La Chine découvre que les enfants sont l’avenir

China Conducts 1982 Census credits United nations photo (CC BY-NC-ND 2.0)

Les dégâts occasionnés par la politique de l’enfant unique sont irréversibles.

Par Stéphane Montabert.

China Conducts 1982 Census credits United nations photo (CC BY-NC-ND 2.0)
China Conducts 1982 Census credits United nations photo (CC BY-NC-ND 2.0)

« Les familles chinoises pourront avoir plusieurs enfants : une révolution pour la deuxième économie du monde. » C’est en ces termes que le site d’information belge RTL évoque la fin de la politique de l’enfant unique en Chine le 29 octobre, selon un communiqué du Parti communiste rapporté par l’agence Chine nouvelle. Et je vous passe les majuscules.

La Politique de l’Enfant Unique a droit à sa page Wikipedia, convenablement actualisée ; elle se décrit donc comme une « politique publique » de « contrôle des naissances » et courut de 1979 à 2015. Les termes diplomatiques employés par l’encyclopédie en ligne ne peuvent évidemment pas transmettre la violence de cette politique. Tout au plus évoque-t-elle des « méthodes autoritaires »…

Le contexte de la Politique de l’Enfant Unique est lié à des idées en vogue : malthusianisme (il y aura trop de bouches à nourrir), hausse du niveau de vie (transmission du patrimoine à un plus petit nombre d’héritiers), et même multiculturalisme (les minorités ethniques ne sont quasiment pas concernées). La Politique de l’Enfant Unique est donc une barrière totalement artificielle dressée sur le chemin de la plus grande ethnie de Chine par le Parti Unique qui contrôle le pays.

On a coutume de dire que la domestication désigne l’état dans lequel la reproduction des animaux est contrôlée par un maître humain ; de ce point de vue, le Parti Communiste Chinois a formellement réussi la domestication de l’Humanité sur son territoire.

Après trente années, les ravages sont indiscutables. L’indice de fécondité est aujourd’hui de 1,4 enfant par femme. Le nombre de personnes en âge de travailler ne cesse de diminuer, cette population ayant perdu 3,7 millions de personnes l’an dernier. Quant aux personnes âgées, elles représentent désormais plus de 15% de la population.

La démographie est une science lente, mais exacte. En 2050, un Chinois sur trois aura plus de 60 ans. Cette tendance, qui ira croissant, rendra impossible toute forme de « solidarité » intergénérationnelle telle que celles conduites à travers les politiques étatiques de redistribution. Aucune classe active n’arrivera à assumer le fardeau d’un tel entretien. Pour assurer leur retraite, les Chinois ne pourront compter que sur la générosité des enfants qu’ils n’ont pas eu.

Après des décennies de complaisance et malgré leur imperméabilité dogmatique à toute réalité, les autorités communistes ont malgré tout, peu à peu, saisi l’ampleur du problème. La Politique de l’Enfant Unique a donc été progressivement assouplie, pour les couples dont les deux, voire un seul membre, était lui-même issu d’une famille soumise à la Politique de l’Enfant Unique ; pour les campagnes, lorsque le premier enfant était une fille ; et aujourd’hui, pour la Chine toute entière, sans restriction.

Malheureusement, c’est trop peu, et trop tard.

Le problème n’est pas dans le raz-de-marée de personnes âgées auquel la Chine devra faire face dans les prochaines décennies. Il n’est pas non plus dans le déséquilibre des sexes où les filles, moins « prestigieuses » étaient régulièrement tuées avant ou après la naissance, laissant des millions de mâles sans compagne potentielle. Il s’est logé dans la psyché la plus intime d’un peuple entier.

On ne peut tout simplement pas être soumis à un lavage de cerveau de trente années et en sortir indemne. Pendant des décennies, l’école, les politiciens, les médias, les lois, les élites ont façonné l’esprit des Chinoises et des Chinois pour leur faire comprendre que l’idée d’une descendance était néfaste. Les enfants étaient décriés jusque dans des campagnes publicitaires. Les couples enfreignant la Politique de l’Enfant Unique étaient sévèrement punis et dénoncés publiquement.

S’il est bien un domaine dans lequel les communistes excellent, c’est le lavage de cerveau. Ils y ont mis les moyens, et ils ont réussi. Nombre de Chinois ne veulent plus d’enfant, du tout. Enfants uniques choyés par leurs parents, ils ont été pourris-gâtés depuis leur premier jour et ne conçoivent plus l’idée du moindre sacrifice matériel pour la génération suivante. L’égocentrisme absolu ne s’autorise pas la concurrence d’une éventuelle descendance.

Même les couples cédant à leur désir d’enfant ne s’imaginent pas avec une fratrie à gérer. Leurs parents se sont sacrifiés pour leur donner un niveau de vie décent ; comment imaginer parvenir à atteindre des résultats identiques en devant gérer non pas un seul mais deux, voire trois bambins ? Comment mener une carrière, céder à ses caprices consuméristes et se livrer en même temps aux sacrifices qu’implique une famille ? L’hypothèse est totalement impensable, d’autant plus que nombre de couples chinois doivent déjà soutenir des parents âgés.

Pourtant, il les faudrait, ces fameuses familles avec deux ou trois enfants. Il en faudrait des centaines de millions.

Avec une certaine ironie, on peut espérer que le talent des communistes à laver le cerveau de leurs concitoyens fonctionne tout aussi bien dans l’autre sens. Mais même ce talent a des limites. Il faut vingt ans pour bâtir une nouvelle génération. Le travail de désendoctrinement commence à peine. La Chine n’a plus assez de temps. De plus, la mission est autrement plus délicate : il est plus facile de supprimer des enfants jugés surnuméraires et de clouer des familles au pilori que d’inciter les êtres humains à se reproduire, ce qui implique des valeurs positives de continuité et de confiance dans l’avenir… Pas vraiment le genre de partition que savent jouer les nervis du Parti Unique chinois.

Comme le résume une formule limpide, la Chine sera vieille avant d’être riche. Le socialisme l’aura anéantie avec plus de certitude que n’importe quelle catastrophe naturelle.

Il y a des raisons de s’attarder sur l’abandon de la Politique de l’Enfant Unique. Il relève de l’événement planétaire de par l’importance du pays. Mais il permet également de jeter un regard en arrière sur des décennies d’ingénierie sociale et ses conséquences, un aspect du problème qui rebute quelque peu des éditorialistes européens peu enclins à transposer ces questions à nos contrées. Cette approche est pourtant nécessaire.

On notera ainsi un terme totalement absent du débat démographique en Chine : l’immigration. On ne peut affirmer que les dignitaires du parti soient hermétiques à l’idée, mais elle n’a tout simplement aucune viabilité ; quel pays du monde pourrait, en pratique, fournir les cohortes infinies des millions d’immigrés productifs nécessaires à l’entretien des générations chinoises vieillissantes ?

La Chine montre que les politiques d’ingénierie sociale étatiques mènent invariablement au désastre. Dans un dernier sursaut de lucidité, elle indique finalement le chemin à suivre : s’il faut assurer l’existence de générations futures pour la population d’un pays, les autochtones sont probablement les personnes les mieux placées pour le faire.

Sur le web