Gilets Jaunes : qui sème les taxes récolte la tempête !

Le fossé entre le peuple français et ses gouvernants se creuse dangereusement, ce ne sont pas des « j’ai entendu mais je ne ferai rien » qui les rapprocheront. L’opinion de Christine Singer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mouvement des gilets jaunes, Andelnans, 24 Nov 2018 By: Thomas Bresson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets Jaunes : qui sème les taxes récolte la tempête !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 novembre 2018
- A +

Par Christine Singer.

Qu’on soit pour ou contre le mouvement des Gilets Jaunes, il n’en demeure pas moins que répondre par le mépris au ras-le-bol fiscal des Français et notamment d’une part croissante de la population qui n’arrive plus à joindre les deux bouts, ne peut que conduire au chaos et au rejet du pouvoir.

Assimiler ensuite les manifestants à des casseurs et des séditieux en ignorant que la grande majorité sont des hommes et des femmes qui travaillent mais à bout et incapables de violences urbaines, c’est inacceptable et dangereux.

Si on ne peut ignorer les violences, violences que je condamne totalement, ne restons pas aveugles à ceux qui ont toujours, et de tous temps, profité des manifestations pour s’y introduire et casser. D’autant plus que ces groupuscules sont connus et continueront tant que personne ne les arrêtera. Les FAUX Gilets Jaunes, les Blackblocks et autres joyeusetés, ce sont eux qu’il faut déloger.

Débat biaisé

Répondre politiquement aux Gilets Jaunes en les faisant passer pour des anarchistes, ce n’est pas digne du président de la République, ni des membres de son gouvernement. Et cela s’applique également à certains médias comme BFM TV qui, à longueur de journée, comme pendant les élections présidentielles, n’ont pas fait leur travail de journalisme mais de démolition savamment orchestrée par le pouvoir désormais actuel et leurs copains.

Le « sommet » – c’est le nom dont ce pouvoir s’affuble – continue à ignorer la détresse et ce que souhaitent les Français : arrêter avec cette fiscalité galopante, qui vient grignoter jour après jour le fruit de leur travail, sans résoudre ni le problème du pouvoir d’achat, ni le problème de celles et ceux qui profitent du système social infantilisant et irresponsable.

Caricaturer un mouvement pour le rendre anxiogène, ce sont des méthodes qui ne contribuent pas à l’apaisement, et au dialogue, tout ce dont notre pays a besoin.

Tout comme il a besoin surtout de fiscalement respirer : moins de dépenses, moins de taxes.

L’écologie est un tonneau des Danaïdes facile, les milliards qui y entrent disparaissent sans traçabilité. Les Français ne sont pas contre l’impôt, ni contre l’effort, et ils l’ont souvent prouvé… mais l’absence de vision du gouvernement, l’absence de projets définis et ambitieux remplacés par des idées floues ou seules les dépenses sont précisées mènent au désarroi et à la résistance citoyenne.

Le fossé entre le peuple français et ses gouvernants se creuse dangereusement,  ce ne sont pas des  «  j’ai entendu mais je ne ferai rien » qui les rapprocheront.

Il ne faut pas jouer la France contre son peuple !

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  •  » faire passer les gilets jaunes pour des anarchistes , pas digne d’un président … », lequel président n’a justement aucune dignité , aucune morale , et de toute façon ce type de réaction démontre ni plus ni moins que l’exécutif à la trouille ; et c’est tant mieux ;

    • Vous n’auriez pas la trouille, vous, si vous constatiez qu’un mouvement enfle dangereusement jusqu’à vous déloger de votre fromage, dans lequel vous pensiez être à l’abri de tout?

  • On est tous pour moins de taxes, mais on est certainement bien moins pour une baisse en contrepartie des aides, du nb de fonctionnaires, du nb de remboursements etc. L’un va avec l’autre. Et pour le moment on continue toujours à augmenter le budget de l’état, ce dernier continuant à vouloir tout régenter.

    • Si vous payez 100 de taxes en moins, et qu’en contrepartie vous recevez 70 d’aides en moins, avez-vous besoin d’une calculette pour savoir si c’est votre intérêt ? En revanche, il est clair que c’est l’intérêt de ce « on » dont vous parlez, qui augmente continuellement le budget de l’état.

      • Le problème est que ceux qui payent le plus de taxes ne sont pas ceux qui reçoivent le plus d’aides.
        Votre exemple est valable en théorie. En pratique, la plupart des gens payent 50E de taxes et reçoivent 70E (directes ou indirectes), ils ne veulent donc pas que le système disparaissent mais juste payer moins de taxes.
        Et une minorité (les riches, nantis…etc les plus de 4000E/mois pour rappeler un seuil fixé par Hollande) payent 150-200E de taxes et ne reçoivent QUE 10E voire aucune aide. Mais si ceux-ci ont un poids économique, ils n’ont aucun poids électoral. Il faut juste que nos gouvernants arrivent à en extraire le maximum sans les tuer. Seulement, quant nos gouvernant en sero,t arrivé à juste essayer de sauver leur peau, ils n’hésiteront pas à tuer la bête qui les nourrie, juste pour survivre un peu plus longtemps (cf Vénézuela)

        • Pas faux. Le grand challenge consistera à faire prendre conscience à la masse que la répartition a aussi un coût caché en terme de chômage, d’opportunités professionnelles perdues etc.

          Mais bon, vous avez raison, c’est pas gagné.

          • @Pangzi
            Bonjour,
            « Le grand challenge consistera à faire prendre conscience à la masse que la répartition a aussi un coût caché en terme de chômage, d’opportunités professionnelles perdues etc. »
            Cela est difficile avec le gavage cérébral distribué, que l’ « école est gratuite, les hôpitaux sont gratuits, etc… », surtout quand c’est le président lui-même qui le dit, dans son discours du jour quant à sa « croyance profonde » ou sa compréhension profonde des gilets jaunes et de leurs difficultés, et que cela vaut bien quelques impôts.

            – « Oh là ! Tu pestes l’ami !? Je te donnais 70 et ce nest point assez. Ok t’inquiète ! JE t’en donnerai 80. Et au lieu de t’en prendre 100, JE t’en prendrai 150. C’est que, te donner plus, c’est allourdir la charge de travail de MES sous-fifres, MES frais augmentent donc, vois-tu l’ami ? »

        • C’est vrai, vous avez raison, ceux qui perçoivent et ceux qui paient ne sont pas les mêmes. Mais nous avons atteint le stade où ceux qui ne perçoivent plus parce qu’ils ne sont pas assez pauvres voient disparaître leurs espoirs : même s’ils gagnaient un peu plus, ils se mettraient à payer beaucoup plus, ce qui les laisserait Gros-Jean comme devant. Certains essaient de leur faire croire que c’est l’ISF, qu’ils ne paieraient jamais, qui va se substituer à leur taxation. C’est facile à démonter, même loin de l’ISF, on raque tellement qu’en effet on ne l’atteindra jamais, mais une solution à 6 milliards en moins dans l’économie productive, et 100 euros en plus distribués par tête, même sans calculette un gilet jaune voit bien qu’il a un loup quelque part.

    • Quand on parle de baisse de dépenses il faut commencer par s’attaquer, non pas aux aides, mais aux administrations inutiles (voire néfastes), à tous les comités théodule qui servent à caser les énarques et les copains, à la réduction de l’immigration vu la situation du pays etc…

  • « Les FAUX Gilets Jaunes » sont peut-être plus dangereux pour le pouvoir que pour les vrais gilets. Samedi ils ont créé une image pourrie de notre pays faisant fuir touristes et acheteurs, un samedi très couteux pour tous et l’État. Les ronds points d’accès aux temples commerciaux bouchés et les centres ville vidés de leurs commerces depuis longtemps peuvent couler le pays. Quand l’économie est touchée, les dirigeants tremblent. Imaginez qu’en décembre les achats de fin d’année soit énormément réduits, à votre avis comment se passerait la suite ?

    • Ca n’est pas du tout coûteux pour l’état, c’est coûteux pour certains citoyens et commerçants. Ce qui est coûteux pour l’état, c’est de ne pas être capable de gérer un pays sans avoir le record de prélèvements obligatoires, et que ça se sache d’un coup partout dans le monde que la France augmente encore ses taxes sur les carburants, au point que le peuple s’en révolte, et que ses gouvernants prétendent encore malgré cela être des interlocuteurs honorables et même donneurs de leçons dans les grands raouts internationaux. Je ne crois pas que ce soit trop cher payé, vu les conséquences potentielles.

    • Amusant, c’est le même commentaire que B.Le Maire , qui affirmait que ce mouvement impactait les commerces. Nous n’avons pas vu, le même zèle dénonciateur de la part de ce ministre quand les syndicats bloquaient les transports en commun.
      En même temps, ces taxes gripperont au coup sûr, l’économie, mais ce n’est pas visible immédiatement.

    • D’après ceux qui y étaient, il aurait été facile, si on l’avait voulu, d’empêcher les casseurs d’accéder aux Champs Elysées. Ce sont les ordres qui manquaient. Le gouvernement aurait voulu discréditer le mouvement qu’il ne s’y serait oas pris autrement et les medias serviles ont bien relayé ce qu’il fallait. La presse étrangère a été beaucoup plus perspicace.
      Il n’en demeure pas moins que les gilets jaunes se sont fait avoir comme des bleus, certains avaient prédit ce qui s’est passé. Il aurait été plus malin de ne pas adopter un mode de manifestation de « l’ancien monde » et d’investir les rues de la capitale par petits groupes de promeneurs en gilets jaunes.

    • Ben, bloquer l’accès aux ‘temples commerciaux’, c’est peut être aussi un moyen d’avoir un peu plus de pouvoir d’achat ?
      Avons nous besoin des gilets jaunes pour limiter notre addiction à la grand-messe de la consommation, avec bénédiction des caddies à la sortie ?
      Je pense malheureusement que oui…

      Mais on n’en mérite pas moins d’avoir plus de sous dans le porte monnaie !

    • @Parcoureur
      Bonjour,
      Les « FAUX Gilets Jaunes » ne sont pas dangereux pour le pouvoir, autrement il aurait démentelé et assigner à résidence les membres de ces groupes, comme il l’a fait lors de la COP21.
      En plus, ces groupes sont « socialement proches », comme les autres fouteurs de troubles lors de manifs syndicales plus classiques. Ces fouteurs de m…e, même non encartés, qui viennent pour casser des biens matériels, dégrader du bien public, et cogner sur les passants, à plusieurs contre un (comme pour la célébration de la victoire de la Coupe du Monde) sont aussi « socialement proches ». Ils ne réprésentent auxun danger pour le pouvoir.

  • Les merdias serviles se sont consciencieusement appliqués a faire passer les Gilets jaunes pour des Racistes, des homophobes, etc …des casseurs, en montant en épingle un évènement ici ou la, certes regrettable et déplorable, qui ne représente rien par rapport aux milliers d’actions réparties sur le territoire. La palme est sans doute l’attaque mystérieuse de la propriété d’une député LREM de l’Aude.

  • macron n’arrivera pas a convaincre de toute façon

    • Il ne cherche pas le moins du monde à convaincre, il cherche à montrer qu’une popularité sous les 20% ne doit pas paralyser un président…

      • @MichelO
        Bonjour,
        Il veut montrer que malgré sa côte de popularité en berne, il a des cojones.
        Il veut montrer que c’est lui le « chef » et que c’est lui qui décidera ce qui est bon pour l’Etat ET la planète, même si ça doit laisser le pays exsangue.
        Il veut montrer que les revendications « profondes » du mouvement, ne sont rien comparées aux siennes, et que ces dernières sont prioritaires. Les gaulois réfractaires peuvent retourner à la niche et continuer de faire des efforts.

      • Mais avez-vous conscience qu’un hypothétique président qui tenterait ce qu’il faut pour redresser un pays drogué de socialisme aurait initialement bien moins d’opinion favorable que ces 20% et risquerait de finir étété en place publique?

  • L’écologie tonneau des danaïdes ? que nenni, le projet de loi de finance 2019 est en cours d’examen. Il prévoit encore une hausse des recettes issues de la TICPE : elle va rapporter l’an prochain 3,9 milliards d’euros de plus pour atteindre près de 38 milliards d’euros. Mais la part directement allouée à la transition écologique sera de 7,2 milliards, comme ce qui était prévu au départ pour 2018. A qui profite le crime ?
    « Le fossé entre le peuple français et ses gouvernants se creuse dangereusement, ce ne sont pas des « j’ai entendu mais je ne ferai rien » qui les rapprocheront ». Alors qui les rapprochera ? nos élus ? je rie … jaune.

  • Le president ne peut rien faire sans le peuple.
    Le sait il?
    Le peuple n’est pas convaincu que le contribuable français soit pertinent a sauver la planete; d’autant qu’il est clair que l’écologie
    n’est qu’un moyen de camoufler l’objectif principal , faire payer au français leur système social via les prélèvements indirects, plutôt qu’en taxant les entreprises et le travail.;

    C’est un erreur dans le timing, il aurait fallu d’abord réduire la depense publique de 15 points, en s’attaquant a l’organisation des services publics et des instances de décentralisations, régions etc..avant.
    sans doute la menace syndicale lui a semblé plus compliquée a résoudre .
    Mais il ne peut rien faire sans le peuple. gageons que les syndicats poussent a la roue en sous marin , pour repousser aux calendes qu’on touche a la fonction publique..
    C’est un erreur d’appréciation , car le peuple lui aurait supporté de voir certaines citadelles tomber.
    Cette erreur lui sera fatale , c’est deja joué, désormais les reformes
    feront l’objet de réactions syndicales importantes..
    C’est cuit.

    • @claude henry de chasne
      Bonjour,
      En 1789, les sujets de Louis XVI pensaient qu’il était un bon roi, qu’il entendrait leurs revendications et qu’il y remédierait. Ils se sont trompés. Le bon roi Louis, n’avait qu’un souci : prélever plus d’impôts, sur les sujets, pour couvrir le déficit royal. Il n’a pas entendu (voulu entendre) et n’en a fait qu’à sa tête, et l’a perdue.

    • « le peuple lui aurait supporté de voir certaines citadelles tomber. »

      Je ne pense pas; vous sous-estimez le pouvoir de nuisance des syndicats qui savent très bien mettre le peuple de leur côté dès qu’on fait appel à la force publique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles