Le GIEC persiste et signe : le nucléaire est l’avenir de l’humanité

Le nucléaire fait partie de la solution pour limiter le réchauffement climatique. Il l’avait déjà écrit dans son précédent rapport présenté le 27 septembre 2014.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
France, de Moulins à Paris : Autoroute et Paysages, une traversée du territoire : " centrale nucléaire " Belleville-sur-Loire (Cher) By: (vincent desjardins) - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le GIEC persiste et signe : le nucléaire est l’avenir de l’humanité

Publié le 16 octobre 2018
- A +

Par Michel Gay.

Le Groupement international d’experts sur le climat (le GIEC est une émanation de l’Organisation des Nations unies) confirme dans son nouveau rapport du 6 octobre 2018 (le fameux « résumé pour les décideurs », le seul document qui soit réellement lu) que le nucléaire fait partie de la solution pour limiter le réchauffement climatique. Il l’avait déjà écrit dans son précédent rapport présenté le 27 septembre 2014.

Plusieurs scénarios de ce rapport imposent que la part du nucléaire augmente de +59 % à +106 % dès 2030 (comparé à 2010), et ensuite de +98 % à +501 % en 2050.

Le message essentiel est que, à moins d’un miracle affectant le monde entier dès les années 2020, l’objectif de limitation à 1,5°C entériné par les accords de Paris sur le climat (la COP 21) est tout simplement hors d’atteinte.

Le GIEC reconnait lui-même que son travail n’a été qu’un exercice amusant (pour ceux qui aiment rire jaune au moins), et qu’il vaut mieux d’ores et déjà penser à une autre limite d’élévation de température d’ici la fin du siècle, soit plutôt 2°C.

Tout le reste n’est que baratin.

Multiplier le nucléaire par six dans le monde !

Dans ce nouveau rapport, tous les scénarios qui permettent de respecter la COP 21 prévoient une augmentation substantielle du nucléaire dans le monde, et même jusqu’à une multiplication par… six !

Ces développements sont bien sûr à décliner selon les pays. La France, en particulier, pourrait montrer la voie pour déployer l’énergie nucléaire dans le monde !

La politique française visant à diminuer la part de l’énergie nucléaire dans le mix électrique (en fermant la centrale de Fessenheim et en visant 50 % de nucléaire) est donc contraire… aux objectifs affichés sur le climat lors de la conférence de Paris en décembre 2015, y compris par le gouvernement français.

Une sage politique électronucléaire pourrait décider de construire un parc de surgénérateurs de quatrième génération dimensionné à la production de plutonium de notre parc de réacteurs actuels, comme prévu à l’origine. L’utilisation du combustible en cycle fermé en découlerait naturellement pour un parc nucléaire en extension dans le monde qui produirait moins de déchets radioactifs.

Le salut de l’humanité passe par la maîtrise d’une énergie abondante

Espérons que l’humanité ne comprendra pas trop tard que le salut de son existence civilisée ne passe que par l’accès à une énergie la plus abondante et la moins chère possible.

C’est la priorité des priorités, qu’elle qu’en soit la source.

Grâce à l’énergie nucléaire quasi-inépuisable à l’échelle humaine (actuellement 10 000 ans de réserves connues pour les surgénérateurs), l’approvisionnement en chaleur, en eau douce et en électricité sera garanti, de même que les aménagements agricole, industriel et résidentiel de la planète.

Développer la recherche et le développement dans le nucléaire

Si le parc nucléaire actuel est prolongé jusqu’à 50 ans ou… 80 ans (comme c’est actuellement envisagé aux États-Unis) sans construire régulièrement de nouveaux réacteurs (en France ou à l’étranger), le réveil sera douloureux pour les Français. Les responsables politiques s’apercevront alors que les compétences nationales dans la construction nucléaire auront disparu.

C’est le sens du rapport de Yannick d’Escatha et Laurent Collet-Billon qui préconise la construction de six nouveaux EPR.

Aujourd’hui, la réduction des investissements dans les études de développement du nucléaire en France, par exemple dans le démonstrateur ASTRID qui prépare la future Génération IV des réacteurs à neutrons rapides (RNR), est inquiétante. Moins de recherche entraîne un vivier de personnel compétent en diminution.

Au moment de la décision prise, pour des raisons purement politiques, d’arrêter Superphénix, la France était la référence en matière de RNR. Cet arrêt a eu, évidemment, un effet catastrophique sur les équipes.

Cependant, le fonctionnement et les expériences faites sur le prototype Phénix maintinrent une compétence en la matière jusqu’à l’arrêt de ce réacteur en 2010, après 40 ans de bons et loyaux services.

Pour que cette extraordinaire compétence ne soit pas entièrement passée par pertes et profits, le projet ASTRID a été développé dans le cadre du programme international Génération 4 avec un budget d’environ 600 millions d’euros.

Il semble que l’arrêt du programme soit envisagé, ce qui signerait le renoncement à maîtriser une technologie qui sera fondamentale au cours de ce siècle.

Pendant ce temps, la Russie, l’Inde, et la Chine ont des programmes dynamiques de construction de RNR.

Le démonstrateur ASTRID aurait été presque complètement réalisé en France avec 5 milliards d’euros.

Les éoliennes géantes et les panneaux photovoltaïques bénéficient actuellement d’un financement annuel de plus de 5 milliards d’euros alors qu’ils sont pratiquement entièrement importés.

La Cour des comptes s’alarme !

La Cour des Comptes a montré en mai 2018 que les dizaines de milliards d’euros prélevés sur la facture énergétique des Français pour soutenir les énergies renouvelables n’avaient aucune influence sur les émissions de CO2 de notre pays, et qu’elles n’encouragent pas la recherche.

Penser qu’il suffirait de consacrer une seule année de cette gabegie financière dans les énergies renouvelables pour permettre à notre pays de développer une technologie cruciale pour notre future production d’énergie en construisant ASTRID laisse pantois.

Espérons que ce stupéfiant projet abandon sera lui-même abandonné.

Dans le cas contraire, cette triste démission de notre pays dans le nucléaire contribuera à une rétrogradation du statut scientifique et industriel de notre pays, à une perte d’indépendance, à des risques sur la sûreté, et à la perte d’outils dans la lutte contre le changement climatique, alors que le GIEC lui-même reconnaît que l’expansion du nucléaire fait partie des solutions pour l’avenir de l’humanité.

Voir les commentaires (255)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (255)
  • les subventions pour les éoliennes à de l’avenir …les margoulins sont là et pour quel résultat ?? la rentabilité est elle au rendez vous ?? En France le gaspillage est de mise !!!
    même les spécialistes , experts ne sont pas d’accord entre eux !! le prochain scandale financier ??

  • La France semble se diriger vers une technologie de génération 4 qu’elle risque d’être la seule à utiliser. Compte tenu de notre historique ça s’explique mais est ce le bon choix à plus long terme ?

    • Commencez par relire l’article.
      C’est loin d’être sur… Et pourtant, si on vendait cela comme des incinérateurs de déchets, ca passerait comme une lettre à la poste.
      Et nul besoin de démanteler les réacteurs actuels, il suffit de les couler dans le béton et de construire les surgés par dessus, le carburant est déjà sur place 🙂

  • l’ecologie politique l’escroquerie du siecle

  • Je croyais, à lire nombres de chroniques sur Contrepoints, que le Giec ne racontait que des absurdités et était composé d’experts incompétents et alarmistes ?

    • Sauf quand leur argumentation va dans le sens de la pensée développée dans les articles Contrepoints.

      J’ai eu la même réaction et je trouve ça plutôt comique.
      Si on est cohérent, cet article n’a aucune valeur sachant qu’il se base sur un rapport édité par une bande de complotistes réchauffistes.

      • Peut être que le GIEC suit d’autres consignes politiques , la propagande n’est pas une chose figée dans le temps !

      • L’effet de serre n’existe pas, le CO2 est inoffensif, les températures n’ont pas augmenté depuis 20 ans …
        MAIS
        Il faut développer le nucléaire pour sauver le climat, parce que c’est la seule énergie à ne pas produire de CO2
        Le grand écart est remarquable.

        • Limite ce dernier devient sportif 🙂

        • Il faut développer le nucléaire parce que c’est bon marché et acceptable même par les zozos qui font une fixation irraisonnée sur les émissions de CO2. Je ne vois pas dans l’article d’objectif de sauver le climat, et d’ailleurs il ne vaut mieux pas creuser en quoi le climat aurait besoin d’être sauvé de quoi que ce soit.

        • « les températures n’ont pas augmenté depuis 20 ans »
          Voilà qui va bien rassurer mes glaciers qui maigrissent inexorablement : la chaleur n’y est pour rien, c’est juste une facétie du St Esprit.

          • Si vous êtes un vieil adulte, vous n’avez pas grandi d’un centimètre depuis 20 ans, mais vous êtes quand même obligé de vous couper les ongles régulièrement. C’est énervant ces trucs qui changent quand tout devrait rester pareil.

    • Sur Contrepoints, il ne faut pas prendre les titres au degré zéro, mais lire les articles, les références, et comprendre le premier, voire le second degré.

      • ????? avez-vous lu vous-même l’article ???? ou votre remarque est-elle du quinzième degré ???
        L’incohérence est flagrante. Elle porte sur le fond. Il y a des évidences qu’il faut savoir reconnaître de temps en temps.

        • @ Yves81
          Je suppose que MichelO voulait aussi attirer votre regard sur l’auteur bien connu des habitués pour sa fixette pro-nucléaire!

      • Le remarque de Yves81 est pertinente, de nombreux articles sur Contrepoints sont dithyrambiques vis-à-vis du GIEC, tant sur sa mission que sur ses résultats (avec justesse pour ces derniers).

        Il semble difficile d’un côté de critiquer vertement un organisme puis ensuite de se servir des informations fournies par ce dernier pour étayer/argumenter son point de vue.

        • je ne comprends ces critiques
          le fait de n’accorder aucun crédit aux élucubrations du GIEC concernant le climat, n’empêche pas de signaler que cet organisme , dans son délire de transitude heureuse va à contre courant de nos penseurs verts, qui se servent de ce denier rapport pour promouvoir les zozoliennes et autres panneaux rigolos.
          Ne pas saluer ce changement serait une faute ,et se servir des arguments de ses adversaires, même si l’on n’y croit pas une seconde, est de bonne stratégie .
          Cela place la secte du concombre vert rieur en porte à faux:vous voulez sauver le climat(ce qui est hilarant comme formulation) il vous faudra du nucléaire, à vous de voir.
          Et il suffit d’ouvrir « le poste » pour se rendre compte que rien ne pourra arrêter les marcheurs vers un avenir heureux, sans pesticides, sans particules, mais avec du nucléaire, c’est leur propre clergé qui le confirme.
          Entendu ce matin ,Derugi interrogé sur le dernier Armagedfdon climatique:la journaliste( l’andouille de service) tente de lui faire dire que le réchauffement blablabla.. mais celui-ci expose que cela a déjà eu lieu en 1891, ..ttt… ne pensez-vous pas que les cultures, l’artificialisation des soles etc…comme si en 1891 …
          non il faut un coupable, c’est vous avec votre voiture qui achète ses carottes bourrées de pesticide au supermarché
          Pour inverser ce « courant religieux » il faudra autre chose que des articles sur les blogs…

          • Sur les contradictions entre les décisions politiques et les rapports du GIEC (i.e. le nucléaire), je suis en phase pour utiliser cet argument, surtout s’il permet de mettre en porte à faux les dirigeants politiques.

            La partie me gênant le plus est l’utilisation du GIEC pour dire : regardez il faut développer le nucléaire, c’est le GIEC le dit ! Et dans produire un autre article critiquant ce même organisme pour son manque de rigueur, de chiffres non fiables, etc.

            Et, malheureusement, M. Gay passe trop facilement de la simple mise en avant des contradictions des politiciens à l’argumentation en faveur du nucléaire s’appuyant sur le GIEC.

            • le GIEC pose comme postulat qu’il faut éradiquer les émissions de CO2, et logiquement il prône le recours au nucléaire
              croyez-vous que les vrp en poele à frire vont se gêner pour placer leurs moulins à vent?
              l’occasion est trop belle de les mettre face à ce dilemme,vous voulez nous sauver?il faut donc abandonner votre paranoia antinuc
              Il ne faut pas s’abandonner à jouer les parangons de vertu, nous sommes dans une guerre contre une idéologie qui va nous mener droit dans le mur, et dans une guerre on ne fait pas de cadeaux

              • Je pense que vous me prêtez des intentions/idées que je n’ai pas, à aucun moment j’ai émis une quelconque opposition au nucléaire… (bien au contraire d’ailleurs).
                Je reste sur la forme : on ne peut d’un côté critiquer les méthodes/résultats d’un organisme pour ensuite en réutiliser certaines parties car elles vont dans notre sens, faire cela revient à accorder du crédit à l’entité en question et affaibli sa position.

                Et, je vais me répéter, je suis d’accord pour mettre les décideurs politiques faces à leur contradiction (surtout en France !) avec : nous devons avoir moins de CO², supprimons des centrales nucléaires (qui n’en produisent pas).

                • Plutôt d’accord, mais le GIEC n’est pas un organisme dans le sens où vous l’entendez, c’est un comité qui s’appuie sur des travaux qui lui sont extérieurs. S’il suffisait qu’il cite une référence pour que ses opposants ne puissent plus l’utiliser, on voit bien à quels effets pervers cela conduirait.

                  • @ MichelO
                    Qui sait ce que représente le GIEC et pourquoi?
                    C’est un conglomérat de nombreux et multiples « scientifiques » internationaux chargés de donner un poids aux propos pseudo-scientifiques unanimes et simplifiés, qui soutiendront des discours politiques.
                    Normalement, un scientifique cherche à savoir, à mesurer et à accumuler des données pour, peut-être, un jour, en tirer des notions de liens de cause à effet qui se seraient effectivement souvent répétés: le constaté du passé suggère l’hypothèse qui, elle, doit être soumise à sa vérification dans l’avenir, en toute objectivité!!!
                    L’Humain est essentiellement subjectif et individuel; la Science tente à être objective et universelle: l’eau bout à 100°C, oui, mais dans les conditions d’eau pure H20 et à pression atmosphérique donnée! (En haute altitude, l’eau peut bouillir à 80°C! Faire un oeuf dur sera plus long que les 3 minutes habituelles!)

                    • Tout le problème est dans la confusion faite par les médias entre scientifiques et GIEC. Le GIEC est un « Groupe d’Experts Intergouvernemental », tout est dit avec le « Intergouvernemental », qui est le mot important. Sa mission n’a rien de scientifiquement loyal, elle est au contraire loyale à ces gouvernements et pose en postulats religieux incontestables l’existence d’un changement climatique (et donc l’absence de variabilité intrinsèque du climat) et l’origine humaine de ce changement.
                      « Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents. […] »

        • Moi non plus, je ne comprends pas ces critiques de l’article. Si vous êtes en guerre contre la Syldavie, mais qu’un beau jour les Syldaves vous envoient de succulents jambons au lieu de bombes, vous n’allez quand même pas vous plaindre. Au pire, vous vous en servez pour comme sacs de sable pour protéger vos tranchées.

    • Bonjour Yves81
      Le pb n’est pas tellement le giec qui sort des rapports au final très modérés, mais le traitement médiatico-politique du RCA en France qui est massivement catastrophique. Il faut lire les rapports, comme lire les déclarations du dernier prix Nobel de l’économie qui parle d’un optimum cible de 3.5°, bien loin des 1.5°.

    • Tout à fait. D’ailleurs, il semblerait à lire les écologistes que le GIEC est parfaitement dans le vrai et qu’il faut suivre ses recommandations à la lettre. Dont acte ?

      Ce que monsieur Gay dénonce systématiquement sur ce site, c’est cette incohérence qui pousse à vouloir sortir du nucléaire et, en même temps, réduire les émissions de CO2 dans la production d’électricité en France par la construction massive de moulins à vent… qui sont une partie du problème.

      Michel Gay n’est pas H16, et vice-versa, merci de ne pas tout confondre.

    • A l’instar de tout bon activiste d’une ONG quelconque, Michel G fait son marché un peu partout, et ne prends que ce qui l’intéresse, comme d’hab 🙂

  • Le fond du problème est l’indépendance énergétique . Elle s’amenuise de jour en jour et trainer dans la boue tel ou tel dirigeant étranger ne règlera rien . Certains pays n’hésiteront pas à aller de l’avant et ils n’attendront pas des siècles .

  • la nouvelle adhérente présidente de la region ile de france Valerie Pecresse qui est une somnitée de l’ecologie est contre les centrales nucleaire…. alors , là , qui croirent .!!! un beau bordel !!! moi je sais , rien
    en réalité au gré du vent !!! électorale et bien entendu etre visible sur les médias et si par malheur , ils se trompent , ils auront le temps de retourner leur veste …

  • La France n’abandonnera pas le projet ECHEC, le seul qu’elle puisse réussir. Elle va s’y accrocher.
    Il est paradoxal de voir le pays s’appuyer sur le GIEC en ce qui concerne le CO2, et rejeter un des volets du GIEC.

    Le GIEC, c’est de la daube ou pas ❓ Il faudrait savoir et rester cohérent.

  • Alors prenons un peu de recul: d’où viennent les décideurs et quelle leçon en tirer?

  • C’est rassurant , nos bons maîtres sont bien des ânes ,ils ne savent pas lire .et un bonnet d’âne pour François Hollande pour avoir voulu réduire notre Park nucléaire.

  • « une rétrogradation du statut scientifique et industriel de notre pays, à une perte d’indépendance, à des risques sur la sûreté, et à la perte d’outils dans la lutte contre le changement climatique, »
    Combien de fois faudra-t-il vous le répéter : l’avenir de la France se situe uniquement dans le secteur tertiaire et notamment le tourisme. L’industrie et l’agriculture sont réservés à l’Allemagne.
    Soyez raisonnable, ça fait 60 ans qu’on vous le répète.

    • Oui, mais il est toujours difficile d’admettre, surtout quand on se souvient du temps où un Chinois sur 3 ne mangeait pas à sa faim, que le seul avenir qu’on a est de vendre des fellations à des millions de riches touristes chinois…

    • Très juste. Après avoir détruit l’industrie française, nos politiciens s’en prennent maintenant à l’agriculture avec les interdictions des OGM, du glyphosate, des pesticides! Comme avec le luxe c’est notre seul secteur qui exporte, cela ne va pas arranger notre balance commerciale déjà à plus de 60 milliards de déficit. Donc bientôt nous servirons les touristes chinois!

  • Choisir entre le fossile et le fissile est un faux dilemme.
    Les deux polluent énormément et ont des coûts externes incommensurables.
    Il existe une troisième voie : les économies d’énergie et les énergies renouvelables.
    Le fossile et le fissile, c’est la peste et le choléra. Il faut nécessairement changer de paradigme énergétique et économique. Une croissance infinie dans un monde fini n’est pas possible du point de vue scientifique.
    Il faut s’orienter vers une sobriété heureuse, du circuit court avec relocalisation des emplois et de la production d’énergie, une croissance nulle, une baisse de la pollution et le respect de la nature et de la biodiversité.
    Il n’y a pas de planète B. Poursuivre votre mode de vie nécessite deux planètes Terre. Le pire est de ne rien faire (continuer à subventionner la pollution avec de l’argent public) car le coût de l’inaction est incommensurable (plusieurs milliers de milliards par an pour réparer les dégâts du réchauffement climatique et des accidents nucléaires).
    Non seulement le nucléaire est incapable de sauver l’humanité mais, il la met, bien au contraire, en grand danger car il est vulnérable à la sécheresse, aux inondations, aux attentats (modèle ancien et vulnérable de production massive et centralisée d’énergie fossile et fissile alors que la modernité va vers la décentralisation et la démultiplication de petites unités de production d’énergie renouvelable).
    De plus, les dégâts causés par le nucléaire sont irréversibles : centrales impossibles à démanteler, déchets indestructibles, catastrophes irréparables (Tchernobyl, Fukushima).
    Le nucléaire est une gabegie de l’argent public.
    Il faut mieux éviter de créer des déchets nucléaires (mortels pendant des millénaires) en développant les énergies renouvelables qui coûtent moins cher à l’achat, même sans internaliser les externalités négatives dans le prix de vente de l’énergie (du kWh).
    Un accident nucléaire en France et c’est la moitié de notre pays qui est rayé de la carte.
    Il est nécessaire de bien réfléchir avant de faire n’importe quoi car « errare humanum est, perseverae diabolicum ». Le nucléaire est une erreur majeure de l’humanité et persévérer dans l’erreur est criminel. En France, on est les champions du diesel et du nucléaire. On a tout faux. On est les champions de la triche et on mérite le goudron (diesel) et les plumes (déchets radioactifs).
    Bien sûr, le peuple est le dindon de la farce car ce n’est pas lui qui décide (on n’est pas dans une vraie démocratie) mais l’oligarchie au pouvoir (Macron et l’ancien directeur d’Areva Philippe), la technocratie (nucléocratie X-mine) et la ploutocratie (intérêts privés des pollueurs et des banquiers copains des hommes de pouvoir).
    La peuple paye les dégâts de son addiction aux énergies sales et au gaspillage (subvention du kérosène, du gazole – niches fiscales – du nucléaire, de la pollution en général) pendant que les pollueurs s’enrichissent en détruisant la biodiversité et la santé publique, en planquant impunément la majeure partie de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, pour enrichir leurs actionnaires, étrangers pour la plupart.

    • Bonjour Hourdequin Emmanuel
      « Les deux polluent énormément et ont des coûts externes incommensurables. »
      Oui certes, mais ils ont des bénéfices tout à fait réels, dont celui de vous apportez le confort et un mode de vie sain.
      Un accident nucléaire n’irait pas rayer la moitié de la France, soyez sérieux, et une bonne solution est de construire de centrales nuk miniatures qui entrainaient des dégâts minimes. Quant aux déchets, c’est faux pb, inventés par les écologistes.

    • c’est bien
      vous avez » bien récité, vous aurez droit à 2 tomates issues de la permaculture du voisin
      comment est’ce possible d’encore régurgiter ces aneries , vous devriez consulter

      • Les âneries, ce sont les énergies fossiles, fissiles, la croissance infinie dans un monde fini et les attaques « ad personam ».
        Dans L’art d’avoir toujours raison, Schopenhauer énonce différents stratagèmes rhétoriques visant à triompher de ses contradicteurs lors d’un débat. Concluant sur un « stratagème ultime » (à mettre en pratique uniquement quand tous les autres ont fait défaut), il écrit :
        « Si l’on s’aperçoit que l’adversaire est supérieur et que l’on ne va pas gagner, il faut tenir des propos désobligeants, blessants et grossiers. Être désobligeant, cela consiste à quitter l’objet de la querelle (puisqu’on a perdu la partie) pour passer à l’adversaire, et à l’attaquer d’une manière ou d’une autre dans ce qu’il est : on pourrait appeler cela argumentum ad personam pour faire la différence avec l’argumentum ad hominem ».

        • Que d’âneries… La croissance peut être infinie. Prenons juste l’exemple des taxes…

          • Je parle de la croissance économique.
            Il n’y a pas de croissance économique possible sans croissance de la consommation d’énergie.
            Quand l’énergie est sale (énergie fossile ou énergie fissile), la pollution s’accumule encore et encore (taux de CO2 dans l’atmosphère, particules fines dans l’air, pesticides, métaux lourds dans l’eau, la terre, les légumes, plastique,…).
            Les énergies sales (fossile et fissile) sont des énergies de stock et les stocks s’épuisent (on mange tout le gâteau tout seul et on ne laisse rien aux autres, sinon les miettes et le vomis).
            Un problème moral se pose pour les générations futures à qui on laisse des déchets nucléaires mortels pour des siècles et des siècles et un climat complètement déglingué. Refuser de l’admettre est une ânerie sinon un crime.
            Les taxes sur la pollution sont destinées à réorienter l’économie vers des solutions moins polluantes. Si le pollueur ne paye pas, c’est le pollué qui paye ou le pollueur qui est payé car rien ne se perd, rien ne se crée comme le dirait Lavoisier (tout se transforme…).

            • concernant le climat, vrai qu’avant l’utilisation des fossiles, le climat était on ne peut plus régulé, il s’écoulait comme un fleuve tranquille.
              non?
              il y aurait eu des ouragans, des inondations, des sécheresses,des canicules, des gelées dévastatrices dans un passé pas si lointain?
              mais alors cela sert à quoi de se mettre sous la coupe des lumières autoproclamées vertes, virant fortement sur le brun

            • L’énergie « sale », ça veut dire quoi ? Le charbon de bois n’est pas une énergie de stock, par exemple, il contribuait autrefois énormément à la pollution des villes et au ravinement des collines, et il est composé de beaucoup de carbone comme les pales d’éoliennes. Propre ou sale ? En fait, il est trop facile de définir comme sale ce qui ne vous plaît/arrange pas, et comme propre ce qui vous agrée et favorise vos intérêts personnels, et ceux qui guident les écolos l’ont bien compris.

              • N’empêche que dire que le nucléaire est propre est un mensonge.
                Même chose pour le fossile.
                La « propreté » est « certes » toute relative (tout est relatif, comme dirait Einstein).
                Cependant, lorsqu’une plante utilise l’énergie du soleil par photosynthèse pour transformer le CO2 atmosphérique en glucose et en cellulose pour survivre et nourrir les animaux, je trouve ça pas mal (plantons des arbres pour lutter contre le réchauffement climatique).
                C’est bien plus propre que ce que fait l’homme. Prenons en de la graine car cela mérite le respect.

                La biomasse (plantes, algues, etc. utilisant la photosynthèse) pour créer du biogaz puis faire des engrais avec les digestats est une sorte d’énergie renouvelable, beaucoup moins sale que les énergies fissiles et fossiles et il y en a plein d’autres (géothermie, petit hydraulique, solaire thermique, etc.) pour ne pas citer les classiques panneaux solaires et éoliennes on-shore et off-shore (bien que l’on soit très en retard là-dessus), sans oublier la recherche (photosynthèse artificielle).

                • Ouais, plantons des mancenilliers…

                • C’est justement en salopant tout qu’on crée l’économie.
                  Au lieu d’aller boire de l’eau propre de la rivière, on construit une usine de plastique qui salope la dite rivière, afin de mettre de l’eau filtrée en bouteille qu’on va vous vendre à prix d’or, puisque la rivière est devenue imbuvable 🙂
                  A partir de l’état naturel gratuit, on a créé 3 économies : l’usine plastique, l’eau filtré, et le commerce qui vous vend la bouteille d’eau.
                  C’est pas beau l’économie ? 🙂

                  • « Au lieu d’aller boire de l’eau propre de la rivière »
                    You stupid?

                    • C’est d’ailleurs pour cela que certains industriels se battent pour acheter des sources non salopées, afin de nous la vendre en bouteilles a prix d’or, dans des bouteilles fabriquées au bord de rivières salopées 🙂

                  • Les buveurs d’eau propre de la rivière avaient juste une espérance de vie de 30 ans, sans parler des touaregs…

                  • Vous compliquez beaucoup. Autrefois, on pissait dans la rivière, mais on buvait de l’eau allongée de vin, du vin pur pur les plus riches. Nul besoin de bouteilles.

                    Et cela c’était de l’écologie, le recyclage poussé à son paroxysme 🙂

            • Il n’y a pas de croissance économique possible sans croissance de la consommation d’énergie.

              C’est complètement faux. Avec les coûts de l’énergie à la hausse, guerre contre l’Iran oblige, les acteurs économiques ont un intérêt immense à baisser leur consommation. Simplement, quand l’énergie est bon marché, l’intérêt à l’économiser est faible. Un combiné A3+ consomme 0.2 kwh par jour, voire moins en altitude. Encore faut-il l’amortir.

              Un problème moral se pose pour les générations futures à qui on laisse des déchets nucléaires mortels pour des siècles et des siècles

              N’allez pas dans le Alpes, région granitique. Pas plus qu’en Bretagne ou en Corse. Le radon vous cuira sans radiner.
              En Corse, il existe des montagnes à amiante. C’est du bio ça ❓ C’est bio donc c’est bon ❓
              Sinon, les déchets qui émettent fort ne sont dangereux que 300 ans. En 1000 ans, il sont inoffensifs. D’autres durent plus longtemps. Mais il vous faudra rester longtemps à coté pour faire votre radio de contrôle du cancer de vos poumons contacté grâce au radon lors de votre enfance en Bretagne, car les particules sont moins nombreuses et moins énergétiques.

              et un climat complètement déglingué.

              Le climat n’est pas réglé par une horloge. De tous temps, il y a eu des variations. Les troupes du Téméraire malmenées par le froid, récemment la Wehrmacht, avant Napoléon, Louis 16…
              Le climat est déglingué par définition. Il est préférable de s’y adapter, et perdre des ressources à installer des moulins à vents est une ânerie sans nom qui coûtera cher à la France comme à l’Allemagne.

              • N’empêche que si l’énergie était plus chère, on l’économiserait davantage (par exemple le kérosène ou le gazole).
                Les longs transports de marchandises augmenteraient leur prix de vente de manière significative et Il serait plus rentable de les produire localement.
                En luttant contre les délocalisations, cela renforcerait notre tissu industriel qui est en train de se désagréger à vitesse grand V à cause du dumping social et environnemental.
                La production de l’énergie renouvelable sur notre sol améliorerait notre balance commerciale puisque nous n’aurions plus besoin d’importer notre pétrole, notre gaz et notre uranium.
                Ce serait moins mauvais pour notre climat et pour la qualité de l’air (par exemple en vallée de Chamonix avec le tunnel du Mont Blanc).
                Il y aurait moins de malades (mieux vaut prévenir que guérir) et cela réduirait le trou de la sécu.
                Chercher une croissance infinie dans un monde fini conduit à l’explosion. Cela n’a aucun intérêt.
                Une croissance nulle avec un indice de développement humain maximal est le but à rechercher pour tous les hommes et pas simplement pour une minorité même pas heureuse à cause du stress, de la pollution et de l’éternelle insatisfaction de vouloir posséder toujours plus.
                Comparer la radioactivité naturelle et la radioactivité artificielle avec les accidents nucléaires (corium de Fukushima) est absurde de même que compare la pollution chimique avec la pollution radioactive.
                Il faut lutter contre toutes les formes de pollution.
                Ce n’est pas parce que l’énergie est presque gratuite qu’elle n’est pas absolument nécessaire et qu’il faut en consommer toujours plus pour assurer la croissance économique (celle du PIB).
                Consommer toujours plus, c’est polluer toujours plus, plus particulièrement avec nos énergies exclusivement sales.
                Le PIB augmente lorsque le nombre de cancers augmente ou lorsqu’il faut utiliser des camions et des engins pour nettoyer la pollution.
                Un PIB toujours plus grand n’est pas synonyme de bonheur toujours plus grand.
                C’est pour cela qu’il faut intégrer l’énergie dans l’économie (pas seulement le capital et le travail), changer d’indice de mesure de la bonne santé d’une économie (indice de développement humain, bonne santé, bonne éducation).
                Il faut changer de paradigme.
                La meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas.

                • « La meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas. »
                  Alors éteints ton ordi, cela nous fera des vacances.

                  • Argumentum ad hominem + insulte = triche.
                    N’empêche que ce n’est pas le nucléaire qui nous sauvera du réchauffement climatique, bien au contraire, car un kilowattheure pas cher (15 centimes d’euros) pousse au gaspillage et au dumping environnemental et social avec risque de catastrophe nucléaire irréparable de plus en plus probable (inondations, sécheresses, terrorisme).

          • @ MichelC
            « croissance infinie » c’est exagéré! Mais on constate bien que dans les sociétés plus prospères, la natalité tend à diminuer, donc, c’est très schématique, améliorer le niveau de vie des individus ou des foyers, ce sera la bonne façon de luter contre la surpopulation (même si Elon Musk veut aussi voir d’autres « terres et planètes » habitées).
            Avec la science et la technologie, on voit que notre périple est loin d’être fini!
            Entre un ordinateur des années 50 et votre smartphone, il n’y a pas photo en matière première, côté pratique, puissance, coût, efficacité etc, etc…!
            Nous avons donc tous, intérêt à une certaine mondialisation pacifique (dans ce cas, anti-compétitive) car il est illusoire de vouloir empêcher « ceux qui ont faim (toujours moins nombreux) de venir manger dans nos assiettes »!
            Nous sommes, je crois, sur la bonne voie même si ça ne va pas très vite!
            Et, pour la France (exemple), où ça semble créer problème, la migration diminuera quand les migrants vivront bien chez eux!
            C’est peut-être notre intérêt de les y aider!

            • C’est peut-être notre intérêt de les y aider!
              mais vous n’y pensez pas
              le local, rien que le local, bon dieu pensez aux enfants

            • Une croissance infinie pour un système fini, cela conduit à l’explosion comme la grenouille de la fable de La Fontaine.
              Ce n’est ni possible, ni enviable.

            • Ne dites pas que c’est notre intérêt, ça va me faire renoncer à ce que je fais pour aider dans ces pays. Dès qu’on introduit un argument d’intérêt au lieu de celui de solidarité, de but commun, de fraternité, de progrès, le jeu est faussé. Croyez-vous que ces gens soient si bêtes qu’ils ne veuillent pas profiter de ce que recevoir votre aide est votre intérêt avant le leur ? La migration diminuera le jour où migrer ne sera l’intérêt de personne, et surtout pas des accueillants qui s’en glorifient !

            • Exactement, une vieille TV à tube des années 70 consommait 1 kwh, actuellement, on est sous les 100 wh. Mon petit 40 pouces consomme dans les 20 à 30 wh.

              Avant d’aider les migrants, il faudrait ne pas détruire leur pays comme nous le faisons. Ils n’en demandent pas tant.

        • blablabla, toujours les même refrains éculés des Philipulus malthusaniens
          toutes vos affirmations, qui ressemblent furieusement à la récitation d’un catéchisme ne résistent pas une seconde à l’analyse rationnelle,
          je ne vois aucune raison, aucune utilité, d’encore une fois argumenter avec un vrp en poele à frire, comme je ne tenterais pas de convaincre un adepte de Rael.
          Rien ne vouis empêche de mettre en pratique vos croyances, et le premier geste à faire serait de fermer votre ordinateur, car rien que nos messages a déjà augmenté notre dette écologique , faudra encore une planète de plus si on continuait

          • Le catéchisme, c’est le nucléaire : propre, sûr, pas cher, sans CO2, etc…
            Concernant le numérique, et la publicité, c’est bien vrai que c’est du gaspillage inutile d’énergie et par conséquent de la pollution inutile (puisque les énergies que l’on utilise sont exclusivement sales).
            Ce n’est pas avec des grands plans de développement du numérique qu’on sortira de la crise, bien au contraire.
            La solution passe par les économies d’énergie, la sortie du fossile et du fissile, la fiscalité écologique, l’application des principes « pollueur-payeur » et « pollueur-prison », grâce à une vraie justice de l’environnement. Polluer est un crime (écocide) contre l’environnement et contre la santé publique.

            • il fut un temps pas si lointain ou des hurluberlus comme vous envoyaient des millions de gens pas compatibles avec leur idéologie dans des goulags
              Politiquement vous ne représentez rien, fort heureusement, alors lâchez-nous la grappe

              • Non aux attaques « ad personam » et aux insultes.

                La politique est une opinion et l’opinion n’a aucun intérêt dans ce débat sur le réchauffement climatique et la pollution.
                Les politiciens de droite comme de gauche n’ont jamais su traiter correctement le problème.
                Tous les Présidents de la République que j’ai connus étaient pro-nucléaires.
                Les vrais écologistes sont anti-nucléaires et la France est très en retard là-dessus par rapport aux autres pays d’Europe. Vous ne souhaitez pas que l’opinion évolue dans ce sens mais peut-être bien qu’elle le fera (et même plus vite que vous ne le croyez) car c’est inexorable.
                Ce qui est intéressant c’est la science qui n’est pas une opinion et qui nous dit qu’on ne peut pas avoir de croissance sans énergie. Si l’énergie est sale, alors elle génère des coûts externes à la charge de la collectivité (inondations, accidents nucléaires, maladies dues à la pollution : cancers, allergies, asthme, malformations, mutations génétiques, etc.).
                C’est le cas du nucléaire, énergie fissile et des énergies fossiles.
                Tourner le dos à de telles énergies sales n’est qu’une question de bon sens et un devoir moral pour les générations futures si on est un tant soit peu raisonnable.

                • Non aux messieurs « je sais tout » et aux provocations. Tous les Présidents de la République que j’ai moi connus (pas intimement, je précise) n’écoutaient qu’eux-mêmes et donnaient des leçons pour le moins pas gratuites. L’actuel en est l’archétype, et après tout ça soulage d’insulter ce type d’arrogant, ou alors d’en rire quand on en a le loisir. La question de la santé en péril à cause des énergies vous ridiculise. Donc gardez vos leçons pour d’autres.

                  • Je ne comprends pas que dire que les particules fines du diesel donnent le cancer ou que les particules radioactives donnent le cancer me ridiculise. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est l’OMS (CIRC).
                    Expliquez-moi !

                    • là je vous donne raison
                      les particules tuent
                      surtout quand elles sont micro, les plus terribles
                      la pauvre Y Horner, qui a bouffé de la particule en pagaille dans la caravane du tour de France, ben elle est morte, si c’est pas une preuve ça?

                    • A vous de faire la preuve que ça donne le cancer, aux expositions pour lesquelles le risque d’occurrence n’est pas inférieur à celui d’une multitude de risques mortels quotidiens. Et par preuve, j’entends preuve scientifique, pas lobby pour faire classer dans une catégorie propagandiste. Vous pourrez aussi faire le glyphosate par la même occasion. En attendant, vous êtes classé dans les escrologistes incompétents probables.

                    • Les particules fines risquent bien plus de vous donner des problèmes cardiaques pas forcément insurmontables que le cancer. Et puis, il n’y a pas que le diesel.
                      Et au demeurant, j’aimerai bien voir une pelleteuse électrique…

                    • Et puis elles rentrent dans le placenta et dans le cerveau des bébés, ce qui génère le crétinisme « comme la mémoire et le QI verbal et non-verbal, des résultats d’examens, des notes plus faibles parmi les écoliers, ainsi que d’autres problèmes neurologiques ».

                      Les particules fines de la pollution urbaine peuvent endommager la barrière hémato-encéphalique, la membrane qui protège le cerveau des substances toxiques, accentuant les risques de maladies de Parkinson et d’Alzheimer chez les personnes âgées.

            • @ Hourdequin Emmanuel

              Là, ça va trop loin!
              D’accord! Le nucléaire ne produit pas ou peu de CO2 mais reste une énergie « sale », à cause des déchets d’uranium et de démantèlement.
              Le renouvelable, encore très jeune, est contesté: pourquoi pas? Mais, les sources primaires de vent, de lumière solaire, de chaleur géothermique ou de force hydraulique, gratuites, ne risquent pas de s’arrêter demain!
              Il n’est donc pas illégitime de tenter de mieux en profiter! (Un satellite en orbite fonctionne évidemment au solaire, une entreprise au Sahara, aussi!)
              Économies d’énergie: bien sûr! Les particuliers mais surtout les entreprises veillent à consommer le moins possible d’énergie!
              J’attends toujours des chiffres fiables sur la production de CO2 (0,0401% chiffre 2016, de l’atmosphère, jusqu’à plus amplement informé)!
              Donc pas de panique!
              Et je ne permettrai à personne d’autre de me dire que je suis un « écocidaire » coupable de crime contre l’environnement (auquel je n’ai même jamais été présenté!). Quant à la santé publique, j’observe que l’espérance de vie crève régulièrement tous les plafonds.
              Dès lors gardez pour vous, vos impôts (déjà excessifs) et peines de prisons (saturées)!

              • une entreprise au Sahara, aussi!
                vous en connaissez?

              • Déjà, on est bien d’accord sur le fait que le nucléaire est une énergie sale et qu’elle produit pas mal de CO2 si on prend en compte tout le cycle (combustible + construction/déconstruction + stockage des déchets sur des millénaires).
                On est aussi d’accord que les énergies renouvelables sont intéressantes car contrairement aux énergies de stock, fissile et fossile, elles ne s’épuisent jamais et il en restera toujours pour les générations futures.
                On est d’accord sur le fait qu’il faut tout faire pour économiser l’énergie car la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas.
                L’espérance de vie crève le plafond mais pas l’espérance de vie en bonne santé, à cause de la pollution qui cause une « épidémie » de cancers. Rien ne nous dit que l’espérance de vie ne va pas baisser car les personnes qui vivent vieux actuellement ont eu une jeunesse mieux protégée de la pollution.
                Je ne dis pas que vous êtes personnellement coupable d’écocide mais que c’est notre mode de vie qui subventionne la pollution et qui favorise l’écocide. Nous sommes plutôt complices de crime d’écocide en ne boycottant pas tout ce qui favorise ou qui génère de la pollution.
                Le principe pollueur-payeur doit redistribuer vers la collectivité pour que la collectivité puisse changer ses modes de consommation vers du moins polluant.
                La prison c’est pour protéger la collectivité des pollueurs. L’impunité c’est la loi du plus fort. La justice sert à protéger les plus faibles.
                En bref, nous sommes plutôt en accord qu’en désaccord (à 99% environ).

                • on aura eu droit à la totale
                  mais quel illuminé!
                  ce serait bien si vous aviez raison pour la longévité, ras le bol des tous ces vieux en excellente santé qui arpentent nos routes dans leur campingcar, ils ont le temps ces salauds, ils ont le vie devant eux
                  en plus quelle source de pollution de particules, alors qu’ils pourraient rester peinards dans un clapier en cité dortoir, à cultiver 2 navets une carotte sur leur balcon

                  • Ah oui, ce n’est pas avec vous Joeletaxi (diesel) que je suis à 99% d’accord, mais avec mikylux.
                    Vous vous n’avez aucun argument sérieux à part insulter les gens.
                    C’est votre seul moyen de défense (je ne sais même pas trop ce que vous défendez : le nucléaire, peut-être, ou le diesel, ou le kérosène détaxé ?). J’aimerais une explication à vos insultes.
                    Non aux attaques « ad personam ».
                    La science n’est pas une opinion.

                    • La science est un ensemble de faits et de déductions indubitables sur lesquels on peut fonder une opinion, en particulier envers ceux qui en tirent des conclusions erronées.

                    • je vous ai posé une question
                      est-ce que le climat était très différent avant l’apparition du concombre?
                      lisez Ladurie, ou mieux Lamb, le climat que nos aieux ont eu à endurer fait paraître celui de nos jours à un eden
                      Je ne défends aucune filière particulière, mais je m’opposerai toujours à des gens comme vous qui estiment qu’ils ont le droit et le savoir d’imposer aux autres leur lubie, on a connu les religions, le fascisme, le communisme,avec son cortège de malheurs , on va pas remettre ça

                    • @Joeletaxi
                      Avant l’apparition de la première plante, l’atmosphère terrestre était très riche en CO2. Le salantes ont complètement changé la composition chimique de l’atmosphère en fabriquant du dioxygène O2. C’est grâce à ce dioxygène que les animaux ont pu apparaître. Donc, oui, la vie a changé radicalement le climat.
                      Je n’impose pas aux autres. Je dis simplement que la science n’est pas une opinion. Je dis que quand un scientifique lance une alerte, il faut l’écouter. Le GIEC dit qu’il faut sortir du fissile. Il FAUT l’écouter et lui obéir, dans l’intérêt de l’humanité. Maintenant, concernant le nucléaire, c’est une autre histoire. Le nucléaire est une énergie sale et chère. Il est beaucoup plus intelligent d’utiliser les énergies renouvelables, plus respectueuses des générations futures. Et arrêtez de monter sur vos grands chevaux et de jouer à la vierge effarouchée.

                    • Ecouter et obéir : le goulag, l’avenir de l’humanité selon Manu.

                    • Replanter des forêts, utiliser les énergies renouvelables et économiser l’énergie n’a rien à voir avec le Goulag. Ces bougres de russes ne sont pas mon modèles du point de vue énergétique (gazprom et tchernobyl ne me font pas rêver, ni leurs cimetières de sous-marins nucléaires en mer près de Mourmansk). Remarquez que les américains avec leur gaz de schiste ne me font pas rêver non plus. On voit bien que quel que soit le régime politique en place, communiste ou ultralibéral, ils ont tout faux en ce qui concerne l’énergie et l’avenir de l’humanité. Nous, on ne fait que suivre les américains qui ont gagné la seconde guerre mondiale et qui nous ont libérés des Allemands, avec l’aide des Russes avant la guerre froide (dissuasion nucléaire). Pas forcément ce qu’il y a de mieux pour l’humanité.

                    • @ Hourdequin Emmanuel

                      Non, je ne suis pas d’accord avec vous à 99%!
                      Je ne parle pas de LA pollution en général ni d’épidémie de cancers ni DU cancer. Toutes ces généralités sont des facilités mentales souvent trompeuses!
                      Je parle encore moins de peines judiciaires, amendes ou prison, au profit de la « collectivité ».

                    • « Toutes ces généralités sont des facilités mentales souvent trompeuses ! » : En ce qui concerne les ravages de la pollution sur la santé, ce n’est pas moi qui le dit, c’est le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) : http://www.prc.cnrs.fr/spip.php?article202
                      Quand quelqu’un pollue et génère des coûts et des dommages à la collectivité, ça paraît logique qu’il contribue un peu à la réparation des dégâts qu’il a générés, sinon ce sera 100% à la charge de la collectivité (c’est bien ce qui se passe actuellement avec les classements en « catastrophes naturelles » qui n’ont rien de « naturel » puisque générées par la pollution sous toutes ses formes avec par exemple trop de CO2 émis dans l’air à cause d’une hyperconsommation d’énergies fossiles). C’est cela le but d’une amende pour pollution. L’argent récupéré n’est qu’une modeste contribution au coût réel, beaucoup plus important mais c’est toujours mieux que rien et c’est un peu dissuasif (comme la taxe sur le tabac ou l’alcool, elles rapportent moins que les coûts de santé publique des ravages que ces deux fléaux provoquent : 1ère et 2ème cause de mortalité avant la pollution, mais c’est toujours mieux que rien).
                      La prison, c’est en cas de récidive. Ça évite que le délinquant ne récidive en créant encore et encore plus de dégâts (morts) ayant pour conséquence une dépense sans fin de l’argent public et toujours plus de victimes (avec impact sur les générations futures dans le cas des polluants mutagènes comme la radioactivité artificielle). C’est à la fois une question morale (protection de la collectivité – santé publique) et de gestion raisonnée de l’argent public.

                • @ Hourdequin
                  Bizarre vous ne tenez pas compte de la fabrication et construction des éoliennes et des panneaux solaires, mais des centrales nucléaires pour le CO2?
                  Et vous osez prétendre que leur énergie est moins chère que la nucléaire?
                  Exemple de la malhonnêteté et de l’escroquerie des écolos!
                  Commencez par respecter la vérité si vous voulez être cru!

                  • Vous ne comptez pas les externatilés négatives de la pollution du nucléaire : déchets radioactifs (pour des millénaires), accidents nucléaires (radioactivité gigantesque sous les sarcophages), les régions entières rayées de la carte. Idem pour les externalités négatives du réchauffement climatique (charbon, pétrole, gaz).
                    Ces externalités négatives sont à la charge de la collectivité (inondations, tempêtes, cyclones, évacuations de zones souillées par la radioactivité en cas d’accident nucléaire, nettoyage plus ou moins possible, évacuation définitive de zones, etc.). De plus les énergies fissiles et fossiles sont des énergie de stock, épuisables avec des stocks qui ne sont pas chez nous (à importer obligatoirement et il n’y en aura plus pour les générations futures lorsque les stocks seront vides).
                    Le renouvelable, c’est moins d’externalités négatives (moins de risques d’accident, moins de risque de pollution), pas de pénurie puisque disponible en permanence chez nous (pas de risque d’augmentation incontrôlée et incontrôlable des prix à cause de la pénurie). C’est une énergie de flux, inépuisable. Il en restera toujours pour les générations futures. C’est infiniment mieux,
                    Peu importe que ce soit plus cher, cela pousse à la baisse de la consommation (optimisation des rendements des convertisseurs) et au circuit court (relocalisation des entreprises chez nous). Et pas besoin d’aller acheter ailleurs ce que l’on a chez nous. Meilleur pour la balance commerciale et pour le trou de la sécurité sociale (moins de malades à cause de la pollution fossile et fissile). Il faut mieux pousser à la consommation modérée qu’immodérée avec un signal prix plus fort (surtout que les énergies fossiles et fissile polluent plus et coûtent moins cher). On baisse les coûts externes de pollution et de santé publique et on améliore la balance commerciale puisqu’on n’achète plus à l’étranger l’énergie renouvelable qu’on a chez nous.
                    Que des avantages même avec un prix d’achat plus fort (incitant à la modération).
                    On sort du cercle vicieux pour entrer dans un cercle vertueux.

        • Je vous propose de commencer la croissance zéro par l’abandon de votre ordinateur qui vient d’Asie et qui marche à l’électricité nucléaire à 75%. Personne ne vous oblige à consommer des produits et des substances qui polluent la planète et dont vous pouvez parfaitement vous passez.

          • On est d’accord. Le numérique, la publicité, c’est de l’énergie (sale) gaspillée et de la pollution en pagaille (CO2 pour le réchauffement climatique et déchets nucléaires pour les générations futures). En m’accusant d’utiliser mon ordinateur pour défendre la lutte contre la pollution,
            Votre argument est une attaque « ad hominem » :
            « Quand l’adversaire fait une affirmation, nous devons chercher à savoir si elle n’est pas d’une certaine façon, et ne serait-ce qu’en apparence, en contradiction avec quelque chose qu’il a dit ou admis auparavant, ou avec les principes d’une école ou d’une secte dont il a fait l’éloge, ou avec les actes des adeptes de cette secte, qu’ils soient sincères ou non, ou avec ses propres faits et gestes. Si par exemple il prend parti en faveur du suicide, il faut s’écrier aussitôt : « Pourquoi ne te pends-tu pas ? » Ou bien s’il affirme par exemple que Berlin est une ville désagréable, on s’écrie aussitôt : « Pourquoi ne pars-tu pas par la première diligence ? ».

            Votre argument est donc purement rhétorique.

            Ça ne change en rien le fait que l’énergie nucléaire est une énergie sale, tout comme l’énergie fossile.

        • C’est vous qui affirmez « la croissance infinie est impossible ». C’est donc à vous que revient la charge de la preuve. Personne ne dit qu’elle le sera, mais qu’elle peut l’être. Il y a aussi de nombreuses autres affirmation non étayées.
          Un exemple « Un accident nucléaire en France et c’est la moitié de notre pays qui est rayé de la carte ». Pour rayer de la carte la moité de la France, il faut un disque de rayon 400 km. A Fukushima, réacteur de type similaire, c’est 30 km. Cela soutient qu’un accident nucléaire, c’est au plus « rayer de la carte » 0.45% de la France. C’est sûr, c’est moins vendeur.

          • la France, petit pays, reste « championne du monde du nucléaire » avec 58 réacteurs répartis dans 19 centrales. Plus de 76% de notre électricité est d’origine nucléaire. C’est donc un record, très loin devant les énergies renouvelables (17%) ou thermiques (6%).
            Fukushima, c’est 1000 milliards d’euros à la charge de la collectivité. Le problème est loin d’être réglé (corium mortel à enlever … mais même les robots crâment en 15 minutes), on peut même dire qu’il ne fait que commencer (contamination de l’eau, la terre, l’air pour des siècles et des siècles).
            Le Japon est une puissance économique supérieure à la France et elle a failli s’écrouler à cause de cette catastrophe.
            Ne jouons pas les fiérots. Un peu d’humilité ne fait de mal à personne.
            L’hubris de nos dirigeants pronucléaires risquent de nous conduire à la tragédie.
            C’est bien dommage car la France est aussi parmi les plus beaux pays du monde (fromages, vins, terroirs, paysages d’une infinie variété, etc.) et on ne peut pas prendre le risque que ne serait-ce qu’une seule région de France soit rayée de la carte. On re rigole pas, même avec 0,45% de la France comme vous semblez si bien le faire (imaginez que vous habitiez dans ces 0,45% dont vous parlez).
            Minimiser l’accident nucléaire n’est qu’une ânerie de plus.
            Je ne cherche pas à vendre quoi que ce soit, juste à éveiller les consciences (science sans conscience n’est que ruine de l’âme).

            • cela devient tellement caricatural que j’en viens à me demander si vous n’êtes pas en train de nous promener, car être à ce point dans le sectaire, cela relève du dérangement

              • Encore une insulte !
                Attention, car ça va finir par se retourner contre vous !
                Pour titi : une croissance infinie, ça conduit à l’explosion (comme la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf).
                Donc, non, ce n’est pas possible, ni enviable, au cas où vous n’auriez pas trouvé la réponse tout seul !

                • Meuh si, c’est possible une croissance infinie, surtout dans un monde écologiste… Démarré, alimenté par la hausse continue des taxes, cela peut se faire. L’intelligence se battra indéfiniment contre la bêtise des gouvernants 🙂

                  • Je parle d’une croissance infinie dans un monde fini.
                    L’écologie est une science avant d’être de la politique.
                    Contrairement à la politique, la science n’est pas une opinion.
                    Personnellement, les opinions, ce n’est pas ce qui me passionne le plus. Ce qui me passionne, c’est la notion même d’énergie. L’énergie est ce qui est échangé entre un système et son environnement lorsque ce système évolue d’une manière ou d’une autre. L’énergie est universelle et intemporelle. En physique, il y a un principe fondamental qui est le principe de conservation de l’énergie. On dit que si le principe de conservation de l’énergie existe c’est que les lois physiques sont invariantes par translation temporelle (théorème de Noether : https://fr.wikipedia.org/wiki/Théorème_de_Noether_(physique))

              • N’alimentez pas le troll…

    • « Poursuivre votre mode de vie » est savoureux. Notre emmanuel à un mode de vie différent du notre. Cet été, il est parti en vacances au fond de sa grotte, là où il vit à l’année en mangeant des racines (ce qui nuit à la nature) et en buvant de l’eau qu’il transforme en urine…

      • Il faut changer de paradigme.
        La sobriété énergétique et la transition énergétique vers le 100% renouvelable ne signifie pas le retour à l’âge de pierre.
        Par contre, continuer comme avant avec les énergies fossiles et fissiles nous y conduira inexorablement.

        • « nous y conduira inexorablement » l’homme qui a vu le futur…

          • Ne confondez pas « voir le futur » et faire une analyse probabiliste d’un évènement. La probabilité qu’un événement survienne en fonction des données qui le produisent, c’est des maths donc de la science, donc pas une opinion, ni de la magie.

            • Encore faut-il que les données qu’on entre dans un modèle soient valables…
              – Observations humaines : forcément finies temporellement et fonction des outils d’observations finis
              – connaissances : idem
              – Mathématiques : sûrement la meilleure construction humaine, mais souffrants des deux premiers items
              – Modèles : modèles
              Réalité Vs Science humaine
              N’oublions pas que 4 siècles en arrière la science était encore ce qu’il y avait d’écrit dans la bible…

              • Il ne faut pas avoir fait polytechnique pour comprendre que l’humanité est dans une impasse avec son fossile et son nucléaire !

                • Tiens, presque un éclair de lucidité ! Juste, c’est plus élégant en écrivant « Il faut ne pas… »

                • C’est bien de revenir au catéchisme quand vous devenez trop just en logique, au moins on sait à qui on a affaire. Je déteste pas les curés, mais je les évite. Bonne soirée.

                  • La religion s’est modifiée grâce à la science pour changer les dogmes. La science se fiche pas mal de la religion mais science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Pour l’Etat, c’est le nucléaire qui est une religion. Le nucléaire est religion d’Etat en France : https://reporterre.net/En-France-le-nucleaire-est-une-religion-d-Etat

                    • « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »
                      D’abord, ça n’est même pas de vous mais de Rabelais, ensuite quel plus bel exemple de science sans conscience que de répéter comme un perroquet des élucubrations de comités ou de médias, enfin où avez-vous vu qu’il y avait une belle âme à sauver de la ruine ?

                    • Pas d’attaque personnelle s’il vous plaît ! Bien sûr que c’est de Rabelais ! Il y a toujours du bon en chacun de nous.

      • C’est pour mieux arroser les plantes, euh la cheminée… C’est bio 🙂

    • Bonjour Hourdequin Emmanuel,

      Vous êtes dans l’excessif dans votre post; « Un accident nucléaire en France et c’est la moitié de notre pays qui est rayé de la carte. » est excessif et vous desservez votre cause.
      Vous parlez de sobriété heureuse, c’est une insulte aux populations qui veulent sortir de la misère.
      Enfin les déchets nucléaires ne sont un pb que pour les activistes écologiques.
      Soyez un peu plus humble et ne vous plaignez pas des réponses acerbes, vous le cherchez bien.

      • N’empêche que la science n’est pas une opinion, qu’un accident nucléaire est possible (probabilité non nulle) et que le nucléaire, tout comme le fossile est de l’énergie sale. Je n’ai que faire des réponses acerbes. Je ne cherche rien, sinon à éveiller les consciences.

        • Dire qu’une énergie est ‘sale’ n’est pas digne d’un discours scientifique. C’est un jugement de valeur.
          Chaque action humaine modifie l’écosystème, chaque être vivant modifie son écosystème, et de parler d’énergie ‘sale’ est de l’ordre de la gesticulations. Le nucléaire a des avantages et des inconvénients, on peut en discuter sereinement.
          Personnellement je suis pour des centrales nucléaires miniatures qui sont moins dangereuses en cas d’accident, et peuvent être fabriquées hors site d’une manière industrielle..
          Que des avantages:).

          • Pas forcément !
            Ce qui est scientifique, c’est de dire que les déchets radioactifs sont pratiquement indestructibles et mortels pour des siècles et des siècles et qu’il y a sûrement mieux à faire.
            Le nucléaire est assurément le moyen le plus compliqué le plus cher et le plus dangereux de faire bouillir de l’eau.

            • Arrêtez de (vous) faire peur avec la radioactivité, ou alors ne vous exposez pas au soleil. Vous avez peur de tout, vivre c’est aussi prendre des décisions, prendre l’option la moins pire.

              Et à la fin on meurt.

              • Ce n’est pas pareil (150 millions de kilomètres) et à l’abri avec la couche d’ozone et le champ magnétique terrestre.

                • Sépapareil.
                  Je connais cette théorie.

                  • Vous n’avez pas mieux comme argument contradictoire ?

                    • Je me mets à votre niveau.. très bas.
                      Quand on écrit; « les déchets radioactifs sont pratiquement indestructibles et mortels » c’est qu’on a des connaissances en physique.. très limites.

                    • Encore une insulte !
                      La période radioactive des radionucléides que l’on trouve dans le corium de Fukushima ou de Tchernobyl ou dans les déchets nucléaires dans nos piscines de stockage de combustibles nucléaires usés sont de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’années et c’est vous qui n’y connaissez rien en physique : technétium 99 (211 000 ans), sélénium 79 (295 000 ans), étain 126 (100 000 ans), zirconium 93 (1,5 million d’années), césium 135 (3 millions d’années), iode 129 (15,7 millions d’années), et palladium 107 (18 millions d’années).

                    • Et je ne parle pas du plutonium 239 : 24110 ans (dont on ne sait que faire).
                      Les périodes radioactives sont connues avec une précision remarquable depuis bien longtemps et la dangerosité de la radioactivité aussi !

            • Pour bouillir de l’eau, on peut aller couper des arbres sauvagement comme à Haiti. Comment empêcher les gens de cuire la popote? Accessoirement, vous aurez un brouillard comme autrefois à Londres ou sur la Moselle qui avait précédé Londres….

              • C’est sûr qu’il faudrait mieux utiliser du biogaz issu de la bouse da vache ou des fours solaires (plus de corvée de bois, moins de déforestation, meilleur pour le climat).

  • Fonctionnant à partir d’une hypothèse délirante mais cependant considérée comme acquise (le RCA), le GIEC passe son temps à raconter n’importe quoi. Mais, par une sorte de hasard miraculeux, au milieu de ses navrantes péroraisons erratiques, il parvient à une conclusion correcte, à savoir que l’énergie nucléaire est l’avenir de l’humanité.

    En France, l’Etat obèse prend pour argent comptant toutes les conclusions du GIEC, à l’exception de la seule présentant de l’intérêt. A ce stade, ce n’est même plus de la stupidité. Errare humanum est, perseverare diabolicum : la maxime n’a jamais été aussi vraie qu’avec l’Etat obèse, institution littéralement possédée.

    Quelques réformes de l’Etat obèse sont désormais illusoires. C’est plutôt à un exorcisme en règle qu’il convient de procéder, l’exorcisme du mensonge fondamental, le socialisme collectiviste.

    • La science n’est pas une opinion (mais le résultat de mesures, de calculs, d’hypothèses, de contre hypothèses, un travail collectif pour arriver à un consensus qui peut évoluer en fonction des mesures à venir).
      Si les scientifiques lancent une alerte c’est qu’il n’y a pas de fumée sans feu.
      Ecouter les scientifiques, c’est comme écouter son médecin, c’est se donner un maximum de chances de survie.
      Que ce soit du socialisme collectiviste ou de l’ultralibéralisme dérégulé ne change rien au problème.
      La politique est impuissante aujourd’hui comme hier à traiter ces problèmes. La politique, c’est de l’opinion et l’opinion n’a aucun intérêt, tout comme votre post.

      • La politique est impuissante aujourd’hui comme hier à traiter ces problèmes. La politique, c’est de l’opinion et l’opinion n’a aucun intérêt, tout comme votre post.

        qui a dit que les zinzins verts avaient un penchant immodéré pour le fascisme?
        on aurait tort de les prendre pour de doux illuminés

        • Ce n’est pas parce que je dis que votre post est une opinion sans intérêt que je suis un fasciste ou un zinzin vert. Pas d’insultes s’il vous plait ! Vous êtes toujours comme ça dans ce forum ?

      • « il n’y a pas de fumée sans feu » : vous confondez le brouillard du GIEC avec de la fumée.

      • « arriver à un consensus » !
        Vous montrez là votre incompétence. La science n’est pas affaire de consensus, sinon la terre serait restée plate.

        • C’est un consensus en éternelle évolution, en fonction des résultats de mesures et des outils mathématiques. La science est un livre ouvert où l’on écrit sans fin. Cependant, à un instant t, si tous les scientifiques sont d’accord sur quelque chose, c’est que ce n’est pas une opinion mais un fait avéré, mesuré et vérifié. Inutile de m’insulter pour autant.

          • Vous ne comprenez rien :
            1) La science n’est pas réductible (la réduire à ses simples applications serait une erreur fondamentale car elle est beaucoup plus que cela : une vision de la place de l’homme dans l’Univers) ;
            2) Surtout pas réductible à la politique car la politique faite d’opinions et la science n’est pas une opinion. Les opinions n’ont aucun intérêt en science (seules les hypothèse et contre-hypothèse compte après vérification par l’expérience et modélisation par des équations mathématiques).
            3) pour les soit disants charlatans climatosceptiques scientifiques, c’est de l’intox : la majorité des scientifiques est d’accord sur la responsabilité de l’homme dans le réchauffement climatique à cause du taux de CO2 qui augmente exponentiellement dans l’atmosphère, c’est une preuve absolue) ;
            4) Quant à m’insulter quant à mon incompétence, c’est une attaque ad hominem indigne de ce débat qui prouve que vous avez perdu la bataille.

            • Observer l’incompétence et en rendre compte est un acte scientifique, et même un devoir moral pour un scientifique qui se respecte.

              • @Hourdequin Emmanuel
                arrêté de vous plaindre d’être insulté et relisez vous.
                Ci dessus dans le même post : Hourdequin Emmanuel17 oct. 0h36
                Vous commencez par : -« Vous ne comprenez rien « !! (pas un insulte il est vrai mais…)
                Arive votre point 3) et vous vous adressé a des personnes que vous qualifiées donc de climato septique en leur disant: « -pour les soit disant charlatans climato sceptiques scientifiques, c’est de l’intox :  » et vous nous déblatéré pour preuve le fameux
                 » consensus » qui pour n’importe qui de « non bloqué » du cerveau, il est très facile de constater qu’il n’existe pas (des scientifiques de renon, des prix nobels …..)
                http://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique
                https://www.wikiberal.org/wiki/Oregon_Petition
                Vous n’êtes même pas conscient de vos propos et voulez nous « expliquez » sans recevoir de remarque DE VOTRE NIVEAU!
                Vous terminez par le type d’affirmation qui vous illustre bien vous et vos copains donneurs de leçons alors que complètement a coté des vérités autres qu’idéologiques par :
                « 4) Quant à m’insulter quant à mon incompétence, c’est une attaque ad hominem indigne de ce débat qui prouve que vous avez perdu la bataille. »
                Houla cela prouve que l’on a perdu la bataille!!!!!!!!
                Qu’elle suffisance pour votre égo qui ne supporte pas les remarques pourtant justifié aux vue de votre étalage.
                Oui vous êtes un digne représentant des anti « on ne sait plus quoi » (et on s’en fou )
                Au fait vous, les médias , les politiques ou autre merdia peuvent répéter 10 000 fois la même ânerie, elle n’en deviendra jamais une vérité pour autant.
                Arrêté votre coté « chien battu » pénible et suffisant!

                • N’empêche que la science n’est pas une opinion, contrairement à la politique et que vous ne savez faire autre chose que d’insulter les gens quand ce qu’ils disent ne vous plaît pas. C’est très désagréable et peu constructif.

                  • Vous étalez vos opinions politiques en essayant de faire croire que c’est de la science. Vous êtes démasqué. Ca vous déplaît. On s’en amuse.

                  • Rira bien qui rira le dernier.
                    N’empêche que la conclusion du dernier rapport du GIEC est :
                    « Les lois de la physique et de la chimie permettent [de limiter la hausse à 1,5 °C], ainsi que les technologies, le changement des modes de vie et les investissements. La dernière chose, à laquelle les scientifiques ne peuvent répondre, c’est si c’est faisable politiquement et institutionnellement. »
                    Les politiques avec leurs opinions ne sont pas à la hauteur de l’enjeu climatique. Un consensus scientifique vaut mieux qu’une opinion. Les politiques feraient mieux d’écouter les scientifiques plutôt que de faire l’autruche en cassant le thermomètre pour dire que la température n’augmente pas. Un tel comportement est puéril.

  • Nombre de commentaires de cet article n’ont pas compris, ou ne le veulent pas. Les articles n’engagent que leur auteur et pas le site. L’auteur ne dit pas qu’il faut développer le nucléaire parce que le GIEC le recommande, mais que le GIEC lui aussi reconnaît que le nucléaire est la solution la plus efficace pour limiter les émissions de CO2. Cela fait des années que l’on recommande cette solution, on n’a pas attendu le GIEC.

    • Multiplier le nucléaire par six dans le monde !

      Eh oui , un jour ou l’autre il faudra bien y arriver , mais c’est parce que le fossile va se raréfier , devenir trop cher puis disparaître
      Nous avons en France une assoc qui tient le même raisonnement que le GIEC et qui s’appelle SAUVONS le CLIMAT; et je suis 100% d’accord avec plein de commentaires ici qu’il ne faut pas s’appuyer sur des gens qui ne sont pas honnêtes dans leur raisonnements scientifiques ; j’ai posté récemment ce commentaires sur
      https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2018/10/11/les-prix-nobel-deconomie-2018-et-le-carbocentrisme/

      @tikilgs
      Mais l’Opinion ( en fait greenpeace et les écolos) qui croie que le CO2 humain est néfaste croie aussi que le nucléaire est dangereux ; alors sauvons le climat dont le but était de sauver le nucléaire a en fait joué le mauvais cheval; ils auraient mieux fait de rester dans la science et de se rallier au climato réalisme

      • Le nucléaire ne changera rien au problème, sinon à l’envenimer. Ce qu’il faut, c’est économiser l’énergie et tourner le dos aux énergies sales fossiles et fissiles.
        Il ne suffit pas de concilier, en un juste milieu, la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l’environnement et le progrès. Sur ces questions, les justes milieux retardent seulement un peu l’effondrement. Il s’agit simplement de redéfinir le progrès.

        • Toutes les énergies sont sales selon les escrologistes qui méprisent les humains pour adorer leur déesse Gaïa. On économisera l’énergie si et seulement si nos besoins sont satisfaits et ce ne sont pas les socialistes collectivistes qui détermineront autoritairement nos besoins.

          • Ce ne sont pas les écologistes qui méprisent les humains pour adorer leur déesse Gaïa mais les humains qui adorent le Dieu argent en méprisant la terre qui leur a donné naissance et toute la biodiversité qui va avec.
            Porter atteinte à la biodiversité, c’est porter atteinte à la survie de l’humanité sur sa planète car elle est nécessaire à sa survie. C’est comme si on coupait la branche sur laquelle on est assis.
            Une politique, quelle qu’elle soit, qui n’intègre pas comme principe de base le respect de la biodiversité est contraire aux intérêts de l’humanité (santé, survie).

        • Désolé mais ce que vous dites est irréaliste et irresponsable. Economiser l’énergie est impossible car la demande croit tous les jours! Vous parlez d’effondrement mais il n’y en a AUCUN en vue, les solutions sont là. Vos phobies et lubies ne peuvent rien contre la réalité!

  • La bêtise crasse des promoteurs d’énergies dites « renouvelables » est de croire que le remplacement des énergies fossiles par de l’éolien et du solaire pendant un siècle n’aurait aucun impact sur l’environnement et sur le climat terrestre.
    Le crime contre l’humanité est de penser que 7 Mds d’habitants de notre planète puissent survivre sans énergie.

    • En tous cas il faut mieux dépendre de l’énergie renouvelable (comme les plantes) plutôt que de l’énergie sale (fossile ou fissile). On n’y parviendra pas si on n’économise pas l’énergie (amélioration du rendement des convertisseurs et isolation thermique des logements, interdiction de la publicité, etc.) car la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas.

      • « …la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas. »

        Ça devient de la magie à ce stade.

        • ça peut se décliner :
          – la meilleure nourriture est celle qu’on ne mange pas
          – les meilleurs enfants sont ceux qu’on ne fait pas
          – la meilleure politique est celle qui n’existe pas
          – le meilleur écolo est celui qu’on écoute pas

          • Ils finiront par avoir l’anarchie 😉

          • – La meilleure nourriture est celle qui ne rend pas malade (lutte contre les pesticides, développement du bio, manger un peu moins de viande et un peu plus de légumes et de fruits bios) ;
            – Les enfants sont toujours un cadeau, le plus beau cadeau que peut nous faire la nature ;
            – La meilleure politique est celle qui respecte la biodiversité et les générations futures ;
            – Le meilleur écolo est celui qui aime la vie et la nature, qui les respectent et qui considère que la terre n’est pas un héritage mais un prêt car nous n’héritons pas de la terre de nos parents mais nous l’empruntons à nos parents (Antoine de Saint-Exupéry).

            • @ Hourdequin
              Les pesticides ne rendent pas malade puisqu’on n’a jamais vécu aussi vieux que de nos jours!
              Il y en a aussi, et pire (sulfate de cuivre) dans le bio!
              Vous n’aimez pas la nature, vous aimez vous mousser, sinon vous ne répéteriez pas comme un perroquet les poncifs falsifiés écolos! Je respecte la nature mais je ne gobe pas les mensonges! Votre problème est la négation de la réalité!

              • Encore une attaque ad hominem : rassurez-vous, je n’ai aucun problème. C’est peut être moi qui vous en pose en vous ébranlant dans vos convictions mais c’est votre problème et pas le mien !
                Je dis simplement ce que je pense.
                Les pesticides et autres produits chimiques, moins il y en a, mieux on se porte. D’autres solutions existent pour lutter contre les maladies, à commencer par prendre des espèces naturelles qui résistent mieux aux maladies (hors OGM bien entendu). Et utiliser des insectes qui en mangent d’autres (comme les coccinelles qui mangent les pucerons).

                • Vous êtes un rigolo dans votre genre. On a lu votre blog qui est d’une indigence extreme, tous les poncifs anti science d’un activiste pro-décroissance. Lire votre article anti-OGM sur l’étude bidonnée de Seralini. Elle date de 2012, et a été mis en défaut, faudrait vous mettre au niveau.

                  • Stop aux insultes ! Perso je suis pro-science et pas anti-science (en gardant bien à l’esprit que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » – Rabelais).
                    Pour Seralini (attaqué par le lobby du glyphosate), lire l’article suivant : https://www.nouvelobs.com/planete/20180704.OBS9187/seralini-on-detourne-des-fonds-publics-pour-discrediter-mes-travaux-sur-les-ogm.html

                    • On dirait jean Luc Mélenchon.. Hourdequin est dans le déni, c’est un complot. Vous n’êtes pas dans une démarche scientifique (vous n’êtes pas un professionnel de la recherche), vous êtes dans le politique (ce qui peut se défendre).
                      Vous êtes anti glyphosate, j’espère que vous n’êtes pas anti vaccins, à moins d’être défenseur des électro-sensibles.

                      Ps Arrêtez de mettre comme référence scientifique le nouveobs, cela ne fait pas très sérieux, et je reste poli.

                    • Ce que je suis ou que je ne suis pas n’a aucune importance et ne change en rien que le nucléaire est une énergie sale et que la pollution va à l’encontre de la santé publique et de du budget de l’Etat et de la sécurité sociale. Mieux vaut prévenir que guérir et manger du bio que de l’OGM de Monsanto traité au glyphosate de Monsanto.

            • Correctif : « Nous n’héritons pas de la terre de nos parents mais nous l’empruntons à nos enfants. » (Antoine de Saint-Exupéry)

        • L’énergie, on la gaspille pour rien : publicité, 4×4 diesel en ville dans les embouteillages, passoires énergétiques, énergie des combustibles nucléaires qui finissent à 99,999% dans l’eau et dans l’air pour chauffer les petits poissons et les petits oiseaux, énergie de combustion des moteurs thermiques qui finit à 80% en chaleur pour chauffer l’air de la rue et en même temps polluer l’air pour rendre les gens malades, sacs en plastique fabriqués et jetés dans la nature, gaspillage alimentaire, surconsommation de viande, etc., etc.
          En allant au travail en vélo, en isolant les logements, en supprimant les emballages plastique, en mangeant moins de viande, en jetant moins la nourriture, on économise l’énergie. Et on n’est pas moins heureux, sinon plus et en meilleure santé (pas besoin de dépenser de l’essence pour aller chez le médecin ou de consommer des tonnes de médicaments).

          • Le gaspillage est un jugement de valeur. Vous n’êtes pas qualifié pour juger les besoins des autres mais seulement vos besoins. Jugez-vous que l’énergie dépensée pour poster vos propos est gaspillée ?

            • Pas d’attaque ad hominem ! Je peux vous retourner la question si vous voulez : jugez-vous que l’énergie dépensée pour poster vos propos est gaspillée ?

              • Pas une attaque, la stricte vérité. Vous êtes parfaitement incompétent pour juger des besoins d’autrui. Vous pouvez retourner la question car c’est la seule pour laquelle nous sommes tous véritablement compétents.

                On n’ira pas au travail à vélo parce que c’est un mode de déplacement sous-optimal (sueur, distance, difficultés du parcours, pluie, froid, chaleur, objets encombrants, costume, chute…)

                On n’isolera pas les logements parce que ce n’est pas rentable (l’énergie dépensée pour isoler est supérieure à l’énergie économisée ensuite)

                On ne mangera pas moins de viande parce que c’est le meilleur aliment.

                On jettera de la nourriture parce qu’il est toujours préférable d’en avoir plus que moins.

                On continuera à utiliser du plastique tant qu’un substitut ne sera pas économiquement plus performant.

                On n’économisera pas l’énergie tant que nos besoins ne seront pas satisfaits et on ne réduira pas nos besoins pour vous faire plaisir.

                Pas plus que pour le gaspillage, vous n’êtes pas compétent pour définir le bonheur d’autrui. Vos jugements de valeur ne regardent que vous. Ne les appliquez pas aux autres. Occupez vous de vos affaires, cesser de vous mêler de celles des autres.

                Cessez de faire de la politique en la dissimulant derrière le mensonge d’une pseudo science objective. Si vous persistez dans cette voie sans issue, la politique pourrait bien vous rattraper un jour prochain et le résultat risque de vous déplaire fortement.

            • Maintenant j’ai des calculs pour montrer que si on va à son travail en voiture ou en vélo (dans les embouteillages), on dépense beaucoup plus d’énergie en voiture et aussi beaucoup plus de temps. En conclusion, pour aller au boulot, mieux vaut prendre le vélo.

              • Calculs absurdes qui ne tiennent pas compte de la totalité des paramètres du choix du mode de transport. Le vélo restera toujours un mode de déplacement marginal dans une société moderne développée.

                • Vous savez qu’il suffit de redéfinir la modernité et le progrès !
                  La modernité et le progrès, ce n’est plus de continuer toutes nos bêtises comme avant (croissance des inégalités, pillage, gaspillage, dumping social et environnemental, paradis fiscaux, argent sale de la drogue, de la mafia, de la vente d’armes mélangé avec l’argent des énergies sales, réchauffement climatique, pollution, etc., etc.).
                  Un tel comportement nous conduit droit dans le mur.
                  Continuer comme avant est impossible car le coût de l’inaction est incommensurable.
                  Le problème de nos sociétés occidentales, c’est qu’elles sont incapables de s’auto-critiquer et de se remettre en question.
                  Les scientifiques alertent, les politiques n’écoutent pas, les gens ne veulent rien changer. Il serait temps de se réveiller avant qu’il ne soit trop tard !
                  Le vélo, c’est bien plus intelligent et bien plus moderne que le 4×4 diesel !
                  Changer nos modes de vie et nos investissements est une nécessité scientifique et morale. Les politiques ne sont pas à la hauteur de l’enjeu.

      • une petite lecture pour le kmer vert

        https://climatdeterreur.info/les-energies/l-energie-est-notre-avenir-ne-perdons-pas-notre-temps-a-l-economiser

        et encore une fois arrêtez de nous sortir vos aneries, il y a déjà un ours polaire de plus qui s’est noyé, le pauvre, avec vos incessants gaspillages d’énergie sale

      • C’est vrai , Emmanuel vous semblez faire concurrence à votre confrère le président concernant votre nullité en environnement ; en couvrant la terre de panneaux solaires on prive les plantes des rayons UV nécessaires à la photosynthèse et en les privant du CO2 qui constitue la base de toute matière vivante on leur supprime le pain, un peu comme ce que voudraient réaliser les écolos malthusiens dont vous devez vous inspirer

        • Ah oui , Emmanuel, j’ai parlé des UV , du CO2, j’ai oublié l’eau, mais apparemment les humains y travaillent puisqu’ils ne font que faire augmenter le niveau de la mer

          • L’eau fait un cycle. Ce qui augmente le niveau de l’eau de mer c’est la glace reposant sur le sol qui fond (comme le Groenland et le Pôle Sud).

            • la siences dit le contraire, curieux non?

              • Non non, elle dit ça. Par contre un glaçon qui flotte dans l’eau et qui fond ne fait pas monter le niveau de l’eau dans le verre.

                • Cette histoire des glaçons des pôles qui pourraient faire monter le niveau des mers ne tient pas compte des réserves d’eau retenues dans les sols aquifères millénaires, dont les variations pourraient amplement expliquer le delta du niveau des océans. Sinon, le pôle sud ne fond pas, le têtu refusant obstinément de se plier à la doxa réchauffiste. On observe plutôt le contraire

                  Tout ce que la science peut en dire en l’état, c’est qu’elle ne sait pas expliquer les variations récentes du niveau des océans, d’autant qu’on se demande parfois si ce ne serait pas plutôt le sol qui s’enfoncerait.

                  On note enfin que les politiciens des îles qui exigent à cor et à cri des subventions pour compenser la montée des eaux s’empressent de construire des aménagements au niveau de la mer avec l’argent subventionné. Visiblement, alors qu’ils sont les premiers observateurs intéressés, la montée des eaux ne les concerne pas. C’est dire le rapport amoureux qu’ils entretiennent avec le réchauffement prétendument anthropique : par ici la bonne soupe de (notre) fric.

                  • Tenez-vous en à l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère (le taux de CO2 augmente exponentiellement et double tous les 100 ans). Malgré toutes les alertes des scientifiques, il ne cesse d’augmenter à cause de l’augmentation de la consommation des énergies fossiles par l’homme. C’est bien ça le problème puisqu’il y a une corrélation entre le taux de CO2, l’augmentation de la température moyenne à la surface du globe terrestre, l’augmentation du niveau de la mer et l’augmentation de la fréquence et de la violence des ouragans. Il va finir par y en avoir chez nous si ça continue ! Voir l’article suivant : « Un ouragan est en chemin vers l’Europe et ce n’est pas normal (mais ça va le devenir) » http://fr.newsmonkey.be/article/26257

        • Il n’y a pas que les panneaux solaires !
          Un peu plus d’imagination s’il vous plaît (il n’y a pas que le nucléaire dans la vie) !
          Non aux attaques « ad personam » : « écolos malthusiens », personnellement, j’en ai rien à faire !!!
          Effet de rhétorique éculé tout comme le fameux (et fumeux) faux dilemme fissile-fossile.
          Sortez des vrais arguments.

          • Vous aussi sortez des vrais arguments : donnez-nous le nom des stations météos africaines qui ont des séries longues de température sur le 20e siècle (commençant en 1900), puis celles en Amérique du sud, celles en Chine, celles en Antarctique, celle en Arctique et pour finir donnez-nous les mesures suivies des mers et océans pour la même période.
            Parce que comme elle n’existe pas, on se demande bien comment les scientifiques du GIEC font pour connaître la température moyenne globale en 1900 pour la comparer avec celle d’aujourd’hui ?

            • Là je sais ! Ils font de la rétrosimulation avec l’ordinateur qui aurait sinon servi à MétéoFrance à prévoir les inondations dans l’Aude…

            • Ne vous croyez pas plus malin que les scientifique du GIEC. Ou alors faites des études de climatologie et publiez sur la question. Sinon, je vous conseille de les croire comme vous croyez votre médecin lorsqu’il vous dit qu’il faut vous faire opérer de l’appendicite.

              • un bon exemple est la courbe de Man
                cette supercherie nous aura déjà coûté bonbon, mais cela a été possible uniquement parce que des zinzins verts étaient avides de mauvaises nouvelles, pour conforter leur religion

              • Argument d’autorité…
                Je ne me crois pas plus malin, mais je ne crois pas sur parole parce que : scientifiques au GIEC. Les données en possessions du GIEC ont été publiées naguère et celles dont je parle n’existent tout simplement pas. Mais vous qui êtes plus malin et savez, prouvez-moi que j’ai tort et produisez ces séries de mesures de températures et je me mettrais de votre côté.

              • Tiens, vous aussi vous donnez dans l’attaque ad personam, finalement.

              • Regardez juste le taux de CO2 dans l’atmosphère, ça suffira ! Vous pouvez toujours faire l’autruche, ça ne changera rien à la réalité.

                • La disparition de la faim dans le monde est beaucoup plus corrélée et n’a pas, elle, de précédent connu dans le passé.

                • C’est vous qui la niez. Le taux de CO2, dont les plantes ne peuvent se passer, a toujours changé dans le passé. Quand on discute il faut être cultivé et connaître le sujet.

              • Ah, il faut donc croire le docteur quand il y dit que tout est normal et qu’il faut arrêter de pleurnicher ❓
                J’ai manqué y rester…
                Libre à vous, mais moi je ne crois personne sur parole. Tous sont sujet à l’erreur et ne sont pas des dieux.

                • Errare humanum est perseverae diabolicum. Certes il y a des fois ou les scientifiques se trompent dans leurs hypothèses ou leur diagnostique, c’est pour cela qu’il faut qu’ils revérifient plusieurs fois leurs mesures et qu’ils discutent avec leurs collègues. Cependant si erreur il y a, elle doit être formatrice. Il faut savoir en tirer un enseignement afin de ne pas recommencer la même bêtise. Dans ce cas l’erreur aura été utile. Par contre, s’arc-bouger dans l’erreur est criminel et indigne d’un scientifique.
                  Je n’ai en aucun cas dit que les scientifiques étaient des dieux. Par contre, ils ont intérêt à être humbles et doivent savoir rebondir et apprendre de leurs erreurs pour approfondir leurs connaissances. C’est même une déontologie en sciences.
                  Les hommes politiques quant à eux perpétuent la même erreur avec le nucléaire malgré tous les accidents et toutes les tragédies (Tchernobyl, Fukushima), comme si de rien n’était. C’est là que ça devient criminel. Ils sont trop sûrs d’eux et pêchent par orgueil. L’hubris (des politiciens comme Macron) conduit à la tragédie. L’hubris est le fait qu’un mortel se prenne pour un Dieu ce qui est inacceptable et entraîne une punition cruelle de la part des dieux immortels, c’est le thème principal de la tragédie chez les grecs anciens).
                  Pour nous, la tragédie sera l’accident nucléaire en France.
                  On nous fait jouer à la roulette russe alors quand bien même on refuse ce jeu stupide.

                  • « s’arc-bouger dans l’erreur est criminel et indigne d’un scientifique »

                    Vous avez défini le GIEC en quelques mots.

                    • S’arc-bouter dans l’erreur définit en quelques mots les gouvernements successifs pronucléaires Français et les nucléocrates X-mine.

              • je veux bien croire un climatologue.. mais donnez moi s’il vous plait la simple signification d’un ensemble de modèles climatiques….

          • Mais vous n’en sortez aucun, juste les sempiternelles phobies écolos basées sur une vision inerte de votre environnement. La Terre a toujours changée car elle évolue. Le climat n’a JAMAIS été stable, la diversité a TOUJOURS changée, des espèces disparaissent et d’autres apparaissent, c’est la VIE !

      • Non, dépendre des énergies dites « renouvelables » ou fossiles revient exactement au même. Si on utilise pendant un siècle que de l’éolien et du solaire, on ralentira la Terre et on la refroidira. Je préfère le chaud.

        • j’ai du temps à perdre , je vais me lâcher un peu
          @alfred
          moi aussi je préfère le chaud ; cela n’empêche que j’aime aussi le froid et je suis un fana de ski mais dans ma jeunesse on pouvait profiter des deux et on appelait cela été et hiver
          Ce qui me gêne dans votre texte c’est cette phrase
          « « « « « Si on utilise pendant un siècle que de l’éolien et du solaire, on ralentira la Terre et on la refroidira » » » » »
          Cela va à l’encontre de la thermo, quand à ralentir la Terre , je pense que vous parlez de sa rotation ; mais vos arguments concernant ce sujet m’intéressent
          @emmanuel
          Je me demande si vous n’êtes pas un robot tellement vos réponses sont programmées

            • Qu’est-ce qu’un robot ?

              • Si un robot est un être doué d’intelligence, capable de s’autoprogrammer pour s’adapter à une situation nouvelle et/ou imprévisible et si cette intelligence peut être biologique (cerveau), alors je suis un robot. Sinon, je suis un homme (libre).

                • Ça y est, le bot a bugué.

                  Y’a qqu’un pour le rebooter?

                  • Je rigolais ! (3ème degré) = preuve que je suis bien un homme. Et vous, êtes vous un robot ?

                    • Moi, je ne rigole pas, vous recrachez la propagande écologique sans recul. Vous êtes totalement conditionné.
                      Bot de chair, bot de silicium?
                      Mais aucune idée autonome..

                      Pauvre bot.

                    • Arrêtez de donner dans l’attaque ad personam. Cela n’a aucun intérêt et ne change rien au réchauffement climatique et au fait que les énergies fossiles et fissiles sont des énergies sales qui n’ont aucun avenir, sinon détruire l’humanité si elle s’entête dans son erreur et dans la fuite en avant.

                    • une énergie sale… ça ne veut rien dire… c’est encore subjectif..
                      si au moins vous posiez les débats d’une façon à la quelle une réfutation soit possible..
                      la question est quelle est la meilleure façon de produire un kw à un moment où on en a besoin…

                      question difficile..surtout sur le plan du besoin, vous pourrez toujours m’affirmer que je n’ai pas besoin..
                      question insoluble car elle dépend des circonstances.. l’optimum est pluri dimensionnel..
                      en pratique l’approche est plus modeste…quand il y a un gros problème , on change…quand on imagine un problème…c’est autre chose.

                    • Une énergie sale, c’est une énergie qui a des externalités négatives énormes à la charge de la collectivité. On parle aussi pour l’argent de « coûts externes ». Par exemple avec le nucléaire, la cour des comptes dit qu’ils sont incommensurables (c’est à dire indéfinis car incalculables au vu de la durée de vie inhumaine des déchets et de la dangerosité intrinsèque de la radioactivité). Une énergie sale pollue énormément la terre, l’eau et l’air. Par exemple le fissile est sale à cause des contaminations radioactives comme avec les accidents comme Fukushima et Tchernobyl. Le fossile est sale, à cause des particules fines (diesel) et du réchauffement climatique (CO2). Une énergie sale coûte infiniment plus d’argent à la collectivité présente et future qu’elle ne rapporte à une poignée d’investisseurs privés pendant une durée extrêmement faible par rapport aux pollutions générées pour des siècles et des siècles.
                      Les énergies renouvelables ne s’épuisent pas, elles n’ont aucun impact sur le climat (pas de CO2), elles polluent beaucoup moins (pas de radioactivité artificielle, moins de particules). Leurs externalités négatives sont faibles. Elles rapportent beaucoup plus à la collectivité qu’aux investisseurs privés, à condition que la collectivité s’approprie les unités de production ou autoproduise l’énergie nécessaire de manière individuelle avec des moyens de production propriétaires. En plus, c’est bon pour la balance commerciale (pas besoin d’acheter à l’étranger puisqu’on en a chez nous. En plus, ça ne s’épuise jamais (flux, beaucoup mieux que stock). En plus on est moins malades donc c’est mieux pour boucher le trou de la sécu.
                      En sortant des énergies sales, on sort d’un cercle vicieux.
                      En entrant dans les énergies renouvelables, on entre dans un cercle vertueux.

          • Si vous mettez des panneaux solaires qui capturent l’énergie du soleil :
            1) ces panneaux sont brillants comme des miroirs avec une albédo forte et renvoient directement 50% de l’énergie dans l’atmosphère.
            2) la terre est chauffée par l’énergie solaire, de grandes surfaces de panneaux empêcheront donc ce phénomène. Pour vous en convaincre, mettez-vous au soleil, puis occultez avec un parasol. Sur mer, ce phénomène sera pire en raison de la conservation de l’énergie par l’eau.
            L’éolien :
            Le vent est fabriqué d’une part par les différences de température et d’autre part par la rotation de la Terre et e la Lune autour de la Terre.
            1) capturer l’énergie du vent, c’est directement ponctionner dans le budget énergie solaire d’une part et dans l’énergie cinétique d’autre part
            2) on refroidit et on ralentit

            Résultat : 10 éoliennes = 10 voitures : aucun impact
            Toute l’énergie fossile (des centaines de millions de voitures) remplacée par des « renouvelables »…

            • Bah, il suffira d’interdire un sens de circulation, et la planète accélérera …
              Bon, je sors 🙂

              • J’avais déjà pensé à obliger une éolienne sur deux à tourner en sens inverse. 🙂 Vous avez noté que les éoliennes prélèvent, dans l’hémisphère nord où elles sont majoritairement installées, la composante anticyclonique du rotationnel… Peut-être devrait-on toutes les inverser pour améliorer la météo ?

        • C’est faux, ça ne revient pas du tout au même (énergie renouvelables et énergies fossiles).
          Ralentir la terre, ça se fait déjà avec le Soleil et la Lune mais on ne sent pas grand chose (tous les 500 jours, on arrête les horloges atomiques pendant une seconde).
          Ce n’est pas parce qu’on ralentit la Terre qu’on la refroidit. Au contraire, les régions du globe terrestre exposés au soleil plus longtemps (puisque la Terre tourne moins vite) reçoivent plus de chaleur pendant la journée (puisque la chaleur est le produit de la puissance thermique su soleil sur la terre – supposée constante P=1W/m2 sous nos l’attitudes par la durée t de l’exposition E=Pxt, on voit bien que E est proportionnel à t).
          Bref, votre propos ne tient pas debout.

          • @emmanuel
            ben alors, affirmer cela, cela ne va plus
            «  » » » »Ce n’est pas parce qu’on ralentit la Terre qu’on la refroidit. Au contraire, » » » » »
            Le frottement de la Terre avec son atmosphère cela chauffe et puis plus on chauffe d’un côté plus on refroidit de l’autre ce qui crée des vents qui produisent des frottements et réchauffent ; faut revoir vos arguments

          • Avec 1W/m2 , il ferait -250 sur Terre cher ami 🙂

            • Exact, je voulais dire 1kW/m2. Merci beaucoup pour la correction de l’erreur ! Errare humanum est, Perseverae diabolicum. N’empêche que ça ne change pas grand chose au raisonnement sur le réchauffement ou non de l’atmosphère. Ce n’est pas la vitesse de rotation qui joue le plus mais la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, surtout si celle-ci varie d’un facteur un millième ou encore moins.

      • Et la meilleure énergie est une ânerie grotesque comme celle là. On sait que les écolos sont dépourvus de cerveau!

  • Merci a Emanuel, tous les Emanuel , sont vraiment trop drôles , sans eux la vie serait d’un triste..bien que plus vivable intellectuellement parlant !

    • Merci ! Ne pas réfléchir est ennuyeux. Réfléchir est un bonheur. Le bonheur rend la vie plus vivable.

      • Conclusion : réfléchir rend la vie plus vivable.

        • Mais mieux vaut réfléchir en sciences ou en philosophie qu’en politique car la science n’est pas une opinion contrairement à la politique. Même si la philosophie a accouché de la politique et que la science a profondément modifié la vie des gens dans nos sociétés, la politique demeure une opinion et une opinion est individuelle alors qu’un consensus scientifique est collectif.

  • Tiens le GIEC n’est plus cet affreux machin qui fait rien que raconter des conn… oups ! … âneries ?!

    • Ah non!
      On se tape déjà Hourdequin Emmanuel!

      • Votre vie sexuelle ne me regarde pas !

      • C’est pas cela qui vous donne raison. En science, on se fiche des opinions, on ne fait que des hypothèses. Ce qui compte, ce sont les faits, les mesures et les équations mathématiques pour réfuter ou non les hypothèses.
        Il faut se méfier de tout ce que l’on croit vrai et qui ne l’est pas comme : « Le nucléaire n’est pas cher, il est propre et il va nous sauver du réchauffement climatique car il n’émet pas de gaz à effet de serre ».
        Ou encore : « Ce n’est pas l’homme qui est responsable du réchauffement climatique ».
        Tout cela est complètement faux.
        De plus on ne doit pas réduire la science à ses applications et se moquer des scientifiques qui nous alertent.
        La science, c’est plus que cela.
        Ce n’est pas en-dessous mais au-dessus de la politique (comme la philosophie ou l’art).
        C’est plutôt la politique qui est en dessous de tout en ce moment par rapport à cette problématique sérieuse de l’énergie et du réchauffement climatique qui met l’humanité en danger.

        • Il faut se méfier de tout ce que l’on croit vrai et qui ne l’est pas comme : « Le nucléaire n’est pas cher, il est propre et il va nous sauver du réchauffement climatique car il n’émet pas de gaz à effet de serre ».
          Ou encore : « Ce n’est pas l’homme qui est responsable du réchauffement climatique ».

          la première question est subjective…
          on peut trancher moins cher ou plus cher…
          pas cher…
          la seconde est mal posée … le terme réchauffement climatique est ambigu…
          ce qui fait que ce n’est ni faux ni vrai…

          • La science n’est pas une opinion. Un médecin vous dit que vous avez un cancer, vous pouvez le croire, il a les preuves. De deux choses l’une, soit vous l’écoutez et vous avez quelques chances de vous en sortir soit vous ne l’écoutez pas et vous êtes foutu. Par contre, je vous conseille d’aller en voir plusieurs mais vous verrez qu’en regardant le résultats de vos examens, ils diront tous la même chose. Ça, c’est pour le diagnostic. Pour le traitement, il peut y avoir plusieurs options. Il faut peser le pour et le contre de chaque méthode et essayer de trouver celle qui présente le plus d’avantages par rapport aux inconvénients. Ce n’est pas le plus facile et ça peut évoluer en fonction des progrès de la recherche. Il est toujours préférable de tenter quelque chose plutôt que rien tant qu’il est encore temps. Après, quand il est trop tard, c’est encore une autre histoire…

  • « qu’elle qu’en soit la source »

    Le français, bon sang !
    quelle qu’en soit la source.

    • allez une dernière pour Emmanuel qui déraille de plus en plus
      «  » » » » » » » » » »Le nucléaire n’est pas cher, il est propre et il va nous sauver du réchauffement climatique car il n’émet pas de gaz à effet de serre ».
      Ou encore : « Ce n’est pas l’homme qui est responsable du réchauffement climatique ».
      Tout cela est complètement faux. » » » » » » » » » » » » » » » » » » »
      Dites Emmanuel, vous n’avez pas beaucoup de suite dans les idées
      Si l’homme est responsable du réchauffement climatique , c’est bien à cause du CO2, ou vous avez d’autres explications ?
      Le Nucléaire n’émet pas de CO2, sans doute encore moins que le renouvelable, il va donc nous sauver du RCA, si on suit vos déductions
      Concernant le prix du nucléaire , c’est vrai qu’il n’est pas cher si on compare le prix de l’électricité en France et en Allemagne , mais là on sort du domaine de la science ; concernant la propreté il ne fait pas de doute que c’est l’énergie qui a fait le moins de victimes dans le monde et qui en fera certainement moins que l’hydraulique , l’hydrogène et l’abandon du fissile fossile et les famines et la décroissance qui s’en suivront

      • Je vous ai déjà dit que devoir absolument choisir entre le fossile (responsable du réchauffement climatique) et le nucléaire (responsables des accidents nucléaires comme Tchernobyl ou Fukushima) était un faux dilemme, une simple figure de rhétorique qui arrange bien le Président Macron et son Premier Ministre Edouard Philippe (ancien directeur d’Areva) et qui est est la cause du départ fracassant de Nicolas Hulot du gouvernement Macron.
        En réalité, une troisième voie est possible : les économies d’énergie et la transition énergétique vers les énergies 100% renouvelables.
        Le nucléaire, c’est dépassé, c’est trop dangereux, trop cher, ça produit du CO2 sur tout le cycle du combustible (ça chauffe à mort à 99,99% dans toute la durée de vie du combustible, qui est infiniment longue par rapport à la vie d’un homme et ça ne produit finalement que peu d’énergie électrique par rapport à l’énergie thermique), on ne sait que faire des déchets ni des centrales, ni du plutonium. En bref, c’est une impasse et une gabegie des deniers publics. EDF est un état dans l’état, complètement endetté dans une fuite en avant perpétuelle (comme le cycliste qui doit continuer à avancer pour ne pas tomber). En plus ça coûte une blinde (mur d’investissement de plusieurs centaines de milliards d’euros pour mettre à niveau post Fukushima, mur d’investissement pour le démantèlement et la surveillance des déchets sur des siècles et des siècles) et les caisses de l’Etat sont vides (on essaie de supprimer tous les fonctionnaires et de baisser leurs pensions et toutes celles des Français mais ça ne suffira jamais pour tout payer). Que des ennuis en perspective comme le disait Nicolas Hulot (sans parler de la vulnérabilité des centrales aux sécheresses, inondations et réchauffement climatique).
        Il faut tourner le dos aux énergies fossiles et fissile. L’énergie renouvelable est moins chère et disponible sur le sol Français, contrairement au pétrole et à l’uranium.
        En vous disant cela, sachez que ce n’est pas moi qui déraille le plus (ni Nicolas Hulot qui a bien fait de se sauver à temps de ce guêpier).

        • baratin…vous n’en savez rien… c’est comme une discussion d’expert sur comment fixer le prix du lait dans un pays communiste ..

          si vous voulez parler prix…exigez la libéralisation du marché de l’énergie…
          et si vous estimez que le CO2 ou le nucléaire est un problème ou de nuisance chiffrez avec précision.

          vous faites du gay…je vous vois vous battre avec votre reflet dans le miroir…et ç ame laisse dubitatif.

        • @Hourdequin
          Les énergies renouvelables ne le sont pas puisqu’elles ne peuvent fournir de courant les jours sans vent et la nuit. Il faut un appoint pour compenser leur discontinuité, vous ferez quoi pour vous chauffer l’hiver sans électricité? Cessez donc de dire n’importe quoi.
          Le nucléaire n’est pas dépassé, bien au contraire c’est l’énergie du soleil.

          • Il faut stocker l’énergie renouvelable rayonnante ou cinétique (vent) sous forme d’énergie chimique (H2 par électrolyse ou CH4 avec 2H2+CO2=CH4+O2) ou potentielle de pesanteur (réservoirs d’eau en hauteur) ou électrique, dans les batteries de voitures électrique à l’arrêt, branchées sur le chargeur (énergie électrique pouvant aller dans les 2 sens en fonction des besoins) ou supercondensateurs, etc., etc.
            De plus, toutes les énergies renouvelables ne sont pas intermittentes (biomasse, biogaz CH4).
            L’énergie du soleil, c’est la fusion et pas la fission et on ne sait pas faire (sauf dans les bombes H). Le soleil, il est bien là où il est (150 millions de km, derrière la couche d’ozone et le champ magnétique terrestre). Utilisons davantage l’énergie solaire (comme les plantes savent si bien le faire avec la photosynthèse).

  • avec mr gay c’est toujours pareil, il faut que les politiques ‘occupent de la production énergétique..

    donc il faut toujours invoquer une raison suprême.. pour avoir une politique énergétique et donc de s’affranchir de l’économie.

    c’est toujours la façon de présenter les choses qui gêne..
    Actuellement les politiques poussent pour ne pas émettre le moins possible de CO2, c’est un atout pour le nucleaire certes…

    mais qui vous dit que ça va durer?

    tout l’argumentaire s’effondrerait si la sensibilité climatique était prouvée basse.

    • C’est sa notion de liberté… Attendre tout de l’Etat providence… déformation professionnelle probablement 😉

      • oh la je ne suis pas antinucléaire..
        nous sommes selon moi devant des incertitudes majeures.
        le nucleaire est une option que les gens peuvent choisir en fonction de l’idée qu’ils se font de l’avenir.

        Le giec en tant que tel n’apprend pas grand chose…

        Les modes de productions sont certes en concurrence..mais ils sont aussi complémentaires ,la diabolisation du nucleaire comme des intermittents est idiote…faut voir au cas par cas… il est plus que probable qu’on fasse des choix non optimaux car on ne connait pas l’avenir et nous ne sommes que des petits joueurs à l’échelle mondiale.

        je constate que le premier de nos problème local..est économique…je donnerais la priorité à l’économie car c’est ce sur quoi nous avons contrôle direct. donc nucléaire par rapport à éolien…si jamais mon opinion a de la valeur ..avec un peu de solaire et d’éolien au cas par cas.. ça ne constitue pas une base saine à un système de production.

        Indépendamment de a pertinence de l’évaluation des externalités du CO2, les modalités de leur prise en compted doivent être claires et universelles , ce n’est pas le cas… c’est aussi un transfert de richesses à l’échelle mondiale …prend moi pour un con , je veux jouer si les règles sont claires sinon non…

        imaginez que tous les pays renonce au pétrole ..sauf un… le monde serait sauvé dans le sens du giec… et ce pays serait sans doute matériellement riche..n’est ce pas une caricature de ce qui se passe où des gens veulent de fait se réserver les bienfaits du pétrole?

        le giec veut sauver le giec…

  • Magique ce Hourdequin Emmanuel.

    Citons pêle-mêle :

    – défense de l’étude bidonnée de Seralini : http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article66

    – commentaires grotesques sur des pages Greenpeace (un professeur de Physique qui ignore le principe de la surgénération, ça ne manque pas de sel) : https://www.greenpeace.fr/centrales-nucleaires-tres-mal-protegees-face-aux-actes-de-malveillance/

    – théories du complot au sujet de l’industrie du médicament, qu’il accuse d’inoculer sciemment des maladies pour ensuite vendre les remèdes : https://www.change.org/p/jean-claude-juncker-pour-un-v%C3%A9to-de-l-union-europ%C3%A9enne-sur-la-fusion-bayer-monsanto/c/526241294

    – encore des contrevérités sur le nucléaire, ici : https://ppe.debatpublic.fr/transition-energetique-sortie-du-nucleaire-necessite-absolue?page=1

    Ce type est enseignant dans le public, au-secours…

    • +1000
      L’attitude face à l’étude Séralini est un excellent discriminant pour démasquer les incompétents. Bon, c’est regrettable qu’il soit prof de physique, mais ça aurait pu être pire : il aurait pu enseigner en maternelle ou en fac, bref là où l’auditoire écoute un peu…

      • Mieux vaut une recherche indépendante (CNRS) financée par la collectivité qu’une recherche non indépendante financée par les lobbys pollueurs comme Monsanto (comment critiquer Monsanto si c’est lui qui nous emploie et qui nous paye). C’est pour cela que les services publics de qualité (recherche, éducation, police, justice, etc.) sont le gage de la meilleure protection possible des intérêts de la collectivité dans les incessants conflits d’intérêt de notre société ultralibérale dérégulée qui sacrifie systématiquement l’intérêt général et le long terme au profit de l’intérêt particulier et du court-terme.

    • Il faut agir, chacun à notre niveau pour exiger de respirer un air sain, de boire une eau non empoisonnée, de manger une nourriture saine et pour refuser de mettre en péril notre survie, celle de nos enfants et celle des générations futures à cause de la pollution et du réchauffement climatique dont nous sommes responsables.
      Emmanuel HOURDEQUIN
      http://emmanuelhourdequin.free.fr/spip.php?article135#forum1048

      Merci d’avoir recadré ce personnage

      • ce qui suggère qu’il y a des gens qui agissent POUR que l’on respire un air vicié, boive une eau empoisonnée etc…

        il est la le problème de l’écologie politique..

        • Exactement, il y en a qui s’enrichissent en polluant et en vendant des énergies sales à des gens, surtout lorsque ces gens en sont addictes et qu’ils subventionnent la pollution (niches fiscales sur le kérosène, le diesel, subventions publiques massives au nucléaire). Intérêts privés des vendeurs de pollution et des banquiers privés et intérêts collectifs de santé publique, de justice, d’éducation et des générations futures, tout n’est que conflits d’intérêts. Dans nos sociétés, ce sont les intérêts privés qui l’emportent toujours en sacrifiant la santé publique et les générations futures (et présentes pour les inondations dues au réchauffement climatique) parce que l’homme se met au service du Dieu argent alors que l’argent ne devrait être qu’un outil au service de l’homme.

          • C’est le pot de terre contre le pot de fer.
            Pot de terre : intérêts de la collectivité et des générations futures dans le long terme ;
            Pot de fer : intérêts privés d’une minorité dans le court terme.
            C’est le profit et l’argent (sale) qui donne le pouvoir.
            La dictature de l’argent conduit à une exploitation sans limite des biens commun, à une destruction de la biodiversité et à une hémorragie de l’argent public vers les paradis fiscaux et l’argent sale qui sort de nos frontières conduisant à la domination d’une minorité (mafieuse, qui surfe sur l’optimisation fiscale qui blanchit l’argent sale, la pollution subventionnée par l’argent public ou la drogue ou la prostitution ou le trafic d’armes ou d’organes ou de matières radioactives pour le terrorisme, etc.) au détriment de la collectivité présente et future. La collectivité asservie n’est plus capable de réagir car elle est addicte à l’énergie sale. L’énergie sale fossile et fissile est l’opium du peuple.
            Que faut-il faire ? La révolution ?
            Une autre solution possible : exiger un air sain, une eau saine et une nourriture saine car c’est un droit universel, pour cela boycotter tout ce qui pollue. Il faut aussi exiger la transition énergétique vers le 100% renouvelable, seule solution pour transformer le cercle vicieux en cercle vertueux.

      • Vous ne recardez rien du tout.
        Vous savez, « il n’y a pas de sot métier, il n’y a que des sottes gens ».
        Par contre ne pas pouvoir s’exprimer ni argumenter sans recevoir une bordée d’injures n’est pas signe d’une grande intelligence. Le rejet systématique d’une façon de voir ou de penser est de la discrimination et de l’étroitesse d’esprit. Cela ne valorise pas celui qui la pratique.
        Ça ne retire rien au fait que le nucléaire est une énergie sale qui génère des coûts externes incommensurables et que respirer un air sain, boire une eau saine et manger une nourriture saine est un droit universel et polluer, c’est couper la branche sur laquelle on est assis. Cela met en danger la survie de l’humanité sur sa planète et il n’y a pas de planète B.
        Recadrer, c’est demander la fin des insultes gratuites quand on ne sait pas argumenter.
        À mon humble avis, c’est plutôt moi qui recarde le débat plutôt que vous.

        • Et « recadrer » quelqu’un, ça ne veut rien dire (remettre un cadre autour de lui ?).
          Recadrer « quelque chose » comme un débat entre des personnes ou un comportement qui serait mauvais, ça s’est possible.
          C’est comme juger une personne, ça ne veut rien dire (on ne juge pas quelqu’un). Par contre juger le comportement d’une personne comme mauvais lorsqu’il est inadapté à la situation, ça s’est possible.
          Par exemple, insulter au lieu d’argumenter, on peut juger cela comme un mauvais comportement (sans pour autant juger en bien ou en mauvais la personne qui a ce mauvais comportement). Il se peut que ce soit un problème mental ou une mauvaise éducation dont l’auteur n’est en rien responsable. Néannoins, un mauvais comportement se doit d’être dénoncé et puni.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre en Ukraine révèle avec douleur plusieurs échecs de l’Union européenne (UE). Mais elle met aussi en évidence la grandeur de la nation polonaise. Les Européens sont en admiration pour le sens de responsabilité des autorités et de la population de Pologne, notamment dans l’accueil généreux des Ukrainiens qui fuient la mort et la destruction de l’injuste guerre conduite par la Russie. Mais comme toujours, il est possible dans les malheurs de tirer des solutions pour éviter que l’avenir ne fournisse les mêmes difficultés.

Objectiv... Poursuivre la lecture

Par Serge Houdbine et Michel Gay.

Un article publié le 13 avril 2022 dans le journal régional, Le courrier de l’Ouest, (appartenant au groupe Ouest France) relaie le discours du Syndicat France énergie éolienne (FEE) représentant les promoteurs et exploitants des éoliennes.

D’où vient l’argent magique ?

Selon eux, « le solaire et l'éolien c'est du pouvoir d'achat » et les énergies dites vertes grossiraient désormais le budget de la France.

Sans vergogne, en ces temps de campagne électorale, ils appellent l’État à en faire... Poursuivre la lecture

Plus ça rate, plus ça a des chances de marcher. L’Allemagne fait sienne cette devise Shadock. En effet, Robert Habeck, ministre de l’Économie, de l’Énergie et du Climat, se répand dans la presse, comme par exemple dans cet article de La Tribune.

« Conscient de l'urgence de s'en défaire, (de la dépendance russe) le gouvernement ne compte cependant pas opérer de tournant majeur. Mais entend accélérer dans la stratégie d'Energiewende déjà entamée sur le territoire depuis près de vingt ans, qui consiste à investir abondamment dans les reno... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles