Comment l’anti-humanisme a conquis la gauche

Trop de personnes, la plupart issues de la gauche politique, considèrent que les humains sont comparables à des cellules cancéreuses et souhaitent ardemment la réduction, voire l’extinction de notre espèce.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Women's March on NYC 2019 By: Dimitri Rodriguez - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment l’anti-humanisme a conquis la gauche

Publié le 21 mai 2019
- A +

Par Chelsea Follett.
Un article de Quillette

C’était le 1er mai la fête internationale des travailleurs, un jour férié dont l’origine  est socialiste. Cette fête évoque une époque où la gauche politique était clairement orientée en direction de l’augmentation du bien-être des Hommes. De nos jours, cependant, certains à l’extrême gauche se soucient moins du bien-être des gens que de s’assurer qu’ils ne naissent pas du tout.

Comment ces radicaux en sont-ils venus à soutenir une réduction massive de la population humaine, voire même la disparition de l’humanité ? Qu’il s’agisse d’Alexandria Ocasio-Cortez qui remet en question la moralité de la procréation, un mouvement de grève des naissances qui encourage les gens à renoncer à la parentalité malgré le « chagrin que cela leur cause », ou du commentateur politique Bill Maher qui affirme sans ambages : « Je ne peux imaginer de meilleur cadeau pour notre planète que de produire moins d’humains pour la détruire », la philosophie misanthrope baptisée anti-natalisme devient de plus en plus commune.

La conclusion logique de cette idéologie anti-humaniste est de façon déprimante le Voluntary Human Extinction Movement (Vhemt). Selon son fondateur, l’activiste Les Knight, Vhemt (qu’on doit prononcer comme véhément) prend de l’ampleur. M. Knight a confié au Daily Mail :

Au cours de la dernière année j’ai plus que jamais vu des articles sur des gens qui ont choisi de ne pas avoir d’enfants ou de ne pas en ajouter un de plus à leur famille actuelle. J’ai rassemblé ces histoires et l’année dernière c’était un véritable tsunami, il y a de plus eu des articles sur l’extinction humaine.

Plus de 2000 personnes ont liké la page Facebook de ce mouvement depuis le mois de janvier, et plus impressionnant, de plus en plus de gens suivent les recommandations de ce mouvement, indépendamment du fait d’en faire partie.  Selon les derniers chiffres du Center for Disease Control, le taux de fécondité des États-Unis pour 2017 a atteint son plus bas niveau historique à 1,77 bébé par femme (c’est-à-dire inférieur au taux de remplacement de la population qui est de 2,1 enfants par femme, taux nécessaire pour maintenir la population à son niveau actuel).

Apologie de l’extinction humaine

Parmi de récents exemples de billets soutenant l’idée de l’extinction humaine, mentionnons « The Case for Not Being Born » du New Yorker, « La science prouve que les enfants sont mauvais pour la planète » de NBC News et « La moralité nous suggère d’arrêter de les avoir » ainsi que l’article du New York Times « Faut il voir l’extinction humaine comme une tragédie ? » qui badine sur le sujet en écrivant : « Il se peut donc que l’extinction de l’humanité améliore la situation dans le monde ». Le mois dernier, le magazine progressiste FastCompany a publié une vidéo troublante intitulée « Pourquoi avoir des enfants est la pire chose que vous puissiez faire contre la planète ».

Certains antinatalistes ne se contentent pas de promouvoir la réduction volontaire des taux de natalité et préféreraient accélérer le processus en s’appuyant sur l’intervention gouvernementale. Divers écologistes éminents, du bioéthicien Travis Rieder de l’Université Johns Hopkins au vulgarisateur scientifique et animateur Bill Nye, soutiennent l’introduction de taxes spéciales ou d’autres sanctions imposées par l’État quand on aurait trop d’enfants. En 2015, Sarah Conly, du Bowdoin College, a publié un livre préconisant une politique d’enfant unique, à l’instar de celle que la Chine a abandonnée à la suite de ses conséquences désastreuses, notamment celui des infanticides féminins et d’un ratio déstabilisant de 120 garçons pour 100 filles, ce qui a empêché environ 17 % des jeunes hommes chinois d’avoir une femme. Même après l’effondrement de cette politique barbare , elle soutient que c’était une bonne chose.

L’anti-humanisme moderne est apparu dans les années 1970, sous l’impulsion d’un pessimisme environnemental catastrophiste dirigé par Paul Ehrlich, biologiste à l’Université Stanford (mais dont les antécédents intellectuels remontent à Thomas Malthus au XVIIIe siècle). Ehrlich a publié un essai polémique très influent, The Population Bomb en 1968. Cet essai commençait par les phrases suivantes :

La bataille pour nourrir toute l’humanité est perdue. Dans les années 70, des centaines de millions de personnes mourront de faim en dépit des programmes d’urgence mis en place.

Grâce à l’ingéniosité humaine qui en l’occurrence a pris la forme de la Révolution verte, cela n’a pas eu lieu. Le défi de nourrir une population croissante a plutôt conduit à l’innovation technologique qui a produit une solution : une productivité agricole plus élevée et une baisse des prix alimentaires.

Prophètes de malheur ?

Loin de conduire à la famine, de plus en plus d’humains échangent des idées et innovent pour faire en sorte que l’offre de nourriture augmente afin de répondre à une demande croissante. Ehrlich a discrètement retiré son pronostic erroné des éditions ultérieures de son essai mais ses idées se sont répandues dans certains courants du mouvement écologiste.

Sans se laisser décourager, Ehrlich et de nombreux prophètes de malheur aux vues similaires continuent de prétendre que la catastrophe est imminente malgré leurs prédictions antérieures qui ne se sont jamais concrétisées. L’an dernier, Ehrlich a comparé la croissance de la population humaine à la propagation du cancer, informant le Guardian :

C’est une quasi-certitude, dans les prochaines décennies, et le risque augmente continuellement à mesure que la croissance perpétuelle de l’entreprise humaine reste le but des systèmes économiques et politiques… Comme je l’ai dit plusieurs fois, la croissance perpétuelle est le credo des cellules cancéreuses.

Dès que l’anti-humanisme a infecté le mouvement écologiste, il s’y est rapidement propagé à travers la gauche politique. Le livre de Robert Zubrin, Les marchands du désespoir, donne un aperçu du renversement par la gauche vis-à-vis de son engagement traditionnel de promotion de la condition humaine, en faveur d’un projet qui considère l’humanité comme une malédication pour la Terre :

Au lieu des Raisins de la colère, ils avaient des éditions de The Population Bomb… Au lieu de Stop the War, leurs badges disaient Arrêtez-vous à deux [enfants] ; au lieu de Pouvoir pour le peuple, leur slogan était Le peuple pollue.

Ces antinatalistes soucieux de l’environnement croient qu’un monde sans humain, ou avec beaucoup moins d’humains, deviendrait éventuellement un paradis débarrassé de la pollution avec des ressources naturelles abondantes. Comme l’a dit le mois dernier un partisan de l’extinction de l’Homme dans une lettre adressée à son journal local : « Dans environ 20 000 ans, une fois que les humains seront éteints, cette magnifique biosphère résistante retournera à son état de perfection ».

Si l’humanité ne parvient pas à réduire sa taille, les partisans de l’extinction craignent une pénurie de ressources et une catastrophe environnementale. Gwynn Mackellen, membre officiel du Vhemt, se demandait dans le Guardian : « Comment quelqu’un pourrait-il produire un nouvel être humain alors que les dégâts des humains sont évidents, je crois, et que la situation s’empire ? ».

Ces supporters de l’extinction  humaine ont cependant mal compris les implications de la croissance démographique sur la planète et ses ressources. Le regretté économiste Julian Simon, de l’Université du Maryland, a démystifié l’idée que la surpopulation serait un problème. Il croyait qu’au contraire, plus de gens dans le monde signifierait plus de gens pour résoudre les problèmes qui se posent, et au final moins de pénuries :

Il n’y a aucune raison physique ou économique pour laquelle l’ingéniosité et l’esprit d’entreprise ne peuvent pas continuer à répondre aux pénuries imminentes et aux problèmes existants avec de nouvelles solutions qui, après une période d’adaptation, nous laisseront dans une meilleure situation qu’avant que le problème ne se soit posé.

Dans son livre de 1981, La ressource ultime, Simon soutient la thèse selon laquelle les humains sont des êtres intelligents, capables d’innover pour éviter les pénuries grâce à une plus grande efficacité, à un approvisionnement accru ou au développement de substituts.

Avec leur potentiel inventif, les humains sont eux-mêmes, selon l’expression de Simon, la ressource ultime. Une population croissante produit davantage d’idées. Et davantage d’idées mène à davantage d’innovations, et celles-ci finissent par améliorer la productivité. Cette productivité accrue se traduit alors par une augmentation des ressources disponibles et une amélioration du niveau de vie.

En 1980, Simon a fait un pari avec Ehrlich : ce dernier devait choisir un panier de matières premières qu’il s’attendait à voir se raréfier dans les années à venir. À la fin d’une période donnée, si le prix corrigé de l’inflation du panier était plus élevé qu’au début de la période, cela indiquerait que ces produits étaient effectivement devenus plus rares et Ehrlich gagnerait le pari ; si le prix était inférieur, cela signifierait que les ressources étaient plutôt devenues plus abondantes, et Simon gagnerait. L’enjeu serait la différence de prix du panier entre le début et la fin de la période considérée. Simon a finalement gagné et Ehrlich lui a envoyé un chèque pour couvrir la différence de prix.

Croissance démographique et croissance des ressources

De nouvelles recherches inspirées par le pari Ehrlich-Simon ont confirmé que contrairement à ce que prétendent les anti-humanistes la croissance démographique va de pair avec une croissance des ressources.

Pensez au temps qu’il faut à un travailleur moyen pour gagner suffisamment d’argent pour acheter un panier de produits communs, le « prix en temps » de ces articles. L’indice d’abondance Simon a révélé qu’entre 1980 et 2017, « le prix en temps de notre panier de 50 produits de base a diminué de 0,934 % à chaque augmentation de 1 % de la population. Cela signifie que chaque être humain supplémentaire né sur notre planète semble rendre les ressources proportionnellement plus abondantes pour le reste de l’humanité. »

Quelques environnementalistes notables reconnaissent le fait que les humains sont capables de créer l’abondance plutôt que la rareté. Les écologistes qui adoptent le point de vue rationnel et techno-optimiste, parfois nommés écologistes éclairés ou éco-modernistes, croient toujours en la capacité de l’humanité à régler les problèmes environnementaux avec de l’innovation et de l’ingéniosité. Par exemple, Steven Pinker, de l’Université Harvard, et Michael Shellenberger, du Breakthrough Institute, soutiennent tous deux que des technologies comme l’énergie nucléaire peuvent réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Et les recherches du professeur Jesse H. Ausubel, professeur de sciences de l’environnement à l’Université Rockefeller, qui a joué un rôle essentiel dans l’organisation de la première conférence mondiale sur le changement climatique à Genève en 1979, ont montré comment le progrès technologique peut permettre à la nature de rebondir, alors même que les ressources alimentaires et autres se sont agrandies.

Malheureusement, les éco-modernistes sont encore une minorité au sein du mouvement écologiste. Trop de personnes, la plupart issues de la gauche politique, sont encore d’accord avec Ehrlich et considèrent que les humains sont comparables à des cellules cancéreuses et souhaitent ardemment la réduction, voire l’extinction de notre espèce. Un tiers des Américains de la génération millenial se disent profondément préoccupés par l’impact environnemental d’avoir des enfants.

Il n’y a pas si longtemps, c’est encore frais dans ma mémoire de millenial, dans un épisode de 2002 de la série politique populaire d’Aaron Sorkin The West Wing, on pouvait encore dire que « la mort est une tragédie », tout en ayant une posture de gauche. Le scénariste tenait pour acquis que, pour la gauche politique, tout le monde était en faveur de l’épanouissement humain. Si seulement c’était encore le cas.

Traduction par Frédéric Prost.

Vous pouvez aider Quillette en devenant patron sur Patreon.

Sur le web

Voir les commentaires (110)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (110)
  • La gauche en perdition depuis la mort du communisme , s’en convertie aux thèses millénaristes pour subsister politiquement..
    Apres l’internationale qui devait sauver le genre humain , voici l’écologie qui va sauver la planete.. ou comment durer en politique et continuer de vivre des impots

    • Il est clair que toujours plus d’humains, cumulé à toujours plus de richesses par habitant, ça va passer.
      Je ne sais pas si l’on connait l’idéologie qui va sauver la planète mais on connait celle qui la détruit.

      • donc annulons les allocations familiales … je suis pour.. et allez vous faire élire avec le concept

      • Vous ne semblez ne pas avoir compris ce qu’est le malthusianisme.
        C’est exactement l’idéologie de votre commentaire – oui plus d’humains et plus riches, ça va bien se passer, c’est ce qui se passe depuis l’avènement de la société libérale et capitaliste.

        • 🙂 Ah oui c’est vrai j’avais oublié, vous dites vrai, c’est ce que l’on peut constater jusque là, je vous le concède.

          Réfléchissez un peu a comment ça peut continuer ainsi longtemps.

          • Il y a 200 ans Malthus disait la même chose que vous. 🙂

            • D’abord je ne suis pas tout seul, loin de là, et lui n’avait pas vu venir, les énergies fossiles carbonées et les engrais chimiques issus de ressources fossiles également.
              C’est quoi votre astuce pour continuer ? 🙂

              • C’est quoi votre astuce pour que tout s’arrête, alors que ça ne s’est jamais produit bien qu’annoncé à répétition ?

                • Quand on tire sur l’élastique il ne casse qu’une fois sans vraiment prévenir.

                  • mieux que je n’aurais dit.
                    Sauf que la, en plus, on sait a peu près quand.
                    eh oui, la science et la connaissance ont avancés depuis Malthus.
                    @MichelO: répétition ne fait pas loi et les lois on les connait depuis un moment cf Meadows.

                    • Quelles lois de Meadows? Les prévisions d’un écolo ne sont pas des lois, qu’il n’a d’ailleurs jamais posées. Il n’y a nul besoin d »être un génie pour comprendre qu’un jour les ressources seront épuisées!

                    • Les lois que je connais sont celles de Lavoisier : rien se perd, rien ne se crée, tout se transforme. On devait manquer de plomb en 2000, ou plus exactement le plomb présent sur terre devait être devenu insuffisant pour tous les usages indispensables ou trop cher à rassembler. Je n’y vois pas d’élastique qui aurait dépassé une limité d’élasticité, concept trop savant pour les Cassandre…

                    • @MichelO
                      Lavoisier est toujours valide, aucun problème.
                      Pensez au coût énergétique pour dissocier les alliages et aux produits finis qui en contiennent plein et qui sont jetés.
                      Croyez vous vraiment que rien ne se perd pour notre utilisation ?

                      De même que taper dans un stock fini ne peut se faire indéfiniment. Ça aussi c’est de la physique.

                      Bon j’ai ma dose de réflexions superficielles et d’insultes avec des gens comme Virgile.
                      Toujours est il que limiter la population mondiale est au contraire très humaniste*, que chacun ait des conditions de vie dignes.
                      * évidemment un limité comme Virgile entendra holocauste, mais bon faut bien faire un article et faire le buzz pour s’exciter, hein ?

                    •  » Toujours est il que limiter la population mondiale est au contraire très humaniste*, que chacun ait des conditions de vie dignes.  »

                      Et se serait quoi le chiffres idéales de la population sur Terre? On nous bassine sens cesse qu’on serait trop sur cette planète mais personne peut nous dire combien nous devrions être.

                    • @leham
                      Bonjour,
                      «  »évidemment un limité comme Virgile entendra holocauste »
                      L’holocauste était un génocide.
                      Définition de génocide
                      « « Dans la présente Convention, le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

                      a) Meurtre de membres du groupe ;
                      b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
                      c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
                      d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
                      e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe. »
                      – article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide adoptée par l’assemblée générale des Nations unies, le 9 décembre 1948.
                      Cette définition a été reprise dans l’article 6 du Statut de Rome le 17 juillet 1998, l’acte fondateur de la Cour pénale internationale.

                      « Toujours est il que limiter la population mondiale est au contraire très humaniste*, que chacun ait des conditions de vie dignes. »
                      Donc oui on peut bien évidemment entendre « holocauste » qui fut donc, d’après vos réflections, « humaniste ». Ca devait aussi le cas au Rwanda.

                    • Lisez bien le point d).

                    • « limiter la population mondiale est au contraire très humaniste »

                      Il faut vraiment être une sale ordure pour balancer une telle monstruosité.

                    • @STF
                      Qui a parlé d’imposer de force une limitation des naissances ?
                      Si vous voyez que vos actes mènent à la destruction du monde , même si cela vous ôte un plaisir momentané, vous le faites ou pas ?
                      Encore faut il voir la conséquence de ses actes (éducation/information) et encore faut il aller contre son propre plaisir. (d’avoir 15 enfants par exemple)
                      Liberté de faire n’importe quoi sous prétexte d’être délibérément ou pas, ignorant, est bien souvent régit par la loi et s’apparente à une contrainte.
                      .
                      Bon de toute façon certaines de mes réponses sont censurées, allez bye.
                      Apparemment on a le droit de m’insulter mais je n’ai pas le droit de répondre (sans insulter en plus…)

                    • OK pour la limitation de la population mondiale. Admettons que ce soit la solution.

                      Mais ce n’est pas en vendant ça à ceux qui ne font soi-disant déjà pas assez d’enfants pour garder une population constante (il paraît qu’il faut 2.1 enfant par famille alors que l’on est à moins de 2 !) que ça fonctionnera. Même si l’Europe et l’Amérique du Nord arrêtait de procréer, cela ne suffirait pas.

                      De plus, je ne vois pas en quoi une baisse de natalité en Europe ou en AmNord améliorerait la situation des africains ou des indiens ?
                      Ou est-ce à eux que vous allez demander d’arrêter de faire des gosses ? Je vous souhaite bon courage. A moins que vous ne vouliez les y forcer ? Une fois de plus bon courage.

                    • @leham
                      Bonjour,
                      « Qui a parlé d’imposer de force une limitation des naissances ? »
                      Vous :  » Toujours est il que limiter la population mondiale est au contraire très humaniste » – leham 21 mai, 15h11
                      Comment la faites-vous la limitation de population sans force pour qu’elle soit suivie ?
                      Et puis, il est des groupes d’humains dits-écologistes, « humanistes », sauveurs de la planète, qui demandent aux gouvernements d’agir. comme dit dans l’article :  » Certains antinatalistes ne se contentent pas de promouvoir la réduction volontaire des taux de natalité et préféreraient accélérer le processus en s’appuyant sur l’intervention gouvernementale » Vous avez dû louper ce passage.

                      Les populations ne font pas 15 enfants pour le plaisir : c’est une contrainte dûe à l’environnement dur, voire hostile, pour palier à un taux de mortalité infantile élevé. Ce taux est bas dans les pays developpés tout comme l’est le taux de natalité.

                      « Si vous voyez que vos actes mènent à la destruction du monde , même si cela vous ôte un plaisir momentané, vous le faites ou pas ? »
                      Il n’est pas question de se priver d’une barre Mars ou d’un Iphone 21 : il est question de décroissance, de privation perpétuelle ; de nier les évolutions technologiques (dans les sens très large) qui nous ont permis de vivre mieux que jamais ; de nier les évolutions des sociétés occidentales en les « castrant » par des lois et par un retour en arrière vers une nouvelle ère de survie.

                      « Liberté de faire n’importe quoi… »
                      Encore une fois vous parlez de « liberté » sans en connaître la signification. Vous en utilisez la signification péjorative dont les socialistes, qui aborrent la liberté (et les Droits… et les lois, c’est pourquoi ils les changent à leur guise), usent et abusent.

                      « Apparemment on a le droit de m’insulter mais je n’ai pas le droit de répondre (sans insulter en plus…) »
                      Vous que vous êtes un être supérieurement éveillé, plus conscient que les autres, au-dessus de la masse et de ses considérations matérielles superflues, ces insultes ne peuvent vous atteindre voyons !

              • On peut, avec l’inventivité, faire autant et même mieux avec beaucoup moins ee ressources. Pensez aux premiers ordinateurs par exemple

                • Saviez-vous que le record du 100m ne descendra jamais sous les 5 secondes ? Etrange nan ? Un peu comme une voiture ne fera jamais 100km avec 3cl et un moteur thermique. Asymptote mon cher. Asymptote. Et on aura toujours besoin de 21% d’oxygène.

                  • @Ama Le Quatre
                    Bonjour,
                    « Et on aura toujours besoin de 21% d’oxygène. »
                    Et les plantes auront toujours besoin de CO2, pour garder le Carbone et rejeter l’O2.

                    « Saviez-vous que le record du 100m ne descendra jamais sous les 5 secondes ? »
                    Les transgenres sont en train d’exploser les records féminins. Le record sera battu par un transgenre de type homo (sapiens)-guépard. Maintenant qu’il n’y a plus de sexes mais plein de genres.

                    « Un peu comme une voiture ne fera jamais 100km avec 3cl et un moteur thermique. »
                    Il est possible de faire plus de 3000km avec un litre d’essence (à 25km/h). Les éditions du Shell Eco-marathon montrent les progrès depuis 30 ans. Certes il faut de l’électrique avec. Sans électrique, il est possible de parcourir 684km. soit 0,15 litre aux 100km.

          • Dit un type qui ne réfléchit jamais avant de sortir ces âneries, mais comme tous les sots le reproche aux autres!

      • Oui oui… On va tous mourir…
        La peste, le choléra, tralala…

      • Au temps du Christ, il y avait 200 millions d’habitants sur terre. 35 fois plus deux mille ans plus tard. et pourtant, les gens mangent mieux et vivent deux fois et demi plus longtemps. Sûrement pas grâce à votre génie.

        • et vous trouviez déjà des leham qui savait que ça allait mal finir!!! et d’une certain façon avec raison..mais quand leham dit « vous », il s’adresse à l’humanité..quand il dit vous mourrez de faim il parle peut être de vos descendants à la prochaine ère glaciaire…

      • @ Leham
        Et une connerie de plus! Vous avez servi dans les Hitlerjugend? L’idéologie qui détruit la planète c’est plutôt la vôtre. En tout cas elle a déjà détruit votre raison!

      • et qu’est ce que ça peut faire si n détruit la planète? ou sans doute la vie sur terre? la vie finira de toutes façons par être détruite.
        je vous pose vraiment la question…qu’est ce que ça peut vous faire un tel enjeu?

      • @leham
        Il serait temps d appliquer vos beaux principes à vous même ( pour une fois )

    • Une certaine frange du libéralisme en perdition depuis la mort du communisme (que serait le Joker sans Batman) s’est converti aux thèses climato-sceptiques pour se justifier politiquement.

      • @Ama Le Quatre
        « (que serait le Joker sans Batman) »
        C’est parce qu’il y a le Joker qu’il y a Batman, non l’inverse.

  • La pénurie alimentaire viendra! Quitte à l’organiser… En interdisant les produits phytosanitaires qui avaient justement permis la croissance des rendements agricole!

    • Bien tenté mais l’agriculture dite conventionnelle n’est absolument pas durable, à cause des intrants tous issus de ressources fossiles.
      Donc oui la pénurie alimentaire viendra, elle est déjà organisée, les produits phytosanitaires vont se tarir tous seuls.

      • Puisque le monde est foutu et que 90% de l’humanité va périr de toutes façons, pourquoi ne pas laisser faire.

        Si on annonce qu’un astéroïde va détruire la terre dans 2 jours, que faites vous :
        – vous priez,
        – vous sanglotez dans votre coin,
        – vous faites la nouba,
        – vous emmerdez les autres en criant « on va tous mourir ». (Apparemment c’est votre choix)

        Si je croyais seulement le dixième des âneries et manipulation écolos, je serais un trotskiste convaincu car c’est la seule façon d’imposer le rationnement et le partage. Mais je ne serais pas militant car je suis certain que cela aboutirait à la pire catastrophe que l’humanité ait jamais connu.

        Et étant donné que je ne suis du genre à emmerder ceux qui vont crever, je sangloterais dans mon coin ou ferais la nouba …

        • A la grande différence avec l’astéroïde c’est que ce que nous vivons est de notre fait. En modifiant des pratiques (et une façon de penser…), il est grandement possible d’atténuer les méfaits.

          • Tout à fait camarade. Excuse moi, je vais aller picoler un peu dans ma cuisine.

            • Si vous préférez crever par idéologie, parce que la réalité des limites vous contredit, c’est votre choix, sauf que se faisant vous nous entraînez avec vous.
              Nous sommes tous dans le même bateau Terre et ça vous semblez l’ignorer.

              • « Nous sommes tous dans le même bateau Terre et ça vous semblez l’ignorer. »

                Au contraire, on en est parfaitement conscient.
                Et comme, jusqu’ici, l’application des idéologies gauchisantes n’ont fait qu’entraîner des peuples vers l’abîme sans jamais les tirer vers le haut et la prospérité, comprenez que nous n’avons absolument pas envie de remettre en selle ce type de programme vu que nous sommes, justement, dans le même bateau.

            • « parce que la réalité des limites vous contredit » WTF ???? mais de quels limites parle tu mon gars ?

              • Les limites en ressources non renouvelables , mon gars 🙂

                • les limites semblent plutôt etre du coté des conjugaisons..
                  essayer de réciter la conjugaison du verbe réfléchir.. vous verrez
                  çà pourrait aller mieux

                • Ça fait 50 ans que des bouffons dans ton genre radote cette débilité pour marxiste verdâtre. Débilité systématiquement démentie pas les fais. T’inquiète chérie, du gazole y va y’en avoir pour encore un sacré bout de temps.

          •  » En modifiant des pratiques (et une façon de penser…), il est grandement possible d’atténuer les méfaits.  »

            Du moment que la façon de penser pour atténuer les effets ne soient pas du monopole des idéologues gauchistes écolos inclus. Vouloir sauver l’humanité et préserver l’environnement en voulant détruire son seul moteur de richesse et d’innovation qu’est le capitalisme c’est se suicider. Autant laisser la pollution nous tuer. ça prendra plus de temps.

          • je crois que vous mentez… parce que ce que vous appelez méfaits va de pair avec votre vie et votre niveau de vie…

            je serais vraiment curieux de voir votre vie..

            suicide vous n’avez pas le choix ..

            on se demande bien d’ailleurs pourquoi des gens disent que faire des enfants est néfaste mais pas vivre ou consommer.. vous rendez vous compte ce que demande d’avoir un ordi une connexion internet..

            un pitre…un hypocrite un menteur.. ?

            • Vous venez de pointer l’incohérence et la contradiction! Il prêche pour la décroissance et les économies d’énergies, mais il a un ordinateur qui en consomme beaucoup, sûrement un smartphone, et nous bassine, nous intime de cesser nos gaspillages pour sauver la planète. Hypocrisie quand tu tiens ce genre de discours!

          • @leham

            Depuis plusieurs décennies, nous sommes confrontés à l’expression ressassée « il n’y a qu’à » dans tous les domaines et à tous les niveaux de la société.
            il semble vous avoir échappé qu’il existe deux sortes de décisions:les individuelles,et celles des états supposés expression d’une collectivité.Vous pouvez décider de ce que vous voulez individuellement ,mais in fine c’est (presque)toujours la décision des états qui l’emporte.Vous constaterez que les états se portent toujours aussi bien de par le monde,n’est-ce pas une évidence?Vous êtes vous seulement demandé pourquoi?

      • Et ne vous inquiétez pas des pénuries alimentaires à cause des intrants ou des ressources fossiles : au dernières nouvelles la mer va monter de 2 mètres et on va tous mourir noyés.

        • oui je m’en fous je vis sur une colline.. et amazon livrera avec un drone a l’énergie verte

        • Cher Alan
          Bel exemple de fake news grotesque diffusée par des journaleux en mal de copie, que ceux dépourvus de cerveau vont avaler et nous ressortir. A raison de 2 millimètres par an il faut 1000 ans pour arriver à 2 mètres! Ils ne savent même pas compter, et ce sont des scientifiques qui affirmeraient cela? D’ailleurs aux dernières nouvelles les glaciers du Groenland recommenceraient à grossir et donc le niveau des mers cesse de monter! En Nouvelle-Calédonie les mesures ne montrent aucune montée depuis 1967. Ce qui n’empêche pas tous ces escrocs de clamer que les océans vont nous submerger!

          • @Virgile
            Bonsoir,
            Les Maldives devaient aussi être sous les eaux. Un des ses président allant même jusqu’à exiger que les « autres » paient pour les digues et autres travaux pour empêcher l’inévitable disparition de l’archipel. Les digues, il me semble que c’était de l’ordre de 5000 dollars le m². Il fallait beaucoup de m².

      • Vu que les réserves (et non ressources bcp plus importantes) d’énergies fossiles (pétrole, gaz, schiste, charbon) tournent autour de 100 à 200 ans, l’humanité aura le temps de trouver autre chose.

        Mais vous pouvez toujours aller sarcler et biner les champs vous-même ainsi qu’arracher les mauvaise herbes à la main si vous le souhaitez. Être Gaïa-compatible donne mal au dos mais cela n’a pas de prix. 🙂
        A moins que vous comptiez simplement y envoyer… les autres? 🙂

        • « l’humanité aura le temps de trouver autre chose. »
          Pour l’énergie, on peut l’espérer mais Il n’y a pas que les ressources , il y a aussi la pollution.
          Les gaz a effet de serre ont et vont avoir un impact de plus en plus important sur notre vie, ce qui n’est pas sans perturber les rendements agricoles.
          Poursuive a fond dans le charbon n’est pas du tout une bonne idée…mais c’est possible! 🙂

          •  » Les gaz a effet de serre ont et vont avoir un impact de plus en plus important sur notre vie, ce qui n’est pas sans perturber les rendements agricoles.  »

            L’augmentation des gaz à effet de serre vont permettre aussi de faire de l’agriculture dans des régions plus au nord où ce n’est pas encore possible à cause des hivers trop longs. Une augmentation de la température terrestre n’est pas synonyme de futurs déserts à l’échelle planétaire mais plutôt à une accélération du taux de végétation. Dans les régions tropicales il fait chaud, c’est très humide et il pleut souvent.

          • « ce qui n’est pas sans perturber les rendements agricoles.
            Et justement pas. Les plantes ont besoin de beaucoup de CO2 pour se développer.

          • « ce qui n’est pas sans perturber les rendements agricoles. »
            ??
            Depuis le début du XXè siècle, on estime que les rendements agricoles ont augmenté de 10% en moyenne grâce à l’augmentation du taux de C02.
            Les maraîchers augmentent la teneur en C02 dans leur serres pour booster la croissance des plantes. Donc le CO2 est positif pour les plantes. D’ailleurs, c’est un difficile dilemme pour un écolo végan… 🙂

            Evidemment, augmenter les rendements agricoles permettant ainsi de nourrir mieux et plus de monde, on peut appeler cela une « perturbation » si votre plan principal est de réduire la population mondiale… 🙂 🙂

          • Vous nous ressortez encore, une fois de plus, votre ignorance scientifique crasse? Vous n’écoutez donc jamais ce qu’on vous communique comme information à ce sujet? Les périodes chaudes ont toujours été les plus prospères, ce sont celles de refroidissement, comme le Petit âge glaciaire, qui sont problématiques. La fin du XVIIe siècle a été très froide, ce qui a tué 2 millions d’habitants en France.

      • la véritable écologie c’est l’accès aux ressources pour les riches et la mort a 40 ans pour les pauvres.. le probleme c’est que les verts socialisants n’arrivent pas a s’y résoudre..
        pourtant je ne vois que çà ; si le litre de super passait a 10 euros
        seuls les riches pourraient rouler .. et hop probleme résolu plus d’embouteillages

        • C’est bien leur but ! Déjà tenté en URSS et en Chine maoïste où seule la nomenklatura roulait en bagnole, tandis que les esclaves trimaient pour lui payer son luxe. Des magasins réservés lui permettaient d’acheter tous les produits occidentaux qu’elle désirait. Le socialisme c’est l’esclavagisme reconstitué, puisqu’en fait dans ces régimes le peuple n’a strictement aucun droit, il est entièrement à la merci de l’arbitraire des fonctionnaires, le plus souvent d’une corruption effrénée!

  • A lire cet article, on pourrait croire que ce mouvement dénataliste représente la vaste majorité des écolos. Seul des personnes facilement influençables ou avec un profond manque de réflexion pourraient croire cela; heureusement nous sommes sur Contrepoints où les gens ne sont pas dupes de telles choses !
    Sinon, il existe quelques milliards de gens qui sont persuadés que leur destin est entre les mains de Dieu, pas très libéral ça… mais chuuut, vaut mieux parler d’un mouvement existant mais minoritaire mais parfait pour faire peur dans les chaumières libérales.

    • « A lire cet article, on pourrait croire que ce mouvement dénataliste représente la vaste majorité des écolos. »
      Non. D’ailleurs l’article indique dès la 2e phrase : « De nos jours, cependant, certains à l’extrême gauche… » Difficile de faire plus clair.

      Et sinon, j’ai du mal à comprendre l’argument : il faudrait s’empêcher de dénoncer ce délire parce qu’il n’est pas encore adopté par toute la gauche ? Il faudrait attendre que l’ensemble de la gauche plaide pour un malthusianisme totalitaire pour s’inquiéter de telles dérives ?

      Ben voyons, il ne faudrait pas s’inquiéter… C’est pas comme si les gens de gauche ne nous avaient pas déjà fourni de nombreux exemples d’inquiétudes au cours du XXe siècle des effets de leurs monstrueuses idées mortifères qu’ils répandent et renouvellent sans cesse…

      • nan, mais je critique les sujets qui tournent un peu en boucle en fait. Et le fait que l’immense majorité des sujets sont « antis » : ils se justifient par « au contraire du socialisme / « comme le prouve ce qui se passe au Vénézuela » / « contre le catastrophisme écolo » / blablabla.
        Rares sont les articles qui parlent d’un libéralisme constructeur et positif. Légions sont les articles en défensive ou en critique. C’est dommage.

        • Les gens de gauche n’arrêtent pas de critiquer le capitalisme, le libéralisme…etc Cela ne vous choque pas. Sans doute ont-ils le droit puisque c’est »pour la bonne cause »?
          Quand un libéral vous applique la même recette, vous avez du mal à supporter. C’est sûr, il ne faut pas parler des choses qui fâchent et de vos échecs.
          Toujours le deux poids – deux mesures.

          • Cyde, il faudra un jour comprendre que je ne suis pas de gauche. Je suis désolé. Je sais que cela vous arrangerait, ce serait plus facile que je rentre dans votre logique binaro-simpliste. Mais je ne suis pas accroché à une idéologie politique comme une moule à son rocher. Et les « gens de gauche » comme vous dites (je suppose que vous faites référence à tous les médias propagandistes du gouvernement) parlent de pleiiiiin de choses. Même si je les lis assez peu, je sais cela. Alors faites avec moi un petit tour des sujets du jour : Vincent Lambert, le Brexit, Nicki Lauda, la houleuse et médiatique perquisition chez les Insoumis, Notre-Dame, la crise du gouvernement en Autriche, une fausse alerte à la bombe, etc etc… Je ne vois pas de titres « les patrons sont des pourris » ou « Pourquoi l’état est votre ami ». Non, désolé.

    • Grand Dieu. L’amusant malentendu!

    • Les mouvements extrémistes sont « poreux ». Les radicalisés passent aisément de l’extrême gauche à l’extrême droite, au fanatisme religieux ou sectaire ou écolo (pléonasme).

      Chacun devrait se méfier de ses « amis » idiots utiles radicaux, car ceux la pourraient très bien se retourner contre lui. (Et se demander s’il n’est pas lui même en train de péter les plombs)

    • Cher Ama
      Vous devriez lire les commentaires des lecteurs du Figaro, par exemple, pour constater que nombre de ceux-ci insistent à propos de la natalité et considèrent qu’il est urgent de la réduire! Et ce n’est pas un media écolo. Faites donc un tour sur un site écolo qui possède une application de commentaire lecteur, vous aurez une meilleure idée de ce que croient ces gens. Il me semble que vous parlez sans tenir compte de la réalité!

  • Si l’Homme ne sait pas ou ne veut pas réduire sa densité démographique, la Nature s’en chargera sans ménagement.

    • Et réciproquement.

      • Oui, c’est à se demander si Gaïa n’a pas ajouté un gène de stupidité autodestructrice dans le génome humain afin de réguler la population. (Et si le malthusianisme ne résulte pas de l’expression de ce gène ?)

    • La nature est un concept humain(très flou) qui n’existe pas en soi . C’est à dire qu’au delà d’un nominalisme fourre tout ,c’est quoi la nature ?
      Quand au manque de ménagement de la « dite nature » c’est l’histoire des homme en lutte pour la survie. Il faut attendre le 19eme pour avoir un peu d’optimisme, de sécurité …

      • « c’est quoi la nature ? »

        Vous avez raison, j’invoque la Nature comme un concept-valise pour botter en touche parce que je n’ai ni le temps ni la place de faire une loooongue démonstration qui passera à côté du bonnet de [presque] tout l’auditoire déjà convaincu de ses préjugés.
        Puisque vous insistez, pour faire court, la Nature est un système dynamique plein de rétroactions négatives (stabilisantes) ou positives (explosives) qui gouverne la réponse exponentielle aux perturbations. Les risques ne sont pas là où on les attend. La rétroaction alimentaire est stabilisante comme pour toutes les espèces: la population s’adapte aux ressources par le mécanisme de la famine, douloureuse pour les victimes mais tolérable pour l’espèce. En revanche la rétroaction contagieuse est beaucoup plus inquiétante pour qui maîtrise un peu de mathématiques: quand vous augmentez la densité et la mobilité de la population, vous augmentez la production et la diversité des mutations aléatoires pathologiques contagieuses que vous multipliez par la densité des contacts interpersonnels dispersés de surcroît par la quantité de voyages à longue distance. Au lieu de rares foyers infectueux qui s’éteignent spontanément et passent inaperçus, vous aurez de fréquents foyers infectueux qui profiteront de la densité de contacts pour diverger parfois même avant d’être détectés s’ils sont contagieux avant d’être symptomatiques comme le SIDA (qui par chance ne se transmet pas aussi facilement que la grippe sinon nous ne serions plus là pour en discuter).
        Je peux vous infliger les exemples d’autres rétroactions +/- subtiles capables de violemment sanctionner nos excès démographiques.

        Mais libre à chacun de croire ce qui le rassure.

      • @Did tellement juste ! L écologie est la marotte d enfants aux ventres rebondis n ayant jamais connu la disette . Bon courage pour aller vendre leurs théories aux africains, aux indiens et aux chinois…. quel gag

    • Je connais cette théorie…
      Mais bon, on est juste dans de la mystification…

    • C’est décevant de vous savoir malthusien.

      • Je ne triche pas: la raison peut m’obliger à croire ce qui me déçoit.

        • Mais comme tout le monde, vous pouvez vous tromper et changer d’avis.

          • Oui, peut-être qu’en vieillissant je vais commencer à me tromper, changer d’avis et sombrer dans l’illusion comme les autres.
            Dans tous les cas, comme je n’ai aucune influence cela n’a aucune importance.

        • Il y aura des guerres, il y aura la paix, il pleuvra, il fera beau …

          Le problème avec votre croyance c’est qu’outre, désolé, qu’elle enfonce des portes ouvertes (la nature est une salope), elle est tellement vague dans ses projections qu’elle n’a pas plus d’utilité qu’un mauvais rapport du GIEC c’est à dire utile seulement pour que des salopards nous imposent leurs horreurs.

          • « (la nature est une salope) »
            Non, c’est juste un système d’équations différentielles, sans aucune morale.
            Vous préférez ne pas savoir ce qui nous attend, c’est une forme de sagesse que je respecte.

  • Qu’ils disparaissent s’ils le veulent, cela fera de la place pour les autres 😉

    • Je plussoie !!! Effectivement, ces moralisateurs, il ne faut surtout pas qu’ils fassent d’enfants. Comme ça leur idéologie finira par disparaître faute de combattants…

  • La nature (ou plutôt la biosphère) fait bien les choses, elle arrive même à amener ses ratés à renoncer à se reproduire, sans violence, sans brutalité, juste en modifiant leur conscience…
    Prodigieux !

  • Il sagit d’ alimenter la mauvaise conscience de l’ homme blanc, de toujours le culpabiliser….Et pendant ce temps l’ Afrique aura atteind les 2 milliards d’ habitants d’ ici 2050.

    • Et alors ? L’Afrique présente une densité de 42 habitants au km² avec presque 1,3 milliards d’habitants. Avec 2 milliards d’habitants, elle passera à 65 hab./km², soit toujours moins que l’Europe géographique (75 hab./km²) ou que l’Union Européenne (113 hab./km²).

      Si c’est le problème migratoire que vous avez en tête, il faut rappeler sans cesse que les théories justifiant la pression migratoire par une surpopulation imaginaire ou le non-moins fictif RCA relèvent du fantasme. La seule chose qui alimente l’immigration illégale, c’est la promesse de pouvoir vivre sans travailler que les systèmes sociaux concrétisent à nos dépens, y compris aux USA malgré les apparences. Un seul exemple, la France : 1% de la population mondiale mais 15% des aides sociales versées dans le monde. C’est absurde. Il convient de mettre un terme à cette anomalie avant qu’elle ne nous ruine définitivement, en divisant par 15 les aides sociales.

      Au fur et à mesure de son développement, la natalité africaine va se tasser tandis que son potentiel agricole va se développer. Etant donné la richesse de ses terres, l’Afrique a la capacité de devenir le nouveau grenier du monde.

      Pour ce qui est de la mauvaise conscience, elle ne regarde que ceux qui la développent. A chacun de nous de faire en sorte que jamais les écolo-malthusiens et autres anti-humanistes ne soient en mesure de nous imposer leurs idées noires.

      • « La seule chose qui alimente l’immigration illégale, c’est la promesse de pouvoir vivre sans travailler que les systèmes sociaux concrétisent à nos dépens ».
        Ce n’est pas la seule chose. Il y a aussi les idéologues d’une humanité métissée, liquide, mobile et sans attaches qui oeuvrent en ce sens et qui financent des réseaux de passeurs.

        • Effectivement. Sans surprise, ce sont les mêmes qui prônent les deux thèses. Disons que le plus important est le nerf de la guerre plus que l’idéologie inventée pour justifier la gabegie. Désargentés, les idéologues peuvent bien raconter n’importe quoi, osef.

        • @la petite bête oui mais métissée chez nous parce que essayez donc de vivre en Afrique sans avoir la couleur requise … un ami blanc ivoirien vous en dirait des nouvelles … il est reparti une main devant une main derrière lui sa femme et ses mômes content d avoir évité d être massacré.

  • C’est le développement économique qui conduit à la baisse de la natalité. A mesure que la population du monde profite du développement (grâce à l’adoption de l’économie de marché), la croissance de la population ralentit.

  • La nature a une loi immuable, s’adapter ou disparaître. Les écolos ne veulent jamais s’adapter. Donc le jour où nous seront tous devenus écolos, l’humanité disparaitra.

  • Cet article me rassure. Je pensait qu’en vieillissant j’étais devenu con.
    Non, en fait c’est la gochiasserie qui a décrété un changement des valeurs.
    je m’en doutais un peu, mais ça ferait du bien que ça finisse par se savoir !

  • L’anti-humanisme moderne est apparu dans les années 1970

    je dirai plutôt qu’il est apparu le 24 octobre 1917. Sans les exterminations de masse, la Russie aurait dû avoir une population de 350 millions d’habitants dans les années 1950.

    • @théo il faut reconnaître que le communisme est d une efficacité remarquable pour anihiler la population d un pays . C est logique ! les écolos son un recyclage des coco . D ailleurs on devrait les appeler les e-cocos

      • En 1921, la production russe ne représentait plus que 12 % de celle de 1914, avec un inflation à 64 millions de %. Belle réussite en effet.

        • @Théo31
          Bonjour,
           » un inflation à 64 millions de %. Belle réussite en effet. »
          Ah ! Le Vénézuela ne réussit pas encore assez bien. Il lui reste des efforts à faire.

    • Très juste! J’ai toujours dit que Staline, Hitler et Mao étaient leurs précurseurs. D’ailleurs Hitler était végétarien, adorait les animaux et était écolo!

  • La décroissance de la population est une obsession des mondialistes, rejoints par les partisans de la deep ecology dans le rôle d’idiots utiles. Tout simplement parce qu’un contrôle de la population mondiale est impossible (d’après eux) avec des milliards d’habitants.
    Le problème est d’abord idéologique (et donc de fous dangereux dont il est évident qu’ils ont de nombreux relais), les arguments viennent après.
    «Le problème principal, c’est celui de la croissance de la population. (…) Il n’y a que deux manières d’éviter un monde de 10 milliards d’individus. Ou l’on fait baisser rapidement les chiffres actuels de la natalité, ou l’on fait augmenter les chiffres de la mortalité.» (Robert Mc Namara, ancien ministre de la Défense et ancien président de la Banque mondiale, en 1980)

    • @@La petite bête
      Bonsoir,
      « Il n’y a que deux manières d’éviter un monde de 10 milliards d’individus. Ou l’on fait baisser rapidement les chiffres actuels de la natalité, ou l’on fait augmenter les chiffres de la mortalité.» » En 1980.
      De nos jours, les pays industrialisés, développés, riches, dits du Nord, ont une natalité faible, malgré les imports de population très féconde. J’ai l’impression en lisant cette phrase, en voyant certains sogans tels que « Save the Planet kill yourself », ou en lisant : « Certains antinatalistes ne se contentent pas de promouvoir la réduction volontaire des taux de natalité et préféreraient accélérer le processus en s’appuyant sur l’intervention gouvernementale » que le choix est fait, et la zone choisie aussi.

  • Commencent à nous faire grave chier ces communistes recyclés en sauveur de la planète… En 1 chaque sujet qu’ils dénoncent comme étant négatif se déroule dans des pays où sont appliquées leurs idées. En 2 concernant ce sujet, que chaque gaucho qui clique j’aime sur FB ou défend le trop d’humain sur la planète montre l’exemple en se supprimant.

    • @y29 la où on rit un peu c est quand on leur demande comment ils songent traiter le pb sachant que ce sont les populations africaines et asiatiques qui explosent . Je leur demande alors ils songent ouvrir certains sites sur le modèle allemand sur place ou bien ce qu ils pensent rendre les ong hors la loi ..

  • Échapper à la Pilule du lendemain, selon la Gauche, serait donc Tricher? Pauvre Gauche qu’elle soit de France ou d’ailleurs elle sera toujours aussi…. con.

    • @Michel P.
      Bonjour,
      « Une femme qui se fait avorter, on dit qu’elle commet un meurtre, bon, un homme qui se masturbe c’est quoi ? un génocide ? » – Roland Magdane. Au début du sketch il dit : « Moi je vous dis, on a beau être au XXe siècle, on recule. »
      Oui, au XXIème, on a reculé.

  • Article intéressant même si on peut contester l’idée que le socialisme ait jamais été clairement orienté en direction de l’augmentation du bien-être humain, puisqu’il en nie l’une des composantes essentielle, la liberté de réaliser ses projets avec les moyens qui sont les siens.
    L’extinction de l’humanité pour « sauver la planète » est une idée absurde car seuls des êtres vivants et conscients peuvent s’en préoccuper.

  • Toutes ces opinons partent d’un présupposé de la conséquence obligatoire liée à la croissance ou la décroissance. En ne tenant aucun compte du temps qui s’écoule et modifie les mentalités. La stupidité des communistes (aujourd’hui socialistes intégraux) est de n’avoir rien compris aux hommes et à leur évolution. Pour asseoir leur volonté de puissance, seul ressort de toute politique contraignante, ils voulaient un homme toujours identique. Ils ont perdu, pour l’instant
    Il semble que la seule solution soit de laisser faire en limitant les conséquences trop dramatiques, et faire confiance aux événements. Les améliorations auront lieu, les dégradations aussi, sans doute des guerres à 1 milliard de morts, des événements cosmiques, le refroidissement de la planète comme dans la période tardenoisienne, son réchauffement (la Méditerranée a été asséchée trois fois).
    Tout le reste n’est qu’intoxication, et manipulation de la terreur, c’est-à-dire, exercice politique.

  • il y a encore quelque temps , l’allusion que l’ecologie était une tyrannie inhumaine en puissance vous valait des points godwin…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Augustin Neyrand. Un article de l'IREF Europe

« Outil des riches », le marché boursier vénézuélien a toujours été tourné en dérision par l’ancien président Hugo Chavez.

En réaction, les investisseurs internationaux s’en détournèrent d’autant que la monnaie perdait quasiment toute valeur durant les années de récession, la contraction de l’économie atteignant près de 80 % sur la période 2013 à 2020. Aujourd’hui, son successeur, Nicolas Maduro tente de relancer l’économie en tournant la page de l’ère Chavez.

Le présiden... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles