Covid : le monde se divise en deux catégories

Face au virus, gardons la tête froide !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jean-Guy Nakars on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid : le monde se divise en deux catégories

Publié le 4 novembre 2020
- A +

Par Margot Arold.

« Le monde se divise en deux catégories mon ami, ceux qui ont un revolver chargé, et ceux qui creusent. Toi, tu creuses. »

Il semblerait que cette réplique de Clint Eastwood dans The Good, the Bad and the Ugly soit tristement raccord avec notre actualité.

Non, pas seulement à propos du terrorisme. À propos du Covid.

Deux catégories…

Il y a ceux qui creusent leur propre tombe, qui admettent qu’« à situation exceptionnelle, décisions exceptionnelles ». Qu’il est normal d’être confiné pour faire baisser le taux de contaminations, pour sauver l’hôpital et ses pauvres soignants fatigués, ceux qu’on applaudissait à 20 heures en mars, faute de leur fournir du matériel pour se protéger.

Ceux qui sont contents que les commerces soient restreints, que les grandes surfaces soient punies car les « petits » souffrent face aux grands. Encore deux catégories.

Ceux qui trouvent judicieux de priver les personnes âgées de contacts, qui prônent la distanciation permanente. C’est pour leur bien qu’ils déclinent car ils vivent repliés sur eux-mêmes, le gouvernement n’en a que faire. Foin des contacts humains, puisqu’on vous dit que c’est pour votre santé ! Vous vivrez plus longtemps, mais isolés.

Ceux qui ne réalisent pas (encore) les effets du port permanent du masque dans l’environnement de jeunes enfants, privés de déchiffrer les expressions des visages, d’associer l’articulé et les phonèmes.

Et il y a ceux qui temporisent, et parmi eux, beaucoup de médecins (même si malheureusement, dans l’autre catégorie, il y en a aussi).

Le Covid, c’est d’abord ça :

Chiffres issus de « COVID-19 Dashboard by the Center for Systems Science and Engineering (CSSE) at Johns Hopkins University (JHU) »

Ensuite, la prise en charge médicale a évolué depuis mars. On intube moins, et si des patients covid sont en réanimation, certains y sont seulement pour recevoir de l’oxygène sans pour autant nécessiter des soins intensifs. Ce genre de soin peut se pratiquer ailleurs qu’en service de réanimation. Les chiffres et la saturation du service seraient alors moins affolants.

Le rôle délétère des ARS

Ce sont les ARS qui donnent les ordres pour la répartition des patients : ainsi, envoyer des patients à l’autre bout de la France parce que le service serait saturé et qu’il n’y aurait plus de place juste à côté, c’est une décision de l’ARS qui a « sectorisé » la prise en charge.

Curieusement, de nombreux patients sont transférés loin sans que la clinique la plus proche soit sollicitée pour leur prise en charge. Et pourtant, souvent… elle peut faire cette prise en charge ! Mais l’ARS a établi des secteurs aux critères incompréhensibles et oblige l’administration de l’hôpital, qui à son tour oblige les médecins à tranférer les patients là où cela a été décidé par l’ARS. Deux catégories, encore : les soignants, et les ARS.

Le système de santé est moribond, cornaqué par les ARS, non préparé, et n’a rien appris ni rien anticipé depuis la première vague.

Le secteur privé se voit encore une fois prié de déprogrammer des chirurgies estimées non urgentes pour faire de la place, et s’exécute… sans que l’ARS n’en tienne compte.

L’augmentation constatée des diagnostics tardifs voire trop tardifs suite au premier confinement ? Les cancers, les AVC, les problèmes cardiaques mal pris en charge parce que non détectés ou non suivis pour cause d’enfermement des patients qui ont peur du virus et ne consultent plus ? Cela recommence, exactement dans les mêmes circonstances.

On parle de confinement, et si on parlait de prise en charge ?

Pourquoi s’acharner à maintenir la peur alors que les chiffres sont loin d’être catastrophiques et que des traitements existent ? Les confinés pourraient reprendre un peu d’espoir, et accessoirement leur vie normale. Non, pas en attendant un hypothétique vaccin qui justifierait que nous soyons tous enfermés avant de l’obtenir, ce qui n’arrivera peut-être pas avant longtemps, voire jamais.

Les traitements que nombre de médecins mettent en place consistent à « bloquer la réplication virale lors de la première semaine avec du zinc et des ionophores ; et ensuite, inhiber la réponse immunitaire lors de la deuxième semaine de tempête cytokinique. »1

Évidemment cela suppose de savoir lire, en anglais, les publications scientifiques et de comprendre la physiopathologie du virus, d’avoir écouté d’autres informations que celles édictées par les sociétés savantes, ou le conseil scientifique, ou les instructions du ministère de la Santé qui a préconisé l’interdiction de l’hydroxychloroquine. Cette molécule qui était en vente LIBRE jusqu’en janvier et dont l’armée a fait des stocks « si jamais la chloroquine se révélait validée par les autorités de santé comme étant utile pour lutter contre le Covid-19″, a déclaré le ministère.

Petit à petit, on va s’habituer à ne plus avoir de liberté. Plus jamais.

Le monde est en train de devenir fou : on ne peut pas, au motif d’un virus qui va probablement durablement rester dans notre vie, tout interdire, tout réglementer. Plus ces interdictions perdurent, plus la population s’habitue aux restrictions.

La peur est aussi le seul moyen de cadenasser les esprits les plus fragiles : quand on a peur, on consent à tout, pourvu qu’on sauve sa peau. Et si ça ne suffit pas à soumettre les esprits, on dira que c’est pour sauver les autres.

Il est temps de réaliser qu’aujourd’hui nous sommes en train de nous soumettre et d’obéir à TOUT, que les mesures restrictives et coercitives vont s’empiler : mardi matin, le porte-parole de l’Élysée a proposé d’additionner les deux mesures les plus draconiennes : le confinement et le couvre-feu. Déclaration immédiatement démentie par Matignon.

Ainsi, le porte-parole de l’Élysée n’aurait-il pas eu les bonnes informations ? Les aurait-il fait filtrer trop tôt ?

Que croyez-vous qu’il vous attend ?

Les chasseurs ont obtenu une dérogation au confinement en début de semaine. N’allons pas trop les chatouiller… Justement, dans ce monde qui se divise en deux catégories, eux ont une arme chargée.

  1. Il y a aussi la prévention : la vitamine D (surtout en période automnale, accentuée par le confinement) qui agit en inhibant certaines protéines de l’inflammation (comme les protéines Toll) ce qui a été démontré pour le virus Zika, de la dengue, ainsi que de la tuberculose.
Voir les commentaires (70)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (70)
  • Le case fatality ratio.. prouve juste que pour un individu tiré au hasard, avoir le covid , ne signifie pas la mort..
    Il est en outre tout à fait fallacieux..compte tenu de la démographie et de la morbidité, regardez pour les gens de plus de 80 ou 70 ans..
    et ajoutez deux colonnes à votre tableau…nombre de fatalités possibles min e max…

    Le seul débat valable est à on opinion est : qu’est ce qui justifie la restrictions des libertés individuelles par le gouvernement? .et l’auteur semble dire le cfr.. d’autres diront le nombre de morts MAX « possible »..

    Maiis ce n’est pas ça rappelons le ,c’est les urgences sont débordées eton peut suspendre vos libertés si ……………les urgences risquent d’etre débordées.. boum. chiche, on écrit ça dans la constitution? dans la rubrique : c’est quoi, père de la nation, l’interet supérieur du pays?

    • Les min et max sont construits à partir d’hypothèses que n’importe qui peut juger fallacieuses. Sans intérêt. Les maths ne sont d’aucun secours tant qu’on a pas discuté des prémisses. En outre, les maths se transforment rapidement en mensonges dans la bouche des gouvernants.

      « prouve juste que pour un individu tiré au hasard, avoir le covid , ne signifie pas la mort »
      Pourquoi avoir écrit ce « juste » inutile alors que cette statistique est au cœur du scandale de la dramatisation à outrance par le gouvernement ? Si vous isolez les vieux dans vos statistiques, concluez au moins qu’il faut les confiner eux, mais certainement pas les autres.

      PS : le CFR en France sur les deux mois de septembre et octobre est de 4000 décès pour pratiquement 1 million de cas. C’est ridiculement faible et démontre en outre que ce n’est plus du tout la même épidémie.

  • tout comme on nous assène le nombre de morts en ephad qui ne sont pas tous décédés du covid ; ils meurent de vieillesse , de maladies autres que le virus , d’ennui et de solitude ….tout comme on ne nous parle jamais du nombre de personnes guéris (123 664 le 2 novembre )…..non , tant d’infectés , tant de morts , point …..

    • et??? vous avez AUSSI des tas de gens qui sont optimistes..ce qui n’a rien à voir avec le bilan ou les chiffres..qu’on vous donne..le fait est qu’on vous donne des chiffres..qui n’aident pas vraiment à la compréhension de la situation…

      On ne peut déplorer que les médias ne soient pas assez pluralistes.. la faute à qui?
      le monde se divise en deux catégories, ceux qui ne sont pas convaincus que les modèles sont « valides » qui se grattent les cheveux et ceux qui croient que leurs modèles sont valides, groupe s’entre déchirant mais s’accordant à taper sur le premier groupe. les sceptiques et les autres.

      Par exemple, le confinement a évité nx10 000 morts à ce jour ( n entier positif non nul) selon l’institut pasteur ou le confinement n’a servi à rien..
      la seule différence est que le modèle de pasteur est complexe et plus élaboré, tandis que les modèles opposés sont si simples qu’on peut aisément les contester, ils sont purement paramétrique, la dynamique de l’épidémeie est un élément du calcul et non son résultat.

      • Non, le modèle de Pasteur n’est pas complexe. Il est éventuellement compliqué.

        La complication d’un problème ne garantit en rien sa qualité. L’expérience démontre plutôt le contraire. La complication fait éventuellement plaisir au concepteur du modèle, lui donne parfois une aura scientiste factice face aux naïfs facilement impressionnables, sans apporter la moindre précision supplémentaire.

        Bref, les modèles compliqués, c’est pour les gogos, pas vraiment pour la science. Le meilleur scientifique, c’est celui qui sait simplifier, parce qu’il a l’esprit de synthèse.

        PS : le modèle dit « de Pasteur », c’est juste un argument d’autorité.

    • 123 664 guéris ,38 000 décès,1 503 000 cas ….restent 1 341 336 qui ont juste pris du Doliprane en restant chez eux?
      Létalité 2,5%
      Mortalité 0,06%
      Si les chiffres sont bons tant de décès sont estampillés COVID sur ordre.

      • Non, c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses… Donc pour 123 664 guéris et 38 000 décès, ce sont plutôt les 867 000 cas d’il y a 3 semaines, et si les 705336 restants étaient bien restés chez eux, l’épidémie serait quasi-éteinte.

        • Vous ne pouvez faire que 700’000 personne n’aient plus aucun contact avec un cercle même restreint et vous ne pouvez les enfermer 6 mois. Que vous le vouliez ou non la seule différence c’est la vitesse de propagation.
          Aux bouses actuelles déjà en surnombre on devra rajouter celles dues aux problèmes sociaux, psychologiques et à une crise économique sans précédent depuis la fin de la guerre qui vont faire que les hôpitaux et ephad vont être dans un état encore pire les prochaines années.

          • Il n’y avait besoin que d’obtenir que les 700000 personnes se confinent le temps de redevenir non contagieuses. Et en fait, c’étaient plutôt les 300000 de fin août. Bon, ok, c’est un peu plus compliqué, mais ça met au moins en évidence la mauvaise gestion des guéris. Oui, il faut jouer sur la vitesse de propagation, et c’est plus facile de le faire sur les contaminateurs potentiels que sur les contaminés potentiels.
            Et pour se remonter le moral, les ehpad, ma belle-mère confinée n’a jamais eu si bon moral que depuis qu’elle est sur le podium : elle fait partie des 3 seuls négatifs de son établissement, et dès qu’il cessera d’être contagieux, le personnel aura plein de temps pour elle…

            • « Oui, il faut jouer sur la vitesse de propagation »

              C’est une stratégie de court terme uniquement.
              Le H1N1 était une des souches de base habituelle depuis 2009, le Covid a maintenant vocation a revenir sous une forme mutée tous les hivers.
              Le travailleur qui ne risque rien et qu’on retient chez lui est celui qui paie les factures de la santé.
              On fait quoi dans 1 an, 2 an avec 10%-20% de PME en moins, 4 millions de chômeurs et 200-300 milliards de dette en plus ?

              • Sérions les problèmes. Pour la maladie, revenons au tester tracer isoler (les contagieux), et pour l’économie, à laisser ceux qui gagnent du fric le gagner et en conserver la majeure partie sauf une flat tax raisonnable. Pour la vitesse de propagation, éduquons à éviter les risques et à profiter largement des situations très peu risquées pour se défouler. C’est mal barré, mais rien n’est perdu si on n’attend pas, pour une fois, d’avoir le pistolet sur la tempe pour prendre les initiatives, et chacun à son niveau.

                • « laisser ceux qui gagnent du fric le gagner »

                  Pas compatible avec un confinement général. Si on ne peut plus vivre sa vie librement, pourquoi travailler ? On se le demande…

                • On était sur un cas pratique français.
                  Ceux qui gagnent l’argent et ne risquent quasi rien sont empêchés, des entreprises vont fermer en masse et le tout à cause d’un état qui malgré des dépenses délirantes fait 3 fois moins bien que l’Allemagne.
                  Quand le Covid va revenir chaque année ce n’est pas le ministère des Finances qui manqueras de moyens, mais les ephad et les hôpitaux.
                  À un moment, les médias vont cesser leur propagande de l’apocalypse sur le Covid et les vieux continueront simplement de mourir, mais en silence.
                  Le mal sera fait : une économie qui était dans un état désastreux aura fait un bond phénoménale vers la faillite et ça va se payer cash en morts, mais dans un silence gêné (ou pas) cette fois.
                  .
                  C’est par humanisme que je suis anti-tout ce qu’a fait ce gouvernement avec le Covid. C’est un désastre !

                  • En cas de retour, les ehpad ne manqueront pas tant que ça de moyens : les pensionnaires ne sont renouvelés que dans la proportion de 30% en un an, donc quand 90% sont positifs, ça ne comblera pas les vides.

                    • Là vous faites la savonnette pour ne pas voir le problème:
                      -D’une vous ne pourrez pas reconfiner chaque année.
                      -De deux il est douteux que les moyens, salaires et condition des personnels des ephad ne subissent pas le catastrophique manque d’argent qui va arriver et les vieux « a moitié morts » sont tout en bas sur la liste des priorités de la bobogarchie.
                      La Macronie s’en bas déjà les steak des travailleurs du privé, des pauvres et des non parisiens.

                    • Je ne fais pas la savonnette, je faisais de l’ironie. Enfin, glissons…

            • je suis content pour elle..

              • Merci. Enfin aujourd’hui le moral est atteint parce que sa meilleure copine, négative au début et pourtant isolée, est devenue symptomatique et décédée. Enfants-personnel soignant-pensionnaires, la chaîne est évidente, et ne peut être brisée qu’au maillon des contagieux, avec des résultats rapides de tests et l’isolement rapide et efficace des positifs.

                • Malheureusement, nombreux sont les contagieux qui ne présentent pas le moindre symptôme. Si les isoler quand ils sont détectés limite partiellement la contagion, disons au mieux d’un tiers sous réserve d’un test PCR en 20 minutes (7 jours d’incubation silencieuse porteur sain, 3 jours de symptômes visibles), elle ne permet pas briser toutes les chaînes, loin de là.

                  Il n’y a qu’un moyen efficace connu de bloquer le virus et ses conséquences les plus néfastes, c’est l’immunité grégaire, comme la Suède l’a démontré. Notez que la Suède a elle aussi eu droit à son lot d’errements gouvernementaux, notamment en interdisant l’HCQ, mais enfin, dans l’ensemble, c’était mieux que le délire absolu franchouillard.

        • Déjà, il faudrait que les tests soient fiables, ce qui n’est pas le cas. Ensuite, il faudrait qu’ils soient faits de façon plus ciblée. Là on pourrait commencer à parle d’efficacité possible de la quarantaine…

    • C’est une évidence , on meurt beaucoup en EPHAD! Personnellement, je ne connais aucun pensionnaire qui en soit sorti vivant!

    • Les guéris ne font pas partie du plan. Ils sont contre-productifs (surtout ceux à l’HCQ) dans les objectifs de vente du Remsedir, des futurs vaccins ou des actuelles mesures liberticides.
      D’autre part, les Tartuffes auraient bien du mal à expliquer le faible nombre de guéris par rapport au nombre de cas. Pour être guéri, il eut fallu être malade….

      • Hanlon ! Le fichier national des tests ne prend pas en compte un test négatif après un test positif. Seule la sortie de l’hôpital est donc un signe de guérison.

    • Il y a trois sortes de mensonges: les petits mensonges, les gros mensonges et les statistiques!

  • Je suis très inquiète de cette acceptation de privation de liberté par nombre de Français. Hier au Monop… j’entendais : « Y-aura-t-il du maquillage » _ « Ah mais non Madame, le maquillage n’est pas un produit essentiel »dit la vendeuse sur un ton autoritaire. Et la dame qui s’inquiétait de l’accès au rayon maquillage d’acquiescer docilement.
    Qu’on se rassure, à ce train là, il n’y aura plus que des produits essentiels. Comme en URSS, on fera la queue pour une botte de beurre et seuls les appartchiks pourront se procurer du chocolat ou du maquillage. Quiconque s’en émouvra sera considéré comme un ennemi du peuple.

    • Ils nous font le coup à la manière d’Al Capone:
      On obtient beaucoup plus avec un ton autoritaire et une prune à la clé qu’avec un ton autoritaire tout seul!
      « citation al capone
      On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu’avec un mot gentil tout seul. »

    • Tout à fait. A noter d’ailleurs que les vêtements n’étant pas essentiels, il faudrait dispenser d’urgence des formations pour nous expliquer comment ne plus filer nos collants et expliquer aux enfants d’éviter de grandir pour ne pas avoir à supporter des chaussures trop petites.

    • Oui Alix, et moi je suis sidérée (j’ai passé le stade de l’inquiétude) de voir comment les gens acceptent tout ! On nous dit que les enfants sont peu concernés, mais on les masque ! On nous dit que dans la rue peu de risque, mais on masque même dans les endroits peu fréquentés !
      Par « solidarité » avec les petits commerces, on oblige les magasins à ne plus vendre de livres, mais de toutes façons on peut les commander sur internet ! Va-t-on interdire internet ?
      Combien de temps les gens vont-ils encore accepter ces inepties ??
      Et bien sûr, le petit pouvoir s’exprime (la vendeuse et son ton autoritaire ou quiconque vous regarde méchamment parce que vous ne portez pas bien le masque !). Ceux-là regardent le doigt en l’air, qui veut montrer la lune, au lieu de réfléchir à la stupidité de la règle qu’ils appliquent !
      Sidérant, désespérant…

      • Si toutes ces absurdités pouvaient faire prendre conscience aux Français que l’égalitarisme est un fantasme qui mène au suicide collectif, ce serait bien. Espérons…

      • Il y a aussi deux Frances ; celles des villes et celles des campagnes. En campagne, dans les petits villages a proximité, on met rarement le masque, voir il est inexistant au point que je ne sais pas si c’est obligatoire sur tout le territoire français ou si c’est que dans les villes !

    • c’est de la mortificatrion…

  • C’est marrant, on s’aperçoit au gouvernement et dans les médias que les épidémies commencent généralement milieu Automne et se terminent fin Printemps…
    C’est pour ça que généralement, on prépare son système immunitaire pour cette période (vitamines C, D, B12, etc.) ; et en n’oubliant pas d’aller au soleil en Eté…
    Bref, rien de nouveau 🙂

  • Le but est la privation de liberté; la covid est un moyen d’y parvenir.

  • Patience, dans quelques heures ce film catastrophe sera terminé, soit trup gagne et on nous libéré de nos chaînes soit Biden gagne et se met tous au vert pastèque.

  • Pour la vitamine D, selon la Haute Autorité de Santé, dans un rapport de 2013 citant des chiffres de 2007 : en France, « 79 % des hommes et 81 % des femmes avaient une concentration sérique en 25(OH)D inférieure à 75 nmol/L (seuil optimal). Pour 36 % des hommes et 49 % des femmes elle était inférieure à 50 nmol/L (déficit modéré) ».
    Le texte ajoute que « Les niveaux de 25(OH)D sériques inférieurs à 75 nmol/L sont répandus dans toutes les régions tandis que les taux sériques les plus bas (< 25 nmol/L) touchent davantage les populations de l’Asie du Sud et du Moyen-Orient".

    • « Haute Autorité de Santé » ou sites de « bien être » : mêmes études et avis non-consolidés, contradictoires et scientifiquement incohérents.

      Pourtant, on sait que rester cloîtré chez soi est mauvais en général et pour les personnes âgées en particulier. (Bonjour le confinement !)

      J’ai aussi constaté que se faire réveiller par une lame (dépourvue d’UV donc théoriquement inutile pour la production de vitamine D) régule les cycles de sommeil et l’état général.

      Nous sommes dans un pays (anciennement) libre. J’ai (encore) le droit d’ouvrir mon propre cabinet de « druidisme ».

      • Il n’est dit nulle part que le confinement est bon pour qui que ce soit…
        Pour votre critique de HAS, il est évident que votre diplôme d’expert-druide est opposable. Dommage que tous les états des lieux (il ne s’agit pas d’étude, mais de recensement), dont celle citée par le HAS et qui provient d’une source extérieure (Osteoporos Int) pour la situation mondiale soit un peu plus crédible que votre position.
        Bien sûr, je ne vous dénie pas le droit de croire à l’homéopathie, à la lithothérapie ou autre choses non scientifiques.

        • Je crois aux « choses scientifiques » et c’est pourquoi je ne croit guère aux chiffres qui ne sont pas expliqués et confirmés par de multiples études.

          Il n’y a guère de différence entre un druide qui tient son savoir de la tradition des autres druides et des experts aux savoirs basés sur des statistiques sans explications des causes.

          Mais je ne crois pas non plus aux druides car il y presque autant d’escrocs parmi eux que dans les experts scientifiques auto-proclamés.

      • « se faire réveiller par une lame » 🙂
        Surtout si c’est la deuxième vague…
        Sérieusement, a-t-on besoin du remboursement de la sécu pour surveiller qu’on a bien sa ration de vitamines ?

  • Au royaume de la folie furieuse, il y a aussi cet urgentiste rennais qui estime qu’il est nécessaire de porter un masque chez soi. D’ici qu’à l’instar de certains pays (Québec, Australie…), la police soit autorisée à pénétrer chez vous pour vérifier que vous portez bien le masque, il n’y a qu’un pas dont je ne suis même pas sûr qu’il ne sera pas bientôt franchi, tant l’absurdité liberticide semble devenue la norme.

  • Le régime socialiste de santé choisit d’envoyer un malade du Covid vers un hôpital public situé à plus de 400 kms de son domicile plutôt que de solliciter une clinique privée à proximité.
    Logique.
    N’oublions pas que le socialisme a aussi inventé la carte scolaire !

    • Et maintenant la République sanitaire,peut-être un exercice à Sciences Pipo ou à L’Ena que ces Agnan(en rapport avec la théorie de C.Gave sur l’Ecole Nationale des Agnan) mettent en application.

    • Si vous préférez les réquisitions par les pouvoirs publics de chambres dans un clinique privée, n’hésitez pas à le dire. Et pouvez-vous donner le prix demandé par cette clinique privée ? Egalement si cette clinique privée n’avait pas de protocole d’admission particulier compliquant la chose ?
      Peut-être avez-vous raison aussi, c’est possible. (Sauf quand vous parlez de « régime socialiste de santé » au lieu de « système social de santé », confusion fréquente chez les partisans des systèmes de caste).

      • Pourquoi réquisitionner quand on peut simplement acheter ?

        • On a pas d’argent ! D’où les amendes en cas de non port du masque ! 😀

        • Vous avez dû louper la deuxième phrase de mon commentaire :  » pouvez-vous donner le prix demandé par cette clinique privée ? »
          Il est désolant que se poser des questions légitimes pour tenter d’expliquer quelque chose soit si mal vu… Les doctrinaires n’ont pas ce souci, quelle chance vous avez.
          Ah tant que vous êtes là, j’ai compris (suis parfois lent) que vous vous amusiez avec moi (vous aimez troller faut dire, et mépriser).. quand vous m’avez reconnu, vous avez écrit « on va bien rigoler » donc vous me provoquez car vous savez que je défends mes positions (de manière sourcée, rationelle, objective) et que votre mauvaise foi m’amène à m’énerver. Bref… amusez-vous à mes dépens, cher général.

      • « Et pouvez-vous donner le prix demandé par cette clinique privée ? »

        Que quelque chose soit payant est extrêmement choquant pour un socialiste comme vous effectivement.
        Mauvais nouvelle: rien n’est gratuit, jamais.

        • Ça défrise toujours les socialistes que les gens demandent une rémunération pour un service rendu. Le temps passé à le rendre n’est pas gratuit.

          • Faudra demander ça à un socialiste alors. Je n’en vois pas ici. Par contre, on ne sait toujours pas si cette clinique demandait un prix prohibitif.

      • C’est vrai que dans les hôpitaux français, il ya longtemps que le téléphone n’existe plus. Les cerfas : c’est mieux

      • On sait qu’un lit dans le privé revient moins cher que dans les hôpitaux. Alors? Ne vous énervez pas, nous sommes sur un site de gens civilisés.

      • Qu’est-ce qui est le plus cher ? Payer le supplément des cliniques privées ou payer le transport en hélico des malades vers d’autres CHU pour lesquels, une fois le remplissage de la réa atteint, il faudra envisager le transport des nouveaux entrants ? Ceci est une simple question et j’espère que les décideurs se la sont posée.

  • Ce pays est gouverné par des fous moralisateurs avides de pouvoir. Ils jouent sur la peur en sermonnant que « même des jeunes sont gravement atteints, et pas qu’un peu. Vous vous rendez compte ma p’tite dame? » sans bien sûr ne donner aucune esquisse de début de statistique qui viendrait étayer leurs propos. Je vous rassure, si ce fait était avéré il nous auraient donné la preuve… mais comme c’est faux, ils mentent pour jouer sur la peur des jeunes en particulier car sans cela, ça ferait un moment que ces mêmes jeunes désobéiraient à ces mesures et reprendraient comme il se doit leurs libertés, entraînant ainsi le retour massif des libertés injustement bafouées, pour tous les français.

    • Je modérerai en disant qu’actuellement sur Lyon les services de réa ne prennent que les moins de 70 ans et qu’il y a (sans chiffre il et vrai) des patients trentenaires ! Après quid des comorbidités dont on ne parle pas (tabagisme, consommateurs d’autres drogues, co infections, cancers non connus….)

      • Pour la Suède, sur le site dont je donne le lien plus haut, on a la répartition par classe d’âge, et la médiane des réanimations est vers 60-62 ans, et environ 20% ont moins de 50 ans.

      • Bien sûr qu’il y a des patients trentenaires et moins âgés pour le covid mais si on en croit nos politiques, il y aurait une surreprésentation (par rapport à une grippe j’imagine) dans les hôpitaux alors que c’est faux sur toute la ligne, si on compare avec les statistiques de pays voisins. Et sans chiffres (qui devront être vérifiables et vérifiés) on ne peut que contester toute la tambouille moralisatrice que nous sert ce gvt, en premier lieu duquel M. Veran, et qui leur permet de nous enfermer sans vergogne comme des détenus

  • Chiffres officiels de l’office fédéral de la santé publique (Suisse) au 04.11.2020.
    Décès dus au Covid depuis le 1er janvier 2020: 2271, dont

    0-9 ans : 1
    10-19 : 0
    20-29: 0
    30-39: 6
    40-49: 6
    50-59: 51
    60-69: 161
    70-79: 455
    80 +: 1591

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Le pass sanitaire est devenu à la politique française ce que le sparadrap est au capitaine Haddock. Malgré tous les efforts du monde pour s’en défaire, il revient sous d’autres formes, à croire que le gouvernement cherche à l’imposer, quoiqu’il en coûte.

Le projet de loi qui sera présenté le 11 juillet portant sur le maintien d’un dispositif de veille sanitaire contre le covid comporte deux grands axes. Le premier maintient jusqu’au 31 mars 2023 les traitements informatiques SI-DEP et Contact Covid, le second laisse la possibilité au g... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Alors que le gouvernement envisage de prolonger certaines dispositions liées à l’état d’urgence sanitaire, une enquête réalisée du 22 au 23 juin par BVA révèle qu’un Français sur deux aurait mal vécu les deux années de crise covid, et critiquerait la gestion politique qui en aurait été faite.

Toujours selon ce sondage BVA, trois quarts des Français interrogés (77 %) estiment que les mesures sanitaires ont été trop lourdes à l’endroit des jeunes, et 53 % pensent que la réduction des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles