Dépistage plutôt que confinement, pour mieux gérer la crise

Pourquoi certains pays réussissent-ils à faire diminuer le nombre de décès ? La véritable réponse réside peut-être en grande partie dans le nombre de tests effectués par ces pays relativement aux autres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Application laboratory with Rotor Gene Q by Qiagen (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dépistage plutôt que confinement, pour mieux gérer la crise

Publié le 12 avril 2020
- A +

Par Daniil Gorbatenko.

Avec autant de personnes confinées à domicile, les passions sont vives et les débats se poursuivent pour savoir qui a le mieux géré la pandémie de Covid-19. À tel point que comparer et opposer les pays et leurs trajectoires semble être devenu une sorte de passe-temps mondial.

Presque tous les pays développés, et d’autres aussi, ont placé leurs populations en confinement et ont mis l’accent sur la distanciation sociale, seules solutions pour lutter contre la propagation du virus. La Suède a récemment été critiquée pour ne pas l’avoir pratiqué au même titre que les autres pays nordiques auxquels elle est comparée et opposée. 

Le problème est qu’il est assez difficile de comparer les performances de deux pays pris au hasard. Par exemple, à tous les niveaux, la Norvège semble faire beaucoup mieux que la Suède. Cela dit, on peut toujours trouver un groupe d’autres pays moins efficients malgré le fait qu’ils soient soumis au confinement depuis un certain temps.

Il convient de noter aussi que la Suède a pris des décisions discutables, indépendamment de la distanciation sociale. Elle n’a pas réussi à intensifier le dépistage et a subi une augmentation des cas vers le 20 mars ; et elle n’a interdit les visites en maisons de retraite que début avril.

Le confinement est-il fonctionnel ?

Nombreux sont ceux qui continuent à affirmer que le confinement est manifestement efficace puisque l’épidémie a ralenti peu après sa mise en œuvre. Cependant, il est important d’être prudents lorsque nous déduisons qu’il est à l’origine du déclin de l’épidémie. Il peut y avoir une corrélation entre les deux, mais comme chacun devrait le savoir, corrélation ne signifie pas nécessairement causalité, d’autres variables peuvent intervenir. Il est essentiel de ne pas tirer de conclusions hâtives.

Alors que beaucoup croient, et que de nombreux modèles épidémiologiques supposent, que les épidémies non contrôlées ne font que croître de manière exponentielle jusqu’à ce que plus de la moitié de la population soit infectée, les données concernant Covid-19 suggèrent de plus en plus le contraire. 

Plusieurs documents de recherche (ici et ici) ont montré que la dynamique de la pandémie de Covid-19 se traduit bien par des fonctions exponentielles seulement au stade précoce ; après quoi les fonctions dites de loi de puissance sont beaucoup plus adaptées. Une étude détaillée de l’épidémie dans les communes de Lombardie initialement touchées suggère également que dans chaque commune, l’épidémie a débuté lentement, puis est brièvement devenue exponentielle pour ensuite ralentir, et tout cela avant toute intervention significative.

Pour vous aider à mieux comprendre ce que signifie le jargon mathématique ci-dessus et pourquoi il est si important, considérez deux fonctions simples, y=2x et y=x2. La première fonction est exponentielle et la seconde est une fonction de loi de puissance. Vous verrez mieux la différence cruciale entre elles si elles sont tracées ensemble.

Si ces fonctions décrivaient une épidémie, l’axe des x signifierait alors des tours de transmission. Au début, il y a une personne infectée dans les deux cas. Puis, jusqu’au cinquième tour, les fonctions semblent se développer à une vitesse presque similaire, mais elles divergent ensuite considérablement.

Lorsque les chercheurs évoquent une épidémie qui croît d’abord de manière exponentielle puis selon une loi de puissance, ils signifient que la croissance de l’épidémie ressemble à la fonction hybride (d’abord, y=2x et y=x2 après le cinquième tour) ci-dessous. Sa croissance ralentit clairement beaucoup après le cinquième tour.

Pourquoi une épidémie pourrait-elle d’abord croître de manière exponentielle, puis ralentir d’elle-même ?

Ici, il est important de se rappeler que les sociétés réelles sont complexes. Au lieu d’inter-agir avec des personnes choisies au hasard de temps en temps, les individus ont tendance à former des groupes (ou clusters, selon la terminologie scientifique) et à vivre dans des zones localisées au sein desquelles les inter-actions y sont beaucoup plus intenses qu’ailleurs ; avec des conséquences évidentes sur la transmission des infections.

Ce qui change probablement au début de l’épidémie, c’est que les événements dits de super propagation sont beaucoup plus probables. De tels événements, au cours desquels des personnes infectées isolément propagent le virus à des dizaines, des centaines voire même des milliers de personnes, ont clairement joué un rôle énorme dans la transmission du Covid-19.

Il suffit de mentionner l’Église Shincheonji de Jésus en Corée du Sud, le tragique rassemblement de l’Église évangélique à Mulhouse et les premiers hôpitaux de Lombardie touchés par le coronavirus. Lors de ces événements, les personnes infectées ont pu propager le virus bien au-delà de leurs clusters habituels.

Après la phase initiale, lorsque chacun prend conscience que l’épidémie est dans la communauté et alors que les événements importants sont annulés, l’infection peut d’abord s’isoler de plus en plus au sein des clusters, se développer plus lentement puis commencer à décroître. Les données disponibles laissent de plus en plus entrevoir ce processus en cours. En Italie, les cas semblent avoir atteint un pic le jour où le confinement national a été annoncé. Aux États-Unis, ils semblent avoir atteint leur point culminant le 20 mars.  

Le confinement pourrait même être contre-productif

Une idée plus spéculative mais toujours plausible est que le confinement pourrait, en fait, non seulement coïncider avec le ralentissement de l’épidémie sans le provoquer, mais aussi créer davantage de dégâts qu’en empêcher.

De nombreuses personnes pensent que si un certain degré de distanciation sociale est souhaitable, comme la fermeture de bars ou l’annulation de rassemblements, une distanciation sociale renforcée, comme le confinement qui maintient la plupart des gens chez eux la plupart du temps, doit être encore plus bénéfique. Cependant, cela risque de négliger deux faits importants concernant le Covid-19 et les maladies virales en général.

– Premièrement, il est tout à fait évident que le Covid-19 se répand massivement dans des espaces clos, souvent mal ventilés, et par le biais de contacts étroits.
– Deuxièmement, comme Robin Hanson l’a fait valoir de manière convaincante, il existe une multitude de preuves que la gravité des maladies virales dépend de la charge virale reçue. Si les familles sont obligées de rester ensemble à la maison tout le temps, cela peut créer un environnement idéal pour la propagation du virus et surtout pour provoquer une maladie grave.

Les données de Google sur les schémas réels de distanciation sociale dans plusieurs pays atteints montrent que l’Italie, l’Espagne et la France ont connu de loin la distanciation sociale la plus renforcée, et que le Royaume-Uni a commencé à les rattraper. Pourtant, ces quatre pays souffrent de l’un des taux de mortalité par habitant le plus élevé au monde ainsi que celui de cas détectés.    

La réponse du dépistage

Une meilleure façon pour tenter de comprendre les causes consiste à identifier un groupe de pays ayant des points communs. Le plus important dans toute épidémie est de limiter les décès ; un groupe de pays semble être dans ce cas, et connaître un taux de mortalité plus faible et par infection identifiée. Il s’agit entre autres de l’Islande, l’Allemagne, la Corée du Sud, Taïwan, l’Autriche et la Norvège.

Vous pouvez constater ici à quel point leur taux de létalité est faible par rapport à d’autres pays qui comptent beaucoup de cas (voir la colonne « taux de mortalité »).

Pourquoi ces pays réussissent-ils à faire diminuer le nombre de décès ? Il est surprenant d’apprendre qu’aucun d’entre eux n’est, ou n’était, totalement confiné. La Corée du Sud n’a même pas fermé ses bars et restaurants. Ce qui démontre que les mesures renforcées de distanciation sociale ne sont pas nécessairement la meilleure solution.

La véritable réponse réside peut-être en grande partie dans le nombre de tests effectués par ces pays relativement aux autres. Les tests peuvent réduire le taux de mortalité en donnant des informations précieuses aux responsables de la santé publique, et en permettant de désigner et mettre en quarantaine les porteurs du virus avant qu’ils ne contaminent des groupes vulnérables comme les personnes âgées.

L’Islande est le champion absolu en matière de dépistage. Le pays a déjà effectué 28 992 tests, soit plus de 8 % de sa population totale. Il a également le taux de mortalité par infection identifiée le plus bas du monde pour le Covid-19, soit 0,38 %. L’Islande n’est pas une anomalie, et la citer en exemple n’est pas anecdotique. Les chercheurs Sinha, Sengupta et Ghosal ont montré que les taux de mortalité liés au Covid-19 sont significativement corrélés avec l’intensité des tests. Ils n’ont toutefois pas contrôlé l’impact potentiel des mesures de confinement et autres mesures strictes de distanciation sociale.

Dépistage et résultats par région en Italie

En plus des données nationales, on peut également examiner les données régionales disponibles et vérifier si la relation entre le dépistage et les décès est toujours valable. L’Italie a publié des statistiques régionales détaillées sur le Covid-19 à partir du 24 février. Si l’on trace les tests par cas confirmé dans chaque région avec les décès déclarés par million d’habitants, on obtient l’image suivante :

Le graphique nous montre de manière surprenante que la région la plus touchée d’Italie n’est pas la Lombardie, mais la Vallée d’Aoste, peu connue. Nous constatons également qu’il existe une relation négative évidente entre l’intensité des tests et le taux de mortalité. En fait, le premier semble expliquer plus de la moitié de la variation du second, et le coefficient de régression est statistiquement significatif (la valeur p est de 0,0003).

En conclusion, il faudra beaucoup de temps et de recherches minutieuses pour déterminer pourquoi certains pays et régions ont subi la pandémie de Covid-19 beaucoup moins gravement que d’autres.

Cela dit, une chose semble être de plus en plus claire. Lorsque la poussière retombera, il sera évident que les tests seront un facteur important et que l’importance de la distanciation sociale sera réduite. 

La version en anglais de cet article est disponible ici.

Voir les commentaires (47)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (47)
  • « Pourquoi une épidémie pourrait-elle d’abord croître de manière exponentielle, puis ralentir d’elle-même ? « 

    Mais tout simplement parce qu’une exponentielle tend vers l’infini alors qu’une épidémie ne peut pas contaminer plus de 100% de la population.
    La courbe à départ exponentiel (R0^kt) s’aplatit vers une horizontale signant la fin de l’épidémie (quand le taux de contamination R descend sous 1 parce qu’il n’y a plus assez de voisins à contaminer). C’est une courbe sigmoïde avec un point d’inflexion là où la pente diminue signifiant que le nombre de nouveaux cas commence à diminuer.

    • ce qui revient à dire ça ressemble à une exponentielle au « début » puis forcement ça ralentit.. ce qui ne sert pas à grand chose en pratique devant un épidémie nouvelle..
      l’origine de la qualification d’exponentielle vient plutôt de l’idée que le nombre de nouvelles contaminations est « au début  » proportionnel au nombre de cas.. ce qui n’est d’ailleurs pas exact..

      non la contagion et l’evolution du nombre de cas est complexe.. géographie sociologie..

      • Les maths sont hermétiques à de nombreuses personnes , et ce n’est pas les journalistes qui aident à comprendre les phénomènes.Les nombres (cas ,déces ) diffusés par le directeur de ARS ne comporte jamais de tolérance.Et les journalistes ne demandent jamais ces données supplémentaires.

        • oui ..exponentiel ça veut juste dire ça augmente de plus en plus vite..
          on est inondés de nombres qui ne signifient rien ..

          • Plus que l’évidence, la sagesse ! Le coût des tests est plus que largement plus faible que ce gouvernement de demeurés l’imagine !

      • Bien sûr, si on ne fait rien, ce fameux coefficient R0 qui caractérise le taux de transmission moyen initial tend spontanément vers 0 pour une proportion asymptotique de victimes de 1-1/R0.
        Par exemple si le R0 du Covid vaut 4 il y aura finalement eu 75% de contaminés (symptomatiques ou non).
        La stratégie de lutte consiste à faire diminuer ce taux plus rapidement qu’il ne le ferait spontanément afin d’améliorer ce bilan final.
        Ce sont les mesures d’hygiène, de distanciation sociale et protection physique (masques, gants), et surtout tests de détection rapide et suivi personnalisé, enfin le confinement mais à double tranchant s’il est mal conçu.

        Attention aux rétroactions du confinement: il y a moins d’accidents de voiture, c’est ça de gagné mais aussi plus d’effets pervers pathologiques (les familles qui se tabassent, ceux qui cessent leurs soins, qui fument, boivent ou bricolent dangereusement faute de pouvoir faire du sport, les désespoirs économiques ruines et suicides, …). La poursuite d’un confinement aussi mal ciblé que le nôtre pourrait même se révéler contreproductive en termes de mortalité.

        • En Belgique, nous avons le droit de faire du sport en extérieur sans limite de durée ou de km. Vu le nombre de gens croisés dans tous les chemins, la pratique sportive et ses effets positifs vont sans doute contrebalancer les décès :-)))

          • Oui, « confiner » les gens en famille dans des lieux fermés n’a aucun sens, alors qu’au contraire un exercice physique ou sportif renforce l’immunité et diminue le stress, tout en ne présentant pas de risque s’il est pratiqué seul.

            Cela montre simplement que l’exécutif s’agite vainement car il ne maîtrise plus rien.

            • mettre en œuvre les tests de dépistage coûterait une somme d’environ 1 milliard d’€, tuer l’économie un mois de plus va coûter des dizaines de milliards : la cause est entendue, sauf à imaginer d’autres plans machiavéliques de Macron et ses œuvres.

    • Au dela des considérations mathématiques peu accessibles au public, mais aussi aux journalistes et aux politiques, il devrait être évident que au début, on a peu de cas – et il est difficile de modéliser le machin – et qu’ensuite les gens se méfient et donc que les conditions ont changé.

      Cela vaut aussi pour le confinement : difficile de ne pas être au courant qu’un virus circule quand on doit s’auto-autoriser à sortir, donc on se méfie.

      Avec le « double effet kiss-cool » (réduction des contacts et médiatisation de la « mort qui rode »), ne pas avoir une brusque diminution du R0 indiquerait qu’il y a comme un problème :
      – biais statistique ou médiatique ?
      – non respect du confinement ?
      – confinement insuffisant ou inutile ?
      – modification des clusters ?
      – mauvaise prise en compte des vecteurs de transmission ?

      Pour ma part, je ne comprends pas bien, mais sur une échelle de 1 à 10 ma confiance dans le gouvernement et ses « experts scientifiques » est à 0 !

  • promesse d’edouard philippe fin mars : il y aura 30 000 tests pratiqué par jour ; à ce jour nous en sommes à 15 000 tests par jour ; soit un total de 334 000 …Italie : 850 00 ; Allemagne : 1,3 millions ….masques , tests, protections , pour les politiques , oui , le peuple attendra ….

  • Sur ce site , que des idées fabuleuses , yakafocon….d’autant que cela n’engage pas sa responsabilité.C’est toujours plus facile quand on est derrière son clavier.

    • tout le monde n’est pas en mesure de reconnaître la prodigieuse efficacité des services « publics » et de ses fabuleux décideurs qui font l’admiration de toute la planete!
      ce pays est tellement pourri que si la chine arrêtait de travailler on aurrait 20 millions de chomeurs

    • Allez dire ça aux Allemands, aux Autrichiens, aux Coréens, et j’en passe.

    • Je suis d’accord que le yakafocon limite beaucoup l’intérêt des commentaires.

      En revanche, force est de reconnaître :
      – qu’il y a un problème mondial sur la façon dont on a géré la crise – avant, pendant et probablement après !
      – que la France est dans le peloton de tête de ceux qui la gèrent au plus mal
      – que ne pas prendre en compte l’incapacité des dirigeants et/ou du système à gérer la crise et donc adouber des c. ne peut que nous mener au mur !

      • Oui enfin le Yakafocon ne tourne qu’autour des masques, des tests et du confinement càd essentiellement ce qu’ont fait de travers nos gouvernants. Et ce Yakafocon est le reflet de ce qui est fait avec succès ailleurs.

    • vu ce que les dirigeants politiques prennent dans notre poche, on a le devoir d’être exigeant !
      et puis ces dirigeants n’engagent pas plus leur responsabilité que s’ils étaient derrière un clavier .

  • La question n’est pas dépistage ou confinement, Etant gouverné par des incapables criminels, nous n’avons pas de masques, qui sont indispensables, ni moyen de détections, ni gel hydroalcoolique, et aucuns outils pour les produire massivement et rapidement. Devant cet état de fait nous n’avons que le choix de crever lentement dans le confinement généralise. Une gigantesque paralysie imposée qui compromet la survie globale sur le long terme de la nation.

    • Ce qui n’empêche pas Jupiter de déclarer que nous sommes en guerre. Or la guerre suppose le sacrifice d’un certain nombre de vies pour sauver la nation. Difficile à entendre aujourd’hui…
      Au demeurant, comme ce n’est pas une vraie guerre, mettre à l’abri les plus fragiles – et seulement eux – permet de réduire fortement les décès.
      Il faut croire que la survie de la nation n’est pas une priorité pour nos (ir)responsables. On l’avait déjà remarqué…

    • Confinement renouvelable indéfiniment pour les plus de 65 ans (c’est ce qu’il a trouvé pour être tranquille avec Brigitte).

    • La prolongation du confinement au dela de la durée de contagion théorique des personnes infectées est pour moi l’avoeu de l’inefficacité de la mesure.

      Ou l’indication que les prétendus experts sont toujours en train de sévir …

    • Une seule loi suffirait à produire massivement et rapidement tests, masques et autres : la loi de l’offre et de la demande dans un marché libre.

    • « aucuns outils pour les produire massivement et rapidement. »

      Plus exactement, les dirigeants ne connaissent pas l’outil permettant de produire : « un marché libre » cimme dit MichelO.

      Rester coincé devant un morceau de tissus sans savoir comment faire un masque, est digne d’un énarque.

  • Ce confinement appliqué de manière aveugle, on confine tout le monde, malade ou non, est une absurdité comme on peut s’en rendre compte avec les pays comme Singapour, la Corée du sud, le Japon, etc.. qui ont gardé leurs activités économiques quand les nôtres marchent à 30%.
    Avec la chute de la bourse, les financiers vont racheter à bas prix les actions des groupes fiables, les gros laboratoires pharmaceutiques, Michelin, Airbus, etc..et attendre que l’économie reparte pour faire leur business.
    Pendant ce temps, notre équipe de bras cassés qui nous sert de gouvernement nous raconte que les impôts n’augmenteront pas (qui les croient encore?). Mais en même temps fuitent des informations comme l’Etat pourrait prendre 10% de vos économies au dessus de 100 000 euros et pourquoi pas tout pendant qu’ils y sont, que l’Etat pourrait récupérer le droit propriété du terrain sur lequel est construite votre maison et donc vous faire payer une location pour ce terrain, etc..
    A Bercy et ailleurs, ils ne sont pas en reste d’imagination pour réfléchir à comment vous dépouiller tout en faisant croire qu’ils n’augmenteront les impôts!!!
    Macron et sa gestion de la crise est une véritable catastrophe pour la France. On croyait avoir atteint le fond avec Hollande mais non, c’est encore pire avec Macron!!!

    • Nous rappelons Hollande…???? Chiche….!!! Faut arrêter un peu et les japon et Singapour en viennent aussi à se confiner..comme les autres…

    • Pour récupérer le droit de propriété d’un terrain, il faut d’abord indemniser son propriétaire aux conditions d’avant l’annonce, sans parler des taxes payées à rembourser. Pas réaliste. En revanche, c’est un bon moyen pour vendre les HLM à leurs occupants, ou lancer de nouveaux programmes intermédiaires à un prix inférieur au prix du marché sur des terrains possédés par l’Etat et les collectivités locales. Ca peut attirer les ménages aux moyens limités et alimenter les finances d’une commune qui valorise son patrimoine.

      L’histoire des 10% des dépôts, c’est plus les banques que l’Etat, du moins tant qu’elles ne sont pas nationalisées. Il s’agit de répercuter les taux négatifs sur les comptes des gros déposants… à condition que ce soient des comptes rémunérés. Mais ça veut dire perdre 90% des dépôts restants, parce qu’il serait étonnant que les déposants restent dans une banque qui leur fait les poches. Pour favoriser or ou bitcoin, ou même simplement le liquide (le dollar est ton ami), il n’y aurait pas mieux.

  • La désorganisation de l’économie coûte des dizaines de milliards et plus encore, combien coûtent les tests ? Ce gouvernement de petit personnel de peu de qualité doit être renvoyé sine die !

  • Tout à fait d’accord avec la conclusion de l’article. Distanciation sociale oui, mais uniquement pour les cas avérés, placés en quarantaine en grand nombre du fait d’un dépistage massif.
    Pour le reste de la population, à savoir l’immense majorité, vie normale. Et si des personnes vulnérables (personnes âgées et/ou personnes porteuses de comorbidités) souhaitent se confiner ou pratiquer une distanciation sociale forte en attendant un vaccin, cela se comprend mais peut être fait sur la base du volontariat.

    Hélas, on peut craindre que le jour où nos technocrates franchouillards comprendront cela, les poules auront des dents.
    Qu’on pense seulement aux labos vétérinaires laissés sans réponse des services du croque-mort Salomon pendant 3 semaines, suite à leur proposition de réaliser des tests du Covid-19 à grande échelle.

    • D’accord, mais il faut un moyen de responsabilisation. L’avantage du dépistage est de favoriser cette responsabilisation des positifs, comme le montre l’article. Il faut la favoriser en sanctionnant, et autant dans le comportement en société que par la loi, les irresponsables.

      • Oui je suis d’accord mais pas avec des amendes qui ne seront jamais payées..Pas de prison car plus de place…Les TIGs rarement faits..Le bagne dépassé…Un aller pour le Hubei..???

      • Au contraire, il faut la favoriser en récompensant pour couper court à l’esprit malsain de dénonciation qui se répand. On pourrait imaginer une réduction des cotisations sociales employeur / salarié pour ceux qui se font dépister fréquemment, ainsi que des arrêts de travail de quarantaine à 100% du salaire. Au moins, la médecine du travail deviendrait utile à quelque chose.

  • Si un dépistage rapide de « pervers narcissique » existait, beaucoup de responsables politiques seraient testés positifs, en premier lieu ceux du Régime en place.

  • Le confinement au bout de 4 semaines montre plus que ses limites,c’était le choix le pire cf Italie,Espagne…le pouvoir et ses conseillers se sont installés dans cette posture vantée comme la seule solution et seront très frileux pour en sortir ,plus il dure plus il sera prolongé.
    Les conseillers scientifiques et administratifs sont les mêmes,à part la Buzyn qui a dégagé, qui ont participé à l’impréparation la plus totale,puis à la gestion calamiteuse de la crise ,la sortie n’est pas gagnée.

    • Je suis prêt à parier que vous êtes médecin réanimateur du côté de Mulhouse !
      Parole de maso qui perd systématiquement ses paris.

      • Une question du maso,Mulhouse étant à
        la frontière allemande,pour un virus dont on nous répété qu’il ne connaissait pas les frontières,vous pouvez m’expliquer la différence flagrante de chaque côté de la frontière?

        • De même ,lorsque les parisiens ont fui Paris et a qui on a reproché d’aller contaminer tout l’Ouest ,le risque était réél,(Bretagne,Ré,Arcachon…) ou nos belles campagnes,finalement cela fait 4 semaines et ces zones là n’ont pas vu d’explosion de cas.
          La Bretagne a eu un début de foyer à Carnac je crois qui aurait pu dégénérer
          et qui a été contrôlé et c’était avant l’arrivée des » réfugiés ».

  • « Il suffit de mentionner l’Église Shincheonji de Jésus en Corée du Sud, le tragique rassemblement de l’Église évangélique à Mulhouse et les premiers hôpitaux de Lombardie touchés par le coronavirus. Lors de ces événements, les personnes infectées ont pu propager le virus bien au-delà de leurs clusters habituels. »
    Je rajouterai les Matchs de footballs …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Alors que le gouvernement envisage de prolonger certaines dispositions liées à l’état d’urgence sanitaire, une enquête réalisée du 22 au 23 juin par BVA révèle qu’un Français sur deux aurait mal vécu les deux années de crise covid, et critiquerait la gestion politique qui en aurait été faite.

Toujours selon ce sondage BVA, trois quarts des Français interrogés (77 %) estiment que les mesures sanitaires ont été trop lourdes à l’endroit des jeunes, et 53 % pensent que la réduction des... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles