollande en électrique avec une batterie de 10T, bonjour le plaisir…et le coût astronomique).
    On n’emmerde que les voitures parce que le contribuable automobiliste est coincé mais on laisse les camions tranquilles. Deux poids, deux mesures?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimor, depuis les États-Unis

En mai, le Wall Street Journal a rapporté que les opérateurs de réseaux d'énergie à travers les États-Unis se préparaient à des coupures d'électricité à l'approche de l'été.

En faisant remarquer que les sources d'énergie verte peinaient à produire suffisamment d'électricité pour répondre à la demande croissante, John Bear, PDG de MISO, a déclaré au journal :

"Cela m'inquiète. À mesure que nous avançons, nous devons admettre que lorsque vous installez un panneau solaire ou une éolien... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

Selon un rapport du 28 avril du « Centre for Research on Energy and Clean Air », bien que les volumes de ventes aient diminué, la Russie a presque doublé ses revenus issus de la vente de combustibles fossiles à l'UE pendant les deux mois de guerre en Ukraine grâce à la flambée des prix. La Russie a perçu sur cette période environ 62 milliards d'euros de ses exportations de pétrole, de gaz et de charbon, dont environ 44 milliards vers l’UE, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles