Donald Trump se trompe, le protectionnisme n’est pas la panacée

Trump septembre 2015 by Michael Vadon(CC BY-SA 2.0)

Contrairement à ce que pense le président des États-Unis Donald Trump, réintroduire du protectionnisme est nuisible aux Américains.

Par Gary M. Galles.
Un article de Libre Afrique

Le protectionnisme a longtemps été un thème majeur du Président Trump et c’est maintenant qu’il commence à exécuter ses promesses : nouveaux tarifs sur les panneaux solaires chinois, sur les machines à laver coréennes, etc. Cependant, le protectionnisme est loin d’être la panacée promise. Bien au contraire, il favorise et protège un petit groupe d’Américains au détriment du plus grand nombre.

>>> Lire aussi : Le danger toujours renaissant du protectionnisme

Certains sont conscients depuis longtemps de l’illogisme du protectionnisme. Par exemple l’économiste Henry George dit :

Ce que la protection nous enseigne, c’est de faire en temps de paix ce que les ennemis cherchent à nous faire en temps de guerre.

L’histoire conduit aux mêmes craintes. Lorsqu’on se souvient de l’impact de la loi Smoot-Hawley (hyper protectionniste, cause majeure de la Grande Dépression), on se demande pourquoi le protectionnisme semble encore si attirant pour tant de gens. Peut-être est-ce en partie parce que la racine du mot est «protéger» ou «protection», ce qui semble donner une connotation de bienveillance ?

Le protectionniste protège-t-il ?

Nous cherchons tous à protéger nos propres personnes et ce que nous possédons, ainsi qu’à résister à la violation, par les autres, de nos «droits inaliénables». Depuis les écrits de John Locke, cette protection a été reconnue comme la mission première de tout gouvernement qui ferait progresser le bien-être des citoyens. C’est pourquoi le rôle central du gouvernement est la défense nationale et la protection des citoyens contre les invasions étrangères. De même, le rôle central de la police, des tribunaux et des prisons est de protéger les citoyens contre les invasions de leurs voisins.

Malheureusement, tout en utilisant un vocabulaire très similaire, le protectionnisme est très différent de toutes ces protections que nous recherchons tous. Et le mot clé est tous. Nous voulons tous que nos personnes, nos droits et nos biens soient protégés.

La raison d’être de la défense nationale est de nous protéger tous. La police doit nous protéger et nous servir tous. Cependant, le protectionnisme ne peut pas tous nous protéger. Il accorde un traitement spécial aux personnes politiquement favorisées au détriment des droits et du bien-être des autres.

En fait, cela nuit à tous les consommateurs qui eux ne bénéficient pas d’une protection spéciale et voient leur liberté de choix affaiblie. Le préjudice causé aux fournisseurs étrangers va se répercuter par principe de réciprocité sur d’autres produits en provenance du pays initiateur des mesures protectionnistes.

En clair, on protège un secteur au détriment d’autres qui vont en subir les conséquences négatives. Le protectionnisme ne va pas bénéficier à tous. Il restreint les choix et la concurrence, évinçant des arrangements mutuellement bénéfiques pour tous, sauf pour quelques privilégiés. Cela signifie que la plupart d’entre nous gagne moins qu’avant. Pourquoi certains devraient recevoir la charité coercitive imposée par l’État au détriment de nous tous ?

Les protectionnistes n’abordent jamais ce tabou. Pourtant, il faut dire clairement qu’en se présentant comme des justiciers protégeant un pays, ils ne font que protéger un petit groupe (souvent d’amis) au détriment du plus grand nombre, ce qui est contraire à la mission d’un gouvernement qui se doit de défendre le bien commun.

Rompre avec les idées reçues

Contrairement à l’idée trop souvent véhiculée, le libre échange est juste. L’injustice réside dans des interventions coercitives du gouvernement. Les gens n’ont pas besoin d’un gouvernement pour règlementer le commerce. Ils ont juste besoin que l’on défende leurs droits naturels, protège leur personne et leur propriété pour empêcher les agressions des puissants contre les faibles. C’est la mission naturelle, originelle, d’un gouvernement. Il n’était pas destiné à en faire moins, il ne devrait pas être autorisé à en faire davantage. La justice consiste en la préservation des droits naturels de l’homme.

Dans un cadre de libre-échange, est-ce qu’un agriculteur pourrait se plaindre d’une violation de ses droits naturels, si les consommateurs étaient libres d’acheter ses produits tout en ayant le choix entre les siens et ceux de la concurrence ? Pourrait-il affirmer que l’État est injuste envers lui ? Non. Il est donc clair que si l’administration de la justice avait été reconnue comme le seul devoir du gouvernement, le libre échange serait la règle.

Ainsi, le protectionnisme ne devrait pas être associé à l’idée d’une protection pour tous. C’est bien au contraire une agression contre tous ! Le protectionnisme est l’essence même d’un gouvernement autoritaire et du copinage. Pour protéger une petite sphère d’amis, une population entière est perdante ce qui est profondément injuste.

Sur le web