Faut-il tuer le diesel ?

Le diesel est devenu le nouvel épouvantail des écolos. Il a pourtant des avantages grâce notamment à un rendement thermodynamique supérieur à celui de l’essence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il tuer le diesel ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 décembre 2016
- A +

Par Michel Gay.

Faut-il tuer le diesel ?
By: Kenny LouieCC BY 2.0

Le débat actuel sur la dangerosité du diesel fait souvent appel à des arguments irrationnels.

Pourtant, les normes européennes d’émissions des véhicules, dites « normes Euro1 » (de Euro 1 à Euro 6b aujourd’hui) fournissent des éléments de comparaison entre les moteurs diesels et essence2. Elles déterminent les seuils maximums d’émissions d’oxyde d’azote (NOx), de monoxyde de carbone (CO), d’hydrocarbures, et de particules.

Et les chiffres sont étonnants !

Si la masse de NOx autorisée par km du diesel est bien supérieure de 30% à celle de l’essence (80 contre 60 mg/km), en revanche celle du CO est divisée par deux en faveur du diesel (500 au lieu de 1000 mg/km pour l’essence).

Mais surtout, si la masse autorisée des particules émises est identique pour le diesel et l’essence (4,5 mg /km), le nombre de particules fines émises par un diesel actuel est dix fois inférieur par kilomètre à celui d’un moteur essence, car ce dernier n’est pas encore équipé d’un filtre.

Le diesel, épouvantail des écolos

Depuis la mise en œuvre des normes Euro 5 et Euro 6b, les émissions diverses des véhicules diesels se sont rapprochées de celles des véhicules à essence. Dans ces conditions, vouloir éliminer le diesel n’a aucune base rationnelle et relève de l’idéologie « verte » qui trouve là un nouvel ennemi fédérateur. Le diesel est devenu le nouvel épouvantail des bobos-écolos.

Le diesel a pourtant des avantages grâce notamment à un rendement thermodynamique supérieur à celui de l’essence. Il en résulte une économie de carburant, et donc aussi une réduction des émissions de CO2 d’au moins 20% (à service identique).

Les cassandres prétendent qu’il reste encore des particules fines à la sortie des filtres. Mais cela concernera aussi bien le diesel que l’essence lorsque toutes les voitures seront équipées de filtres à particules dans quelques années.

Faudra-t-il se passer des voitures à moteur thermique sous prétexte de ne pas pouvoir filtrer toutes les particules fines ?

En attendant que l’autonomie des voitures électriques soit multipliée par trois ou quatre, et que leur temps de recharge soit divisé d’autant, la traction animale pourrait revenir à la mode dans les grandes villes… Certes, le crottin favoriserait la pousse des bégonias sur les balcons, mais les émissions animales de méthane, un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant que le CO2, monteraient alors en flèche !

Terrible dilemme…

  1. Ces normes (de Euro 1 à Euro 6b aujourd’hui) ne tiennent pas compte des émissions de CO2. Ce gaz n’étant pas un polluant, il est pris en compte dans d’autres normes liées aux consommations.
  2. A l’exception de certains moteurs particuliers comme ceux à injection indirecte d’essence.
Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • On s’en fiche de rouler avec du diesel ou de l’essence . Si on a acheté un diesel pour faire des économies à la pompe c’est pas pour se faire traiter de pollueur c’est juste une question d’argent . Les écolos peuvent ils comprendre ça ? Sont ils tous en vélo ? Habite t ils à la campagne où la voiture est indispensable et coûteuse ? Je crois que les écolos vivent en ville et se déplacent en transport en commun . Mais quand y en a pas que fait on ? On habite en ville alors qu’il faudrait mieux repeupler les campagnes avec des gens en voiture ça équilibrerait les pollutions . La campagne ce n’est pas que pour les petits vieux !

  • « rendement thermodynamique supérieur à celui de l’essence » Vous en êtes sûr, il me semble que le rendement thermodynamique est une histoire de température source chaude et source froide.
    Sinon, que l’on enlève les 200% de taxes sur les carburant et on verra bien si les gains en consommation du diesel ont un sens quand on place de l’autre coté de la balance la débauche de technologie nécessaire…

    • Il suffit, pour vérifier cet écart de rendement favorable au diesel de regarder les consommations d’une voiture disposant des deux motorisations et performances identiques. C’est bien dans moins 20 % en faveur du diesel.

      • Je parle de rendement thermodynamique (celui du cycle de Carnot). D’ailleurs quelle est l’utilité de parler d’un rendement thermodynamique pour un moteur à combustion interne ?

    • vous parlez du rendement de Carnot, le maximum, e= 1- Tfroid/Tchaud
      Tchaud est plus élevé dans un moteur diesel parce que le taux de compression y est plus élevé, d’où meilleur rendement thermodynamique théorique (et réel, aussi, ce qui est plus important).

      « que l’on enlève les 200% de taxes sur les carburant et on verra bien si les gains en consommation du diesel ont un sens quand on place de l’autre coté de la balance la débauche de technologie nécessaire… »
      En fait, le diesel technologiquement est plus simple que l’essence, il n’a pas besoin de système d’allumage. Il est plus cher pour d’autres raisons.
      Mais vous avez raison, obnubilé par le « rendement » on a complétement oublié la variable vraiment pertinente, qui est la dépense HT sur la durée de vie de la machine (pour une autonomie donnée). C’est pas pour rien si, avant la folie antigaspi, le diesel était la norme pour les camions et absent des voitures particulières.

      Si on laisse juste la TVA sur le carburant, sans les taxes, je parierai volontiers qu’on verrait un retour de l’essence simple et pas cher, consommant 10l/100 plutôt que 5.

  • Vous avez raison de mettre en ligne des « données techniques comparatives » entre moteur essence et moteur diesel, mais les écolo-bobos sont bien incapables de faire une analyse sérieuse. Ils ne sont pas la pour faire de l’écologie, qui normalement est une science, mais pour faire une politique incompréhensible pour quelqu’un d’honnête. Il n’y a qu’à voir le fiasco des éoliennes qui ne brasse que du vent (quand il y en a) et des subventions faramineuses. Là, ils n’hésitent pas à défigurer les paysages terrestres et maritimes. Comble, ils arrivent même à faire tourner ces mêmes éoliennes quand il n’y a pas de vent, pour faire croire, ce qui est assez cocasse puisqu’il faut de l’énergie pour les faire tourner ! Quel gain ? En fait, ne sont-ils pas, eux, les vrais pollueurs ?

  • En fait, le moteur essence devrait être interdit depuis longtemps pour sa consommation excessive .encore le lobby pétrolier en action !

    • Non un moteur essence ne consomme pas beaucoup plus qu’un moteur diesel. C’est idiot d’opposer ces 2 carburants, le raffinage du pétrole produit ces 2 carburants de manière indissociable, on ne peut produire l’un sans l’autre, donc abandonner l’un ou l’autre n’a pas de sens.

  • Le probleme n’est pas le diesel en tant que tel… l’essence n’a rien d’un carburant sans danger pour la santé…. et bien malin qui m’expliquera comment seront rechargées les batteries des voitures nucléaire aujours’hui…

    ce qui n’est plus supportable :

    – les mensonges sans fin sur les performances des moteurs, sur l’efficacité très théorique des filtres à particule, etc…
    – la dieselisation généralisée des véhicules, dont 80% ne font que des trajets quotidien de quelques km

    J’entendais les autocaristes exiger de continuer de laisser leurs cars moteurs en marche stationner dans Paris… pendant que les touristes visites à pied…

    c’est non seulement débile, mais contre productif…

    L’autocariste investira ( ou se regroupera/louera… etc..;) un autocar à usage parisien… que son autocar diesel viendra alimenter de touriste…
    certe, un peu d’organisation et de coordination… mais peut être meme plus rentable économiquement..

  • Sans doute un reste inconscient des fumées bien noires et bien odorantes (le gazole était encore « souffré ») qui émanaient des (vieux) moteurs Diesel, c’est à dire presque exclusivement des camions ou des autocars ! Ah, nostalgie… Je vous parle d’un temps que les moins de 20 (30, 40?) ans, ne peuvent pas connaître, etc etc
    Quant aux voitures à moteur diesel actuelles, l’économie de carburants, et incidemment de CO2, c’est bien , mais il faut quand même rouler plus qu’avec un moteur essence pour amortir le prix d’achat et d’entretien. (J’en suis un contre exemple parfait ayant acheté une petite « diesel », mais d’occasion, à peine 170.000 km pour bientôt 17 ans…)

    • Le taux de particule est dépendant du taux de compression, quelque soit le carburant.

      Donc oui un moteur essence à injection directe (très nouvelles motorisations et encore très rares) sans filtre à particule émet plus de particules qu’un diesel avec filtre à particules.
      Cela va être corrigé par un filtre à particule sur ces nouvelles motorisations essence.

      Le gros du parc essence utilise un moteur à injection indirecte + pot catalytique et n’émet pas de particules.
      Ce parc est contemporain de diesels sans filtre à particule qui circulent encore beaucoup.
      Merci la longévité des moteurs diesel…

      Par ailleurs la mesure de particule sur les pots filtrés des nouveaux diesels est totalement hypocrite.
      Elle se fait directement en sortie de pot alors que les particules se forment à plusieurs mètres derrière, lorsque les gaz se refroidissent. Elles sont plus fines et plus pénétrantes dans les poumons et plus dangereuses pour la santé.
      (Thrombose dues aux particules, dans le sang des guichetiers aux péages d’autoroute.

      Non vraiment, il n’y a pas photo le moteur essence (injection indirecte+ pot catalytique) est moins nocif pour la santé, les gens des villes vous remercierons.

      Le CO2 est un autre débat et il est bien en faveur du diesel.
      Le NOx reste en faveur de l’essence.

      Santé maintenant (essence) ou réchauffer un peu plus la planète demain (deisel), voilà le choix.

      • @ lehamstersortidesaroue

        Vous écrivez : « la mesure de particule sur les pots filtrés des nouveaux diesels […] Elles sont plus fines et plus pénétrantes ».

        J’avais posé une question aux commentateurs à ce sujet mais vous ne l’avez sans doute pas vue, pourtant, vous êtes le seul à sembler pouvoir y répondre. La question que je me posais était de savoir si la présence de ces nouveaux filtres – à moins que ce soit des filtres classiques sur des « nouveaux diésels » – provoquent plus de particules fines pathogènes que dans une quelconque situation précédente et si oui pourquoi ?

        J’espère que j’aurai la chance que ma question vous parvienne et que vous aurez la gentillesse de bien vouloir y répondre.

        Cordialement.

        • La sortie du pot d’échappement peut quasiment être exempte de particules :
          https://www.youtube.com/watch?v=QOUTVJaNjHo
          discours constructeur…

          et pourtant, je cite: « D’après Kittelson17, la composition des particules Diesel est variable suivant où et comment elles sont collectées. Dans la ligne d’échappement, où les températures sont élevées, la plupart des composés volatils (hydrocarbures, acide sulfurique) sont en phase gaz. Lorsque les gaz d’échappement se refroidissent en se mélangeant à l’atmosphère, des phénomènes de nucléation, condensation et adsorption transforment les composés volatils en particules solides ou liquides »
          http://scd-theses.u-strasbg.fr/928/01/PESANT2005.pdf

          La formation de particules bien après la sortie de pot, n’est jamais mesurée…
          cela concerne tous les moteurs, diesel et essences à injection directe, avec ou sans filtre à particules.

          « L’injection directe favorise la génération de particules fines quand il fonctionne en mode stratifié, ce qui commence à poser problème aux moteurs essence récents qui fonctionnent de plus en plus de cette manière. »
          http://www.fiches-auto.fr/articles-auto/fonctionnement-d-une-auto/s-1256-difference-entre-injection-directe-et-indirecte.php

          « Il faut aussi noter le paradoxe
          car à priori les nanoparticules sont les plus dangereuses pour la santé mais ce sont aussi
          celles qui échappent à la réglementation puisque la législation actuelle se fait par pesée. »
          http://scd-theses.u-strasbg.fr/928/01/PESANT2005.pdf

          cordialement.

  • A technologie équivalente, turbo, injection directe etc, le rendement du diesel est quasiment identique. La différence de « consommation » ne s’explique que par la densité du gazole 20% supérieure, autrement dit quand on achète 1L de gazole, on achète 20% d’énergie de plus qu’avec 1L de super. Donc in fine l’un consomme autant que l’autre ! D’ailleurs il n’y a que dans sa vente au détail qu’on considère le carburant au volume, sinon c’est au poids, surtout en ingénierie, physique ou chimie …

      • @ Harry Claude-Mouton

        J’ai vérifié sur internet : 850 kg/m3 pour le gasoil contre 750 pour le sp. Mais bon, c’est vrai que ça ne change rien sur le bénéfice rapporté par le prix du diésel et son autonomie au litre.

        • Ce qui n’explique qu’une partie de l’écart de consommation à performances égales.

          Il faut intégrer les pouvoirs de combustions respectifs, et cela fait, il reste une différence, en faveur du diesel, d’environ 20 %.

      • Oui, le comité du Nain Porté va-t-être content : ils ont retrouvé leur membre, le Nain Porté Nawack 🙂

  • Il faut aussi dire que l’essence contient du benzène, produit cancérigène avéré chez l’homme. Laisser penser que l’essence est la bonne solution face au diesel est un mensonge.

  • @ Commentateurs et auteur Michel Gay

    J’ai entendu dans une émission, possiblement C dans l’air, je ne me souviens plus, une assertion qui m’a paru totalement fantaisiste mais qui requiert néanmoins une certitude car finalement, c’est peut-être bien là que se trouve le fond du problème. En effet, l’un des intervenants affirmait non pas que le filtre à particule laissait passer les particules fines, mais pire, qu’il serait source de plus de particules fines que s’il n’y avait pas de filtre, tout en s’appuyant sur l’idée que ce sont elles qui sont dangereuses pour la santé compte tenu de leur pouvoir pénétrant dans les profondeurs de nos tissus et cellules – ce qui paraît particulièrement sensé. Mais la phrase première partie de l’allégation semble fantaisiste.

    Comment la présence du filtre pourrait-elle accroître la concentration des particules les plus fines ? Si quelqu’un pouvait répondre à cette question, j’en serais très reconnaissant car elle me taraude depuis la diffusion de l’émission.

    D’un autre côté, même si je suis opposé à l’interdiction du diésel, je me sens néanmoins pris dans une contradiction car je sui favorable aux pressions qui pourraient être faîtes pour accélérer l’émergence de l’électrique, bénéfique sur tous les plans – y compris pour la relance du nucléaire …

    • Comment la présence du filtre pourrait-elle accroître la concentration des particules les plus fines ?

      Mystère … et boule de gomme ❗

    • Sur 100 particules, vous avez 60 grosses, 30 moyennes et 10 petites. Donc les petites (mangeuses d’enfants communistes) représentent 10%.
      Vous mettez un filtre au final, sur 100 particules, il en reste 7 grosses, 3 moyennes et 10 petites, donc le pourcentage est de 50 et donc il y a 5 fois plus de petites qu’avant. C’est évidemment faux car on ne doit pas résonner en relatif mais en absolu.

      Sinon, j’ai entendu que comme la grosse particule n’était plus là pour aller dans nos poumons, la petite avait plus de place pour faire mal …. vous voyez un peu le niveau …

  • Il suffit d’aller sur les forums automobiles pour constater que la plupart des gens possesseurs de diesel font enlever le filtre à particule.
    Ils on même inventé un verbe pour cela : défapper ( plus de FAP)
    C’est fait car leur FAP s’engorgent dans les embouteillages, le maintenir coûte cher et cela laisse la possibilité de gagner de la puissance par reprogrammation de la cartographie.
    Jusqu’à maintenant le contrôle technique ne tenait pas compte de cette modification.
    J’ai cru comprendre qu’à partir de 2017 ce ne sera plus permi
    Mais on peut supposer que comme pour les véhicules faisant les marchés ou bien les flottes de véhicules de gens du voyage, l’apparition de beaux billets au contrôle technique permettra de passer le contrôle haut la main.
    Quelqu’un pense t’il vraiment qu’un seul camion, camionnette ou fourgon visibles les jours de marché les jours de marché a pu passer lle controle sans problème?

  • <<>>

    D’ ou sortez vous cette ânerie???
    Les particules sont directement associé à l’homogénéité du mélange.
    Seule les derniers véhicules essence à injection directe produisent plus de particules.
    Mais ils sont loin de représenter la majorité du parc essence en France ; Alors que les turbo diesel à injection directe oui.

    Cessez vos sophisme; Vous comparez les 2 carburants à charge contre l’essence en choisissant de comparé un type de moteur qui ne représente pas la majorité du parc essence aujourd’hui!!!

    Les particules d’un moteur essence à injection indirecte sont nettement moins élevé que sur un moteur diesel.
    Sur ce je vais retourner sur yahoo , leur articles sont pas si mal que çà finalement.

    • Sauf que la norme est devenue plus sévère pour le diesel que pour l’essence, les motoristes n’arrivant pas à respecter la norme pour les modèles essence.

    • Bon, je vois que la « carburantologie » est une science tout aussi « settled » que la climatologie…

  • Je ne sais pas pour vous, mais moi je me souviens de la « pastille verte » posée sur les pare-brises, des bonus à l’achat et autres reprises quand il s’agissait de promouvoir le diesel au milieu des années 90. A l’époque le diesel c’était beau-écolo et tout et tout, mais les bus de ville et les camions crachaient noir, et les bagnoles aussi, mais le gouvernement du moment, et ils me semblent aussi les écolos, voulaient du diesel à tout prix. Avec une belle petite ristourne pour tout le monde à la pompe. Le diesel risque de subir ce qu’ont subit les moteurs 2 temps, et le super sans plomb.
    Et maintenant comme si de rien n’était le diesel c’est le mal ! Oubliées les 20 dernières années à favoriser le diesel. La ministre de l’ecologie actuelle très copine avec la reine de Paris, a oublié ce qu’était une dictature, elle peut bien oublier ce qu’ont fait ses prédécesseurs.
    De plus, si l’Etat cessait de ponctionner autant les entreprises, en particulier les constructeurs automoblies français dans le contexte de l’article, ces derniers auraient plus de moyens à mettre dans la recherche et le développement pour améiorer les moteurs, voire même en créer un nouveau type. Mais bon on est en France, et l’Etat DOIT TOUT faire parce qu’il sait TOUT faire mieux que les professionnels. Mouais…

    • Oh oui que je m’en souviens… J’en ai même fait mon pseudo… (mon dernier job était dans la dévelopitude durable, et à un collègue qui voulait me surnommer « Nicolas » – Hullot, pas Sarko – j’avais répondu que je préférais « pastille verte », en souvenir des temps heureux où tout roulait, non là je rigole).

  • Et si on commençait par le plus simple:tuer le poele a mazout et la chaudière a gaz…. et les grille-pain
    A Paris ,le matin, c,est ça qui embaume l’air , odeur qui disparait dès que la circulation auto reprend et brasse l’air.

  • Finalement, ce sont surtout des problèmes de lobbyismes pétroliers qui divisent le petit peuple de France. Si c’est une « affaire de rendement », le diesel et l’essence, sont très loin du moteur électrique « moderne ».
    Et tant qu’on parle moteur thermique, les pétroliers et les écolos, gagnent chacun dans leur catégorie.
    Mais si une voiture électrique, bidouillée par un bricoleur électricien dans son garage, venait à apparaitre sur le « marché », alors là, l’État, celui qui veut « notre bien tout le temps, surtout qu’en ça l’arrange », se verra contraint d’interdire ce véhicule, car il ne « récupèrerait » plus ses taxes sur les produits pétroliers si chers à son budget.
    Quand on sait que les trajets journaliers moyens en semaine, sont d’une cinquantaine de kilomètres, on mesure l’état dans lequel les « pétroliers » nous ont mis pour garder main mise cérébrale sur le besoin d’autonomie de l’automobiliste qui ne fait le « plein » de son réservoir qu’à coups de 25€ de carburant vu son portemonnaie hebdomadaire.
    Avec les écolos, les éoliennes continueront encore longtemps de tourner sans vent ni d’être raccordée aux réseaux. Quant aux pétroliers, tant qu’il y a du pétrole, les « affaires » marcheront bien. Seul l’État « gabegiste » et son département du Budget vorace, ne veut pas d’avancées libératrices et autonomistes pour ses administrés et surtout leurs porte feuilles.
    Le premier qui trouve la « vérité », il sera exécuté….

  • La source des particules les plus dangereuses, car les plus fines, pour la santé est … le système de freinage !
    Plutôt que d’interdire le diesel, il faudrait interdire de freiner. ?
    A noter l’atmosphère particulièrement nocive à l’intérieur des stations de métro lors du freinage de la rame.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

Depuis le 1er janvier 2022, les fournisseurs d'accès internet et opérateurs mobiles (Orange, Bouygues, Free et SFR) doivent communiquer aux consommateurs les émissions de gaz à effet de serre en lien avec leurs usages internet et mobile. Mais attention, sur-informer rime aussi avec danger !

Oui, Internet ça pollue !

À destination des abonnés (soit tous les consommateurs français), cette information doit servir un objectif de « sensibilisation à l'impact de leur activité et leur consommation numérique sur l'environnement et le climat »... Poursuivre la lecture

Le prix de l'essence augmente. Il semble que cela soit une constante de l’histoire : les prix augmentent et le pouvoir d’achat diminue.

En tous cas voilà l’opinion relayée par les journalistes et ressentie par ceux qui font leurs courses. Pour autant les conducteurs ont la mémoire courte : chacun est capable de mémoriser le prix du carburant sur quelques semaines voire quelques mois, mais pas au-delà, si bien qu’il est difficile de savoir de combien les prix de l’essence ont augmenté.

C’est ici qu’il est utile d’accéder aux trav... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles