Comment voter libéral aux Européennes

Les libéraux doivent-ils se résigner à l’abstention ? Pas sûr. OPINION

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
union européenne

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment voter libéral aux Européennes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 mai 2019
- A +

Par Patrick Aulnas.

Quels sont les votes admissibles aux prochaines élections européennes d’un point de vue libéral ? Si une personne choisit l’abstention, comment justifier ce choix ? Un vote tactique, par exemple pour s’opposer, est-il pertinent ? Toutes ces questions et bien d’autres se posent pour ceux que la politique intéresse.

Pas de vainqueur ni de vaincu

Les Français étant habitués au scrutin majoritaire, ils se posent toujours la question de savoir qui a gagné. Dans une élection à la représentation proportionnelle, il n’y a pas de vainqueur, mais seulement des listes obtenant plus ou moins de sièges. Les 79 députés français seront d’ailleurs noyés parmi les 705 sièges du Parlement européen.

Transformer cette élection en un challenge purement national manque donc de pertinence. Quant à en faire un référendum pour ou contre Macron, cela n’a rigoureusement aucun sens. Il importe peu que la liste LREM arrive en première ou seconde position. Le nombre de députés obtenu n’en sera probablement pas affecté.

Pas de vote de protestation

Dans ces conditions, utiliser le scrutin européen comme vote de protestation anti-Macron relève de l’enfantillage. Certes, des individus tout à fait sensés et respectables peuvent avoir des comportements infantiles en politique. Mais il y a des limites ! Il est quand même nécessaire de réagir de temps à autre pour ne pas se laisser manipuler par les professionnels de la politique et des médias qui transforment tout sujet en polémique et en combat de personnes.

L’enjeu est européen : pour une Europe libérale et démocratique ou pour un repli nationaliste, voire pour une dislocation progressive de la construction européenne. Pour les libéraux, le choix est évident puisque le nationalisme est incompatible avec le libéralisme.

Les listes à éliminer

Tous les programmes prônant le nationalisme ou un interventionnisme étatique croissant sont à éliminer, de même que les listes opportunistes cherchant à utiliser les avantages des campagnes électorales, mais n’ayant aucune chance d’obtenir un siège (il faut 5 % des suffrages exprimés). Cela représente 31 listes sur 34 :

  • Prenez le pouvoir, Marine Le Pen (Jordan Bardella) : nationaliste
  • Europe écologie (Yannick Jadot) : interventionniste
  • La France insoumise (Manon Aubry) : interventionniste
  • Défendre les Français (Nicolas Dupont-Aignan) : nationaliste
  • Envie d’Europe (Raphaël Glucksman) : interventionniste
  • Pour l’Europe des gens (Ian Brossat) : interventionniste
  • Ensemble patriotes et Gilets jaunes (Florian Philippot) : nationaliste
  • Liste citoyenne du printemps européen (Benoît Hamon) : interventionniste
  • Contre le grand capital (Nathalie Arthaud) : interventionniste
  • Ensemble pour le Frexit (François Asselineau) : nationaliste
  • Alliance jaune, la révolte par le vote (Francis Lalanne) : opportuniste
  • Parti pirate (Florie Marie) : opportuniste
  • Urgence écologique (Dominique Bourg) : interventionniste
  • Allons enfants (Sophie Caillaud) : opportuniste
  • Mouvement pour l’initiative citoyenne (Gilles Helgen) : opportuniste et interventionniste
  • Décroissance 2019 (Thérèse Delfel) : opportuniste et interventionniste
  • Parti révolutionnaire communiste (Antonio Sanchez) : opportuniste et interventionniste
  • Parti animaliste (Hélène Thouy) : opportuniste et interventionniste
  • Les oubliés de l’Europe (Olivier Bidou) : opportuniste et interventionniste
  • Union démocratique pour la liberté égalité fraternité (Christian Person) : opportuniste
  • Évolution citoyenne (Christophe Chalençon) : opportuniste et nationaliste
  • Langue commune équitable pour l’Europe (Pierre Dieumegard) : opportuniste
  • À voix égales (Nathalie Tomasini) : opportuniste
  • Pour une Europe qui protège les citoyens (Yves Gernigon) : opportuniste
  • Liste de la reconquête (Vincent Vauclin) : opportuniste et nationaliste
  • Parti des citoyens européen (Audric Alexandre) : opportuniste
  • Démocratie représentative (Hadama Traoré) : opportuniste
  • Une France royale au cœur de l’Europe (Robert de Prévoisin) : opportuniste et nationaliste
  • La Ligne claire (Renaud Camus) : opportuniste et nationaliste
  • Neutre et actif (Cathy Brobet) : opportuniste
  • Union pour une Europe au service des peuples (Nagib Azergui) : opportuniste

Il ne reste que trois listes libéral-compatibles et sérieuses

Il s’agit de trois listes assurées d’obtenir des sièges et pro-européennes avec des nuances (sans plus) dans la conception de l’Europe :

  • Renaissance, LREM (Nathalie Loiseau)
  • Les Européens, UDI (Jean-Christophe Lagarde)
  • Union de la droite et du centre, Les Républicains (François-Xavier Bellamy)

À noter que les députés des listes LREM et UDI siégeront au Parlement européen dans le groupe libéral ALDE (Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe) et que les députés Les Républicains siégeront dans la droite européenne, le groupe PPE (Parti populaire européen).

Et l’abstention ?

Un nombre de listes aussi important représente tout le spectre de la politique active, sinon celui des théories politiques plus ou moins éthérées. L’abstention ne peut donc être qu’un refuge confortable face à une réalité qui, elle, ne l’est jamais.

Une abstention protestataire est d’une sidérante puérilité en présence d’enjeux européens aussi considérables : faut-il nous unir face aux mastodontes mondiaux que sont les États-Unis et la Chine ou devons-nous rester de petits pays dépendants et impuissants, n’ayant aucune capacité d’action géostratégique ?

Devons-nous construire progressivement une entité politique nouvelle, sui generis, capable de nous représenter dans le concert des nations ou n’être qu’une poussière de petits États que personne n’écoute ?

Voir les commentaires (135)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (135)
  • Cet article a un sens , et réponds a une question : êtes vous satisfaits de la politique européenne.
    Si la reponse est oui, pas de doute il faut suivre ce raisonnement..
    Maintenant si la reponse est non d’autres questions viennent a l’esprit.
    Voulez vous d’un impôt vert europeen?
    Etes vous satisfaits de la politique d’immigration europeenne en matière d’immigration?Shenguen fonctionne t il bien?
    Pensez vous que les lois européennes doivent se substituer aux
    lois françaises ? alors pourquoi avoir tous ces personnels politiques en france?

    Pensez vous qu’il faille élargir la communauté européenne jusqu’aux Balkans, et aux frontieres irako_syriennes? ( Arménie Turquie etc..)?
    Parce que çà c’est ce que vont voter les députés LREM,UDI,PR..
    autant dire la vérité.;
    Par ailleurs qualifier les listes de gauche « d’interventionnistes » alors qu’on sait pertinemment que leurs seules interventions sont fiscales .. merci bien
    Avec un tableau pareil , je me demande si les abstentionnistes n’ont pas tort finalement

    • Effectivement, les trois listes sélectionnées sont européistes. Et l’auteur semble ignorer que l’européisme est une forme d’interventionnisme, sauf qu’il est supranational.
      D’ailleurs proclamer l’incompatiblilité entre nationalisme et libéralisme est un peu péremptoire: tout dépend ce que l’on met derrière nationalisme et libéralisme. Si le libéralisme consiste à faire valoir le principe de subsidiarité, il est pleinement compatible avec un nationalisme qui défend les prérogatives nationales de décision politique.

      • Le débat ne se situe-t-il pas à un tout autre niveau ? Est-ce que les nations européennes peuvent tirer individuellement leur épingle du jeu dans le concert mondial (face par exemple à la Chine, l’Inde et les Etats-Unis) ou pas. Personnellement je ne le crois pas.

    • 2 remarques: 1- pourquoi affirmer que l’écologie (la vraie, pas celle qui nous est vendue !) ne peut se faire que par l’impôt ?
      2- même si les interventions de la gauche ne sont que fiscales, elles sont des interventions, et le pire c’est qu’elles sont stériles…

  • Vous écarter Asselineau, alors que le Frexit est une façon pour le pays de reprendre sa liberté et son destin. C’ est un vote qui n’ est pas contestataire ni opportuniste, c’ est un vote qui porte à conséquence de façon très directe même si je sais qu’ il ne portera pas bien loin.
    Personnellement, j’ y réfléchis.

    • La France est encore un pays « poids lourd » de l’Union Européenne, ce qui veut dire qu’une politique européenne ne peut pas se décider aujourd’hui contre l’avis de la France.
      Donc avec votre histoire de « reprendre sa liberté et son destin », vous me faites bien rire : les « diktats de Bruxelles » dont se plaignent sans cesse nos politiques ne sont rien d’autre que ce à quoi eux, ou leurs prédécesseurs, ont acquiescé au Conseil Européen, et que ces c….es molles sont incapables d’assumer une fois rentrés au bercail. Alors, on dit que « c’est pas moi, c’est la faute à l’Europe ». Et on pleure quelques mois plus tard parce-qu’on voit se développer des discours comme le vôtre…

      • Oui, mais en fait non…
        La France a bien voté « contre » la reprise des négociations commerciales avec les US, mais ça n’a pas vraiment pesé dans la balance : seule la Belgique s’est abstenue, les négociations ont donc été approuvées.
        Une politique européenne peut très bien se décider contre l’avis de la France. Et vu les positions habituelles de Macron, cela va arriver de plus en plus souvent.

    • @Stephane
      J’avais lu attentivement la profession de foi de M. Asselineau lors des dernières élections présidentielles. Derrière le pseudo nationaliste, se cache un communiste. Il ne comprend strictement rien aux raisons de l’échec de l’union européenne, qui tiennent au caractère socialiste de cette construction (taxes & création monétaire, règlements, redistribution, étendus à l’échelle d’un continent).

  • La france ne serait pas dans cet etat si notre personnel politique avait la moindre qualité !
    Dans tout ce fatras politique je ne vois aucun liberal ni nationaliste d’ailleurs ,ils sont tous pret a vendre la france au plus offrant.
    Voter pour ca , sans moi.

  • Conclusion de l’article en forme de faux-dilemme qui enferme la pensée.
    C’est dommage.

  • Je suis très surpris de voir classer LREM dans les partis non-interventionnistes… Pas étatiste notre président technocrate qui veut tout régenter en centralisant les pouvoirs dans sa main ?
    Réfléchissons car cet autocrate dissimulé sous un sourire charmeur ne pense qu’à sa carrière de premier président européen, évitons cela !

    • Oui mais Mr Aulnas utilise ce genre d’article pour faire sa propagande pro-Macron . . . on se demande pourquoi il ne le dit pas franchement et contourne à chaque fois la chose !
      Qui aujourd’hui est capable de voir en quoi l’Europe lui est bénéfique quand elle accueille des migrants, quand on leur verse des indemnités et quand à côté, on vous dit que l’électricité , l’essence , les impôts . . . . vont augmenter pour respecter des « normes » européennes ? ce pays est foutu, c’est clair !

      • comme je l’ai dit plus haut : « vont augmenter pour respecter des normes européennes »… qui sont largement décidées aussi par la France.

        • « décidées »
          Dans la pratique et l’exercice de ses droits, la France a réduit la définition de ce verbe à « avaliser »…

          • Non, non, pas du tout.
            Lorsqu’il s’agit de nouvelles réglementations, normes ou taxes, la France est toujours force de proposition.

  • Faut m’expliquer comment il est possible de considérer ces 3 listes comme « libéral-compatibles » après la lecture de leurs programmes. (Donc non, je ne parle pas de leurs alliances européennes).

    Bref, pour finir le travail :
    – Renaissance, LREM : Interventionniste
    – Les Européens, UDI : Interventionniste & opportuniste
    – Union de la droite et du centre, Les Républicains : Interventionniste & Nationaliste

    • Effectivement, un classement en forme de diagramme à 2 axes (interventionniste et nationaliste) aurait permis un choix plus facile que ces qualifications brutes qui ne veulent rien dire : toutes ces listes candidates ont une part plus ou moins importante d’interventionnisme et de nationalisme.

    • On peut uniquement en prenant « liberal » dans son acception d’outre-atlantique, correspondant à la gauche « démocrate ». A ce compte là LREM est bien le plus « liberal ». Mais est-ce qu’un libéral au sens français peut cautionner cela ? Ce n’est pas mon avis. Mais concernant P. Aulnas il y a un moment que j’ai atteint le point de consternation maximale, donc…

  • la suisse est elle un petit pays dépendant et impuissant ?
    au contraire, en n’étant pas engluée dans le carcan bureaucratique européiste, elle est beaucoup plus agile et tire très bien son épingle du jeu.

  • Cet article n’est pas sérieux.

    M. Aulnas, je suis convaincu que vous n’avez pas lu les programmes de LR, de LREM et de l’UDI.
    Allez donc lire le programme de LR et vous constaterez qu’il est encore plus nationaliste que celui de RN.
    Allez donc lire les programmes de LREM et de l’UDI et vous constaterez qu’ils n’ont rien à envier aux autres listes interventionnistes.

    Strictement aucune liste ne défend une « Europe libérale et démocratique », par conséquent le seul choix raisonnable pour un libéral est l’abstention.

    Face à ces 34 listes, nous sommes réduits à un faux choix binaire entre une Europe interventionniste et technocratique et le retour à un Etat-nation interventionniste et technocratique. Un libéral n’a rien à gagner à participer à cette mascarade.

    Le vote pour un prétendu moindre mal (qui n’existe pas) n’est qu’un refuge confortable face à une réalité qui, elle, ne l’est jamais.

    • l’abstention n’est pas un choix , c’est un renoncement , car les options se feront en dépit du nombre d’abstentionnistes..
      un abstentionniste , c’est un mec qui refuse de sauter de l’avion qui tombe parce que la couleur du parachute ne lui conviens pas

      • correctif : parachute *troué*

      • Non, ceux qui restent enfermés dans l’avion du vote démocratique sont ceux qui refusent de s’abstenir et de s’échapper d’un faux dilemme liberticide entre deux plaies collectivistes : la social-démocratie hypertrophiée et le nationalisme.

        Par ailleurs :

        Renoncement : « Attitude vertueuse qui pousse à sacrifier les satisfactions personnelles en vue d’une plus grande perfection morale. »

        L’abstention est un renoncement. Je veux mon neveu !

        • Cette définition du renoncement est fort jolie, mais je suis dubitatif sur l’opportunité de déterminer son comportement électoral uniquement en fonction de l’auto-satisfaction morale qu’on en tirera. La prudence commande de se demander quelle différence cela fera d’avoir l’une ou l’autre attitude (aussi mince soit-elle vu le faible poids de chaque individu dans le scrutin bien sûr).
          Sinon on se trouve parmi ceux que Péguy je crois fustigeait si bien : ils ont les mains propres mais ils n’ont pas de mains.
          NB : peut-être que l’abstention est effectivement la façon la plus efficace d’aller vers du mieux ? Je ne le crois pas mais peux me tromper. Mon propos n’est donc pas de rejeter l’abstention par principe et pour tout le monde, juste de dire que le faire juste pour se sentir vertueux me paraît à côté des enjeux.

      • « un abstentionniste , c’est un mec qui refuse de sauter de l’avion qui tombe parce que la couleur du parachute ne lui conviens pas »

        Très drôle 🙂 et c’est tout à fait ça.

      • Un abstentionniste, c’est un mec qui refuse de sauter de l’avion qui tombe ? Ca peut aussi être un mec qui ne fait pas confiance à celui qui n’est pas capable de piloter l’avion mais prétend savoir coudre les parachutes.

        • çà on ne le sait qu’après, mais comme l’avion tombe ..faut bien faire quelque chose

        • Ou alors c’est un mec qui regrette d’être monté dans cet avion à la con qui, statistiques et sondages à l’appui, n’aurait pas dû tomber.

          En fait, un abstentionniste est un mec qui n’est pas monté dans l’avion, et s’il est futé, il est déjà en route (non, non, j’ai pas dit en marche) par d’autres moyens…

        • C’est peut-être plus simplement quelqu’un qui pense que la chute est fatale, avec ou sans parachute, et qui décide d’assumer son destin ?

      • Correctif : un abstentionniste, c’est un mec qui sait mieux gérer son temps.

      • @Claude non c’est plutôt qqn qui refuse de sauter d un avion qui tombe pour prendre un bateau qui coule

      • un abstentionniste c’est un prisonnier qui refuse de choisir la manière dont il va être exécuter. Son sors est scellé de toute manière, en France ce sera taxe + dictature administrative, seul la couleur des formulaires changeront.
        Mois je leur dit « fuck », vous voulez non seulement me voler mais en plus vous voulez que je signe à papier comme quoi je suis d’accord, et bien non!

        • Oui, et le simple fait de participer librement à un vote implique qu’on accepte la légitimité du résultat.
          L’abstentionniste a au moins la satisfaction de dire qu’il ne reconnaît pas la validité des conséquences de la farce électorale.
          Par exemple, n’ayant jamais voté, nul ne peut prétendre que j’ai délégué mon consentement à la spoliation fiscale qui m’est imposée.

  • Formi da ble.
    Les 3 listes citées. Sont toutes les 3. des étatistes. opportunistes. méprisantes.

    L’europe. l’€.
    Demandez simplement à qui veut répondre des conséquences sur notre pouvoir d’achat de l’€.

    L’europe n’est pas un système démocratique. Mais bien une usurpation imposée et méprisante des nations.

    Oui c’est vrai que Assélineau est nationaliste. Et alors le premier à l’être avec toute la noblesse du terme, c’était De Gaulle.

    Alors oui Assélineau est nationaliste et fier de l’être. Ce n’est pas une élection présidentielle, et Assélineau a des fait des choix, face à l’europe. C’est cohérent.

    Perso je sais pour qui je vote.

  • « Le nationalisme est incompatible avec le libéralisme » Rien n’est plus faux.

    Être nationaliste, ce n’est pas se « replier sur soi », ou haïr les autres, mais c’est défendre sa nation, lorsqu’elle est attaquée, militairement, politiquement, culturellement, etc. Sans une nation capable de se défendre, contre les menaces de l’extérieur, et de l’intérieur, il ne peut pas y avoir de liberté. Donc non seulement le nationalisme n’est pas incompatible avec le libéralisme, mais il en est même une condition nécessaire.

    Que nous propose l’auteur ? la liberté dans la soumission à la bureaucratie européenne, corrompue par les groupes de pression, et dominée par les USA … non mais sans rire ?

    • Ah, ah ! Le joli sophisme qui veut faire passer le nationalisme pour une fonction régalienne de défense !! lol

      Soyons sérieux : pourquoi nationalisme et libéralisme sont incompatibles, voici les explications d’un auteur libéral de référence
      https://www.contrepoints.org/2019/05/13/344070-quon-libere-les-francais-de-la-politique

      • Pour un idéologue, tout argument contraire est un sophisme…

        Sérieusement, il ne s’agit pas seulement de la défense armée, car sans l’état d’esprit et la culture qui va avec, elle ne fonctionne pas.

        Le meilleur exemple est donné par les USA, dont la culture est libérale, mais aussi ultra patriote, c’est à dire en réalité nationaliste, car le mot patriote n’est qu’une feuille de vigne.

        • oui le patriotisme est mort aussi tué par l’internationale socialiste , et les abstentionnistes

        • « les USA, dont la culture est (…) ultra patriote, c’est à dire en réalité nationaliste »

          Encore un joli sophisme.

          Ca a l’air amusant votre jeu !!! Moi aussi je peux faire des phrases qui n’ont ni queue ni tête. Exemples :

          – La démocratie libérale est une organisation politique qui vise la concorde sociale, c’est-à-dire qu’en réalité la préoccupation libérale est sociale, c’est-à-dire socialiste. Le libéralisme est donc compatible avec le socialisme.

          – Le conservatisme est une philosophie politique qui vise à fédérer la communauté nationale autour de valeurs traditionnelles. Qui dit communauté dit partage et mise en commun de valeurs, c’est-à-dire communisme. Le conservatisme est donc compatible avec le communisme.

          – Sans une nation capable de se défendre, contre les menaces de l’extérieur, et de l’intérieur, il ne peut pas y avoir de liberté. Donc non seulement le nationalisme n’est pas incompatible avec le libéralisme, mais il en est même une condition nécessaire.

          Ah, ah !

          • Votre seul argument est-il donc l’incantation Sophiste ! Sophiste ! Sophiste ! ???
            je sens que vous allez bientôt nous parler d’Adolf et de Joseph …

            • L’argumentation par l’absurde est un type d’argumentation, hein…
              Ça vous a échappé apparemment.
              De même que fournir une source documentée est une façon d’argumenter, autrement plus solide que de tenir des propos de café de commerce sans queue ni tête. Ça aussi ça vous a échappé.

              Mais puisque vous semblez hermétique à tout élément rhétorique, mettons les points sur les i :

              Il n’y a pas d’équivalence entre patriotisme et nationalisme. Votre syllogisme est donc faux. Et votre prétendue démonstration d’une compatibilité entre nationalisme et libéralisme n’est donc qu’un… sophisme.

              Explications pour les malcomprenants :

              Définition de nationalisme : « Courant de pensée qui exalte les caractères propres, les valeurs traditionnelles d’une nation considérée comme supérieure aux autres et qui s’accompagne d’une volonté d’isolement économique et culturel. »

              La primauté accordée aux choix collectifs (la nation) au détriment des choix individuels et l’isolement économique et culturel subséquent sont intrinsèquement anti-libéraux.
              Sources (deux auteurs majeurs du libéralisme) :
              https://www.contrepoints.org/2019/05/13/344070-quon-libere-les-francais-de-la-politique
              https://www.contrepoints.org/2019/05/21/344876-faire-du-socialisme-sans-le-savoir

              Définition de patriotisme : « Attachement profond et dévouement à la patrie, souvent avec volonté de la défendre militairement en cas d’attaque extérieure. »

              Qui sait lire comprend que les deux termes ne sont pas du tout synonymes. Il est tout à fait envisageable (et préférable) d’être attaché à la défense de sa patrie sans sombrer dans l’idéologie collectiviste et liberticide du nationalisme.

              Conclusion :
              1. L’Etat régalien (d’essence libéral) n’a aucunement besoin de nationalisme pour fonctionner.
              2. Le libéralisme et le nationalisme sont deux courants de pensée diamétralement opposés, le premier étant de nature individualiste, le second de nature collectiviste.

              • Votre définition du nationalisme est totalement faux, donc tout le reste de votre argumentation tombe à l’eau. Le fait que vous donniez UNE définition du nationalisme montre à quel point vous êtes ignorant. Il n’existe pas UN nationalisme, car le nationalisme n’est pas une idéologie hors sol, mais il dépend d’une histoire, d’une culture, etc. Par exemple, le nationalisme français n’a rien à voir avec le nationalisme allemand, qui n’a rien à voir avec le nationalisme russe.

                • C’est la définition du dictionnaire.

                  Autre définition, celle de l’encyclopédie Wikiberal, encyclopédie de référence des libéraux : « Le nationalisme (ou son synonyme, le souverainisme) est une idéologie qui soutient que la nation est un élément fondamental de la vie sociale de l’homme. Il considère comme des valeurs fondamentales le bien-être de la nation, la préservation de son identité, son prestige, son indépendance à tous les niveaux. Le nationalisme base l’identité d’un individu sur son rapport à la nation. Pour les nationalistes, la nation est la seule base légitime de l’Etat : on parle ainsi d’Etat-nation, supposé garantir l’existence de la nation et préserver son identité en lui assurant l’usage d’un territoire sur lequel prédomine la culture nationale ou le peuple qui fonde son identité. »

                  Bref, cette définition dit en substance exactement la même chose que le dictionnaire.

                  Que dit par ailleurs l’encyclopédie wikiberal :
                  « Le nationalisme procède d’une sacralisation de la nation, et donne un contenu politique à la nation qui devient vite dangereux, puisqu’il s’affirme au détriment des autres. Il est souvent utilisé par les États-nations pour justifier le protectionnisme. Au prétexte de défendre les intérêts économiques, sociaux ou culturels de la nation, on organise le rejet de l’étranger, et on dresse les peuples les uns contre les autres. Le nationalisme conduit à l’incompréhension et au conflit. Il pose la suprématie du collectif sur l’individuel, au nom de la souveraineté nationale : la nation est alors le prétexte d’une réduction des libertés individuelles et d’une atteinte aux droits de propriété. On aboutit à la négation de la souveraineté de l’individu. »

                  Bref, l’encyclopédie wikibéral dit exactement la même chose que moi plus haut : libéralisme et nationalisme sont bien diamétralement opposés. Ce que toute personne à peu près cultivée sait, qu’elle soit libérale ou nationaliste d’ailleurs.

                  Vous avez parfaitement le droit de vénérer votre Etat-nation et d’en faire l’alpha et l’omega de la vie politique, et de nier toutes libertés à ceux qui ne se prosternent pas devant votre Etat-nation. Mais ne venez pas nous expliquer que votre idéologie liberticide à quelque chose à voir avec le libéralisme.

                  Vous voulez associer le nationalisme à un autre courant de pensée ? Faites donc comme votre leader Marine Le Pen qui puise toutes ses idées économiques dans le socialisme ! Elle a au moins le mérite d’être cohérente, contrairement à vous.

                  Et allez donc lire l’article du jour sur Contrepoints « Faire du socialisme sans le savoir » : vous illustrez à merveille les idées développées dans cet article.

                  • Par ce que vous êtes assez naïf pour croire que la définition en quelques lignes d’UN dictionnaire d’un mouvement politique complexe, et assez peu politiquement correcte, est la vérité ? Votre définition est grotesque, mais je ne vais pas me répéter.

                    Votre argumentation consiste donc à utiliser la définition du nationalisme (wikiliberal) inventée par des gens qui s’y opposent (à tort selon moi) . C’est comme si j’utilisais la définition du libéralisme donné par Mélenchon… et après vous venez me parler de sophisme…

                    • C’est de la logique élémentaire, hein.
                      Pour savoir si le libéralisme est compatible avec le nationalisme, le mieux est de se référer à ce qu’en disent les auteurs libéraux de référence.

                      Or il n’y a même pas débat à ce sujet : les auteurs libéraux de référence considèrent que libéralisme et nationalisme sont diamétralement opposés.

                    • Vous utilisez l’argument d’autorité … c’est à dire un sophisme, un vrai 🙂 pour dénoncer mes … sophismes LOL

                    • L’argument d’autorité n’est pas un sophisme, hein… Décidément, vous n’entendez rien à la rhétorique.

                      Ensuite, il ne s’agit pas ici d’argument d’autorité, mais d’utiliser les sources en adéquation avec le sujet traité. Logique élémentaire : quand on veut connaitre la position d’une doctrine, on s’intéresse à ce que disent les auteurs de ladite doctrine. Est-ce si difficile à comprendre ?

                    • Ben si, l’argument d’autorité est un sophisme
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme#Liste_d’arguments_fallacieux

                      Je connais très bien les auteurs libéraux, mais vous ne connaissez pas du tout les auteurs nationalistes, et donc vous en êtes réduit à citer des définitions tirées d’une vulgate de bas niveau. Vous ne connaissez pas l’histoire non plus, et donc vous en êtes réduit à défendre une conception hors sol de la politique.

                      Le nationalisme français est tout à fait compatible avec le libéralisme, comme le montre l’histoire de la IIIe république.

                    • Pascal Salin, ancien président de la Société du Mont-Pèlerin serait l’auteur d’une « vulgate de bas niveau »… qu’est-ce qu’il ne faut pas lire.

                      Mais le plus incroyable est de lire que l’histoire plaiderait pour une convergence entre nationalisme et libéralisme ! Alors ça, c’est fort !

                      Apparemment il vous a échappé que le nationalisme était un peu en cause dans les boucheries inhumaines qui ont émaillé le 20e siècle.
                      Apparemment il vous a également échappé que les pays occidentaux ont voulu tirer les leçons de l’histoire désastreuse de la première moitié du 20e siècle en affirmant et consolidant les « démocraties libérales » justement en réaction aux idéologies mortifères nationalistes qui ont causé tant d’abominations.

                      C’est justement l’examen lucide des faits historiques qui ont conduit les libéraux à combattre le nationalisme.

                      Et c’est moi qui serais idéologue…

                    • Je savais bien que tôt ou tard vous évoqueriez Adolf ou Joseph, pardon les « boucheries inhumaines », ou « le nationalisme c’est la guerre ! ».

                      Pourquoi ne répondez vous pas à ma simple question :

                      Expliquez moi comment la Finlande aurait pu exister, si les nationalistes finlandais ne s’étaient pas battus pour elle en 1918 ? Idem pour l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Hongrie, et même dans une certaine mesure, l’Allemagne, qui aurait été dépecée par les Bolchéviques de l’intérieur et de l’extérieur, ainsi que par les Polonais (nationalistes), sans les Freikorps ultra-nationalistes.
                      Il faut ajouter les Tchèques 😉

                      Salin est aussi crédible sur le nationalisme que Mélenchon sur le libéralisme.

                    • Bien essayé mais non, je n’ai pas évoqué Adolf ou Joseph. La bonne vieille technique des collectivistes qui consiste à faire croire que le problème n’était pas les idéologies nationaliste ou communiste en elles-mêmes, mais le fait qu’elles ont été dévoyées par de vilaines personnes, Adolf ou Joseph, ne fonctionnera pas avec moi, hein…

                      Non, voici les leçons de l’histoire : le problème avec les idéologies nationaliste et communiste ne se situe pas dans leur dévoiement par des tyrans, le problème est que partout où elles ont été testées, à chaque fois, elles ont conduit au mieux uniquement à des catastrophes économiques, au pire à des catastrophes humanitaires.

                      Que le point de vue de Salin sur le nationalisme ne vous plaise pas ne m’étonne guère puisque, comme tout bon libéral, il en dénonce les méfaits économiques et sociétaux.

                    • Vous n’avez pas évoqué Adolf ou Joseph, mais les « boucheries inhumaines » ce qui revient au même. Je n’ai jamais parlé de dévoiement du nationalisme. Manifestement vous n’avez pas de réponse à ma question.

              • « L’Etat régalien (d’essence libéral) n’a aucunement besoin de nationalisme pour fonctionner. »

                Cela dépend des circonstances.

                Par exemple, expliquez moi comment la Finlande aurait pu exister, si les nationalistes finlandais ne s’étaient pas battus pour elle en 1918 ? Idem pour l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Hongrie, et même dans une certaine mesure, l’Allemagne, qui aurait été dépecée par les Bolchéviques de l’intérieur et de l’extérieur, ainsi que par les Polonais (nationalistes), sans les Freikorps ultra-nationalistes ?

                Vous êtes un idéologue hors sol.

        • @bucky +1 idem les UK idem la Suisse comme par hasard ….

  • une Europe démocratique……partant du principe que la démocratie recule dans la plupart des pays européens , via leur dirigeant , ça me fait doucement rigoler ;

    • d’autant que vous pouvez toujours voter pour des politiques locaux , les vraies decisions sont prises ailleurs

  • Que dire de LREM et de l’autisme effarant de ses dirigeants, sinon qu’ils sont interventionnistes et écologistes.

    L’écologie interventionniste implique la pire des dérives anti-libérale et de fait ne peut qu’aboutir au pire des collectivisme : un collectivisme justifié et imposé par une religion d’état et le partage équitable au fins de rationnement.

    Comment peut-on avoir de telles oeillères et promouvoir ce que l’on rejette chez les autres ? On sait où mène le collectivisme : à l’écroulement de l’économie. L’Europe se suicide avec Macron en tête – parce qu’il est trop stupide pour comprendre où le mènent ses enfantillages et son arrogance.

    Peut-être Aulnas est-il un écolo convaincu (il n’en parle jamais !) pour appeler à voter pour les ennemis du libéralisme ?

    • @alan,
      « Peut-être Aulnas est-il un écolo convaincu (il n’en parle jamais !) »

      M. Aulnas se refuserait-il à aborder les tenants et aboutissants de l’écologisme politique, dont il ne devrait pourtant pas lui avoir échappé qu’il est incompatible avec la démocratie ?

      • Il lui a surement échappé que le gouvernement avait créé un ministère de la transition écologique et « SOLIDAIRE », et multiplie la distribution des aides écologiques avec l’argent des autres, ou que les GJ écolos réclament le rétablissement de l’ISF, le rationnement des transports aériens au nom de l’écologie.

        Macron a ruiné l’espoir des libéraux en ouvrant la Boite de Pandore écologiste. Et il devra céder à toutes les revendications farfelues et destructrices.

  • Dès le départ, il y a un hic : l’abstention est le comportement normal dans la quasi-totalité des actes de la vie, tout marche tout seul et il n’y a que quand un accident survient qu’il devient nécessaire d’intervenir. En conséquence, il est hors de question de soutenir ceux qui se réjouissent de ces accidents, les provoquent et en prennent prétexte pour plus d’interventionnisme. Et les 3 qui passent votre filtre pas plus que que les autres.

    • Je suis d’accord avec toi , la democratie ne sert que quand rien ne va et qu’une solution existe pour changer cela.
      Rien ne va mais aucune solution alternaive n’existe il faut donc faire du chacun pour soi ou infiltrer le monde politique pour l’amener a changer..ce qui semble devenu impossible en france ,meme l’ue est impuissante ..y a plus qu’a attendre que tout s’écroule ou faire… la revolution…le plus simple est de fuir loin de ce chaos.

  • Il n’y a malheureusement qu’une façon de voter aux Européennes pour cette fois, c’est voter pour le liste qui fera perdre Macron et son gouvernement et l’Etat qui se trouve très bien avec Macron.
    La France a la gangrène, elle va mourir lentement et dans d’atroces souffrances. Le dégagisme de 2017 a consisté à virer tous les charlatans qui prétendaient la soigner jusqu’à maintenant. On a choisi le jeune interne de service qui devait amputer les parties les plus infectées. Il refuse de le faire pour que la malade continue de rester aux soins et lui au boulot. Maintenant, même si c’est désagréable, il faut couper dans le vif et vite, sinon la France mourra.

    • Mais on s’en fout de Macron !!
      Il est nul c’est sûr, mais une fois qu’il aura été dégagé, qu’est-ce qui aura changé pour la vie des Français ? Que dalle !

      Ceux qui accordent encore des vertus au vote pour dégager Macron pour le remplacer par un autre politocard sont vraiment les idiots utiles de cet étatisme qui nous pourrit la vie.

      • Il n’y a pas le choix. Les politicards, comme vous dites, doivent savoir qu’ils sont sur un siège éjectable quand ils ne font pas de vraies réforme. Vous ne proposez rien. Proposez quelque chose de plus malin et je vous suis.

        • Les politicards savent très bien qu’ils sont sur un siège éjectable, et ils suivent la politique qui donne le moins de chances au déclenchement de s’opérer. Ca ne veut pas dire que cette politique soit judicieuse pour une quelconque autre application, ni que déclencher plus ou moins artificiellement l’éjection aurait la moindre chance de faire venir une meilleure politique. On peut même penser que si par miracle quelqu’un avec l’intention de faire les bonnes réformes parvenait sur le siège, il serait éjecté encore plus vite !

          • Bref, si on veut une chance de réformer, il faut d’abord apprendre à court-circuiter le fusible du siège éjectable.
            C’est à dire finalement à museler les inévitables protestations populaires.
            Art 16?

        • « ils sont sur un siège éjectable quand ils ne font pas de vraies réforme »

          ?!?

          Que voulez vous dire ?

          Pour moi, ils doivent « proposer » des réformes pour se faire élire. Ensuite, c’est en mettant en place les réformes (bonne ou mauvaises) qu’ils on toutes les chance d’activer le siège éjectable.

          (Et il y en a un qui va se faire satelliser en pulvérisant sa limite à 80)

      • Pour dégager Macron, il faut voter MLP . . . elle va se planter, c’est sûr mais hélas, il faudra passer par cette dangereuse étape ! ensuite – certainement plus tôt que prévu – les pendules pourront être remises à l’heure : elles se dérégleront encore un peu jusqu’au jour ou elle fonctionneront, avec la régularité d’une « montre suisse ».

        • On a fait le même raisonnement avec le socialisme : ce sera un tel désastre que les français n’en voudront plus jamais:
          Et bien cela fait 40 ans que c’est un désastre et les français en demandent encore plus.

  • Renaissance, la Liste « Loiseau » , Pourrait selon l’auteur devenir le Phénix de la politique Française.
    Seul le Frexit est un acte fondateur d’une nouvelle Europe libre et libérale !

  • M. Aulnas nous joue encore et toujours le sketch du Macron libéral-compatible ? A gerber…

  • Renaissance, (Nathalie Loiseau) libéral ? Vous vous moquez du monde.
    LREM est un avatar socialiste ripoliné au service d’un état obèse et totalement éloigné de la pensée libérale.

  • Si le moindre mal est le choix entre ALDE et PPE, il faudrait expliquer leur différence. Y en a-t-il une face à la liberté des échanges? à l’immigration musulmane? au choix des citoyens en matière de santé et d’éducation? etc…

  • LREM libéral???? J’ai un peu de mal à suivre là!

    • L’auteur de l’article semble avoir mis deux doigts dans la prise et continue à les tourner dedans… malgré les 220 volts.

  • LREM, UDI, LR des partis libéraux!!! Comment écrire cela? Les 40 dernières années ne sont pas suffisamment éclairantes? Du grand n’importe quoi

  • Marrant. Cet article pédant, prétentieux et arrogant est précisément ce que je pense….à l’envers. L’imérialisme pseudo libéral est une escroquerie de la part de fonctionnaires (et affidés), sur-payés pédants et prétentieux et arrogants.

  • lire « l’impérialisme pseudo-libéral »

  • Au point où en est la France, je ne vois pas d’autre option que de donner un gr

  • Je voterais bien pour la liste qui dit haut et fort que le RCA est une foutaise, un bobard pour que certains s’en mettent plein les poches.
    Malgré un nombre de listes important, pas trouvé.
    Il reste donc deux possibilités: voter avec mes pieds et trouver une zone de la planète où les gens sont moins fous (c’est compliqué et on n’est jamais certain de ne pas y trouver des inconvénients cachés, encore que l’Australie vient de donner une leçon de bon sens) ou vote de protestation (car je n’aime pas le vote blanc ou nul).

  • Bref Monsieur Aunas vous nous demandez de voter pour les fossoyeurs liberticides de l’Europe à l’oeuvre depuis 40 ans avec le succès retentissant que nous constatons au quotidien !
    Non merci.

  • Une abstention protestataire est d’une sidérante puérilité

    Comment osez vous dire cela ❓ C’est pour nous inciter à ne pas aller voter ❓
    Cela fait des années et des années que les français protestent ❓
    Ils sont devenus protestants ❓

    Que propose Macron ❓
    L’Europe de la taxe diverse et (a)variée (verte). Moins de droits électoraux pour les français de l’étranger. Moins de droits sociaux pour les français qui n’auraient pas cotisé 15 ans EN FRANCE, oui monsieur Aulnas EN FRANCE.
    C’est que ceux qui travaillé 10 ans en France, 20 ans en Allemagne, 10 ans en Espagne sont discriminés par rapport à ceux qui auraient juste travaillé 15 ans en France.
    Et LREM se prétend Européen.

    Alors non, je ne voterai pas LREM. Vous pouvez vous brossez ou aller voir ailleurs si j’y suis.

  • Et encore une chose :

    Ou est cette putain de liste faites de libéraux, des vrais ❓

  • « : pour une Europe libérale et démocratique »

    Mais l’UE elle même ne dit rien de tel !!!
    Ils ont sorti un tweet façon 1984 « UE est la paix (sic), UE est la liberté, UE est … » sans mettre une fois le mot « démocratie » parmi ses vertues !

    https://www.zerohedge.com/news/2019-05-19/european-commission-unwittingly-echoes-1984-slogan-controversial-tweet

    style 1984 + régime censitaire élitiste : beau programme !

    • Europe 1984 ! Suave !!!

      Ce qu’il y a de fort avec les progressistes ou le « camp du bien », c’est que je suis plutôt d’accord avec leurs idées, mais comme ce sont des crétins, dès qu’ils expriment ces idées je devient immédiatement contre.

  • La REM n’est pas interventionniste et étatiste? Alors là, les bras m’en tombent!

  • Que vous le vouliez ou non, il y a aussi un enjeu national qui est la conséquence du manichéisme de Macron qui a réduit l’élection à: pour ou contre les populistes. Ce qui s’est retourné en « pour ou contre Macron ». De fait, seule une bonne raclée pourrait l’arrêter dans sa gouvernance autiste.

  • Remarquable ce passage au « Vert » généralisé par les 34 listes de ce scrutin soit-disant « européen » mais qui finalement reste « nationaliste ».

  • Macron and the marcheurs libéraux ??? C’est la chose la plus drôle que j’ai entendu depuis longtemps !

  • Les articles de Mr Aulnas sont toujours du même acabit : il se dit libéral mais il l’est autant que son dieu Macron, c’est-à-dire pas du tout ! je me souviens d’un de ses articles où il se disait heureux de voir sa retraite baisser : personne, je dis bien personne, ne peut accepter de voir son pouvoir d’achat baisser quand d’autres s’engraissent.
    Mr Aulnas n’a jamais oser avouer qu’il idolâtrait Macron et il s’en garderait bien, quand on voit le nombre de commentaires anti-macron sur ce forum ! il doit bien sentir qu’il est malvenu de soutenir cet incapable d’énarque entouré de stagiaires ayant un sens politique plus que limite.
    Donner la parole à Mr Aulnas continuellement est aussi dangereux que de donner la parole à un extrémiste genre LMP ou Méluche.

  • En parcourant ces commentaires, je me suis rendu compte que pour être libéral il faut voter Le Pen, Asselineau ou s’abstenir. Mais qu’Emmanuel Macron, Jean-Christophe Lagarde et François-Xavier Bellamy ne pouvaient que susciter le mépris. Ces commentaires ont complètement remis en cause ma conception naïve du libéralisme. Je croyais à la tolérance et à l’ouverture d’esprit. Je me rends compte que le nationalisme étroit ou le refus de choisir sont à la base du libéralisme authentique.
    J’ai également lu que la « bureaucratie bruxelloise corrompue » nous imposait une sorte de dictature. Je croyais naïvement que les fonctionnaires européens n’avaient strictement aucun pouvoir de décision mais que les représentants des États, politiciens nationaux réunis en conseil à Bruxelles, votaient les directives et les règlements européens, conjointement avec le Parlement européen. Mais là encore, j’ai beaucoup appris.
    Merci infiniment. Me voilà maintenant un authentique libéral.

    • « Je croyais à la tolérance et à l’ouverture d’esprit. »
      Avez-vous l’impression que Macron soit plus tolérant, voire plus ouvert d’esprit que Le Pen ou Asselineau (je prends simplement vos exemples, vous pouvez mettre d’autres noms parmi leurs adversaires) ?
      A ma connaissance, c’est bien Macron qui a sorti les lois « anti-fake-news » (mais son gouvernement continue d’en produire, presque tous les jours), « anti-casseurs » (mais il continue à donner des leçons de démocratie urbi et orbi), etc. Mais je me trompe peut-être.

      Quant aux soi-disant votes, renseignez vous mieux sur le fonctionnement de l’UE. C’est bel et bien la Commission qui produit les directives, les normes et les règlementations. Oui, elles sont votées (et encore, savez-vous avec quel niveau de sérieux ?), mais sont-elles discutées, débattues, corrigées ? Sans parler de les faire connaître à la population et avoir des débats publiques avant les votes…
      Tout comme en France, les fonctionnaires bruxellois doivent montrer leur utilité en produisant chaque jour encore plus de normes etc. Sans que celles-ci soient vraiment nécessaires. D’ailleurs, il me semble bien qu’on a pu vivre aussi avant qu’elles n’existent…

    • « Me voilà maintenant un authentique libéral. »

      Pas encore tout à fait à mon avis. Il ne s’agit pas d’être tolérant à n’importe quoi et ouvert à son contraire, mais de respecter un contrat social basé sur la liberté individuelle. Macron, Lagarde ou Bellamy peuvent « sembler » plus « compatibles », mais ils ne respectent pas le contrat. Et l’acceptation du « n’importe quoi » peut être aussi grave que le non respect de la liberté. (Si par exemple l’état faillit à assurer la sécurité des biens).

      • Vous n’imaginez quand même pas que des gens comme Le Pen ou Asselineau seront plus ouverts à la liberté individuelle que Macron, une fois arrivés au pouvoir ! Il faudrait vraiment être naïf.
        Ce sont des politiciens utilisant les promesses les plus démagogiques pour accéder au pouvoir. Mais ils sont particulièrement dangereux sur le plan des libertés, qu’il s’agisse des libertés économiques ou politiques.
        La démocratie consiste souvent à faire des compromis, à choisir le moindre mal.

        • Vous pouvez parfaitement critiquer la volonté de baser une décision de vote sur une vision intransigeante du libéralisme. C’est un peu la nature du débat ici. Mais vous ne pouvez pas dire que Macron est réellement libéral.

          Le choix qu’on peut faire ici de se la prendre avec ou sans vaseline n’est pas réellement basé sur le libéralisme.

          • Le libéralisme peut être une doctrine et il y a une foule de théoriciens libéraux. Il peut aussi être une réalité. Mais la réalité n’a pas grand-chose de commun avec la théorie. La démocratie libérale occidentale est un compromis historique comportant une part importante de socialisme (dépenses publiques et hyper-réglementation). On peut regretter l’évolution vers le socialisme, mais elle concerne tous les pays riches, sans exception, même les États-Unis, où les dépenses publiques sont très élevées.
            Ce qui est « basé sur le libéralisme » dans la réalité contemporaine, c’est la démocratie occidentale avec toutes ses insuffisances et tous ses défauts. Aucun autre régime politique existant ne peut se réclamer du libéralisme. Voter pour des ennemis potentiels de la liberté, qui s’acoquinent avec Poutine, n’aboutirait qu’à un recul du libéralisme. Le Russie, la Chine, la Turquie sont-elles plus libérales que la France ou l’Europe ?
            En matière de libéralisme, il y a la théorie, toujours très belle mais sans réalité autre que livresque, et la pratique, décevante, parfois désespérante, mais bien réelle et perfectible.

            • « la réalité n’a pas grand-chose de commun avec la théorie »
              Elle est bien bonne celle-là ! Parce que Macron nous bassine matin, midi et soir comme quoi il serait libéral, on conclut que le libéralisme pratique n’a rien à voir avec le théorique.
              « La démocratie libérale occidentale est un compromis historique comportant une part importante de socialisme »
              Sortez un peu, il n’y a pas que la France… D’ailleurs, rien qu’en France, il y a 40-50 ans la part de socialisme était bien moins importante (aussi bien dépenses publiques que réglementation).

        • « La démocratie consiste souvent à faire des compromis, à choisir le moindre mal. »

          Je ne suis pas sur que la démocratie est quelque chose à voir avec les compromis. (Sans rejeter l’idée de la nécessité des compromis). Pour moi la démocratie est le respect du choix [majoritaire] du peuple.

          Et concernant le compromis, il me semble que nos gouvernants successifs s’empressent d’imposer leurs vues au mépris du compromis en se justifiant d’une majorité qu’ils n’ont pas !

        • Je crois qu’il vous sera bien plus difficile de trouver quelqu’un de moins ouvert sur les libertés individuelles que Macron, plutôt que l’inverse.
          J’ai du mal à comprendre. Nous avons eu de tout dans ce pays, inclusivement des maires FN ou apparentés, et pourtant jamais nous n’avons été dans une telle situation de négation des libertés individuelles. Un tel aveuglement volontaire me laisse pantois.

  • Pas mal comme argumentaire. M. Aulnas a-t-il été formé aux techniques de vente ? Quitte à tordre les concepts et à nier le réel ?
    Libéral, M. Macron ? Le chef suprême étatise à tout va pour asseoir le pouvoir des oligarques.
    Démocrate, M. Macron ? Donne-t-il la parole au peuple ?
    De fait, il est « lipmannien », c’est-à-dire pour le gouvernement des experts sur des peuples ignorants et passifs, quand ils ne descendent pas dans la rue à tout propos.
    Alors oui, si vous pensez que les peuples européens sont des bêtes et le gouvernement de l’Europe des sages, votez UE.
    Si vous êtes un européen libéral, votez pour l’Europe des Nations, de façon pragmatique, à la John Dewey ! Subsidiarité !

  • MODÉRATION CONTREPOINTS >>
    Le flooding est interdit. Veuillez cesser cette pratique.
    Premier et dernier avertissement avant bannissement.

    • Ha ! C’est quoi ces règles de « modération » ? Est-ce qu’on peut les connaître d’une façon explicite svp ?
      Parce que, vu que j’avais mis un +1 à ce commentaire, j’ai pas dû le trouver si déplacé que ça.
      Merci d’avance.

    • Qui a supprimé deux fois mon commentaire et pour quelles raisons ?
      Serait-ce parce que j’y ai repris une partie de mon propre commentaire à un autre article similaire ?
      Ou parce que j’y ai inséré le lien vers cet article ?
      La modération de Contrepoints va-elle se mettre à utiliser les mêmes méthodes de censure que l’union européenne dénoncées ici-même par Frédéric Duval ? (https://www.contrepoints.org/2019/04/25/342418-lunion-europeenne-productrice-de-fake-news). Ou aurait-elle été noyautée par des antilibéraux ?

  • le titre de l’article était alléchant…pour son contenu rien de neuf …rappelez moi comment voter libéral aux européennes déjà?

    • Flooding ? Mr guy utilise des termes bien connus ici-bas dans notre « chère France » !

    • Aller dans un autre pays ?

      • Même question ici:
        Effectivement si CRE c’est ECR en anglais et donc avec le programme tel que décrit dans le lien et le parti de Dupont-Aignan devant y adhérer en cas d’élections de députés. N’est ce pas une très bonne option pour un libéral?
        https://ecrgroup.eu/vision/a_global_approach

        • 1. Il y a eu (pour un assez court laps de temps, il est vrai), l’espoir d’un virement « libéral » de NDA et de sa liste. Espoir lié à la présence de Charles Gave et de sa fille sur cette liste. Espoir évanoui avec l’éviction d’Emmanuelle Gave, incompréhensible surtout après les excuses de Times of Israel. Mais bon…
          2. Le programme de la liste DLF n’a pas grand chose à voir avec le libéralisme, et les discours de NDA encore moins.
          3. Je ne crois pas qu’il va dépasser les 5%, donc ça serait un coup d’épée dans l’eau (mon avis).

  • J’avoue avoir du mal à classer les listes LREM, UDI et Les Républicains en tant que « Libéral-compatibles ». Franchement lorsque aucun menu ne vous convient dans un restaurant est ce que vous devez quand meme en choisir un ? Il ne faut pas chercher midi à quatorze heure, quand aucun programme ne vous convient vous ne pouvez pas voter pour l’un deux. Point barre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

Le bac de philo, c'est aujourd'hui. Chaque année, sont donnés au programme un certain nombre de notions ainsi qu’une liste d’auteurs académiques, de Platon à Sartre, pour résumer.

C’est un programme éclectique, qui laisse au professeur une grande marge de manœuvre pour faire les choix qui conviennent à son cours. La contrainte étant de fournir aux élèves un aperçu suffisamment complet des grandes écoles de pensée, afin qu’ils puissent traiter les sujets du bac sans faire de récitation, mais en exerçant leur... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles