Santé : ces ARS qui pourrissent le système

Billet d’humeur d’un chirurgien excédé par l’effondrement du système de santé : comment l’administration complique la tâche des soignants et envahit le système de soins.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Installation ARS by Ministère du Tavail 2009(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Santé : ces ARS qui pourrissent le système

Publié le 13 avril 2020
- A +

Par le Dr Denis Dupuy.

Les ARS1 sont des officines faisant partie des milliers d’officines administrées par des milliers d’organismes qui constituent l’ineffable fonction publique française. Clochemerle dans toute sa splendeur…

L’ARS compte une nuée de « confrères » hors terrain, hors sol ou même d’anciens du privé qui frétillent à l’idée de faire marcher droit leurs identiques, ce qui est en soi hautement suspect.

Dans l’est, récemment, ces génies ont fermé trois mois durant l’activité d’une clinique privée : elle travaillait trop selon leurs critères. À l’heure où personne ne sait ce que qu’il adviendra des patients abandonnés à leur cancer, à l’heure où nous avons un besoin vital de personnel soignant et de matériel, l’ARS a décrété. Alors on s’exécute.

Remarquez comme elle fait le tri entre les saints du publics et les crevures du privé, s’en prenant exclusivement aux cliniques où les tarifs sont pourtant 30 à 50 % moins élevés (téléchargez la T2A si vous voulez vérifier). Elle est plus conciliante vis-à-vis de ses amis de la santé nationalisée.

Son mépris du privé est indéniable. Une amie addictologue me confiait la manière dont les brillantes ARS ont mis en place les micro-unités d’addictologie, dans l’Est. Effarant : un phénoménal n’importe quoi, un gâchis humain et financier. N’importe quel clampin s’y serait mieux pris mais eux vous répondront normes, décrets, petites cases pour petites gens…

Il faut bien se coucher : ils disposent de l’essentiel, pouvoir et argent. Voyez les urgences, dans ce pays. À l’heure de ma jeunesse, les généralistes géraient l’essentiel mais ces génies de l’administration tordaient le bec. Des privés en charge des urgences françaises !

Ils ont œuvré pour le bien du citoyen. Le résultat ? Voyez les hôpitaux engorgés, les patients et personnels furieux, la colère grondant. Attendez-vous à une organisation aussi grandiose pour la prise en charge du cancer, assumée à 70 % par les cliniques.

Marisol Touraine, précédent ministre de la Santé, nous a arrangé un machin qui aboutira bientôt aux mêmes prolongements. Bien sûr, on avance, dans ces administrations, que cela serait pire sans elles : c’est faux, bien sûr. On s’organiserait bien mieux, intelligemment, humainement. Et peut-être le ferait-on bénévolement, quand nos marquis piochent copieusement dans la gamelle, blé et avantages de fonction.

Un ami chef de service me confiait qu’à son arrivée, dans une ville de 40 000 habitants, un unique directeur administrait son hôpital. Ils sont sept, vingt ans plus tard, chacun avec voiture et appartement de fonction.

Ouvrons les yeux, les amis, pour nous et nos descendances. Prenons acte du bilan de la toute-puissance des administrations, de leur emprise néfaste sur ce privé qui les fait vivre et qu’elles entendent mettre à leur botte.

Il serait temps d’équilibrer, pour le moins, puisqu’elles sont un mal nécessaire, temps de les réduire à leurs fonctions premières, les régaliennes : du goudron sur les routes, des chiottes dans les villages. C’est déjà un projet d’ambition pour elles.

Que les administrations retournent à leur rien ou à leur pas grand-chose, qu’elles s’en tiennent à leur médiocrité, en bas, tout en bas, avec leurs énarques, leurs normes-machins et leurs gratte-papiers.

Elles ne nous protégeront plus ? Tant pis ou plutôt tant mieux. Personne, sinon nous-mêmes, n’est à même de s’en charger… La preuve aujourd’hui.

 

  1. Les ARS sont les agences régionales de santé chargées du pilotage régional du système national de santé. Elles font appliquer localement la politique de santé nationale.
Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Ce soir nous aurons droit à une nouvelle déclaration solennelle de notre Gamelin2 qui, du haut de sa suffisance nous dictera ses dernières décisions ! Il le fera de la même façon que le Dr Salomon, grand prêtre de la Santé publique qui tous les soirs nous inonde de chiffres plus où moins connectés et logiques, le tout enrobé de mots et de phrase pathétiques ad nauseam . Cela est une habitude bien française : on baratine, on brille, on enjolive…
    Ainsi les chiffres de Salomon. En réalité il n’y en a que 2 qui sont vraiment révélateurs de l’évolution de la pandémie : les nouveaux cas déclarés et les morts. Or ce grand serviteur de la technocratie énarchique française cite l’évolution des morts en France et les compare à ceux des Etats Unis (14 500 contre 25 000) en oubliant de les rapprocher du nombre d’habitants (230 contre 75). Je ne sais pas si cette malhonnêteté intellectuelle est voulue mais une chose est sûre : elle montre que nous sommes en France dirigé par des gens qui ont perdu tout sens de la logique et de pragmatisme. On gère en mode de satisfaction à un système et non en mode de résolution de problème !
    Le drame est que notre Président fonctionne de la même façon car il est issu du même moule et est entouré et conseillé par toutes ces têtes bien faites mais désespérément déconnectées des réalités du quotidien. Ils ne savent pas comment ça fonctionne mais continuent obstinément de nous donner des leçons…
    Quelques exemples : interdiction aux vétérinaires de faire des tests alors qu’ils sont largement équipés ; non sollicitation des cliniques privées qui s’ennuient par manque de patients ; refus d’autoriser les importateurs de faire venir les nécessaires masques ;
    En attendant, notre économie s’écroule et le coq, sur son tas de fumier, continue de chanter…

    • En fait, c’est pire :
      -USA : 331 millions d’habitants
      -France : 66 millions

      Donc cela fait 220 morts/million d’habitants en France contre 76 aux USA. Et pas un journaliste pour relever ce « petit » détail quand les officiels balancent les chiffres bruts.

    • @tradition
      Bonjour,
      L’autre jour, lors de son rapport sur le Covid19 télévisé, Olivier Véran trouvait la baisse du nombre d’I.V.G inquiétante. Il est médecin lui aussi. Ca craint !
      Agnès Buzyn s’est remise à exercer. Ca craint !

      Dans toute cette crise qui est loin d’être réglée, il est question de changer la loi sur l’I.V.G afin de passer la période légale de 12 à 14 semaines. C’est bien sûr hautement prioritaire.

    • En réalité il n’y en a que 2 qui sont vraiment révélateurs de l’évolution de la pandémie : les nouveaux cas déclarés et les morts.
      Même pas. La cause de la mortalité penche du côté coronavirus (les autres causes sont en baisse, comme c’est bizarre). Quant aux nouveaux cas, ils dépendent du nombre de tests…

    • Au moins, on pourra bouffer le coq…

    • @Tradition Que voulez-vous dire par refus d’autoriser les importateurs ?

  • Tout ce que gère l’etat est vermoulu,
    Ce n’est jamais remis en cause, ce n’est pas faute de le dénoncer, mais quelques décennies de pouvoir a gauche ont fait de l’idéologie le mantra gouvernemental , le « service public , c’est gratuit »,
    Alors que c’est le plus cher de la planete , d’une efficacité douteuse, qu’il plombe les salaires ,ruine la compétitivité de nos entreprises et fabrique du chomage,,
    La crise du coronavirus mets en evidence la nullité de ce systeme, les batailles florentines de pontifes et de « sachants »qui courent les plateaux télés pour démontrer, jour apres jour,
    contradictions apres reniement ,qu »en fait ils ne savent rien ! et décident beaucoup

    Bref , le systeme hospitalier c’est comme la SNCF çà marche a condition de ne pas en avoir besoin

  • Ce n’est pas propre aux ARS.
    Ainsi évolue n’importe quel système où les décideurs ne sont pas responsables sur leurs propres deniers et n’ont pas à subir eux-mêmes directement les conséquences de leurs décisions et de leurs erreurs.

    Les ARS intervenant dans le domaine de la santé, les conséquences de leur gestion sont simplement plus visibles en période d’épidémie grave.
    Encore que ces conséquences néfastes sont soigneusement « habillées » par les cache-sexes habituels (méchant capitalisme, méchante mondialisation, méchantes entreprises chinoises…etc) avec une attention détournée vers les boucs-émissaires classiques (indiscipline d’une population irresponsable…etc), le soutien à des « héros » (les soignants dans le cas présent) dépendants de l’administration et les mesures spectaculaires mais couteuses et peu efficaces (confinement strict, convois sanitaires traversant la France et réquisitions contre productives…etc).

  • une des raisons de la création des ARS est vraisemblablement de créer des postes pour des énarques…

    Donc à supprimer, mais vite !

  • Les fonctionnaires des ARS et des administrations qui freinent la lutte contre la pandémie par leurs décisions devront répondre de leurs actes nonobstant l’irresponsabilité dont ils pourraient bénéficier contrairement au simple bon sens et à une élémentaire équité.
    Ainsi devront être comptabilisés les morts et les soins qui auraient été évités en l’absence de leur incurie et de leur bureaucratie.
    La France crève de ces gens là.

  • Sauf exceptions, seuls les bien nommés médecins libéraux ont une juste vue du problème. Dans les hôpitaux, on se contente de réclamer plus de moyens. Et lorsque vous tentez d’aller plus loin dans la discussion, on vous brandit (à tort) le système américain en épouvantail. Épouvantable servitude volontaire…

  • Il ne faut pas non plus exonérer les praticiens hospitaliers..Ce sont les premiers à rouspéter , mais quand il faut s’opposer aux directions , là , plus personne..Il y a aux postes clés ( CME , Directoire) des affidiés qui se trouvent très bien de la situation…Qu’ils commencent eux à s’opposer et plus ils seront nombreux plus cela portera..Trop facile de se plaindre d’une gestion d’entreprise et de continuer pépère à profiter de ses avantages…L’ARS ne prospère que sur les petites lâchetés médicales…

    • Bien d’accord ! Seulement ils ont su tous (se) diviser pour régner ! Dés que vous élevez la voix, vous êtes éjectés du système (ça n’excuse pas toutes les petites lâchetés mais ça y contribue !)

    • Centralisme et lâcheté font bon ménage..

  • Comme vous avez raison ! Ce qui est visé c’est toute idée de l’homme comme corps vivant, pensant et objectant. Les soignants eux-mêmes sont voués à n’être plus que des contrôleurs de « bonne » pratique, eux-mêmes Hautement Administrés.
    Tout cela est une étape dans une logique qui a commencé avec le saccage de la spécificité psychiatrique devenue dans les graphiques une branche de « la santé » par simple accolement du mot « mentale ».
    Et hop ! Comme les ministres interchangeables, des administrateurs aux statuts indécents vont passer de la gestion du « goudronnage des routes et chiottes dans les municipalités » à la gestion de la grande folie ou à celle des soi-disant malades mentaux terroristes.

  • La bande de ronds de cuir qui pullulent dans le ministère de la santé comme dans les ARS et qui démontrent chaque jour leur incompétence donne une bonne idée de nos fonctionnaires dans tous les autres domaines: incompétence générale, défense de petits prés carrés, jouissance d’emmerder le citoyen lambda et parfois bêtise qui frôle le crétinisme psychiatrique.

  • Je rappelle que les ARS sont le fait d’un gouvernement de droite (Sarkosy et Bachelot), ce qui montre à quel point notre problème est l’étatisme ou le centralisme, quelle que soit la tendance politique.

    Les ARS sont créées en 2010 en vertu de la loi du 21 juillet 2009 dite « Hôpital, patients, santé et territoire » (HPST), ont pour but « d’assurer un pilotage unifié de la santé en région, de mieux répondre aux besoins de la population et d’accroître l’efficacité du système ». Une création qui s’inscrit dans une logique à l’oeuvre depuis le début des années 1990, un pilotage du système de santé de plus en plus entre les mains de l’Etat.

    Un des aspects concernait la territorialisation de la santé (meilleure synergie des acteurs en cohérence avec les spécificités régionales). Dans les faits que nenni, on assiste à une coquille vide, du discours creux, avec une organisation technocratique descendante.

    En même temps que pouvait on espérer en réunifiant toutes les entités sanitaires pré-existantes dans une seule structure.

    Vraiment il faut en finir avec cette idée fixe d’égalité territoriale, de France Une et Indivisible.

    • C’est aussi une forme d’inégalité entre les Länder assorti d’un esprit de concurrence dû à leur autonomie qui fait que l’Allemagne est mieux équipée en hôpitaux …

      Aucune loi en Allemagne ne peut obliger des hôpitaux proches, mais situés de part et d’autre de la frontière d’un Land à fusionner…

  • Les ARS et la gabgie publique devraient assumer leurs responsabilités financières au désastre économique et humain de leur incompétence
    Tous doivent contribuer , avez vous entendu des élus , hauts fonctionnaires proposer une réduction de leurs rémunérations dans la proportion des indemnisés au chomage partiel du privé.
    Comment sont indemnisés les agens publics qui ne travaillent pas , services fermés ( poste , sncf, etc ) es ce qu’ils travailleront plus après etc … Les artisans, commerçants laisseront peut-être leur portes fermées, sans indemnités. Pour les retraités le temps va venir , blocage ,contribution spéciale , et pour les épargnants intérêts négatifs , c’est déjà le cas pour beaucoup de contrats en unités de comptes

  • Bonjour, du coup il ne reste plus qu’à acheter des médias mainstreams pour contre communiquer, restaurer une éducation de masse qui nivelle par le haut, quand est-ce que l’on commence ?

  • L’auteur aurait pu conclure très simplement que c’est le résultat d’une gestion socialiste ou étatiste ( pour moi c’est pareil ) !!!

  • Quand j’ai souhaité partir vivre ma retraite au Monténégro, je ne sais combien de fâcheux (et de fâcheuses plus encore) m’ont cassé les pieds (je reste poli, donc autocensure) à propos de leur système de santé, de ses carences, du manque d’hygiène, et patati et patata…
    Au 13 avril :
    – En France, 133 672 cas déclarés, soit 197 cas pour 100 000 habitants ; 14 393 morts, soit 21,2 pour 100 000 habitants (sans compter les EHPAD)
    – Au Monténégro, 273 cas déclarés, soit 45 cas pour 100 000 habitants ; 3 morts, soit 0,5 pour 100 000 habitants (en comptant les EHPAD)
    Il est vrai qu’ici, les gens agissent au lieu de couper les cheveux en 4 ; que les liens avec la Chine sont très forts (et donc le matériel préventif, de contrôle et de soins, présents) ; ET que quelques décennies de socialisme leur ont remis les idées en place quant à l’adhésion quasi unanime à la liberté liée au libéralisme.
    – Les voisins serbes (mêmes remarques) font un peu moins bien, avec 51 cas pour 100 000 habitants et 1,1 morts pour 100 000 habitants (en comptant les EHPAD).
    Au fait, le système de santé n’est pratiquement pas fonctionnarisé. Il y aurait un lien ?
    Je me permets de rappeler que de très nombreux ouvriers, cadres et ingénieurs chinois sont omniprésents, qui construisent la grande autoroute trans-balkanique Belgrade-Bar. Et que les allées et venues avec la Chine sont plus que fréquents : ils ne sont pas « à l’écart » du risque.
    Et qu’aucun jocrisse ne vienne dire qu’ils truquent les chiffres : ici, le responsable serait (réellement) tenu pour responsable et en assumerait (très durement) les conséquences.
    C’est pareil en France ? Les “patrons” des ARS seront vraiment inquiétés ?

  • Désespérant ! Tout le monde hurle, se moque, dénonce, mais dès que le besoin des fait sentir, vite on appelle maman ARS.
    Vrai que cet organisme est une réunion de gens intelligents mais suffisants et irresponsables. Des gens pétris de leur bouffissure d’orgueil, mais personne ne songe à les éliminer. Maman CPAM est derrière, ARS devant et vous, pauvres crétins, au milieu. Essayez d’argumenter au lieu de hurler, vous serez ridicules, car sans arguments objectifs.
    La seule efficacité des propos violents est de finir par former une masse réfractaire qui pourrait engendrer, quoi ?? une résistance armée, impensable. Mais rassurez-vous, votre chère CGT, ce ramassis de gens qui vous ont vendu successivement aux nazis puis aux Soviets est déjà en marche, et tout le monde restera chez soi, he ho faut rien risquer, et vous passerez en régime soviétique sauce administration française comme vous êtes passé en régime nazi puis cryptocommuniste, toujours avec l’appui de l’administration. Ce sera l’effet le plus sûr de cette épidémie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans cette première partie d'une série de trois articles, nous allons rappeler les faits.

Une épidémie peu grave

Dans le contexte d’affolement que nous vivons il est indispensable de le rappeler.

Quand est apparu SARS-coV2, nouveau virus qui a donné la Covid-19, l’inquiétude était très forte. L’épidémie s’est vite révélée moins grave qu’on ne le craignait. Depuis, les épidémies suivantes dues à des variants différents ont été de moins en moins graves. L’épidémie à Omicron est moins grave que celle au variant indien, elle-même mo... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

par h16

Il y a quelques semaines de cela, je constatais dans un billet étayé par quelques statistiques éclairantes que la médecine française, dans une lente descente qui dure depuis quelques décennies, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Ce billet sera l'occasion de s'intéresser de plus près à quelques intéressants malaises dans la gestion des hôpitaux, bien récents ceux-là, et que le gouvernement semble à peu près incapable de corriger ou même de comprendre.

Et parmi ces malaises, la gestion de la sécurité des données patients ... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.

La première partie de cet article détaille les causes identifiées de la pénurie de médicaments en France.

Spécificités françaises induisant une pénurie de médicaments

La pénurie ne touche pas que la France.

Pour rester dans des pays économiquement comparables, d'autres pays d'Europe  sont touchés, les États-Unis le sont aussi. Dans ce pays " la raison principale de cette pénurie reste des problèmes de matières premières ou des soucis liés à la qualité ". C'est tout.

En France les raisons s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles