Diesel ou pas diesel ? Ça dépend des intérêts politiques

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Kenny Louie - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Diesel ou pas diesel ? Ça dépend des intérêts politiques

Publié le 20 février 2019
- A +

Par Philbert Carbon.
Un article de l’Iref-Europe

En septembre 2016, nous avions remarqué qu’il y avait, aux yeux du gouvernement d’alors, de mauvaises fermetures d’usines et des bonnes. C’était à l’occasion de la fermeture de l’usine Alstom de Belfort et de la centrale nucléaire de Fessenheim. Le gouvernement a changé depuis lors, mais l’histoire se répète.

Nous avons montré il y a quelques semaines combien les gesticulations des politiques, au premier rang desquels Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, autour de la fermeture de l’usine Ford de Blanquefort étaient ridicules, pour ne pas dire indécentes.

Deux autres usines de sous-traitance automobile ont annoncé depuis leurs difficultés : celle du groupe japonais Ibiden à Courtenay (Loiret) qui fabrique des filtres à particules pour véhicules diesel (320 emplois sont menacés) ; et celle de la Fonderie du Poitou Fonte (FPF) à Ingrandes-sur-Vienne (Vienne) qui fabrique des blocs moteur en fonte pour diesel (400 emplois concernés).

Ces usines contraintes de mettre la clé sous la porte ne marquent probablement que le début d’une longue série. On sait que l’usine Bosch d’Onet-le-Château (Aveyron) connaît de sérieuses difficultés dans son activité de fabrication de pièces pour moteur diesel. On parle de 10 000 à 15 000 emplois menacés à court terme dans la filière diesel, et de plus de 35 000 d’ici 2030.

Pour les deux usines du Loiret et de la Vienne, nous avons cherché en vain des déclarations tonitruantes de Bruno Le Maire. Sans doute ces fermetures programmées de sites industriels appartiennent-elles à la catégorie des « bonnes fermetures ».

Car chacun le sait, le diesel est à bannir de nos routes. Le gouvernement s’y emploie en augmentant les taxes sur ce carburant. Rien de plus normal alors que les automobilistes se détournent de ce type de véhicules, entraînant la fermeture des usines de la filière.

Est-ce la catastrophe économique et sociale annoncée qui fait que Bercy tente de réhabiliter le diesel ? Nous avons en effet appris le jeudi 7 février que le ministère de l’Économie et des Finances envisageait la possibilité que les véhicules diesel récents puissent accéder au haut du classement des vignettes Crit’Air. Selon les fonctionnaires de Bercy, les véhicules diesel récents rejettent très peu de polluants.

L’ancien dirigeant d’Elf Aquitaine, Loïk Le Floch-Prigent, rappelle sur son blog, qu’au moment du développement du moteur à explosion, deux modèles étaient en concurrence : « un moteur à poussée très forte qui est celui des voitures performantes et un moteur plus lent qui est préféré par les camions et les bateaux, le moteur diesel qui utilise un produit moins sophistiqué que le premier. […] Moins performant, le moteur diesel est aussi moins gourmand, environ 20 à 25 % moins que le moteur à essence ».

Les Européens – essentiellement les Allemands et les Français – développent un moteur diesel pour petits véhicules dont les performances approchent celles du moteur à essence avec une différence de prix minime. Pour favoriser l’industrie française après-guerre et relancer l’économie, les pouvoirs publics ont longtemps dopé le diesel en appliquant sur ce carburant des taxes inférieures à celles de l’essence. Les constructeurs automobiles ont profité de l’aubaine et c’est ainsi que trois quarts des véhicules vendus étaient des diesels.

Le diesel paré de tous les maux

Comme chacun le sait, cette politique a vécu et l’on a dernièrement décidé que le diesel était nocif car il émettait des particules fines et des oxydes d’azote. On a donc édicté des normes antipollution qui ont rendu obligatoire le filtre à particules sur les moteurs diesel (normes, soit dit en passant, qui évoluent constamment et qui font que le diesel propre d’hier est subitement devenu sale).

Puis on a décidé que la fiscalité du gasoil devait être alignée sur celle de l’essence. Le contrôle technique s’est renforcé, multipliant les points à vérifier. Sont apparues également les vignettes Crit’Air pénalisant les vieux véhicules diesel. Enfin, la métropole du Grand Paris a décidé d’interdire petit à petit la circulation du diesel à compter de cette année.

Les fonctionnaires du ministère de l’Économie et des Finances ont pris acte des progrès techniques réalisés dans les filtres à particules. Ce que le ministère de l’Écologie refuse de voir, puisqu’Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a déclaré que attribuer la vignette Crit’Air 1 aux véhicules récents ne se fera pas.

Pourtant, le président de l’équipementier allemand Bosch, Volkmar Denner, affirme que « les émissions des moteurs diesel ne seront bientôt plus un problème ». L’entreprise a en effet développé un nouveau système qui limite drastiquement les émissions d’oxyde d’azote (NOx). Les mesures de Bosch montrent des émissions de NOx près de dix fois inférieures aux normes qui entreront en vigueur en 2020. Et d’après Bosch, les émissions de CO2 ne devraient pas non plus augmenter.

L’idéologie plutôt que les faits

Bref, le diesel retrouverait son avantage, à savoir la production de 20 % à 25 % de CO2 en moins que le moteur essence. Mais tout le monde ne semble pas prêt à l’entendre. Idéologie quand tu nous tiens !

Alors que le gouvernement cherche désespérément des solutions pour calmer la colère des Gilets jaunes, le retour à l’ancienne taxation sur le diesel serait une mesure bienvenue, tenant compte des avancées technologiques.

Ne pas prendre cette voie pourrait signifier que l’alourdissement de la fiscalité sur le gasoil n’avait, en fin de compte, rien à voir avec l’écologie et la pollution.

Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Le CO2 n’est clairement que partiellement à l’ordre du jour, puisqu’on veut remplacer des centrales nucléaires par des éoliennes + des centrales à gaz ( non-rentables à cause des précédentes ). La vogue des diesels a permis de générer la fermeture des raffineries produisant l’essence. Dès quelles ont été fermées, on revient à l’essence, ce qui entraine la fermeture des équipementiers diesels.Le marché des turbines à gaz s’est effondré ( voir General Electric qui a investi un milliard dans Alstom, pour être pénalisé pour n’avoir pu augmenter la main-d’oeuvre chez Alstom, alors même que l’état tuait le marché des turbines – pour le relancer dans quelques années, à pertes pour tous ). Il semble donc que le vrai désir est de casser l’économie, pour arriver à la décroissance censée être l’avenir. Les nostalgiques du Club de Rome doivent apprécier.

    • Croissance chez les uns , décroissance chez le autres ,il y a plus a gagner a faire croître ,par exemple l’Afrique, qu’à faire croître des pays riches arrives a leur limites de consommation.

      • Depuis plusieurs décennies que les pays africains ont recouvré leur indépendance, les avez vous vu croître ? Oui en violence et en démographie. C’est vrai que ça nourrit son homme. Quant à les faire croître, vous plaisantez, c’est un réflexe de colonialiste. Vous faites de l’ingérence.

  • Ce combat anti diesel cache un autre combat bien plus destructeur d’emplois , la fin du véhicule individuel….combien d’emplois pour cette industrie en Europe ?
    L’effet domino sur tout la société nous appauvrira tous…une seule petite vignette a 2€50 aura suffit !

  • Bah, il suffit d’augmenter les prix des PV des machines à flashs. Comme l’on ne peut pas gueuler contre notre sécurité à priori ça passera. M’enfin cette sécurité devient étouffante et asphyxiante. On arrive au moment où ces conneries idéologiques rencontrent le mur de la réalité. Et sans air bag cette fois.

  • Et si l’on vendait une vignette Anarchiste 2.0, certifié pollueur. Au moins il y aurait une saine concurrence ?! Et nos élus ont ils une vignette eux aussi ? En rapport aux résultats ils consomment et polluent à mort…

  • On fabrique moins de moteurs diesel mais plus de moteurs essence. Les emplois perdus d’un côté devraient pouvoir être retrouvés de l’autre.

    De même que la sécurité routière, l’écologie est un bon prétexte pour prélever plus d’argent dans les poches des français, sinon la ticpe n’aurait pas aussi été augmentée sur l’essence.

    • retrouvés de l’autre
      Pas certain : une nouvelle ligne de production est souvent plus économe en main d’oeuvre. Et souvent, la mobilité n’est pas possible, à cause du conjoint et des enfants par exemple.

  • « Bref, le diesel retrouverait son avantage, à savoir la production de 20 % à 25 % de CO2 en moins que le moteur essence »
    Le diesel n’a jamais perdu cet avantage : sa technologie et la quantité d’énergie contenue dans un litre de carburant (vs essence) le rende quasi éternel. Et avec un turbo, il est tout aussi performant qu’un essence (sinon plus du fait d’un plus grand couple à bas régime.

    Par ailleurs, ci-dessous, quelques rappels en réponse à la chronologie défectueuse avancée par l’auteur :
    – le FAP est devenu obligatoire en 2011 (et il équipait les diesels depuis plusieurs années) soit 2 ans avant la publication d’un rapport de l’OMS qui a décrété le caractère cancérogène certain du diesel et une étude européenne sur les morts dus aux PF ; du fait de cette simultanéité, beaucoup de gens ont plus ou moins volontairement affirmé que le diesel tuait 48000 personnes par an
    – l’idée des interdictions de circulation des vieux véhicules en CV des métropoles remonte à 2011 en France (ZAPA) et était censé répondre à une demande de la commission européenne nous reprochant l’air pollué de nos villes et imposant de fait une mesure déjà en vigueur dans de nombreux autres pays (mesure assez peu efficace en réalité puisque la pollution liée au transport routier est minoritaire parmi l’ensemble des sources)
    – les ZAPA sont devenues les ZCR et ont été mises en place en 2015, après les deux études évoquées ci-dessus, qui ont donc eu pour effet de pénaliser le diesel (aucun diesel en Critair 1)
    – depuis un certain temps, les techniciens du sujet plaident pour un rééquilibrage puisqu’avec leur FAP, les diesels émettent moins de PF que les essence (à injection directe) et pas beaucoup plus de NOx du fait des nouvelles normes Euro ; et par ailleurs toujours moins de CO2 ; les pertes d’emplois du secteur ajoutent un argument à la révision du barème Critair ; hélas, pour l’instant, l’affaire reste politique, reconnaître à nouveau les vertus du diesel reviendrait à nier des décisions ministerielles tres récentes et jeterait une pierre dans la marre des écolos qui en ont fait un bouc émissaire bien pratique pour justifier leur politique autophobe
    – l’alignement de la fiscalité est là aussi un dommage collatéral ; la taxe carbone est indépendante de ces questions de pollution (financement du CICE, lutte contre le rechauffement climatique due aux energies fossiles, déséquilibre des produits des raffineries…) ; cet alignement a pour l’instant été stoppé parce que la taxe carbone l’a été mais je pense qu’il réapparaîtra sous une forme ou sous une autre, même si du point de vue du RC, le diesel est préférable à l’essence…

    Toutes ces politiques sont plus généralement le résultat d’une diabolisation de la voiture et du déplacement personnel à l’oeuvre au niveau mondial pour de multiples raisons (sécurité routière, gestion de l’espace urbain, pollution, énergies fossiles, idéologies anti-technique,…). Je n’en vois pas le bout avant longtemps…

  • Surtout que l’on ne peut pas vendre assez d’essence aujourd’hui ! Sans parler de l’éthanol ou du jus de colza. Ceci dit des agriculteurs s’y étaient essayés. Bah pas de bol la brigade a débarqué. Donc l’écologie c’est juste un argument marketing pour faire avaler des nouvelles taxes. Puis comme d’habitude ça dérègle l’économie. Il faudra donc y ajouter des nouvelles lois puis des nouvelles taxes. Imaginez si l’on pouvait faire son plein au gaz de ville directement chez soi… c’est techniquement possible et cette solution est la moins polluante. Pourtant l’Etat n’en parle pas. Comme quoi. Pire, comme Macron le dit, l’hydrogène arrive. Super ! Mais j’imagine qu’un pays communiste ne sera pas aux meilleures places pour cette technologie. Qui voudrait une Renault hydrogène ? A part nos terroristes made in france bien entendu. Au fait à part Benalla l’on ne parle plus des quartiers ? Les GJ ont complètement volé les ondes TV et l’on a oublié le chômage, la dette, les viols, vols, meurtres, suicides, politiciens corrompus, et autres pourritures communistes.

  • « Ne pas prendre cette voie pourrait signifier que l’alourdissement de la fiscalité sur le gasoil n’avait, en fin de compte, rien à voir avec l’écologie et la pollution. »
    Qui en doutait encore ?

  • Et si on cessait de vouloir punir les automobilistes et modifier leurs comportements au moyen la fiscalité? Qu’on se contente de la TVA sur tous les carburants et qu’on laisse faire les marchés.

  • rien à voir avec l’écologie et la pollution.

    Tout à fait. L’état a besoin d’un maximum de pognon pour payer ses dignitaires. Tant pis pour les 40000 chômeurs supplémentaires. Pour nos polytocards, il faut paraître et non être.

  • On ne peut pas changer en permanence les lois et la fiscalité pour des raisons idéologiques, des calculs électoralistes, l’intérêt des copains ou des lubies (dans un sens puis dans l’autre) sans léser (injustement) des millions de personnes.

    On assiste aujourd’hui à des agressions de députés. Cela me semble une « nouvelle » dérive. On peut crier au scandale, se lamenter, mais il faudrait surtout se poser des questions …

  • La République a le syndrome du caniche. Si forte et implacable avec les faibles et si impotente et incompétente avec les puissants. Si généreuse avec l’argent des autres et si laxiste avec la justice et les finances. Si prompte à mâter du manifestant mais tellement incapable de se mettre un coup de pied au cul. Ce pays fabrique du vide avec du rien. Curieusement des millions de gens n’en souffrent pas. Tant que ça marche.

  • et tout cette hystérie est encore une fois basée sur des « études » qui,lorsque l’on fouille un peu, sont pour le moins discutables
    https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2019/01/25/nitrogen-oxide-is-it-really-that-dangerous-lung-doctors-ask/

    le climat, la pollution aux plastiques, etc, toute cette fable ruineuse que l’on ma

    cette phrase…

    • oups, martèle par une propagande que n’aurait pas renié le moustachu.

      cette phrase… assassine

      Should there actually be many causal deaths from particulate matter and NOx, then lung doctors should notice this in their daily practice, Köhler argues. But this is not the case at all.

      en pleine controverse sur les fake news… ce serait risible si cela ,ne conduisait à notre asservissement à une idéologie destructrice

  • Le moteur diesel n’est pas prêt de disparaitre car plus performant

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Par Henry Bonner.

Les entreprises pétrolières sous-investissent. Le gaz russe est frappé de sanctions. Les énergies renouvelables concentrent les faveurs du pouvoir. Tout est en place pour une hausse des énergies fossiles que les consommateurs subiront.

À partir de l’année prochaine, les voitures auront toutes un système de limiteur de vitesse.

Le but est de vous inciter à conduire plus lentement et de sauver des vies, prétendent les autorités. Cela concernera-t-il aussi les voitures des cortèges officiels ?

Au Roy... Poursuivre la lecture

Par Samir Ayoub et Luc Meunier.

Le prix du carburant a atteint un niveau record à la pompe dépassant ainsi celui de 2018, qui avait déclenché le mouvement des gilets jaunes. Or, malgré les récents appels des leaders historiques pour reprendre le mouvement et une forte activité sur les réseaux sociaux, le bilan des premières mobilisations reste relativement mitigé.

Parallèlement, le gouvernement vient d’annoncer « une indemnité inflation » de 100 euros par personne gagnant moins de 2000 euros nets par mois.

Cette indemnité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles