Européennes : abstention hors urne = piège à gogo !

S’abstenir n’est et ne sera jamais le bon choix : une tribune de l’écrivain Philippe Pascot. OPINION

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Source : https://unsplash.com/photos/IBWJsMObnnU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Européennes : abstention hors urne = piège à gogo !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 mai 2019
- A +

Par Philippe Pascot.

Dimanche, nous sommes tous appelés à nous rendre aux urnes pour voter en faveur de l’une des 34 listes candidates aux élections européennes. Trente-quatre ! C’est un chiffre énorme, révélateur d’un véritable besoin d’« autre chose » comme offre politique.

Trente-quatre listes de 79 personnes chacune, avec une offre programmatique dont on peut dire que c’est un véritable bric-à-brac de propositions, un fourre-tout qui va de l’instauration d’un repas végétarien une fois par semaine dans les cantines scolaires (Parti Animaliste), la mise en place du hallal pour tous et… créateur d’emplois (Union des démocrates musulmans) ou la restauration de la monarchie en France (Alliance Royale).

Ce conglomérat disparate, cet amoncellement de nouveautés idéologiques, cette profusion des listes de mécontents nous prouvent au moins une chose : la profonde envie d’un réel changement de gouvernance devant le vide sidéral des partis monolithique en place depuis des décennies ; bien loin du sempiternel clivage binaire « nationalistes-progressistes » que l’on nous ressert à chaque élection depuis des années.

Aujourd’hui, la politique a cessé de produire des hommes et des femmes (de gauche ou de droite) variés socialement et intellectuellement différents. Ces « entre-soi » n’osent plus aucun acte courageux et tranché, leur seule préoccupation est de conserver contre vents et marées leur pouvoir et leurs privilèges. Chacun n’a qu’un seul credo pour légitimer sa survivance : pour les uns, l’ennemi, c’est la finance ; pour les autres, le numéro un à combattre, c’est l’extrême droite, et plus particulièrement le Rassemblement national, qui lui-même n’a qu’un seul ennemi : l’immigration, cause de tous les maux du monde. Mais se restreindre à une opposition nationalistes-progressistes, voire liberté-islamisation, est simpliste voire dangereux, car cela ne suscite qu’un désintérêt de plus en plus massif pour la politique.

Cet anti-débat, qui prêche à chaque fois – comme vient de le faire Emmanuel Macron – qu’il n’y a aucune autre alternative à son parti que celui du chaos et des  fachos, joue sur nos peurs inconscientes les plus malsaines. Il faut donc cesser d’agiter sans arrêt la menace d’un Frexit ou d’un repli identitaire dans le seul but d’attirer ce qu’il reste des électeurs.

OUI, les peuples européens doivent récupérer leur pouvoir de décision, de véritable choix au sein d’une diversité de propositions politiques assumées et propres à nourrir les débats.

OUI, nous avons besoin aussi de frontières, de limites politiques entre les partis, pour enrichir à nouveau notre offre politique et raviver la variété des discours et des idéologies.

NON, on ne peut pas continuer à tolérer que l’Europe, que l’on pourrait comparer au syndic d’une copropriété, nous entraîne dans une dictature malsaine. Ce « syndic » (l’Union européenne) doit seulement gérer les espaces communs de la copropriété (27 pays) et non nous imposer la couleur du papier peint de la chambre à coucher de notre appartement, la France.

NON, on ne peut et on ne pourra pas vivre en se repliant uniquement à l’intérieur de nos frontières. Vivre en fermant toutes les portes ne favorise que les moisissures et l’odeur de renfermé.

Évacuer ces simples problématiques pour ne mettre en avant que la peur des autres ne favorise qu’une chose et n’a qu’une finalité : l’abstention.

Que vous ne votiez pas : c’est ce qu’ils veulent !

En 2014, le taux d’abstention en Europe, tous pays confondus, s’élevait à 58 % ! Plus d’un électeur sur deux ne s’était pas déplacé dans les bureaux de vote, uniquement par manque d’offre politique convaincante ! Et les projections pour cette année ne semblent pas meilleures !

Plus de 60 % d’abstentionnistes sont attendus ce dimanche. Parmi eux, et ce sont pourtant les premiers concernés, de nombreux chômeurs, des personnes issues de la classe moyenne, et autres désabusés du système politique en place, les mêmes qui sont descendus dans la rue au cours des manifestations des Gilets jaunes, les mêmes qui réclament davantage de démocratie ! Cherchez l’erreur !

S’abstenir n’est et ne sera pour moi jamais le bon choix : quelle légitimité peut-on avoir sur des revendications qu’on crie dans la rue durant plusieurs mois, que 80 % de la population approuve globalement, quand le jour où chacun peut mettre une baffe à celui qui en est l’instigateur on ne remplit même pas son devoir citoyen le plus basique ?

Nos décideurs politiques comprennent bien les avantages des votes non-exprimés et s’arrogent ensuite des réussites électorales sur la base des suffrages exprimés, sous-entendu, circulez tous les autres, il n’y a rien à voir ! C’est exactement ce genre de raisonnement qui a prévalu lors de l’élection présidentielle et qui a fait dire à notre Président cette énormité d’avoir été élu « par 70 % des Français ». Faux ! Archi-faux ! Mais tellement vrai grâce à tous ceux qui ont laissé faire.

Un seul tour pour dire STOP

Allez voter dimanche, ne vous abstenez pas, mais ne vous laissez pas embarquer dans le duel Macron-Le Pen, sous leurs avatars insipides Loiseau et Bardella. Le choix est suffisamment étendu derrière. Et si, sur les 32 listes restantes, vous ne trouvez pas votre bonheur, votez blanc ou nul !

Le vote blanc est comptabilisé depuis 2014. Même s’il n’a aucun poids politique, il faut comprendre que son poids médiatique est incontestable et voter dans l’urne est le seul moyen de comptabiliser réellement le mécontentement face au désert politique actuel. Le jour où les bulletins blanc ou nuls dépasseront les exprimés, le candidat élu sera certes légitime mais ne sera plus représentatif des populations. Le pouvoir du nombre et l’écho médiatique feront qu’il sera alors obligé d’en tenir compte. On ne peut imposer sa politique quand, DANS l’urne, 90 % des votes vous rejette…

Bien sûr, aficionados de la pêche à la ligne politique et dominicale qui ne vont pas manquer de me tomber dessus avec violence, ayatollahs du rejet total de la politique et de l’urne, je suis d’accord avec vous, voter massivement blanc ou nul ne changera pas tout de suite le système. Aller voter en masse servira juste à obliger les candidats à changer, par le nombre et la visibilité du rejet de leur incompétence ! On peut au moins essayer, plutôt que de rester les bras croisés avec une abstention hors urnes qui ne change rien de rien, mais au contraire servira à les légitimer.
Vous avez donc ainsi le pouvoir de dire non à Macron par deux biais : voter autrement ou voter blanc ou nul. Aujourd’hui, ce sont déjà deux bonnes raisons de voter.

Chaque élection, qu’elle soit européenne, municipale comme l’année prochaine, régionale ou départementale, est une occasion de manifester et de comptabiliser réellement le mécontentement envers le jeu politique établi, afin de le forcer à changer ses règles pour qu’elles deviennent NOS règles.

Quelles que soient vos convictions vis-à-vis de l’Europe, faites acte de citoyenneté ou plutôt de salubrité, afin que l’on ne décide plus à votre place.
Plus vous votez, plus ils ont peur, plus cela changera.
Moins vous votez, plus ils rigolent, moins cela changera.

En contrepoint, lire la tribune de Charles Boyer

Voir les commentaires (66)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (66)
  • Bravo, tout est dit.

  • « Plus vous votez, plus ils ont peur, plus cela changera. »

    Comme en Corée du Nord ? Mort de rire.

  • je suis d’accord .. a ceci prés que le vote utile (celui qui marquera le refus e macron) c’est le vote RN
    désolé mais c’est le seul qui mettra Jupiter dans les choux

    • Ah, tiens, notre petit nationaliste groupie de Le Pen vient nous faire sa petite propagande quotidienne ! Comme c’est original ! 😆

      • @Raphaelle
        d’abord je ne suis pas nationaliste ni groupie de personne .. ensuite moi je sais conjuguer le verbe « réfléchir » , ce qui ne semble pas etre le cas de certains QI a 2 chiffres.. dont l’indigence de l’argumentaire le dispute a la médiocrité du propos..
        encore une fois LREM et RN enverrons le meme nombre de députés au parlement européen ce qui aura un effet nul vu qu’ils sont 700 a sieger là bas .. deja
        ce qu’il faut comprendre c’est l’effet induit sur la politique française.;
        1 macron va prendre le cou e pied au cul qu’il a merité
        2 le 3′ eme round fiscal risque d’être largement entamé
        3 les modifications de constitution requérants les 3/5 eme des deux chambres réunies en congrès est de facto immédiatement obérées.
        4 les municipales seront largement de meme tonneau

      • @raphaelle
        1) je ne suis pas un groupie de lepen , ni nationaliste
        2) je sais moi conjuguer le verbe réfléchir (ce qui ne semble pas etre le cas de tout le monde)
        Le vote RN n’aura aucune incidence sur les instances européennes .
        LREM et le RN enverrons peu ou prou le meme nombre de députés, une poignée sur les 700 qui vont sieger..
        par contre l’impact sur la politique intérieure lui sera visible.
        la politique désastreuse de macron devra etre mise au placard
        la modification de la constitution au pilori
        le 4 eme tour fiscal oublié

        • il perdra les municipales, et isolé il ne se représentera pas a la prochaine présidentielle au risque de la perdre

      • @ Rafael
        Si vous étiez moins con, votre réflexion ne peut émaner que de ce type de personnage, vous sauriez que celui que vous dénigrez n’est ni une groupie ni un RN. Il dit seulement que le seul vote qui mettra Jupiter dans les choux c’est celui RN. Vous ne savez pas lire non plus!

        • Mais oui, mais oui…
          Ce n’est pas un nationaliste, ni une groupie de Le Pen, c’est pour ça que chaque jour, il nous gratifie de sa petite propagande « Votez RN », « Votez RN »…

          C’est certainement un grand libéral, c’est sûr… 😆

          • en tout cas vous vous n’avez pas l’électricité a tous les étages

          • Toujours le deux poids – deux mesures.
            On ne vous a pas vu intervenir quand certains estiment que Macron est un moindre mal. Par contre vous montez de suite au créneau pour dénigrer ceux qui veulent voter RN.
            Pourquoi tant de haine? De la part de quelqu’un qui, je n’en doute pas, doit s’afficher comme un modèle de respect du débat démocratique et du respect de l’autre, c’est toujours le même réflexe éculé face à la « bêête immoonndee »?
            Vous collez bien à l’image du débat dit « démocratique » et « tolérant » que la bien-pensance gauchisante nous offre tous les jours en France. 🙂
            Mais c’est pratique. Cela vous évite d’avoir à parler des choses qui fâchent…

            • « On ne vous a pas vu intervenir quand certains estiment que Macron est un moindre mal. »

              Hé, hé ! Ce que vous dîtes est faux.

              Qui a écrit en commentaire du dernier article d’Aulnas: « Cet article n’est pas sérieux (…) Le vote pour un prétendu moindre mal (qui n’existe pas) n’est qu’un refuge confortable face à une réalité qui, elle, ne l’est jamais. » ?

              C’est moi !

              Chacun pourra aller le vérifier dans le dernier article d’Aulnas :
              https://www.contrepoints.org/2019/05/21/344853-comment-voter-liberal-aux-europeennes

              C’est bien essayé votre petit mensonge de droitard visant à faire passer les libéraux pour des macronistes, mais c’est encore raté.

      • Bien que je ne porte pas le RN dans mon coeur, que je ne sois pas d’accord avec pratiquement toutes les opinions de Claude Henry de Chasne, bien qu’il soit lui-même dans les choux sur plusieurs sujets, je trouve que moquer ou dénigrer son choix politique comme vous le faites est assez misérable. Débattez de ses idées/opinions au lieu de (essayer de) le ridiculiser. C’est vous qui passez pour un bouffon pour le moment.

    • Oui et non.
      Oui car il pense à 2022.
      Non car une bonne raclée va peut-être l’inciter à comprendre combien il est discrédité.

    • ya du niveau dans la médiocrité des comparaisons et des attaques personnelles. Lamentable.

  • Les arguments de cet article sont tellement nuls qu’ils produisent l’effet inverse de ce pourquoi ils ont été écrits : il me conforte dans mon choix de m’abstenir. 😆

    « Le vote blanc est comptabilisé depuis 2014. Même s’il n’a aucun poids politique, il faut comprendre que son poids médiatique est incontestable »

    C’est faux.
    Les médias ne parlent que du taux d’abstention.
    Comme l’abstention a des chances d’être à son plus haut historique ce dimanche, les médias parleront beaucoup plus de ce record historique d’abstention que :
    – du faible pourcentage de votes blancs
    – du très faible pourcentage que récolteront les petites listes

    • Exactement. Le pilier de cet article est que le vote blanc aurait un poids, et dans cette hypothèse, on peut facilement y adhérer. Mais les faits sont têtus : le vote blanc est un hochet pour amuser les électeurs et leur faire venir légitimer le vote, et celui ou celle qu’il aura désigné. Il y a un argument puissant qui me ferait aller voter blanc : qu’il soit bien comptabilisé contre chacun des candidats, et qu’au lieu de donner les pourcentages de voix pour, on donne les pourcentages de voix contre. Au lieu de « avec 23% des voix », on parlerait alors de « contre 80% des suffrages »…

      • Le vote blanc n’a d’intérêt que si il annule une election et rend inêlligible toutes les listes en presence.nouvelle election plus renouvellement total des potentiels élus.

      • Oui, on change la règle, pour être élu il faut 50% des votes exprimés, vote blanc inclus. C’est le minimum pour une démocratie d’avoir 50% d’adhésion de la population.

    • Oui, ça fait 40 ans qu’on parle avec gourmandise du taux d’abstention aux différentes élections et…
      RIEN.
      L’abstention, il semble que les politicards s’en accommode très bien.
      J’ai pas mal pratiqué dans le passé et ça n’apporte aucune satisfaction. Est-ce que je m’évade du système en ne votant pas ? Est-ce que je peux m’abstenir de payer mes impôts ? Est-ce que cela me donne le droit de ne pas respecter les lois qui sont voter par les représentants des autres.
      NON.
      Parfois, quand on doit arrêter une machine qui devient dangereuse, il n’y a d’autre solution que de balancer une clé à molette pour la bousiller. On courbe l’échine, on ferme les yeux, on serre les dents, des fois que l’outil nous revienne dans la gueule, mais on le fait parce qu’on en a marre, parce qu’il faut bien faire quelque chose.
      Ne pas voter, c’est nier qu’il y a une machine qui s’emballe ou attendre qu’une autre personne prenne la décision à sa place.
      Difficile après de râler parce que les autres attende la panne sèche, essaie des trucs qui marchent pas pour la centième fois, ou rajoute de l’essence dans la machine.

    • @ Rafael
      En vous abstenant vous confortez Macron, et il compte bien la dessus, ce qui explique sa focalisation sur le RN comme fait le PS depuis Mitterrand. En près de 40 ans vous n’avez toujours pas compris?

      • Bien sûr que si j’ai bien compris.
        J’ai bien compris que depuis 40 ans les libéraux devaient faire face à deux plaies : la social-démocratie (macronistes) ou le populisme nationaliste (lepenistes) dont vous êtes fan.

        C’est bien pourquoi, comme tous les bons libéraux, je ne participerai pas à la mascarade des politocards collectivistes et liberticides : sociaux-démocrates et populistes nationalistes, bonnet blanc et blanc bonnet. Et comme tous les bons libéraux je m’abstiendrai.

  • voter blanc permet de comptabiliser le mécontentement…et à part ça? est ce que afficher 60% d’abstention fait penser aux élus qu’ils devraient être modestes?

    quand on ne trouve pas d’offre politique convenable …je pense que voter ne sert à rien. On pourrait penser que se présenter serait préférable..quitte à voter pour soi..
    non toujours le même problème avec la démocratie.
    une petite histoire …
    j’aime pas le lapin…ok je sais mais tu veux de lapin poêlé ou à la moutarde…? je vais m’abstenir de choisir.. ( alors là une variante) tu DOIS manger je vais te mettre moutarde…
    grand dieu non, je suis allergique à la moutarde , je vote donc poêlé.

    je dois avoir résumé… devoir choisir ce qu’on déteste le moins n’est pas très sexy, ajoutez le fait qu’ élu n’est pas tenu de respecter ses engagements.;;;

  • Bonjour
    L’abstention me parait raisonnable quand aucune offre vous plait.
    En plus si vous votez, vous augmentez les subventions des politiques (1 euro par votant pour les législatives).

  • Pour les petites listes il n’ y aura pas de bulletin de vote dans les mairies, c’est à chacun d’imprimer son bulletin auparavant via internet, avec des conditions rigoureuses : format de la feuille, grammage du papier… Qui va se donner la peine (la contrainte) de le faire ? Les médias ont-ils fait leur travail d’information concernant cette procédure ?

  • Les articles de Contrepoints sur les Européennes préconisent majoritairement l’abstention ou le vote blanc ou nul. Un seul article (Patrick Aulnas) propose un vote centriste qui correspond au libéralisme gouvernemental français, très minoritaire chez les libéraux conservateurs de Contrepoints se réclamant du « classicisme » (?) en la matière. L’article de Philippe Pascot suggère une alternative : voter pour une petite liste, mais laquelle ? Comme les petites listes vont de l’extrême-droite à l’extrême-gauche et que beaucoup d’entre elles n’ont qu’un programme très partiel, cet article ne prend pas vraiment position.
    Or, l’enjeu n’est pas Macron ou Le Pen, mais l’Europe ou sa dislocation. Même si les manœuvres politiciennes, y compris celles de Macron, ont conduit à réduire le scrutin à un duel, il faut prendre de la hauteur et refuser de tomber dans ce piège. L’enjeu est en effet géopolitique car des forces colossales veulent briser la construction européenne. Elles sont représentées politiquement par Poutine, Trump, Farage au Royaume-Uni, mais existent également, plus ou moins masquées, en France (Asselineau, Philippot) et dans tous les pays européens.
    Utiliser le scrutin européen comme vote protestataire, c’est n’avoir rien compris aux grandes problématiques actuelles, qui détermineront notre avenir dans les décennies et peut-être les siècles futurs. Il faut donc voter pour l’Europe, quelle que soit la liste, mais pour une liste qui aura des élus, la plupart des petites listes n’ayant strictement aucune chance d’atteindre 5%. Il ne faut pas s’opposer à Macron, mais s’opposer à notre ruine future et à notre dépendance géopolitique.

    • Bonjour Arnolphe
      Je suis libéral et anti-européen. Cette mascarade ce fera sans ma participation.
      Tout cela est minable.

    • Entre l’Europe ou sa dislocation à l’amiable, pourquoi ne pas choisir la dislocation ? A ses débuts, l’Europe était séduisante parce qu’elle offrait les moyens de vivre et travailler ensemble mieux qu’auparavant. Aujourd’hui, elle sert à nous contraindre, nous immobiliser et nous manoeuvrer tous ensemble. Ca fait au moins 20 ans qu’aucun avantage n’a apporté par rapport aux années précédentes. On ne peut pas raisonnablement voter contre l’Europe, ni pour ceux qui s’opposent à ce qu’elle avait apporté auparavant. Mais en l’absence de la ligne directrice qui serait de laisser les Européens en paix, on ne peut que refuser de soutenir par notre vote les ambitions des petits chefs administratifs qui prendront leur pied à nous réglementer.

    • @Arnolphe
      la dislocation c’est une fable pour effrayer le challand

    • Il me semble que l’auteur en parlant de syndic à propos d’Europe est assez clair sur ce que lui va voter non? Surtout qu’on a lu ici il y a peu une representante des syndics immobiliers s’insurgeant contre ce parallèle du dirigeant de DLF…

    • @ Arnolphe
      Les libéraux sont opposés à l’Europe autoritaire et anti-libérale de Juncker et Macron. Nous ne voulons pas de cette Europe là. Nous voulons une Europe où Bruxelles ne se mêle pas de la politique des états membres et respecte les traités signés. Schengen autorise les membres de l’UE à circuler librement, pas ceux qui n’en font pas partie! L’attitude envers les pays de l’est est scandaleuse, car ils sont loin d’être plus démocrates que ceux qu’ils accusent !

  • Le vote blanc conforte le pouvoir car par le vote, on accepte la règle du jeu. L’abstention délégitime le pouvoir car par l’abstention, on casse le jeu. L’abstention est donc beaucoup plus efficace que le vote blanc. Les électeurs ne s’y trompent pas lorsqu’ils choisissent l’abstention dans leur immense majorité.

    Les citoyens n’acceptent plus qu’un pouvoir soi-disant représentatif, en réalité sans aucune légitimité, élu par à peine 8% de la population, décide (au hasard) d’instaurer les 80 km/h ou de signer le pacte de Marrakech.

    Le jeu dont les électeurs ne veulent plus dans leur immense majorité, c’est celui de la démocratie représentative. Il faut se faire une raison : la démocratie représentative appartient au passé.

  • Bonjour à tous

    Personnellement, après une longue réflexion, j’ai décidé de voter Loiseau/Macron.
    Cela ne m’enchante bien sur absolument pas
    Mais deux raisons m’ont décidées.
    La première, la plus anecdotique, est le groupe parlementaire européen (l’ADLE – l’union des démocrates et des libéraux) auquel cette liste sera rattachée, et qui me semble le moins éloigné des idées libérales.
    La seconde, la plus importante, est la réaction que j’anticipe de LREM en cas de défaite. On a vu lors de l’épisode des gilets jaunes ce qu’a été la réaction de Macron : vous êtes mécontents, je vais donc distribuer un paquet d’argents des autres pour vous calmer.
    J’anticipe la répétition de ce scénario en cas de défaite macronienne.
    Bien que l’idée de voir Macron et ses sbires s’autocongratuler sur la justesse de leurs choix politiques en cas de victoire me donne des boutons, je préfère encore cela à les voir creuser un peu plus profond la tombe dans laquelle le pays France s’est déjà allongé.

    Mais ce choix est fragile, et si vous avez d’autres arguments, avis (respectueux et étayés) je serai très intéressé par leur lecture

    • vous serez déçu, macron va perdre ces élections haut la main , et tant mieux

      • Mon cher Claude Henry, vous prenez vos rêves pour la réalité. Macron ne perdra pas les élections. Il aura à peu près le même nombre de sièges que Marine Le Pen. Ce qui est meilleur que le score de la plupart des partis au pouvoir aux précédentes élections européennes.
        Même si vous faites de ce scrutin un enjeu national, il faut vraiment tomber dans le piège du verbiage politicien pour y voir une défaite « haut-la-main » de Macron.
        Vous voyez exactement ce qu’ils veulent vous faire voir : un petit combat de chefs. C’est beaucoup plus important que ça.

    • L’ambition du macron est d’étendre à toute l’Europe ce quia fait la preuve de sa nuisance en France avec les résultats qu’on connait : budget, croissance, éducation, chômage, exportations, entreprises, pression fiscale, poids du public dans le PIB, influence de la France, sécurité, culture….

      Face aux dangers que vous mentionnez pour l’Europe et auxquels je souscris macron n’est pas une protection mais un facteur aggravant.

    • Ce n’est pas possible de voter pour l’ennemi. Vous allez conforter le minable petit dictateur dans son idéologie progressiste islamique. Ces 2 ans ne vous ont pas encore servi de leçon! Il se fout de vous ouvertement, ruine le pays avec son budget prévoyant 98,7 milliards de dette supplémentaire, sans compter les 17 qu’il a promis pour éteindre les GJ, ce qui fera 114,7 milliards en une seule année. Et l’électricité va encore augmenter de 5,9%, rien que ça, pour financer les ventilateurs géants de la transition énergétique!
      Bref il ne fait que des conneries quel que soit le sujet.
      Vous n’avez pas entendu parler des journalistes convoqués par la DGSI ?
      Ce sont nos libertés qui sont en danger!
      Réagissez!

  • Un scrutin avec des votes blancs c’est forcément pâlichon. Un scrutin avec écrit « Merde a Macron » sur 80 % des bulletins ça redonnerait des couleurs !

  • Bonjour,
    Voter, c’est valider le systeme. En votant, je renonce a exercer mon pouvoir de decision puisque j’accepte d’etre représenté par un élu. Que celui pour lequel je vote ne sois pas élu n’a aucune importance. J’accepte de m’en remettre a ceux qui seront élus.
    Par conséquent, je perds toute légitimité a ouvrir ensuite ma grande g… On pourra toujours m’opposer l’argument du jeu démocratique. « C’est la loi de la démocratie. Les urnes ont parlé. Maintenant il faut laisser ceux qui ont été élus gouverner…  »
    En gros, si tu votes, tu renonces a ton devoir et tes responsabilités politiques.
    Si en plus il n’y a aucune liste qui représemte un tant soit peu mes idées (libérales – anarcap) alors voter n’a aucun intéret.

    • Entièrement d’accord.

    • Je jette ca en l’air , juste histoire de, mais on est tellement peu d’anarcap en France, qu’on devrait se réunir une fois dans l’année pour discuter devant un bon repas et quelque bonnes bouteilles !

    • « Si vous votez, vous n’avez pas le droit de chialer. Certains aiment dire le contraire. Ils prétendent que pour avoir le droit de chialer, il faut voter. Où est leur logique ? Si vous votez et élisez des politiciens incompétents et corrompus qui vont semer le bordel, alors vous en êtes responsable. Vous n’avez pas le droit de chialer. »
      George Carlin

  • Les élus promettent et « les belles promesses rendent les couillons joyeux ».!

  • Bien triste tout ça… les échanges qui suivent cet article sont tout aussi affligeants que ce qui se passe en Angleterre.

  • Un reportage à voir avant d’aller – ou pas – voter

  • Pour un anarchiste le vote s’est se tirer une balle dans le pied, donc, sans politesse aucune, aller vous faire f… avec vos conneries.
    Les seules choses que je vote, c’est pour moi même et ce qui n’affecte directement que moi !

  • Malheureusement un libéral n’a rien à faire dans cette élection, du moins en France, il faut en convenir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

Par Marie Neihouser, Felix-Christopher von Nostitz, Giulia Sandri et Tristan Haute.

 

Le vote en ligne est souvent évoqué ces dernières années comme une solution pour lutter contre la hausse de l’abstention. Emmanuel Macron avait par exemple prévu dans son programme de 2017 de généraliser le vote électronique d’ici 2022. Si la promesse n’a pas été tenue, le contexte de crise sanitaire et la distanciation sociale généralisée qui s’en est suivie tout autant que l’abstention massive de ces dernières années (26 % d’abstention a... Poursuivre la lecture

On entend beaucoup d’intervenants de la vie politique se désoler de l’abstentionnisme et du désintérêt des électeurs. Avec 54 %, l’abstention est le plus grand parti de France, nous répète-t-on. De la même façon que les subventions aux syndicats ont détourné les gens de ces instances qui ne finissent plus par ne représenter qu’elles-mêmes, les subventions aux partis politiques ne sont-elles pas nuisibles ?

Nous, contribuables, payons 66 millions d’euros par an pour financer les partis politiques. L’argent est distribué au prorata des r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles