Thomas Piketty a toujours tout faux

De nouvelles études viennent invalider les thèses de Thomas Piketty sur les inégalités sociales dans le monde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Thomas Piketty by Universitat Pompeu Fabra(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Thomas Piketty a toujours tout faux

Publié le 20 décembre 2017
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

On le croyait retiré quelque part, plein de regrets. Eh bien non, Thomas Piketty revient comme si de rien n’était. Dans une longue interview accordée au magazine Challenges (14 décembre), il reprend sa charge contre les riches, à l’occasion de la publication d’un nouveau rapport sur les inégalités dans le monde.

« La captation de la croissance par les plus riches est inquiétante », soutient-il péremptoirement sans se soucier des éventuelles critiques qui pourraient lui être adressées. Il sait que les journalistes n’en feront pas et pour ce qui est des autres, il a pris l’habitude de ne pas y répondre.

Il n’y a pas si longtemps, début octobre, un article scientifique paru dans la revue Social Science History (Cambridge University Press) mettait clairement en doute les conclusions de son ouvrage, Le Capital au XXIe siècle.

Selon l’économiste Richard Sutch, les données seraient lourdement retravaillées pour les 1% les plus riches ; on remarque aussi l’absence de preuve empirique pour appuyer l’évolution de la richesse des 10% les plus aisés, tandis que la documentation est insuffisante et que les erreurs sur les feuilles de calcul seraient plus qu’ « ennuyeuses ».

Les données sur l’évolution des inégalités entre 1810 et 2010 telles qu’elles sont présentées par Piketty semblent totalement fausses.

83 % des 1 % les plus riches sont des entrepreneurs !

Déjà, en août 2016, un économiste du FMI, analysant 19 pays sur une période de 30 ans, trouvait que, contrairement à ce que soutient Piketty, le taux d’épargne n’est pas stable et que les inégalités ont tendance à s’estomper. Les résultats obtenus par l’économiste du FMI vont à l’encontre des théories de Piketty sur toute la ligne.

À la même période, la Cornell University publie aussi une étude qui contredit les thèses de Piketty concernant les riches. Alors que pour celui-ci les riches sont des héritiers qui ne cessent d’accumuler des richesses tout la vie, l’étude montre que la mobilité parmi les 10 % les plus riches est absolument impressionnante.

Ainsi, environ 50 % des Américains ont fait partie durant leur vie, pour au moins une année en moyenne, des 10 % les plus riches ! Environ 11 % des Américains ont même fait partie pour au moins une année du 1 % des plus riches !

Une des thèses de Piketty infirmée

Dans un essai qui vient de paraître – A century of Wealth in America (Harvard/Belknap) – Edward N. Wolff, économiste (Yale, Harvard) considéré comme plutôt proche des idées de Piketty, infirme pourtant l’une de ses thèses principales.

Pour Wolff, les riches ne sont pas des héritiers. Au contraire. Ses statistiques sont imparables : entre 1989 et 2013, 77 % des fortunes sont nouvelles et seulement 23 % peuvent être considérées comme provenant d’héritages.

Et parmi le 1 % des plus riches, 83 % sont des self-made-men et seulement 17 % des héritiers ! C’est exactement le contraire de ce que soutient Piketty pour lequel les fortunes seraient figées et auraient tendance à s’accroître indéfiniment.

Au lieu de s’en prendre aux riches et leur souhaiter une – encore – plus forte taxation, il faudrait comprendre qu’ils sont indispensables à la croissance économique car ce sont pratiquement tous des entrepreneurs. Les statistiques le montrent parfaitement. Mais M. Piketty préfère l’idéologie aux faits.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Joli pléonasme dans le titre de l article.

  • Et n’oublions pas , que le plus riche de France est…… l’état…donc , Piketty a raison ,cassons du riche matin midi et soir.

  • Heureusement que vous êtes là ! Le discours « anti-inégalités » devient envahissant. « Les inégalités» sont déjà très difficile à définir et à mesurer(cet article illustre comment Piketty et Cie peuvent dire n’importe quoi en citant quelques chiffres pour faire sérieux), puis on est passé des inégalités à « la chasse aux riches », ce qui est encore plus réducteur (imposer les riches donne- t-il de l’emploi aux chômeurs ?), Puis l’on confond entrepreneur, héritier, détourneur ‘argent public pour des travaux inutiles (Chine) ou sans le moindre prétexte de développement (certains pays d’Afrique et d’ailleurs) … Ce qui mèneraità taxer les riches occidentaux, qui sont les plus utiles, alors que le « détourneurs » de l’est ou du Sud sont hors de portée

  • ça se prétend économiste alors qu’ignorant des notions de base de l’économie? Faut être français.

  • Il faudrait parler de différences et non d’inégalités.
    On est égaux devant la loi, mais on est différents.
    Le terme inégalités sous entend déjà a priori que la différence est illégitime.
    Et comme ils nous insistent sur le respect et la fierté des différences, le terme différence sous entend quelque chose de positif.

    Il faudrait donc systématiquement employer le terme différence pour ne pas partir directement perdant dans le débat.

    • Certes, mais alors cela deviendrait très grave, parce que l’on ne dirait plus « lutte contre les inégalités », mais bien « lutte contre les différences » qui implique une méthode qui fait froid dans le dos, mais qui pour ma part est déjà en marche. De toutes les manières, la lutte contre les inégalités est un faux projet de société, massivement utilisé par les démocraties sociales avec les tragiques résultats que l’on connait.

  • Stop à la démagogie, les hommes naissent bien libres, mais absolument pas égaux, et c’est une des plus grandes force que l’évolution et la nature nous ont donné : la diversité, la compétitivité et la plasticité.

    Les inégalités sociales sont absolument nécessaires : ce n’est que parce qu’il y a des riches que les moins riches peuvent voir leur condition s’améliorer parce que la compétition est partout et qu’elle est absolument nécessaire. Et ce sont clairement les riches qui attirent la compétition : on ne bat pas pour être meilleur que le dernier, mais pour devenir meilleur que le premier. Et si on ne se bat pas, on stagne et on meurt, on devient des légumes.

    Quand à la prétendue égalité devant la loi, ce n’est qu’une utopie, une démagogie qui n’a aucun sens : la loi est par définition inégale, elle ne fait que définir des privilèges : réglementer les droits accordés aux uns et pas aux autres.

    L’accès à la justice, au marché, à certaines ressources doit être libre et garanti par l’Etat, mais il n’y aucune égalité qui vaille.

    Réduire les inégalités, c’est transformer les individus en clones, en animaux de la ferme indifférenciés et sans aucune originalité : c’est vouloir le malheur de l’humanité, sa perte.

    Piketty est un des nombreux psychopathes qui depuis le milieu du XIX° siècle prêche le meurtre de masse et l’esclavage généralisé.

    • l Égalité en droit ne me semble pas discutable pour un libéral, mais j avoue que plus rien ne me surprend. Si nous sommes uniquement pour notre liberté et pas celles des autres, uniquement pour pour nos droits et pas ceux des autres, nous sommes un peu comme des fascistes ou bien c est vous ?

      • Je pense que j’ai mal compris votre post.

      • L’égalité en droit, pas l’égalité devant la loi. C’est ce que j’indique par le libre accès à la justice et au marché.

        L’égalité devant la loi est une pantalonnade socialiste pour légitimer la démocratie : la possibilité qu’une minorité agissante dicte aux autres leur conception du monde.

        Lénine explique très bien ce mécanisme de prise de pouvoir dans « Que faire ? » où il explique que la révolution n’est possible que par la constitution d’un noyau de « révolutionnaires professionnels »

        L’égalité devant la loi signifie l’obligation pour tous de se conformer à la loi, donc au desiderata du pouvoir et donc comme le dit Lénine lui-même, à la volonté d’une bande d’idéologues fanatiques ou par défaut à une « élite » qui confisque le pouvoir pour ses propres intérêts.

        Ces deux alternatives sont les seules qui s’offrent à une sociale-démocratie.

        C’est exactement l’inverse de la philosophie libérale qui dit que le rôle de l’Etat est de garantir des libertés avant toute application de lois. Seul le respect de ces libertés (de ces droits) donne une quelconque légitimité au pouvoir et à l’application des lois.

        J’espère que c’est plus clair.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Thomas Piketty récidive

Par George Leef.

L'économiste Thomas Piketty est devenu internationalement célèbre avec la publication en 2014 de son livre Le capital au XXIe siècle. Les gauchistes se sont empressés de l'adopter car il prétendait prouver que l'écart entre les riches et les pauvres continuerait à se creuser (voire s'accélérerait) si les politiques gouvernementales de redistribution des revenus n'étaient pas renforcées. Si les progressistes ont loué le livre, les observateurs du marché libre ont estimé qu'il s'agissait de beaucoup de bruit pour rien - ... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy.

Nourris à l’idée que la domination blanche impose ses règles de fonctionnement dans tous les domaines de la vie (de l’économie à la cuisine en passant par le code vestimentaire) aux populations dominées, ils estiment dans la lignée de l’approche marxiste que les populations souffrant de la domination blanche que l’économie de marché et le capitalisme ne sont que des instruments de pouvoir pour les asservir.

Au passage, certains économistes n’hésitent pas à affirmer que la richesse des pays occidentaux s’est co... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, donc messager de la politique menée par Emmanuel Macron et le gouvernement Castex, vient d’annoncer qu’il craignait (sic) une fracture sociale entre vaccinés et non-vaccinés :

Qui a créé la fracture sociale ?

Dit autrement, Gabriel Attal déplore la fracture sociale qui arrive, et il semble en imputer les causes aux Français récalcitrants à se faire vacciner. Se posant presque comme un spectateur extérieur aux événements, il se contente de pointer du doigt le ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles