Changement climatique : tremblez avec le dernier rapport du GIEC !

Le dernier rapport du GIEC instille de manière totalement irrationnelle la crainte de la fin du monde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
The home planet by Skip Steuart(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Changement climatique : tremblez avec le dernier rapport du GIEC !

Publié le 22 octobre 2018
- A +

Par Michel de Rougemont.

Au début il y avait l’équilibre naturel, les glaciers envahissaient les plaines, les hivers étaient rigoureux et les gens mouraient régulièrement de peste et de faim.

Et puis cette magnifique harmonie écologique s’est dégradée : l’industrie s’est développée avec une économie n’ajoutant que du malheur sur le malheur, les glaciers se sont mis à fondre jusqu’au point que le permafrost ne tienne plus les roches alpines ensemble, l’atmosphère s’est assombrie de poussières et de polluants, et elle s’est chargée de gaz carbonique issu des flatulences humaines qui, en extrayant des carburants fossiles des fonds de la Terre, ont rapidement réexpédié ce produit de combustion dans l’air d’où il venait il y a des centaines de millions d’années.

Cause humaine et effets néfastes par a priori

Constatant ces fontes de glaciers et de calottes glaciaires, une lente montée du niveau des mers, un réchauffement graduel de l’atmosphère à la surface du globe, et maintenant aussi une augmentation de la couverture végétale, il a été conclu, tout d’abord sous forme d’hypothèse scientifique puis comme certitude politique, qu’un changement climatique était en cours, dans le sens du réchauffement, causé par l’activité humaine, et qui aura des conséquences catastrophiques intolérables.

En effet, des variations sont notables quoique mineures, tels la précocité et le raccourcissement des cultures agricoles, les migrations d’insectes ou d’espèces végétales vers de plus hautes latitudes ou des sports d’hiver moins assurés d’enneigement.

Pourtant de fait, les climats dans lesquels nous vivons sont bien restés les mêmes, tempérés ici, continentaux là, etc. Aucun « dommage climatique » n’a encore été observé. Ni la fréquence ni l’intensité d’événements météorologiques majeurs (pluies torrentielles, sécheresses, canicules, cyclones, incendies de forêt) n’ont changé de manière significative ; ceux qui le prétendent et attribuent au changement climatique l’une ou l’autre des catastrophes s’abattant à quelque part sont des menteurs effrontés car ils savent que rien ne permet de le dire.

Aucune « victime climatique » n’a pu être identifiée même si des farfelus prétendent par exemple que la guerre syrienne ou les migrations des Rohingyas auraient des origines climatiques.

Mandatés à coups de milliards, des dizaines de milliers de chercheurs ont obéi à l’ordre d’élucider ce changement climatique, d’ores et déjà défini par les politiques comme causé par l’action humaine dans la Convention des Nations Unies sur le Changement Climatique de 1992 (Art 1.2 CNUCC). Très loyalement ils ont bien sûr confirmé que le réchauffement est lié au phénomène de forçage radiatif par les gaz dits à effet de serre.

Le problème reste à ce jour que cette science n’est pas en mesure de déterminer dans quelle mesure le climat est-il sensible à la concentration de ces gaz (avant tout le CO2) dans l’atmosphère car les observations à disposition ne permettent pas de le déterminer ou paraissent même contradictoires. Malgré un tabou rendant indésirable tout débat sur cette sensibilité du climat aux émissions carbonées de l’humanité, il n’en reste pas moins que les modèles tendent à exagérer le réchauffement calculé par rapport à l’observé, avec des marges si larges que cela permet de conclure à ce que l’on voudra désirer.

La certitude politique reste donc fondée sur une grande incertitude scientifique.

En cas de doute en demander plus et plus vite

Cette incertitude et cette incapacité de la lever dérangent car le train de l’activisme globalisé est déjà en route, décoré des atours de hauteur morale, bien que sans fondement. Mais ce train a des ratés qui ne s’appellent pas que Trump ou centrales à charbon allemandes. Si d’aventure la tiédeur climatique prévalait, tous les efforts de décarbonation de la planète deviendraient futiles (à mon avis ils le sont déjà), même pour les plus fervents alarmistes.

Car à un impact faible du CO2 sur le réchauffement correspond une possibilité encore plus faible de le corriger à la baisse par l’élimination des carburants fossiles et la séquestration. Il faudrait donc se rendre à l’argument que la nature impose des changements climatiques indomptables.

Ça, c’est inacceptable pour l’hubris des sauveteurs de la planète. Alors il faut trouver un nouveau pilier, une nouvelle épaule, pour soutenir et intensifier la mobilisation globale fédérant tous les maux de la terre sous la bannière climatique.

Dorénavant la sensibilité du climat aux actions humaines n’a plus d’importance. Que que le système réponde fortement ou de manière anodine aux gaz à effet de serre n’est plus la question. Les scientifiques le disent, tel Knutti de l’ETHZ, rendant ainsi bien service à la causa climatica de laquelle ils vivent. Ce qui compte c’est une limite à ne pas dépasser.

Posée arbitrairement à 2 °C dans les années 70 par l’économiste W. Nordhaus, récipiendaire récent du prix Nobel de l’économie, cette limite nous est restée collée comme le sparadrap du Capitaine Haddock jusqu’à l’accord de Paris en décembre 2015 où un abaissement à 1,5 °C avait déjà été tenté. C’est maintenant entériné dans le rapport spécial SR15 du GIEC qui vient de paraître.

À cette limite un « budget carbone » est associé qui correspond à ce qui nous resterait à brûler avant que ce seuil ne soit atteint. Le nouveau message est que toute tonne de carbone émise, tout ppm de CO2 additionné sont de trop et néfastes, pour toujours. Au rythme actuel et selon les habituelles annonces de précipices s’ouvrant à nous, ce budget serait épuisé entre 2030 et 2052 (la presse n’a retenu que 2030). Et si le climat était moins sensible, alors l’apocalypse n’adviendrait qu’un peu plus tard.

Ayant atteint 1 °C on est déjà à deux tiers du chemin alors que dans les grandes villes toutes les limites sont déjà dépassées, et ce sans qu’aucune victime climatique ne soit à décompter.  On pourrait prétendre que 3 ou 4 °C seraient aussi tolérables : personne n’en sait rien. Pourquoi et comment cette limite est-elle fixée à ce niveau ? que se passe-t-il si elle est dépassée d’un dixième ou de plusieurs degrés ?

Peu importe, la ligne rouge de l’intolérable est là, fixée par les experts de la science faite in silico aux politiciens qui n’ont plus qu’à obéir. Ceux-ci doivent être très content car ils savent merveilleusement bien gérer les budgets, surtout pour ne pas les respecter.

Enfumage à tout prix

Dans le résumé pour décideurs du SR15 cela est présenté comme savent le faire les meilleurs vendeurs : les risques sont suggérés en une longue énumération de possibilités et jugés selon qu’ils sont plus ou moins likely, mais rien n’en indique la dimension, gorille ou souris, tout a la même valeur. La crainte de la fin du monde est ainsi magnifiquement instillée.

D’une manière systématique des comparaisons sont présentées qui expliquent qu’évidemment les gorilles et souris seraient moins menaçants si l’on se limitait à 1,5 °C plutôt qu’à 2 °C. Vous ne savez pas si vous devez conclure une police d’assurance mais on vous en présente une qui est moins rébarbative que l’autre, comme si c’était la seule alternative. Du grand art !

Malgré tout il reste important de savoir si le climat est très ou très peu sensible au CO2 car, même avec cette approche comptable de la chose, il n’est pas indifférent d’anticiper onze ans de survie climatique alors que cela pourrait être un siècle ou plus, laissant du temps pour s’adapter et pour procéder avec ordre et intelligence à la substitution des carburants fossiles.

Pour pallier la catastrophe maintenant annoncée comme certaine et imminente par le GIEC, des actions de décarbonation tout bonnement impossibles sont exigées dans l’urgence. Formuler des exigences que l’on sait irréalisables est irresponsable.

C’est pourtant ce que font les experts du GIEC en suggérant comme atteignable d’investir annuellement 2 400 milliards de dollars (environ le PIB de la France, 7ème nation économique du Monde) jusqu’en 2035 sans que ni la valeur des dommages à éviter, ni la faisabilité de ces investissements, ni même les disponibilités financières ne soient abordées dans leur rapport.  Ce n’est ni sérieux ni honnête.

Ce rapport sonne comme un ultimatum mais, comme beaucoup d’autres qui l’ont précédé, il n’est pas raisonnable.

Au cas où nous serions encore de ce monde nous pourrons en reparler en 2031.

Voir les commentaires (121)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (121)
  • incompréhensible : un jour pour le nucléaire ,
    un autre jour contre , les éoliennes pour , après non …. par contre les taxes , les interdictiins sont florissantes….
    une journee sans voiture à Paris grande victoire — 25 % de pollution ? !!….ils font quoi
    pour les 75% restant …..les Clim ça pollue pas ….!! ? … et maintenant tout les partis politiques sont écologistes , d’autres c’est leur bizness….. qui détient la vérité ???
    les experts ??

  • Les gaulois avaient peur que le ciel ne leur tombe sur leurs têtes.
    Pendant mille ans on a eu peur de l’enfer.
    Hier on avait peur de la guerre nucléaire.
    Aujourd’hui on a peur de la fin du monde, des astéroïdes, des volcans, des ras de marée etc…
    De quiu aura-t-on peur demain?

    • bonjour inox , en ce qui me concerne , j’ai une trouille bleue de tout ce petit monde qui veut nous faire peur tout en nous rackettant ;

    • Pour ma part, je n’ai pas peur de la fin du monde et tout le toutim , par contre la connerie des politiques et des activistes, ça me fout la ch’touille…

      • @ Leipreachan
        Ben oui! Et vous avez raison!
        D’abord le CO2 est un gaz « normal » de l’atmosphère terrestre à une proportion ridicule de 0,041 % de C02 dans sa composition.
        Manifestement, il est un peu plus concentré en ville où les hommes s’agglutinent! Tant pis pour eux et ils n’en mourront évidemment pas!
        Pour moi, le taux de CO2 émis est aussi l’indice d’autres gaz volatiles émis par l’activité humaine, dans l’atmosphère à basse altitude, l’air que nous respirons: des gaz de souffre ou d’azote,des dérivé du chlore etc…
        Je crois que tout le monde a déjà bien compris que nous n’avons aucun intérêt à répandre nos déchets de façon aléatoire et idiote!
        D’abord, on peut recycler un tas de déchets triés en matière première, plutôt qu’aller jeter tout ça dans une forêt proche ou de le brûler!
        Ça, c’est l’écologie agréable qui améliore notre qualité de vie! Rien à redire.
        Et tout le monde en est (au 3/4) conscient! Tant mieux!
        Toute l’industrie aussi cherche à ne plus rien jeter de ce qui peut être rentabilisé, évidemment!
        Elle est la première à économiser au maximum l’énergie dépensée pour son travail!

        Bon, je dirais bien qu’il me semble aberrant que les centrales nucléaires envoient dans l’air autant de vapeur d’eau (sans pouvoir la recycler de façon plus utile) par ces énormes cheminées pas très esthétiques dans le paysage! (Vapeur d’eau = H2O à plus de 100°C!).
        Mais là, je sais bien que je vais faire du mal à Michel Gay, à sa croisade et aux convictions de Contrepoints: interdit de critiquer l’électro-nucléaire français!

        • On envoie peut-être dans l’atmosphère beaucoup de vapeur d’eau, mais manifestement pas assez dans le Nord-Est de la France, et trop dans l’Aude !

        • quand la vapeur d’eau a elle été déclarée néfaste pour l’atmosphère?

        • La vapeur d’eau des centrales est évidemment refroidie pour être recyclée. La chaleur se dissipe dans l’air. L’air chaud et naturellement humide s’élève. Arrivé à une certaine hauteur, la température plus basse fait que la vapeur d’eau se condense, ce que l’on voit au dessus des cheminées. On a juste transformé la vapeur d’eau (invisible) naturellement contenue dans l’air en gouttelettes d’eau (visibles).

    • On aura peur de mourir sauté dans une poêle à frire.
      C’esttrophorrible…
      Par contre comme cela, on aura pas peur de devenir des esclaves…

      • @ MichelC
        Bon! Il faut bien dire que j’ai connu un été rare, quasi jamais vu depuis 69 ans, aussi beau et chaud et sec
        C’est sans doute par un heureux hasard, ce qui n’est pas forcément l’avis de mon voisin, agriculteur!
        Je n’en déduis évidemment rien sur le « changement climatique » qui, d’abord, ne serait pas le premier, ensuite, ne serait pas forcément et spontanément irréversible!
        En zone dite « tempérée », il faut pouvoir s’adapter à tous les ciels! Et j’ai horreur des faux prophètes!

    • Moi je n’ai peur que des imbéciles et Dieu sait s’ils sont nombreux chez ceux qui nous dirigent.

      • @ Virgile
        Ben oui, vous avez raison, bien sûr!
        Mais vous ne trouvez pas que la « taxe-carbone », récemment inventée est une trouvaille qui surfe habilement sur l’actualité pour vous soutirer un peu plus de monnaie?
        Si, politiquement, c’est évidemment habile et rentable!

  • A t on chiffré le’chiffre d’affaire du commerce de la peur ?
    Il doit être énorme alors que le monde n’a jamais été aussi sûr..sans doute pas en Syrie ou quelques autres supports de propagande guerrière .
    Avant on avait des campagnes pour rendre le linge plus blanc, maintenant on veut un air plus pur que pur….c’est étonnant plus le monde vieilli plus il a peur de mourir ,certaines assurent leurs fesses , normal pour un outil de travail , d’autres s’assurent pour une place en maison de retraite…dans laquelle ils n’iront jamais plus que quelques semaines ou pour une place au cimetière en all inclusive fleurs comprises.
    Tout ça c’est du bizness , convaincre ,vendre et puis faire la fête…ils s’amusent bien au GIEC et au ministère de l’écologie….ces complices de lobbys font tous de belles carrières !

    • « A t on chiffré le’chiffre d’affaire du commerce de la peur ? »
      Oui. Mille cinq cent milliards de dollars rien qu’en taxes carbone. De quoi saliver, hein?

    • En tout cas, quand MM Jouzel Larrouturu ont lancé en mars, à l’UNESCO, un «pacte finance-climat européen» – dans cet ordre – ils signifiaient clairement que c’est une affaire de gros sous: nous payons, ils récoltent…

  • Le réchauffement climatique c’est une carambouille pour les « croyants » a qui on vend la nature comme récompense, alors que tout ce qu’ils consomment est industriel ..
    L’objectif étant consommer moins pour plus cher , c’est bon pour la balance des payements vu qu’on importe 70% de ce qu’on achète.
    Tout tourne autour de la consommation , vous avez remarqué?

    La crainte d’un futur apocalyptique a deja été utilisée a des fins politiques et religieuses de nombreuses fois dans l’histoire.

    A chaque foi çà avait une portée politique évidente..

    https://www.lepoint.fr/culture/les-grandes-peurs-de-l-an-mille-20-12-2012-1604160_3.php

    La fin imminente du socialisme nourrit elle en france les peurs irrationnelles des « croyants » doctrinaires de ces « valeurs? humanistes »?
    Adhérer a ces craintes afin de justifier des taxes de plus en plus lourdes sur l’énergie, l’alimentation etc.. n’a t elle pas emporté les decisions politiques?
    En tout cas affoler les populations pour qu’elles votent bien et payent mieux , c’est une convergence d’objectifs qu’on est en droit de souligner..les millénaristes ont une fonction rassembler le troupeau dans le droit chemin en le culpabilisant

  • Nous avons fait un point de situation ici :
    http://scmsa.eu/rechauff0.htm
    De toute façon, c’est maintenant une guerre de religion. Le seul argument à employer vis à vis des bobos écolos est : depuis le Grenelle de l’Environnement, le nombre de chômeurs a doublé en France, passant de trois à six millions.

    • ben vous vous rendez compte combien il yen aurait eu sans le grenelle…mille milliards de chômeurs au bas mot !!! on aurait dû importer des chômeurs …on a eu chaud enfin je veux dire on a eu un peu moins chaud peut être.

  • En octobre 1989 dans Discover Magazine Stephen Schneider, fondateur et éditeur de la revue Climatic Change a écrit:

    « Nous avons besoin d’une base d’appui importante, et de capturer l’imagination du public. Bien sûr, cela inclut la couverture médiatique.
    Nous devons donc offrir des scénarios catastrophe (scary), affirmer des choses simplifiées et dramatiques, et faire peu mention des doutes que nous pourrions avoir.
    Cet « engagement à double morale » dans lequel nous nous trouvons souvent ne peut pas être résolu par une simple formule. Chacun d’entre nous doit décider de la balance précise entre l’efficacité et l’honnêteté »

    – Balance entre efficacité et l’honnêteté, tout est dit…

  • Je m’interroge toujours sur la genèse de cette fumisterie du réchauffement climatique anthropique , s’il en est, quel était le but au départ ?

    • Rester au pouvoir, rien d’autre.

    • M. Thatcher entre autres qui fit rédiger des rapports bidons pour justifier la fermeture des mines anglaises.

    • Très bonne question ! Initialement, il y a l’argument utilisé par les Américains pour s’opposer aux vols du Concorde : il nuisait à la couche d’ozone.

      • @ Bernard Beauzamy
        Ben, ils avaient raison: le Concorde s’est très mal vendu, il polluait beaucoup, ne transportait que peu de passagers pour des prix prohibitifs pour s’épargner quelques heures sur une transat!
        En fait, ça n’intéressait pas grand monde et encore moins depuis internet!
        Bref un coup de bluff de la France pour cacher ses échecs!

      • Il atterrissait à New-York donc ils ne s’y opposaient pas! Par contre le mur du son l’obligeait à voler en subsonique au dessus des terres et la consommation des moteurs en post-combustion était énorme! C’est la crise pétrolière qui l’a achevé.
        Il faut arrêter de dire n’importe quoi, ce sont toujours des considérations financières qui font le succès ou l’échec. Le prix était trop élevé puisqu’il fallait payer le carburant consommé, donc seuls les riches pouvaient se payer un ticket.

        • je n’ai rien contre les fait que seul les riches pourraient payer..
          on ne se casse pas le fion a devenir riche que pour avoir l’immense honneur de payer des impots

    • Vous pouvez lire le pdf en lien sur cette page
      http://www.wikistrike.com/article-etude-sur-la-nature-des-mouvements-ecologistes-85586654.html
      Pour qui a étudié le mouvement mondialiste (qui a porté notamment les idéologies malthusiennes et eugénistes il y a un siècle), l’imposture du réchauffement anthropique est un cheval de Troie

  • « Les pays développés devront manger 90% moins de viande pour lutter contre le réchauffement climatique » a-t-on entendu tout le week end. Nos gouvernements nous prépare à la grande récession et à la misère. Si notre pouvoir d’achat se réduit drastiquement avec les mesures financières pour lutter contre l’arnaque du réchauffement climatique (mise à mort du trafic aérien, de l’automobile, du tourisme, etc.) nous n’aurons plus d’argent pour acheter de la viande, mais avec les mesures anti-viande et autres végans terroristes, nous y serons habitués…
    La question est : va-t-on se laisser faire ?

  • bonne vieille méthode de manipulation des « masses ».

    • OK mais avec quel objectif ?
      Le sujet du RC circonscrit le type de manipulations.

      • Du réchauffement lié au carbone vient forcément de partout et ignore les frontières. Il fait donc un pouvoir mondial pour « lutter ». Par ailleurs si le réchauffement est réel, catastrophique et causé par une substance invisible et intraçable les externalités en question ne peuvent pas être résolues par des droits de propriété bien établis : il FAUT donc un gouvernement mondial socialiste ! Que c’est aterriza appétissant pour nos politiciens, cette perspective de pouvoir absolu et incontestable puisque c’est pour « sauver la planète »…

        • Opinion partagée
          Un petit groupe de bureaucrates non élus, type ‘Bruxelles’ décidera pour le monde entier qui profitera des ressources rationnées et qui tirera la langue.
          Au profit de quelques « happy fews »…
          Et tous ces groupes, associations ou collectifs les soutiennent tout en s’imaginant lutter contre des méchants lobbies !
          Rien ne vaut le centralisme pour lutter contre les monopoles, quelle idée à la noix…

          • @ Leipreachan
            D’abord non! Bruxelles ne décide de rien! Toutes les grandes décisions de l’UNION EUROPÉENNE se prennent par l’ensemble des pays européens, en cela, y compris chaque parlement national!
            Donc l’U.E. est bien plus démocratique que la République Française, ne vous en déplaise!
            Les présidents français n’accusaient Bruxelles que de ce qu’ils avaient signé avec tous les autres pays, évidemment! Et vous, vous avez cru leurs propos: aucun n’a été forcé à signer, pas plus que votre assemblée nationale.
            Mais la France ne dirige pas l’U.E., donc le bouc émissaire est Bruxelles: ce n’est pas vrai, mais c’est la version française, bien utile pour le « peuple »!

            • Une fois de plus, ça commence par « non ».
              Et vous voulez m’apprendre quoi ?
              Pour rappel, j’ai écrit ici il y a un moment déjà :
               » Que demander à une Europe qui a poussé sur le fumier de la Mitterandie, dont les pages blanches ont été remplies des certitudes de Delors et ses énarques, avec par la suite une bonne dose de la constitution pourtant refusée de Giscard.

              Les élites allemandes et autres, médusées par tant de culot et de pouvoirs confisqués aux peuples, ne pouvaient qu’approuver cette nouvelle puissance auto-attribuée sans contrepartie.

              La France a mauvaise grâce à se plaindre le l’Europe, qui n’est que le clone de notre propre incurie… »

              Et ça, ça poussé sur mon propre fumier, comment pouvez vous imaginer un seul instant :
              « Et vous, vous avez cru leurs propos… » ?

            • En plus, ‘Type Bruxelles’ n’est qu’une description; la preuve ?
              Enlever ces mots ne change rien au texte…

               » Un petit groupe de bureaucrates non élus décidera pour le monde entier qui profitera des ressources rationnées et qui tirera la langue.
              Au profit de quelques « happy fews »…
              Et tous ces groupes, associations ou collectifs les soutiennent tout en s’imaginant lutter contre des méchants lobbies !
              Rien ne vaut le centralisme pour lutter contre les monopoles, quelle idée à la noix… « 

        • Merci de votre réponse.
          Pensez vous que cela est monté sciemment de toute pièce depuis le début ou bien des gens (politiciens) ont surfé sur la vague d’une inquiétude d’apparence légitime et se sont pris au piège tous seuls?

  • Aucune « victime climatique » n’a pu être identifiée même si des farfelus prétendent par exemple que la guerre syrienne ou les migrations des Rohingyas auraient des origines climatiques.

    Vous n’avez pas la même classe politique en Suisse, vous êtes un poil plus sérieux. En France, les cirques ferment, sauf un dont les clowns font des prouesses en pitreries. Sauf erreur, nous avons eu un président qui affirmait que la guerre en Syrie était du au RCA. Un autre clown triste, sinistre ministre, prétendait que le RCA causait des tremblements de terre, voire des éruptions volcaniques. Il est certain qu’avec des affirmations pareillement ridicules, il aura des clients pendant longtemps.

  • Pourquoi est-ce que les seules personnes qui nient le réchauffement climatique sont soit des libéraux (peur des taxes), soit des complotistes type Alain Soral (complot du Nouvel Ordre Mondial et autres délires)?

    • Renseignez-vous. Vous constaterez que l’immense majorité des scientifiques, après études non biaisées, se rendent à l’évidence : il n’existe aucun lien entre réchauffement climatique (présent depuis 15 000 ans) et activités humaines.
      Mais vous devrez chercher, car cette majorité est interdite de séjour médiatique, voire vilipendée en tant qu’assassin de planète.

    • @AdrianSmith

      Je nie le réchauffement climatique dit anthropique. Le climat, pour moi est par nature « changeant » qu’on serre les fesses ou pas. A moins de devenir les maîtres de la planète, il faut s’adapter. Je ne vois pas ce qui permettrait au climat de rester stable en usant d’une humanité et d’une économie limitées. Je ne compte même pas les aléas naturels comme, par exemple, l’intensification de l’activité volcanique.
      Par contre, des millions de gens, croient que l’argent des autres est gratuit et/ou réclament l’argent gratuit des autres. Et ils s’évertuent à laisser leurs cerveaux de côté pour cautionner l’existence d’une caste dirigeante responsables d’aberrations dont on a la preuve tous les jours.

      • @ David J
        Le climat peut fort bien changer comme cela fut plusieurs fois le cas, sans grands changements pour l’humanité!
        Pas de quoi paniquer ou se réjouir outre mesure! Il suffit de s’adapter à ce qu’on ne maîtrise pas encore! Et ça s’est toujours bien passé, mieux que les guerres!
        Donc si un jour, il y a un « ordre mondial » (?), il sera évidemment centré sur le pouvoir et le business, ce qui est une même aspiration!
        Aucun puissant ne convoite pas l’argent;
        Aucun riche ne convoite pas le pouvoir!
        Le Général De Gaulle, une exception? Peut-être!

        • Le pouvoir vous permet de vous satisfaire de moins d’argent.
          L’argent vous permet de vous satisfaire de moins de pouvoir.
          Regardez les milliardaires, regardez les chefs d’état !

        • et encore , degaulle a ramé pour avoir le pouvoir et essayé de le garder

        • « Aucun puissant ne convoite pas l’argent »

          Les SDF qui tendent une écuelle dans le rue font quoi d’après-vous ?

      • Quelle est votre formation scientifique? Qu’est ce que vous fait dire que l’homme n’a rien à voir la dedans?

        • @AdrianSmith
          L’humanité a un effet sur le climat tout comme les animaux, la nature, les papillons… Croire que en revenant en arrière ou en se « limitant » dans notre développement (noter que je ne parle pas de la solution taxe pour « sauver la planète »), le climat va « redevenir comme avant » pour les siècles des siècles, c’est vraiment mettre son cerveau au point mort.
          Pour le moment, nous vivons sur cette planète. Peut-être devrions-nous en devenir les maîtres ? Penser « état », penser « taxes », ce ne sont pas un cheminement pour y parvenir. Je dirai même que cela nous mène plutôt vers l’asservissement, la frustration, et la misère de gens cloîtrés tremblant de peur de vivre trop fort.
          Alors maintenant, si vous tenez à défendre votre réchauffement anthropique. Je vous en empêche pas. Mais s’il vous plaît, faites le sans mes impôts, mes taxes et mes contributions diverses.

    • Renseignez-vous sur le NOM sans avoir peur de vous faire traiter de complotiste. A vrai dire, il ne s’agit pas d’un complot mais d’une idéologie planificatrice comme le monde en a déjà (hélas) connu.
      C’est facile à reconnaître: quand des gens veulent d’urgence sauver le monde, c’est qu’ils cherchent à prendre le pouvoir!

      • @AdrianSmith
        Pour compléter, voici une citation extraite de l’ouvrage de H. G. Wells daté de 1940, intitulé « Le nouvel ordre mondial »:
        «Nous pouvons anticiper une rapide transformation de la face du monde au fur et à mesure que sa population est distribuée et redistribuée selon les aléas des besoins changeants de la production économique.»
        C’est ce projet que certains qualifient de « libéral », la confusion des idées commençant avec celle des mots. En réalité, c’est bien d’une dictature qu’il s’agit, dont la Chine présente un modèle assez proche.
        Je complète par une autre citation:

        « Nous aurons un gouvernement mondial, que nous le voulions ou non.
        La seule question est de savoir si le gouvernement mondial sera instauré par l’adhésion, ou par la conquête.»
        (James Paul Warburg devant le Sénat américain le 7 février 1950)

        • @ la petite bête
          Oui,sauf que depuis 1950 ou 1940, tout ce qu’on a vu est une Europe avec moins de guerre (après ’45), une mondialisation se réalisant petit à petit et, en fait, une liberté retrouvée: vous allez en Chine ou en Russie si vous voulez (et si ils vous acceptent): ce n’était pas vrai, avant! Votre trajet, en avion, vous coûtera bien moins cher, qu’avant!

          Ce n’est pas le septième ciel, simplement le résultat de la mondialisation et de la globalisation: plus de liberté!
          Et si la France déc*nne, le monde n’y peut rien!

      • Vous voulez parler de l’OMC, du FMI, de la Banque Mondiale, et autres organisations ordo-libérales?

    • @ AdrianSmith
      Lorsqu’on ne sait pas lire on est forcément pas au courant de ce qui se passent dans le monde.
      Nous ne nions pas le réchauffement mais son anthropisme. Rien qu’aux USA 4500 scientifiques spécialistes du climat ont signé une pétition pour dénoncer l’escroquerie climatique de la responsabilité humaine dans le réchauffement.
      Il ne s’agit pas de peurs des taxes car il s’agit de 2400 milliards par AN gaspillés pour RIEN et qui seraient mieux employer à combattre la faim et les maladies en développant les pays pauvres par le libéralisme!

      • @ Virgile
        Déjà, je trouvais le ramdam suspect autour d’un réch, non d’un chan, non plus d’un souci climatique: oui, ce n’est pas bête de s’intéresser au climat surtout si on peut le prévoir un peu plus et mieux, évidemment!
        Je n’aurais sans doute pas risqué 100 € dans l’aventure, mais une pièce dans une quête, sans doute!
        Le problème est évidemment que vous ne donnez pas vos sources en références!

      • Le fait que vous m’insultiez directement prouve votre niveau…pas la peine de perdre du temps avec les personnes de votre genre.

    • Allègre n’a-t-il pas été ministre du socialiste Jospin et socialiste lui-même ?

  • pour l’explication réelle voir l’excellent site « lemondedemain .org « 

  • « C’est pourtant ce que font les experts du GIEC »
    Les experts en quoi? Rappelons que le premier Directeur du GIEC était… ingénieur en chemins de fer…

  • Attention parce que les réfutations farfelues peuvent avoir l’effet inverse de celui qu’elles recherchent.

    • Vous n’êtes pas visé.
      Je veux dire qu’il y a quelques très bons articles de physiciens contestant la validité des thèses réchauffistes en vogue. Mais ils sont assez difficiles à suivre (en tous cas pour moi) et les résumer en shuntant toute la subtilité de l’argumentation nous fait dire des bêtises que d’autres s’empresseront de brandir pour nous disqualifier.
      Personnellement je ne sais toujours pas à quoi m’en tenir et je ne pense pas que c’est ici que je trouverai l’éclair révélateur (bon dieu mais c’est bien sûr!)

      • « on peut constater (…) que les variations du CO2 suivent toujours celles de la température, et que donc le CO2 ne peut pas être la cause du réchauffement »
        L’antériorité apparente et approximative à laquelle vous faites allusion ne suffit pas à prouver ni nier une relation de cause à effet.
        Il pourrait très bien y avoir superposition d’une croissance linéaire concommitante (du CO2 et de la température) avec des oscillations à longues périodes dues à des facteurs naturels externes notamment astronomiques ou avec des événements terrestres notamment volcaniques. Dans ce cas, on peut très bien constater pendant quelques années ou décennies un décalage temporel fortuit entre les deux courbes (CO2 et température) qui n’indique nullement que l’un est la cause de l’autre.
        C’est d’autant plus compliqué de distinguer cause et effet si les deux phénomènes sont en rétroaction positive mutuelle.
        Je trouve a priori plus crédible l’objection fondée sur l’argumentation thermodynamique que vous citez par ailleurs.

        • Je peux vous expliquer mais je ne peux pas comprendre à votre place si vous ne faites pas d’effort.
          Essayez de ne pas être aussi borné que le réchauffiste moyen.

    • on ne peut pas réfuter cette « théorie »…
      commenbt voulez vous réfuter ce que ces gens nous disent..
      ils nous disent on fait des modèle du mieux qu’on peut..en faisant des hypothèses forcement..nous nous efforçons d’être le plus rigoureux possible..et voila ce que ça donne en terme d’ensemble de modèles..

      n’oubliez pas qu’on discute d’ensemble de modèles..et c’est irréfutable..on y croit ou on n’y croit pas…

      • une historiette sur les modèles…un jour justine m’a demandé combien de tomates il y avait dans le panier de la dame….
        je lui ai dit il est impossible de le savoir voyons..il faudrait les compter et la dame ne voudrait pas .alors elle m’a dit mais c’est important…
        alors je lui ai dit soit alors on essayer de le deviner en faisant des hypothèses « réalistes ».. du genre les tomates du dessous sont similaires à celle du dessous , le panier est du m^me modèle que celui que je peux trouver sur internet, le panier ne contient que des tomates etc etc…

        plus je faisais d’hypothèses..donc plus j’affichais mon incertitude de façon sérieuse..plus ma nièce était fascinée…plus je mathématisais le bazar..plus j’étais crédible..
        j’ai donc donné des nombres possibles de tomates dans le panier de la dame..compte tenu de différentes hypothèses « réalistes. »..

  • pourquoi avoir effacé mon commentaire ??

  • la cabane est tombé sur le chien ! et tout le monde s’en fout

  • Le Terre ne cesse de changer, depuis qu’elle existe. Son climat aussi. Ainsi que tous les êtres vivants. Le seul problème que pose un changement climatique n’est jamais mentionné : ce n’est pas « la fin du Monde », mais la fin de l’humanité. C’est d’autant plus hors de propos que l’humanité actuelle s’est développée à la faveur du dernier réchauffement climatique (réel celui-là) il y a 12000 ans. La Terre peut très bien se passer de l’humanité, elle l’a fait pendant 4, 5 milliards d’années. Et comme toute espèce vivante, l’humanité est appelée à disparaître un jour. Penser que réduire les émissions de CO2 peut arrêter le processus est d’un bêtise et d’une arrogance insondables. Un éventuel réchauffement n’est pas un problème écologique, mais un problème économique, exclusivement anthropocentrique.

    • Le dérèglement climatique concerne (aussi et accessoirement) l’ensemble du vivant, des écosystèmes sur la planète. Cette dimension écologique semble un peu vous échapper.

      • « dimension écologique », ça veut dire quoi en français ? Un truc que vous seul comprenez et qui vous donnerait ainsi le droit de commander aux autres…

      • @basilic
        Parce que vous êtes ignorant au point de ne même pas savoir que depuis que la Terre existe elle n’a cessé de changer, d’évoluer, le climat n’a JAMAIS été stable. Les périodes glaciaires cela vous dit quelque chose? De même les écosystèmes varient sans cesse et des espèces disparaissent, d’autres naissent!
        Vous êtes des créationnistes qui croient que tout est figé et immuable!

        • Le climat est l’archétype de ce qui comprend une variabilité intrinsèque, et qui heurte nos ignorants modernes qui veulent, eux, confier leur destin à des modèles et des prédictions déterministes. La force de l’humanité a toujours été de s’adapter à ce qu’elle ne pouvait pas changer, mais sa paresse la conduit à souhaiter ne plus avoir à faire ce travail d’adaptation en demandant aux autres de garantir l’absence de changement.

      • Et c’est quoi un climat qui ne serait pas déréglé ? En 1000, il faisait très chaud et en 1660, les gens se pelaient les couilles un peu partout en Europe.

    • @ Berliner

      Évidemment non! Un très éventuel réchauffement climatique qui puisse gonfler la masse des eaux maritimes au point de noyer des îles actuelles, ça concerne bien les humains!
      Si et quand cela arrivera, il sera trop tard pour prétendre que vous ne saviez pas!
      Pour le reste, je mourrai avant la Terre, donc débrouillez-vous le mieux possible pour votre bien-être et votre amusement!
      (PS: j’explique plus haut ma considération sur l’indice CO2)

      • Et puis si c’est un refroidissement, ça fera émerger des écueils nouveaux, ça enverra des icebergs sur les routes maritimes, ça obligera à installer du chauffage et à déneiger les routes, etc., etc., etc. On s’en fout de ne pas savoir ce qui arrivera, on est intelligents et quand ça se présentera, on trouvera des solutions pour continuer à bien vivre ! C’est quand même autre chose que de mal vivre aujourd’hui en imaginant les pseudo-catastrophes qui pourraient survenir.

  • « les risques sont suggérés […], mais rien n’en indique la dimension, gorille ou souris, tout a la même valeur. »
    .
    Cet extrait me fait penser à l’histoire de la petite souris qui, courant à côté d’un éléphant sur un chemin poussiéreux, et après s’être retournée, fait la remarque suivante :
    À nous deux, qu’est-ce qu’on soulève comme poussière ! 😉

  • L’urgence climatique est un sujet sérieux. Pour la crédibilité de Contrepoints, je pense que ce thème mérite mieux que les arguments de bar-tabac de Michel de Rougemont.

    • La vérité, c’est que plus l’arnaque de l’urgence climatique devient évidente aux yeux de tous, plus les prédictions sombrent dans la surenchère délirante.

      C’est la peur de l’échec qui motive les arnaqueurs lorsqu’ils voient leur arnaque échouer sous leurs yeux. Ce dernier rapport du GIEC ressemble à un baroud d’honneur avant la fin de la partie, une dernière tentative qui sape définitivement leur crédibilité.

      La dissolution du GIEC n’est pas loin.

      • @ Cavaignac
        Possible mais pas certain!
        Comme beaucoup de monde, je crois, j’ai été un peu surpris par ce souci soudain « climatique et son influence anthropique »!
        J’ai tenté d’y voir clair: peine perdue!
        Il y a manifestement de gros intérêts (qui nous dépassent, sans doute) en jeu!
        Que faire d’autre, alors, qu’observer et attendre?

      • Oui sa fin semble proche comme vous le dites, çela ressemble de plus en plus à une fuite en avant suicidaire.
        C’est compréhensible, à l’origine le GIEC est créé pour valider le réchauffement climatique d’origine anthropique en le chiffrant afin de trouver des parades. Avec un tel objectif orienté voilà le GIEC prisonnier à jamais dans la partialité. Avec le temps qui passe et la réalité climatique qui ne s’accorde pas, les politiques qui bougent somme toute assez mollement, une population de moins en moins crédule, sans parler des difficultés internes, il ne reste plus qu’à crier au loup toujours plus fort pour se faire entendre. Mais tout le monde le sait pas de loup pas de crédibilité.

        En fait le ver était dans le fruit dès le départ !

        • C’est à dire qu’au début du GIEC, les « experts » en modèles de bric et de broc « prédisaient » un problème pour la fin du siècle (le 21e). C’était sans doute trop loin pour affoler les foules. Alors la date de la catastrophe s’est rapproché, aujourd’hui le point de non retour est pour 2030. Alors si d’ici 5 ans il fait toujours froid aux pôles et que les Allemands n’envahissent pas la Norvège en été… la mascarade deviendra de plus en plus difficile à faire avaler.

    • Vous feriez mieux de vous occuper des vôtres, qui le sont vraiment! Que connaissez vous de la climatologie qui vous donnerait les compétences pour en débattre? Quand on est ignorant on la ferme au lieu de répéter comme un perroquet les sottises des réchauffistes écolos! Il n’y a PAS d’urgence climatique. Nous sortons du Petit âge glaciaire qui a fait chuter la température, elle remonte tout comme après l’hiver elle remonte au printemps. Et ce ne sont pas les nuls qui changent les choses.

  • Le trou dans la couche d’ozone, est-ce qu’il existe ou pas ? (Merci d’avance si quelqu’un prend le temps de répondre avec des liens vers ses sources)

    • @ philautia
      Oui, il existe (dans la mesure de mon information non professionnelle), mais peut-être depuis longtemps! Il peut se déplacer, s’agrandir et se rapetisser, sans grandes conséquences observées, que je sache! Pas plus!

      • Alors, après vérification, vous avez raison, mais son cycle naturel pour le coup peut être perturbé par l’homme par les chlorofluorocarbures dont l’interdiction a permis la reconstitution (en bonne partie) de la couche d’ozone lésée.
        La dégradation était réelle, il y a eu des mesures radicales, aux effets efficaces (le problème est plus ou moins résolu, certains industriels chinois ne se pliant pas à la règle l’entretiennent un peu et surtout font de ce fait de la concurrence déloyale au reste du monde).

        • *j’aurais dû préciser par certains chlorofluorocarbures qui ont été interdits (y compris en Chine, mais certains industriels de ce pays en particulier ont été pris la main dans le sac à tricher, en gros).

  • « c’est pourtant ce que font les experts du GIEC en suggérant comme atteignable d’investir annuellement 2 400 milliards de dollars (environ le PIB de la France, 7ème nation économique du Monde) jusqu’en 2035 sans que ni la valeur des dommages à éviter, ni la faisabilité de ces investissements, ni même les disponibilités financières ne soient abordées dans leur rapport. Ce n’est ni sérieux ni honnête. »

    Sans oublier qu’1€ investit par le public = -1€ investit par le privé…

    Ils font aussi leurs prédictions sur le fait que la société humaine sera toujours la même dans le futur, sans tenir compte de l’adaptation aux changements,

    C’est certain que si on élabore des modèles prédictifs en ne faisant que chercher la confirmation de dégradations, ils ne peuvent être que catastrophiques…

    • « Sans oublier qu’1€ investit par le public = -1€ investit par le privé… »
      Et inversement 1€ investi dans un yacht n’est pas 1€ investi dans un IRM.
      .
      « Ils font aussi leurs prédictions sur le fait que la société humaine sera toujours la même dans le futur, sans tenir compte de l’adaptation aux changements, »
      Autant sur le climat , il y a un biais de départ, autant sur la marche du monde, il n’y a pas eu de changement notable depuis les années 70 et sur 40 ans les prédictions de Meadows ne sont pas extravagantes, on peut y accorder crédit.
      Quelle rupture technologique va nous sortir du mauvais pas annoncé ?

      • Et en quoi 1€ investi dans un yacht n’apporterait-il pas autant sinon plus de bonheur à l’humanité que 1€ investi dans un IRM ?

        • Au fond vous avez raison , mieux vaut être en bonne santé sur un yacht au soleil que malade dans un hôpital sans le sou.

      • Bref, vous préférez une IRM sous-utilisée avec l’argent des autres dans le publique plutôt qu’une IRM fonctionnant à plein régime dans le privé et sans subvention étatique. Beau condensé idéologique…

  • L’article de Wikipedia au sujet de la dégradation de la couche d’ozone mentionne à peine les gaz à effet de serre mais pointe clairement du doigt les chlorofluorocarbures. Ça reste incohérent avec toutes les injonctions médiatiques et politiques, mais même sans crier à la fin du monde, ça n’a pas l’air insoluble avec des investissements dans la recherche ciblés afin d’à la fois prendre en compte les nécessités pratiques / économiques, et de limiter nos cancers de la peau et autres effets indésirables éventuels (parce que est-ce que ça vaut bien le coup d’attendre de voir si ça va réellement poser problème à la survie de notre espèce tôt ou tard ?).

    • Vous inquiétez pas pour notre survie! L’homme est apparu en Afrique sous 50° au soleil, puis il a migré jusqu’au pôle nord où il vit par 50° sous zéro, soit 100° de différence!

      • En l’occurrence ce n’est pas un problème de température, mais de protection contre les rayons uv (affaiblissement du système immunitaire chez l’homme -> problème de santé publique).

    • Je n’ai pas remarqué que la Californie où il fait plus chaud que chez nous soit dépeuplée.

      • Pour info et pour compléter après recherche un petit plus poussée (toujours d’après wikipedia), le problème de la dégradation humaine de la couche d’ozone a été plus ou moins résolu, les chlorofluorocarbures qui posaient problème (qui perturbaient le cycle naturel de la couche d’ozone) ont été tout simplement interdits sur l’ensemble de la planète.

  • C’est le méthane qui a refroidi la terre il y a 2 milliards d’années.
    Comment un gaz peut-il à la fois réchauffer et refroidir ❓
    Y aurait-il une nouvelle physique a découvrir ❓

  • @ Philomo
    Vous vous fatiguez pour rien! L’humain aspire de l’air qui l’entoure puis expire un air plus chargé en CO2 que son métabolisme a créé!
    Ce n’est évidemment pas un poison violent!
    Mais c’est manifestement la jauge (le marqueur, l’indice, le témoin) des autres toxiques volatiles jugés plus ou moins toxiques.
    Dans les sciences physiques, c’est un procédé assez courant!
    Donc personne ne mourra du CO2, si il n’est pas enfermé dans une boite hermétique et encore, pas très vite!
    Donc non, le CO2 n’est évidemment pas à craindre, en lui-même!
    Et des efforts industriels importants ont été consacrés à purifier les carburants de leurs toxiques et c’est aussi le cas avec l’alimentation. Que ceux qui redoutent le smog s’en réjouissent, le jour où le ciel deviendra plus clair: ça ce sera plus convainquant!
    Quand l’air de Paris pue, c’est qu’il n’est pas bon s’y promener! Soyons concrets!

  • bonjour,
    les historiens du climat mentionnent des périodes anormalement froides et pluvieuses au moyen âge et d’autres périodes de canicule à d’autres moments sans que Zut et puis flûte on puisse le rattacher à une activité industrielle polluante puisque l’industrie n’existait pas.
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Famines_au_Moyen_%C3%82ge

  • bonjour,
    les historiens du climat mentionnent des périodes anormalement froides et pluvieuses au moyen âge et d’autres périodes de canicule à d’autres moments sans que Zut et puis flûte on puisse le rattacher à une activité industrielle polluante puisque l’industrie n’existait pas.
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Famines_au_Moyen_%C3%82ge

  • Une des principales sources du CO2 serait le transport aérien. Celui-ci augmenterait de 5 % par an ….
    Mais ce doit être des conneries, sinon, on en parlerait dans le poste …..

  • Bravo à Michel de Rougemont cet expert parfaitement indépendant très réputé dans sa famille qui bat en brèche non seulement l’appel du Giec (ramassis d’écolos barbus) mais aussi l’appel des 15000 scientifiques du monde entier (dont quantités de prix nobels amateurs de fromage de chèvre bio). J’attends ses nouvelles contributions sur les vertus du tabac pour soigner l’asthme et les bienfaits de l’absorption massive de boissons alcoolisés pour l’écriture d’articles scientifiques de comptoir.

    • Si vous n’êtes pas qualifié pour commenter, ne le faites pas.

    • Je souscris, mais n’est-il pas normal qu’un chimiste défende sa chapelle quitte à avancer des contrevérités ?

    • Bonjour Thermos
      Votre post n’est pas très sérieux, argument d’autorité, un peu d’humour, rien de bien consistant.
      On a connu il y a qq ans des contradicteurs plus scientifiques. Ils se font bien silencieux.

  • La chimie défend ses droits. J’ai 70 ans et j’ai été moniteur de colonie de vacances entre autre dans la Vanoise (Termignon). Il y a 50 ans la Dent Parachée comme les glaciers de l’Arpont restaient enneigés même en plein mois d’août. Qu’en est-il maintenant ? L’été les sommets sont quasiment vierges de neige dites à l’époque éternelles. Maintenant j’entends les arguments des uns et des autres mais je constate, je constate surtout que derrière tout cela il doit y avoir – comme toujours – encore une vaste manipulation et des intérêts financiers considérables. C’est tout.

  • Les fourberies du mari de Brigitte. Il ment quand il continue de soutenir que le « réchauffisme du CO2» fait l’objet d’un consensus et que sa solution se trouve dans la forte diminution du courant nucléaire, ce qui est stupide. A la suite de la fermeture d’une petite quantité de nucléaire en Allemagne, Belgique et Suisse, EDF n’a plus les moyens de production nucléaire suffisants pour être en mesure d’assurer la sécurité du réseau européen et a dû avertir le gvt de ce danger qui ne lui serait pas pardonné, si l’on s’avisait d’arrêter Fessenheim avant la mise en production de Flamanville. Il faudrait avoir déjà construit du thermique à flamme polluant pour remplacer Fessenheim avant de l’arrêter ! Ce qui est économiquement et écologiquement délirant et se trouve en-même-temps être la raison réelle du départ de Hulot qui ne s’en pas caché, en reprochant au gvt son retard dans le programme des ENR. Lequel n’y a pourtant déjà gaspillé pas moins de 145 milliards d’euros pour un résultat ridicule,… comme les Allemands qui en veulent à Merkel pour la même raison…

  • Tout le monde semble ignorer pourquoi les gens du GIEC n’ont le droit de ne raconter que des fakes news et rien d’autre. Parce qu’ils sont nommés par des politiciens qui sont tenus de ne désigner que des gens croyant mordicus au réchauffisme, qu’ils interdisent aux nommés de mettre en doute. Ils ont statutairement l’obligation limitative de n’étudier que les effets du réchauffement climatique et des remèdes à y apporter. Mais en aucun cas de ses causes. Les gens un peu observateurs ont remarqué que notre brave Jouzel applique à merveille cette consigne à la télé. Ayant mission de parler des remèdes, le GIEC ne se prive pas de citer l’évidente électricité nucléaire. Dont les lobbystes de la COP21 ont fait leur ennemi numéro un, en lui prêtant gentiment des dizaines de milliers de morts que cette industrie a précisément évités par comparaison avec les anciennes énergies à CO2. Tirer des subventions et autres « encouragements » des Etats doit bien se mériter. Certes nos politiciens ont dû promettre des centaines de milliards aux Africains privés de leurs moyens de développement …mais, à une échéance assez lointaine pour ne pas être tenus de les verser…La plus scientifique du GIEC, Judith Cury, venue réchauffiste, mais rebutée par ces méthodes anti-scientifiques, a préféré démissionner pour continuer à travailler seule…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
climat economies
9
Sauvegarder cet article

« Tout va très bien, madame la marquise ; mais à part ça, il faut que je vous dise » que le présent de la situation financière de la France est désastreux, et que son futur est pire. La France est à la fois le pays d’Europe où le poids des impôts (relativement au PIB) est le plus élevé et en même temps l’un de ceux où la qualité des services publics (enseignement, santé, sécurité, justice, etc.) est la plus mauvaise. Cerise sur le gâteau, la France réalise cet exploit en s’endettant de plus en plus. Le contexte des années à venir est particul... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

La France était présentée il n’y a pas si longtemps comme une Union soviétique qui aurait réussi. Le point de départ est, à la Libération, le programme du CNR en particulier « Les jours heureux », et les ordonnances de 1945 qui ont créé la Sécurité sociale. La spoliation légale généralisée devenait le mode de fonctionnement du pays.

 

Néfaste par routine

À cause de cela les gouvernements successifs ont glissé vers un étatisme de plus en plus étouffant. Le vol légal, baptisé « solidarité » pour la « justice sociale » et « l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles