Chine : épidémie ou pas, la propagande continue

Que penser des réactions de l’administration américaine face à la Chine, de sa politique face à la Chine ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
American and chinese flag by futureatlas.com (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chine : épidémie ou pas, la propagande continue

Publié le 4 avril 2020
- A +

Par Vladimir Vodarevski.

Le président Trump fait à nouveau parler de lui. Cette fois, parce qu’il appelle le coronavirus Covid-19, originaire de Chine, virus chinois. Ce qui entraîne des polémiques. Certains allant jusqu’à considérer qu’il cherche à détourner l’attention de sa gestion de l’épidémie aux USA.

Cette passe d’armes est un nouvel épisode des relations tumultueuses entre le président Trump et la Chine communiste, les disputes ayant commencé par le commerce. On peut néanmoins s’interroger sur un biais défavorable éventuel dès qu’il s’agit du président américain.

Par ailleurs, ne faudrait-il pas s’interroger sur les buts politiques et géopolitiques de la Chine communiste dans cette affaire ?

État des lieux

La dispute entre l’administration américaine et la Chine a commencé par le commerce. Le président Trump a affiché sa volonté de renégocier les accords commerciaux entre la Chine et les USA. Il considère que les accords actuels sont trop favorables au pays communiste.

Il considère que la Chine peut exporter plus facilement aux USA, avec des droits de douanes inférieurs, que les entreprises américaines en Chine. De même, il considère que les entreprises chinoises sont plus libres d’investir aux États-Unis que les entreprises américaines en Chine. Enfin, il veut renforcer le respect de la propriété intellectuelle par la Chine.

Sur ces entrefaites, un nouveau virus apparaît en Chine, à Wuhan dans la province du Hubei. Le président Trump s’attire d’abord les foudres de Pékin en restreignant l’entrée sur le territoire américain des personnes venant de Chine. Ensuite, en baptisant ce nouveau virus originaire de Chine le virus chinois.

La bataille s’engage, les USA ripostant aux protestations chinoises. Le secrétaire d’État, Mike Pompeo, accuse la Chine de vouloir faire croire que le virus viendrait des États-Unis. En cause, les messages twitter d’un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, le 13 mars, laissant entendre que l’armée américaine aurait introduit le virus à Wuhan.

Le secrétaire d’État considère que la Chine n’a pas tout dit sur le virus, et que les morts seraient beaucoup plus nombreux qu’annoncé. Ces mauvaises informations sur la contagiosité du virus et sa virulence ont empêché les autres pays de prendre à temps les mesures adéquates.

Trump dans les médias

Les efforts du président Trump pour renégocier les accord commerciaux entre les USA et la Chine ont été fortement critiqués dans la plupart des médias, français notamment. Il a été souligné que la bataille lancée par le président Trump allait ralentir la croissance, et coûter des emplois aux USA. Le président Trump était critiqué pour son protectionnisme.

On ne peut cependant éviter d’être frappé par un paradoxe : les médias français qui critiquent habituellement la mondialisation, et en particulier les délocalisations en Chine, se retrouvent à en faire l’éloge contre le protectionnisme. Il semblerait que, quoi qu’il puisse faire, même vouloir prendre des mesures considérées comme anti-mondialisation, le président Trump sera toujours critiqué.

Mais pourquoi tout ce tintamarre à propos de l’appellation de virus chinois ? Il est apparu en Chine, il vient de Chine, il est… chinois. Ne parle-t-on pas de grippe espagnole, de grippe asiatique, sans que cela n’ait posé aucun problème jusqu’à maintenant ? (Il paraîtrait qu’aujourd’hui les contributeurs Wikipedia s’écharpent pour savoir s’il faut changer la dénomination de la grippe espagnole).

C’est la Chine qui proteste avec véhémence. Connaissant ce pays, est-il concevable qu’elle puisse avoir une stratégie de propagande, visant à essayer de ne plus être associée à cette épidémie, et même, comme l’accuse le secrétaire d’État américain, à tenter de faire porter le chapeau de la propagation du virus aux USA ? Est-ce possible, de la part d’un régime communiste ?

Évidemment, la réponse coule de source : l’hypothèse est plausible.

La Chine, modèle du monde ?

La Chine est un pays communiste. Son but, quasiment affiché, est de montrer que son modèle est le meilleur pour tous les pays. Ce modèle, c’est un certain degré de liberté économique, et beaucoup d’autoritarisme. Ainsi, les opinions, l’information, l’expression, sont strictement surveillées et encadrées. Les comportements sont surveillés. Il existe même une application pour smartphone qui distribue les bons points ou les sanctions en fonction du comportement des individus.

La gestion du virus a suivi cette politique. Au début, ceux qui alertaient sur le virus ont été punis. Tout le monde a entendu parler de ce médecin qui a prévenu des dangers du virus, et que Pékin a fait taire. Il a depuis succombé des suites de l’épidémie. Ensuite, alors que la Chine communiquait sur le nombre de morts, celui-ci s’est brutalement réduit. Une réduction aussi brutale ne paraît pas plausible au vu de ce qui se passe ailleurs.

Tout le message de la Chine est calibré pour montrer que, face à l’épidémie, son régime autoritaire est plus efficace que les démocraties. Ce à quoi les démocraties de Corée du Sud et de Taïwan ont apporté un démenti évident.

Par ailleurs, le président Xi Jinping est le dirigeant chinois qui rassemble le plus de pouvoir peut-être depuis Deng Xiaoping. La Chine est aussi engagée, ouvertement, dans une politique étrangère expansionniste. En témoigne sa politique de route de la soie, pour contrôler une route entre l’Asie et l’Europe. En témoignent ses ambitions en Afrique, avec notamment une base à Djibouti. En témoigne la militarisation de la Mer de Chine, avec des îlots militarisés. En témoigne son action pour faire passer rapidement Hong-Kong sous le joug communiste.

Covid 19, la politique continue

Épidémie ou pas, morts ou pas, la politique continue. L’action de la Chine à propos du Covid-19 s’inscrit dans les buts politiques et géopolitiques qu’elle poursuit, de manière assez ouverte d’ailleurs. Au-delà même du président Trump, l’administration américaine a conscience de ces buts politiques et géopolitiques. Et c’est en fonction de ces buts qu’elle répond à la Chine. Nous voyons là une bataille géopolitique à l’échelle du monde.

Que penser des réactions de l’administration américaine face à la Chine, de sa politique face à la Chine ? Le but ici n’est pas de répondre à cette question. Chacun peut avoir son avis. Mais cet avis doit s’inscrire dans cette bataille géopolitique, et tenir compte de ce qu’est la Chine, de ses buts. Et ne pas se laisser guider simplement par l’appréciation que l’on peut avoir du président Trump.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  •  » Ce modèle, c’est un certain degré de liberté économique, et beaucoup d’autoritarisme. »
    çà ne vous rappelle rien?
    ah ben oui , c’est le fondement meme de la constitution de la 5 eme republique..
    Quand la propagande que dire de la com érigée comme un systeme de gouvernement , relayée par une presse sous perfusion , ou une television qui lève l’impôt directement ..
    Vous avez dit « democratie »? on se marre

    • si vous tenez aux libertés individuelles, seuls les régimes qui mettent cela au dessus des lois sont convenables. La démocratie c’est très bien sauf quand les gens pensent que la vérité se décide aussi au vote.
      On ne peut juger une constitution sans regarder le peuple qui l’a crée. On peut sérieusement douter de l’attachment du peuple français aux libertés individuelles. Et on doit aussi rappeler que la constitution si imparfaite qu’elle soit protège malgré tout encore contre des tentatives de mettre en place des lois liberticides..

      les théocraties n’adviennent pas quand la population est athée.. les régimes illibéraux , de quand la population est attachée à la liberté. du moins c’est ce que je pense désormais…
      on doit sans cesse rappeler les interets du respects des libertés individuelles..

  • je rêve d’une application sur smartphone qui permettrait à la population de donner des bons ou des mauvais points à not bon gouvernement ; ha le trip !!!

    • @ Véra
      Une des caractéristiques de la politique, c’est son inscription dans un temps long, or, en étant noté en continu, quel responsable politique oserait s’exposer ? Prendre des décisions clivantes ? Difficiles ? Réformer quoi que ce soit ? La réforme des retraites vers un système de capitalisation aurait entrainé des notes catastrophiques et donc, logiquement, la démission de ces responsables. (Il ne sert à rien d’évaluer quelque chose s’il n’y a pas d’effets par la suite).
      Cela entrainerait donc un immobilisme ou une atonie du débat politique et de ses actions.
      Et vu l’inclinaison politique des Français, vous auriez un étatisme encore plus développé. Ce n’est pas ce que vous souhaitez, si ?

  • Il faudra bien un jour se demander d’où est venue cette épidémie (il y a eu des cas de pneumopathies bizarres aux USA et en Europe bien avant le problème à Wuhan). Il faudra aussi intégrer l’exploitation médiatique puis politique de ce problème sanitaire dans le contexte géopolitique.
    Cette phrase : « ne faudrait-il pas s’interroger sur les buts politiques et géopolitiques de la Chine communiste dans cette affaire ?» peut tout à fait être retournée…
    Si la Chine a des visées expansionnistes utilisant le commerce, que dire des visées américaines utilisant les armées et l’extraterritorialité de leur droit?

  • Trump avait promis aux américains que son protectionnisme réduirait les importations de produits étrangers et augmenterait les exportations de produits américains. Cependant, comme tous les économistes digne de ce nom l’avaient prédit, le résultat de ce protectionnisme est que les importations sont toujours aussi importantes et que les exportations ont baissé. Autrement dit : le résultat est exactement le contraire de ce que Trump avait promis aux américains. ( Source en anglais : https://libertarianhub.com/2019/11/05/the-trade-war-is-still-inflating-the-trade-deficit/ )
    .
    Pire : le protectionnisme de Trump a appauvri les américains et a empêché aux hopitaux de s’équiper correctement. Ce qui signifie qu’en l’absence de ce protectionnisme le peuple américain et le système de santé aurait été en mesure de lutter plus efficacement contre le Coronavirus. ( Source en anglais : https://libertarianhub.com/2020/03/17/trumps-tariffs-weakened-americas-hospitals-then-coronavirus-hit/ )
    .
    En ce moment, Trump fait des déclarations qui contiennent une part de vérité et une part de mensonge. La part de vérité, c’est que les USA ne sont pas à l’origine du virus. La part de mensonge, c’est que le protectionnisme de Trump contre la Chine a tenu ses promesses.
    .
    Là où tout ça devient tragique, c’est que plus Trump ment (au sujet du protectionnisme), plus cela jete de la suspicion sur ce qu’il dit de vrai (et donc crédibilise la propagande chinoise prétendant que les USA sont à l’origine du virus.)

  • Au-delà de savoir si le COVID 19 a été diffuser de façon volontaire ou pas. Rechercher le pays d’origine alors même qu’il est circonstancié et accidentel est complètement puéril !

  • Il y a une chose que je ne comprend pas, les chinois semblent avoir eu très peu de décès au regard du potentiel de victimes !
    Alors même qu’ils étaient bien moins informés sur le virus à ce moment là que l’Europe et les USA.
    D’autre part ils ne pourraient pas complètement cacher une pandémie de grande ampleur ?
    Alors qu’en est-il véritablement ?

    • Cherchez les informations dans un pays civilisé, par exemple Taïwan très bien informé sur ce qui se passe en Chine. Ils sont catégoriques: le coronavirus en Chine, c’est au minimum 100.000 morts.

      • Intéressant, la vérité finira toujours par éclater, même en Chine !

        • Sans intérêt, au contraire. Les morts sont morts, l’intérêt des vivants est de trouver moyen de ne pas les suivre trop tôt et de tirer des leçons des erreurs commises. « Faire éclater la vérité » ne sert que les intérêts partisans de quelques uns. La vérité en propagande et en responsabilités n’a que peu de poids par rapport au progrès médical et scientifique.

    • La France est bien en train de trouver sans peine 25% de morts de plus rien qu’avec les Ehpad. Et nous sommes des amateurs.

    • On mets des masques depuis 3 mois en Chine et on nous prends la temperature pour rentrer dans un magasin, un bus, le metro….

  • Cet article bien écrit et couvrant brillamment ce qu’est la Chine et ses intentions est trop policé pour moi, c’est pourquoi je vous suggère un commentaire beaucoup plus cash.
    Le point-clé est qu’il ne faut surtout pas dépendre d’un adversaire et d’une culture incompréhensible pour les naïfs quel que soit leur niveau.
    La Chine est clairement un adversaire qui cherche à dominer le monde, nous inclus. Tarifs douaniers à sens unique et énormes, vol de la propriété intellectuelle, achat des gouvernements de nos clients, verrouillage des institutions internationales, course effrénée à sa masse critique pour se passer de nous au plus tôt, développement massif d’armes modernes y compris cyber, chimiques et… bactériologiques.
    La Chine a une culture millénaire qui nous échappe surtout quand on ne l’a pas vraiment pratiquée (ex. les petits c… qui nous gouvernent). La pratique du mensonge y est normale et très large. L’escroquerie est la règle et a lieu dès qu’elle est possible. L’échange est avec arrière-pensée toujours dans le sens de ses intérêts (« un chinois n’a pas d’amis, seulement des intérêts »). La Chine ne montre jamais ses pensées. La Chine veut se venger du passé : on y parle encore et avec haine du bombardement anglo-français du Palais Impérial en 1850, de l’humiliation du trafic de l’opium, des Boxers, de la séquestration de Hongkong pendant 100 ans, etc.
    Sur fonds de communisme très anticapitaliste/ antiaméricain/ anti-occidental.
    Sur fond de nationalisme de plus en plus exacerbé.
    La Chine prépare la 3e guerre mondiale et s’arme massivement pour une guerre technologique avec du conventionnel mais surtout de la cyberguerre y compris sur les réseaux télécoms et y compris dans l’espace.
    Des Macron tellement creux, Merkel utopique et focalisée sur son commerce extérieur ne voient rien.
    Trump a compris mais est bloqué par la Russie. Le UK … trop tôt pour Bojo et les britishs masquent toujours leur jeu.
    Il ne s’agit pas de décider si notre système est le bon ou pas. Il s’agit de comprendre que la Chine a déjà déclaré la 3e guerre mondiale et qu’on ferait bien de s’y préparer.
    Elle sait qu’elle nous a rendus hyper dépendants d’elle, et qu’elle peut nous étouffer quand elle veut. Alors encore besoin d’un peu de temps pour être au top (Huawei, etc.).
    Ce qui va ou doit changer c’est qu’on ne doit plus du tout dépendre d’elle.
    Et il faut se rappeler de la phrase de Lénine : « les capitalistes nous vendront eux-mêmes la corde avec laquelle nous les pendrons ».
    Cupidité et aveuglement, c’est exactement Macron.

    • « Ce qui va ou doit changer c’est qu’on ne doit plus du tout dépendre [de la Chine] »
      .
      @Blabolo : Sauf que… le meilleur moyen pour que la France (et plus généralement l’Occident) ne dépende plus de la Chine c’est que la France s’enrichisse , or le meilleur moyen pour que la France s’enrichisse c’est qu’elle ne cesse pas de commercer avec le reste du monde, y compris la Chine. Imaginons la situation suivante : les français consomment des produits « made in china » qui sont d’aussi bonne qualité que des produits « made in france » mais coûtent 2 ou 3 fois moins chers. Selon la logique pro-autarcie, la conséquence d’une telle situation est que les français sont perdants car ils deviennent trop dépendants de la Chine. Selon la logique libérale, les français sont gagnants car ils peuvent économiser de l’argent/accumuler de l’épargne, et investir cette épargne (ou laisser des banques l’investir) dans des projets français rentables, lesquels contriburont à rendre la France beaucoup plus riche et donc beaucoup plus indépendante.
      .
      Concernant le fait que la Chine actuelle imite/copie une grande partie de ce qu’invente l’Occident, il est grand temps de comprendre que : imiter =/= voler. Autrement dit : imiter une chose n’est pas un crime (tout du moins tant qu’on ne se fait pas passer pour l’inventeur de cette chose.) Accuser la Chine actuelle de « voler » les inventions occidentales revient à être aussi capricieux qu’un chinois accusant l’Occident médiaval d’avoir « volé » l’invention chinoise qu’est la poudre à canon. Au risque de me répéter : ce n’est pas un vol/crime d’imiter une invention.

      • « Selon la logique libérale, les français sont gagnants »
        Tout est dans le dosage et la nuance. Les français devront payer plus cher pour leur sécurité, leur santé et conserver ou protéger ce qui conditionne leur survie.

      • « Accuser la Chine actuelle de « voler » les inventions occidentales ».
        Vous occultez les innombrables pillages opérés par la Chine depuis des décennies via vols, espionnage dans tous les domaines scientifiques. Il ne s’agit évidemment pas d’imitations dont je vous concède qu’elles ne peuvent pas être considérées comme du vol.

  • Il y aura beaucoup de « politique » autour de la révélation de la source du virus pour ménager l’ogre chinois. Mais beaucoup de leçons à tirer au-delà de commander masques, respirateurs, etc, et d’essayer de produire un peu chez nous.
    Ce qu’on sait, c’est que :
    1) Le virus vient bien du laboratoire P4 de Wuhan et pas d’une autre ville. Même si les Chinois tentent maintenant de noyer le poisson. Les chauves-souris il y en a partout. Mais c’est à Wuhan et son laboratoire P4 de guerre bactériologique que la contamination a eu lieu.
    2) Des sources taïwanaises (toujours très informées à l’intérieur de la Chine) ont annoncé dès le début que la contagion la plus probable vient d’employés du laboratoire, stupides, qui ont sorti des animaux contaminés pour se faire de l’argent en les revendant sur le marché de Wuhan. Malencontreux, honteux, coupable mais pas (encore) délibéré.
    3) Pourquoi l’état chinois investit-il autant sur la recherche des virus de chauve-souris qui marchent si bien sur l’homme ? Depuis plus de 20 ans…
    4) La Chine est déjà en train de préparer la 3e guerre mondiale, qu’elle espère gagner facilement par des moyens indirects. Dont :
    > Cyberattaques privant les pays d’électricité, de communications, de transports, d’approvisionnement. Populations aveuglées, immobilisées, isolées, affamées, sans directions.
    A noter : en 2015 l’armée chinoise comprenait 200.000 hackers dans ses rangs. L’espace est truffé de satellites de guerre chinois.
    > Guerre bactériologique. Terreur et décès en masse.
    > Les troupes au sol (des millions) arriveront bien après, vaccinées, armées.
    Conclusions :
    Si les gouvernants sont moins c… que ce qu’ils n’en ont l’air, ils doivent préparer le pays.
    1) Nous entraîner à la guerre bactériologique. L’exercice du covid-19 aura eu ça de bon, mais il faut aller beaucoup plus loin.
    2) Surblinder, doubler, tripler nos réseaux électriques et télécoms. Éviter absolument le piège Huawei. Fabriquer chez nous les composants électroniques. Ne donner aucun secret aéronautique ou spatial alors qu’aujourd’hui on accepte des transferts de technologies (Airbus, Alstom, Kuka, etc)
    Remonter notre industrie et arrêter d’enrichir la Chine qui peut ainsi investir contre nous.
    3) Préparer la réplique avec la capacité de réponses de même niveau : hackers, virus, spatial.
    4) Arroser l’espace de satellites de communication pour informer le peuple chinois par-dessus la censure totale à laquelle il est soumis vis-à-vis de l’Occident. C’est surtout de l’intérieur que les dictatures s’effondrent.
    5) Diplomatiquement, se rapprocher étroitement de la Russie (frontière nord) et arrêter l’inutile tension post guerre froide et communisme.
    Reconstruire des liens forts avec le Vietnam (frontière sud).

    • Aucune chance pour l’Occident dans une guerre contre la Chine. La seule préparation qui pourrait donner des résultats serait de rendre la guerre manifestement plus contre-productive que la paix pour les Chinois. Seulement, pour ça, il faudrait se montrer plus subtils que nos peuples et nos gouvernants…

  • La subtilité n’est pas le point fort des USA.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

"Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie."

Une autre décennie s'est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d'affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a ann... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles