Front national : un programme économique d’extrême gauche

Le programme économique du Front national est-il sérieux ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marine Le Pen au Parlement Européen en juillet 2014 (Crédits : Claude TRUONG-NGOC, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Front national : un programme économique d’extrême gauche

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 juillet 2017
- A +

Par Frédéric Gardel.

 

Le FN fait partie du paysage politique français depuis 40 ans, il a toujours eu une voix différente du reste de la classe politique et le fait qu’il n’ait jamais été aux affaires lui a parfois permis de dénoncer la gabegie des deux principaux partis français et un certain nombre de scandales.

La France subira probablement des remous économiques et sociaux prochainement. Ceux-ci pourraient permettre à ce parti d’opposition de se trouver au gouvernement.

Étudions le projet pour la France et les Français de Marine Le Pen, accessible sur le site internet du Front National. Celui-ci détaille un certain nombre des mesures économiques phare qu’elle mettrait en œuvre si elle était chef du gouvernement et avait une majorité à l’Assemblée nationale.

Quelle est l’inspiration politique et économique de la formation d’extrême droite ?

Fixation des prix par l’État

On peut lire dans le projet :

Tous les salaires jusqu’à 1500 euros bénéficieront d’une augmentation de 200 euros nets. Cette mesure sera notamment financée par l’instauration d’une Contribution sociale aux importations de 3 % sur la valeur des biens importés.

L’État augmentera donc le SMIC de 200 euros. Pour les salaires supérieurs au SMIC, on se demande quelle méthode sera utilisée pour réaliser cette promesse.

Comme toute augmentation du SMIC, celle-ci entraînerait une destruction d’emplois non-qualifiés et diminuera la création de nouveaux emplois non qualifiés. Par ailleurs, elle diminuera encore ces écarts de rémunération entre bas salaires qui permettent de récompenser l’expérience ou les aptitudes. Au contraire, le marché du travail a besoin de plus de flexibilité et d’un État qui impose moins de charges sur le secteur productif.

Par ailleurs, une taxe sur les importations nécessitera de renégocier les traités de libre échange et les traités bilatéraux dont la France est signataire, les partenaires économiques de la France pénaliseront donc les exportations de biens français en représailles.

Une autre mesure du projet détaille que « les tarifs du gaz, de l’électricité et du train seront immédiatement baissés de 5 %. » On retrouve ici la légende de l’État qui croit mieux connaître le prix optimum que le marché. Rappelons que la fixation étatique des prix engendre des distorsions de marché, des sous-investissements ou des surprofits, et l’impossibilité pour les prix d’atteindre l’optimum.

Le texte du Front National continue en promettant :

La TIPP (taxe sur le carburant) sera baissée de 20 %, ce qui diminuera de 12 % le prix à la pompe. Cette mesure sera  financée par une taxation des grandes entreprises pétrolières et gazières.

Si cette taxe ciblant les entreprises pétrolières et gazières est validée par le Conseil constitutionnel, elle sera financée par les clients de ces entreprises à marge, investissement et profit constant.

Finalement, elle reviendra indirectement à prélever les clients du montant économisé par la baisse de la taxe sur le carburant. Cette nouvelle taxe aura aussi des conséquences indirectes négatives en créant un climat anxiogène pour les entreprises et pourrait entraîner des délocalisations.

Le flou sur les dépenses publiques et les taxes

Le projet de Marine Le Pen donne des indications sur la politique fiscale souhaitée par le FN.

Le document révèle :

La revalorisation des pensions de retraite sera effectuée, de même que les pensions de réversion versées au conjoint de la personne décédée, et actuellement fixées à 18 720 euros par an, seront rehaussées à 30 000 euros. Le point d’indice sera revalorisé pour les petits salaires de la fonction publique.

Ces dépenses seront financées par de l’impôt ou de la dette ; la dette, c’est de l’impôt futur ou bien de l’inflation différée qui pèse sur le pouvoir d’achat.

Le texte poursuit en prévenant :

Les petits commerces seront défendus contre la grande distribution : une action sera engagée par l’État au niveau des centrales d’achat pour rétablir un équilibre entre le commerce indépendant et la grande distribution. Les liens d’exclusivité entre centrales d’achat et grands distributeurs seront interdits.

Cette intervention étatique déséquilibrera un marché en instruisant le procès de la grande distribution dont les marges sont déjà très basses.

On voudrait voir des promesses de réduction drastique des dépenses, de simplification de la fiscalité à défaut d’une annonce de saigner la fonction publique.

La mesure qui suit redonne un peu d’espoir puisqu’elle annonce :

Le train de vie du pouvoir sera fortement réduit : les dépenses somptuaires, indemnités excessives des élus et avantages injustifiés seront supprimés. De même, les subventions aux organismes et associations ne relevant pas de l’intérêt général seront remises en cause.

Cette bonne intention sera cependant plus difficile à faire passer quand ce seront des membres du FN qui bénéficieront de ces avantages : on juge toujours plus durement les avantages des autres.

La rengaine étatique reprend de plus belle puisqu’on lit :

Le monopole des banques sera supprimé en déprivatisant l’argent public. La Banque de France pourra ainsi prêter au Trésor public sans intérêts. En 40 ans, la France a versé 1400 milliards d’euros d’intérêts aux marchés financiers alors que nous avons 1700 milliards d’euros de dette.

On peut ici prévoir une dévaluation par création monétaire, donc la spoliation des épargnants et un choc inflationniste destructeur sur l’économie comme décrit dans l’article précédent « Pourquoi dévaluer est une mauvaise idée ».

Sur la retraite, beaucoup de points communs existent entre le programme du Front de gauche et du FN.

En effet le projet explique que :

La retraite pleine à 40 annuités sera restaurée et l’âge légal de départ en retraite sera ramené à 60 ans.

Cette mesure entraînera un déséquilibre des comptes de retraites qui devra être compensé par une augmentation des cotisations, par les taxes ou par de la création monétaire qui appauvrira ceux qui les subiront.

Il faut au contraire reculer l’âge du départ à la retraite. Idéalement, les cotisations devraient être épargnées par les salariés afin qu’ils aient des droits réels plutôt que simplement une promesse de recevoir une retraite.

Enfin, en matière de fiscalité, Marine Le Pen soutient :

Les produits de première nécessité continueront à bénéficier du taux réduit de TVA à 5,5 %.

Elle préconise un impôt plus progressif et prévient que la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu sera portée à 46 %. On ne peut que s’inquiéter de cette annonce d’augmentation des impôts qui est dans la droite ligne du reste du programme économique.

L’exercice du pouvoir et la réalité économique pousseraient sans doute le FN à modifier sa politique économique une fois arrivé aux commandes mais peut-on voter pour des démagogues économiques ? Et la France a-t-elle les moyens de perdre du temps pour essayer des recettes impossibles car totalement anti-économiques ?

Cet article a été publié une première fois le 6 décembre 2014.

Voir les commentaires (228)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (228)
  • Comment se fait il que personne ne challenge les programmes des partis politiques?

    Les delires du sarkho 2014, qui lui n’a pas l’excuse de méconnaître la réalité de ces sujets, sur l abrogation de la loi taubira ou schengen, ou son projet européen à 6 pays…

    • Parce qu’on ne lit que les « challenge »s qui nous intéresse !
      Quel média s’est intéressé à challenger le programme de Hollande, le favori de 2012 ? Qui encore pour challenger le contenu et l’âme du programme Juppé, le futur « Chirac2002 approved » au second tour de 2017 ?

      Par contre, jouer à se faire peur ou reluire contre des épouvantails comme le FN ou sarko, dont les conditions d’accès au pouvoir sont basses si ce n’est impossibles, semble la seule réflexion de fond autorisée sur l’avenir en France.

      Habituellement, si on veut être objectif, on s’intéresse d’abord au plus probable.

  • L’inanité de ce programme, compréhensible même par des incultes économiques comme les électeurs français, trace de manière évidente ce que devrait être la stratégie d’un second de parti politique : faire battre son chef et élire Marine sur les questions de personne (et accessoirement de société, mais on n’a rien sans rien), et construire un programme économique solide qui permettrait à son parti d’obtenir une majorité à l’assemblée et une cohabitation, apparaître en tant que ministre des finances comme le sauveur du pays, et remporter haut la main la présidentielle suivante.
    Evidemment, ça demande de passer un an ou deux aujourd’hui à construire ce programme économique au lieu de courir les interviews. Et d’avoir quelques connaissances de base en économie, sinon on pourrait croire que Montebourg l’a compris…

  • S’il serait malhonnête de nier que le programme économique du FN est plus gauchisant qu’il y a 10 ans ou 30 ans, il est tout autant malhonnête de le faire passer pour un programme de gauche, en exhibant quelques mesures. A ce petit jeu là on peut également montrer que le programme économique serait un programme de droite. Exemples :
    1. Dans ses propositions on trouve la suivante, « Modernisation et rationalisation des services publics. » Proposition qu’on retrouve dans le programme UMP.

    2. « Un plan d’action volontariste sera mis en œuvre pour identifier et réduire drastiquement les dépenses inutiles et néfastes pour le pays », notamment le « poids de l’immigration incontrôlée sur les budgets sociaux. » Là encore on pourrait trouver cela dans le programme UMP.

    3. « La réduction de la bureaucratie agricole et la simplification des procédures et des contrôles permettront de faire des économies budgétaires, ainsi que d’alléger les contraintes administratives déraisonnables pesant sur les agriculteurs. » Là encore une rengaine de droite bien connue (trop de bureaucratie administrative, de complexité, etc qui décourage l’emploi.

    4. « Grande Réforme de Simplification (simplification des normes, dématérialisation, carte d’identité numérique, simplification du bulletin de salaire) qui s’appliquera à toutes les entreprises » Généralisation de 3.

    5. « Des incitations fiscales seront développées au profit des particuliers de manière à multiplier le nombre de « business angels » Là encore plutôt une proposition qu’on trouverait dans un programme de droite pro-capitaliste.

    6. « Les politiques d’accompagnement social du marché de l’emploi (emplois aidés, ou autres emplois jeunes) ne sont d’aucune utilité » et créent « massivement de nouveaux emplois publics alors que nous n’avons pas les moyens de les financer. » Voilà encore un discours qu’on pourrait entendre dans la bouche d’un UMP.

    7. « La complexité administrative, fiscale et sociale de l’univers dans lequel évoluent nos PME/PMI atteint des records. Elle fait de la France un des pays au monde les plus compliqués pour entreprendre. Il devient impossible pour les entrepreneurs de connaître toutes les obligations auxquelles sont soumises leurs entreprises et de garantir qu’elles y répondent. » Là encore discours typiquement de droite qu’on retrouve même ici.

    8. « Le non respect par un demandeur d’emploi des obligations imposées par Pôle Emploi (obligation de recherche, d’acceptation d’un emploi dans les conditions qui seront définies) sera plus sérieusement vérifié. » Mesure là encore défendue par l’UMP.

    9. Le FN prône également « l’allègement du coût du travail », pas particulièrement de gauche…. Là encore plutôt de droite.

    Enfin, croire que la question de l’immigration n’entre pas dans le champ de l’économie est une grave faute quand on sait que celle-ci participe positivement aux budgets publics et même plus généralement à l’économie française (cf. études de l’université de Lille, Xavier Chojnicki). Or les positions du FN sont proches de celles d’une partie de l’UMP.

    • Je partage votre lecture comparative entre fn et ump.

      Bien qu’il soit compliqué d’y voir clair côté ump, la mediane des positions de sarko est très très proche du programme Le Pen.

      Et le ou les programmes ump, ps, udi, npa fn et consoeurs affichent tous des belles phrases, et bien peu de mesures concrètes.

      Par exemple, baisser le coût du travail, c’est assez simple en fait. Il suffit de baisser de 10% les pensions versees aux retraités, pour diminuer les cotisations retraite.
      Par exemple, diminuer le chômage, c’est assez simple en fait. Il n’y a que la création d’entreprise qui créer de l’emploi, il suffit de supprimer toutes les contraintes administratives, corporatistes, protectionistes, à l’installation d’activité économique, en échange dune pleine responsabilité sur la santé et la sécurité des clients, salarié s et riverains.

      • le Fn est très semblable au PCF desannées 70. pas étonnant que quelqu’un comme Zémmour admire Marchais (regardez un peu les discours de Marchais sur l’immigration) http://www.atlantico.fr/decryptage/quand-pc-disait-presque-meme-chose-que-marine-pen-benoit-rayski-1589110.html

        • désolé ce commentaire était adressé à random

          • L’humanité ?? vous êtes sérieux. ce torchon qui fait du révisionnisme historique. personne ne sait ce que Marchais aurait fait aujourd’hui. cependant, un certain nombre de militants d’extrême gauche sont partis au FN. ce qui m’énerve le plus c’est que ce torchon a été sauvé de la faillite avec mon argent. L’humanité ne vaut pas mieux que Minute

            • Si seulement il avait juste été sauvé de la faillite avec de l’argent public.
              Mais non ! Il détient encore aujourd’hui le record des plus grosses subventions publiques par exemplaire tiré !

              La propagande gauchiste ne trouve décidément aucune limite…

            • si ce sont là vos seuls arguments….. Je pourrai quasiment reprendre votre « argumentaire » en changeant humanité par atlantico et en parlant de l’idéologie de l’auteur proche de Ménard et Jamet

              • atlantico ne se revendique pas d’une idéologie qui a fait plus de 100 millions de morts et il ne fait pas l’éloge de dictateurs. atlantico ne fait pas du révisionnisme historique. les articles sur atlantico eux sont argumentés

                • l’article que je vous ai sourcé est également argumenté, davantage que le vôtre qui omet volontairement ou involontairement certains éléments contextuels. Preuve du manque de rigueur de l’auteur trop aveuglé par son idéologie sans doute.

                  Quant aux 100 millions de mort, ce n’est pas l’idéologie qui les a fait mais des régimes politiques qui n’avaient pas grand chose de commun avec l’idéologie qu’ils prétendaient défendre.

                  • L’habituel mythe ressassé à l’envie qui voudrait faire croire que l’URSS n’était pas « vraiment » communiste donc la liste sans fin de ses crimes ne pourrait donc pas ternir l’image du dit communisme…ridicule. l’URSS était bien communiste du moins aussi proche qu’on puisse humainement l’être et c’est bien les tares du communisme qui sont responsables de ces crimes. De la même manière la France est socialiste et ses problèmes sont lié au tares su socialisme (très proche du communisme d’ailleurs).

                    • Bientôt, ces révisionnistes communistes vont nous sortir que le nazisme n’était pas du vrai nazisme.

                    • @ laurent
                      Comme tous les régimes, l’URSS a préféré son confort étatique, au bien-être de la population.

                      Donc priorité aux autorités, d’abord, avec, bien sûr, favoritisme annexe pour les fonctionnaires par rapport à d’autres salariés.

                      C’est la passion du pouvoir sur ses semblables qui fait apprécier les privilèges: « je décide des dépenses et je m’arrange pour les faire financer par d’autres ». C’est clairement pathologique psychologiquement: on n’est pas égal en droits, quand on est au pouvoir! Et comme aurait dit un ministre: « à quoi bon le pouvoir si ce n’est pour en abuser? »

                      Le programme du FN a autant de valeur que celui de « moi, président »: dire ce que les électeurs ont envie d’entendre ou (comme dans le « communisme », promettre le « grand soir »!).

                      Donc, soit M.Le Pen ne se faisait pas d’illusion, soit elle n’aurait pas suivi son programme, une fois au pouvoir!

                      Fr.Hollande a bien montré ce chemin-là!

                  • J’ai même entendu un socialiste tenter un jour de m’expliquer que Mitterrand était de droite, et que si la situation avait été catastrophique après 1981, c’est que la politique mise en place n’était pas une vraie politique de gauche.

                    L’idéologie communiste est criminelle : exploiter les gens par la ‘communauté’ sous principe que c’est mieux que la soit disant exploitation de l’homme par l’homme aurait pu être juste ridicule si ce n’avait pas fait autant de morts.

                  • Lénine n’a fait qu’appliquer ses principes et ceux de Marx dès le 7 novembre 1917. Et ses successeurs n’ont pas dérogé à la règle. L’URSS de 1991 fonctionnait de la même manière que la Russie léniniste de 1917.

                    La guerre civile permanente (lutte des classes si vous préférez), pilier du communisme, a été appliqué partout et toujours là où les communistes se sont emparés du pouvoir

                  • random: Quant aux 100 millions de mort, ce n’est pas l’idéologie qui les a fait

                    Vous vous moquez du monde ?


                    Plus d’un milliard de personnes dans 38 pays différents ont essayé le communisme en se basant sur la doctrine établie. 100% d’échec désastreux et meurtrier.


                    Vous n’allez pas prétendre qu’ils ont tous mal lu, mal compris ? À ce compte l’arsenic est peut-être excellent pour la santé il a simplement été mal utilisé ?

              • Atlantico est payé par les impôts aussi ?

          • George Marchais était un travailleur volontaire de l’Allemagne Nazie (preuves découvertes par Jean-François Revel) de 1942 à 1944. Marchais et l’Allemagne Nazie :
            http://www.youtube.com/watch?v=atMO_zIgArk
            lisez l’historien Simon Epstein « un paradoxe français, antiracistes dans la collaboration, antisémites dans la résistance ». la majorité des collabos francais venaient de gauche

      • Mais monsieur, nos pensions nous les avons versées et largement d’autant que nous n’avons pas travaillé 35 h nous mais 40 donc nous les méritons. pourquoi toujours s(attaquer aux retraités !!!!!!
        sauf peut-être à ceux d EDF ou de la SNCF ou ceux des aéroports, pilotes et compagnie et qui ont encore le toupet de faire grève, qui eux ont vécu comme es nababs avec de bons salaires des avantages incalculables pour eux et leurs familles à vie . Et pourquoi pas non plus les députés, sénateurs, les planqués de l’institution européenne. Et encore toutes les allocations versées aux illégaux qui vivent avec 4 femmes et une kyrielle de gosses nés en France uniquement pour profiter des prestations qu’on leur donne
        VOILA OU IL FAUT LE PRENDRE L ARGENT PAS SUR N IMPORTE QUEL RETRAITE

        • Le cruel dilemme des retraites est que vos cotisations n’ont servi qu’a payer des fonctionnaires. En réalité les retraites ont été financées par des emprunts ….. C’est là que la réduction des dépenses publiques va faire mal ! Il est fort probable que la priorité restera d’abonder vers les organes de fonction publique. La réalité des « régimes spéciaux » est à ce prix. Malheureusement ce sont ceux qui comme vous les dites ont réellement travaillé qui vont payer l’addition et non-pas les profiteurs éternels du système.

    •  » il est tout autant malhonnête de le faire passer pour un programme de gauche, en exhibant quelques mesures » Le programme du FN de 2012 emprunte près de 70% de mesures à la gauche…
      http://www.lepoint.fr/editos-du-point/pierre-antoine-delhommais/la-longue-marche-du-fn-vers-la-gauche-07-11-2013-1752973_493.php

        • Ah, j’ai bien ri, merci !
          La « préférence nationale » absent du programme de la gauche, alors que deux lignes plus bas, ils écrivent que l’un veut un « protectionnisme intelligent », l’autre un « protectionnisme solidaire ». Ah oui, que voila une différence essentielle !
          Et l’autre « grande divergence », c’est une soit-disante hostilité du FN aux syndicats (sur quatre mots pris hors contexte d’un inconnu), alors que les syndicalistes votent *massivement* FN !
          Libé, toujours aussi malhonnète, jusqu’au bout des ongles…

          • Comment l’Etat compte appliquer la préférence nationale sans le protectionnisme ? Par des pubs télés « Achetez au moins 5 produits français par jour ! » ?

            Vous avez 4 heures.

            • Avec marinière obligatoire pour tout ceux qui servent ou qui sont salariés de l’état et du camembert et gros rouge comme unique dessert à la cantine !

          • « La « préférence nationale » absent du programme de la gauche »

            Et surtout n’oublions pas les propos ouvertement xénophobes de Mélenchon en 2005 qui voulait bouter hors de France tous les « plombiers polonais » qui allaient soi-disant voler le travail des ouvriers français (quelques années auparavant, le FN prônait le même genre d’idées avec son slogan « La France au Français »).

          • visiblement vous ne savez pas ce que c’est que la préférence nationale car pour confondre ça avec protectionnisme…..

            • Protéger ou réserver l’emploi d’une personne pour la raison qu’elle est de nationalité Française, c’est quoi sinon de la préférence nationale ? Les programmes de nationalisations c’est quoi sinon de la préférence nationale ?

              C’est encore un exemple du pourquoi le FN est devant le FDG. Avec le FN on dit les choses clairement : Les Français d’abord. Le FDG joue sur la sémantique mais son programme et l’idée est la même : les « travailleurs » Français d’abord. L’internationalisme ça ne veut pas dire enrichir le prolétaire chinois.

      • @ Jacques
        Un célèbre politicien aurait dit « qu’en politique, comme sur la route, on dépasse par la gauche (populaire donc nombreux électeurs) pour se remettre à droite quand on est devant! »

      • Voici ce qu’écrivait avec justesse un internaute en réponse à cet article : « Il manque pourtant une chose fondamentale qui fait que le FN n’est pas socialiste, c’est sa non-remise en cause du mode de production capitaliste. En effet, le FN s’oppose avec vigueur à la finance « mondialisée », aux transnationales, car tout cela dépasse la cadre national, mais à aucun moment il ne remet en cause l’entreprise privée, la PME, le rapport capitaliste/salariat à partir du moment où il est national. Lorsqu’on écoute le FN, il fantasme l’époque des 30 Glorieuses, or je ne crois pas qu’en occident, les 30 glorieuses étaient une période socialiste, ce serait un scoop ! C’est pour cela que je préfère parler d’un FN socialisant c’est-à-dire qui sélectionne certaines mesures socialistes, qui apparaît socialiste sans l’être véritablement puisqu’il oublie le fondement du socialisme. »

        • « c’est sa non-remise en cause du mode de production capitaliste » si on s’en tient à cette définition, il n’y a plus beaucoup de socialistes. même la gauche n’est plus socialiste dans ce cas

          • Même Mélenchon est alors capitaliste…

          • ben c’est pourtant la définition du socialisme. je vous accorde que le PS n’est plus socialiste depuis longtemps, mais les partis à sa gauche continuent à l’être. Vous verrez que c’est un avis partagé par de nombreux contributeurs de ce site qui considère que les partis ou mouvement à la gauche du PS ou encore écolo prônent un dépassement du système capitaliste. Lisez les articles notamment sur Sivens.

            • le PS est toujours socialiste. d’ailleurs, il est beaucoup plus sectaire, dogmatique et arriéré que la plupart des partis de gauche en europe

              • il y a bien longtemps que le PS n’est plus socialiste. Grosso modo depuis 1983. Je rappelle pour mémoire que c’est le PS qui a mis en place les mesures de dérégulation des années 80 et privatiser de nombreuses entreprises…..Si vous appelez cela du socialisme…..

                • « les mesures de dérégulation des années 80 »

                  C’est celaaaaaaaa oui. Le secteur bancaire et financier est le plus réglementé après le nucléaire.

                  Privatiser n’est en rien libéral s’il n’y a pas ouverture à la libre concurrence.

                  Encore un peu de confiture ?

                  • @ Théo31
                    Les banques sont « régulées », sauf qu’en cas de faillite menaçante, maintenant, on videra une partie des comptes des clients à défaut de pouvoir compter sur l’état! Quant à la finance, les transactions boursières des banques joueuses, par informatique, ne sont toujours pas taxées, celles des particuliers, bien! On en est à la préparation de Bâle 4? Et la monnaie ne repose plus que sur la « confiance » (que moi, j’ai perdue!).

                • le PS une fois du pouvoir a été obligé d’abandonner un peu de son dogmatisme et a été obligé de faire preuve d’un minimum de pragmatisme. cela ne veut pas dire que le ps n’est plus socialiste

                • random: c’est le PS qui a mis en place les mesures de dérégulation des années 80

                  Tu débarques vraiment d’une autre planète.

                  Sur 148 pays la France est classée:
                  -130ème place pour le poids global des réglementations
                  -137ème pour les règlementations liées au fait d’entreprendre.
                  -137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé,
                  -134ème pour les prélèvements obligatoires.
                  -135ème pour la dette publique,
                  -144ème pour les règles trop strictes encadrant les licenciements.
                  -117ème pour la flexibilité.
                  -134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits,
                  -127ème pour les incitations fiscales à travailler

                  1 travailleur sur trois est payé par l’impôt en France et l’état dépense 7 points de PIB de plus que la Suède bien connue pour sont « ultra-libéralisme rampant à la botte de l’impérialisme de la finance apatride ».

                  random: Si vous appelez cela du socialisme…..

                  L’abolition de la propriété est un programme communiste gamin.
                  Quel fouillis dans ta tête.

        • Le FN est collectiviste et étatique.

          Le socialisme au sens de la IIéme Internationale n’existe plus en France. Le communisme au sens de la IVéme Internationale non plus. Tous les revendiqués « socialiste » et « communiste » reconnaissent aujourd’hui la propriété privée, ils veulent la limiter, ils veulent l’encadré, mais reconnaissent sa légitimité de principe. Par définition cela ne fait plus d’eux des socialistes/communistes.

          De nos jours, « socialiste » et « communiste » signifient « étatiste et collectiviste ». Dans le cadre de cette définition, il est parfaitement légitime de dire que le FN est communiste.

          • non le fn n’est pas communiste le fn est national socialiste. il existe plusieurs courants au sein du socialisme (le national socialisme est l’un d’entre eux). tous ne ne remettent pas en cause complétement le mode de production capitaliste. l’étatisme et le socialisme ne sont pas la même chose. mais l’étatisme mène au socialisme. comme disait Émile Faguet,  » L’étatiste est un homme qui est en train de devenir socialiste, et s’il meurt sans le devenir, c’est qu’il n’a pas assez vécu pour le devenir. « 

            • Le FN est Socialiste-Nationaliste:
              – son électorat est composé des ouvriers, pigeons frustrés des privilèges accordés aux fonctionnaires par les socialistes.
              – le socialisme mondial implique de demander aux plus pauvres (français) d’aider les plus pauvres que lui (Par exemple en Afrique). L’astuce consiste donc de limiter le socialisme aux frontières nationales: ce qui permet de récupérer l’électorat pauvre français.

              Relisez « La route de la servitude » de F Hayek. Toutes les explications y figurent.

              • @ Emil
                Oui, l’électorat de gauche, traditionnellement « populaire » vote « pour ou contre » le « gouvernement » (ou le président), le plus souvent, sans entrer dans le détail des interactions de pouvoir sur les plans régionaux, nationaux, internationaux, économiques et politiques: la seule information dans les détails demandent de longues lectures à des sources différentes, en étant déjà averti de l’orientation et du degré d’exactitude des sources: c’est du boulot! On est « noyé » sous l’information: donc il faut trier!

                De plus la politique comme l’économie ne sont pas des sujets « amusants », souvent plutôt « révoltants »! Donc qu’un « travailleur », plus ou moins qualifié vote « contre » le présent dont il est insatisfait, pour des chimères qu’on retrouve aux extrêmes des 2 côtés, promettant un radieux avenir!

          • le socialisme originel n’était pas opposé à toute propriété privée mais à ce qu’il nommait la propriété privée des moyens de production et le processus d’accumulation caractéritsique du capitalisme. Les partis à gauche du PS ou encore certains écolo sont toujours sur cette ligne et prônent une modification de la gouvernance des entreprises (sur le mode mutualiste par exemple, en intégrant les salariés dans le processus décisionnel) ou encore du financement de l’économie (socialisation des banques).

            Je pense que vous confondez objectifs et stratégie pour atteindre ces objectifs pour reprendre la distinction rothbardienne.

        • le socialisme désigne un ensemble de revendications et d’idées visant à améliorer le sort de la population, via le remplacement du capitalisme par une société supposée plus juste, sans nécessairement aboutir à une propriété collective des moyens de production. Il est représenté par plusieurs partis politiques sous diverses dénominations (parti socialiste, parti social-démocrate, parti travailliste, etc.). il existe cinq grands courants qui divergent sur les méthodes à suivre pour instaurer l’ordre socialiste, le sauvegarder, le degré d’étatisation et de libertés politiques : le socialisme utopique : le saint-simonisme, le socialisme marxiste, le socialisme libertaire , le social-démocratie , le social-libéralisme

        • votre définition du socialisme est risible. si on la suit même le front de gauche n’est pas socialiste

          • @ jacques
            Mais diriez-vous que J.L.Mélenchon est « collectiviste » ou même socialiste? Son ambition est le pouvoir et le plaisir de s’écouter parler, rien de plus et il s’arrange pour que cela lui apporte le « confort » désiré!

            Comment s’appelait cet ancien et célèbre syndicaliste professionnel français, de gauche, dont le chauffeur n’avait pas un contrat de travail en ordre et se faisait arnaquer par son patron?

        • « Le déploiement de l’idéologie néo-libérale et mondialiste, et sa conséquence la crise financière, l’imposition de l’euro, ont eu des effets désastreux …  » dixit propositions du FN.

          Mais comme toujours avec le FN, ils utilisent les termes de ultra-libéral, néo-libéral, etc … qu’utilise l’extrême gauche pour caricaturer le capitalisme. Comme sur d’autres sujets, il vont utiliser les caricatures de droite pour dénoncer la gauche.

    • « Or les positions du FN sont proches de celles d’une partie de l’UMP » l’UMP est un parti socialiste. économiquement, l’ump est aussi socialiste que le ps (là, je parle quand ils gouvernent je ne parle pas de leurs programmes ou leurs promesses électorales). si le FN est proche d’une partie de l’UMP s’est de la droite sociale. http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-fn-est-en-train-doubler-gauche-gauche-bertrand-rothe-1603534.html

      • ainsi donc le programme de l’UMP et du front de gauche sont sensiblement les mêmes, si je vous suis ?

        • non , j’ai dit que l’ump est aussi socialiste que le ps et je ne parle pas de leurs programmes mais de ce qu’ils font quand ils sont aux pouvoirs. si le FN est proche d’une partie de l’UMP s’est de la droite sociale. j’ai bien dit SI. le Fn pour certaines choses peut être proche de l’UMP (immigration,…ect) mais pour ce qui concerne l’économie, le Fn est plus proche de l’extrême gauche que de l’ump

        • @ random
          Les programmes électoraux, c’est de la « séduction », souvent pas ce qu’on va vraiment faire! L’enfer est pavé de bonnes intentions!

          De là à ce que la France, pays béni des dieux et qui a tous les atouts pour réussir quand elle se traine au bord de « la faillite » (Fr.Fillon), demande l’argent des Allemands pour « se refaire » sans toucher à sa gestion étatique absurde (article de Yves Montenay, dans ce N° de Contrepoints), c’est simplement absurde!

          L’Union Européenne a d’autres devoirs comme pour la Grèce ou des anciens pays « satellites de l’URSS » qui doivent rattraper leur retard de niveau européen et qui y travaillent, à l’intérieur comme à l’extérieur!

    • Le FN dit tout et son contraire, ils n’en ont absolument rien à faire des contradictions dans leur programme.

      Leur technique est celle de l’enfumage total, exemple :

      Le FN prône « l’allègement du coût du travail », mais en même temps prône « l’augmentation du SMIC » en expliquant que c’était l’allégement du coût du travail qui permettrait l’augmentation du SMIC, mais si l’on augmente le SMIC, les charges augmentent en volume, étant calculées en %, donc si on baisse le %, on reste à charge égale, donc on n’allège pas le coût du travail…

      Et hop un petit coup de prestidigiemagie et j’ai fait passer des vessies pour des lanternes : j’ai promis à tout le monde ce qu’il voulait entendre

      Règle 1 de l’enfumage : les gens ne croient que ce qu’ils ont envie d’entendre.

      • Un point commun avec les autres partis, et sarko, le coleader du fn

      • entièrement d’accord avec vous. Le FN bouffe à tous les râteliers comme tous les partis d’extrême-droite. C’est d’ailleurs ce qui le rend dangereux car c’est toujours comme cela que ces partis sont arrivés au pouvoir.

      • @ Stéphane Boulots

        Règle 2 de l’enfumage: en France, le discours, le verbe, les phrases et les mots passent avant les actes, les projets réussis, les chiffres livrés bruts, qui parlent (sans « interprétation » de présentation préalable).

        Ce n’est pas en période électorale, quand le politicien veut séduire l’électeur, que sort la vérité de l’action réussie. W.Churchill fut un rare politicien honnête quand il a promis « des larmes et du sang »! Il n’a pas menti! Croire que la France va se redresser sans sacrifice est illusoire. La Fiscalité de Fr.Hollande a trouvé ses limites de rentabilité. Il reste à diminuer le « train de vie de l’état » national et local, fonction publique incluse.

    • Pour certains (ceux qui n’ont pas encore actualisé la chute du mur de Berlin) le rouge, s’il n’est pas assez vif, est bleu.
      De surcroît le spectre politique français est décalé vers la gauche, de ce fait la droite est particulièrement socialiste.

      • @ FallaitPas
        La « droite » * française fut elle-même, un « rassemblement » sous la couleur d’un seul parti donc obligé de cacher ses fortes différences entre ceux qui sont à la limite de la doctrine du « Père Le Pen et ceux qui près du centre sont quasi prêts à soutenir E.Macron, pas que certains ont déjà passé!

        C’est bien l’assurance de faire carrière qui attire les politiciens vers de « gros partis »: là où on vous trouve une place (planque?) ou on vous « parachute ».

        J’ai adoré la comédie de la communication des ministres dociles de N.Sarkozy qui ne parlaient en public de leur action « qu’en accord avec le président Sarkozy », à citer nommément et obligatoirement, à chaque occasion! (Seuf Fr.Fillon, en déclarant « la France en faillite » n’y a pas obéi!)

        • @ FallaitPas

          * : Je pense comme Johan Rivalland (voir article dans ce N° de Contrepoints) qu’un système binaire est une facilité de l’esprit et du langage! Absolument pas fidèle aux réalités: donc pour moi, « droite » et « gauche » ne sont que la répartition des places des députés à l’assemblée nationale, sans description sous-jacente! D’où l’usage des guillemets!

    • « cf. études de l’université de Lille, Xavier Chojnicki  »

      mais cette pseudo étude est l’oeuvre d’un immigrationiste convaincu !

      250 000 immigrants de plus chaque année alors que nous avons 5 à 6 milions de chômeurs (au moins !) et des millions de travailleurs pauvres, et vous osez nous dire que l’immigration est bénéfique à la France ??!!

      soyez sérieux

      • L’immigration n’est pas la cause de nos problèmes, mais l’Etat-Providence.

        • Sans État providence, il n’est pas dit que ces migrants viendraient en France.

          • Soit ils viendraient quand même et ce sont donc des migrants travailleurs soit des migrant travailleurs viendront. Jamais entendu parler de tout ces pauvres qui ont tout quitté pour aller construire une civilisation à partir de rien sur un autre continent ?

          • Sans État-providence, nous serions plus riches et donc plus attractifs. Comme aux USA.

            • @ Tom
              Il est aussi clair dans nos pays européens qui empêchent le cumul d’une retraite avec un travail rémunérateur est un modèle devenu « européen »: il fait partie comme d’autres choses (allocations familiales, assurance maladie, accident du travail, retraite, chômage, et maintenant « dépendance », selon des systèmes variés, d’un pays à l’autre. Cela fait maintenant partie du patrimoine de tous les pays de l’Union Européenne et c’est effectivement copié en-dehors. Il appartient au domaine régalien des autorités d’en fixer le cadre (pas de s’en charger!).

              Je ne dis pas que ça rend plus riche mais que c’est un obstacle organisé pour éviter la pauvreté et le dénuement, mesure solidaire entre humains bien sollicité par la population! Si la sécurité sociale française centralisée (avec ses exceptions: MSA, SNCF, administrations …)ne vous convient pas, changez-la! Les autres pays-membres de l’UE n’y sont pour rien et n’ont pas à intervenir! « Bruxelles » non plus!

    • Oui comme dans tous les autres partis des formules générales ressemblant à des prières mais rien de concret ; rien de clair et explicite auquel on puisse adhérer sans arrière-pensée !!!! Il faut un programme clair avec un état des lieux et une méthode pour passer de la situation actuelle à celle promise avec les moyens financiers et humains pour y parvenir accompagné d’un délai d’exécution !!!!
      En somme un devis proposé aux français qui l’acceptent et qui engage le gouvernement comme dans n’importe quelle affaire commerciale : un contrat et celui qui le rompt a tous les torts !!!

      • @ robin 35
        Oui, sauf que les ministres d’un gouvernement ne paient rien: tout se fait sur le compte et avec l’argent des citoyens français! Décider sans payer, c’est facile!

    • Le programme du FN est – comme la plupart des programmes des partis – fait de vœux pieux (des intentions) et de proposition de mesures ciblées, concrètes et chiffrées.
      Le problème du FN est que quand il s’est risqué a proposer des mesures concrètes et chiffrées, celles-ci prennent à rebrousse poils les intentions qu’il énonce par ailleurs.
      L’augmentation du SMIC en est le parfait exemple. Comment prétendre diminuer les charges des entreprises en leur imposant des contraintes salariales supplémentaires….
      Taxer les entreprises gazières et pétrolières, peut-être ?
      L’interventionnisme de l’Etat dans le secteur financier (Banque) ne va pas alléger son poids ni favoriser le réalisme budgétaire !
      La défense des « petits » CONTRE « les gros » (on parle ici du commerce de distribution) ne va pas améliorer la situation ni favoriser la baisse des prix. Les subventions aux réseaux et activités obsolètes n’ont jamais apporté de solution. Ni bien sûr les poids (les contraintes étatiques faites) ajoutés sur le dos des plus efficients.
      Quant à régler les problèmes économiques, sociaux et sociétaux liés à l’immigration incontrôlée, sous qualifiée, économiquement inadaptée, culturellement impossible à intégrer, c’est un vrai problème, ni de droite, ni de gauche.
      Notre président en marche, « ni-de-droite-ni-de-gauche » ne semble pourtant pas trop s’y intéressé.
      Ce qui laisse au FN, il faut bien le dire, de sacrés opportunités.

  • Moi ce que j’aime dans le programme du FN c’est la restauration de la liberté d’expression et de l’information, avec notamment la suppression de l’Hadopi. C’est dire combien l’umps est tombé bas sur ces sujets

    • Hadopi c’est plus la propriété intellectuelle et la liberté d’échanger des fichiers.
      Le FN préfère adopter un système de licence globale, ce qui est effectivement une gestion plus réaliste du problème. Mais ça signifie payer plus pour le consommateur. Pas certain que ce soit mieux pour chacun de nous en pratique.

      De toute manière selon moi échanger gratuitement la copie d’un fichier ce n’est pas faire de la contrefaçon… mais un échange.

  • Le programme politique du FN est exactement le même que celui de la majorité des autres partis: un patchwork de mesures, sans aucune vision globale.
    C’est pour ça qu’il n’y a plus depuis 1983 (date d’enterrement du socialisme pur) de vote d’adhésion pour aucun parti, uniquement des votes de rejet des autres candidats.

  • et moi j’ai prouvé que la majorité du programme économique du fn est de gauche (près de 70 %)

  • Est ce que je comprends bien ce programme:

    On va laisser le gouvernement FN emprunter aujourd’hui tout l’argent que ce programme nous amènera certainement demain (à cause de l’originalité dont il est perclus)…

    Exemple de cette originalité au succès garanti: on va taxer plus les entreprises étrangères mais on va taxer moins celles qui investissent qui dans notre pays.
    On va réduire les dépenses inutiles, mais augmenter les rentes de tous ceux qui ont de faibles revenus…

  • Le programme du FN c’est peu ou prou le programme de la gauche au Venezuela, et regardez la catastrophe.

    Comment certains français font ils pour encore croire les promesses bisounours ? Retraite à 60 ans, SMIC +200€, toujours autant de fonctionnaires voir plus, dévaluation…Quelle naïveté…

    Le programme du FN est horriblement dangereux, ce serait le coup final à une économie dont le secteur privé est en récession nette..

    • marrant, l’extrême gauche en europe soutient la gauche sud américaine (vénézuela, argentine, bolivie,…..). Morales, Chavez,… sont de véritables héros pour l’extrême gauche européenne. ce que l’extrême gauche européenne oublie c’est que cette gauche qu’ils admirent est très nationaliste et est xénophobe (tout ce qui foire est le fruit de complots étrangers (usa, sionistes, colombiens,….).

      • @ jacques
        Parlez pour la France! Chez moi, on ne connait même pas la politique vénézuélienne: tout le monde s’en f…ut!

    • Et le Vénézuela a du pétrole.
      Alors imaginer donc d’appliquer dans un pays sans-pétrole les recettes qui ne fonctionnent déjà pas dans un pays qui en a …

      Si Marine Le Pen met son programme à exécution en 2017. Vous pouvez être sûr qu’en 2022, la France sera la Grêce.

  • Le front de gauche non plus ne propose pas l’abolition du mode de production capitaliste, il n’y a plus que la grande partie du NPA, lutte ouvrière et quelques groupes qui le défendent

    • Désolé, ce commentaire est censé être en réponse à random

    • @ Tous

      Vos commentaires montrent très clairement que les programmes électoraux, c’est du flanc: toute la sagesse populaire a une somme de proverbes pour le dire, du genre: « demain, on rase gratis » etc …

      Et si ça ne suffit pas, votre « Moi, Président… » vous en a donné une superbe démonstration: que vouloir de plus?

      Le fait qu’E.Macron ne soit pas très idéologique et indépendant d’un parti précis et qu’il reste bien des « ? » sur ses intentions, c’est « PRESQUE » une garantie qu’il puisse agir plus librement, dans une PETITE mesure: je vous le souhaite, en tout cas.

      Son absence apparente d’a priori rigides lui permettra peut-être d’être plus pragmatique.

      Une bonne solution qui réussit vaut mieux qu’un échec par respect d’un principe rigide sans oublier que toute solution a un avers et un revers!

  • le FN est un parti soc-dem (voir plutôt libéral sur certains aspects), ce qui le distingue des autres c’est la volonté de rétablir un certain controle sur les mouvements économiques internationaux, c’est une écluse, pas une ligne Maginot, c’est comme cela que fonctionnait la France pendant les 30 glorieuses, et ça marchait plutôt bien, je ne vois pas le rapport avec un programme d’extreme gauche.

    Ensuite le FN propose des économies importantes : cesser de financer l’europe bureaucratique, en finir avec l’immigration d’assistance, simplifier le mille-feuille administratif. Là aussi je ne vois pas le rapport avec l’extreme gauche, et les libéraux devraient applaudir.

    • « le FN est un parti soc-dem (voir plutôt libéral sur certains aspects), ce qui le distingue des autres c’est la volonté de rétablir un certain controle sur les mouvements économiques internationaux, c’est une écluse »

      Et bien sur, le FN sait ce qu’il faut laisser passer ou non…

      « c’est comme cela que fonctionnait la France pendant les 30 glorieuses »

      A l’époque, la technologie, les transports, la communication faisait qu’il y avait moins d’échanges.
      Maintenant, les 30 glorieuses, c’est 4x moins de réglementations et d’interventionnisme, une dépense publique au moins 3x moindre et qui avait une certaine utilité car investie dans la reconstruction et le rattrapage…

      « je ne vois pas le rapport avec un programme d’extreme gauche. »

      Le fait que l’extrême gauche propose la même chose n’a aucun rapport ?

      « Ensuite le FN propose des économies importantes : cesser de financer l’europe bureaucratique, en finir avec l’immigration d’assistance, simplifier le mille-feuille administratif. Là aussi je ne vois pas le rapport avec l’extreme gauche, et les libéraux devraient applaudir. »

      Mais lol…

    • @ Alyssa
      C’est votre droit le plus strict de ne pas aimer et de critiquer l’Union Européenne, pas de dire n’importe quoi!

      L’Union Européenne a 34 000 fonctionnaires (chiffre 2013) et assimilés pour 455 millions d’habitants (U.K. exclu) et la seule ville de Paris en a 50 850 (chiffre 2012) pour, à tout casser, 10 millions d’habitants!

      Et les fonctionnaires de Bruxelles (27 nationalités; et avec 24 langues officielles parlées et écrites pour un certain nombre de documents; l’Union utilise dans ses assemblées 3 langues officielles: Anglais, Français, Allemand sauf au parlement où chaque député a le droit de s’exprimer dans la langue de son pays (24 au total) avec traduction simultanée … en 23 langues! Problème qui ne touche pas Paris (simple exemple).

      Mais en ne se .réunissant plus, dans un avenir proche, à Strasbourg, le Parlement Européen risque de faire une sacrée économie! (Le coût de cette aberration est énorme!).

      Quant à limiter l’immigration, légale ou pas, avec ses 3 fronts de mer (sans compter les « DOM’s »), je vous souhaite bonne chance!

      Toucher au mille-feuille administratif, d’accord! Comment? On ne peut pas virer un fonctionnaire sous statut!

  • L’UMP vient de proposer une taxe de 1% sur les opérateurs télécom. Le PS vient de proposer une loi doublant la taxe sur les grandes surfaces, et l’interdiction d’achat sur Internet de cigarettes….
    Entre FN, UMP, PS, FdG la loggorée est unique…Taxer, taxer, taxer, taxer.
    Il est vrai que tous disposent de cadres venant de l’ENA, et leur gamelle vient des taxes.

  • bonjour , jusqu’à preuve du contraire et depuis quelques 30/35 ans les politiciens de tous bords ayant eut en main les manettes du pouvoir ,sont fort loin d’avoir démontré qu’ils en étaient dignes ,de part leur probité ou leurs compétences , partant tout à rebours ces gens ont démontré leur avidité à occuper les postes les plus lucratifs des fonctions de l’état ,ce sans la moindre compétence avérée .
    En conséquence , dire ou affirmer que le FN gèrerait encore plus mal notre pays , à défaut d’être affabulatoire me paraît hasardeux .

    • @ vieille couare
      Il ne faut pas sous-estimer l’ambition humaine à côté du souci de lucre: un politicien est envieux d’un titre toujours plus prestigieux: de plus ça va de paire avec une rémunération plus riche, sans compter la possibilité de contacts à qui demander (donnant-donnant, bien sûr) un service, à l’occasion (le « darknet » de la politique, appelé souvent « piston »: ça a de la valeur mais pas de « prix déterminé »: entre les humains, le relationnel rend « l’inégalité » des droits possible, en contradiction avec les principes de la république française, alors qu’ils sont souvent assermentés! « Va comprendre, Charles! »

      Enfin, avant que le FN ne gère la France, il y aura encore de l’eau passant sous les ponts!

  • « Cette bonne intention sera cependant plus difficile à faire passer quand ce seront des membres du FN qui bénéficieront de ces avantages : on juge toujours plus durement les avantages des autres ».
    Cela porte un nom: le procès d’intention…

    • @ daniel Chaudron
      Une ambition politique nait de l’impression qu’on a droit à plus de pouvoir sur les autres qu’un autre (faut déjà être tordu!) et que le résultat de nos idées sera meilleur: ça demande quand même un sacré narcissisme et une certaine dose d’aveuglement!

      Mais un politicien « arrivé » n’est plus votre égal (dans son esprit, en tout cas!), il est « plus » et encore, plus protégé par l’immunité parlementaire qu’un citoyen lambda n’a pas!

      Il a donc l’illusion de pouvoir enfreindre les lois (pas faites pour LUI) sans risque de sanction, du moins le croit-il: c’est évidemment ce que « la bonne gouvernance et la moralisation de la vie politique » devraient infirmer (sauf que ce sont les intéressés qui la voteront, cette loi, ou pas!).

      Contrairement à mon métier, je n’ai pas vu de progrès de la politique, lente et longue, formaliste, illisible (à cause des non-dits), en 50 ans. Particulièrement, la France ne s’inspire pas de l’étranger pour résoudre ses problème (se pensant sans doute unique et exceptionnelle, ce qui est vrai pour cette géographie, pas pour ses habitudes politiques!

  • Le FN est un parti socialiste, sans l’ombre d’un doute : il procède du fantasme selon lequel le problème des gens vient d’une mauvaise gestion de l’état et que pour que les gens soient heureux, il faut que l’état les aide.

    Mais le FN n’est ni de droite, ni de gauche ou si vous préférez, il est d’extrême droite et d’extrême gauche.

    Le principe du FN est la manipulation des idées, l’enfumage :

    Prenez un thème que les gens de gauche sont persuadé qu’il est de droite : la préférence nationale par exemple. Pour les gens de gauche, aucun doute les gens de droite sont tous des horribles racistes xénophobes, alors que le vrai thème pour la droite est plutôt l’intégration des étrangers.

    Prenez un thème que les gens de droite sont persuadé qu’il est de gauche : le logement social par exemple. Pour les gens de droite, tous les gens de gauche sont obsédés par construire des horribles HLM en barre de 10 kms de long, alors que le vrai thème à gauche, c’est plutôt le mal logement.

    Un coup de baguette magique, et vous fusionnez les deux :

    – avoir plus de logements sociaux, en les réservant aux Français…

    Et le tour est joué ! Les gens croyant que ce qu’ils ont envie de croire, ne voient pas l’escroquerie qui est derrière : on a fabriqué une solution dont on pourra fièrement revendiquer n’avoir jamais été essayée.

    Et pour cause, cette solution est un concentré de bêtise de droite et de bêtise de gauche, une caricature de ce que la droite vue par la gauche et de la gauche vue par la droite.

    Le seul vrai nom possible pour le FN, c’est UMPS.

    Ajouter à cela une deuxième technique, après l’enfumage : le contre feu :

    – pour éviter que les gens ne remarquent que vous êtes une clique de pourris arrivistes, vous accusez les autres d’être tous pourris…
    – pour éviter que les gens ne remarquent que votre politique c’est le pire de gauche associé au pire de droite, vous inventez l’UMPS…
    – pour éviter que les gens ne remarquent que votre politique économique n’est autre que de l’escroquerie, cavalerie à la Madoff, vous dénoncez la gestion actuelle…

    Bref, et en résumé : le FN est un piège, une escroquerie intellectuelle et politique :

    – Si vous êtes plutôt de droite, vous trouvez que le programme du FN est d’extrême gauche
    – Si vous êtes plutôt de gauche, vous trouvez que le programme du FN est d’extrême droite
    – Si vous proposez une solution de votre bord, l’autre bord vous accuse de draguer le FN
    – Si vous critiquez une solution de l’autre bord, vous faite monter le FN

    Le FN est absolument l’opposé du libéralisme pour 3 raisons :

    – Le FN est socialiste
    – Le FN est nationaliste
    – Le FN est une escroquerie qui hypnotise les gens et leur détruit tout repères, le FN détruit le libre arbitre et paralyse l’action politique.

    Bref : arrêtez de vous battre pour prouvez que le FN est un parti d’extrême droite ou d’extrême gauche : le FN n’est rien d’autre qu’un énorme machine à fric qui permet à une famille de maffieux de vivre dans un château à Saint Cloud et de se gorger de pouvoir mégalomane jusqu’à plus soif, tout en évitant soigneusement de bosser.

    • Excellente analyse : conclusion ce qu’il nous faut c’est un roi car lui n’est ni de droite ni de gauche mais pour la France et les Français

      • C’est ça. On va repasser du statut de citoyens à celui de souverains.

        • La déclaration des droits de l’homme et du citoyen a été écrite en Aout 1789, alors que le régime était une monarchie : ca n’a rien à voir.

          • C’est censé être un argument de quoi ? Que le système monarchique souhaitait la Révolution et la démocratie parlementaire ?

            • Oui, le système monarchique souhaitait la mise en place d’une monarchie parlementaire, c’est d’ailleurs ce qu’ils ont commencé à faire.

              Ce que je voulais dire, c’est que le terme de citoyen implique des droits et devoirs civiques. Ce qui ne peut exister que dans une démocratie. Les monarchies parlementaires (où le roi ne gouverne pas, mais règne) sont assimilée à des démocraties, dans le sens où le gouvernement n’appartient pas au roi, mais au peuple.

              Quand le roi gouverne, il s’agit de monarchie absolue et dans ce cas on ne parle plus de citoyens, mais de sujets.

              • La monarchie parlementaire c’est certes de la démocratie mais surtout une monarchie où le roi a moins d’importance que le premier ministre. En clair ce n’est plus un système monarchique, plus un moyen de conserver une vieille tradition.

                Et avant la monarchie absolue, nous étions déjà des sujets du roi (élu par Dieu). Et s’il faut le préciser, être roi ne donnait aucune qualité particulière de gestion d’un pays.

            • @ Tom
              Oui, c’est ce qu’a fait la Belgique après sa révolution (moins sanglante qu’en France et suite à une soirée à l’Opéra!). Déjà un peu organisée, elle s’est choisi un roi mais pas un roi « de Belgique » (ce roi ne possédait aucun territoire) mais un roi « des Belges », sans droit individuel sauf si donné par le parlement!

              Le roi ne se mêle pas de politique: il est « asexué », même si, en privé, il peut intervenir dans la formation de la majorité, donc du gouvernement, mais sans aucun « parti » pris! C’est plus économique que vos présidents, retraités et pris en charge à vie alors qu’en fonction seulement 5 ans: ça ne risque pas d’arriver en monarchie! Le pays a restreint aux autres membres de la Cour: frère, soeur et au-delà, tout subside sauf un immeuble, appartenant à l’état, excepté sans doute pour l’héritière! En Belgique, quand c’est « ceinture », c’est pour tout le monde, donc la croissance remonte!

              Le problème de la France, c’est la gestion française de la France, rien d’autre!

        • Non on ne va pas repasser du statut de citoyens à celui de souverains ( à moins que vous ne soyez très ambitieux pour prétendre au trône !!!) mais à celui de sujets !!!! Les sujets de sa majesté !!!!!

          • J’ai fait une erreur, je voulais bien parler de « sujets » et non « souverains ».

          • Non, le système belge ne comprend pas des « sujets » mais des concitoyens et pas d’un « roi de Belgique » mais bien « des Belges », puisque le roi est « irresponsable », n’ayant pas la possibilité de faire un discours non cosigné par le premier ministre. On est démocrate ou on ne l’est pas!

      • Une monarchie, je sais pas, quoique les pays les plus démocratique au monde sont majoritairement des monarchies parlementaires. Mais il y a d’autres forme d’incarnation de l’état qui sont au dessus de la mêlée, sans que ce soit un ‘roi’ – en tout cas, oui je pense qu’il faille une incarnation forte de l’état qui soit séparée du gouvernement et des délires politiques doctrinaux.

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie

        • Vous ne savez pas mais moi oui : on a vraiment pas besoin d’un chef de l’état fort. Ces derniers ont une tendance à agresser leurs voisins. Surtout s’ils n’ont aucun compte à rendre à leurs citoyens.

          • Agresser leurs voisins, comme la Suède, la Norvège, le Danemark, la Belgique, les Pays Bas, Monaco, le royaume uni ?

            Ou alors vous faites référence au révisionnisme marxiste qui tente d’expliquer que la guerre version dentelles du XVIII eme était bien pire que le front de l’est et les
            vagues humaines populaires ?

            • Ca n’a pas besoin d’être pire.

              Et sinon les pays que vous citez ne sont pas – ou plus – des états forts mais au contraire des pays où le système politique est très décentralisé. Ah, et le roi/reine ne sont là que pour décorer.

              • Je pense le contraire : dans ces pays le rôle de l’état (constitutif) est complétement séparé du rôle du gouvernement (exécutif) ce qui crée un contrepouvoir sur le long terme et empêche les ‘présidents’ qui sont à la fois chef de l’état, chef du gouvernement, chef du parti, chef du protocole, chef des traditions, chef de la morale, etc, etc… C’est ce qui assure la stabilité et rend possible la démocratie.

                Qu’importe le statut de l’état (monarchie, démocratie, confédération, conseil des sages…) l’important est qu’il soit super fort ET super réduit à son minimum possible (dont la décoration/tradition est un des facteurs importants)

            • @ Stéphane Boulots

              Dans les monarchies citées, une exception: à Monaco, le Prince a un rôle actif et prépondérant: c’est bizarre mais réel!

          • @ Tom
            Pas besoin d’un président, chef de l’exécutif, qui décide avec son gouvernement d’attaquer la Libye sans avis parlementaire! C’est féodal! Ou comme en Turquie ou en Hongrie!

    • Vous devriez douter d’avantage car le FN n’est objectivement pas socialiste, mais d’inspiration fasciste et donc d’extrême-droite. Du moins à l’heure actuelle.

      Le monde politique ne se divise pas entre libéraux et socialistes, pas plus qu’il ne se divise entre la droite et la gauche ou une quelconque ligne de fracture bien accommodante pour celui qui l’énonce.

      • « Le monde politique ne se divise pas entre libéraux et socialistes »

        en effet

        le monde politique maintenant et plus que jamais se partage entre les euro-mondialistes et les souverainistes

      • On peut aussi analyser ça sous l’angle « authoritaire-libertaire » mais tout les autoritaires n’ont pas le même projet. Il n’y a pas qu’un seul axe.

        • @ un_lecteur

          C’est évident! Se dire « libéral » est complètement ambigu. Sur Contrepoints, on en fait un « Graal », inaccessible, vu que peu de « libéraux » vont se priver des diverses allocations offertes par la « redistribution » quand on a cotisé toute sa vie!

          Avec ce que vous payez en cotisations sociales et en impôts, c’est compréhensible! Faut pas gâcher!

          Ce qu’il faudrait, c’est un début de concrétisation d’un libéralisme politique pour « changer les choses »: bon ce sera long et difficile, mais sans essayer, vous n’aurez aucun résultat, donc aucune libéralisation: ce serait dommage!

          Bon il faut un parti mais aussi des députés, sinon, ça ne sert à rien! Un parti, vous avez l’embryon d’un, mais sans député!

          Je sais bien que le libéralisme ne fait pas recette en France, actuellement! Ce n’est pas le cas ailleurs! Pourquoi?

      • Mussolini a d’abord été socialiste, anarcho-syndicaliste avant de créer le fascisme. Le parti ‘national socialiste des travailleurs allemands’ se revendiquait ouvertement comme un parti socialiste non marxiste. Les deux partis fondaient leur doctrine sur la lutte des classes.

        Mais grâce au révisionnisme marxiste de l’après guerre, les deux partis ont été classés à l’extrême droite, alors qu’il n’avaient absolument rien à voir avec le royalisme (l’extrême droite historique) et en étaient même complétement à l’opposé.

        Enfin, comme les marxistes arguent que l’URSS n’étaient pas communiste, ils peuvent aussi prétendre que le nazisme et le fascisme ne sont pas socialistes, si ca leur fait plaisir.

        Juste qu’ils n’essayent pas de croire que l’on croit à ses sornettes…

        • Le traditionalisme et les royalistes c’est la vieille extrême-droite. Or l’extrême-droite au début du 20ème siècle (et un peu avant) se caractérise par l’arrivée des mouvements nationalistes d’extrême-droite qui proposent des programmes racialistes, impérialistes et surtout révolutionnaires. C’est ça le fascisme. Ca a toujours été d’extrême-droite et son électorat a toujours été populaire (le même qu’avec les communistes). Ils pouvaient être collectivistes mais jamais marxistes ou pour l’abolition définitive du capital (seulement le mauvais capital anglo-saxon).

          D’ailleurs la politique économique de l’Italie fasciste et du 3ème Reich ne ressemblait pas à celle entreprise par tous les régimes communistes ayant existé à ce jours. Il y a des points communs, plus qu’avec les politiques libérales, mais ce ne sont pas des régimes similaires.

          Expliquer que le fascisme c’est un socialisme c’est faire un grossier contre-sens historique. Les origines socialiste de Mussolini ou le fait que le parti d’Hitler se revendiquait national-socialiste ne sont que des indices de plus de cette porosité idéologique et de véritable passerelle de militants entre Révolutionnaires de tous bords. Mais l’histoire est faite de nuances et celles entre l’extrême-droite et l’extrême-gauche sont suffisamment importantes pour ne pas les considérer comme similaires. La seule référence au nationalisme (la défense de la nation/race) pour les uns et à l’Internationalisme (la défense de tous les prolétaires) pour les autres suffit à déconstruire votre argument « assimilationniste ».

          Ne vous en déplaise, vous devez critiquer un fasciste ou un socialiste pour ce qu’ils sont, pas ce que vous voudriez qu’ils soient.

          • Les seuls qui font la différence entre extrême-droite et extrême-gauche sont l’extrême-droite et l’extrême-gauche.

            Il n’y a aucune différence entre nationalisme et internationalisme : tous les deux sont des excuses pour justifier l’injustifiable et tous les deux sont autant condamnable : se constituer en milice d’extermination pour soit disant défendre les prolétaires d’un pays ou les prolétaires de tous les pays est également criminel et poursuit dans les deux cas le même objectif d’impérialisme universel.

            • L’extrémisme est le même, la nature de l’idéologie est différente.

              « Les seuls qui font la différence entre extrême-droite et extrême-gauche sont l’extrême-droite et l’extrême-gauche. »

              Et 99,9% des historiens de tous bords (ou d’aucun).

              • Faux, c’est un mythe que l’on veut nous faire croire. Jacques (qui s’est beaucoup exprimé ici) pourrait vous fournir une myriades de pointeurs sur le sujet.

                De nombreuses personnes ont développé autour du thème du ‘nazisme et communisme : jumeaux hétérozygotes’ :

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Comparaison_entre_le_nazisme_et_le_communisme

                Pour une vision libérale, les deux sont identiques, ou très, très proches : l’idéologie est dans les deux cas, basée sur la notion de lutte des classes, où le terme important est lutte et non classes.

                • Votre conclusion me donne raison…

                  • Ah, ce surmoi marxiste ….

                    On ne va pas repartir là dedans, mais la notion de classe sociale est une construction mentale : elle n’a aucune existence réelle, elle n’existe que par sa définition : prenez un Chinois et un Suédois et vous verrez de suite que vous avez devant vous deux individus et non une ‘classe sociale’, même si ces individus ont le même poste, dans la même société, dans le même secteur etc… Il n’y a d’ailleurs pas besoin de prendre deux personnes de deux pays différents (c’est juste pour rendre le raisonnement encore plus évident) : prenez deux ouvriers, deux cadres … ils sont différents.

                    La ‘classe sociale’ est aussi anti-libérale que peut l’être la ‘classe raciale’ ou la ‘classe nationale’ : elle présume que les individus peuvent se confondre au collectif, donc qu’ l’individu n’a pas de valeur, que la valeur du collectif prime sur celle de l’individu … beurk.

    • – Le FN est socialiste
      – Le FN est nationaliste

      Vous pouvez fusionnez les deux : le FN est national-socialiste, comme TOUS les socialismes. Mélenchiasse, GrHollande, Dupont-bêlant, Taxozy et Bleue-lapine vendent tous la même merde dans leurs boîtes de conserves, seule l’étiquette change.

  • on peut être intéressé par l’économie et par l’école Autrichienne;
    cela ne rend pas forcement bon, dans l’analyse d’un parti.

  • Le programme économique n’est effectivement pas sérieux mais ce n’est pas – ou plus – un critère décisif dans le choix d’adhésion ou de vote à un parti politique.

    Le FN fonctionne sur deux thèmes centraux : l’immigration et la sécurité. Et ce sont ces deux là qui marchent.

    Si c’était l’économie, alors en tout logique les rapports de voix entre le FDG et le FN s’inverseraient. Si l’extrême-gauche patine derrière, c’est bien parce qu’elle est considérée comme particulièrement laxiste sur ces deux questions.

    • Si le programme économique n’est pas important pour les électeurs alors qu’on est en crise économique alors ça prouve que quelque chose ne tourne pas rond avec les français.

      • « Si le programme économique n’est pas important pour les électeurs … »

        j’ignore votre âge et sur quelle planète vous vivez.

        ce qui préoccupe au plus haut point l’électeur c’est la perte de son identité et le sentiment encore confus qu’il n’est plus maitre chez lui.

        • Je vis dans le vrai monde, contrairement à vous. Quel commentaire exaspérant, ceux qui se soucient surtout d’identité, immigration ou culture sont des gens qui n’ont rien d’autre à faire de leur vie et s’ennuient. Les vrais gens eux ont peur de perdre leur emploi ou de ne pas pouvoir en obtenir un.
          Si c’est pour avoir une vraie identité mais une économie horrible ça servira à rien.

          Sortez de votre bulle, une économie forte est la priorité absolue.

          • On ne sait toujours pas pourquoi l’état doit s’occuper de « l’identité » qui est quelque-chose d’individuel et d’unique à chaque personne.

            • C’est évidemment l’identité de la tribu.. pardon… de la collectivité français qu’il est ici le plus souvent question.

              Parce que autrement son problème d’identité on peut le régler avec un bon psy, un curé ou un test ADN.

            • Oui, tout-à-fait.
              Culturellement je suis français mais j’ai pris aussi beaucoup de la culture et état d’esprit américain que j’adore avec un petit zeste de culture japonaise, et j’en suis très heureux car j’ai trouvé qui je voulais être et j’ai pris le meilleur de chaque culture qui me plaît. Enfermer les gens dans une culture unique n’est pas bien, et liberticide.
              Ce n’est pas être anti français, je tiens bien sûr à cette culture qui est millénaire et riche, mais je refuse qu’elle me soit imposé car je n’adore pas à toutes les valeurs françaises, loin s’en faut ^^

              • Le monde d’aujourd’hui est magnifique, on peut trouver des gens qui partagent nos vues et nos centres d’intérêts à l’autre bout du monde, les idées s’échangent à la vitesse de la lumière (pas de réflexion sur la masse de l’électron svp) , je ne comprend pas comment on ne peut pas être enthousiaste quand à ça.

                Vu tout les caprices que les frontistes nous font sur leur « identité » et la nécessité de la « protéger » par la force de l’état, ils ne doivent vraiment pas être convaincu de l’intérêt de celle ci, car une culture populaire n’a pas besoin de l’état.

                • Le monde a probablement évolué trop vite pour eux, et ne pouvant pas suivre ils se recroquevillent et prônent un retour en arrière. Ce n’est qu’une théorie mais je le vois ainsi.

                  A noter la grande force de l’anglais, qui m’a permis comme vous dites de discuter avec des gens du monde entier et en grand nombre, en tant qu’étudiant je trouve ça extraordinaire, c’est quelque chose que le français n’a jamais su m’apporter (à part pour certains Africains) même si je l’aime quand même. Un bénéfice de l’ouverture, et pour rien au monde je ne souhaite vivre dans un pays à nouveau fermé au monde.

      • @ SleepingWave : + 1000 !

    • Dois-je comprendre que le programme économique du FDG est de nature à redresser la France ????et qu’il suffirait au FDG d’intégrer quelques préoccupations identitaires et sécuritaires pour être aux portes du pouvoir ????? C’est un scoop !!!!le programme du FDG est un programme de soviétisation de l’économie et il est bien au coeur du choix des citoyens !!!!!
      On choisit un système économique d’où découle un système politique compatible et si possible cohérent et c’est bien le divorce actuel entre les deux systèmes ( qui sont devenus incompatibles et incohérents ) qui entraine la France vers le gouffre !!!!!!

      • @ robin 35
        Non, la cause de la faillite française n’est qu’une question de gestion!

        – Les « critères de Maastricht » sont les bons:

        + déficit public annuel proche de 0 et même positif certaines années pour compenser les moins bonnes: pas fait! (vous en resterez au-dessus même des 3% de déficit, seulement première étape puisque c’est bien l’équilibre qui est en point de mire, pas forcément chaque année mais, par exemple, sur 10 années courantes!)

        + Maîtrise de l’inflation: c’est fait mais pas de la « faute » de la France

        + maîtrise de la dette sous la barre de 60% de PIB: la France a joué l’aggravation de la dette, depuis des dizaines d’années!

        Ces critères datent de … 1997 et l’état français n’a jamais tenté de les respecter, se trouvant chaque année en porte-à-faux avec ses excuses à la c.., quand ces mesures bénéficieraient en priorité à l’état français pour financer des mesures politiques pouvant réduire la voilure (effet boule de neige).

        Actuellement, il n’y a pas un sou de disponible pour ce faire, forcément en se privant de taux de croissance légèrement nuls, s’améliorant! C’est de la pure faiblesse ou bêtise!

        Tous les pays qui ont joué le jeu, strictement logique et discipliné, s’en sont mieux sortis que l’état français!

        Ne vous faites pas d’illusion: aucun pays européen ne gobe vos excuses-mensonges! Ils sont au courant de vos dépenses de chômage endémique, d’une administration plus que pléthorique et des 57 ou 58% de PIB « gobés » par l’état pour ses « menus frais de fonctionnement »!!

        Il en va de même de manifestations de prestige (nostalgiques de la « grandeur », bien passé, de la France) cumulant l’organisation de la COP21 puis bientôt les J.O.. (D.Trump a démontré l’inutilité de cette COP21 et la COP 23, c’est début novembre prochain, à Bonn, en Allemagne): probablement moins d’esbroufe et plus de résultats concrets.

        Je ne critique pas les manifestations mais l’incurie pour en assurer le financement autrement que par plus de dettes!

  • ici ça tire à boulet rouge sur le FN

    mais avant de fustiger le programme économique du FN, encore faudrait-il qu’il soit lu attentivement, j’aimerais que soit fait le bilan des politiques économiques menées alternativement par la gauche et par la droite depuis des décennies.

    Une politique ne se juge QUE sur SES résultats n’est-ce pas !

    Donc, avant d’invectiver le FN…………………….

    • Le résultat des mairies FN confirme le jugement d’amateurisme économique.

      • Le résultat des mairies FN de 1995 est bon (cf la gestion d’Orange, par exemple).

        Celles de 2014 ont baissé les impots (cf Hénin-Beaumont)

    • Oh mais on les connait les résultats ? Vous prenez vraiment les gens pour des ignares…Hors de France ces politiques ont déjà été testées et pas qu’une fois, et ça finit toujours mal.
      Donc je sais parfaitement pour quelle raison leur programme craint et je n’en veux pas, ce pays souffre déjà assez comme ça, pas besoin d’en rajouter une louche.

    • Je sais en tant que frontiste vous devez ignorer cela mais au delà des frontière française des tas de pays ont appliquer ce programme avec des résultats… fracassant…

      Le Venezuela, l’Argentine, la Russie, la Hongrie, L’Irak Saddamiste…

      • D’ailleurs pour la Russie, si chère aux frontistes, une nouvelle incroyable vient de tomber : Avec la chute de plus de 60% du rouble face aux dollars + Sanctions + Chute des prix du pétrole + Gestion économique terrible le PIB Russe va passer de 2100 milliards de $ en 2013, soit un peu moins que la France et autant que l’Italie, à près 1400 milliards de $, soit le même niveau que l’Espagne..Passant de 8ème puissance économique mondiale à 13ème, c’est du joli dis donc !
        Rien que ça discrédite Poutine et ses admirateurs du FN.

        • Mais l’identité est préservé et il résiste à l’occident !

        • @ SleepingWave
          Vos chiffres sont en PPA par habitant ? Sans doute pas puisque vous évoquez l’effet de la chute du rouble. Avez-vous calculé l’effet de la baisse de l’euro sur les chiffres bruts français ou italiens ? Et l’effet des 15% de différence de prélèvements obligatoires ?

          Si vous n’avez pas de meilleur argument contre le programme économique du FN que d’appeler la Russie à la rescousse, vous allez faire le jeu de Marine !

    • Quels résultats pour le FN ? Ridicule.

      Et oui, même si ca pique sérieusement, j’ai pris le temps de lire le torchon qui leur sert de programme.

      Ce n’est pas un programme, c’est un ramassis de propositions UMPS : des caricatures d’intentions de droite avec des caricatures de solutions de gauche, ou des caricatures d’intentions de gauche avec des caricatures de solutions de droite.

    • @ petitjean

      On s’en fout du FN puisqu’il n’interviendra pas dans les décisions nationales pendant 5 ans!

  • Dire que le FN est d’extrême droite est une erreur manifeste et voulue par l’auteur.
    C’est vrai que le FN vire à gauche sous l’influence négative de Philippot. C’est un étatiste, un énarque qui ne sait pas gérer une entreprise, donc pas un Etat. Marine devrait changer sa ligne et suivre celle de Marion et Aymeric Chauprade.
    Si elle ne change pas sa ligne, le jour de l’élection présidentielle, j’irai à la pêche au thon!

  • Et en attendant, aux USA, avec une vision économique totalement différente, 321 000 emplois ont été créés en Novembre…un nombre très élevé témoignant d’une économie très forte,et avec en lus de ça une accélération de la croissance des salaires à +2,1%. On estime que 2015 sera une magnifique année là-bas après une année 2014 bien meilleure que dans le reste du monde.

    • SW j’aime bien l’Amérique mais encore une foi je me sens obligé de répéter que ne pas séparer les états gouvernés par des gens responsables et ceux gouvernés par des idiots ça ne rime à rien.

      • Oui je sais bien, c’est un grand pays aux politiques différentes au sein des Etats, mais c’est long à expliquer à chaque fois :p
        Entre le Texas et l’Illinois la différence est vraiment frappante.

      • @ un_lecteur
        Il n’y a pas de comparaison à faire entre la France, 1 état très centralisé de 66 millions d’habitants et les USA, un état fédéral de 50 « états » de +/- 324 millions d’habitants, grosse partie d’un sous-continent: dans l’avenir, ce sera l’Union Européenne, avec ses 455 millions d’habitants (U.K. déduit) qui sera l’interlocuteur valable et digne d’occuper un siège au siège de l’ONU, au même titre que les USA, la Fédération russe, l’Inde ou la Chine. La France n’a pas cette envergure et, comme d’habitude, ne défend que ses intérêts dans « le grand machin »!

    • les USA, le pays où le chomage baisse en même temps que le taux d’emploi… les miracles de Saint Barack.

      Difficile de faire plus naïf qu’un libéral.

      • Le taux d’emploi augmente depuis quelques temps aux USA, dommage hein ?
        Le naïf c’est toi ici, car il faut être sacrément naïf pour croire que le Président US décide de la politique économique dans une nation fédérale où la politique économique est décidée par les Etats et les gouverneurs, prouvant que les FNistes sont incapables de voir le monde au-delà du jacobinisme si cher à la France.

      • Barack Obama a juste autant truqué les stats du chômage que le France… Sinon l’emploi reprend bien dans les états du midwest gouvernés par les républicains.

  • Vous savez quelle est l’une des raisons majeures du faible taux de chomage aux USA ?

    la politique carcérale, beaucoup plus sévère (et à juste raison) qu’en France. Tout de suite ça permet de relativiser les bobards des libéraux ploutocrates.

    • Depuis quand enfermé des millions de gens pour possession d’un peu de drogue et quelque chose qui amène la prospérité à une société ?

    • Non, vous vivez vraiment dans la désillusion la plus complète.
      Tu veux faire baisser le chômage ? Tu crées des emplois, rien de plus simple mais même ça ça semble trop compliqué pour vos esprits étriqués.

      Population carcérale aux USA = 3 millions
      Croissance de la population US sur 10 ans = 27 millions

      Il faudrait mettre au moins 6 fois plus de personnes en prison pour que cela affecte le taux de chômage, hors même avec la politique carcérale actuelle les USA ont besoin de créer environ 130 000 emplois par mois pour garder le taux de chômage stable.

      Vous en avez pas marre de raconter des âneries, heureusement que les statistiques sont disponibles car c’est lourd de lire des commentaires aussi affligeants…

      • la population active des Etats unis est de 155 millions d’habitants, 3 millions de prisonniers = 2 % de la population active, ça a un effet non négligeable sur les statistiques du chomage étant donné que c’est une population bien souvent inemployable.

    • C’est intéressant de voir qu’une passionaria du FN reproduit un argumentaire typique de l’extrême-gauche.
      Il faut dire que l’anti-américanisme est une passerelle efficace entre les deux extrêmes.

    • @ Alyssa
      Si on rapporte le taux de population carcérale à la population française qui était de 76 601 pour 66 millions d’habitants comparée aux USA, de fait, il faut multiplier par 7 mais par laxisme et manque de places, on sait qu’en France, beaucoup de peines prononcées ne sont pas effectives, par manque de place!

      Nouvelle atteinte anti-démocratique aggravant l’indépendance de la justice dans ce pays vraiment peu démocratique!

  • Mais d’où vient la surprise ??? Rien d’étonnant à ce que le FN qui a récupéré une partie importante des électeurs , voire des militants du PCF s’engage dans un programme économique proche de ses nouveaux adhérents !!!!! Le ver est dans le fruit et les extrêmes se touchent !!! Donc pas grande différence entre les deux fronts : plus d’état , plus d’impôts , moins de liberté !!!!
    PROBLEME résultant qui reste-t-il pour remettre de l’ordre dans ce b……??????

    • Il n’y a pas à être surpris : le FN a été fondé entre autres par d’anciens communistes doriotistes (Barthélemy) et trotskistes (Gaucher).

  • Vous accusez les nationalistes d’être d’accord avec les communistes, mais en réalité ce sont les libéraux qui ont un vrai point commun avec les communistes : le matérialisme et la croyance en un homme uniquement consommateur, l’homo economicus qui n’est qu’une variable d’ajustement du marché (ou du plan pour les communistes), un tube digestif en somme. C’est oublier que l’etre humain est aussi un être spirituel, qu’avant le verbe avoir il y a le verbe être.

    • Non, le libéralisme c’est le respect des droits des individus et considérer que chaque homme doit être libre d’accomplir ce qu’il considère être ces rêves. Try again

    • Bon ca c’est la caricature du capitalisme faite par les marxistes, caricature qui n’a rien à voir avec le libéralisme.

      Merci d’abonder dans le sens de l’article : le FN est bien un parti d’extrême gauche.

    • c’est marrant de voir que le frontiste de service manie exactement les memes peurs que le gaucho de base…

    • « le matérialisme et la croyance en un homme uniquement consommateur »

      Et si vous vous renseignez au moins sur ce que vous écrivez ?

      Le matérialisme englobe aujourd’hui toutes les philosophies dites matérialistes qui affirment que la substance du monde est de nature matérielle et immanente, c’est-à-dire que « rien ne se crée, rien ne se perd », les éléments de la nature et leurs phénomènes se suffisent à eux-mêmes, à leur formation, à leur mouvement et à leur développement.

    • Facepalm !!!
      Que prenez-vous le matin pour dire autant d’âneries ?

  • J’ai lu avec attention le programme du FN. Il n’est pas aussi caricatural que ce que vous présentez, il est même beaucoup plus complet que celui de l’UMP ou du PS que j’ai lu également. Alors un peu de rigueur journalistique et les médias ne s’en porteront que mieux.

  • @ Random,

     » Quant aux 100 millions de mort, ce n’est pas l’idéologie qui les a fait mais des régimes politiques qui n’avaient pas grand chose de commun avec l’idéologie qu’ils prétendaient défendre.  »

    Les occidentaux Marxiste-léninistes, trotskystes ou maoïstes défendaient la pensée de Lénine, Trotsky et Mao qui sont des purs produits soviétiques. Ces mêmes qui comme vous osent dire aujourd’hui que cela n’avait rien à voir cette idéologie.

    D.J

  •  » Et bien sur les USA ont toujours eu une influence bénéfique et humaniste sur le monde, les peuples vietnamiens, irakiens, serbes, palestiniens, les enfants de Dresde et d’Hiroshima sont là pour en témoigner.  »

    Et j’imagine que pour vous ce qui est bénéfique pour le Vietnam était le communisme humaniste importé d’URSS, pour le irakiens Saddam Hussein u humaniste qui massacrait sa population à l’arme chimique, pour les serbes la dictature de Milosevic devait être bénéfique pour les bosniaques et le Hamas humaniste islamistes rien de mieux pour les palestiniens.

    Quand à Dresde j’imagine pour vous qu’Hitler n’y est pour rien; J’imagine que pour vous Hiroshima les japonais n’y sont pour rien non plus. Vous auriez surement préféré l’autre option. Rallonger la guerre de 5 ans avec une invasion massive du Japon qui aurait coûté la vie à 200’000 Gi’s supplémentaire avec autant de civiles tué par les bombardements. Bien plus que les deux bombe atomiques.

    Avec des gens comme vous j’en vient presque à regretter que des Gi’s en 44 sont morts sur les plages de Normandie pour libérer l’occident.

    D.J

  •  » S’il serait malhonnête de nier que le programme économique du FN est plus gauchisant qu’il y a 10 ans ou 30 ans, il est tout autant malhonnête de le faire passer pour un programme de gauche, en exhibant quelques mesures. A ce petit jeu là on peut également montrer que le programme économique serait un programme de droite. Exemples…. »

    Il n’y a rien de pire que de mener des politiques économiques totalement en contradiction. C’est comme de vouloir accéléré sur la pédale d’une Ferrari qui freinerait en même temps.

    D.J

  •  » le matérialisme et la croyance en un homme uniquement consommateur,  »

    Faux les libéraux justement n’oblige personne à être des consommateurs et des matérialistes. Pour les libéraux les individus ont aussi le droit si ils le désir de vivre retiré de la société en vivant dans des communauté en cultivant eux-mêmes ce dont ils ont besoins pour vivre et de vivre sans TV sans téléphone sans ordi etc….

    D.J

  •  » Le taux d’emploi augmente depuis quelques temps aux USA, dommage hein ?  »

    Le taux d’emploi est à peu près le même qu’il y a 30 ans. Et en 30 ans l’espérance de vie à augmenté de 8 ans. Ce qui fait qu’il y a plus de personne à la retraite qui ne travail plus. Et sans a parler de la robotisation dans les usines que l’on disait destructeur d’emploi.

    D.J

  • le fn un parti d’extrême droite ? extrême, peut-être, de droite certainement pas: http://www.atlantico.fr/decryptage#x45vwhre0vmm2cwi.99

  • Le socialisme évolue naturellement vers le national-socialisme. Friedrich Hayek, prédisait déjà en son temps dans La Route de la Servitude que l’avènement du socialisme allait conduire à la fermeture hermétique des frontières tant pour les biens que pour les hommes. Pour ce qui est des biens, le mécanisme est relativement bien compris : la mise en place de mesures protectionnistes étant la conséquence directe de l’effondrement de la compétitivité du pays suivant la mise en place d’un programme économique socialiste. Pour ce qui est des hommes, Hayek expliquait très justement que le principe de base du socialisme, c’est-à-dire l’accaparement des richesses d’un pays par l’État pour ensuite les redistribuer sur des critères d’égalité, implique nécessairement de distribuer une plus petite part du gâteau à chacun au fur et à mesure qu’augmente la population. Ainsi, prédit Hayek, les ouvriers d’un pays riche n’ont aucun intérêt à voir débarquer chez eux des immigrants plus pauvres qui diminueront mathématiquement leur part du gâteau lors du partage final. Le socialisme ne peut s’appliquer que dans un pays fermé, afin d’empêcher aux plus pauvres d’y entrer et aux plus riches d’en sortir, tout en bloquant, bien-sûr, l’accès aux produits importés moins chers et de meilleure qualité.

  • de gauche de droite..ça ne veut rien dire…
    Il vaut mieux montrer en quoi les mesures du fn sont néfastes et injustes que de se poser des questions d’ordre idéologique.

    Il me semble qu’un des problèmes des extrêmes c’est de vouloir vivre dans un pays où le droit ne s’applique pas à tout le monde de la m^me façon, ce qui conduit à le construire raciste ou xenophobe ou reposant sur des classes…il y a nous , à protéger, et les salauds qui en dépit du fait qu’ils soient des être humains doivent être combattus par nature.
    L’immigré serait un profiteur… mais de quoi tirerait e il profit? des aides sociales…qui doivent être reservés aux français..mais à des français profiteurs alors.. autrement dit au lieu de s’attaquer aux aides sociales et au fait que certains en profiterait, le fn préfère escamoter le problème ..
    la réalité il y a des immigrés bosseurs et des français qui profitent…
    vivre sur le dos d’autrui…soit, parlons en…

  • « Numéro » de MLP au Parlement Européen ?
    606… à 60 près elle aurait eu celui qu’elle mérite (mais C’est peut-être ça aussi, la « dédiabolisation »)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alessandro Mazzola. 

 

Giorgia Meloni, 45 ans, leader du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, se prépare à présider le 68e gouvernement italien depuis la Seconde Guerre mondiale, qui sera le gouvernement le plus à droite depuis Benito Mussolini.

La coalition dans laquelle sa formation tient le premier rôle a en effet obtenu près de 44 % des suffrages (plus de 26 % pour Fratelli d’Italia, 9 % pour la Lega de Matteo Salvini et 8 % pour Forza Italia de Silvio Berlusconi) aux législatives tenues ce 25 septembre.... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Par Kevin Brookes.

À la suite des élections présidentielle et législatives de 2022, de nombreux commentateurs ont mis en avant le clivage entre les ruraux et les urbains pour rendre compte des résultats du vote.

Ce discours médiatique est produit principalement par des commentateurs qui pointent depuis des années, cartes à l’appui, le fossé – croissant – entre le vote des grandes villes et le vote d’une « France périphérique ». Il y aurait une opposition politique entre une France des métropoles, multiculturaliste, gagnante de l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles