Le futur Airbus pourra-t-il décoller ? Votre avis est sollicité !

La « vox populi » est-elle capable de juger la solidité des ailes d’un Airbus ou la conception de la cuve d’un réacteur nucléaire ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le futur Airbus pourra-t-il décoller ? Votre avis est sollicité !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 août 2017
- A +

Par Michel Gay.

Au travers d’une consultation publique, l’avis de la population est formellement sollicité par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) jusqu’au 12 septembre 2017 pour juger l’aptitude au service de la cuve du réacteur nucléaire EPR, actuellement en construction à Flamanville…

Consultation du public…

Après une instruction de plus de deux ans, l’ASN a rédigé un projet d’avis qui acte l’aptitude au service du fond de cuve du réacteur EPR de Flamanville, avec un suivi spécifique, et le besoin de remplacer le couvercle avant 2024.

Ce « oui, mais… » de quelques lignes vient en conclusion des milliers de pages rédigées par des industriels, des organismes de contrôle, et par des comités d’experts.

Le Conseil Supérieur de la prévention des risques technologiques doit encore donner son avis. EDF et AREVA doivent aussi formuler leurs observations mais l’ASN, d’ores et déjà, « soumet son projet à la consultation du public ». Cette démarche singulière (pour un sujet technique compliqué) conduit à s’interroger sur les finalités sous jacentes.

Pourquoi en effet rechercher la sanction populaire sur ce type de dossier polémique ? Ce choix peut apparaître comme un pied de nez à la démocratie représentative.

Cette affaire ayant été « popularisée » par l’ASN qui a évoqué publiquement une inquiétante « anomalie sérieuse, voire très sérieuse… », viserait-on sa résolution par appel à la sagesse populaire, afin de boucler la boucle ?

Qu’importe la question…

Toutefois, comment prendre en compte des réactions qui dans leur majorité vont se situer sur le champ de l’acceptation ou du rejet du nucléaire, et non sur celui des éléments d’un dossier particulièrement difficile ?

La complexité de ce dossier ne rebutera pas les opposants traditionnels au nucléaire qui réagiront d’abord en fonction de leur positionnement habituel, sans chercher à creuser plus avant. Dans les consultations référendaires, il est rarement répondu à la question posée, surtout si le sujet est compliqué.

Dans le cas présent, ce sont surtout les opposants qui manifesteront leur aversion militante au risque nucléaire, trouvant là une belle opportunité de s’exprimer sur ce forum officiel offert par l’ASN.

Quant aux pro-nucléaires, ils ne s’exprimeront que parcimonieusement car pour défendre, il faut comprendre (et donc lire de nombreux dossiers), alors que pour refuser, ne pas comprendre peut suffire à entraîner la méfiance et le rejet. D’où un déséquilibre à attendre dans les flux respectifs des « avis ».

Assurance tous risques

Dans l’esprit des décideurs, il apparaît désormais impératif de s’entourer d’un maximum de garanties, quitte à les rechercher dans des sphères généralistes, même s’il s’agit de questions spécialisées.

Mais l’important n’est-il pas de se prévaloir d’une consultation, sans forcément en attendre une valeur ajoutée pour soutenir ou critiquer la position présentée ?

Une telle consultation peut aussi jouer un rôle de paratonnerre officialisant et canalisant les objections et faisant office de défouloir.

De nos jours, la judiciarisation de la société n’épargne pas les acteurs officiels.  Il devient prudent de se prémunir contre les recours de toutes sortes.

Quel intérêt ?

Cette consultation publique vise certainement d’abord à rassurer notre société moderne. Mais elle devrait au contraire s’effrayer qu’on puisse demander sans cesse à chacun un avis sur tout.

Ou bien est-ce simplement un sondage d’opinion ? Un avis est argumenté, pas une opinion que chacun peut avoir suivant son ressenti.

L’exemple récent (automne 2016) de la consultation publique nationale réalisée sur la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) devrait pourtant dissuader de se précipiter vers les claviers pour donner son avis. Le projet initial, qui avait pourtant drainé bien des commentaires, a traversé l’épreuve sans qu’en soit changé une virgule.

Enfin, peut-il raisonnablement sortir de la présente consultation des éléments capables de renverser le « oui mais » proposé par l’ASN ? C’est improbable, sauf à prendre prétexte du flot protestataire pour motiver un refus non assumé, ou pour remettre l’ouvrage sur le métier.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Décidément nous sommes foutus.

    Si l’organisme officiel en matière d’énergie nucléaire, composé d’experts techniquement compétents consulte l’homme de la rue sur des sujets pointus auquel ce dernier est incapable de comprendre un traître mot, alors il faut en conclure que toute notre civilisation est tombée dans une complète décadence, car les préjugés subjectifs de la concierge de votre immeuble ont désormais plus de poids dans les prises de décision que les connaissances scientifiques et techniques des ingénieurs.

    • Quand un juge ne connait pas le sujet sur lequel il doit prendre une décision, il demande à un expert de l’aider. si on estime que le peuple doit être juge, celui ci doit demander l’avis d’experts sur un sujet qu’il ne maîtrise pas: la boucle est bouclée

    • Le problème n’est pas technique mais bien politique. Les politiciens cherchent un large consensus avant de prendre une décision qui pourrait être lourde de conséquences. Deux scénarios-catastrophes pour les politiciens : Soit ils ferment les réacteurs et nous risquons un black out l’hiver prochain à moins de lourds investissements dans des centrales classiques (qui seront également critiqués), soit ils acceptent le redémarrage des réacteurs et les écolos-bobos crient à la mise en danger d’autrui. Personnellement je relancerais les réacteurs et laisserais brailler les anti-tout.

  • en résumé, la cuve ne respecte pas les normes établies par les spécialistes, la cuve n’est pas fiable (à remplacer avant 2024! cad demain) et on « consulte » la population pour la rendre responsable et grosso modo lui donner les choix suivants : un accident industriel ou un accident financier……………

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Par Dominique Greneche.

L’énergie nucléaire civile a toujours fait l’objet de nombreuses controverses à tous les niveaux et parmi tous les acteurs de notre société, y compris dans la population elle-même. Ces débats parfois très vifs, pour ne pas dire convulsifs, s’intensifient aujourd’hui en France à l’occasion de la campagne présidentielle. Mais de tout temps, les antinucléaires intégristes n’ont pas hésité à proférer des arguments trompeurs pour prêcher leur évangile et mystifier le peuple qui peut se laisser berner facilement faute... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Bernard Durand.

Le vent est plus régulier en mer qu’à terre 

C’est faux !

La figure parlante ci-dessous compare les variations de la puissance électrique fournie en une année (en pourcentage de la puissance nominale totale avec un pas de temps de 30 minutes) par l’ensemble des parcs éoliens en mer du Nord et à l’ouest de la mer Baltique (zone DK1) du Danemark, en haut, avec celles, en bas, de l’ensemble des éoliennes terrestres françaises.

Les lignes rouges représentent la puissance effective moyenne (f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles