Des nouvelles de vos impôts et de l’argent que l’État vous laisse

Nos politiciens ont beaucoup d’idées concernant notre argent : une main sur le cœur, une autre dans notre poche.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Empty pocket by CafeCredit.com(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des nouvelles de vos impôts et de l’argent que l’État vous laisse

Publié le 3 février 2019
- A +

Par Nicolas Perrin.

C’est officiel : en rendant la hotline du fisc « gratuite » en prévision des couacs à venir avec le prélèvement à la source, nos politiciens de carrière vous font cadeau de six centimes pour 2019.

Malheureusement, si l’on se penche sur la colonne « mauvaises nouvelles », la liste des entrées est nettement plus longue…

L’argent des autres : les gentils contre les méchants (le retour)

En bonne politicienne, Marlène Schiappa s’évertue à nous convaincre que seul notre bonheur – collectif, comment en serait-il autrement ? – guide son action politique. La secrétaire d’État ne reprend certes pas (encore) la terminologie mélenchonienne à proprement parler, mais elle aussi se vit comme figurant au nombre des descendants des gentils, des doux, des solidaires, des préoccupés des autres. Le Camp du Bien en somme, par opposition à ceux qui voudraient vous rendre votre liberté et votre responsabilité.

Très bien, mais comment distinguer à coup sûr un gentil d’un méchant, vous demandez-vous peut-être, cher lecteur ? Eh bien il n’y a en fait rien de plus facile. Tout d’abord, comme l’a rappelé Marlène Schiappa au mois de décembre, là où les gentils ont un cœur, les méchants ont à la place une calculatrice.

Certains ont néanmoins relevé que lorsqu’il s’agit d’aborder les sujets qui l’intéressent, notre secrétaire d’État retrouve miraculeusement sa capacité à faire parler les chiffres…

Ensuite, si le représentant autoproclamé du Camp du Bien s’exprime avec une main sur le cœur, attention, l’autre est souvent dans votre poche ! Eh oui, impossible pour notre croisé de la redistribution de faire un cadeau à Jacques sans taper dans le porte-monnaie de Paul.

Comment se faire payer le thé par les usagers du service public

Vous vous souvenez de Ian Brossat, l’adjoint d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris ? Figurez-vous que ce monsieur s’est félicité la veille de Noël d’avoir contribué à faire passer frauduleusement un département entier au tarif le plus bas pour l’électricité, le temps d’une journée.

Guillaume Nicoulaud (camp des Méchants) a tenté de faire un peu de pédagogie à l’attention de notre tête de liste du PCF aux élections européennes. Répartir frauduleusement la propriété privée d’autrui sans lui demander son avis, c’est effectivement proprement inacceptable, tant sur le plan de la morale que sur le plan de l’état de droit.

Évidemment, cela n’a pas donné grand-chose. Mais comment voulez-vous faire comprendre quoi que ce soit à quelqu’un qui s’ébahit que Jacques lui paye le thé après avoir reçu de l’argent piqué à Paul ?

Oui, « c’est beau, la solidarité » avec l’argent des autres… enfin c’est beau comme du Marlène Schiappa !

Si j’arrête de grossir, ma balance va-t-elle finir par afficher zéro ?

Ou alors beau comme du Thomas Guénolé ? J’hésite… Si vous ne connaissez pas ce monsieur, sachez qu’il se présente comme un intellectuel de gauche et qu’il est co-responsable de l’école de formation politique de la France insoumise.

En tant qu’intellectuel, Thomas Guénolé a naturellement un compte Twitter sur lequel il partage sa science avec le commun des mortels. Voici le genre de fulgurances qui sortent de ce brillant esprit :

Si vous avez compris que ce n’est pas parce que vous arrêtez de grossir que votre poids tombe pour autant à zéro, alors bravo : vous avez le niveau requis pour être politologue à Science Po et intellectuel de gauche.

Succession : à qui appartient votre patrimoine ?

Chez Terra Nova (le think tank de gauche grâce auquel le Parti socialiste est passé de 20 % à 5 % en délaissant les bas revenus au profit des minorités), on fait aussi partie du Camp du Bien, mais on est moins allergique aux calculettes. Du coup, on sait que la dette publique ne peut pas être « supprimée en une dizaine d’années ».

Mais comme on est socialiste jusqu’au bout des doigts, on a une solution unique pour régler chaque problème. Du coup, comme on aimerait bien trouver un moyen de compenser le manque à gagner de 3 milliards d’euros pour l’État consécutif à la refonte de l’ISF, la solution est toute trouvée :

Cela représenterait grosso modo une hausse de 25 % du rendement de la fiscalité des successions.

Sur 20 ans, on a assisté à un quasi triplement des recettes fiscales au titre des droits de mutation à titre gratuit…

Pendant ce temps-là, certains pays adoptaient la stratégie inverse en diminuant fortement ces droits, ou tout simplement en les supprimant. Comme l’expliquait Virginie Pradel dans Le Figaro au mois de mars dernier :

« Encore une fois, la France se trouve totalement à contre-courant du reste du monde. Depuis le début des années 2000, 15 des 35 pays de l’OCDE ont supprimé l’impôt sur les successions, parmi lesquels le Portugal (2004), la Suède (2005) la Russie (2005), l’Autriche (2008), la République Tchèque (2014) et la Norvège (2014). L’Italie les a également supprimés en 2001 avant de les réintroduire en 2006 à un taux très faible. »

Niveau droits de successions, hormis en Belgique, aucun État ne sait faire pire que nous au sein de l’OCDE.
 

Comme le révèle l’exemple suédois, une politique efficace sur le plan économique ne repose pas sur les bons sentiments. L’avocat fiscaliste explique :

« Ce ne sont pas les pays qui taxent ou redistribuent le moins qui ont aboli l’impôt sur les successions ; le niveau de pression fiscale et des dépenses publiques de la Suède et de l’Autriche étant relativement proches de ceux de la France. Cela illustre le fait que certains pays protecteurs ont su faire passer leur prospérité économique avant une idéologie fiscale destructrice… En Suède, État-providence par excellence, ce sont d’ailleurs les sociaux-démocrates qui ont supprimé les droits de succession ; ce qui a eu un impact bénéfique puisque le célèbre fondateur d’IKEA, Ingvar Kamprad, et d’autres grands industriels, ont choisi d’y retourner après plusieurs années d’expatriation fiscale. »

Nos intellectuels de gauche comprendront-ils un jour que l’enfer est pavé de bonnes intentions ?

Pour Thomas Piketty , cela semble être définitivement non…

Ce dernier propose d’adopter un « Budget de démocratisation de l’Europe », lequel « sera financé par quatre grands impôts européens, marqueurs concrets de cette solidarité européenne, qui porteront sur les bénéfices des grandes sociétés, les hauts revenus (au-delà de 200 000 euros par an), les hauts patrimoines (au-delà d’un million d’euros), et les émissions carbone (avec un prix minimum de 30 euros par tonne, qui a vocation à être rehaussé annuellement). »

Si vous avez du mal à comprendre ce qui anime la démarche de Thomas Piketty, c’est que vous avez oublié le postulat de l’intellectuel de gauche. N’ayez crainte, Daniel Tourre est là pour vous le rappeler.

Quand j’étais en Master 2 en gestion de patrimoine, un intervenant assez célèbre dans le métier avait débuté son cours par une passionnante introduction orientée étymologie. C’était l’occasion de nous rappeler que le terme patrimoine a été introduit dans la langue française autour de 1150. Il provient du latin patrimonium, qui signifie les biens de famille (l’ensemble des biens du pater familias de nos sociétés patriarcales).

L’une des tâches du conseiller patrimonial consiste à s’assurer de la pérennité de ce qu’un individu a reçu de ses pères au fil des générations, bien souvent pour transmission à la génération suivante. Il s’agit donc d’aider à perpétuer un principe qui est la norme dans l’immense majorité des pays de l’OCDE, principe que rêvent de détruire les intellectuels français de gauche pour lesquels la propriété est une concession qui vous est faite par un État qui a tous les droits.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • les français votent a gauche … laissons les profiter de ces avantages

    • @ claude henry de chasne
      De toute façon, Th.Piketty est un clown, peu crédible en économie!
      Et de lamême façon, la France s’occupe de son patrimoine, ce qui VOUS coûte un pont, à sa façon, ce qui VOUS coûte un second pont! (faut bien payer les fonctionnaires et les bakchich’s!).

  • Devise éternelle des états socialistes, « Ce qui est à moi est à moi ; ce qui est à toi est négociable »…

  • C’est drôle, remplacez le mot « Etat » par « voisin » et ça donne:
    « Si votre voisin vous prend environ 60% de votre argent et qu’il vous en redonne 5%, il vous fait un cadeau? »

    Je pense que là, les gens serait un peu moins compréhensifs 😀

  • Les intellectuels français de gauche sont un avatar du courant mondialiste (appelé aussi mouvement révolutionnaire mondial) qui a largement inspiré un Trotsky (par exemple) et dont l’abolition de la propriété privée est un combat permanent. Pour le peuple bien sûr, pas pour les apparatchiks du Parti…

    • @La petite bête : C’est exactement cela, sans oublier qu’à la chute du mur, les trotskistes orphelins de l’URSS se sont massivement reconvertis dans le militantisme écologique, féministe, climatique, végan, bref tous les emmerdeurs hystériques.

      • Vous en oubliez, Presque tous les démocrates Neo-cons aux US sont trotskystes, Hillary Clinton elle-même se dit trotskyste. En fait le trotskysme c’est votre appauvrissement, mais pas le leur.

  • On pourrait peut être , nous le peuple, faire notre mur des cons…..la muraille de Chine ne suffirait pas !

  • D’un coup je pense aux héros de mon enfance. Belmondo, lino ventura, john wayne, les magnifiques musiques d’Ennio morricon, il était une fois dans l’ouest et Claudia Cardinale. Bud spencer et terence hill et les super-cops, super cowboys. Et puis paf, on se trouve en 2019. Franchement la France de 2019 ça fait pas rêver. Des cloportes en politique et nos héros sont des minettes en string qui essayent de chanter. Où sont passés les super-héros ?

  • Si l’Etat veut remplacer nos héros, nos religions, nos idéologies et qu’en plus il nous vole pour obtenir ce magnifique résultat alors je dis sans problème qu’il faut bruler le bordel sans pitié et sans arrière pensée. C’est ainsi que nos héros castrés et humiliés feraient si ils étaient encore là. People, grow some balls. Release the beast. Follow the white rabbit!

  • Et si comme dans Matrix l’on doit choisir entre deux pastilles n’hésitons pas une seconde. Ce monde a besoin de héros plus que jamais.

  • @michel0, moi je peux. 5% pour ma bière, 60% pour me laver du communisme avec ma gnole. Le plus important c’est de dire de quoi l’on parle. Shiappa est à 99% stupide et coûte 100% un pognon de dingue. Je lui laisse 1% pour ses nichons qui à priori font des adeptes.

    • La bière vous réussit… Je constatais juste le nombre de clientes dans les magasins de fringues qui demandent à la vendeuse : cette robe à 400€, soldée à 50%, ça fait combien ? Et la vendeuse de faire avec sa calculette 400 – ( 400 x 50%) et de répondre « 200, si je ne me suis pas trompée, je refais le calcul si vous voulez vraiment la prendre »…

  • Notre socialo-marxiste de « jupiter », névrosé du racket et de la ponction fiscale, ne sait penser qu’augmentation impôts, taxes, contributions…etc… le tout enrobé de petites magouilles et tours de passe-passe du style « je te donne d’une main pour reprendre de l’autre ». Il a appris cet escamotage dans la boîte à ANE (ENA) et l’applique à la lettre. Ne demandons pas à cet esprit formaté pour les dépenses publiques un quelconque changement économique. Nous vivons actuellement le « pensez printemps » qu’il clamait hilare en s’égosillant et en se dandinant…
    Mais libérer les entreprises, diminuer les dépenses publiques, réduire le nombre des fonctionnaires pour équilibrer le budget, ne sont que des blabla virtuels (enfumage) qui font « bien » dans les discours… Quant à leurs réalisations réelles…. elles brillent par leur absence !

  • @corbc, oui. On a l’impression que l’incompétence et la démagogie sont les qualités les plus importantes pour être élu de la Raie-publique. Et franchement qui voudrait y mettre ses doigts à moins d’aimer profondément se prélasser dans la putréfaction ? Ces technocrates le peuvent. Hontectomisés, incompétents, ego surdimensionné, ils peuvent selon leurs envies bricoler la vitesse ou le gras de notre assiette. Faire nos poches et nous éborgner. Qu’attendre de plus. N’y a t’il pas assez de preuves ? Ces gens veulent notre BIEN. Et ils l’auront l’ensemble de nos Biens. Après ils pourront nous demander de se prosterner à leurs pieds en demandant pardon. Car eux seuls peuvent nous sauver de nous mêmes. Voilà en gros la France de 2019 et après.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Invitée lundi 4 avril sur BFM TV, la candidate du Rassemblement national défend l’idée d’une baisse des taxes sur les carburants, expliquant que cela avantage les consommateurs français.

« Il faut rendre leur argent aux Français […]  On baisse les taxes, ça avantage les Français, personne d’autre »

Raisonnement imparable : on se demande pourquoi Marine Le Pen ne le généralise pas et le juge vrai seulement pour le pétrole, le gaz, l’électricité et 100 produits de première nécessité qu’elle sait choisir mieux que nous, même si ell... Poursuivre la lecture

La fiscalité de production reste un frein majeur à la compétitivité française. L’essentiel de la classe politique est conscient que la baisse de 10 milliards mise en œuvre cette année est insuffisante et qu’il faut aller plus loin.

La nocivité de la CVAE

Un débat s’est développé entre ceux qui souhaitent supprimer la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises ou CVAE et ceux qui veulent démanteler la Contribution sociale de solidarité des sociétés ou C3S. La CVAE, assise sur la ... Poursuivre la lecture

Certes les prix flambent mais quelque part c’est la loi du marché, on ne peut pas se réjouir d’une économie libérale qui a projeté les pays l’ayant adopté parmi les plus riches de la planète et en même temps réclamer une certaine forme d’étatisme lorsqu’une situation se dégrade temporairement.

Passant ma vie entre la France et l’Allemagne, je peux comparer les prix en euros des différentes dépenses d’un couple dans la vie courante.

Un niveau de vie supérieur en Allemagne

Non seulement le salaire moyen y est supérieur au nôtre d’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles