Une politique anti-automobile chaotique

Vouloir décider ce qui doit être acheté et mener une politique anti-automobile ne peut conduire qu’à une dictature larvée.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Tom Garritty on Unsplash - https://unsplash.com/photos/3WqEM1UN4fk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une politique anti-automobile chaotique

Publié le 1 octobre 2020
- A +

Par Loïk Le Floch Prigent.

Dans un entretien au JDD, Carlos Tavarès PDG de PSA et futur dirigeant de Stellantis, résultat de la fusion avec Fiat Chrysler, pointe du doigt l’incohérence de la politique des responsables français à l’égard de son secteur et évoque sans fards le puissant lobby anti-automobile agissant dans notre pays.

La liberté de mouvement

Les mesures imaginées par les uns et les autres, Union européenne, gouvernements et métropoles, ignorent superbement l’existence des consommateurs. « Le patron c’est le client » disait François Michelin. Pour lui, la liberté de mouvement était essentielle.

On peut comprendre que celle-ci doive être modérée par les nécessités de la vie en société, mais que les dirigeants n’aient à l’esprit que de l’entraver et la punir, qu’ils veuillent non seulement guider leurs choix mais les ordonner est incontestablement liberticide et le symbole de régimes voulant pratiquer une autorité sur des sujets dont ils peuvent imaginer garder le contrôle alors qu’ils l’ont perdu pour de plus importants.

Quel paradoxe ! S’occuper de façon prioritaire des automobilistes alors que le fameux vivre ensemble n’est plus qu’une illusion et qu’ils ne savent plus comment y revenir !

La révolte des Gilets jaunes a démarré avec la proposition d’augmentation des taxes sur le carburant, le 80 km/heure et l’attaque frontale contre le diesel. La moitié de la population française était ainsi oubliée par des décisions liées exclusivement aux métropoles.

Les parlementaires et élus divers qui continuent à taper sur les hydrocarbures devraient s’en souvenir : ce n’est pas l’effritement des manifestations provoqué essentiellement par leur accaparement par les black blocs urbains qui doit faire oublier les problèmes ainsi posés. Le peuple des petites villes et des campagnes reste attaché à son diesel et à sa voiture.

Pendant que les maires des grandes villes souhaitent voir se répandre les voitures électriques, le client urbain a voté pour le SUV thermique au grand dam de l’écologie politique. Mais la politique du vélo et de la trottinette a plutôt découragé les habitants d’acquérir un véhicule quel qu’il soit, sauf ceux les résistants qui achètent le véhicule impie.

Toujours plus de limites

Maintenant on voudrait limiter la publicité afin d’inciter au changement de propulsion. Mais si nos concitoyens avaient aussi le droit de choisir et s’ils avaient suffisamment de sens critique pour résister à la manipulation ?

On apprend maintenant qu’on réfléchit à une taxe sur le poids du véhicule qui bénéficierait ainsi d’un malus élevé ; mais les véhicules électriques et hybrides, aidés par ailleurs par un bonus, échapperaient-ils à cette nouvelle taxe ? Est-ce que tout cela ne montre pas que les interventions de l’État, des municipalités, mal pensées, mal exécutées, mal anticipées, ne résistent pas à la volonté individuelle de faire des choix et à mesure qu’on veut les dicter, à poser des actes de résistance.

L’écologie punitive des sapins de Noël et du Tour de France sera combattue dans les actes quotidiens des citoyens qui votent pour la liberté.

On voit donc qu’il y a un jeu à deux acteurs : le client et le constructeur automobile.  Le responsable politique s’insère avec une possibilité quasi-infinie de réglementer. Il utilise d’ailleurs ce vecteur, le véhicule individuel, pour lever l’impôt, taxe sur les automobiles et sur les combustibles, avec la justification de l’installation et de la maintenance d’infrastructures liées à celui qui souhaite s’en servir.

L’écologie politique anti-automobile

Mais il faut aussi que cet intrus soit cohérent, et c’est là que l’écologie politique d’une relative décroissance le met dans l’embarras. Si l’on va trop loin dans l’anti-automobile, on continue à devoir malgré tout entretenir les voiries, ne serait-ce que pour les vélos et les trottinettes. Les recettes diminuent pour l’État et les collectivités territoriales, mais pas les dépenses. De plus il y a disparition progressive des emplois industriels et de services que l’importation de deux roues est loin de pouvoir compenser.

Si l’on pénalise les véhicules thermiques on diminue aussi la perception des taxes sur les produits pétroliers. Allons-nous les retrouver sur l’électricité ? Mais comment faire pour distinguer l’électricité destinées aux mobilités par rapport à celle destinée aux utilisations statiques tel que le logement… ?

Et si, comme c’est le cas aujourd’hui et demain, l’électricité est en majorité nucléaire allons-nous continuer à annoncer dans les publicités autorisées que c’est du vert que l’on vous sert alors qu’il n’y a qu’un seul tuyau ? En France, le véhicule électrique est nucléaire et va le rester quelle que soit la politique suivie pendant une bonne  trentaine d’années.

L’État, la Commission européenne, les maires, peuvent continuer longtemps à faire de la communication, à permettre ou interdire les publicités, à punir et lancer leurs anathèmes, il y a des clients et chacun fera au mieux de ses intérêts en pesant le pour et le contre jusqu’à ce que des régimes autoritaires les conduisent à obéir sans discuter et sans comprendre.

L’automobile c’est la liberté, vouloir décider ce qui doit être acheté et effectuer manipulations, incitations, ou punitions ne peut conduire qu’à une dictature larvée en espérant qu’elle ne conduise pas à une autre qui effacerait nos démocraties.

Nous avons compris que l’intrus dans le dialogue client-constructeur doit d’abord mettre de l’ordre dans sa tête avant de proposer et de jeter en pâture à la presse des mesures nouvelles auxquelles il pense.

La sécurité sur les routes nécessite des véhicules sûrs et contrôlés régulièrement, c’est une priorité reconnue, mais elle doit conduire à des mesures acceptées et non à des coups de menton comme pour la limitation à 80 km/heure.

La pollution des villes est un sujet, mais toutes les villes ne sont pas hyper polluées. L’universalité du véhicule électrique est donc contestable, en particulier dans les campagnes et les pays sans électricité abondante et bon marché.

Le climat conçu comme une lutte contre les gaz à effet de serre doit tenir compte de la vie entière des véhicules, depuis l’extraction des produits jusqu’à leur obsolescence : cela ne conduit pas forcément à vouloir généraliser le véhicule électrique ou à hydrogène par rapport au véhicule thermique. La lutte pour la décarbonation n’est pas synonyme de lutte contre la pollution, cela peut même être contradictoire.

L’industrie automobile est génératrice d’emplois

Son abandon conduit aux licenciements et aux fermetures des sites de production. Il faut donc toujours mesurer l’impact des mesures sur la situation industrielle du pays. Nos industriels ne peuvent rivaliser avec l’Asie pour la fourniture de vélos et de trottinettes, à cause des coûts salariaux et du respect de la vie et de la santé des travailleurs…

De même nous ne fabriquons pas encore de batteries (40 % du coût du véhicule électrique). Il faut anticiper une transformation possible de notre industrie avant de décider et donc prendre les mesures en conséquence : soit supprimer les normes et règlements entravant sa compétitivité, soit protéger l’industrie nationale. Dans tous les cas ne pas la pénaliser avec des inventions permanentes de taxes nouvelles. Autrement dit, l’automobile ne peut rester la vache à lait de notre vie collective que si des précautions sont prises quand sont modifiées les règles de son fonctionnement. Les apprentis sorciers actuels la tirent à hue et à dia oubliant, pour la plupart, que s’ils peuvent aller faire des propositions et des discours, c’est souvent grâce à la mobilité que leur permet la voiture.

La dernière idée géniale de taxation en fonction du poids du véhicule tombe dans ce bêtisier qui veut faire parler et aurait l’effet inverse de celui escompté. Ce n’est, hélas, pas la dernière stupidité qui plane sur l’avenir de l’automobile.

Voir les commentaires (52)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (52)
  • vous avez le droit le plus absolu, que je suis prêt à défendre , de ne pas avoir d’automobile.

    on dit depuis longtemps que la lutte pour ou contre le climat repose sur une alliance de circonstance..

    pour la bagnole on a donc de vrais antibagnoles, des promoteurs de la voitures électrique et de gens qui cherchent à justifier plus de taxes..

    les antibagnoles sont contre les voitures électriques, et le gouvernement taxera les voitures électriques, pas question que les taxes sur la voitures disparaissent avec le diesel..

    et pareil on dit la meme chose depuis le début, maintenant pas mals d’années, , quand il s’agit de se payer de mots c’est haro sur la bagnole..quand les gens vont devoir payer ce sera autre chose, plutôt mollo sur la bagnole, on sait déjà d’ailleurs que la solution à ce « problème du mécontentement des masses sera « sociale » les riches paieront ,s auf que les riches ne font pas que payer, ils disparaissent aussi..Cette étape étant atteinte, il faudra bien payer dans ce mode étrange, où bizarrement quand les « accapareurs et les voleurs » ont disparu.. les gens sont plus pauvres.. ce monde étrange où quand on ne « gaspille » plus, on est plus pauvre qu’avant..

    • ce machin repose sur une absurdité funeste, il faut « protéger la nature »..
      et une allégation à tout le moins douteuse, les voitures ne sont pas un progrès humain du fait de la pollution qui « tue » ( et bizarrement pas des morts dans les usines, aciéries, dans les mines, pas des accidents de travail dans les usines ou autre…), rappelons que si imparfait que ce soit, on a un indicateur de notre risque global de mourir, c’est l’espérance de vie.

      les raisons de l’augmentationde l’espérance de vie sont certes parfois complexes, amélioration de la médecine, des conditions de travail et de vie.. on peut même arguer que ce serait mieux sans bagnoles surtout si plus exactement seulement si on se permet d’ajouter » toutes choses égales par ailleurs ».

      or on ne se passera pas de bagnoles toutes choses égales par ailleurs..

      il faut bien comprendre que pratiquement chaque fois que des zozos vous montrent que quelque usage tue… ils n’envisage pas l’aternative.. pour comparer et savoir si en dépit des morts, cela est « mieux »..

      donc se passer de bagnoles c’est juste dépenser beaucoup de pognon sans résultat garanti du tout ,voire avec la possibilité du résultat inverse à ce qu’on pretend obtenir.

      • plus exactement on pourra prétendre au succès si on a pris le soin au préalable de diaboliser les morts liés aux particule diésel..et en effet si plus de diesel (automobile!!)plus de morts liés au diesel automobile ..

        méthode de diabolisation utilisée avec pesticides, nucléaire ou autre..

        mais méthode qui en vient à « envier » le 19 éme siécle..pour sa salubrité..

        • Les morts de l’automobile seront compensés rapidement par les morts à velo, les pompes funèbres ne seront pas lésées, ni les sociétés d’assurances.

    • j’ai oublié dans les antibagoles quelques médecins aux pensées courtes..

  • Ce n’est pas grave, cela ne concerne que le monde rural. Les gens des villes n’ont pas besoin de bagnoles, y a le métro ou le taxi puis le train l’avion, pas de place pour une bagnole particulière….

    • Quel sera l’intérêt d’habiter en ville avec la généralisation du télétravail, le besoin de distanciation sociale, le remplacement des cinémas par Netflix et autres, et ce besoin irrépressible de verdure ?

      • L’intérêt d’habiter en ville… Habite la campagne et on comprends tout de suite.
        Quant au télétravail….. Les indiens vous attendent avec impatience… Et je serais télétravailler j’aurais hâte le soir de retrouver quelques humains dans des lieux de débauches.. A la campagne…

  • Dans cette diabolisation de la voiture, les constructeurs français ont une large part de responsabilité. Ils font en moyenne de plus petits et moins puissants véhicules que le voisin allemand. Ils ont appuyé les politiques vertes en croyant qu’elles leur seraient profitables au détriment des allemands : c’est à dire successivement le tout diesel, mais les allemands s’y sont mis, les normes de pollution mais les allemands ont fait aussi bien et maintenant c’est le poids, on verra si les allemands s’adaptent.
    Quand on est dans le moins disant on gagne rarement la guerre, et l’automobile ne fait plus aucune innovation depuis l’Espace.
    Combien on parie que les électriques allemandes seront mieux que les françaises ? Sans parler des chinoises et de Tesla.
    Quand les industriels font de la basse politique de connivence au lieu de faire leur métier, ça ne peut que mal finir.

    • Si vous bossiez dans le monde de l’auto Français vous verriez que PSA et Renault ne font pas si mal que cela malgré tout le système qui se déchaine contre eux…

      • ils font de la merde autant le dire ..regardez encore les derniers classements en terme de fiabilité, PSA et RENAULT sont loin derrière les japonais ..et en plus leurs caisses sont même pas fabriquées en France alors encore parler de marques françaises ça me fait bien rire

  • Quand les écolos jouent aux petits dictateurs, on en voit le résultat.
    Petit rappel: pas de gaz carbonique = pas de photo-synthèse = pas de vie végétale = pas de vie animale = terre, planète morte.

    • raccourci simpliste, mais qui, quand même, devrait nous faire réfléchir un petit peu.

      • Il n’est absolument pas simpliste mais réaliste car, en effet, le CO2 EST la nourriture des plantes qui transforme de Carbone en sucre et relâchent l’Oxygène qui nous permet de respirer. Et si les plantes venaient à disparaitre tous les herbivores mourraient de faim, puis les carnassiers qui s’en nourrissent, y compris l’homme! Et donc plus de vie sur cette Terre!

  • Je trouve au contraire de l’auteur que la taxation au poids est une bonne idée. En effet, plus la voiture est lourde, plus les freins sont sollicités et plus ils émettent de micro particules. En accélération, le surpoids est synonyme de surconsommation.
    Aujourd’hui, une simple Clio pèse 1300 kg…!!!!
    J’ai eu trois 405 turbo diesel qui ne pesaient que 1100 kg….
    La taxation sur le SCX sera également une bonne chose.
    Il est totalement paradoxal de voir la chasse menée contre l’automobile d’une part et l’accroissement du poids et de la taille des véhicules d’autre part. Et que dire de la mode des SUV, ces engins laids et inefficaces en toutes circonstances (ville, route sinueuses, tout terrain…). seule l’autoroute leur convient !!

    • Dans un monde idéal, les taxes hors tva sur les véhicules seraient supprimés.
      Dans le monde réel, on pourrait justifier une taxe unique pour l’entretien des infrastructures de transport. De là, la taxe sur le poid me semble la moins pire.
      Après le problème des taxes est leurs effets « imprevus »

    • « Et que dire de la mode des SUV, ces engins laids et inefficaces  »
      Si vous n’aimez pas, n’en achetez pas, mais merci de ne pas penser pour les autres.
      Sur les SUV (faux 4 *4 par ailleurs), renseignez vous: certes, ils consomment un peu plus (le mien, 5.1 l/100) mais en terme de confort, c’est mieux, on n’est pas vautré dans son siège. Ce n’est pas par hasard que les clients les préfèrent aux berlines classiques.
      Si le poids des véhicules a augmenté, demandez vous pourquoi: la sécurité passive s’est nettement améliorée, ce qui occasionne des équipements supplémentaires, donc du poids.
      La BX était certes légère, mais il fallait éviter de se prendre un arbre, même à 60 km/h!

      • Je ne pense pas pour les autres, j’exprime MON opinion…!! En ai-je encore le droit ????

      • cerceilannister669
        1 octobre 2020 at 19 h 57 min

        Très bien pour les SUV, mais on devrait aux moins facturées l’entretien du réseau au poids du véhicule (dégradation de la chaussée ) . Dans un pays socialiste tous est dilué facturons suivant l’usage individuel du réseau routier !

      • alors nevez on compense son complexe d’infériorité avec un gros véhicule? grosse voiture, petite b..e (oui je sais la vérité ça blesse)

    • « Il est totalement paradoxal de voir » que, dans une démocratie, les décisions des élites soient à ce point contraires à la volonté du peuple.

    • Les freins…mes freins ont environ 200 000 km, je sais, c’est un diesel conduit par un pépère de la route. L’argument poids est nul et dangereux, les constructeurs seront obligés de sacrifier la securite.

    • On sait faire des filtres à particules pour les freins… Juste un délire de plus.
      Allons, vive le crottin, les odeurs de fumiers et les insectes. Et j’en passe.
      Vous m’en direz des nouvelles.

    • on pourrait aussi taxer les gros : si tu as une petite voiture, mais que tu es gros, l’ensemble pèse plus lourd, donc tu pollues plus. Et puis vu la vague d’obésité, le budget de la France sera bientot à l’équilibre

    • La taxe sur les carburants c’est déjà une taxe sur le poids (les plus lourds consomment plus).

    • la chasse contre l’automobile vient des politiques.
      l’accroissement du poids et de la taille vient des demandes des conducteurs : ce ne sont pas les mêmes personnes !

  • Ces abrutis font vraiment n’importe quoi ! Puisque imposer un malus au poids n’est pas passé, il a malgré tout fallu contenter ces illuminés d’écolos de la CCC, alors pourquoi ne pas augmenter le malus ?
    Ils voudraient tuer l’industrie automobile qu’ils ne s’y prendraient pas autrement !
    Il faut arrêter de penser que seuls les « riches » peuvent se payer des véhicules d’un coût un peu élevé, autour de moi il y a multitudes de gens qui achètent des véhicules d’un certain prix pour diverses raisons, et ce ne sont pas tous des « riches ».
    Tout le monde ne pourra pas se payer une électrique ou une hybride et de toute façon qui paie les aides accordées par l’état ?
    Nous, avec nos impôts.
    Supposons que dans un avenir proche tel que ces idiots l’espèrent, la majorité des gens possèdent un véhicule électrique : comment feront les personnes habitant une tour/immeuble de plusieurs étages pour recharger leurs batteries ?
    Si je veux aller de Marseille à Paris ou aller en Andalousie (pour ne citer que ces 2 exemples), combien d’heures/de jours dois-je compter ?
    Pour un véhicule ayant 300km d’autonomie, en étant large, je vais faire combien d’arrêts pour la recharger, et chaque recharge va durer combien de temps, sur quelle borne, à quel prix ?
    Supposons de nombreux véhicules électriques bloqués sur une autoroute par temps de neige, mettant de temps en temps le chauffage, et qui resteront bloqués par la suite parce que les batteries sont vides, il faudra ensuite les dépanner.
    Quant aux hybrides, où est le gain réel s’il faut rouler trop souvent avec le carburant habituel ?
    Avoir obligé les constructeurs automobiles à se diriger dans cette voie relève d’un suicide et donner raison et pouvoir à ces illuminés d’écolos est une absurdité qui se paiera dans le temps.
    Audiard l’avait bien dit : les cons ça ose tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît !

    • Et en plus ils veulent supprimer le nucléaire, ils rechargeront avec quelle électricité s’il n’y a que des éoliennes et des panneaux solaires? Les cons osent vraiment tout !

    • Vous faites de la science fiction, demain il sera interdit d’aller plus loin que le bout de sa rue en terre battue, la voiture est donc obsolète, de bon godillots suffiront. La voiture électrique…. A part rouler en voiture de fonction de l’état…. Demain l’électricité sera rationnée et réservée à l’élite comme les logements supérieurs à 20 m2 par tête de pipe.pour les magasins voir l’urss.

  • Ces abrutis font vraiment n’importe quoi ! Puisque imposer un malus au poids n’est pas passé, il a malgré tout fallu contenter ces illuminés d’écolos de la CCC, alors pourquoi ne pas augmenter le malus ?
    Ils voudraient tuer l’industrie automobile qu’ils ne s’y prendraient pas autrement !
    Il faut arrêter de penser que seuls les « riches » peuvent se payer des véhicules d’un coût un peu élevé, autour de moi il y a multitudes de gens qui achètent des véhicules d’un certain prix pour diverses raisons, et ce ne sont pas tous des « riches ».
    Tout le monde ne pourra pas se payer une électrique ou une hybride et de toute façon qui paie les aides accordées par l’état ?
    Nous, avec nos impôts.
    Supposons que dans un avenir proche tel que ces idiots l’espèrent, la majorité des gens possèdent un véhicule électrique : comment feront les personnes habitant une tour/immeuble de plusieurs étages pour recharger leurs batteries ?
    Si je veux aller de Marseille à Paris ou aller en Andalousie (pour ne citer que ces 2 exemples), combien d’heures/de jours dois-je compter ?
    Pour un véhicule ayant 300km d’autonomie, en étant large, je vais faire combien d’arrêts pour la recharger, et chaque recharge va durer combien de temps, sur quelle borne, à quel prix ?
    Supposons de nombreux véhicules électriques bloqués sur une autoroute par temps de neige, mettant de temps en temps le chauffage, et qui resteront bloqués par la suite parce que les batteries sont vides, il faudra les dépanner.
    Quant aux hybrides, où est le gain réel s’il faut rouler trop souvent avec le carburant habituel ?
    Avoir obligé les constructeurs automobiles à se diriger dans cette voie relève d’un suicide et donner raison et pouvoir à ces illuminés d’écolos est une absurdité qui se paiera dans le temps.
    J’aime bien cette phrase d’Audiard : les cons ça ose tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît !

  • taxe sur le poids des véhicules …je soupçonne le gouvernement de chercher à faire rentrer de l’argent dans les caisses ; il ne peut pas augmenter les impôts , ni les charges sociales, ni revenir sur la taxe d’habitation …..vous voyez ce que je veux dire ?

    • Y a la taxe foncière, et la taxe pour les ordures menageres…. Qui me fait actuellement le kg d’ordures au prix d’un kg de patates primeurs.

      • tiens récemment j’ai reçu un courrier m’expliquant que comme les ordures sont en baisse en terme de poids les éboueurs ne passeront plus toutes les semaines mais toutes les deux semaines, j’en déduis que ma facture d’ordures ménagères va baisser mais rien sur le sujet dans le courrier ( je sens que je vais me faire baiser sur ce coup)

  • Le temps est venu de se poster devant les ministères, les sièges des entreprises d’état, les écoles publiques, les facs, les sièges des partis politiques, les maisons des maires communistes écolos etc et de lancer des pierres, que dis-je, des parpaings, à tous ceux qui sont véhiculés ou utilisent une bagnole…

  • citez moi une « idée » de la clique du concombre vert qui ait été d’une façon ou d’une autre bénéfique aux gens?
    On peut faire la liste par contre de toutes les idioties coûteuses de ces illuminés se terminant en fiasco, voire en désastre.
    Je rappelle, à toutes fins utiles cette bizarrerie
    comment expliquer que malgré la diminution forcée de nos émissions, au delà d’ailleurs de tout ce qu’ont bien pu produire les COP et autres sauteries dans des pays de rêve avec petits fours et jeunes filles peu farouches, la courbe de Maunaloa se reproduit avec une similitude …étonnante?
    Alors, ?
    ben on se répand en arguments dilatoires:c’est 8% sur l’année, ebn voyons, la nature, la variabilité ,on se risque à des calcules abscons

    Le Global Carbon Project (Friedlingsteinet al., 2019) a estimé que les émissions totales étaient réparties entre l’atmosphère (44 %), les océans (23 %) et la terre (29 %), avec un déséquilibre budgétaire non attribué (4 %) sur la décennie 2009-2018. Alors que l’augmentation des concentrations de GES dans l’atmosphère est due aux émissions humaines, les changements interannuels des taux d’augmentation du CO2 atmosphérique sont modulés par la variabilité des puits, et en particulier de la biosphère terrestre. Le taux de croissance du CO2 s’est situé entre 2 et 3 ppm par an au cours des dix dernières années, le taux d’augmentation le plus élevé de 3,2 ppm ayant été observé en 2016, lors du dernier El Niño (OMM, 2016). El Niño réduit généralement l’absorption de CO2 de l’atmosphère par la végétation, en raison de l’étendue accrue des sécheresses sur les surfaces terrestres. La baisse estimée pour 2020 due à l’arrêt de COVID-19 (4 à 7 % par rapport aux niveaux de 2019, selon le Global Carbon Project) entraînerait une modification finale de 0,08 ppm à 0,23 ppm du taux de croissance annuel, bien en deçà de la variabilité interannuelle naturelle de 1 ppm
    je traduis
    20% de réduction, cela fait…0.08 à0.23 ppm en moins
    100 %…0.4 à1.15 ppm en moins ?
    alors que la variabilité naturelle( dont on ne sait…. rien, c’est ,au doigt mouillé…1 ppm
    et vous allez accepter les délires de cette bande d’illuminés?
    https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/infographie-interdiction-d-acheter-une-voiture-neuve-ou-de-prendre-un-long-courrier-couvre-feu-thermique-quotas-sur-les-produits-importes-les-mesures-chocs-pour-rester-sous-1-5-c-146877.html
    vous avez déjà examiné sur quoi reposent ces fameuses « études » sur la mortalité par les particules?
    Du doigt mouillé? ben oui, comme la plupart des bobards qui à force d’être répétés deviennent des faits incontestables
    Xi n’en peut plus de se marrer de nos lavettes politiques

    • de toutes façons, si il ya bien une chose certaine est que la pollution ne tue pas grand monde directement..normalement il doivent parler en espérance de vie.. et souvent mê si on accepte leurs hypothèses..

      c’est pas tu vas éviter de mourir si tu te passes de bagnole..

      mais au lieu de mourir entre 75 et 85 ans tu vas mourir entre 76 et 86…ou peut être 77 à 86.. dans le pire des cas.. en pratique… pour un individu, c’est « invisible »..
      sauf à penser que par exemple vivre en 2010 ou en 2020 c’est sensiblement différent..

      et c’ets faux puisque ça suppose que tout reste égal par ailleurs…

      • j’avais été séduit par une idée pronée par une ONG suisse, qui récoltait de la ferraille gratuite, et en faisait des petits fourneaux destinés à être distribués dans les pays pauvres, principalement Inde, et Afrique subsaharienne.Ces petits fourneaux évitaient de bruler « à terre » dont avec un meuilleur rendement(économies de bois ou autres) et raccordés à l’extérieur ,ils évitaient d’enfumer l’intérieur de la pièce, d’où un bénéfice pour la santé des gosses.
        Il y a de cela…une vingtaine d’années, et je ne trouve plus aucun info.
        Ils sont retournés sur place, afin d’évaluer le différentiel santé entre les foyers équipés et les autres, dans d’autres villages.
        Rien, nada, pas le moindre bénéfice de santé pour les gosses, ce qui, à l’époque, les avait fortement déçu(vu l’apriori,probable ‘ils ont sans doute bien cherché)
        Alors ces « études à la c… basées sur des biais militants… poubelle
        Dans le même genre, mais il y a des innombrables exemples

        http://seppi.over-blog.com/2017/12/mortalite-des-abeilles-l-erreur-se-tient-debout-derriere-la-ruche.html

        vous avez déjà cherché comment a été fixée la norme sur les nitrates?
        et tout est à l’avenant

        • déjà si il vérifient…

          mais que voulez vous ou bien ça part d’extrapolations à partir de doses importante avec des effets visibles..et c’est douteux.. et purement hypothétique..

          ou bien ça part d’etudes épistémologiques sur des populations importantes mettant en évidence des surrisques faibles mais réels… appliqué à une faible population..vous ne verrez rien..

    • Quoi ? 290 cv, alors que le gouvernement devrait montrer l’exemple!
      les forces de l’ordre devraient rouler en zoe électrique, ou maxi 50cv pour ne pas polluer. Et puis l’armée devrait se contenter de chars d’assault hybrides de maxi 2T5. Ce serait un signe fort pour lutter contre le dérèglement climatique, n’est ce pas MM Doucet, Humic, Piolle ?

      • Le char d’assaut… En 2020 est aussi saugrenu que la cavalerie ou même un rafale, un truc à 1000 euros détruit un machin à des millions d’euros… Pour notre marine l’histoire nous indique qu’elle n’a même pas le temps de vider la fosse sceptique quelle se retrouve au fond de l’eau.

  • Merci, monsieur Le Flock-Prigent, je n’ai rien à ajouter car je partage sans aucune réserve tout ce que vous avez écrit dans votre article. Il se trouve que je suis souvent la cible de critiques plus qu’acerbes quand je défends l’automobile et toutes les industries et les gens qu’elle fait vivre pourtant.

  • Je lis « .. ce monde étrange où quand on ne « gaspille » plus, on est plus pauvre qu’avant..« « 
    Comme ceci est vrai dans ce monstre de société totalitaire que nous préparent les écologistes avec leurs vues et méthodes d’ayatollahs, accompagnés par des politiciens lâches et démagogues incapables de faire la part des choses…ou de faire faire la ´part des choses..
    Je propose de diffuser largement l’aphorisme suivant pour revenir sur terre et faire vraiment bosser correctement ceux qui doivent bosser :
    « Un expert c’est une opinion, deux experts c’est la contradiction, trois experts c’est la confusion….! » Nos politiciens incompétents ne savent pas poser les bonnes questions au monde de la science et encore moins parler des réponses de façon claire pour expliquer leurs choix et arbitrages…. La politique est devenus un métier de saltimbanques et
    d’enfumeurs où vont les mauvais et pas les bons…..!

  • Tout part de l’idée fausse que le CO2 est mauvais alors qu’au contraire, c’est le gaz de la vie (sans CO2, nous sommes tous morts). L’effet du CO2 sur la température de la planète: insignifiant.
    Il est très difficile mesurer la température moyenne de la planète car la température moyenne n’est pas égale à la moyenne des températures. Je répète: la température moyenne n’est pas égale à la moyenne des températures. De la physique élémentaire.
    On ne peut estimer la température moyenne de la terre qu’à un demi-degré au mieux. Or l’effet d’un doublement de la concentration en CO2 dans l’atmosphère aurait un effet d’un millième de degré au plus.
    Cela vaut vraiment le coup de claquer quelques centaines de milliards et de foutre en l’air toute l’industrie automobile européenne pour un millième de degré, non?

    • en fait . et vous expliquez pourquoi un peu avnat, .on ne peut pas estimer la temperature de la terre à une demi degré..on ne peut simplement pas.. ça n’existe pas..

      mais on peut se donner un machin qu’on appelle temperature …et qu’on définit..

      l’idée de la temperature de surface serait une espace de moyenne par unité de surface… d’ailleurs souvent extrapolée à partir de temperatures données par les stations…mais stations qui ne donnaient que un maximum et un minimum..

      c’est un bidule.. un curieux objet..

  • Monsieur Le Floch Prigent, la dictature est de moins en moins « larvée »!

    • non…ce qui est clair est la tendance liberticide..mais on vote .. je suis plus inquiet justement de voir les gens prêts à VOTER pour qu’on réduise les libertés..CPEF… mais il ne peut s’en prendre qu’à lui même..

  • je voulais prendre une hybride comme prochaine caisse et puis j’ai vu que ça se faisait qu’en boite auto, et moi qui suis old school et qui aime tripoter la boite de vitesses j’ai opté pour une full essence en boite manuelle , et j’ai même pas honte ^^

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ça y est, ça le reprend ! Comme lors de son hommage à Samuel Paty, cet enseignant décapité pour avoir utilisé des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d’expression, Emmanuel Macron nous refait le coup du grand Président de la République totalement commis à la promotion de l'esprit des Lumières et à la défense de la liberté qu'il place volontiers "au-dessus de tout" dans ses discours :

"C'est notre choix, depuis plusieurs siècles, de mettre la dignité humaine, la paix, le respect d... Poursuivre la lecture

Par Samuele Furfari.

Après avoir adopté une stratégie hydrogène pour faire comme tout le monde, l’écologiste Tinne Van der Straeten, ministre fédérale belge a signé ce 3 novembre 2021 un protocole d'accord avec la Namibie pour produire de l'hydrogène baptisé vert parce que produit par électrolyse de l’eau grâce à de l’électricité photovoltaïque solaire, hydrogène qui sera transporté en Belgique. L’écocolonialisme est la forme moderne du colonialisme.

On comprend que madame la ministre, au demeurant historienne, ne soit pas en me... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles