Nouvelle étape dans la guerre contre les automobilistes

La guerre contre les automobilistes continue via le renforcement du contrôle technique, l'augmentation des prix et des taxes...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nouvelle étape dans la guerre contre les automobilistes

Publié le 3 juin 2019
- A +

Par h16.

Pour les automobilistes, ces dernières années ont vu se multiplier les vexations aussi diverses que variées qui se sont toutes progressivement traduites par une tendance générale à transmettre un message clair : de nos jours, oser rouler en voiture tient véritablement du crime de lèse-Gaïa ce qui, il faut en convenir, mérite un châtiment exemplaire.

Ceci s’est donc directement traduit par une série de mesures essentiellement fiscales dont le but a toujours été de bien faire prendre conscience de la trahison environnementale ainsi perpétrée.

Dans cette doxa, avoir l’aplomb de choisir une voiture qui brûle de l’essence, ou pire, du gazole, c’est commettre deux énormes faux pas : le premier, bien sûr, est celui d’apporter une contribution négative à notre lutte contre l’abominable CO2 qui, en plus de reverdir la planète, a le mauvais goût d’augmenter en concentration dans l’air après que les températures augmentent, ce qui terrorise une petite frange particulièrement vocale de la population.

Le second, c’est évidemment de vouloir se déplacer individuellement, c’est-à-dire sans tenir compte des plans de mobilité que l’État et ses sbires s’ingénient à mettre en place pour le plus grand bonheur (obligatoire et millimétré) de tous. Comment voulez-vous rendre rentable les gros bus qui crament 100 litres au 100 km si personne ou presque n’y monte en plein milieu de journée ? Comment garantir que les trains arriveront correctement en retard, tomberont en panne en rase campagne comme prévu ou se tromperont de direction avec succès si personne ne les prend et préfère utiliser sa voiture ?

L’idée consistant donc à pénaliser autant que possible l’individualiste égoïste qui roule en voiture thermique prend alors tout son sens et, contrairement à ce que les plus naïfs pourraient croire, il ne s’agit pas d’un combat pour améliorer les automobiles, chasser celles qui pollueraient le plus, ou mieux coller aux besoins de transports individuels.

Non. Il s’agit avant tout d’un combat idéologique, d’une lutte sans merci d’une frange aisée de la population qui sait comment se dispenser de la voiture et entend faire payer ses déplacements par le reste du peuple, contre le reste de la population qui n’a pas les capacités de s’en passer et doit donc composer avec l’averse de contraintes déversées sur elle.

J’en veux pour preuve l’un des derniers amendements récemment voté (camouflé aussi sec par une indispensable proposition de réglementation ferme des lâchers de ballons) dans la loi d’orientation des mobilités :

Toute publicité en faveur de véhicules terrestres à moteur est obligatoirement accompagnée d’un message promotionnel encourageant l’usage des mobilités actives ou partagées, telles que définies à l’article L. 1271‑1 du Code des transports, des transports en commun ou partagés.

Autrement dit, il n’y aura bientôt plus un spot publicitaire automobile en France qui ne sera pas agrémenté par l’une ou l’autre mention légale du style « Vous devriez avoir honte : une trottinette vous irait mieux » ou « Gros pollueur égoïste. Quand on pense qu’un bon vélo suffit ! »

Eh oui : il faut absolument faire comprendre qu’on ne doit plus se vautrer dans la facilité d’une voiture trop grasse, trop sucrée ou trop salée. À ce titre, un message gouvernemental sera donc apposé sur chaque publicité afin de bien laver le cerveau informer le citoyen du dérapage écologique qu’il commet lorsqu’il s’intéresse de près ou de loin à sa mobilité personnelle, le gredin.

Cependant, on sait pertinemment que ce genre de message est rapidement oublié par les cibles initiales tant il devient complètement habituel. Il n’est qu’à voir le peu de cas que font les Français des messages indiquant pourtant clairement que le Nutella est — toute proportion gardée — la nourriture du diable en personne puisqu’il fait grossir, rend moche et méchant, tue des orangs-outans dans leur forêt dévastée et des ours polaires sur leur banquise en pleine fonte : on observe encore régulièrement de véritables ruées sur le produit, malgré ces rappels salutaires, malgré les lois ad-hoc, malgré la propag l’information largement disponible…

Autrement dit, on sait déjà — et notre magnifique législateur en premier — que cette mesure prophylactique ne suffira pas à endiguer la soif perverse de nos compatriotes de vouloir se déplacer en voiture.

C’est pourquoi le gouvernement a conservé quelques cartes dans son jeu, à commencer par celle de l’augmentation brutale de la sévérité des contrôles techniques.

Là encore, on remarquera que le discours initial carrelé de ces bonnes intentions dont on pave l’enfer destinait avant tout ce fameux contrôle technique à assurer la sécurité des véhicules roulant sur le territoire : une voiture avec des équipements de sécurité décents (freins, feux de signalisation, etc.) donne une bien meilleure assurance à celui qui l’utilise et aux autres usagers de la route qui pourraient croiser son chemin. Par la suite, la défense du consommateur sera employée pour accroître les points de contrôle (« Vendre une voiture dont on ne connaît pas la qualité du moteur, vous n’y pensez pas, mon brave !).

Vint enfin le moment d’introduire les objectifs écologiques en surcouche aux précédentes ; le dix-mille-feuilles administratif, assurant que des adultes n’iraient pas exercer sans limite leur responsabilité individuelle, grossit à nouveau de ces exigences climato-polluphobes pour frôler une onctueuse obésité réglementaire sans laquelle nos législateurs se sentent un peu tout nus.

Et voilà : ce premier juillet, une nouvelle bordée de contraintes déboule dans les centres agréés pour ce contrôle technique. L’idée générale est simple : votre voiture à moteur thermique est a priori un danger pollueur, une errance technologique honteuse, une épave au moins putative et dont le seul usage légitime serait le trajet pour la mener à la casse.

En gros, moyennant quelques ajustements des seuils de test, on va multiplier par trois le nombre de véhicules recalés ce qui va évidemment faire les affaires des centres en question, et nettement moins celles des automobilistes dont – rappelons-le – une partie n’avait pas hésité à brandir un gilet jaune ces derniers mois suite aux augmentations stratosphériques des taxes sur les carburants (qui ont, depuis, à nouveau dépassé les seuils déclencheurs de la colère initiale).

Si l’on ajoute les prochains tests (sur cinq gaz d’échappement) encore plus restrictifs qui seront introduits dans les trois ans à venir, on peut raisonnablement s’attendre à une augmentation encore plus significative des visites supplémentaires et des coûts induits pour l’automobiliste.

Rassurez-vous : tout ceci n’aura bien évidemment aucune incidence sur la capacité des Français à se déplacer sereinement, épargner avec calme, renouveler leurs véhicules auprès de constructeurs par ailleurs choyés sur notre territoire. Ce véritable tabassage de l’automobiliste semble acquis et vise à mettre fin à la voiture thermique le plus vite possible sans qu’aucune solution équivalente n’existe pour le moment sur le marché.

Peu importe. Puisqu’on vous dit que le Français peut fort bien se passer de sa voiture, c’est qu’il peut s’en passer, voyons ! L’intendance suivra.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (47)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (47)
  • Comment empecher les gens d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte , des vehicules a duree’de vie limitee , a prix illimite, kilometrage limité, et trajet duement fléché pour eviter que l’on s’egare.
    Et autres avantages,…y en a pas pour vous mais pour les autres , la’paix en voiture de fonction….il parait que l’avion va etre interdit a l’interieur de notre ghetto…..

  • Oui, et vous oubliez les Tesla qui prennent feu. C’est écologique cela ? Aucune contradiction ?
    Brûler du gazole, de l’essence, du tesla, dégagement de CO2 garanti dans tous les cas.

    Que proposent nos crétins d’élus ❓ Des transports par carrioles tirées par des ânes ? Oui mais pas sans contrôle technique du sac à crottin…

    Il y a des coups de pieds qui se perdent. Pour le moment…

    • A propos de consommation on pourra ironiser qu’un modèle essence brûle 6L/100, alors que tesla en est à 2 voitures/100…

  • Ce qui est le plus agaçant dans tout ca c’est la promotion permanente de la voiture électrique comme alternative crédible à une voiture thermique, même en se placant uniquement sur le plan environnemental. Entre le cout de fabrication / destruction, la mise en place d’infrastructures énergétiques pour permettre la recharge rapide (nécessaire si on veut que la voiture électrique devienne le véhicule principal), on a déjà une empreinte écologique bien salée avant même d’avoir fait le premier kilomètre. Et comme il faut beaucoup rouler pour l’amortir (ce qui est d’autant plus facile que les voitures électriques s’adressent avant tout à ceux qui font des petits trajets), il est probable qu’il faille remplacer les batteries à un moment ou l’autre. Bref à part pour l’urbain dont l’essentiel du temps de conduite aujourd’hui consiste à patienter dans des bouchons artificiellement créés, aucun intérêt.
    Par contre les dernières Tesla sont très plaisantes à conduire, il faut le reconnaître.

    • Le problème est que ceux qui parlent écologie visent différents problèmes. Et que la solution à l’un des problèmes, est une mauvaise solution pour un autre.
      Ainsi, si l’on veut lutter contre la pollution de l’air (particules fines), on va inciter à l’achat de voitures électriques.
      Mais si on se soucie d’abord du RCA, on va chercher à supprimer complètement la voiture (puisque la production d’électricité, hors nucléaire ou renouvelable, produit du Co2).
      Si on se soucie biodiversité, on cessera d’ailleurs de construire des éoliennes ou des barrages..etc…
      On peut aussi inciter à utiliser les biocarburants, mais cela obligerait à augmenter les productions agricoles en masse, donc à défricher, traiter les sols etc… Aie, pas bon pour la nature tout cela ! Sans compter que cela ferait monter le prix de la nourriture et générerait des problèmes sociaux (tout comme l’abandon de la voiture d’ailleurs, ce dont les syndicats commencent à se préoccuper).
      Bref, chaque solution engendre un nouveau problème…

      Autre exemple : le projet (arrêté) de transport ferroviaire lyon- Turin : très bien pour moins de co2 et de camions, mais cette nouvelle construction est mauvaise pour les écosystèmes traversés… Sans parler des nouvelles nuisances pour les riverains.

    • Les Chinois viennent d’ailleurs de stopper tout investissement sur les véhicules électriques pour passer directement à l’hydrogène, considérant que le véhicule électrique ne peut être qu’une « transition ».

  • C’est exactement ça! Si bien qu’au lieu de me décourager de prendre ma voiture (essence), je roule encore plus et de préférence seule, (malgré les panneaux incitant au covoiturage pour éviter la pollution) en écoutant mes émissions ou ma musique préférées. C’est juste le nirvana!

    • On peut être agacé par les discours écolo, tant que des solutions vraiment efficaces n’existent pas.
      Mais votre commentaire est, je suppose, ironique. Dans le cas contraire, il est juste très crétin.

      • @claire
        Bonjour,
        Au prix auquel nous payons nos pleins, nous pouvons rouler autant que bon nous semble, avec notre véhicule dûment certifié conforme par la Préfecture et sa carte grise payante. Chacun d’entre nous a payé sa carte grise, mais dès que le véhicule est rendu obsolète par les lois (dont une qui interdit l’obsolescence programmée, sauf pour l’Etat apparamment), notre véhicule « bon pour la casse » ne nous permet pas d’être dédommagés du montant de la dite carte.
        Je n’ai pas les moyens de changer de véhicule aux standards les plus stricts. Ma compagne et moi venons de claquer 500€ dans un véhicule d’appoint qui date de 1999 et qui tourne au SP95. (500€ représentent 5/7 de mon salaire mensuel, et 1/3 du sien, une paille quoi.) Le contrôle technique à 75€, tout frais de l’an dernier, va donc certainement être encore plus cher. Mais nous sommes en France, nous sommes riches, fauchés, mais « riches ».
        Quant au fait d’écouter de la musique, eh bien, peut-être sera-t-elle même soumise aux mêmes turpitudes et autres tracasseries, quand on apprend que Youtube bloque des chaînes de youtubers ne faisant que des réactions à chaud de morceaux de musique.

        • Sans compter que notre véhicule « bon pour la casse » ne finira pas à la casse, mais qu’il y a une forte probabilité qu’il roule encore quelques dizaines de milliers de kilomètres dans un pays africain. Mais bon, vous aurez ainsi bonne conscience d’avoir fait un geste pour l’Humanité. Ou pas.

          • @P’tit Suisse
            Bonjour,
            Que nos véhicules « bons pour la casse » finissent ailleurs qu’à la casse ou au recyclage, ou que j’ai bonne conscience, ne me fait ni chaud ni froid. Ce qui me fait pester c’est que justement ces véhicule auraient pu rouler encore ces quelques milliers de kilomètres. Alors certes, les africains en profitent, mais du coup, si les « épaves » polluent ici, je ne vois pas pourquoi elles ne pollueraient pas là-bas.
            De toute façon, les règles, normes, lois, de l’Etat font que nous amenons des véhicules en état de rouler, réparables sans toutes ses contraintes coûteuses à la casse. Et une fois la cession du véhicule faite, ce qu’il devient ne regarde plus le propriétaire précédent puisqu’il aura suivi le processus légal. (En plus, il y a de fortes chances qu’il ait eu à payer pour s’en défaire.)

      • Pourquoi ce commentaire serait-il crétin ? Qu’est-ce qu’on entend par pollution ? Savez-vous que lorsqu’il y a un pic de pollution à Paris on interdit à des véhicules de rouler, alors que cette pollution vient du charbon allemand ? Il n’y a pas de solution efficace parce qu’on ne s’attaque qu’à la voiture. Si vous acceptez d’être le dindon de la farce (ou le blaireau), c’est votre droit mais permettez que d’autres ne l’acceptent pas.
        Donc oui, rien à battre du « convoiturage » ! En passant, les rares fois où je l’ai pratiqué avec ma voisine qui travaille à 2 km de mon boulot (pas à cause des écolos mais parce que ma voiture ou la sienne était au garage), c’a été une galère, parce que nos horaires ne sont pas stricts, qu’on peut avoir un appel à passer ou en recevoir un au moment de partir, que donc on part plus tard, mais celle qui a pu partir à l’heure est retardée pour récupérer les enfants et entamer sa 2e journée. Et oui, les écolos bien-pensants sont tout de même souvent de jeunes parisiens sans enfants…
        Et puis, les courses le midi c’est pratique, mais sans sa voiture puisqu’on convoiture, c’est ballot.
        Allez voir aussi la qualité des bus londoniens, eux oui donnent envie d’aller au boulot en transports. Ah zut, pas valable dans les petites villes de province, ni même pour aller d’une banlieue à l’autre. Et surtout pas avec les enfants à aller chercher en rentrant ! Eh oui, les écolos-bobos veulent peut-être que les gens repassent chez eux chercher leur voiture avant d’aller chercher les enfants… et oublient que ce sont justement ces petits km qui polluent le plus ! Et que les soirées sont déjà trop courtes, alors les détours et perte de temps pour faire plaisir aux ayatollas verts, hein..
        C’est long, mais j’ai du mal avec les jugements de valeur des bien-pensants…

  • « Toute publicité en faveur de véhicules terrestres à moteur est obligatoirement accompagnée d’un message promotionnel encourageant l’usage des mobilités actives ou partagées, telles que définies à l’article L. 1271‑1 du Code des transports, des transports en commun ou partagés. »
    Heu… C’est moi, ou c’est de la concurrence déloyale pure et simple ?

    • ah oui, les véhicules terrestres électriques ont aussi un moteur : il est juste activé par une autre source d’énergie.

  • et c’est pas fini …..Voilà que nos chers(onéreux) députés se penchent maintenant sur nos déplacements intérieurs en avion plutôt qu’en train , le but étant de supprimer les vols intérieurs pour lesquels il existe une liaison ferroviaire en moins de 5 heures. .. vivement la téléportation

  • S’agit-il en réalité de mettre fin à la voiture thermique ou de soutenir un marché automobile qui, compte tenu de la meilleure fiabilité des voitures, commence à être saturé? (Fiabilité que ne reflètent pas forcément les contrôles techniques)

  • Je roule en véhicule scandinave….depuis plus de 25 ans (pas le même depuis 25 ans ),fiable,jamais de problèmes ,entretenu comme il est préconisé par le constructeur,freins massacrés au contrôle technique (étriers à changer ….merci pour la note alors que la révision avait moins d’un an) alors que l’on voit des RENAULT diesels avec des fumées noires pas possibles même des modèles récents ,le renforcement du contrôle de la pollution devrait être acquis depuis longtemps lors du contrôle technique on rigolerait…

    • @PCC
      Bonjour,
      Les diesel n’aiment pas la ville, beaucoup moins que les essence. Je vois aussi des berlines allemandes diesel de moins de 10 ans fumer noir. Ces moteurs manquent de RPM et de bornes sur des voies rapides (au minimum le 130 autoroutier). L’entretien y joue aussi, mais un moteur a besoin de respirer… et d’être décalaminé.
      Ma moto de 1993 ne fume pas, ni noir, ni bleu, ni blanc (pourvu que ça dure et que je ne me porte pas la poisse !)

  • Le comble serait que les futurs contrôles techniques finissent par recaler les véhicules neufs!

  • Quand l’auteur parle de 100 litres au 100Km pour le bus, c’est une expression. Un bus urbain consomme entre 40 et 50 litres au 100km. Pendant 15 ans et 200KM/jour en moyenne d’après les chiffres de la RATP. Cette dernière note d’ailleurs la baisse de la vitesse moyenne de ses bus. Ce qui bien sûr n’est pas du tout imputable à la hausse constante du trafic en ville. Quand tout le monde sera à l’arrêt, avec le stop-n-go généralisé, plus de pollution, plus d’accidents :-).
    (Oh le mot « doxa » dans l’article. 2ème occurence de la journée en 2 articles sur Contrepoints.)
    Et sinon, je suis assez d’accord avec l’auteur (ça arrive, arf…) sur le fait que le matraquage de messages limite kons dans les pubs est assez inutile.
    Une annonce qui m’a choqué récemment, c’est ces parlementaires qui proposent d’interdire les vols intra-métropole si le train est une alternative pertinente… Je n’aime pas les interdictions.

    • @Salma Hayek – le six
      Bonjour,
      40 à 50 litres pour 100km c’est énorme, même pour des bus, en ville en plus. Cette consommation est diluée avec le nombre de passagers, mais la conso efective est là. En plus, la vitesse moyenne baisse, donc les temps de trajets s’allongent.
      Vu qu’il y a de plus en plus de personnes dans les villes et dans le pays, c’est normal qu’il y ait plus de trafic. Et les villes réagissent en promouvant le transport commun/collectif et en faisant des travaux POUR favoriser la circulation des transports communs que les villes possèdent, au sens financier. Les voies réservées aux bus, les lignes de tramway sont des voies en moins pour la circulation de tous. Sans compter les aménagements tels que les dos-d’âne, hors normes -hauteur et inclinaison- donc illégaux.
      A Toulon il y en a plus de 200, dont certains sont à la sortie d’une caserne de pompiers, et qui leur a coûté un essieu arrière lors d’une sortie. Avec des blessés transportés suite à des traumas physiques, dorsaux et/ou cervicaux, les dos d’âne sont des plus pertinents.Il est vrai que les pompiers, ou les SAMU, ne sont pas à 5 minutes près, que ce soit pour arriver et intervenir, ou transporter. De plus à Toulon, du fait des nombreux ralentisseurs, les bus urbains ont une durée de vie inférieure à trois ans, au lieu des 15 années de service prévues.
      Les villes sont devenues des cauchemards. La plupart des gens que je connais, dont des citadins, détestent conduire en ville.

      • Ben non c’est pas énorme. Si je prends les chiffres d’occupation moyenne des bus de Bruxelles (j’ai 18 en tête), et je trouve 9,6 pour la Wallonie (c’est plus campagne), ça passe crème par rapport à la voiture.
        Je ne vous fait pas l’affront de vous donner plein de liens sur des études démontrant que le bus 30% moins émetteur de CO2 (et autres) que la voiture.
        Sans compter qu’un bus qui fait 1 million de km, avec disons 10 personnes en moyenne, ça remplace pas mal de voiture nan ? Pour faire ces 10 millions de km, il aurait fallu 13 voitures (en tablant sur 250.000 km par voiture et un taux d’occupation de 1,5)

      • Et que voulez-vous que je dise pour Toulon ? Que c’est mal foutu ? ben oui..
        Et pour les voies réservées aux bus et tramway soustraites à la libre circulation de tous, je pourrais alors dire que les autoroutes, nationales, départementales et routes en général sont autant d’espaces soustraits à la libre circulation des piétons et cyclistes.

        • @Salma Hayek – le six
          Bonsoir,
          Les autoroutes ne sont pas faites pour la circulation des piétons et des cyclistes. Elles sont faites pour dégorger les autres types de routes, sur lesquelles les cyclistes roulent. D’ailleurs, sur les nationales ou les départementales, il n’y a aucun aménagement pour les piétons.

        • J’ajoute que 50l/100 pour 18 passagers ça fait 2,7l/100 par passager. Pour 40l/100 pour 18 passagers on est à 2,22l/100 par passager. Avec les 6l/100 de mon Kangoo, et 4 passagers, je suis à 1,5l/100 par passager.

          • 18 passagers plus un chauffeur donc 19 :
            pour 50l/100km : 2,63l/100km
            pour 40l/100km : 2,1l/100km.

            Pour mon Kangoo, il y a 3 passagers et un chauffeur.
            Avec deux passagers et un chauffeur, je suis à 2l/100km.
            Sur ma moto, 5,5l/100km, avec le pilote et un passager, je suis à 2,75l/100km.

            • Je ne sais pas comment vous l’expliquer diplomatiquement STF, mais votre calcul ne tient pas la route (hihi).
              Parce que, cher STF, il n’aura pas échappé à votre sagacité que les voitures, kangoo ou pas, ne sont que rarement remplie de 3 personnes. Et encore moins de 4 personnes. Pour comparer honnêtement, il faut également prendre la moyenne d’occupation d’une voiture, qui est de 1,1 personne par voiture en Ile de France (chiffre Planetoscope 2012; si vous n’aimez pas la source, trouvez en une autre). Comme vous savez si bien calculer, je vous laisse refaire votre démonstration avec cette fois-ci cette donnée un tout petit essentielle.
              Non non je ne suis pas énervé…

              • « il n’aura pas échappé à votre sagacité que les voitures, Kangoo ou pas, ne sont que rarement remplies de 3 personnes. Et encore moins de 4 personnes. »
                Ah ? Vous ne voyez que rarement des Kangoo ou autres avec des passagers comme des enfants ? Moi j’en vois plein lors des sorties du collège où je travaille. J’en vois aussi pas mal quand je me gare sur le parking de mon supermarché, et aussi quand je pars en vacances. J’en vois aussi le matin et le soir quand je me déplace pour le travail. Il y a un nombre conséquent de ces véhicules que je croise ou double, qui sortent de leur travail et qui sont sur la route pour aller chercher leurs enfants à l’école ou chez les nounous, ou qui vont faire des courses dans la lancée.
                Dès que mon Kangoo est rempli de deux personnes (dont le chauffeur), le bus devient non-pertinent puisque je suis à 3l/100km/personne ; dès il l’est de 3 (dont le chauffeur), le bus est dépassé avec 2,22l/100km/personne contre 2l/100km/personne pour mon Kangoo.
                Pour que le bus ait une consommation comparable à celle de mon Kangoo quand il est rempli de 4 personnes (dont le chauffeur) et sa conso’ à 1,5l/100km/personne, il lui faut transporter 26,6 personnes.
                Un bus avec seulement le chauffeur consomme 40l/100km , ma moto avec moi seul dessus consomme 6l/100km.

                1,1 de taux d’occupation pour 6l/100 : 5,45l/100km/personne. Chouette ! Pour égaler les 2,22l/km/personne des bus, il suffit que le taux d’occupation des véhicules personnels passent à 2,7. Avec un taux de 3, les bus sont dépassés.
                Dès qu’il y a plus de deux personnes dans le véhicule, le bus est à la rue car il consomme trop, même par personne.

                Quand j’étais citadin et que je prenais le bus je ne l’ai jamais vu comme un moyen alternatif à la voiture ni même comme une solution de remplacement à la celle-ci en ville. Je le voyais comme le moyen de déplacement pour les citadins sans véhicule.
                Malgré le métro, le tramway, les bus, les aménagements des voies, les parkings aux terminus des grandes lignes de bus et du métro, il y a toujours autant de véhicules individuels en ville.

    • A Salma Hayek – le six
      Interdire les vols intra-métropole si le train peut pallier le trajet … je trouve cette initiative « géniale »… cela dopera assurément le développement économique et n’entrainera aucun licenciement… Les « libertés » de déplacement ne seront pas interdites mais seulement contrôlées (dans un premier temps). Par la suite, pour l’utilisateur lambda (évidemment), l’interdiction sera entérinée pour « le salut de notre pauvre planète »… mis à mal par le mauvais et égoïste « gaulois réfractaire ». Si ce n’est pas du foutage de gueule, c’est quoi ???

  • Il va falloir prendre des actions chez les éleveurs de chevaux 🙂

  • l’aut’ jour à la téloche un micro trottoir sur le nouveau controle technique toussa :
    gens approuvant majoritairement…
    mais on en parle sans téloche tout le monte dit ils exagèrent… m^me les garagistes m^me les controleurs..
    car c’est le plus beau..

    bilan , des lois sont votées et tout les gens que je connais ou presque les désapprouvent…
    vous dites planete..un député vote oui…du moins je présume…

  • mi je roule en voiture et je les emmerde, voila
    la pollution est le probleme des villes qu’ils se démerdent.. quand on aura tous des voitures électriques on fera quoi pour produire électricité bande de cons!
    si çà continue moi je vais aller vivre ailleurs

  • La voiture est pour beaucoup de gens un outil indispensable pour travailler. Mais c’est aussi pour nombre d’entre nous un merveilleux instrument de liberté. Grâce à un bon réseau routier et des voitures fiables, je peux profiter de me déplacer librement. Mais voilà, c’est ça le problème: la liberté. La guerre contre la voiture, comme la guerre contre le cash, sont en réalité des guerres contre la liberté.

  • Il est urgent de s’unir et de se battre contre l’absurde loi « mobilités » qui veut supprimer cet instrument indispensable de liberté individuelle qu’est la voiture à moteur thermique. Inondons nos députés, sénateurs, la presse automobile de messages vengeurs et de contre-arguments aux délires des bobos verdâtres. Et après, on roulera sans contrôle technique ! Et merde !

  • quel plaisir de lire les commentaires à la suite d’un article de H16…..On peut lire tout et son contraire, cela ouvre l’esprit faute de s’en remettre à un peu de bon sens….. Moi je vais changer de sujet tout en restant dans le domaine de l’absurdité législative et /ou règlementaire : envisagez vous d’acheter une maison ? alors il vous faudra une expertise par un expert « agréé » pour dire si l’installation électrique présente un risque pouvant porter atteinte à la sécurité des personnes. C’est bien mais « il ne s’agit en aucun cas d’un contrôle de conformité de l’installation électrique vis-à-vis de la réglementation en vigueur ». YOUPEE ! si ce n’est pas conforme, c’est qu’il y a un risque. non ? he bien, allez dire cela à votre expert ou à l’AFNOR…….

    • @epidermiquement
      Bonsoir,
      L’Etat et ses agréments… Pour continuer dans le H.S.
      « expert « agréé » pour dire si [peu importe quoi] présente un risque pouvant porter atteinte à la sécurité des personnes »
      Il n’y avait pas d’expert pour expertiser l’ « atteinte à la sécurité des personnes » des Flashballs, joliment nommés Lanceurs de Ba(ba)lles de Défense, semble-t-il.
      Il n’y a pas d’expert agrée non plus quant à la sécurité des Droits des citoyens.

      • Si il y a un expert ce sont les 3 sommations plus que sonores que font les CRS avant de tirer. Maintenant, on retire LBD et grenades de désencerclement, parce que c’est pas gentil. Un regroupement quel qu’il soit commence à dégénérer, les CRS appellent à la dispersion, font ensuite les 3 sommations d’usage et ensuite… ben plus rien, puisque pas de moyens physiques de mettre en application l’ordre de dispersion, les manifestants-casseurs font ce qu’ils veulent, tout le temps qu’ils le veulent. (Manifestants, groupes de hooligans alcoolisés, antifa et extrême-droite etc).
        Moi je dis, faut désarmer la police et les militaires qui partent en opération, ils pourraient blesser les adversaires.

        • @RaphSud
          Bonsoir,
          Ben vu qu’on n’a pas le droit de port d’arme quelle qu’elle soit, nul ne peut leur conférer ce privilège. Donc oui, les flics à poil, comme nous.
          Les manifestants manifestent, les casseurs cassent. Des « manifestants-casseurs » ne sont que des casseurs.
          Pour la dispersion, un canon à eau est tout à fait efficace, et dangereux si la presion n’est pas mesurée. Mais c’est comme le reste, il est question d’utilisation adéquate. Au lieu d’arroser d’eau les manifestants en hiver, il a été préféré de les arroser de balles en plastique. Les LBD sont des armes à feu. La police a tiré sur la foule à l’arme à feu.
          Les C.R.S ne sont pas là pour matraquer du manifestant. S’ils étaient déployés correctement, ils fondraient sur les casseurs et leur mettraient les pinces. Ils ne matraqueraient ni ne tireraient sur des manifestants inoffensifs. (ex la manifestante jaune à Biarrits qui prend une balle de flashball, alors qu’elle ne fait rien ; ou encore un autre je ne sais plus où qui prend un coup de matraque alors qu’il ne bouge pas, ne représente aucune menace, et ne voit même pas le CRS arriver.)

  • Il faut espérer qu’un allègement des conditions du Référendum d’Initiative Partagé puisse prochainement être mis en oeuvre pour que le bon sens de la majorité des citoyens permette d’inverser la tendance apragmatique actuelle.

  • Et si nous parlions chiffres et limitations de vitesse pour diminuer la pollution. imaginons un vehicule qui, en roulant à 100kmh, serait crédité d’une consomation de 5L au 100 Km, et polluerait pendant 60mn pour parcourir les 100 Km, ce qui nous donne 5L: 60mn= 0,083L par mn. Ce même véhicule qui est créditer d’une consommation de 6L pour 100km, en roulant à 120kmh, va donc consommer 6L: 60mn= 0,1 Lmn, mais comme il va parcourir les 100k en seulement 50mn, il va donc pollué 10mn de moins pour le même parcours. Ce qui signifie que, même en consommant plus, il ne pollue pas plus puisqu’il pollue moins longtemps. notre ami Monsieur de La Palice ne dirait pas mieux, seulement lui n’avait pas fait L’Ena.

    • rassurez-moi, vous non plus ?

    • @Pagand
      Bonsoir,
       » 6L pour 100km, en roulant à 120kmh, va donc consommer 6L: 60mn= 0,1 Lmn, »
      Du coup il consomme 5l pour parcourir ces 100km. 0,1l/mn x 50mn. Soit autant que de rouler à 100km/h et de consommer 5l/100km. Le gain est sur le temps.

  • Nous sommes là devant une nouvelle bataille qui oppose une dictature soft à la liberté. La voiture est le symbole de la liberté pour tous les citoyens , ce qui exaspère les tenants de la dictature soft mais réelle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les politiques n’aiment pas l’innovation. Ils la tolèrent si celle-ci se fait dans des laboratoires agréés, avec marqué « innovation » au-dessus de l’entrée et sur les papiers à en-tête, et avec des subventions décidées en commission et un planning bien défini : janvier, définition des objectifs ; février, rédaction du rapport préliminaire destiné aux politiques ; mars, échanges avec les politiques ; avril, mai, juin… décembre (des années à venir), remise du ou des prototypes et du rapport final aux politiques.

Le lamentable exemple ré... Poursuivre la lecture

Le contrôle technique coûte cher, encore plus cher depuis 2018 où une réforme dans le domaine avait donné lieu à une augmentation de plus de 12 %. Cela avait d'ailleurs fait l'objet de revendications pour les Gilets jaunes. On apprend désormais qu'une hausse d'un autre type est à prévoir : les tarifs augmentent pour les véhicules plus "respectueux de l'environnement".

Simplauto a mené une étude réalisée grâce aux relevés de tarifs des contrôles réalisés en juin 2022. L'étude souligne que les tarifs des contrôles techniques ne sont pas ... Poursuivre la lecture

diesel
4
Sauvegarder cet article

Le premier juillet marque assez logiquement le début de la seconde moitié de l'année et constitue souvent une occasion pour les administrations de revoir leurs barèmes et pour le gouvernement d'introduire de nouvelles mesures pas toujours très populaires. Il faut dire que, ça tombe bien, à partir de ce mois, l'esprit des Français est résolument orienté sur leurs prochaines vacances ce qui explique sans doute que c'est pendant ces périodes que les pires crasses leur sont infligées.

L'année précédente, on se souvient que ce même mois ava... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles