Port du voile dans l’espace public : pas l’affaire de l’État (comme bien d’autres choses !)

Le président de la République a récemment déclaré que le port du voile dans l’espace public n’était pas son affaire. Doit-on y voir l’espoir d’un Premier Amendement qui limiterait l’ingérence de l’État ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron by Global Partnership for Education (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Port du voile dans l’espace public : pas l’affaire de l’État (comme bien d’autres choses !)

Publié le 4 novembre 2019
- A +

Par Olivier Maurice.

La France se dit le pays de la liberté. La France se dit libérale ou tout du moins c’est ce que disent de la France ceux qui dénoncent le libéralisme, tout en se faisant par ailleurs les promoteurs de la liberté.

Étrange paradoxe dans un pays où l’État est partout, s’occupe de tout et est tenu pour responsable du moindre dysfonctionnement, du moindre écueil rencontré dans l’harmonie heureuse et parfaite qui est supposée régner sur la société française.

Cette croyance vient d’un dogme qui unit l’État français, le pays France, la nation française et l’identité française depuis la toute fin du XVIIIe siècle. Il existerait un destin français, et cette aspiration, cet esprit empli de liberté, d’égalité et de fraternité, serait incarné par l’État tout-puissant, défenseur de tout ce qui serait Français. « L’État c’est moi » aurait dit Louis XIV. « La France c’est l’État » répètent en boucle comme pour se convaincre de la vérité de cette utopie les innombrables héritiers et admirateurs de Robespierre qui déclarait le 5 nivôse de l’an II devant la Convention au nom du Comité de Salut Public :

« La fonction du gouvernement est de diriger les forces morales et physiques de la nation vers le but de son institution. Le but du gouvernement constitutionnel est de conserver la République ; celui du gouvernement révolutionnaire est de la fonder. La Révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis ; la Constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible. »

L’État, la Révolution et la Constitution comme pierres fondatrices de la liberté ?

Quel constat pouvons-nous tirer après deux siècles d’inflation législative, de révolution permanente et de Constitutions successives ? Quel résultat constater après cinq Constitutions, deux empires, une tentative de restauration et une autre de création d’une monarchie constitutionnelle ? Quelle conclusion tirer de ces multiples tentatives pour décréter par la loi et instaurer par l’ordre la liberté nationale ?

Force est de nous rendre à l’évidence d’une tout autre vérité que démontrent deux siècles d’expérimentation de cette liberté jacobine par l’évidence d’un des pays les plus centralisés, les plus étatiques, les plus irrespectueux en termes de liberté publique, économique ou fiscale de tous les pays développés : l’État rien à voir, mais absolument rien à voir, de près ou de loin, avec la liberté.

État et liberté

Par définition, l’État est un maître et la liberté, c’est justement le refus de tout maître à part soi-même.

Qu’il soit un maître librement choisi, légitime, démocratique ou autre ne change absolument rien à sa nature : sa fonction est d’imposer un ordre social aux individus, de faire respecter des normes par l’usage ou par la menace de la violence, par la coercition. Que ces normes soient librement choisies, que la violence soit légale et réglementée et que la coercition soit légitime n’y change absolument rien.

Que la majorité trouve ces normes nécessaires, que les individus les admettent ou non, que ces normes soient justes ou injustes… tout cela relève d’un tout autre débat : celui de la fonction de l’État, du rôle qu’on veut lui donner, de la vision de la société que l’on veut avoir.

Que l’État suive des règles, qu’il exerce ses fonctions dans un cadre légal, qu’il soit soumis à des contrepouvoirs qui le régule… cela relève également d’un autre débat, celui de l’encadrement de l’État, des limites que l’on veut lui fixer et du droit qui lui est associé.

Que l’État exerce un monopole sur la violence et qu’il empêche ainsi l’apparition de multiples petits maîtres qui voudraient tous avoir leur mot à dire sur notre liberté est indéniable. Mais aucun régime, même démocratique, même soumis à l’État de droit, ne peut par son action fournir la liberté aux citoyens. La liberté publique n’existe que dans les domaines où l’État n’agit pas, où l’ordre naturel voit le jour par la libre collaboration et les libres échanges entre individus.

L’État ne sait qu’attribuer des droits et obliger à des devoirs. On a bien trop souvent tendance à confondre l’autorisation (le droit de) ou l’assistance (le droit à) avec des libertés, mais elles n’en sont pas. La liberté provient de l’individu, de sa conscience, de son jugement propre, de son choix. La liberté engage l’individu, met en action sa responsabilité, sa décision.

La seule, l’unique façon dont l’État peut favoriser la liberté, c’est quand il déclare publiquement ses limites, quand il décide de rester étranger à un sujet, de laisser celui-ci à la décision des individus, à l’accord naturel qui résultera des échanges qui pourront avoir lieu.

C’est cette promesse qui est à la base de l’unité d’une nation qui reconnait l’autorité d’un État : il limitera son domaine, ne franchira pas la frontière séparant ordre et tyrannie.

État mêle-tout

Il aura fallu une escalade sur une polémique qui n’aurait jamais dû avoir lieu et dure depuis maintenant bien trop longtemps, il aura fallu un détail d’habillement, pour que l’État, par la voix du président de la République, reconnaisse enfin ce terme du contrat qui unit les citoyens et l’autorité qui les gouverne :

« Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire. »

« Ce n’est pas mon affaire ». Ah que cette phrase gagnerait à être généralisée et aurait dû être prononcée bien avant !

Ce n’est pas son affaire… comme ne l’est pas la façon dont les Français s’habillent dans l’espace public. Cela non plus n’est pas l’affaire du gouvernement. Comme pas plus tard que l’été dernier, quand les recommandations canicule élaborées par une tripotée d’experts, d’associations, de ministères ont été largement relayées dans la presse à grands renforts de spots publicitaires dont on a juste quelque souci à se figurer le coût de diffusion pour nous expliquer qu’il fallait porter des t-shirts en coton et à manches courtes par temps chaud…

Comme de définir comment les Français se déplacent… ce n’est pas non plus l’affaire du gouvernement qui fixe les tarifs des transports en commun, planifie quelle ville sera desservie par le train, par une autoroute, par des lignes aériennes !

Comme de définir comment les Français se logent, quelles énergies ils doivent utiliser, quel type de véhicule personnel ils doivent acheter, quel type de chauffage ils doivent utiliser, de quel pays doivent provenir les produits qu’ils achètent…

Comme de décréter ce que les Français doivent manger, ce qu’ils doivent boire… ça non plus ce n’est pas l’affaire du gouvernement quand il nous exhorte à manger cinq fruits et légumes par jour, à ne pas manger trop salé, ni trop sucré, ni trop gras, quand il taxe telle boisson ou tel produit, quand il va même jusqu’à nous expliquer comment il faut faire cuire les frites

Pas non plus son affaire sur la façon dont les Français se soignent, sont éduqués, s’unissent… jusque dans la mort, jusque dans l’héritage que nous laissons derrière nous, l’État nous dicte ce qu’il a déclaré un jour être son affaire et pas la nôtre.

État-nounou

Petite victoire de la liberté ou simple reculade pour tenter de faire taire la colère qui gronde devant son incapacité à éteindre les hurlements des moutons transis d’effrois devant la vision d’un bout de tissu posé sur la tête ? Réelle prise de conscience ou énième déclaration tonitruante d’islamophobie, de peur panique de l’islam, afin de mettre en scène l’empathie de celui qui comprend la lâcheté et la couardise de l’électeur qui se tourne vers l’État-nounou pour se réfugier dans ses jupes ? Liberté ou clientélisme ?

Doit-on voir dans la déclaration du chef de l’État l’esquisse d’une déclaration solennelle qui viendrait un jour figer dans le marbre cette liberté d’opinion que la Constitution américaine, grande inspiratrice des révolutionnaires français, a gravé dans son premier amendement ?

« Le Congrès n’adoptera aucune loi relative à l’établissement d’une religion, ou à l’interdiction de son libre exercice ; ou pour limiter la liberté d’expression, de la presse ou le droit des citoyens de se réunir pacifiquement ou d’adresser au Gouvernement des pétitions pour obtenir réparations des torts subis. »

Sage précaution de la part de James Madison, John Adams et Thomas Jefferson pour se protéger des velléités expansionnistes d’un État fédéral tentaculaire. Sage précaution que les jacobins français ont rapidement balayée pour ne pas se retrouver soumis aux puissants contrepouvoirs que sont la liberté d’expression, la liberté d’opinion et la liberté d’association. Pour faire taire, déjà, la peur de la religion.

État partout

Signe prémonitoire d’une liberté à venir ? Qui sait ? Mais ne nous réjouissons pas si vite devant cette minuscule lumière qui brille au bout de ce tunnel de réglementations et de contraintes liberticides et infantilisantes. Emmanuel Macron s’est rapidement empressé de fermer la porte à une possible poussée de fièvre libérale qui viendrait soudainement envahir le pays :

« Le port du voile dans les services publics, à l’école, quand on éduque nos enfants, c’est mon affaire. »

Et comme en France, l’espace public (non seulement l’école, mais aussi l’économie, la santé, les transports, le logement, l’emploi, la culture, la recherche, l’industrie, l’alimentation…) c’est pratiquement intégralement l’affaire des services publics… la liberté restera pour longtemps un joli mot écrit partout pour faire croire à son existence et dont il sera formellement interdit, sous peine de jugement moral immédiat, de douter ou de remettre en question la réalité.

Voir les commentaires (99)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (99)
  • Vous placez le port du voile sous le signe de la liberté individuelle, c’ est très bien mais dans le fond je ne vois pas bien où vous voulez en venir parce que ni par Macron ni par vous le port du voile est interprété à sa juste valeur: c’ est un signe de combat religieux parce que ce signe explose et s’ affiche partout et de plus en plus. Il est là le sujet, et il est précisément l’ affaire de l’ état.
    J’ ajoute que le voile en tant que tel n’ est pas ce qu’ il faut combattre, mais ce qu’ il admet derrière.

    • Exact, le voile est l’information de ce qui se passe en sous-main, en soit il n’est pas dangereux c’est ce qui est derrière qui l’est et plus il s’affiche plus ces manœuvres émergent à la lumière.

    • L’auteur le sait parfaitement. Simplement, il fait partie soit des bisounours, soit des collabos.

      • je ne pense pas.
        un voile est avant tout un voile..
        aux usa le signe ok est vu comme signe d’ l’appartenance aux suprématistes blancs.. et il faut être naïf pour penser le contraire..

        un voile est un voile…dire que les raisons qui amène une personne à le porter sont claires relève du procès d’intention.

        • de toutes façons, il est illusoire de prétendre pouvoir repérer les islamistes dangereux ou mal intentionnés par des signes aussi triviaux..
          le port du voile est le signe que la communauté musulmane pratico-militante en France est présente, mais ça , ça n’est pas un crime…
          ça ne facilite pas la vie c’est certain..mais il en va ainsi de tout militantisme qui relève de la victimisation..

    • Effectivement, le voile en tant que tel n’a guère d’importance, mais ce qui suscite son port en a. Tous ceux qui considèrent que l’islam est une religion comme une autre sont soit aveugles, soit naïfs (pour rester poli). L’islam est un système politico-religieux juridique et totalitaire, c’est aussi une culture et un mode de vie. C’est ainsi que le décrivent les Frères musulmans eux-mêmes. Et leur but revendiqué est d’imposer ce système partout dans le monde par l’instauration de la charia ou loi coranique. Le coran régit tous les aspects de la vie du musulman, sa façon de se vêtir, de s’alimenter, de se comporter, dans les moindres détails; c’est également l’équivalent de notre code civil et de notre code pénal, il énonce les peines à appliquer en cas de crime ou de délit. De plus, il appelle à la violence contre les non-musulmans, essentiellement les juifs. Rien que pour cet aspect, il devrait être interdit en tant que texte incitant à la violence et au racisme. Les principes intangibles de ce système (intangible parce que prétendument dicté par Allah lui-même) sont frontalement incompatibles avec la Constitution et les lois françaises. C’est là que se situe le problème, et pas sur le plan strictement religieux. Donc quand macron dit que ce n’est pas son affaire, il trahit la Constitution.
      Le rappel constant à la loi de 1905 est une stupidité, parce que cette loi était une machine de guerre contre le catholicisme et lui seul. Elle n’a aucun moyen de s’appliquer à l’islam, qui je le répète n’est pas qu’une religion. Et plus on cède du terrain à ce système, plus il en exige car il considère tout accommodement en sa faveur comme un faiblesse. On n’est pas dans le cas d’une négociation syndicale, où chacun respecte le compromis signé, du moins pour un temps, jusqu’à la grève suivante. Tant qu’on n’a pas compris cela, on ne résoudra pas le problème, qui est l’islam lui-même et non ses manifestations visibles.

  • Quand on pose mal les problèmes, on ne peut y apporter aucune solution puisqu’on est à côté de la plaque.
    C’est ce que fait l’auteur de cet article, probablement un brillant énarque ou un fan de Macron.

    Le problème du voile dans l’espace public n’est pas un problème d’effet vestimentaire.
    Afficher un voile musulman dans un quelconque espace public est une provocation délibérément organisée par des islamistes (des musulmans, si vous préférez) pour développer la présence de l’Islam dans tous les secteurs de la vie française, interdire toute critique de l’Islam et la faire sanctionner, puis faire acter la supériorité des lois de l’Islam sur les lois françaises.
    C’est donc vraiment l’affaire de l’Etat, et l’affaire du chef d’Etat de répondre à ces provocations et de défendre la culture et les valeurs de la France.
    Encore faudrait-il qu’il y ait un Etat. Encore faudrait-il qu’il y ait un chef.

    • Ce n’est pas l’affaire de macron , nuance.. et la France ce n’est pas macron peu s’en faut..
      on ne peut pas aller longtemps contre les peuples..
      Macron va dégager lui aussi

    • Jusqu’a present est ce que cette religion porteuse de voile nous a imposé des regles allant a l’encontre de notre culture , Je n’en vois pas. Alors c’est quoi tout ce cirque a propos de ce voile qui est plutot , d’ailleurs , un foulard pour les non militants ou un truc traditionnel dans certains pays ?

      • « est ce que cette religion porteuse de voile nous a imposé des regles allant a l’encontre de notre culture  »
        oui , la place de la femme dans la société , les homosexuels, les interdits alimentaires a la cantine,
        les pretentions vestimentaires a la piscine etc.. etc..

        • Bah , si on se soumet aux minorites c’est de notre faute pas de la leur..ils sont bien minoritaires ?
          Et je vais te dire un truc ,plus de porc degeulasse a la cantine , c’est sans doute benefique pour tout le monde , les tenues de bain specifiques ne genent personne , la’soumission des femmes musulmanes , pas plus que pour les autres, les homos , la connerie est universelle.

          •  » la connerie est universelle » : merci d’avoir confirmé 🙂 !

          • @reactitude
            bonsoir,
            « les tenues de bain specifiques ne genent personne »
            Un short de bain porté par les hommes semble gêner un grand nombre de personnes. Mais pour les femmes, une tenue ressemblant à une combi de plongée ne devrait poser aucun problème ?
            Les villes prises et occupées par Daesh, une fois libérées ont vu les femmes jeter leurs burkas, et y mettre le feu. Dans d’autres pays, les femmes se battent pour ne plus la porter, et risquent la prison pour 10 ans, d’où elles ne sortiront pas au bout de 3.

      • @reactitude : alors expliquez-moi pourquoi un pays du Moyen-Orient voulait imposer le port du voile aux hôtesses de l’air d’Air France débarquant dans leur pays ? Si c’est un truc traditionnel, pourquoi vouloir l’imposer à des étrangères ? Et si c’est un foulard pourquoi les collégiennes ne veulent pas le retirer dans l’enceinte scolaire ? Un foulard ça se porte à l’extérieur, pas à l’intérieur.

        • Et pourquoi cela ne devrait pas se porter a l’interieur ?
          Si je veux mettre et garder un chapeau c’est interdit par quelle loi ?
          Sans doute nos coutumes mais ce sont NOS coutumes ,a t on le droit de les imposer a d’autres et refuser aux autres de nous imposer les leurs ?

          • c’est une question de politesse on ne reste pas couvert a l’intérieur dans notre culture, on se decouvre

            • J’ai bien l’impression que suis plus liberal que vous ,je ne considère pas la culture comme un monument historique que l’on doit defendre coute que coute ,elle doit sans cesse évoluer et elle evolue sans cesse , aujourd’hui n’ a rien à voir avec hier , il parait que les hommes se marient entre eux et auront de nombreux enfants , dingue !

              • Vous avez raison il faut être le plus libéral possible : vos amis peuvent cracher par terre chez vous et poser leurs chaussures sur vos canapés ? Allons, allons, la politesse et le respect de celui qui accueille n’est pas un monument à défendre !

              • Je ne partage pas votre opinion. Il me semble que vous êtes, sur cette question, plus relativiste que libéral. Tout ne se vaut pas.
                Je pense qu’il ne faut pas confondre tolérance et relativisme. Or la présence islamique sur le territoire français ne constitue pas une évolution de la culture mais une menace car rien dans cette « religion » n’est libéral et tolérant.
                Le voile n’est pas le vrai débat. Le débat c’est la présence de l’Islam. C’est de la perte de temps que de se quereller sur le voile, le porc et tout le toutim.

                • @Mousquetaire
                  Merci pour votre sagesse. « Le voile n’est pas le vrai débat… perte de temps que de se quereller sur le voile, le porc et tout le toutim ».

              • très bien , alors qu »‘on arrête de nous faire braire avec la culture « islamique » d’importation

          • « Sans doute nos coutumes mais ce sont NOS coutumes ,a t on le droit de les imposer a d’autres et refuser aux autres de nous imposer les leurs ? »
            Oui. Quand on est chez nous et les « autres » aussi.

            • En seine st denis tu te considères chez toi dans certains quartiers ?
              Eux ce considèrent chez eux ,normal ,non , on a toujours besoin d’un chez soi surtout quand tout le monde est contre vous ou exploite vos différences pour des raisons electorales .

              • La Seine St Denis et le nord de Paris n’étaient pas ainsi lorsque je les ai quittés. Ne vous inquiétez pas, bientôt chez vous ce sera chez eux, vous avez raison de considérer cette zone nordafricaine comme normale. Et de penser qu’ils ne sont pour rien dans le fait que « tout le monde » soit contre « eux ». C’est drôle mais ce n’était pas ainsi lorsque les 1ers sont arrivés, les travailleurs, ceux qui mesuraient leur chance. Qui envoyaient de l’argent à ceux restés au pays, à jouer aux cartes au café. Puis ceux-là se sont dit que ce serait plus simple de jouer aux cartes au café directement en France, un hlm c’est plus sympa que la casbah.

      • Le prix des repas de cantine a considérablement augmenté depuis que les directives imposent de ne plus servir du porc qu’une fois par mois, et du boeuf 2x par semaine. Voici un premier effet kisscool visible directement sur votre taxe d’habitation. Ah mais pardon, vous n’en payez probablement pas… eux non plus d’ailleurs…

      • L’excision est aussi un truc traditionnel dans certains pays.

      • @reactitude : cette religion porteuse de voile nous a imposé de ne plus parler de « vacances de Pâques » mais de vacances de printemps, et tente de nous imposer la suppression des crèches dans les espaces publics. Et aussi les jours fériés catholiques. Nous devrions abandonner nos traditions et adopter celles des musulmans, y’a pas comme un blème là ? Ces 2 nouveaux thèmes (supprimer les références catholiques) sont récents, donc rien à voir avec la loi de 1905, comme je le disais dans un autre commentaire, loi brandie juste pour défendre cet islam conquérant. Ceci advient grâce aux collabos.

    • Filouthai a écrit: « est une provocation délibérément organisée par des islamistes pour développer la présence de l’Islam »

      Exact, mais cacher cette provocation empêcherait la réaction à l’islamisation. Ce serait un « faux prix », un mensonge qui laisserait les racines cachées de l’islam s’implanter en profondeur.

    • Très bien dit, Filouthai. On est atterré par la lacheté des dirigeants face à ce mouvement colonialiste au sens propre du terme. On est aussi écoeuré par la plupart des medias qui sans cesse minimisent ou passent ce silence ce phénomène

    • @Filoutai
      hélas je pense que la question est VOLONTAIREMENT mal posée par certains (politiques, journalistes et commentateurs ici). Pour ne pas avoir à affronter la réalité et montrer clairement le froc baissé.

    • L’Etat doit appliquer et faire appliquer les lois de la République. Tout authentique libéral conviendra que c’est une de ses fonctions régaliennes de base. Il existe un arsenal juridique contre les sectes. Tous ceux qui ont lu le Coran (et je ne parle même pas des Hadith), savent que l’Islam a toutes les caractéristiques juridiques d’une secte au sens du droit français (par exemple l’apostasie est réprimé par la peine capitale, selon le commandement d’Allah). Donc la question est simple. Ou bien l’Etat finira par appliquer (à temps) les lois de la République, ou bien la République, par effet démographique, changera de nature pour le conformer à la loi de la secte dominante. C’est tout simplement une course contre la montre, peut être déjà perdue. Le vol est à la fois arme et symbole dans ce combat à mort.

  • « Le président de la République a récemment déclaré que le port du voile dans l’espace public n’était pas son affaire. Doit-on y voir l’espoir d’un Premier Amendement qui limiterait l’ingérence de l’État ? »

    Que nenni ! C’est simplement la traduction de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Pas la peine d’en faire trois pages…
    Macron a ajouté, toujours dans cet esprit, que le port du voile dans les services publics, c’était son affaire.
    L’Etat, en effet, se doit d »afficher une stricte neutralité dans l’expression des convictions religieuses. Ce qui signifie qu’il ne peut ni interdire ni rendre obligatoire le voile (ou la kippa ou la coiffe des bonnes soeurs) dans la rue. Pas plus qu’il ne peut tolérer qu’un agent de l’État porte un voile (ou… etc) sur son lieu de travail.

    • oui quand on voit les islamistes au coeur du systeme
      de renseignement de la préfecture de Paris..
      çà devrait etre le probleme de macron .. et meme pas un
      responsable de viré

    • La loi de 1905 ne parle pas de stricte neutralité, c’est le contraire, elle assure la liberté de conscience (art 1 ). Les manifestations extérieures sont du ressort de la mairie (art 27) en cas de troubles à l’ordre public.
      L’article 28 lui parle des emblèmes religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public.
      Donc la loi de 1905 ne dit rien sur l’habillement, d’ailleurs tout le XX° des religieux(ses) en soutane ou cornette ne posaient pas de problème à l’état parisien.

      • Je remercie le contributeur qui m’a mis un -1, sur un sujet comme l’islam, je le prends comme un compliment. :).

      • Vous oubliez la suite de l’article 1 : garantie de l’exercice des cultes.
        Et surtout l’article 2 : la République ne reconnaît, ne salarie, ni se subventionne aucun culte.
        La garantie de la liberté religieuse et la neutralité de l’Etat sont les 2 faces de la même pièce.

        • La neutralité de l’Etat est brandie comme un étendard pour lui justifier de venir s’immiscer partout, « du moment que c’est au nom de cette neutralité ». Que l’Etat se contente d’être le garant de la liberté religieuse, qui comme toute liberté s’arrête là où elle gêne celle d’autrui…

          • Et de grâce, pas de recours à des arbitres pour décider si celui qui est gêné l’est véritablement et ne pourrait pas faire un effort pour respecter la liberté de l’autre de le gêner !

          • Cette neutralité ne concerne que la question religieuse. C’est la base de notre laïcité.
            Si l’Etat commence à juger, comme le réclame certains, que le voile dans l’espace public est son affaire, c’en est fini de notre République laïque et de la loi de 1905.
            On s’aventurerait alors dans une zone où nous perdrions beaucoup pour le très faible gain de la disparition de ce voile qui nous gêne.
            Si l’Etat n’est plus neutre pour une religion, il ne le sera plus pour aucune.

            • Mais ce voile ne me gêne pas tant que la loi ne m’oblige pas à traiter la personne qui le porte, ou celle qui l’impose à son épouse, comme celle qui ne le fait pas. L’espace public est désagréablement régi par cette pseudo-égalité imposée par la loi.

              • Que de mots pour dire que vous êtes favorable à la discrimination religieuse !
                Du coup vous êtes hostile à la DDHC de 1789, texte libéral s’il en est…

                • Non je ne suis pas favorable à la discrimination religieuse, je suis favorable à ce que chacun soit libre de ses choix en ce qui le concerne, y compris quand il s’agit de réagir à autrui. Je veux pouvoir choisir librement quelles relations j’entretiens avec qui, rejeter ou accepter sans me justifier telle ou telle personne sans risquer d’amende ou de procès. La DDHC de 1789 me convient parfaitement. Où voyez-vous de la discrimination religieuse ?

        • Il y a une différence entre salarier un prêtre et salarier une infirmière qui s’habille en bonne sœur, comme je l’ai vu à l’hôpital, ce qui ne posait pas de problème particulier.

          • Que désirez-vous ? Qu’on supprime la loi de 1905 pour régler le problème du voile dans l’espace public ?
            Car je peux vous assurer que l’interdiction du voile dans l’espace public ne passera pas le Conseil constitutionnel.
            Alors que le pb de départ, qui lui peut être réglé sans tout casser est le port du voile par les mères dans les sorties scolaires…

            • Il n’y a pas de problème de voile dans l’espace public. Ouvrez les yeux! Quand je fais mes courses, je croise de nbreuses femmes voilées… Sans problème.
              On parle du voile pour ne pas parler de l’immigration musulmane. Comme d’habitude en France, on est incapable de regarder la réalité.
              Après que des activistes islamistes aient des arriére-pensées, c’est l’évidence.

              • Absolument ! Toute cette histoire sort du marigot entretenu par ceux qui n’ont toujours pas digéré la perte de l’empire qui leur permettait de vivre grassement au dépends des autres.

            • Oui, et si certaines mères de familles veulent s’habiller en tenue de croisé, j’espère que personne n’y verra d’inconvénient.

      • Ce n’est pas moi, même si je pense que c’est amplement mérité.

      • la loi de 1905 est la conséquence de la lutte entre les religieux catholique et les laics au 19 eme siecle..
        Il n’y avait pas de musulmans en france au 19 eme siecle..pas de charia etc..

        • Il y avait aussi au moins les Juifs.
          Avez-vous remarqué que l’on parle souvent de la loi de separation de l’Eglise et de l’Etat, alors qu’il s’agit en réalité DES Eglises (avec une majuscule à Eglises) et de l’Etat ?

          • Peut-être parce qu’on est obligé de brandir cette loi, depuis quelques années, à cause d’une seule religion, non ? C’est curieux d’entendre parler de cette loi, vieille de 110 ans, à peu près tous les jours depuis seulement 10-15 ans, non ? Avant il n’y avait pas de raison de la brandir ? Ah bon, pourquoi ? Qu’est-ce qui était différent en France il y a 20 ans, où pourtant il y avait déjà beaucoup de musulmans ?

          • la loi de 1905 est la conséquence de la lutte entre les religieux catholique et les laics au 19 eme siecle
            Même s’il y avait aussi les protestants et les juifs qui étaient concernés par la loi, ses causes restent les mêmes.
            Répéter des mensonges à l’infini ne les rend pas vraies…

          • les juifs n’ont jamais imposé quoi que ce soit

        • Et les protestants et…

        • @claude henry de chasne
          Bonjour,
          Charlotte d’Ornellas au sujet de la loi de 1905 et l’actuelle faiblesse de la « République » :
          « https://www.youtube.com/watch?v=7ASFG2_srP4&t=1s » (extrait de « l’heure des pros » du 29/10/2019)

  • L’interdiction du voile ne serait qu’une mesure cosmétique pour cacher l’islamisation de la France, ce serait un « faux prix ».
    Quand les rues et les écoles auront l’air plus musulmanes qu’en Tunisie, les citoyens auront une information claire sur ce qui se passe et s’il leur reste un peu de liberté, ils pourront prendre les bonnes décisions. Ne pas embaucher, ne pas financer, ne pas servir, ne pas céder des pans entiers de liberté pour une religion liberticide dans son essence.
    Mais j’ai peur que les imbéciles qui gouvernent nous rejouent à ce moment l’air de Daladier en empêchant ces décisions libérales, c’est une constante chez eux.

  • A la bonne heure ! Et du coup dans l’espace privé encore moins ? Les patrons ont donc le droit d’exiger son retrait ? Et donc plus de végétarien et de sans porc dans les cantines ? et donc plus d’horaires filles garçon dans les piscines ? non ? ah ba zut alors ? Macron c’est seulement Ponce Pilate en chef

  • Le voile n’est qu’un problème subsidiaire. Le vrai sujet c’est l’Islam. Tous les débats sur les manifestations de l’Islam (voile, halal, djellaba, prières de rue…) sont du piétinement. La fenêtre pour agir se réduit d’année en année. Pas besoin d’être grand clerc pour savoir qu’il faudra se battre ou se soumettre.

  • Pendant que certaines mettent le voile, profitons en pour mettre les voiles…

  • L’explication de ce « n’est pas son affaire » est assez simple. Le risque d’éclatement du parti est énorme.

    LREM est un parti hétéroclite d’opportunistes. Les idées passent en second plan. Or, ce thème pourrait faire perdre des voix aux prochaines élections municipales qui s’annoncent tendu en raison de candidatures dissidentes dans plusieurs grandes villes.

  • L’Etat a la charge de la sécurité. L’islam sunnite wahabite, frères musulmans, salafiste, est un danger réel et constant pour l’Etat et la sécurité des personnes. Mais effectivement vous avez raison, je pense qu’à part ses 10 milliards à dépenser dans la start up nation, l’Etat s’en fout !! Tout comme lorsque pour rendre hommage aux victimes de Charlie Hebdo, (la liberté d’expression cela vous dit quelque chose? Là aussi on s’en fout!) des élèves de certaines classes ont refusé de se lever, c’est juste de la liberté, absolument pas du mépris ! Non, juste que : « zi va Y zon insulté mon prophète sur la vie de ma mère wallou comment dire, j’vai pas dire c’est normal qu’ils soient mort, juste voilà quoi, y z’avait qu’a faire attention, et y zont insulté le prophète, donc ils m’ont instulté, si j’insulte ta mère la pute, tu vas pas m’aimer, ni me rendre hommage…voilà) la liberté d’expression là aussi…

    • @G.R
      Bonjour,
      « L’Etat a la charge de la sécurité. »
      C’est effectivement ce qu’il prétend afin d’étendre son emprise sur nos vies. La sécurité n’est pas son affaire ; elle regarde chacun d’entre nous. Ce qui est l’affaire de l’Etat c’est la sûreté. L’une et l’autre sont deux choses différentes.
      En plus, si l’Etat en avait quelques chose à faire de la sécurité, cela se verrait dans les chiffres des crimes et délits car la Justice appliquerait les peines prévues dans le Code Pénal.
      Me Frank Lienard pour jusitifier que les citoyens ne devaient pas être libres de porter des armes, a dit : « L’Etat est en charge de la sécurité des français, et il est estime qu’il assure cette sécurité. » les chiffres des crimes et délits montrent qu’il a tort.

      « L’Islam sunnite wahabite, les fèrers muslmans, salafistes » est effectivement un danger pour les personnes, pas pour l’Etat, autrement il s’en serait chargé comme il l’a fait avec les religions, et plus largement avec les Droits fondamentaux de la DDHC.
      L’Islam sunnite est le courant majeur de cette religion et celui qui a régné plus de 13 siècles sur cette partie du monde qu’on nomme en Histoire « monde musulman », et non empire puisque plusieurs cissions ont été faites comme celle du califat d’Andalousie par exemple, dont le chef est un calife. Les premiers étaient des ordures finies.
      Vous mentionnez la tuerie à Charlie Hebdo pour « insulte au prophète » perpétrée par des ignares (en plus d’être bien d’autres choses). Ces deux crétins n’ont pas idée de ce qu’ont fait les premiers califes à leur sacré prophète, ni à sa famille. Le troisième calife,lui, a brûlé les Coran écrits sous la dictée du prophète. Il n’en reste que quelques exemplaires (moins de 10). Pour connaître ces événements il leur aurait fallu ouvrir un livre, voire plusieurs.
      Pour être complet, l’Islam (sunnite) a besoin d’un califat et de son calife.

      • Vous êtes plutôt documenté, et je suis presque totalement d’accord avec vous.
        Mais vous faites un distinguo entre sécurité des personnes et sureté de l’Etat. OK, mais hélas je suis dans une camisole, je n’ai le droit de me défendre, et encore que sous la légitime défense, la sécurité des personnes reste officiellement une prérogative de l’Etat. Le Coran est illisible, je parle de la calligraphie, des mots complets sont sujets à interprétations, oui il a été recopié et jamais diffusé, mais caché et brulé, il est d’inspiration sectaire, cosmopolite d’un récit qui mélangeait de multiples influences, juive, chrétienne etc

  • Le voile met remarquablement en valeur mon beau visage diaphane, contrairement à la Burqa.
    En revanche, le courant d’air qui passe sous cette même burqa m’émoustille au plus haut point (g).

    • Je connais des gynecos qui redoutent l’arrivée de certaines personnes. Au delà du problème religieux se pose le problème sanitaire. Et là je vous passe les détails.

  • Ok. Ce n’est pas l’affaire de l’état.
    Mais passé ce constat, ça ne résous pas la question, la limite de la liberté est-elle l’indifférence ou l’envie de ne pas voir les réalités de nos concitoyens qui en sont privés.
    Le voile est un « conditionnement » pas une « liberté » de choix…
    Une attitude a nier la contrainte idéologique en faisant croire que c’est un choix « naturel » ou de libre arbitre est un peut trop simpliste.
    Peut on être insensible au femmes privées de liberté?
    C’est plus complexe que cela en a l’air.

    • Question éternelle ! Peut-on au nom de la liberté restreindre la liberté des citoyens à se soumettre à quoi que ce soit ou à quiconque ?
      Puis-je me considérer vraiment libre si l’État m’impose d’être libre ?
      Etc

      • Oui, si la liberté donnée à certaines de le porter entraîne pour d’autres l’obligation de le porter. Si celles qui ne veulent pas le porter y sont contraintes, alors il faut l’interdire. Réponse simple à votre question éternelle, mais mal posée.

    • Personnellement je dénie à l’État de m’imposer SA propre conception de MA liberté, y compris sur les sujets limites, comme la consommation de drogues, la prostitution et donc évidemment les pratiques religieuses.
      Le voile me gêne car je devine aisément qu’il est l’expression d’une contrainte sociale communautaire, mais je me fais violence pour ne pas réclamer l’irruption des gros doigts de l’Etat dans ce genre d’affaires dès lors que l’on quitte la sphère des services publics. Je n’ai pas vraiment envie que la France finisse par ressembler à l’URSS des années 30.
      Et quid des dommages collatéraux si l’on interdit le voile dans l’espace public ? Les curés ne pourront plus y porter la soutane, les Juifs la kippa, les Sikhs le turban…
      Il y a des manières plus intelligentes de lutter contre l’islamisme, qui ne soient pas destinées à nous retomber in fine sur la g…

      • Les curés porteront toujours la soutane s’ils le veulent, c’est leur uniforme, comme les nonnes. Citer les turbans sikhs ! C’est drôle de toujours ramener le sujet sur la possible-peut-être-sait-on-jamais-ohlala perte de liberté des gens qui ne font pas d’histoires pour soutenir ceux qui se lamentent à longueur de temps !
        Si vous voyez une « contrainte sociale communautaire », vous me rassurez, c’est déjà ça. Mais en fait c’est le plus important ! Car vous voyez donc bien que nombre de femmes qui ne veulent pas le porter n’ont pas ce choix (de ne pas le porter à cause de la contrainte sociale communautaire). Mais vous vous obstinez à préférer qu’on bafoue leur liberté pour laisser celles qui sont en accord le porter ?! Entre 2 libertés à défendre, vous choisissez la fausse liberté ! Au lieu de défendre la liberté des femmes à ne pas le porter (en l’interdisant partout) vous défendez la « liberté » des femmes à se soumettre à une contrainte, qui oblige petit à petit toutes les autres à en faire autant !

        • Pour rebondir sur votre exemple :
          les sikhs ne prient pas dans la rue et n’ont pas demandé la construction de lieux de culte ; ils n’ont pas demandé à ce que les écoles publiques françaises modifient les menus de leur cantine ; ils n’ont pas exigé que leurs femmes soient examinées uniquement par des médecins femmes ; ils n’ont pas élaboré un vêtement qui cache toutes les parties du corps de leurs femmes afin d’autoriser celles-ci à se baigner à la mer, etc, etc …
          A part les aveugles, les idiots, les énarques (c’est redondant) et les politiciens, tout le monde voit ce qui est en train de se passer en Europe occidentale ….

  • Il ne faut quand même pas se « voiler » la face. Effectivement que quelqu’un veuille mettre un foulard sur ses cheveux n’a a priori aucune importance. Mais ce « détail vestimentaire » s’ajoute à tant d’autres essais de transformer la société française en une République Islamique par les Frères Musulmans, un mouvement conquérant et même « colonialiste » du monde qui a ses bases au Moyen Orient et qui est d’ailleurs interdit et réprimé dans de nombreux pays musulmans! En fait, le mot « islamophobe » créé à dessein par les Frères pour interdire toute critique de leur fondamentalisme (et repris à foison par des politiques et des journalistes de plus en plus incultes historiquement) est tout à fait inappropri et devrait bien sûr être remplacé par islamismo-phobie si on veut ou simplement par une action politique et judiciaire contre ce mouvement totalitaire et antidémocratique.

    • Vous avez raison de faire le lien entre ce voile et TOUT le reste. Le problème est ce TOUT, le voile en est une partie la plus facilement défendable par les bisounours et collabos, d’où ce thème récurrent. Mais pas de récurrence sur les mariages forcés, les mariages des petites filles, l’excision etc, tous ces thèmes qui eux seraient rejetés avec force (et le sont déjà d’ailleurs mais pratiqués quand même) alors qu’ils ont exactement la même origine que le voile : la tradition et non la religion musulmane.

    • moi je n’ai pas de phobie .. c’est juste que ces gens m’emmerdent et apparemment toute la planete aussi

  • j’ai l’impression que l’on tourne en rond et que le débat se répète. Qqs trolls pour avancer des théories bancales. La bonne réponse était: il faut se casser de ce pays ! Car payer pour un pays de merde qui ne protège même pas ses contribuables c’est forcément se pendre. Il y a une différence de traitement entre ceux qui “essayent” de jouer le jeu et s’en prennent plein la tronche et ceux qui “détruisent” ce système qui sont sponsorisés! Nous avons les noms, les groupes, les adresses. Les syndicats, comme les religieux et d’autres. Le conclusion est qu’il existe trop de pourritures pour espérer une amélioration. Essayez de passer le karsher dans une pièce remplie de merde. Vous aurez une idée de la France.

  • Scène vue au Jardin du Luxembourg la semaine dernière (donc loin des « zônes sensibles »). Deux beurettes voilées interpelant deux beurettes non voilées : « He ! mes soeurs, faut être pudique ! » Les deux dernières se sont pratiquement sauvées, en pouffant de rire certes, mais se sont sauvées quand même. Le voile n’est pas un « morceau de tissu », pas plus qu’une croix gammée cousue sur un blouson. Il est l’étendard d’idées anti-démocratiques. Alors je veux bien que l’Etat n’intervienne pas et le laisse porter mais devant l’étalage d’idées qui me heurtent, j’estime avoir le droit, de mon côté, d’exprimer ma détestation de ces idées. Et par exemple, de me balader avec un tee-shirt offençant les valeurs islamistes (« les femmes voilées sont des femmes coincées »). Or il semble que ce ne soit pas le cas, vu le sort que subissent les écrivains ou journalistes qui attaquent les idées défendues par les porteuses de voile. J’étais pressée ce jour là et je n’ai pas pu intervenir. Dommage, dans ce lieu, j’espère que je ne risquais pas grand chose à défendre mon point de vue (quoique…). Mais imaginons la même scène dans certaines villes très proches. Imaginons que je m’arrête et, répondant à la provocation de ces « soeurs », je leur dise ce que je pense ? Pourrais-je le faire sans provoquer un attroupement agressif ? Sans être traitée de raciste ? J’en doute. Si on donne la liberté à ces femmes d’insulter la mémoire de nos mères et grands-mères qui se sont battues pour notre liberté, alors laissons-nous la liberté de répondre. Aujourd’hui nous n’avons pas cette liberté. Des beurettes voilées peuvent faire leur cirque sans crainte au Luxembourg, je ne peux pas faire l’équivalent dans la cité des Beaudottes sans risquer gros. Non seulement de la part des habitants mais aussi de la presse, la classe politique etc.

    • Merci. Non le voile n’est pas un morceau de tissu, ceux qui le disent sont des collabos. Oui il faut l’interdire, car la scène que vous avez décrite est vécue tous les jours dans les cités, et maintenant en-dehors, et c’est la raison pour laquelle il y a de plus en plus de voilées.

      • Il y a une évolution du comportement très rapide. Il y a 10 ans elles restaient enfermées dans leur domicile. Maintenant elles se promènent en groupe. On voit du voile dans les restaurants assez coûteux et dans les cinémas. L’ascenseur social à merveilleusement fonctionné. Pendant ce temps des sans dents s’empilent dans les stats. Le chômage grimpe et les routes sont de pires en pires. Heureusement que les radars nous sauvent des nids de poules. Le socialisme a fonctionné pour ces gens puisque nous sommes désormais chez eux. Maintenant je vois un problème dur entre une politique musulmane et une politique socialiste. J’ai l’impression que nous rentrons dans la dernière étape de leur projet. Vu l’état de corruption de notre pays (et les faits récents) je pense que cela devrait se faire assez vite. L’islam va donc nous débarrasser du socialisme! Pour nous coller une dictature religieuse. Décidément la France est un pays de merde.

        • La France est un beau pays.

          • A priori vous êtes du bon côté de la gamelle. Méfiez vous quand même des Français. Ils sont déjà très instables et insaisissables dans des périodes fastes, je ne vous dis pas si ça se gâte. Ceux qui n’ont plus rien à perdre pourraient bien être des bons Français qui ont des racines profondes dans ce sol. Ce beau pays pourrait se transformer rapidement en votre pire cauchemar.

        • Erreur d’analyse, l’islam est un socialisme (dur), il en a tous les attributs :
          Figure historique originelle incarnant le dogme : Marx ou Mahomet.
          Texte fondateur irréfragable : le Capital ou le Coran.
          Prééminence du dogme sur le débat. Police de la pensée déviante / hérétique
          Obligation de l’autocritique ou du jihad intérieur.
          Apartheid social : les croyants et les khouffars, le prolétariat et les bourgeois.
          Spoliation fiscale des peuples non élus ; dhimmis / bourgeois
          Génocide ou rééducation des mécréants, goulags, quartiers réservés.
          Interdits culturels (arts dégénérés)
          Dictature du groupe élu : le prolétariat ou l’oumma.
          Inféodations du groupe à l’individu.
          Déni des droits naturels de l’individu : propriété, liberté, sûreté, résistance à l’oppression et personnalité.
          Subordination des lois naturelles à la volonté divine.
          Système politique prétendant réglementer tous les aspects de la vie.
          Le vêtement rituel : le bleu de travail ou la veste à col Mao et la burqua ou le voile ou le burquini.
          Science officielle : voir le Lyssenkisme, le réchauffement d’origine anthropique, les théologiens savants de l’islam.
          etc, etc.
          Ce qui explique la récupération des musulmans par la gauche qui espère la convergence des luttes : la gauche ne voit pas qu’elle sera la première sacrifiée par les islamistes. Notamment les idiots utiles de la France insoumise.
          L’islam comme le socialisme et la démocratie sont incompatibles. C’est pourquoi les deux premiers doivent être combattus sans relâche pour que survive la troisième.

          • Ok, merci pour cette précision. J’avoue mon inculture sur le monde arabe. Cela ne m’intéresse pas. Vous écrivez: “ la gauche ne voit pas qu’elle sera la première sacrifiée par les islamistes.” c’est assez proche de ce que j’écris. Après nous avons en France un marxisme soft mélangé à du socialisme libéral. C’est peut-être effectivement compatible avec une sur-couche musulmane. Ou pas. Bref, en attendant c’est une vraie gangrène de notre pays des deux côtés en “même temps”. Et ça agace.

          • Très bon, je vous emprunte votre texte, pour éventuelle diffusion et amélioration via d’autres réseaux, vous n’y verrez pas d’inconvénients..bien à vous

  • Si on est pas déjà occupé en tout cas les collabos sont déjà là!Dhimmitude de tous les médias et de la bien- pensance bobo-artistico-politique.

    • Oui, hélas PCC! Il suffisait d’entendre Mélenchon dimanche sur une radio/télévision pour voir un clone moderne de Jacques Doriot, ancien membre haut placé de la hiérarchie du PCF dans les années 1930 et ultra-collaborateur en 1940, fondateur de la Légion Charlemagne, la branche française de la Waffen SS

  • Remarque générale : il est intéressant de noter que tous les collabos sont de sortie pour défendre le port du voile, avec force réponses aux réponses, mais AUCUNE réponse quand on parle des autres manifestations de l’islam : mariages forcés, excision, suppression du porc partout, inégalité (les filles héritent moitié moins que les garçons), refuser de serrer la main des femmes, d’être dirigé par une femme, imposer des médecins femmes pour examiner les leurs.
    A quel moment vous déciderez-vous à prendre conscience de ce qui est en train d’arriver tout doucement, pas à pas ?

    • Ah et des plages islamiques aussi maintenant, et pour l’obtenir, ils brûlent un espace tout neuf (Chanteloup, vidéo très intéressante dans l’article « Mortier et vivrensemble »).

  • C’est très bien que tout le monde puisse porter le voile… liberté individuelle. Mais il faut dans ce cas aussi que les commerçants, les profs, les… puissent décider qu’ils refusent de travailler avec des gens portant le voile. Liberté individuelle aussi.
    Il en va de même pour l’immigration. Très bien que chacun puisse aller où il veut, si chacun aussi, à cet endroit, peut librement manifester (sans violence physique) qu’il n’est pas d’accord, et refuser de vendre ou louer son bien immobilier, d’embaucher ou de travailler avec celui qui est arrivé. Bref, la liberté pour fonctionner doit être complète, et pas uniquement pour les trucs « qui font bien dans le paysage mental et permettent de se dire qu’on est dans le camp du bien ».
    La liberté d’expression ça sert surtout pour dire les trucs qui ne plaisent pas, pour insulter ceux qu’on protège généralement.

  • Si l’histoire du voile n’était qu’une question vestimentaire, franchement, elle n’aurait aucune espèce d’importance.

    Mais il s’agit en réalité d’une question essentiellement politique, de la confrontation avec une idéologie politique totalitaire meurtrière depuis des siècles jusqu’à nos jours, exactement le même type de question politique qui justifie l’interdiction de se balader dans la rue en uniforme de nazillon et qui n’est pas non plus qu’une question vestimentaire.

    • Oui Cavaignac. Si ce n’était qu’une question vestimentaire, qu’un bout de tissu sans signification, elles l’enlèveraient pour les sorties scolaires, pour ne pas influencer les enfants, elles ne se confronteraient pas aux employeurs, elles n’invectiveraient pas les « soeurs » pour qu’elles le mettent, elles ne se feraient pas insulter par leurs voisins de cité, etc.

  • Il y a du souk a Schiphol et à Milan airport…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles