Européennes : quelles leçons en tirer ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Européennes : quelles leçons en tirer ?

Publié le 26 mai 2014
- A +

Par Alexis Vintray.

img contrepoints329 européennes

Les résultats des élections européennes tombent encore ce matin mais, en France, le tableau est assez clair : l’abstention reste le premier parti de France, à 57% des inscrits, contre plus de 59% en 2009. Derrière un Front National grand vainqueur avec 25,4% des voix environ, l’UMP atteindrait 20,8% et le PS réaliserait le plus mauvais score de son histoire à moins de 14%. L’UDI et le Modem, associés dans les listes Les Européens, flirteraient avec les 10% à 9,8%, devant EELV à 8,9% et un Front de Gauche en baisse avec un petit 6,2% des voix. Aucun des autres partis ne dépasse les 5% nécessaires pour avoir des élus, en particulier les listes Nous Citoyens que les libéraux scrutaient avec intérêt.

En Europe, le taux de participation est proche de celui en France, aux environs de 43%. La palme de l’abstention revient aux Slovaques à 87%, tandis que les Tchèques sont eux aussi au-dessus des 80%. Si la France est le pays où l’extrême droite fait le plus gros score, les extrêmes sont en hausse aussi sur le reste du continent. Le parti d’inspiration néonazie Aube Dorée atteindrait environ 9% en Grèce, tandis que le FPÖ en Autriche atteindrait les 19%. À l’inverse, le parti anti-islam PVV perd un tiers de ses voix par rapport à 2009, à 12%. À l’extrême gauche, Podemos en Espagne ou Syriza en Grèce feraient leur entrée au Parlement, avec près de 30% des voix pour le second.

Quelles leçons tirer de ces résultats ? Globalement, les partis eurosceptiques gagnent fortement du terrain, avec de 130 à 140 sièges dans le nouveau Parlement. Si certains de ces partis peuvent avoir quelques tonalités libérales, les tenants d’une société fermée et d’un retour des frontières rencontrent malgré tout un succès notoire, en particulier en France. Un résultat décevant et qui soulève la question de comment rendre à nouveau populaire le discours d’ouverture et de libre-échange.

Ensuite, comme en 2009, la droite est en tête du scrutin au niveau européen, avec un PPE qui remporterait 212 sièges dans le prochain Parlement, alors que les socialistes n’en auraient que 185 d’après la projection faite par TNS Sofres. Les libéraux de l’ALDE resteraient le troisième groupe avec environ 70 eurodéputés. Cela permettra au conservateur Jean-Claude Juncker de prendre selon toutes probabilités la présidence de la Commission Européenne. Par contre, en France, c’est bien l’UMP qui sort affaiblie du scrutin avec un résultat décevant et la résurgence du scandale Bygmalion qui rapproche de plus en plus Jean-François Copé de la sortie.

En France, à l’issue de cette nouvelle déroute historique pour le PS, Manuel Valls a tenu un discours indiquant que le gouvernement n’entendait pas changer de cap. Toutefois, le président a réuni ses principaux ministres pour une réaction de crise dès ce matin à l’Élysée. Mais pour tirer quelles leçons ? Que les Français en ont marre qu’on leur mente sur la situation réelle du pays et l’urgence des réformes à y mener et sont prêts à suivre le premier parti qui dit tenir un discours de vérité ? Qu’en attisant le repli sur soi avec le protectionnisme économique et l’épouvantail de l’immigration ou des délocalisations, on ne fait que renforcer ceux que l’on dit combattre ?

Enfin, le départ de la droite en deux listes distinctes (UMP & Modem-UDI) réussit plutôt aux deux partis, qui, alors que le FN prend 20% de plus qu’en 2009, ne perdent que peu de terrain par rapport au précédent scrutin où ils étaient unis. Si, par la voix de Nadine Morano, l’UMP s’est désolée de cette stratégie qui a empêché le parti de droite d’être devant le FN, l’UDI se réjouit de son score : « cette première élection nationale où nous nous présentions sous nos propres couleurs valide parfaitement notre stratégie », a déclaré ainsi Yves Jégo (UDI). Les listes séparées semblent en effet avoir réussi à la droite dans son ensemble, mettant une nouvelle fois en cause la validité d’un parti unique de droite.

Voir les commentaires (56)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (56)
  • J’invite les bobos comme l’auteur de cet article d’aller dans certaines cités du pays. Leur point de vue sur l’immigration risque d’être tout autre.

    • Doucement, même si je comprends le ras le bol face à la propagande européiste.

      • Pourquoi « doucement »?
        Malherbe a raison, il y a les français de souche qui vivent dans les cités et ceux qui n’y vivent pas, et leur point de vue est totalement différent. C’est un fait

        • c’est bien ce qui me fait dire que dans bien des cas, le vote FN est un vote ethnique . mème si on ne vous dira jamais ça à la TV ou le multiculturalisme et toujours regardé comme l’étoile polaire chez les anciens …

          • Oui, c’est un vote ethnique; Je pense que beaucoup ont compris que leur pouvoir d’achat n’allait pas s’améliorer dans les années à venir, et meme que cela allait devenir plus dur. Ils veulent juste préserver leur cadre de vie, l’environnement dans lequel ils sont nés.

    • J’ai eu l’occasion de travailler directement avec des enfants des cités. Je sais exactement ce à quoi vous faites allusion, mais surtout je sais que ces problèmes sont provoqués directement par l’assistance forcenée dont ils sont la destination, par la culpabilité aliénante qui imbibe les gens chargés de les assister de toutes sortes de façons maladroites, contradictoires et inappropriées, gaspillant l’argent public à gros bouillons, par la lâcheté hypocrite du sommet de l’exécutif vis-à-vis des forces de police, et par une économie transformée en jeu à somme négative par le poids de l’état.

      Ce que vous dites voir dans ces certaines cités n’est que le stade ultime du socialisme juste avant l’épuisement final de l’argent des autres, l’origine de ses victimes n’y change à peu près rien, à part que certaines cultures sont plus dépourvues que d’autres des armes intellectuelles nécessaires pour résister au socialisme, et en tombent victimes plus vite.

      • Le problème des gamins des cités c’est que l’on s’est trop occupé d’eux donc ?

        Intéressant comme théorie dîtes moi 😀

        • Ce n’est pas ce qu’il a dit.
          Cela dit, il suffit que l’État s’occupe de quelqu’un pour que ça vire au vinaigre, notamment parce que l’État distille le message que celui qui reçoit ne reçoit jamais assez, ce qui donne ce résultat exceptionnelle de mécontenter le bénéficiaire des largesses

    • Demandez a n’importe quel facteur de banlieue de voir « les pochettes » d’allocation, c’est hallucinant, il faut le voir pour le croire.

      Des pochettes = des centaines de lettres d’allocation trier par rue, par batiment mise sous plastique, pour chaque quartier.

      En regardant les noms, on comprends vite pourquoi on vote FN.

      Si vous connaissez votre facteur, demander lui, vous verrez ce qu’il vous réponds.

      • Et alors ?

        Personnellement, entre l’étranger qui vient ici pour bosser, et le souchien qui vie de l’aide sociale … Mon choix il est très vite fait ! Et je pense que la majorité des visiteurs de ce site feront le même que moi.

        1/ Supprimons toutes les aides sociales (77 milliards par an de la CAF).
        2/ Remettons en place des aides pour aider ceux qui en ont besoin à s’en sortir. Chaque centime devra correspondre à une formation. On ne verse pas d’argent gratuitement. Celui qui veut de l’argent de l’Etat devra faire une formation pour l’obtenir. Limitons ces aides à 10 ans cumulés. On dit clairement : « Vous avez 10 ans pour vous en sortir, ensuite vous vous démerderez. »
        3/ Limitons ces aides sociales aux nationaux pour ne pas créer « d’appel d’air » immigrationiste. C’est évident. On a déjà suffisamment à faire avec nos propres … Inutile de fermer les frontières. Suffit de dire : « On ne donne plus un rond. ». Les gens partirons d’eux-mêmes.

        Les étrangers qui n’ont aucunes envies de travailler on peut les renvoyer dans leurs pays, bien sûr. Malheureusement, il y a pas mal de souchiens qui ont le même mode de vie … Le fait qu’ils soient français ne leurs donne aucuns droits particuliers sur l’argent de leurs concitoyens, contrairement à ce que prêche le FN.
        Et d’un autre coté vous avez tout un tas d’étrangers qui viennent bosser sur les chantiers, dans les entreprises de nettoyage, etc. Ils viennent ici pour travailler, et ça c’est respectable.
        Donc le raccourcit « immigration = aide sociale », vous m’excuserez, mais très peu pour moi.

        • Mais à quoi ça sert que de nouveaux étrangers s’installent en France à partir de ce jour puisque 25 % à 30 % de ceux qui sont déjà arrivés pour faire les boulots que vous venez de citer sont déjà au chômage?
          Il faut être pragmatique, la France a une partie de sa population qui vit de l’assistanat, vous n’allez pas modifier cela du jour au lendemain, donc autant arrêter une partie de l’hémorragie.

          • Il y 400,000 emplois qui ne trouvent pas preneurs en France. Donc, c’est qu’il y a un problème quelques parts ?
            Non ?

            A ce que vous avez du mal à comprendre, c’est que : « Plus vous donnerez d’argent à n’importe qui, plus ils seront nombreux à se présenter aux portillons ».
            Donc à un moment donner, si vous dites : « On ne donne pas un rond aux non-nationaux. », tous les étrangers qui étaient venus vivre le rêve français (c’est-à-dire vivre de l’assistanat) repartirons chez eux. Et ils ne viendront même plus, si vous vous faites des campagnes de communications sur le sujet dans les pays d’où ils sont issus.
            Les étrangers qui viennent pour travailler, pourquoi ne le pourrai-t-il pas ? Bien sûr, il faudrait éviter qu’ils viennent à millions, mais a priori, ce n’est pas le cas. On peut très bien faire une loterie aux « green cards », comme aux USA.
            Le message qu’il faut envoyer c’est : « Si vous voulez venir bosser : OK. Si vous voulez venir vivre en parasite : PAS OK. »

            Quand aux souchiens qui ne veulent pas bosser. Comme je l’ai dit : 10 ans d’aides assorties d’un stricte contrôle : formation obligatoire, présence obligatoire aux formations, réussite des examens obligatoires, etc. Au bout de 10 ans, on considère que la société vous a donné votre chance, et que maintenant c’est à vous de vous en sortir par vos propres moyens. Evidemment, on a des exceptions : handicapés dans l’impossibilité de travailler, et élèves/étudiants.

            Ce qui me dérange c’est justement cette association du FN : « étrangers = aides sociales ». Ce qui est faux, vous avez des étrangers qui viennent ici pour bosser, et vous avez des souchiens qui ne cherchent qu’à vivoter sur le dos des autres.

            • « Plus vous donnerez d’argent à n’importe qui, plus ils seront nombreux à se présenter aux portillons ». je le comprends tout à fait et c’est un peu le sens de mon observation.

              Quand aux français qui ne veulent pas bosser (qu’il soit de souche ou pas) , De Gaulle disait à son époque qu’il y aura toujours un million de « pauvres types » qui ne peuvent ou ne veulent rien faire. Au ratio d’aujourd’hui, ça fait 1,5 ou 2 millions de personnes.

              • il ne faut mème pas leur en vouloir, dans bien des pays, on gagne bien moins en travaillant 60 heures par semaine qu’en ne foutant rien en france : au vietnam le salaire de base est de 100 dollars, et évidement encore moins au cambodge …
                l’assistanat est un cancer qui est en train de tuer le pays:
                travailler ne rapporte pas plus que ne rien faire…
                pourquoi faire des études alors que l’on gagne bien plus à trafiquer du aquique …
                pourquoi faire des études pour finir chomeur …
                pourquoi faire des études alors que mème si on décroche une bonne place, il faudra redonner la moitié de ce que l’on gagne à des gens que l’on deteste …
                dans le monde agricole, la friche est en train de s’installer de partout car dés que l’on a un travail à faire qui rapporte moins de 15 euro de l’heure, on doit le laisser car on ne trouve personne : les gens vous disent ( ou ne vous le disent pas , mais le pensent … ) je gagne suffisement comme ça, je ne vais pas me faire chier … sans parler qu’on peut etre visé par un controle contre le travail au noir.

                pas étonnant que ça vote FN

            • je n’arrive pas à comprendre pourquoi il faudrait soutenir pendant 10 ans ceux qui se conduisent en parasite. pourquoi leur permettre de le faire pendant 10 ans ?
              2 ans seraient bien suffisants pour juger de la bonne volonté des uns et des autres.

              • 2/5/10 ans. C’est que des nombres. Ca se définit par consensus.

                Il y a 3 choses à comprendre :
                1/ La France est gangrené par le collectivisme et le jacobinisme. Un parti qui dira : « on supprime tout » ne sera jamais élu. Donc on est obligé de faire des concessions. Je ne parle même pas des troubles sociaux. Il faut être pragmatique : il faut que chacun est l’opportunité de s’en sortir, et de vivre dignement du fruit de son labeur.
                2/ L’assistanat est un poison. Aider : oui. Assister : non. Donc ça signifie qu’il faut mettre une date limite. On vous aide pendant tant de temps, on vous donne des formations gratuites pour vous réaliser, et ensuite vous vous débrouillez.
                3/ De toutes manières, quoi que vous fassiez, vous aurez toujours des gens qui ne seront pas capable de s’en sortir. Partant de ce constat, il faut limiter leurs nombres au maximum, et faire en sorte :
                a) qu’ils ne soient pas suffisamment nombreux pour pouvoir créer du désordre,
                b) pour citer « pragma », les huiler un peu pour mieux faire les rouler plutôt que de les porter comme des nababs.

                Du libéralisme pur et dur : ça ne marchera jamais en France. La France est trop collectiviste pour cela. Le modèle français est trop ancré pour cela.
                Pour que les choses évoluent, on doit faire des compromis, on doit être pragmatique. Sinon, les idées libérales ne seront jamais portés de manière effective. Il faut donc y aller progressivement. C’est à mon avis ce qu’essaie de faire Denis Payre, et c’est pour cela que j’ai voté pour lui.

                • dans ce sens là, compris.
                  il faut effectivement y aller progressivement, mais lorsqu’une étape sera franchie, il ne faudra pas se dire qu’on peut s’en contenter.

                • D’accord avec vos propos.

                • Je suis d’accord avec vos points 1 et 2, la difficulté pour réformer ça est la suivante :

                  avoir des conseillers et des opérateurs capables de faire du cas par cas.
                  En france, tout le monde se cache derrière « la norme » « les directives », « les processus », une grosse machine sans nom qui justifie la non réalisation d’une chose inhabituelle qui pourrait débloquer une situation.
                  En entreprise on a la meme chose, je bosse dans un grand groupe, et les directives de sécurité sont les memes pour ceux qui bosse sur des chantiers que ceux qui sont dans des bureaux. J’ai reçu une sensibilisation sur le travail en hauteur (alors que je bosse dans un batiment de 1 étage et j’ai le cul derrière un PC toute la journée).
                  l’administration c’est pareil, une regle globale établie à partir de stats. une règle unique appliquée à 60 millions de cas individuels.

        • Vous n’avez pas vu ce que j’ai vu.

          Un facteur connais tout de vous, on sait quand vous êtes malade, on sait a quelle banque vous êtes, on sait reconnaitre n’importe quelle enveloppe, même sans logo distinctif, on va chez les gens distribuer mandats et recommandes, on voit comment les gens vivent, on sait réellement qui y vit, et qui y a juste une adresse pour toucher les alloc, même quand les mômes sont aux bled, pendant ce temps la les alloc tombent.

          C’est beaucoup plus que vous ne le pensez.

          Supprimez les alloc, est en effet la meilleur solution, ça permettra de faire baisser les loyers (aucuns propriétaires ne baisse son loyer, il trouvera toujours quelqu’un qui toucheras des alloc et donc payer son loyer cher). Y’en a qui repartirons.

          Je n’ai absolument rien contre celui qui travail, paye des impôts et éduques ses enfants normalement.

          Un exemple: l’immigration asiatique: chine, Vietnam, Cambodge …. eux ils viennent réellement pour travailler, ils sont d’ailleurs exploite et ils ne crées pas de problèmes.

          L’immigration qui pose des problèmes est toujours la même, même a 10 000kms, dans d’autres pays, c’est toujours la même.

          • J’ai moi aussi été amené à travailler avec des populations difficiles de toutes ethnies.

            Et je pense que vous ne voyez que ce que vous voulez voir, ou peut-être qu’une seule partie de ce qui existe parce que vous ne vous êtes pas confronté (parce que ça ne fais peut-être pas parti de votre monde) à la totalité du champs du possible.

            • J’ai habite le neuf trois pendant 8 ans, j’en ai assez vu.

              • Justement.

                Si vous aviez habiter en province comme moi, vous auriez d’autres choses … et d’autres gens …

                Que dans le 93 les choses soient comme vous le décriez, je le conçoit parfaitement. N’y ayant jamais foutu les pieds, je peut difficilement vous contredire. Mais je peut vous assurer qu’en province les choses sont différentes.

          • concernant l’immigration asiatique : je connais deux cousines vietnamienne qui sont mariée à des français, aucune des deux ne travaillent . je suis allé voir une troisième  » cousine  » ( il sont tous cousin … ) à haiphong en 2012, pour eventuellement me marier, je peut vous confirmer que c’est uniquement une histoire de pognon : il s’agit d’un placement à terme des familles pour s’enrichir , rien à foutre de la culture française et quand vous débarquez la – bas, si vous etes  » présentable « , toutes les femmes, mème jeunes, vous font des propositions de mariage. ils savent pertinement qu’il y a de l’argent à récupèrer chez nous.

            aprés, c’est sur que les vietnamiens ne vont pas nous emmerder avec des histoires de religion, et puis il n’atteindrons jamais chez nous, la taille critique pour destabiliser la société …

          • vous pouvez ajouter des assistantes sociales opérants en ville, qui sorties de la FAC vivaient au pays des bizounours, et après 4 ans à faire l’assistanat de gens qui ne pense qu’à déambuler dans leur GOLF 5 avec maitre gims à donf, les patriarches qui refusent qu’une femme prenne en mains leurs dépenses et les conseille, et autres incivilités…

            Certaines démissionnent et votent FN…

        • « Personnellement, entre l’étranger qui vient ici pour bosser, et le souchien qui vie de l’aide sociale …  »

          Les français ne sont pas un peuple à part. Comme partout ailleurs, il y a des fainéants, des gagne-petit, des idiots du village, des rêveurs, etc… leur préférer des bosseurs d’autres nationalités, c’est faire une sorte d’eugénisme sociale. Quand, dans une famille, il y a un fils taré, on ne l’échange pas contre celui bien portant d’un voisin…

          • malheureusement …

          • Tant que tu travailles avec tes moyens à toi et avec le consentement de tous les gens concernés, fait ce que tu veux.
            Par contre n’exige pas des autres qu’ils suivent tes conceptions

          • Mimétisme, qu’en tu fréquente des racailles, tu deviens racailles, spécialement les jeunes a l’école, t’a vu comment leonarda parlais, kom sa mon frer.

            Qu’en on a ce genre de racaille dans une classe, ça fait baisser le niveau scolaire des tous les enfants, dans la nov-langue socialiste, on dit élément perturbateur, moi je dis racaille.

            J’ai pas l’impression que c’est ce que les parents veulent, en général on veut la meilleur éducations pour ses enfants, sauf qu’en on est rom, pour faire la manche ou juste pour toucher les alloc.

      • « Demandez a n’importe quel facteur de banlieue de voir « les pochettes » d’allocation, c’est hallucinant, il faut le voir pour le croire. »

        Statistiquement parlant, il est logique que dans une banlieue, il y ait plus d’allocataires sociaux qu’ailleurs.

      • Personnellement cela m’en touche une sans faire bouger l’autre.
        Pourquoi irait-on reprocher au gens de prendre ce qu’on leur donne??
        Au fond, ceux qui cautionnent un système où l’on prend à Pierre pour habiller Paul n’ont qu’a s’en prendre à eux-mêmes.

    • Sachez, très « cher », que je vis dans un de ces quartiers et je partage l’opinion de l’auteur.
      Et vous ? Tout comme Frederic 76 ?

      D’expérience, je sais que ceux qui veulent « mettre de l’ordre » dans mon quartier ‒ c-a-d faire des descentes avec des policiers qui vont surtout effrayer les gens en montrant leurs grosses bottes et leurs sirènes, créant plus de tensions qu’autre chose ‒ n’y vivent pas.

      • Dans quel quartier?

        • Vous ne répondez pas ?

          • Je n’ai jamais dit que je voulais mettre de l’ordre dans les cités, c’est vous qui prêtez des intentions aux autres, vous pouvez aussi dire que j’écoute du Wagner et que je souhaite envahir la Pologne, si ça vous plait.

            Si vous vous sentez bien dans ce type de quartier, tant mieux pour vous, simplement il y a bcp de FDS qui partent et qui ne veulent plus entendre parler du vivre ensemble.

            Sinon j’ai vécu aux Sapins sur les hauts de Rouen. Je n’y ai jamais croisé d’éleve d’HEC ou de sciences po, tel qu’Alexis; chaque fois que j’y retourne, il y a de moins en moins de blancos comme dirait Valls. Je pense qu’ils se barrent, tout simplement, le White flight à la normande

  • mam'selle Scarlett
    26 mai 2014 at 8 h 27 min

    Quelles leçons va donc pouvoir tirer la gauche de ce scrutin ?
    Qu’il faut se remplir les poches vites avant d’être mise dehors très prochainement et de patienter bien sagement pour être remis au pouvoir par les même qui les avaient chassés quelques années auparavant.

    Ce système est corrompu, la seule façon de l’exprimer est de cesser entièrement de voter. Je rêve une abstention de 90% en 2017 pour les présidentielles en France.

    • Des leçons à tirer ?? à chaque score importants des partis comme le FN, ils disent prendre la mesure du message, qu’il faut changer…mais en faite rien ne bouge, ce qui ne fait que renforcer la légitimité du FN ou l’impression que la democratie fonctionne mal.

      ça veut dire que presque 1 personne sur 7 dans le pays rejoint les idées du FN, et pour ceux qui ont voté, la démocratie a parlé.
      Seulement, comme en Ukraine, quand la démocratie ne donne pas le résultat voulu, la presse partisane critique…

  • La france peut elle receptionner toute la misere du monde? Sileence radio de tous lespartis causant dans le poste hier soir.du miel pour les frontistes…
    pourvou que ca doure….se disent ils.avec un pareil systeme relever les finances continuera d etre in voeux pieu

  • réponse de valls à la déculotté du ps aux élections , je cite , : –
    l’europe peut être réorientée et il faut baisser les impots ( des uns , donc augmentation pour les autres ; surtout ne pas tenir compte du reste , la mauvaise politique du ps , les dépenses éffarantes alors que l’on est parait il en crise , une immigration non controlée , une vassalisation à l’amérique qui nous mènera dieu seul sait ou , un traité transatlantique préparé dans notre dos qui vérra la france se faire bouffer en moins de deux , une insécurité en hausse pour les français , des prisons pleines , du chomage , des entreprises qui ferment …..la liste est longue ; voui mossieur valls , va falloir vous néttoyer les yeux et les oreilles car entre la rouste des municipales et celle des européennes , j’ai bien l’impréssion qu’il y a dans votre parti un déni des réalités qui pourtant crèvent les yeux ;

    • Ce qui l’a surtout frappée dans son discours c’est cette seule phrase : « nous ne devons pas changer d’orientation ». Le reste c’est du discours de politocard interchangeable avec les discours de tous les autres politocards.

      Pourtant, qu’est-ce qu’ils en font des efforts pour tenter de se démarquer qui par un bon mot, qui par une nouvelle loi liberticide !

      • il a bien raison de dire cela, puisque le FN propose grosso modo la politique que le parti socialiste fait depuis 30 ans ! ou avez vous vu que marine lepen disait qu’il fallait baisser les retraite des fonctionnaires ?

        • j’ajouterais mème, que valls est dans une position assez similaire à marine le pen ( ou la pen… vive l’égalité ! ) : il est seul , sans aucun allié ni à droite , ni à gauche …

  • C’était super hier, GP de Monaco et 500 miles d’Indianapolis, Charlotte aussi mais je n’ai pas regardé.

  • Quelle lecon tirer? mais, aucune, voyons:

    23h27 – Harlem Désir s’est exprimé sur BFM-TV : « Je suis aux affaires européennes depuis 8 semaines, ce résultat ne m’incombe pas ! »

  • 1984-2014 : 30 ans de socialisme, Tonton le mafieux en avait rêvé, son crétin de neveu l’a fait. Le FN est devenu le premier parti de France en voix, certes avec plus de 55% d’abstention. Le socialisme est une merde, quelque soit le climat où les cieux sous lesquels on essaie de l’adapter. Seul le libéralisme nous sauvera de ce bourbier, par la liberté d’entreprendre et d’agir et la fin d’une bureaucratie indigne au pouvoir, en France comme en Europe. Quand on voit qu’en France, près de 300 fonctionnaires sont représentants dans l’Assemblée Nationale alors qu’il ne sont que 5 millions sur 65 millions d’habitants ! On voit dans ce chiffre toute l’arrogance d’une caste qui ne veut pas bouger d’un iota et évoluer dans l’intérêt de la France et des Français, alors que le pays et son économie réclament la diminution d’un million et demi de fonctionnaires, l’abaissement d’un tiers au minimum du poids fiscal et budgétaire de cet état monstrueux qui chargent la barque française jusqu’à la faire couler.

    Les maux ne sont pas le Front national ou les partis extrémistes d’Europe qui arrivent – tout est relatif, 140 / 760 sièges à l’Assemblée Européenne – « au pouvoir ». En fait, il n’auront aucun pouvoir donc il n’y a aucun danger dans cette nouvelle assemblée, sauf un avertissement sans frais aux hiérarques européens et nationaux qui ont cru pouvoir s’affranchir de leurs peuples. Sauf danger montré par les socialistes qui se trompent de cible ou trompent le peuple de cible, qui lui ne s’est pas trompé dans son vote en infligeant au PS et à la gauche extrême sa troisième défaite cinglante consécutive de l’année. Le PS et la gauche « accusent le doigt qui montrent la lune » (proverbe chinois). La Lune, c’est eux, la gauche ! Allez vivre sur la Lune, c’est stérile. La gauche et sa politique sont stériles. Elles acidifient et anéantissent toute activité économique de par le monde. Les maux sont ce collectivisme rampant qui en France tue toute perspective de croissance et de liberté économique dans l’œuf ? Les maux sont cette politique fiscale qui tue toute entreprise qui essaie de se développer, faire du CA et des bénéfices, donc créée du chômage et des votes extrêmes. Les maux sont dans cet esprit acide et suicidaire, qui de l’Elysée jusqu’aux ministères étouffe le peuple, ses ambitions, ses espoirs, son envie de vivre chez lui en paix avec ses règles et ses croyances.

    Le peuple a donc répondu, mal sûrement, mais il n’avait plus que ce vote pour mettre à la poubelle de l’histoire cette idéologie mortifère qui a un nom un seul, que le projet soit porté par la gauche républicaine ou non ou par la droite républicaine ou non : LE SOCIALISME. Car ne nous y trompons pas non plus, le FN est un parti socialiste, comme l’avait prouvé cette étude brillante d’un chercheur universitaire qui avait montré la concordance à 60% des idées du FN et du PS lors de l’élection présidentielle de 2012. D’ailleurs, ils se sont donnés la main pour battre le seul représentant de la droite républicaine et libérale (bien fade mais pourtant réel) et le remplacer par un médiocre « apparatchick de sous-préfecture » (terme que la diplomatie américaine a utilisé pour définir François Hollande avant son élection en 2012) qui ressemble aux termes utilisés par l’occident pour définir les vieillards qui se succédaient au Kremlin avant la chute du Mur de Berlin.

    Les analyses venant de l’Elysée étant toujours à l’Ouest en ce lundi, il faudrait qu’ils s’atomisent eux-mêmes rue de Solférino et dans les Ministères, nul doute que la pression va continuer à augmenter jusqu’à ce que la France descende dans la rue et que le petit marquis consente à organiser des élections nationales avant la fin de son mandat. C’est la seule solution. Mais il ne s’y résignera pas. Regardez-donc les résultats positifs en Allemagne, pourquoi ? Et bien, c’est assez simple. En Allemagne, le communisme est interdit constitutionnellement et le socialisme a été abandonné au congrès du SPD à Bad Godesberg en 1959… Il n’y a pas de fumée dans feu, dit l’indien ! La gauche française a juste 55 ans de retard. Et la France avec ! Un train a le poids de son dernier wagon le plus lourd et celui-ci chez nous est chargé jusqu’à la gueule a tel point que celui-ci est scotché en rase campagne.

    Le seul mal de notre pays est le socialisme et le gauchisme, dans tous les secteurs de l’activité et cela commence par l’idéologie véhiculée à l’Education Nationale depuis mai 1968. Il va falloir faire un grand ménage et le plus tôt sera le mieux. Mais le FN n’est évidemment pas la solution qui est juste un vote protestataire, heureusement ici sans conséquences, à part de foutre le boxon dans l’enceinte de Strasbourg et à Bruxelles. Ce qui ne sera pas un mal. Car là-bas, ça dort debout et ça profite bien de tous les avantages ! On ne se fait pas élire à Strasbourg pour faire de la politique, on s’y fait élise car c’est une sinécure. On s’y engraisse et on se prélasse en s’essayant à un coup d’éclat par mandat.

    La seule solution, comme chacun le sait ici est le libéralisme. Et la fin des mandats électifs pour les fonctionnaires (avec allers et retours garantis) à moins de démissionner de cette fonction, comme partout ailleurs. Cela éclaircirait déjà les rangs de la politique française et de ses dérives idéologiques d’une manière drastique. C’est simple mais efficace.

  • Et quelle est l’évolution des partis libéraux ?

  • La France, la France ! Pourquoi toujours la France et pas ma Région, mon Département, ma ville ou mon Europe.

    Le problème des aides sociales, de l’immigration, du commerce, du socialisme, du partage n’est pas qu’un problème Français. Quand on regarde le panel des eurodéputés, on constate que les proportions de chaque parti ne sont que légèrement différentes, changent par pays d’une élection à l’autre, mais assez peu de manière globale.

    J’en déduits que l’Europe est sociale-démocrate : pas mal de socialisme, des verts remuants, des libéraux en minorité. L’Europe est en majorité socialiste, « bien-pensante », accueillante et au 3/4 à coté de ses pompes.

    C’est bien le partage, mais pourquoi partager seulement avec sa ville, ou seulement avec sa région, ou seulement avec son pays … ou seulement avec l’Europe. Si on partage par idéologie, ne doit-on pas partager avec l’Afrique, l’Inde, la Chine. Et équitablement. C’est la que l’idéologie de l’égalitarisme et de la redistribution montre ses limites. L’Europe est représentée par des députés socialistes (même ceux de droite, regroupés en « parti populaire »). La grosse arnaque est que ces socialistes sont des socialistes élus pour faire du socialisme « national » pour l’intérêt de chacun de leur pays (dans la mission que leur confèrent les électeurs), mais il font du socialisme idéologique. Pas étonnant que les électeurs se sentent floués quand il font du socialisme européen.

    Tout le problème vient de l’illusion de la générosité et du partage. Pour chacun de nous, le partage consiste en une assurance commune, une communauté d’intérêt. Mais elle est travestie par les penseurs et par notre propre conscience comme de la générosité désintéressée ou une soi-disant justice. Et cette idée de générosité ou de justice résiste mal à l’élargissement du cercle à l’Europe et en particulier à l’Europe de l’Est ou du Sud. L’Afrique ou la Chine quant à elles ne méritent même pas d’être prises en considération pour la plupart d’ntre-nous. Les vrais partisans socialistes capables de penser le partage au niveau mondial sont ultra-minoritaires, et les élus socialistes sont des escrocs : ce n’est pas sur une conception mondiale du partage qu’ils se sont fait élire.

    Maintenant, si on remettait les choses à leur place, il serait plus facile d’adopter des décisions pragmatiques :
    – on est généreux par empathie et compassion. Mais cela suppose la proximité avec l’autre !
    – on partage autant ou plus par intérêt et sécurité que par générosité.
    La justice sociale, l’égalité, la collectivité sont de pures inventions politiques sans fondement. On se pense socialiste principalement par intérêt et par pragmatisme.

    Plus on agrandit le cercle, et donc dès qu’on agrandit le cercle à l’Europe, plus la générosité marque le pas. Inutile de tenter de moraliser les masses : c’est notre nature clanique qui s’exprime. L’Europe doit se recentrer sur une communauté d’intérêts et de sécurité. La générosité ne sera accessible qu’avec l’augmentation de la richesse et des échanges. Envoyer des socialistes « bien-pensants » en tous genres dicter le comportement des citoyens de chaque pays est une énorme ânerie car il ne comprennent même pas la nature et la limite du concept de l’Europe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

En décembre 2015, par les bons soins d'un de mes lecteurs, Nasier Ockham que je remercie au passage, nous pouvions bénéficier d'une analyse factorielle des correspondances (AFC) des résultats de vote des régionales.

Pour rappel, l'AFC est une analyse statistique non dirigée permettant de trouver de façon systématique les corrélations (ou leur absence) entre les agrégats qui se dégagent des différentes dimensions de données qu'on lui fournit.

L'analyse de l'époque avait largement montré que la France semblait se d... Poursuivre la lecture

Par Philippe Bilger.

Le président de la République, affichant trop vite sa certitude que les Gilets jaunes n'ont plus de "débouché politique", est tout entier tendu vers les élections européennes du 26 mai. Au point d'être devenu, de manière dangereusement partisane si les suites ne correspondaient pas à son engagement ostensible, la véritable tête de liste de LREM, Nathalie Loiseau, mauvais choix, en demeurant la responsable nominale. Comment Emmanuel Macron, déchaîné contre le RN, fera-t-il demain pour concilier honnêteté démocratique e... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Perrin.

Près d’un mois après les élections des 25 et 26 mai, nous bénéficions d’assez de recul pour analyser les conséquences du scrutin.

Faut-il se réjouir ou s’inquiéter de la percée des écologistes ?

Avec 13 % des suffrages exprimés, la liste menée par Yannick Jadot a su créer la surprise en se plaçant en troisième position, derrière celles de Nathalie Loiseau et de Jordan Bardella.

À en croire les instituts de sondages (les mêmes qui nous annonçaient quelques jours encore avant les élections, EELV en quatr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles