Retraites : la pandémie de tous les dangers

On peut craindre que la pandémie ne fournisse un excellent prétexte à ce gouvernement pour imposer au secteur privé et à ses retraités des sacrifices injustes que, sinon, il n’aurait jamais pu exiger d’eux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Generations by Kevin Dooley (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Retraites : la pandémie de tous les dangers

Publié le 13 juillet 2020
- A +

Par Thierry Benne.
Un article de l’Iref-Europe

Il y eut d’abord en janvier 2020 l’apparition officielle du virus en Chine, à laquelle et malgré la présence de notre consulat à Wuhan, personne ou presque ne daigna chez nous vraiment porter attention, moquant même ceux qui se risquaient à y voir autre chose qu’une grippe exotique, passagère et bénigne.

Ensuite vint la menace, le virus se propageant de manière alarmante, et même avec tous les freins et les retards que la Chine mit à en convenir, on commença à la prendre au sérieux.

Puis éclata enfin la pandémie tardivement déclarée par l’OMS, avant que ne se dessine peu à peu inégalement la propagation à tous les continents, alors que les recherches entreprises sur le patient zéro en détectent l’origine de plus en plus tôt, dès novembre 2019, voire bien avant.

Et l’on découvrit progressivement que la France manquait de tout. Pas de masques car récemment détruits, mais pas renouvelés. Pas de tests, nos laboratoires vétérinaires en avaient pléthore mais ont été contraints de les céder à l’étranger, nos gouvernants préférant la pénurie à l’image ravageuse de l’hôpital public sauvé par des « vétos ».

Pareil pour l’hospitalisation privée constamment maintenue en marge, la médecine de ville étant en même temps pratiquement proscrite aux patients. On a aussi transformé les EHPAD en lazarets quasi carcéraux.

Pour faire face à la montée de la pandémie, il n’y avait pas suffisamment de lits équipés là où il en fallait, au point d’ imposer à grands frais des réaménagements d’urgence dans les établissements et de lourds transferts inter-régionaux ou même internationaux à quelques centaines de patients jugés transportables.

Pas assez de respirateurs non plus, au point de devoir en bidouiller des avatars à toute vitesse, en 3 D ou avec des masques de plongée Décathlon, avant que le concours spontané et efficace du secteur privé ne porte secours aux vierges folles du secteur public.

Puis les médicaments vinrent à se faire rares, quelquefois à manquer. Pas de sur-blouses pour les soignants obligés de tailler à la va-vite leurs protections dans de sinistres sacs poubelles.

Bref d’un côté, le dévouement sans borne des personnels, leurs initiatives constantes pour contourner les blocus administratifs, vaincre les pénuries de tout et soigner envers et contre tous.

De l’autre, l’incurie obscène de l’État incapable de gérer ce temps de crise et contraint, après avoir épuisé tous les expédients, après avoir menti effrontément à la population, d’imposer un confinement général et prolongé qui en dit long sur le désarroi de nos élites « républicaines » et l’inexcusable décrochage de la haute fonction publique.

Ce catalogue critique, mais nullement exhaustif, n’est ici rappelé que parce qu’il montre comment l’État, par son imprévoyance, ses contradictions et son impéritie a sans nul doute très largement alourdi la facture – tant en vies perdues qu’en euros – d’une pandémie incomparablement mieux traitée en Allemagne (pays riche) ou en Grèce (pays pauvre).

Or ce confinement universel nécessité par l’absence de toute autre option, a entraîné la mise en place d’un chômage partiel, dans des proportions encore jamais vues, puisque le pic atteignit plus de douze millions de travailleurs, la plupart payés à ne rien faire (sauf à assurer la garde de leurs enfants dépourvus d’enseignants) ou à peu faire. Le résultat est que la moitié ou presque des travailleurs du secteur privé se sont trouvés en chômage partiel ou complet.

Des retombées du confinement sur les cotisations retraite

Mais s’il est normal qu’en cette période de crise, l’État ait assoupli les conditions de l’indemnisation du chômage de manière à éviter que la misère ne se répande sur le secteur privé, s’il est normal aussi que l’État assume le financement des indemnités dues à sa seule décision, il n’est pas admissible que l’ampleur de ce chômage de crise vienne à mettre en péril l’équilibre des caisses de retraites complémentaires, alors qu’en outre nos gouvernants se vantent d’avoir mis en place le système le plus généreux du monde (traduction : le plus ruineux pour le contribuable).

Certes un dispositif correcteur a été ajouté en urgence pour la retraite de base, mais les indemnités de chômage sont exemptes de toute cotisation sociale et elles ne procurent donc aucune ressource aux caisses de retraites complémentaires privées.

Et visiblement, le patronat qui externalise à bon compte une partie de ses salaires et les cotisations afférentes, tout comme les salariés, qui ne payent plus du tout de cotisations ouvrières, s’entendent comme larrons en foire pour… proposer mezzo voce de mettre une nouvelle fois à contribution les retraités qui n’en peuvent mais et qui souffrent une fois de plu qu’on leur interdise obstinément toute représentation collective nationale.

En multipliant les précautions, le Conseil d’orientation des retraites a prévu le 11 juin dernier une moins-value globale de recettes de quelque 26 milliards d’euros pour la seule année 2020.

Or avec le système de répartition universelle dont nous sommes si fiers (bien que personne ne nous l’envie), ces caisses ne peuvent distribuer des pensions qu’à partir des encaissements de cotisations d’assurance-vieillesse qui leur sont dédiés. Le défaut persistant de rentrées d’une part importante de ces cotisations signifie immanquablement -une fois consommés les quelques excédents transitoires et les quelques réserves amassées ici ou là- le tarissement à terme du versement des pensions.

Les retraites du privé pour éponger la dette crée par l’État

Et quand l’État refuse d’avancer à l’AGIRC-ARRCO la contrepartie des cotisations dont le chômage partiel l’a privé, il se défausse sur le secteur privé d’une partie importante des conséquences les plus immédiates de l’arrêt d’activité qu’il a imposé autoritairement au pays et dans des proportions d’autant plus critiques que ses propres carences, patentes sur toute la ligne, ont fortement contribué à aggraver la situation.

Alors certes on peut y voir simplement un refus provisoire, qui sera rapidement levé quand les choses rentreront dans l’ordre et que – espérons-le – la raison reviendra. Mais on peut aussi avancer une analyse tout autre à la lumière récente du bras de fer qui a opposé l’État à l’AGIRC-ARRCO, aux caisses des professions libérales ainsi qu’à celle du Barreau.

Le Covid : un bon prétexte pour mettre la main sur les réserves des caisses des libéraux

On se rappelle, lors de la présentation du projet de réforme des retraites, la volonté avouée du gouvernement de mettre la main sur ces différentes réserves. Devant la bronca suscitée par cette tentative de hold-up, le pouvoir a certes reculé, mais sans jamais renoncer complètement à mobiliser ce pactole pour ses propres besoins, notamment le coût faramineux des mesures transitoires en faveur des régimes spéciaux indûment prolongés sur plusieurs décennies.

En asséchant les recettes des caisses titulaires de ces réserves par une organisation prédatrice du chômage partiel, dont une conséquence importante se trouve ainsi indûment transférée sur l’assurance-vieillesse, l’État pourrait sans difficulté contraindre les caisses les plus prudentes et les mieux gérées à piocher dans leurs réserves aux pires conditions, c’est-à-dire dans l’urgence et face à un marché qui est loin d’avoir recouvré ses cours de fin d’année.

Or, en constituant ces réserves, les cotisants et retraités concernés n’avaient nullement pour intention d’épargner à l’État la charge d’un confinement général dont il a souverainement et solitairement décidé et abusé, avec son corollaire du chômage partiel dont les caisses de retraites devraient être intégralement déchargées.

En réalité et avant même l’adoption incertaine de la réforme des retraites, il s’agirait d’un véritable passage en force, destiné à faire plier les opposants les plus déterminés à la réforme en cours. Naturellement, la pérennité et le pouvoir d’achat de nos retraites déjà si fort mis à mal, sont en cause.

Tous les médias, avec le renfort à l’unisson de nombre de prétendus spécialistes fort complaisants, insistent à loisir sur le montant pernicieux du niveau de vie qui, en mélangeant opportunément pensions de retraite et revenus du patrimoine, va confirmer que les retraités s’en mettent plein les poches.

C’est ainsi que, même en cas de gel des retraites, l’effondrement du PIB va notablement accroître l’écart du niveau de vie entre actifs et retraités, au point qu’un nouvel impôt anti-retraités pourrait en dépit des engagements de l’exécutif devenir moins improbable : alignement sur le taux de CSG de droit commun ou encore suppression de l’abattement forfaitaire au titre des frais, sans préjuger davantage de l’imagination vibrionnante de Bercy.

Bien entendu et comme le rappelle à juste titre « Sauvegarde Retraites », cela pose encore un problème d’égalité et de justice sociale, puisqu’une fois de plus le secteur privé sera taillable et corvéable à merci, alors que (exception faite naturellement des soignants et autres corps courageusement restés au front) une bonne partie du secteur public aura discrètement jeté aux orties la continuité du service dont il se gargarise à tout bout de champ, en se faisant largement porter pâle.

En effet, en contraste avec la mobilisation du secteur privé sur nombre de métiers vitaux pour le fonctionnement de la collectivité (notamment distribution, alimentation et transports), il a été ménagé dans le public, à côté d’agents qui, sans flancher, ont parfaitement assuré leur mission, un secteur préservé (notamment la poste, la justice, l’enseignement, la Sncf, la Ratp etc.) qui a largement bénéficié sans guère de contrepartie, du maintien de l’intégralité de son traitement, de ses primes et de ses droits à retraite par la ponction magique sur un contribuable sidéré et qui n’en peut plus.

On peut craindre dès à présent que, dans le tournis des centaines de milliards en jeu, la pandémie ne fournisse un excellent prétexte à ce gouvernement pour imposer à son gré, hors réforme ou dans la réforme, au secteur privé et à ses retraités, des sacrifices injustes que, sinon, il n’aurait jamais pu exiger d’eux.

Il lui faudra pourtant faire attention à ne pas définitivement s’aliéner davantage les 17 millions de retraités, qu’il n’a cessé de matraquer durant tout le quinquennat et dont la sensibilité est désormais à fleur de peau. Car le souvenir récent des Gilets jaunes est là pour rappeler au président de la République que, venant de sa part, la moindre mesure de trop peut avoir des conséquences redoutables et difficilement maîtrisables surtout en cas de récidive et à portée de tir de l’élection présidentielle.

Cette pandémie aura au moins eu le mérite de faire voler en éclats deux slogans tout aussi officiels que mensongers, sur les vertus supposées de notre modèle social, car :

1. cela fait déjà longtemps que, comme l’ont confirmé les travaux d’Aymeric Belaud publiés par l’IREF le 20 mai dernier, nous n’avons plus le meilleur système de santé du monde ;

2. pas plus que nous n’avons le meilleur système de retraite du monde, la dernière étude comparative sérieuse (« Global Pension Report 2020 » de l’assureur allemand « Allianz ») sur le sujet reléguant à la 51ème place sur 70 notre flamboyant système par répartition qui commence à battre sérieusement de l’aile.

Mais rien ne nous empêche, drapés dans notre arrogance, de soutenir le contraire en continuant à négliger ostensiblement tout autant l’hospitalisation privée que la médecine de ville et en refusant stupidement d’introduire la moindre dose de capitalisation dans une réforme qui, dans plusieurs décennies, fera de notre système de retraite tout neuf, entièrement vierge de toute capitalisation et nationalisé, l’un des plus arriérés qui soit.

Le secteur public continuera à se tailler la part du lion en vivant grassement de l’impôt. Inversement le secteur privé, contraint à un équilibre de plus en plus précaire et enfermé à l’avenir dans un ratio de PIB – dont il ne risque de toucher qu’une partie rétrécissante vu le coût exorbitant des avantages promis aux régimes spéciaux sur d’infinies périodes transitoires- ne cessera d’être soumis à des sujétions de plus en plus injustes et pénalisantes.

Mais on le sait depuis longtemps, l’État écoute bien davantage ceux qui, très minoritaires, ont le pouvoir de nuire, de menacer et d’imposer, que ceux, très largement majoritaires pourtant, qui sérieusement, honnêtement et sans désordre, s’efforcent de proposer, de négocier et de construire une société plus juste.

Sur le web

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Pour ceux qui doutaient encore que la capitalisation est le seul moyen viable de financer les retraites, l’intensité et la rapidité du déficit des caisses créé par cette crise en contituent la meilleure démonstration.

    • Heu, erreur, les suisses ont été obligés d’aider les caisses de capitalisations.

      • Uniquement parce que politiquement il est difficilement acceptable de voir une baisse forte des retraites des personnes âgées retraitées… nombreuses dans nos pays.

  • La « volonté avouée du gouvernement de mettre la main sur ces différentes réserves » est présentée comme un hold-up, mais rappelons-le ces réserves ont été constituées aux dépens des consommateurs et non des professions en question.

    • En quoi ces réservent ont été constituées au dépens des consommateurs ?

      • Parce qu’elles ont pour origine des cotisations obligatoires et identiques ou proportionnelles pour tous les « adhérents » à chaque caisse.
        Ce sont des charges « fixes », pour lesquelles chacun ne peut se différencier de ses concurrents directs, à la différence d’autres critères (économies de charges variables, productivité, compétence).
        Elles sont donc incluses dans le prix minimum de tarification, et chaque variation de taux de cotisation se retrouve à terme dans le prix final.

  • A 100% d’accord avec la dernière phrase !

  • Prefon pour tout le monde! 🙂

  • Ces barjots, lapins crétins, vont faire exactement l’inverse de ce qu’il faudrait faire, libérer, soit nationaliser les rares caisses privées afin de piller leurs ressources.

    • Exactement ce que fait la Mafia, sauf qu’elle tient ses promesses, alors qu’eux pillent impunément le pays tout en dégradant les services que l’état est sensé offrir pour ce prix!

    • Ne pas renflouer des caisses indépendantes qui se retrouvent contraintes de puiser dans leurs réserves ce n’est pas les piller, c’est au contraire respecter leur indépendance.

      • Vous allez pouvoir vous rhabiller avec votre retraite étatique.
        Un superbe string de strip-teaseuse.
        Bonne soirée et surtout … bon hiver :mrgreen:

        • Parce que su plus pesonne ne branle quoi que ce soit et piaille pour recevoir des Euros, vous allez vous retrouver exactement, comme en URSS, l’UERSS, avec une erreur plus fine qu’un cheveu posé sur la lune.

  • Sur le risque de « giletsjaunisation », pas de problème: une petite réactivation virale avec menace de confinement viendra à bout de toutes les velléités contestataires.
    En plus, la majorité de la population qui arbore fièrement le masque, signe de sa soumission aux ordres de l’Etat et de ses etits capos, fussent-ils absurdes, approuvera.
    L’ingénierie dociale en cours est abominable.

  • L auteur est bien gentil mais que doit faire l etat ici suite a une chute de l activité economique ? on parle de solution pour 2020-2021 pas pour 2050 !

    1) maintenir les pensions et donc taxer plus les actifs restants (aka ceux dont l entreprise n a pas coulé ou qui se sont fait licencier)

    2) taxer autant une base d actifs plus faible et donc mettre a la diete les retraités. comme l auteur l ecrit lui meme, 17 millions de retraités, c est 17 millions d electeurs et donc suicidaire electoralement parlant (les retraités s abstenant moins que les actifs)

    3) Faire payer les bébés en faisant un peu plus de dette (bon on est deja a plus de 100 % du PIB alors un peu plus …). Inutile de dire que c est la solution qui va etre choisie et que l auteur ici preconise a mi-mot. Le paiement des pensions c est 127 milliards (https://insee.fr/fr/statistiques/3676670?sommaire=3696937) et le premier poste de depense : inutile de dire que c est pas en faisant des economies qu on va y arriver

    PS: la capitalisation ne resoud rien a court terme puisqu il faut de l argent tout de suite. Et si le prix des actifs baissent (meme si le CAC a bien remonté il est en dessous de son niveau en janvier) il faut bien la aussi mettre a la diete les retraités ou taxer plus les actifs (possible dans une configuration de type 2eme pilier suisse)

    • « Faire payer les bébés » … et les vaches les taxes sur le lait…

    • 1. L’Etat doit s’informer de ce qu’est l’effet Laffer.
      2. L’Etat doit laisser ceux qui souhaitent partir plus tard profiter en pleine exonération de leurs revenus sur la période supplémentaire.
      3. l’Etat ne doit remplacer qu’au compte-goutte les fonctionnaires en dehors des domaines régaliens qui partent en retraite.

      • Point 2 : excellente proposition.

      • @MichelO
        1) laffer : vu les montants en jeu ca va pas suffire. le paiement des pensions c est 30 % des depenses. vous pensez vraiment qu une baisse d impots va faire 30 % de rentrees en plus (et a court treme en plus !)

        2) quel impact sur le financement des pensions ? quasi aucun. Regardez quand s ouvre un plan de depart en pre retraite, les gens se precipitent pour arreter de travailler !

        3) le non remplacement de fonctionnaire a deja ete essaye (par Sarkozy notement) et ca n a rien donné de sensible: normal, on touche a des couts marginaux. Encore une fois, 57 % des depenses c est le paiement des pensions (poste numero 1) puis l assurance maladie. L EN (qui est le plus gros employeur de fonctionnaire) c est 9.6% (https://www.bfmtv.com/societe/ou-vont-1000-euros-de-depenses-publiques_AN-201901170045.html).
        Si vous voulez faire des economies, vous allez reduire le poste qui fait 10 % des depenses vous ?

        • 1) Il est plus important de changer l’état d’esprit que de prétendre régler l’échéance immédiate. La baisse des taux ne garantit pas qu’on évite la faillite, mais toute autre solution renforce ces chances de faillite.
          2) Là aussi, c’est d’abord une affaire d’état d’esprit. Il y a un âge où on peut souhaiter travailler moins sans arrêter totalement, mais c’est sûr que si tout le monde veut vous voir partir et que ce travail n’est pas récompensé… Et l’impact n’est pas sur le financement des pensions mais sur le montant à dépenser pour ces pensions : un demi-pensionnaire coûterait moitié moins, et il gagnerait plus que l’autre moitié en créant des richesses. De plus, ça boosterait la part non-publique de ses revenus, et le rendrait moins dépendant de la répartition.
          3) Je parlais d’un véritable non-remplacement, obligeant à booster le secteur privé.

        • Pour Laffer, j’ajoute qu’on oublie que ça fonctionne dans les deux sens, on oublie souvent le sens original qui avertit d’une baisse des recettes malgré la clarté de l’adage en français : les hauts taux tuent les totaux. Et le premier commandement en situation de crise est de ne rien faire qui fasse empirer, à terme, la situation.

    • Vous caricaturez l’auteur… Il insiste surtout sur le fait que seul les salariés du privé sont à la diète…
      Le paradoxe est tel que ce sont les salariés du privé qui créent la richesse pour assurer, quoiqu’il arrive, la retraite des fonctionnaires sans être assurés de toucher la leurs.

    • Les pensions de retraite tous dispositifs confondus, c’est environ 360 milliards en 2020.

      « Il faut de l’argent tout de suite » : non, ce n’est pas une fatalité puisque vous expliquez que c’est un choix politique.

      « Mais que doit faire l’Etat » : idéalement et en priorité, qu’il ne fasse surtout rien. Rien, et encore moins si c’est possible.

      La capitalisation aurait résolu le problème à court et à long terme si elle avait été généralisée depuis trois ou quatre décennies. Tant pis ! Faute d’avoir choisi la bonne solution à temps, il faut désormais attendre que la répartition soit en faillite pour diviser par trois ou quatre le pouvoir d’achat des pensions versées.

      •  » Il faut de l’argent tout de suite » : non, ce n’est pas une fatalité puisque vous expliquez que c’est un choix politique. » en effet, c est un choix politique de favoriser les retraités. on pourrait tres bien dire qu il n y a pas d argent et laisser le systeme faire faillite.

        « La capitalisation aurait résolu le problème à court et à long terme si elle avait été généralisée depuis trois ou quatre décennies »
        comme vous le dites, c est trop tard ! ca sert a rien de pleurer sur le lait renversé

        « il faut désormais attendre que la répartition soit en faillite pour diviser par trois ou quatre le pouvoir d’achat des pensions versées. »
        vu lepoids electoral des retraités (et celui ci va augmenter avec le vieillissement) bon courage au president a ce moment

    • PS: la capitalisation ne resoud rien a court terme puisqu il faut de l argent tout de suite.

      Avec ce genre de prétexte à la noix si ce n’est à la con, restons donc sur place dans notre bouse.

  • Un coup de bâton par million perdu à tout les représentants de l’état
    comme chez les wahhabites

  • Il n’y a pas de limite aux prélèvements. Ce vol organisé n’a besoin que de trouver les bons mensonges pour les justifier….jusqu’à l’effondrement et encore: au Venezuela les mensonges du pouvoir rencontrent encore une par importante de la population pour les croire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par David Waugh. Un article de l'American Institute for Economic Research

Shanghai, la capitale financière de la Chine, qui compte 25 millions d'habitants, connaît actuellement sa troisième semaine de forte augmentation des cas de covid-19.

En réponse, le Parti communiste chinois (PCC) a mis en place des restrictions sévères à Shanghai, en envoyant une armée de travailleurs de la santé pour les faire respecter. Les citoyens ne peuvent pas quitter leur domicile. Ils ne peuvent recevoir des soins médicaux que sur présentation d'un... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles