Lettre aux Français : chiche, Monsieur le Président !

La réponse « énergique » de notre chroniqueur Michel Gay aux questions du Président Macron. Le débat est lancé !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Macron_Elysee by World Bank Photo (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettre aux Français : chiche, Monsieur le Président !

Publié le 15 janvier 2019
- A +

Par Michel Gay.

Dans sa lettre aux Français diffusée ce 13 janvier 2019, le Président de la République affiche plusieurs orientations importantes qui méritent des éclaircissements compte-tenu de certaines affirmations déconcertantes et de contradictions entre ses déclarations et ses actes.

Ainsi :

La France n’est pas un pays comme les autres. Le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs. L’exigence d’entraide et de solidarité plus forte.

Ailleurs, « ils » commencent par créer de la richesse avant de la distribuer ; ailleurs, ils n’interdisent pas à leurs entreprises d’explorer le sous-sol pour extraire du gaz et du pétrole ; ailleurs, ils ont aussi le sens de la justice, ainsi que de l’entraide et de la solidarité qui ne constituent pas une exclusivité française. Et il serait arrogant de le croire.

C’est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires.

Vu « d’ailleurs », cette affirmation peut paraître bien péremptoire et douteuse au regard de l’agitation populaire (Gilets jaunes) qui dénonce justement ce manque de fraternité et d’égalité, notamment devant l’impôt.

Je sais, bien sûr, que certains d’entre nous sont aujourd’hui insatisfaits ou en colère.

C’est bien de le savoir, et de faire ensuite un constat juste des causes de cette colère. Mais comment y répondre ? Allez-vous continuer à dilapider l’argent des contribuables dans les énergies renouvelables pour faire plaisir à des lobbies verts présents dans vos ministères, et que vous semblez redouter ?

Je n’ai pas oublié que j’ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle.

Alors le grand débat va servir à quoi puisque ce sont justement certaines de ces grandes orientations qui sont remises en cause aujourd’hui ? Est-ce que réduire le nucléaire à 50% du mix énergétique, et taxer toujours plus les énergies (essence, électricité) pour subventionner toujours plus les énergies renouvelables, fait partie de ces grandes orientations ? Dans l’affirmative, « la messe est dite » et ce débat sera une mascarade.

Il faut rendre à la France sa prospérité pour qu’elle puisse être généreuse.

Alors pourquoi la ruiner dans l’impasse des énergies renouvelables, notamment éolienne et photovoltaïque ? Pourquoi vouloir réduire la production d’électricité d’origine nucléaire source de richesses pour la France en fermant la centrale de Fessenheim en parfait état de fonctionnement ?

L’emploi se crée avant tout dans les entreprises.

Alors pourquoi les pénaliser avec une énergie de plus en plus chère sous le poids de taxes et d’impôts qui grèvent leur compétitivité, notamment à l’international ?

Je pense toujours que l’épuisement des ressources naturelles et le dérèglement climatique nous obligent à repenser notre modèle de développement.

Alors pourquoi vouloir diminuer le nucléaire, économe en ressources naturelles (un seul gramme d’uranium fissionné par Français et par an pour produire 75% de l’électricité nationale), et qui, de plus, n’émet pas de gaz à effet de serre (ce qui est bon pour « le dérèglement climatique ») ?

Repenser notre modèle de développement consiste à développer le nucléaire du futur (EPR et surgénérateurs), et à sortir de l’impasse des éoliennes et du photovoltaïque. Ces productions intermittentes impliquent d’augmenter notre consommation de gaz, ou de bruler du charbon / lignite comme en Allemagne. Est-ce bien ce que vous voulez ?

L’impôt, lorsqu’il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s’investir dans les entreprises.

Oui et, après « entreprises », vous auriez pu ajouter « productrices de richesses ».

Voilà encore une fois un constat juste et pertinent, et vous déclarez même vouloir « faire que le travail paie davantage ». Mais pourquoi alors agir à l’opposé en créant des rentes de situations alimentées par des subventions publiques pour des lobbies éoliens et photovoltaïques ?

Nous ne pouvons, quoi qu’il en soit, poursuivre les baisses d’impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique.

Oui, il est nécessaire de baisser le niveau de la dépense publique pour diminuer les impôts. La Cour des comptes propose une économie de 121 milliards d’euros en cessant de subventionner les énergies renouvelables à fonds perdus vers des lobbies et des opportunistes !

Concernant le thème « essentiel à notre avenir » de la transition énergétique, vous indiquez « Aujourd’hui personne ne conteste l’impérieuse nécessité d’agir vite ».

Attention ! Agir, oui, mais l’urgence est relative. Et surtout dans quel sens ? Réduire le nucléaire (qui économise des énergies fossiles et réduit les émissions de CO2), tout en augmentant notre dépendance au gaz (en développant les énergies renouvelables fatales et intermittentes), est-ce le meilleur moyen d’agir dans le bon sens ?

« Il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté ».

C’est un vœu pieux qui se heurte à l’immobilisme de la classe politique souvent plus soucieuse de préserver son pré carré que de défendre l’intérêt général du pays. Jamais les propositions (politiquement incorrectes ?) formulées ci-dessus ainsi que dans de nombreux articles, et des courriers aux élus n’ont été prises en compte. Elles ont également été ignorées dans les débats préparatoires à la Loi de transition énergétique pour la croissance verte en 2015 (LTECV), ainsi dans la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE)…

C’est ainsi que j’entends transformer avec vous les colères en solutions.

Chiche, Monsieur le Président de la République ! Vous avez maintenant des solutions pour commencer à augmenter la richesse des Français, diminuer leurs impôts et pour «  rendre à la France sa prospérité pour qu’elle puisse être généreuse ».

Ce serait un bon début pour calmer les colères.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Excellent!!!
    Votre article ira conforter mes doléances envers Macron.

  • A part sur Contrepoints, chez les climato- réalistes et à la cour des compte, personne ne remet en cause la transitude escrologiste de l’ambassadrice des pôles.
    A partir de la, on peut débattre tant qu’on veut, la France continuera à s’enfoncer dans le marasme économique.
    Ceci dit , je pense que l’on a poussé le bouchon nucléaire un peu trop loin (au vu de notre consommation qui varie entre 30 et 55GW la moitié de l’année, 63GW c’est excessif pour un moyen de production à coûts fixes élevés et qui doit donc tourner le plus possible à plein régime pour être bien rentabilisé), donc je suis d’accord pour que la mise en service d’un nouveau réacteur s’accompagne de la fermeture d’un ancien.

    • Cette surproduction s’exporte et constitue un atout.

      • Oui mais malgré cela le facteur de charge de notre parc nucléaire plafonne à 75% (et plus il y aura de moulins à vent et de panneaux solaires, plus ce plafond baissera) alors qu’il faudrait être au minimum à 80% pour bien le rentabiliser.

    • « qui doit donc tourner le plus possible à plein régime pour être bien rentabilisé »

      Sans révisions et sans maintenance ?

      Ouh la … Chauds les marrons …

  • Comment peut-on gouverner en prenant comme appui des théories au minimum discutables, en tout cas manquant de preuves comme l’épuisement des ressources et le dérèglement climatique (il n’ose plus dire réchauffement…)
    Un problème essentiel n’est-il pas l’entourage des gouvernants, qu’il soit choisi ou subi?

  • Que voulez vous? Ils ont réinventè la pierre philosophale. Grace à elle ils transforment le carbone en or, que dis-je, en taxes.
    Sauf que le plan des lobbies se heurte à un obstacle de taille. Le « gilet jaune ». Ne dit on pas: que si tu n’es pas content de ta récolte regarde ce que tu as semé. Tu sèmes de la taxe, tu récoltes de la révolte, surtout quand la semence est manipulée à base d’utopie.
    L’État se comporte comme Don Salustre dans « la folie des grandeurs ». Qui va mettre un coup de pied dans la malle pour restituer son bien au peuple?

  • Dans un de ses discours Macron a repris les théories débiles sur les 48000 morts prématures qui seraient dus au diesel ….
    Cela prouve qu’avec ses deux échecs a Normal Sup, il n’a pas la moindre culture, ni bagage scientifique pour se rendre compte que de telles affirmations n’ont ni fondement ni la moindre rigueur.
    Plus grave , dans son entourage pas une seule personne qui l’avertisse que ce chiffre est une connerie.
    Le débat risque de ne pas suffire !

    • Dans la sphère politico-médiatique, ils sont tous intoxiqués à leur propre propagande écologiste.

    • @Esprit critique : Ce genre de proclamation n’a nul besoin de la vérité. L’important c’est qu’elle fasse peur.
      Quand le saladier (le producteur de salades) s’agite, c’est uniquement pour effrayer le bon peuple.

  • « Je pense toujours que l’épuisement des ressources naturelles et le dérèglement climatique nous obligent à repenser notre modèle de développement. »

    Concentré de prêt-à-penser vide de sens.

    –> Il n’y a factuellement pas plus d’épuisement des ressources que de beurre en broche.
    –> « dérèglement » suppose un système « réglé », figé et optimal, et non un système dynamique correspondant au réel. Le mythique équilibre de Gaïa, dont nous serions les indignes perturbateurs.

    Voilà, les mots ont un sens, et les entortiller ne fait pas la pensée belle.

    • oui et pour le « modèle de développement » il va falloir entortiller avec « bravitude » …

    • Les écolos ne recherchent pas un modèle de développement mais un modèle de décroissance.

      De ce fait prendre pour argent comptant ce qu’ils disent sur les problèmes ou les solutions nous envoie droit au mur.

      Macron a dit lui même qu’il était mal conseillé, mais il n’a semble-t’il pas encore compris par qui, pourquoi et comment …

  • Et il fini par « en confiance »normal pour un mec qui se chie dessus

  • Pour une raison physique simple: si on met en série toutes les étapes pour faire rouler une voiture électrique (centrale, distribution, batterie, moteur…), le rendement global est déplorable et particulièrement anti « écologique » !

    • Moi, le jour ou une voiture électrique se recharge en 10mn, pour 40 euros, et ou je peux faire 1000 bornes avec un plein, pour moins de 15 000 boules, j’achète immédiatement.
      Quand les systèmes mis en place sont intéressants, et améliorent la vie (internet, l’électricité, les téléphones portables, les fours a micro onde, bref…), pas besoins de subventions, ca se fait tout seul, voir même l’offre ne suffit pas a la demande.
      C’est pareil, le jour ou Macron abolira l’impôt sur le revenu pour tous, les gaulois ne seront pas réfractaires, hein…

      • Pour l’instant, on en est loin, la voiture électrique est un concentré de socialisme:
        – intervention dans l’économie (l’Etat a obligé Renault, dont il est actionnaire, à développer un véhicule électrique)
        – décision fondée sur l’idéologie écolo-climatique, en dehors de toute analyse économique rationnelle.
        – subventions publiques atteignant des sommets pour faire vendre à tout prix des véhicules coûteux qui n’intéressent qu’une minorité de citoyens: prime à l’achat, carburant « gratuit », bornes de recharge publiques et installation à domicile, garantie de reprise etc…
        – ponction réalisée sur l’ensemble des contribuables, donc aussi sur les plus démunis, en faveur des urbains les plus aisés, dont certains auraient fait ce choix en dehors de toute aide économique. Le socialisme redistributeur vers le bas devient ici redistributeur vers le haut. Le clou!
        – spoliation des uns par les autres et une illusion de gratuité. Avec des leçons de morale en prime.

  • Si je peux me permettre une petite remarque à l’auteur de l’article, il faut arrêter de mettre au crédit du nucléaire une faible empreinte carbone: c’est vrai mais c’est hors sujet.
    Le CO2 atmosphérique provient du dégazage des océans consécutif au réchauffement, et très peu des activités humaines, le CO2 atm étant en équilibre thermodynamique avec le CO2 dissous dans les océans, le CO2 artificiel en excès est réabsorbé par l’énorme puits de carbone que sont les océans (inutile d’en chercher d’autres, sinon les végétaux aux printemps-été…) et ne joue que très marginalement dans l’effet de serre. Le CO2 est la conséquence et non l’origine du réchauffement, lui-même lié à d’autres facteurs dont les cycles solaires. Ce qui fait que toutes ces simagrées autour de « l’empreinte CO2 » sont, au minimum une énorme erreur scientifique, sinon une manœuvre malhonnête colportée par des perroquets idéologues à la culture scientifique incertaine.
    Il conviendrait donc que le monde du nucléaire se ressaisisse et qu’il reste scientifiquement crédible, d’autant qu’on va entrer dans 10-20 ans dans une période froide et qu’on aura besoin du nucléaire pour se chauffer quand les éoliennes seront givrées et les panneaux solaires couverts de neige…

    • Me permettant d`apporter un petit bémol a votre contribution fort intéressante, avec la science du climat qui est dans sa période d` adolescence, je ne pense pas que les intervenants ont suffisamment de connaissance des interactions pour des conclusions définitives pussent être brandis comme la parole divine.
      La fin de votre deuxième paragraphe pourrait montrer un niveau d’arrogance du même niveau que les affirmations des représentant du dieu climat.
      Sur le fond, l’étude de 2012 de Shakun et al. Démonte partiellement le mythe température avant Co2 dérive des études des carottes de Rostock en remettant les résultats dans leur contexte et interprétations.
      Cette étude portant sur la dernière transition glacial/ inter glacial, il y a 20,000 ans se résume :
      « Le CO2 n’est pas le responsable du changement de climat mais est un amplificateur. »
      Cette démontre en détails :
      1. Le cycle orbital de la terre est la cause du réchauffement dans l’arctique avec pour effet une fonte importante et afflux d’eau douce dans l’océan.
      2. Cet afflux d’eau douce a perturbé les courant marins avec pour conséquence un changement rapide dans l’échange des températures entre les deux hémisphères.
      3. Le point 2 a fait que les températures dans les océans de l’hémisphère sud se sont élevé les premières avec pour conséquences un dégazage important.
      4. L’étude montre clairement que le CO2 n est pas responsable du début du changement du climat mais que 90% de l’élévation des températures est apparu après le dégazage.
      Les affirmations péremptoire CO2 vers températures ou inversement sont donc vrai et fausses en même temps.
      Sure une note personnelle, on fera beaucoup d’économie en attendant le prochain cycle orbital qui amèneras un refroidissement qui auras certainement beaucoup plus d’effet que les taxes diverses et variées car cette étude montre bien que l’impact des océans n est pas dans la même échelle que les voitures ou autre véhicule.

      Bien a vous,

    • « Le CO2 est la conséquence et non l’origine du réchauffement, lui-même lié à d’autres facteurs dont les cycles solaires. »
      Valable pour le court-moyen terme. Pour le long terme, ce sont les cycles de Milankovic. En aucun cas les activités humaines.

  • @franck « les végétaux au primptemps-été » uniquement pour les zones tempérées a végétation caduque. Pour les zones tropicales et subtropicales c’est toute l’année.

  • réponse de Macron à michel GAY : Emmanuelle Wargon et Sébastien Lecornu nommés animateurs du débat national…….et vous attendez encore quelque chose de cette farce?

  • erreur d’adresse

    Sacré Mr. Gay, quelle abnégation, quel bel engagement,
    tout ce que vous décrivez ,avec cette fois, force données, graphiques, constations, les « sachant » l’avaient déjà décrit il y a plus de 10 ans(cf les analyses de Mr.Pellen ex ingénieur EDF)

    Comment se fait-il que cette gabegie perdure?
    Des inrérêts, des connivences,sans doute, mais cela ne suffit pas
    Un complot? difficile d’y croire, que l’attitude des chinois interroge
    Je crois que, pour des raisons à étudier, nous sommes en pleine collapsologie.
    Partout, des tas de gens croient que le ciel va nous tomber sur la tête, et s’en remettent aux oracles(scientifiques avides de gloire, ou ayant troqué leur neutralité pour le militantisme)
    Et comme dans toutes les croyances ,aucun argument rationnel ne peut faire douter un croyant.
    Vous tapez quasi chaque jour sur … des enclumes.
    Bon courage

    pour les véhicules électriques j’aime bien celle-ci

    https://www.instituteforenergyresearch.org/renewable/california-mandates-zero-emission-buses/

    California is now the first state in the nation to mandate all emission-free buses by 2040, allowing time to phase out gas and diesel buses. But, California mass transit users need to realize that the reliability of bus service may no longer be a priority and that they may be forced to delay their arrival time or not make it to their destination at all.
    notez j’men fous, je prends jamais le bus

    sinon, l’hydrogène n’ a pas dit son dernier mot

    http://www.kit.edu/kit/english/pi_2018_151_innovation-award-for-climate-friendly-methane-cracking.php

    ça sent le plan calcul à plein nez cette histoire de véhicule électrique

    • « Comment se fait-il que cette gabegie perdure? »
      Pour le savoir, consultez les articles de Paul Driessen, journaliste américain, auteur notamment des « 1500 milliards du lobby climatique ».
      C’est uniquement une question de fric, à l’échelle planétaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 22 juin dernier, Emmanuel Macron proposait lors d’une intervention à l’Élysée une « coalition de gouvernement » ou le vote de « certains textes » aux oppositions jugées fréquentables par le groupe extrême-centriste majoritaire à l’assemblée.

Des socialistes à la droite LR, la réponse a été claire : ce sera non. Pas question de cautionner la politique de l’exécutif, qui se trouve dans une situation politique particulièrement difficile, marquée par l’impopularité et un splendide isolement face à la montée de deux extrêmes concurrents,... Poursuivre la lecture

J’ai découvert Mme Braun-Pivet, ou du moins j’ai fait le lien entre le nom et la personne, lors de la soirée électorale du second tour des élections législatives. Le moins que j’en puisse dire, c’est que l’épisode en question (vidéo, à partir de 3 h 41′ 50″) ne fait honneur ni aux femmes en politique ni à la politique elle-même. Attention, mesdames et messieurs, la petite scène que je m’apprête à vous rapporter est absolument insoutenable… de médiocrité :

Nous sommes au soir du 19 juin 2022, sur le plateau spécial de BFM TV pour les él... Poursuivre la lecture

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles