Énergie : la France bavarde, ivre de son génie

Lorsqu’elle cessera de bavarder, la France pourra aussi faire valoir son « génie » dans le domaine de l’industrie nucléaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron By: Jacques Paquier - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie : la France bavarde, ivre de son génie

Publié le 27 août 2019
- A +

Par Michel Gay1.

La France bavarde, « ivre de son génie » pendant que la Chine travaille. Du « Grenelle de l’environnement » aux consultations populaires diverses pour donner un avis (pertinent ?) sur l’aptitude au service de la cuve du réacteur nucléaire EPR, les Français se donnent l’illusion de progresser par une agitation bavarde et des effets de manche.

Des consultations et des données : pour quoi faire ?

De tous temps, l’humanité a toujours aimé les palabres et les controverses. Etrangement, elle se satisfait parfois d’explications incomplètes, voire fausses, si elles s’inscrivent dans une doctrine cohérente brandie par une « élite » (Lyssenkisme, Grand bond en avant,…).

Aujourd’hui, une majorité semble croire au mantra de « la nécessité » des énergies renouvelables dépendant du vent et du soleil ou à l’affirmation péremptoire « c’est vert donc c’est bien », ou encore « c’est bio, donc c’est bon ».

Or, rien n’est plus faux.

Aujourd’hui, des moyens techniques permettent de récolter d’innombrables données et d’en vérifier la qualité. Mais qu’en faisons-nous ?

Les chiffres des productions des éoliennes sur terre et en mer, ainsi que ceux des panneaux photovoltaïques sont connus depuis des années.

Mais les annonces des futures productions continuent systématiquement à être surestimées (et subventionnées) sur la base « d’études savantes », mais fausses, sans que personne en France et en Europe n’y trouve rien à redire.

À l’opposé…

À l’opposé, la régression intellectuelle conduit à ne plus avoir besoin de données du tout.

La meilleure manifestation (ou la pire) est le Grenelle de l’environnement. Des gens « importants » se mettent autour d’une table pour décider une transition énergétique sur un fondement idéologique postulant que les énergies renouvelables du vent et du soleil remplaceront les énergies fossiles et fissiles. Et toute investigation ultérieure sera proscrite au nom de « l’urgence d’agir ».

Les chercheurs du monde académique, quel que soit leur domaine, sont souvent réservés à l’idée de collecter des données nouvelles qui  pourraient venir contredire les théories qu’ils ont créées et qu’ils défendent. Nul n’est plus conservateur qu’un chercheur socialement établi qui, au nom de l’orgueil (« de quoi aurais-je l’air ? »), aura beaucoup de mal à reconnaître ses erreurs ou à modifier ses conclusions.

Les grandes entreprises de l’énergie, comme RTE ou EDF, pourraient avoir une approche plus pragmatique. Mais elles vivent dans leur propre bulle, parfois glauque, teinté de carriérisme et d’intérêts qui obéissent à des orientations politiques à courte vue et à des lobbies financiers.

Toutefois, après avoir essayé des méthodes empiriques depuis la lecture dans les entrailles d’animaux jusqu’à l’intelligence artificielle, les entreprises finissent par se dire qu’il serait peut-être bon de se pencher sur l’historique des faits enregistrés.

Les lois de l’Homme et de la nature

Les lois de la nature produisent régulièrement des catastrophes qui ne suffisent pas à remettre en cause les fondements mystiques des modes de décision. Si une catastrophe se produit, c’est certainement parce que l’homme a abandonné sa pureté originelle…

Pour lutter contre le réchauffement climatique, le gouvernement français veut imposer une « économie décarbonée » quelles qu’en soient les conséquences désastreuses pour les Français. Et il voudrait aussi se donner en exemple au monde entier (qui s’en fiche).

Dans Candide, Voltaire écrit : « Quand sa Hautesse envoie un vaisseau en Égypte, s’embarrasse-t-elle de savoir si les souris qui sont dans la cale sont à leur aise ou non ? ».

Perchée sur la passerelle du gouvernement, sa Hautesse concocte des projets de décarbonation « ambitieux » (irréalistes) fondés sur le vent et le soleil (comme c’est sympathique !). Et elle se moque bien du sort des souris…

Élaborée dans cet objectif salutaire, la Loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) va ruiner les Français qui commencent à s’en apercevoir (Gilets jaunes).

« Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice ». (Montesquieu, Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence).

À l’aune de ces lois environnementales effarantes, EDF devient schizophrène en envoyant des publicités contraires à ses intérêts : « l’énergie est notre avenir, économisons-la« , « je produis et je consomme ma propre électricité« .

Des députés déclarent même, à tort, que « la meilleure énergie est celle qui n’est pas consommée ».

EDF est probablement le seul industriel au monde à payer des campagnes de publicités pour persuader ses clients de consommer le moins possible son produit et, en plus, de le faire à sa place !

Un « grand chef » a dû disjoncter au sein de la direction générale mais personne n’ose le lui dire…

Résultats : en Europe, les émissions totales de gaz à effet de serre ont augmenté de 0,5 % en 2018, tandis que les emplois « verts » se délocalisent en Asie (pour paraître encore plus verts ?).

Et dans le monde, les émissions de CO2 ont augmenté de 2 % en 2018, tandis que la production de charbon a augmenté de 4,3 %, et même de plus de 6 % en Asie-Pacifique.

Des industriels pétrifiés

Même les fabricants de voitures ne réagissent plus devant leur mise à l’index par une frange verte les sommant de se convertir d’urgence au véhicule électrique du fait du réchauffement climatique.

Le New York Times du 06 juin 2019 titre « The Car Industry Is Under Siege » (l’industrie automobile est sous pression). L’article insiste sur le fait que cette conversion sera coûteuse, alors que la qualité de l’air dans les grandes villes s’est améliorée ces dernières années, du moins en France.

De plus, l’article feint de croire que les problèmes seront réglés lorsque toutes les voitures seront électriques.

C’est encore faux : les écolos « profonds » sont hostiles à la civilisation industrielle en général. Dès que les constructeurs produiront des voitures électriques (dont les batteries sont aujourd’hui produites en Asie), celles-ci seront à nouveau la cible des attaques des ayatollahs de la nature (production polluante, recyclage, taxes,…).

Il est temps d’agir

Les industriels européens « ivres de leur génie » devraient cesser les bavardages et les effets d’affichage politiquement correct. Il est temps de se défendre plus vigoureusement qu’ils ne l’ont fait jusqu’ici vis-à-vis de l’opinion publique s’ils veulent survivre dans un monde compétitif où la première nécessité est une production massive d’énergie bon marché, et notamment d’électricité nucléaire.

En effet, le vent et le soleil n’étant pas adaptés à une production massive d’électricité corrélée aux besoins des nations, si le charbon, le pétrole et le gaz sont écartés en Europe pour décarboner l’économie, alors il ne restera plus que le nucléaire.

Et dans ce domaine, la France a encore des talents à faire valoir en Europe et dans le monde malgré la rude concurrence des États-Unis, de la Chine, de la Russie, de l’Inde et de la Corée du sud.

Lorsqu’elle cessera de bavarder, la France pourra aussi faire valoir son « génie » dans le domaine de l’industrie nucléaire.

  1. (Article inspiré par l’éditorial de Bernard Beauzamy dans la lettre de la SCM n°86)
Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Il s’agit des avatars du socialisme , derniere religion sociale sur le déclin, non « l’internationale ne sauvera pas le genre humain », il fallait donc puis que dieu est mort , trouver des coupables a châtier, et entrer dans la repentance , le carême permettant a l’humanité *de se faire pardonner par la contrition..
    puisqu’on ne pourra pas installer la réelle égalité dans l’abondance
    cherchons là dans la pénurie pour tous!
    puis que les processions avec banderoles ne font plus flores, cassons les vitrines des profiteurs qui détruisent la planete ..
    dans un salmigondis liturgique qui mêle , biodiversité , climat, nature, santé , egalitarisme..
    si on sait regarder .. bien sur que c’est imbécile scientifiquement parlant .. et si çà parait juteux politiquement pour l’instant je parie que çà va se vautrer, les gilets jaunes sont la premiere expression d’un mouvement de fond qui va tout balayer .. vous verrez..
    la coercition devient morale, les ficelles commencent a se voir
    l’europe doit changer ou mourir l’allemagne entre en crise, l’Angleterre sors.. nous sommes a la veille de changements drastiques , et ils ne seront pas égalitaires .. a mon avis..
    et faire chier les français avec une nouvelle religion ce n’était pas une bonne idée.. vous verrez

  • si le but était de réduire la consommation de fossile..il suffirait de rationner ou d’imposer des quotas. et de laisser l’économie faire avec..

    au lieu de ça… on fait des trucs qui ont juste une bonne tête écolo…

    vous préférez une taxe carbone ou une ribambelle de taxes vertes par exemple celle tant désirée sur la viande ,

  • Du bla-bla, des pirouettes ! Des incendies au Canada = allié => personne ne moufte. Des incendies en Afrique = nul ne bronche. Des incendies en Russie = tout le monde la ferme gentiment. Le problème n’est pas le feu lui-même, ni les ravages qu’il cause ! Le but c’est le choix de l’ennemi ! On ne peut pas s’attaquer à n’importe qui ! Il faut peser le pour et le contre, ce n’est pas le moment de recevoir une bombe sur la tête, juste parce-qu’on avait envie de pousser sa petite crise histoire de redémarrer l’année politique et de se refaire la cerise ! Là, nous savons que nous avons un CHEF vaillant et courageux, nous sommes tranquilles !
    Notre ennemi c’est le Brésil, c’est loin et ils ne sont pas trop méchants, nous pouvons donc hurler tranquillement.
    Mais que se passe-t-il chez nous ?
    Ce G7 spectaculaire va-t-il apporter des solutions efficaces aux vrais problèmes ?
    C’est bien d’organiser des fiesta internationales, mais répondre aux attentes du peuple aurait dû primer sur d’autres causes.
    Allons-nous oublier qu’il n’y a aucune proposition valable pour améliorer le sort des Français les plus démunis ?
    Allons-nous oublier que nos industries sont pour la plupart parties respirer un autre air ? Ou leurs sièges sociaux, ce qui est aussi intéressant !
    Allons-nous oublier que les ambitions de nos politiques sont démesurées et irréalistes ?
    Voir l’article de Michel Gay par exemple, sur cette utopie des EnR !
    Ou de la voiture électrique, tout en se passant du nucléaire !
    Bref rien de sensé, rien de logique, c’est du tout de travers, c’est du théâtre, de la comédie.
    TRAGIQUE !

  • Le genie français…il y a le bon genie et le mauvais ,le mauvais a gagnê alors sechons nos larmes de crocodile ,le bon genie est enterré et ne reviendra jamais

  • sure que si le bavardage de nos très chers élus pouvaient produire de l’énergie , on n’aurait même plus besoin du nucléaire ; et quand on entend macron dire que la France a rayonné durant le G7 et ses dîners de cons , autant dire que notre beau pays est éclairé pour le siècle des siècles ….amen….

  • C’est le problème français, on bavarde pendant que les autres agissent.

    • On bavarde..pendant que les autres triment sang et eau pour survivre a leurs bavardages de salon. Pas un seul bavardage ayant permis de faire des economies de travail pour le peuple .l’ecologie c’est uniquement des taxes et des reglementations coutant toujours une baisse de productivite .

  • « le president d’un pays incapable de prévoir l’incendie de la cathédrale de paris, ne peut décemment pas de donner de leçons »
    ministre brésilien

  • Narcisse lui aussi cause beaucoup. Ca discutaille à l’infini. Il est même capable de tenir 4, 6, 8 heures sans lâcher le micro une seconde. Et de tout cette logorrhée intarissable, il ne sort rien. Juste un gros sblob gluant, dégoulinant de prétention.

    Et là-dessus, il devient totalement imprévisible. Voilà qu’il nous déclare la guerre au Brésil maintenant. C’est pas croyable ! Mais n’y a-t-il donc personne pour le faire taire ?

    2022, mon Dieu que ça paraît loin…

  • « l’énergie est notre avenir économisons la m’a toujours fait rire…

    les deep ecolos sont un mystère, j’ai juste rencontré des idiots de mauvaise foi pour le moment tenant des propos en complet désaccord avec leur mode de vie pour me semble t-il des questions de posture.

    mais bon qui croit au communisme entre quatre yeux…et pourtant…

  • Les retraites obligatoire à 60 ans voire 58 orchestrées par Lauvergeon ont pesé lourd dans la balance des transmissions des savoirs des ingénieurs de très haut niveau (de droite?)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Chine
2
Sauvegarder cet article

La Chine se voit bientôt la première puissance économique mondiale et en avance dans de nombreux domaines. Elle semble même penser ne plus avoir besoin du reste du monde pour son développement. C’est probablement une erreur, comme l’a montré l’épisode maoïste.

 

Pourquoi la Chine choisit d’être seule ?

Dans mes derniers articles, j’évoquais les faiblesses à long terme de la Chine, principalement sa crise démographique ou la démotivation des jeunes qui, n’ayant pas connu la misère de leurs parents, rechignaient à travailler ... Poursuivre la lecture

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

"Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie."

Une autre décennie s'est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d'affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a ann... Poursuivre la lecture

Chers lecteurs, chers citoyens, vous tous qui me lisez par choix ou par hasard, n’attendons pas sagement que la future Assemblée législative s’installe au palais Bourbon. N’attendons pas sagement que le gouvernement dicte le tempo et le contenu des débats. Exigeons dès maintenant la levée de toutes les mesures d’urgence sanitaire qui perdurent sous la forme d’une loi de transition autorisant le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire, pass vaccinal compris, jusqu’au 31 juillet 2022.

Compte tenu de l’imminence de la date butoir, le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles