Comment l’État compte désarmer les propriétaires d’armes à feu

Ce qui transpire de la législation, c’est la volonté de supprimer petit à petit l’accès aux armes en y allant « à la découpe ». L’État ne spolie pas brutalement, il va faire en sorte de tarir la source.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Water guns by Fujoshi Bijou (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment l’État compte désarmer les propriétaires d’armes à feu

Publié le 2 octobre 2018
- A +

Par Rodolphe Sanguinetti.

Il y a bien longtemps que Descartes a été jeté aux oubliettes avec les Bastiat, Montesquieu, de Tocqueville. Seuls subsistent en France les Orwell, Huxley, Vaïner, Rand… Témoins visionnaires de l’État tentaculaire tout-puissant. Et au-delà de cette volonté d’omnipotence, l’État s’annonce aussi omniscient. Concrètement, il « sait » mieux que vous, et ce dans tous les domaines.

Les armes à feu n’échappent pas à la règle. Ainsi, chercher pourquoi un propriétaire d’AR-15 (terme général pour définir la famille des M16 / M4 américains) est la cible de l’administration française ne sera qu’une perte de temps.

Alors comment le propriétaire d’AR-15 est-il touché par le nouveau décret 2018-542, sorti en catimini le 30 juin dernier et qui vient enrichir le millefeuille de contraintes existantes ? Eh bien tout dépend du propriétaire.

Explication par l’exemple

Prenons par exemple deux cas distincts, que nous appellerons Marie-Antoinette et Jean-Baptiste, pour résumer les deux principaux types de propriétaires de cette arme. Marie-Antoinette est braqueuse et terroriste dans le civil1, l’AR-15 fait partie de ses outils de travail.

À l’interdiction étatique, Marie-Antoinette répond « Va donc manger de la brioche ! », parce qu’elle ne supporte pas qu’un État soit restrictif envers les femmes ; le machisme, c’est fini ! De plus, Marie-Antoinette a gardé un je-ne-sais-quoi d’ancien régime que paradoxalement, l’État comprend très bien et accepte, lui aussi étant resté très « ancien régime » malgré son emballage démocratique. Il est fort avec les faibles, faible avec les forts. Bref, elle n’est absolument pas touchée par ce décret et pourra donc continuer une carrière que l’État lui souhaite longue et prospère.

Pour Jean-Baptiste, l’AR-15 est un objet de détente, car l’arme n’entre pas dans son métier. Il détient l’arme légalement, ne l’utilise qu’en tant que tireur de loisir, ou de compétition quand il se sent performant. Et là, Jean-Ba va tout prendre en pleine poire. Car il faut bien qu’il y en ait un qui trinque, c’est ça, l’art de la politique. Alors à ta santé Jean-Ba !

D’aucuns, très certainement taquins, voire subversifs, me diront que Marie-Antoinette présente toutes les caractéristiques d’un individu hors-la-loi (si si, un peu quand même…). En effet, mais la loi ne s’appliquant qu’à ceux qui la respectent, l’État français a préféré taper là où c’est facile.

Le préambule de la circulaire de mise en œuvre du décret est à ce titre éloquent :

« Public concerné : les détenteurs légaux d’armes à feu (chasseurs, tireurs sportifs, collectionneurs). »

Vous voyez bien que les criminels n’entrent pas dans le champ d’application du décret.

Mais attendez, tout comme le soviétisme décrit par les frères Vaïner fabrique des pauvres à la chaîne, l’État a cette faculté fantastique de fabriquer des hors-la-loi à tour de bras.

Durcir la loi pour fabriquer du hors-la-loi

Déjà, il faut savoir où classer son arme, son AR-15 dans notre exemple. En étant taquin, je répondrai : ça dépend de l’AR-15.

L’Europe a en effet défini trois nouveaux paragraphes pouvant héberger le Black Rifle, en plus de ceux déjà existants. Et, magie de la drogue consommée à haute dose (la proximité de la Hollande certainement), Bruxelles a permis à des AR-15 de se retrouver dans plusieurs paragraphes en même temps.

Il y a donc maintenant 7 catégories qui, tels les 7 samouraïs, pourront découper le tireur en fines tranches au moindre écart de sa part.

Bref, nous, propriétaires légaux d’AR-15 sommes condamnés. Mais à quoi ? Je vous invite à jeter un œil aux illustrations connexes avant de reprendre le fil de l’article. Un tableau est plus explicite qu’un long discours :

Le but presque avoué : désarmer les civils

Le flou dans la rédaction de ce décret est-il sciemment entretenu, de manière à foutre la trouille aux propriétaires et ainsi ratisser large ? Si j’adopte ce ton caustique qui tend à faire passer nos législateurs pour de gentils incompétents primesautiers, n’oublions pas qu’ils ont un tout autre dessein en tête.

Le document publié par la Commission européenne quatre jours après le Bataclan trace les grandes lignes de ce qui attend les propriétaires légaux d’armes à feu pour les années à venir.

Dans le collimateur des hauts fonctionnaires, les armes à feu semi-automatiques, dont les AR font partie. Mais plus généralement, le fameux « délit de sale gueule », comme le démontre le document 2015/0269 de la Commission européenne.

Les armes semi-automatiques ressemblant à des armes automatiques doivent monter en catégorie A7 et se retrouver interdites aux civils. Le paragraphe 2 de l’article 6 précise bien qu’il sera impossible de conserver ces armes, même pour les civils. Seuls les musées le pourraient, et encore, après neutralisation. La « totale » n’a pas pu passer d’un coup (à la grande surprise de notre aréopage auto-satisfait), alors on va y aller en saucissonnant.

Car ce qui transpire de la transposition française, c’est bien la volonté de supprimer petit à petit l’accès aux armes en y allant à la découpe. Pas fou, l’État ne spolie pas brutalement, il va faire en sorte de tarir la source. C’est ce qui est maintenant en place pour les ex-full auto : on ne peut plus acquérir, on ne peut plus vendre. Belle façon de tuer le marché sans en avoir l’air.

Détenteurs d’armes, débrouillez-vous tout seuls !

Hélas, comme toujours, les détenteurs d’armes devront s’informer par eux-mêmes. Et si les préfectures tentaient une campagne d’information ciblée (on peut rêver…), le résultat n’en serait pas mieux, le logiciel qui recense les armes à feu sur le territoire (répondant au petit nom d’AGRIPPA) étant complètement vérolé.

Pourquoi pas un envoi de la circulaire d’application à tous les détenteurs enregistrés ? Non plus… J’ai eu beau scruter la boîte aux lettres, sans succès. Tout se passe comme si l’État omniscient lâchait soudain l’affaire et laissait le détenteur dans la panade qu’il a lui-même mise en œuvre (qui a dit « comme toujours » ?)

Ne reste donc plus que les détenteurs face à l’adversité. Ni la Fédération, ni le Service Central des Armes créé pour l’occasion (Comité Théodule s’il en est), ni les préfectures (qui ne comprennent rien à ce gloubi-boulga), ni les armuriers (qui ont bien d’autres chats à fouetter), ni les présidents de clubs (qui se retrouvent « auxiliaires vérificateurs FINIADA »2, ni moi, qui tente de décrypter ce foutoir, ne trinquera si le détenteur fait une simple erreur d’interprétation.

Il sera seul responsable. Ses seuls recours : plonger lui-même la tête dans le CSI3 ou demander à une association de défense de l’assister. Mais surtout, pas de démarches à la légère. L’État est devenu fou et entend bien lui faire payer les frais de psychiatrie.

Sur le web

  1. Les lois sur la parité homme/femme m’obligent à placer 50 % de femmes dans cet article.
  2. FIchier National des personnes Interdites d’Acquisition et de Détention d’Armes.
  3. Code de la Sécurité Intérieure, Partie réglementaire, livre III, à partir de l’article R311-1 et suivants, consultable sur légifrance.gouv.fr.
Voir les commentaires (48)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (48)
  • faire défaire les lois la spécialité de nos élus..
    par contre lutter contre le trafic d’armes , l’impuissance des pouvoirs public . et là, les resultats sont négatif….l’insécurité est en pleine expansion y compris en province , les prochaines manifestations et révolte dans les banlieues et villes va devenir problématique !.
    ça craint …dans un avenir proche …

    • Je souligne que les armes des banlieues ne sont pas du tout déclarées.
      Par ailleurs des tonnes de haschich entrent annuellement dans notre pays ainsi que pleins de bipèdes sensés ne pas le faire…
      Comment même « rêver » que les kalaschnikov ne rentrent pas (de même d’ailleurs, ce qui est tout de même encore pire des lance- roquettes ?)
      L’ex-URSS change actuellement son armement léger…il va y avoir de l’offre !

      • @Balthazar
        Bonjour,
        « Je souligne que les armes des banlieues ne sont pas du tout déclarées. »
        Evidemment autrement leurs détenteurs seraient fichés. Fichiers qui comme tout fichier ne sert à rien d’autre qu’avoir des noms-cibles pour les idées à venir.
        Et quand les contrevenant aux port et détention illégaux d’armes illégales sont pris la main dans le sac de munitions, ils sont peinards. La radiation du fichier qui octroie leur autorisation de détention ou de port, ils s’en tamponnent bien.

        « Par ailleurs des tonnes de haschich entrent annuellement dans notre pays ainsi que pleins de bipèdes sensés ne pas le faire… »
        Ca aussi. Pourtant il y a des lois, des corps de fonctionnaires armés, supposés combattre ces infractions aux Codes, mulitples les Codes.

        La Russie a doublé le budget de son armée. La France rogne sur le sien depuis dse années, et fait démissionner un homme qui fait son boulot.

  • du coup on est en droit de se dire que seule la racaille qui se multiplie en France se permettra de posséder des armes ; car il va sans dire que ceux là , l’état n’ira pas les emmerder …..

  • UNPACT (de balle) pour le lobby des armes à feu…
    Mort… de rire !

    • @Jean Manchzek
      « UNPACT (de balle) pour le lobby des armes à feu… »
      Non, pas lobby « des armes à feu », mais une association pour la défense des droits des propriétaires d’armes à feu. Ce n’est pas pareil. Un peu comme la N.R.A, qui défend elle le Second amendement, un droit constitutionnel.
      En France, un fabriquant d’armes, parmi ceux qui restent, ne se permettrait pas de soutenir une quelconque association de défense de possession d’armes à feu, peu importe la raison évoquée par cette dernière. Elle risque de voir les législateurs, du Législatif et de l’Exécutif, lui couper l’herbe sous le pied et ui faire fermer boutique. L’Etat l’a déjà fait avec les manufactures qui fabriquaient l’armement des corps armés du pays. (La M.A.S de St-Etienne, la M.A.T de Tulle, pour ne citer qu’elles.)

      • « association pour la défense des droits des propriétaires d’armes à feu »
        C’est pas ce qu’on appelle un lobby ?

        • @Jean Manchzek
          Bonjour,
          Si vous voulez, mais l’objet de ce « lobby » n’est pas celui que vous citez.
          Je n’ai pas l’impression que cette association mette la pression au gouvernement ou à l’A.N.

  • Bah , quand une bande vous tombe dessus armée de barres de fer cela vous évite un procès perdu d’avance si vous tirez dans le tas ,l’état est vraiment trop bon pour vous ,vous ne le méritez pas .

  • « Si vous êtes en faveur du contrôle des armes à feu, alors vous ne pouvez être opposé aux armes, parce que des armes seront nécessaires pour désarmer les gens. Vous n’êtes donc pas anti-armes à feu. Vous aurez besoin des armes de la police pour enlever les armes des autres. Donc, vous êtes très favorable aux armes, vous croyez seulement que seul l’État (qui est, bien sûr, si fiable, si honnête, moral et vertueux …) devrait être autorisé à posséder des armes. Le contrôle des armes à feu n’existe pas, ce qui existe est la centralisation de la possession d’armes entre les mains d’une petite élite politique et de leurs sbires. »
    Stefan Molyneux

    •  » « Tout citoyen a le droit d’avoir chez lui des armes et de s’en servir, soit pour la défense commune, soit pour sa propre défense, contre toute agression illégale qui mettrait en péril la vie, les membres ou la liberté d’un ou plusieurs citoyens ». Mirabeau, article 10 non retenu.
      « « le droit déclaré dans l’article X non retenu était évident de sa nature, et l’un des principaux garants de la liberté politique et civile que nulle autre institution ne peut le suppléer ». Comité de rédaction de la DDHC de 1789
      « qu’il est impossible d’imaginer une aristocratie plus terrible que celle qui s’établirait dans un État, par cela seul qu’une partie des citoyens serait armée et que l’autre ne le serait pas ; que tous les raisonnements contraires sont de futiles sophismes démentis par les faits, puisque aucun pays n’est plus paisible et n’offre une meilleure police que ceux où la nation est armée ». Idem
      Pourquoi n’ont-ils pas écrit noir sur blanc le texte de Mirabeau !? Ils ont gravé le reste, pourquoi pas celui-là ?
      L’oppression s’intensifie. Ces ronds-de-cuir sentent-ils que ça chauffe pour leurs sièges ?
      Le texte du Parlement Européen est raccord avec celui de l’O.N.U qui exige le désarmement de tous les citoyens du monde. C’est aussi pour cela que les politiciens démocrates américains attaquent avec insistance leur Second amendement.
      Aux armes citoyens ! Ah euh non. Bon ben comme en 1789, prenons des fourches. C’est quelle catégorie les fourches ?

    • @AerosolKid
      Au sujet de la petite élite politique, [sans oublier administrative] et ses sbires et de la centralisation de la possession d’armes.
      La petite élite n’a pas le droit de port d’armes non plus, et je dis bien droit. Aucun des membres de cette élite, élus ou non, n’a le droit de porter des armes, puisque même élus par le Peuple, celui-ci se voyant refusé le droit de port d’armes, ne peut le conférer à cette élite. N’ayant pas ce droit, l’élite ne peut donc pas le conférer à son tour par sélection, puis par autorisation, à ses sbires.
      « Art. 3. Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément. » DDHC 1789.
      Du coup nous avons un paradoxe : des sbires armés par une élite, non armée la plupart du temps (à croire qu’elle a une sainte horreur des armes), sans droit de port d’armes et un Peuple souverain (dont l’élite fait partie, et provient) qui n’a pas ce droit.
      droit de port d’armes acquis = 1
      droit de port d’armes refusé = 0
      (peuple) 0 + (élite) 0 + (sbires) 1 = 0
      En bref, comme dans un circuit électrique monté en série, on peut ouvrir autant d’interrupteurs qu’on veut, si un seul est fermé (=0), le courant ne fait pas le tour.
      Si on considère, d’après l’Article 3, que le Peuple est le générateur de ce circuit, vu qu’il est =0, il ne transmet rien du tout aux aures interrupteurs. Et c’est même valable sur un circuit monté en parallèle.

  • Posséder une arme fait de l’homme un citoyen, et non un simple sujet

  • « Après une tuerie de masse, l’État veut toujours désarmer les gens qui n’y sont absolument pour rien. » – William Burroughs [Tiens !?, le document du parlement européen date du 18/11/2015, après la tuerie du Bataclan et des terrasses parisiennes. Comme c’est bizarre !]

     » Jacques, comments @Contrepoints)
    Jetons un coup d’œil à l’Histoire du contrôle des armes à feu:
    – En 1929, l’Union Soviétique a établi un contrôle des armes à feu. De 1929 à 1953, environ 20 millions de dissidents, incapables de se défendre par eux-mêmes, ont été mis en état d’arrestation et exterminés.
    – En 1911, la Turquie met en place sa loi pour contrôler les armes à feu. De 1915 à 1917, c’est 1,5 million d’Arméniens, incapables de se défendre, qui seront interceptés et exterminés.
    – L’Allemagne imposera un contrôle des armes à feu en 1938 de 1939 à 1945, des millions, incapables de se défendre seront enlevés et exterminés.[L’interdiction visait spécialement les juifs.]
    – La Chine en fera autant en 1935 et de 1948 à 1952, 20 millions de dissidents politiques incapables de se défendre seront arrêtés et exterminés.
    – Le Guatemala a établi un contrôle des armes à feu en 1964. De 1964 à 1981, 100 000 indiens subiront le même sort.
    – En Ouganda, établira une politique identique en 1970. De 1971 à 1979, 300 000 chrétiens, incapables de se défendre, seront enlevés et exterminés.
    – Au Cambodge, un contrôle des armes à feu fut imposé dès 1956. De 1975 à 1977, un million de personnes « éduquées » incapables de se défendre, seront exterminées. Le tiers de la population cambodgienne.
    Le nombre de personnes qui furent interceptées et exterminées durant le 20e siècle à cause des lois sur le contrôle des armes à feu s’élève à environ 56 millions. (et va jusqu’à 262 millions) http://www.chuckhawks.com/downside_gun_control.htm
    – Le professeur Rudolph Rummel de l’Université d’Hawaï a calculé qu’au cours du 20e siècle, excluant les guerres étrangères, 262 millions de personnes ont été tuées par leur propre État, de l’Union Soviétique à la Chine en passant par l’Allemagne nazi, le Cambodge, la Turquie, etc.[43]. Il s’agit de 2,6 millions de morts par année, à côté de quoi pâlissent les 7000 homicides par année dans l’Union Européenne[44] et les 17 000 par année aux États-Unis[45].
    Commentaire de ‘Jacques’ au sujet de cet article : « https://www.contrepoints.org/2014/11/21/188895-le-droit-de-porter-des-armes-avance-en-israel-et-en-russie#OSOKkMcH6sAAk68Q.99

    «  »Cette loi (la légitime défense) dit que tout moyen est honnête pour sauver nos jours, lorsqu’ils sont exposés aux attaques et aux poignards d’un brigand et d’un ennemi : car les lois se taisent au milieu des armes ; elles n’ordonnent pas qu’on les attende, lorsque celui qui les attendrait serait victime d’une violence injuste avant qu’elles pussent lui prêter une juste assistance » – Ciceron.

     » « Le Peuple n’a qu’un ennemi dangereux, c’est son gouvernement. » – Antoine de Saint-Just

     » « To conquer a Nation, first disarm its citizens »- Adolph Hitler

    « A free people ought not only to be armed and disciplined, but they should have sufficient arms and ammunition to maintain a status of independence from any who might attempt to abuse them, which would include their own government. » George Washington.

    « « Si l’homme est « mauvais », et qu’il faut prohiber les armes, les premiers qu’il faut désarmer sont les policiers et les militaires. Personne n’a jamais pu expliquer pourquoi il faudrait désarmer les uns et armer les autres, et il n’y a, par hypothèse même, pas moyen de le faire. » – Mickaël Mithra

    « « [Faussement utiles] sont encore les lois qui défendent le port d’armes, lois qui, n’étant suivies que par des citoyens paisibles, laissent le fer dans la main du scélérat accoutumé à violer les conventions les plus sacrées, et conséquemment à ne pas respecter celles qui ne sont qu’arbitraires et de peu d’importance ; lois qu’on doit enfreindre sans peine et sans périls ; lois enfin dont l’exécution exacte anéantirait la liberté personnelle, si précieuse pour l’homme, si respectable pour le législateur éclairé, et soumettrait l’innocence à toutes les vexations réservées pour le crime. Elles ne servent qu’à multiplier les assassinats, en livrant le citoyen sans défense aux attaques du scélérat ; ces lois qui rendent la condition de l’assaillant meilleure que celle de l’assailli ; qui sont plutôt la suite de l’impression populaire dans quelques circonstances effrayantes que le fruit et le résultat de combinaisons sages ; ces lois enfin que dicta bien plutôt la peur du crime que la volonté raisonnée de le prévenir. » – Cesare Beccaria

    • Ca fait des millénaires que les gouvernements restreignent ou interdisent les armes aux Peuple dont ils ont la charge. Cela fait des millénaires qu’on sait que des citoyens armés rendent leurs nations pays plus sûrs. Mais ça continue, les gouvernements frileux, voire froussards [vu leur comportement, ils se font du soucis] persistent dans la privation de liberté.

      • Mouais… Il y a tout de même une certaine corrélation entre le nombre de gens ayant accès à des flingues et le nombre de morts stupides… non ?

        • Non. Et corrélation n’est pas causalité.

          • Comme tu as l’air d’avoir la science infuse dans tous les domaines et réponse à tout les sujets sans même lire les questions, relis bien ma phrase… ca te changera 🙂

            • Faute de grive, on se rabat sur les merles.
              Nul besoin de canon ou à la rigueur de mitrailleuse pour tuer.
              Un camion, un 4×4, un couteau de cuisine suffisent. Pour d’autres, une bonbonne de gaz trafiquée.

              Votre corrélation tombe lorsqu’on prend le cas de la Suisse, monsieur de la science diffuse :mrgreen: Euh confuse :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

              • Tiens, le fameux exemple « contradictoire » Suisse… pas de pot, il a une explication très simple…
                « En Suisse, l’écrasante majorité des personnes armées sont des militaires ou sont rattachées à l’armée. S’armer pour protéger sa famille est presque inexistant »
                https://www.letemps.ch/suisse/suisse-armee-jusquaux-dents-evite-fusillades-masse
                je peux ?
                merci.

                • @Marius Sonpeneu
                  Bonjour,
                  « Tiens, le fameux exemple « contradictoire » Suisse… pas de pot, il a une explication très simple… »
                  Tout comme les Etats-Unis, la Suisse garantit le droit à ses citoyens d’être armés pour une raison simple : la défense de la Nation, dont le Peuple est le premier maillon. Si le Peuple peut défendre sa Nation contre une invasion étragère, une tyranie, il n’y a pas de raison qu’il ne se défende pas contre les criminels. Le Second amendement américain et l’article que vous avez joint, mentionnent le même mot : milice.
                  Au départ, les Etats-Unis d’Amérique tout fraîchement créés ne devaient pas voir d’armée régulière, celle-ci se contentant des millices formées par les citoyens. Ces citoyens, déjà armés, n’ont pas besoin d’aller dans une caserne se faire remettre des armes, percevoir de la poudre et des munitions, comme ce fut le cas en France par exemple, en 1809, alors que Napoléon Bonaparte combat les Autrichiens, un contingent de 30.000 Anglais débarque dans l’île de Zélande, à Walcheren, ouvrant un nouveau front contre l’Empire. Joseph Fouché, qui réunit sous son autorité les ministères de la Police et de l’Intérieur, adresse des courriers à tous les maires et à tous les préfets afin d’organiser une levée d’armes citoyenne mettant en activité la Garde Nationale. Celle-ci atteint 200.000 hommes en moins de deux mois, après que le ministre en eut appelé au « patriotisme des citoyens ».
                  Dans votre lien, est mentionnée la tuerie de Zoug, qui est intervenue après l’interdiction de port d’arme en Suisse. Donc aucun des élus présents lors de cette fusillade n’a pu se défendre en ripostant.
                  Les suisses ne sont pas que des citoyens : ils sont citoyens soldats. Ils ont un service militaire obligatoire étalé sur plusieurs années, jusqu’à 35 ans il me semble.  »La durée du service pour les soldats est réduite de 300 à 260 jours. En principe, tous les hommes suisses déclarés aptes au service et âgés de 18 à 35 ans (35 ans étant la limite d’âge pour un soldat) doivent servir dans l’Armée, mais près d’un tiers d’entre eux sont exclus pour diverses raisons.’
                  « Obligation de servir.
                  L’Armée suisse est organisée selon le principe de milice. Elle repose sur l’obligation faite à tous les citoyens suisses d’accomplir du service militaire. Les Suissesses peuvent s’engager à servir sur une base volontaire.

                  Les obligations militaires commencent avec l’inscription dans les contrôles militaires, au début de l’année au cours de laquelle les personnes astreintes atteignent l’âge de 18 ans, et durent jusqu’à la libération. Celle-ci intervient, en fonction du statut militaire de la personne astreinte, au plus tôt à la fin de la dixième année civile suivant sa promotion au grade de soldat (pour les militaires de la troupe et une partie des sous-officiers) et au plus tard à la fin de l’année au cours de laquelle l’âge de 50 ans est atteint (pour les spécialistes et les officiers supérieurs). À titre d’exception, les obligations des militaires revêtant un grade allant de soldat à sergent-chef et qui accomplissent la durée totale des services d’instruction d’une traite (militaires en service long) s’éteignent à la fin de la septième année civile suivant la promotion au grade de soldat. »
                  (https://www.vtg.admin.ch/fr/mon-service-militaire/generalites-concernant-le-service-militaire/dienstpflicht.html) C’est aussi valable pour les double-nationaux.
                  C’est la raison pour laquelle les suisses gardent leurs fusils d’assaut chez eux.
                  Les Suisses viennent de passer une loi qui réduit de moitié l’effectif de l’Armée suisse.
                  Un autre contre-exmple, il y a le cas de la Finlande, qui a le taux de possession d’arme pour 100 habitants le plus haut de l’U.E, à peine plus bas que celui de la Suisse. (45,3 pour la Finlande, 45,7 pour la Suisse)
                  Pour paraphraser Code-Rno : « En Europe on a des armes (Finlande, Suisse), on a le port d’armes (Slovaquie) et un fort taux de criminalité (U.K) »

                  ‘Il y a tout de même une certaine corrélation entre le nombre de gens ayant accès à des flingues et le nombre de morts stupides… non ?’
                  Dans ce cas-là vous devriez voir au moins la « corrélation » entre les morts causées par des personnes armées à l’encontre de personnes désarmées par leurs gouvernements/Etats. Morts du fait de criminels armés illégalement, ou d’agents gouvernementaux armés légalement.

                  • Quelqu’un formé régulièrement aux usage des armes présente nettement moins de dangers que le gamin de 6 ans qui trouve le fusil mal rangé dans le râtelier…
                    En ce sens, la Suisse n’a rien de comparable avec nombre d’autres pays à législation plus ou moins ouverte sur les armes.
                    Puisque cela ne semble pas clair, ce que j’appelle les morts stupides, c’est le gamin qui tire sur sa petite soeur, le mec qui se flingue en rechargeant son fusil par le haut, le chasseur bourré du dimanche qui voit un sanglier et tue son beauf… enfin ce genre là…
                    Quand on laisse des neuneus acheter des pétoires sans aucun contrôle ni entrainement régulier, faut pas s’étonner de ce genre de résultats…
                    Donc le sujet n’est pas forcément vente libre ou non, mais entrainement continu et suivi psycho… là, pas de pb… Mais c’est pas du tout ce qu’entendent les gens type NRA…

                    • La NRA dépense au contraire des millions de dollar dans des programmes d’entraînement à la sécurité, encourrage le stockage en coffre fort et a fait des règles de sécurité en matière d’arme une espèce de religion chez les gun enthusiatics. Certains se plaignent même qu’on ne peut plus poser sur un photo avec le doigt sur la détente sans recevoir des avalanches de messages réprobateurs de membres de la NRA. Donc ce que vous dites ne tient une fois de plus pas l’examen de la réalité.

                    • Personne n’est obligé de s’entrainer ni de faire « valider » son coffre a guns aux US… On achète, et on tire… désolé. Ou alors c’est que vous n’avez jamais mis les pieds la bas… allez faire un stage au Texas … rien qu’une semaine…
                      Comme dans tout système de lobby, c’est de la comm cache-sexe pour montrer comme ils sont beaux et bien intentionnés… surtout pour ne pas perdre leur droit à s’équiper de tout un arsenal…
                      Toutes les industries mettent en avant le même genre d’arguments pour continuer leur activité…
                      Quand les chimistes ou les laitiers vous racontent les mêmes bobards, on ne les croit pas, mais quand c’est l’armement, faut gober tout cru ?
                      Risible…

                    • @Marius Sonpeneu
                      Bonjour,
                      « Quelqu’un formé régulièrement aux usage des armes présente nettement moins de dangers que le gamin de 6 ans qui trouve le fusil mal rangé dans le râtelier… »
                      Les râteliers ont été pendant des siècles sans la moindre fermeture. Qu’on y plaça des fusils, des lances, des sabres ou autre ne faisait guère plus de blessés. Chez mes grands-parents, deux fusils étaient posés dans un râtelier dans leur couloir. Aucun de nous n’a jamais posé la main sur un seul de ces fusils sur les quatre décennies que je les ai vus posés dessus. Dans leur chambre, il y avait un pistolet, hérité de la WWII, posé sur la cheminée. on grand-père avait de l’humour, mais pas avec les fusils ni avec le pistolet. Il en avait une légère aversion.
                      De plus, j’ajoute qu’enfant, comme beaucoup de gamins, je jouais à la guerre, aux cowboys et aux indiens, aux gendarmes et aux voleurs. Donc mine de rien, un flingue, représenté par un bout de bois, ou un jouet fort ressemblant, je savais, tout autant que mes copains de jeux, à quoi ça servait, comment s’en servir et les conséquences de son usage. Le bon vieux « Pan ! t’es mort ! » n’y est pas pour rien. C’est avec le jeu qu’on apprend et qu’on évolue ; en ôtant les jouets, les jeux, dits violents aux enfants, ils ne peuvent plus apprendre. Chez moi on disait « Battez-vous ! Tuez-vous ! mais ne vous faites pas mal ! »
                      J’ai aussi beaucoup appris aux stands de tir des fêtes foraines, dans lesquelles je tirais à la carabine à plomb et à la .22LR. Il y a 4 ans, j’ai tiré avec un fusil à pompe dans deux fêtes foraines distantes de deux régions, en calibre 12 en charge allégée cela va de soi.
                      C’est parce que les suisses ont des armes, que les enfants les voient, que leurs parents leur expliquent et leur font tirer, qu’ils apprennent.
                      Puisque vous parlez d’enfants, sachez que des enfants, avec une arme à feu, ont protégé leur propre personne ainsi que ceux qui étaient chez eux. Une gamine de 11 ans, avec son fusil, a sauvé sa mère en tirant sur l’homme qui s’était introduit chez elles par effraction, et avait asséné quelques coups de couteau à la mère. L’intrus s’est envolé ; la gamine a pu appeler les secours.
                      Et puis, le minimum, c’est d’apprendre à ne pas toucher aux affaires des autres. C’est peut-être un apprentissage mieux acquis par les enfants suisses.
                      Quant à vos morts stupides, nous avons nombre de lois et de règles qui n’empêchent aucunement quiconque de se faire mal avec quoique ce soit. Dans les morts stupides , il y a aussi les gens qui sautent d’un pont sans l’élastique ; les conducteurs qui tuent et se tuent ; des professionnels qui se font mal avec leurs outils de travail :
                      des mécanos qui perdent un doigt dans un moteur :
                      des ouvriers qui perdent une main en la mettant dans une presse, dans des machines, pensant qu’ils auront le temps de la retirer ;
                      des flics qui se tirent accidentellement dessus ;
                      des militaires qui meurent pendant l’entraînement à balles réelles ;
                      etc…

                      « Quand on laisse des neuneus acheter des pétoires sans aucun contrôle ni entrainement régulier, faut pas s’étonner de ce genre de résultats… »
                      C’est sûr que quand ces neuneus voient leurs possiblités de s’entraîne/pratiquer régulièrement réduites à pas grand-chose ou à néant par les lois de plus en plus nombreuses, c’est de leur faute.
                      Et puisque vous avez eu la chance d’aller au Texas, vous avez certainement appris et constaté que s’entraîner au tir y est infiniment plus facile qu’en France, ou que dans d’autres pays d’Europe. Parce que c’est moins régulé.

                      Vous vous focalisez sur la « formation », dans le sens où vous voulez prouver qu’elle est indispensable et donc obligatoire. En France, cette formation est fortement régulée, interdite pour le commun des mortels, même pour une pauvre séance d’initiation, ou pour tirer ne serait-ce qu’occasionnellement sans avoir à passer par la FFTir.
                      De plus cette formation si importante, n’est que très peu de chose puisqu’un agent de police, lambda ou du RAID/GIGN, n’aura plus l’autorisation de porter une arme, ni même d’en acquérir aussi librement que son statut d’agent de Police le confère, une fois qu’il aura quitté, (de son plein gré avec les honneurs et tout) la Police ou la Gendarmerie. Pourtant, il est formé, et a eu les bonnes grâces de l’Etat. Sa formation, obligatoire et régulière normalement, a été agrée et validée par les services de l’Etat.

                      « Comme dans tout système de lobby, c’est de la comm cache-sexe pour montrer comme ils sont beaux et bien intentionnés… surtout pour ne pas perdre leur droit à s’équiper de tout un arsenal… »
                      C’est de la communication, comme en politique : la NRA joue avec le même ballon que les politiques.
                      Et oui, leur droit de s’équiper de tout un arsenal est leur droit.
                      Heureusement, vous n’avez pas été en Arizona : là-bas, ils ont le droit de se promener avec un canon d’artillerie, comme on traîne une caravane, et de tirer avec. Comme ce sont des gens qui veulent se faire plaisir, et ne causer aucun soucis à autrui,(on peut être muni d’un canon et être responsable de ses actes) ils vont dans la pampa de l’Arizona, et crament quelques munitions. Vous me direz peut-être « Et le risque de vol !? » Bah ! comme chez nous, le vol est interdit. Enfin chez nous, il paraît.

                      « Personne n’est obligé de s’entraîner ni de faire « valider » son coffre à guns aux U.S… »
                      Parce que c’est un droit. Vous n’avez pas demandé de permis ou d’autorisation quelconque à l’Etat pour venir vous exprimer sur ce site : c’est un droit. (Bon, ici nous sommes sur Contrepoint, nous sommes pour ainsi dire chez lui, c’est lui qui nous laisse débattre ; il fait office de ‘salon’). Pour le Second amendement, c’est pareil.

                      « Toutes les industries mettent en avant le même genre d’arguments pour continuer leur activité. »
                      Les industries de l’armement aux States sont majoritairement des entreprises privées Smith&Wesson, Colt, Ruger, au contraire de celles françaises qui sont majoritairement étatiques, et tenues fermement par l’Etat, qui a droit de vie et de mort sur ces entreprises, qui les a mises à mort pour la plupart.

                      « Donc le sujet n’est pas forcément vente libre ou non, mais entrainement continu et suivi psycho… là, pas de pb… Mais c’est pas du tout ce qu’entendent les gens type NRA… »
                      Le sujet est là justement : « vente libre ou non »
                      Si la vente est libre, posséder et porter des armes est un droit. autrement ce n’en est : pas c’est une autorisation. Vente acquisition/détention et port sont soumis à une seule condition : celle d’être libre. Ce qui élimine les criminels reconnus, condamnés enfermés ou en sursis ou en cavale, les psychos, qui sont en général sous tutelle/à la charge d’autrui. Et l’ « entraînement » se fera plus aisément avec un meilleur accès à des stands de tir, ou des lieux pour stages.

                    • mea culpa.

                      La gamine de 11 ans a tiré sur l’intrus avec le pistolet de sa mère, pas avec son fusil, j’ai confondu avec une autre. Pistolet dont elle avait appris le maniement par sa mère la semaine précédant l’intrusion.

                      @Jean Manchzek
                      « ce que j’appelle les morts stupides, c’est le gamin qui tire sur sa petite soeur, le mec qui se flingue en rechargeant son fusil par le haut, le chasseur bourré du dimanche qui voit un sanglier et tue son beauf… enfin ce genre là… »
                      Ce sont des événements anecdotiques. Ils représentent la part la plus petite des « morts par armes à feu » que ce soit en France, aux States, ou ailleurs. Cependant c’est avec ces anecdotes, minimes dans l’absolu, que vous souhaitez ôter aux citoyens le droit de posséder des armes. Rien qu’aux States, en prenant toutes les « morts par arme à feu, elles sont insignifiantes face aux 500.000 américains (dans la fourchette basse) qui font usage de leurs armes pour se défendre, chaque année. D’ailleurs sur ces 500.000, 90% ne font pas feu. Ce qui fait que 50.000 « cowboys and cowgirls » tirent, soit plus que les 30.000 morts « par » armes à feu aux U.S.A, catégorie qui en compterait donc 80.000… voire 530.000, ou même 2.530.000 en prenant la fourchette haute.
                      Donc les phrases « Les armes tuent », « Les armes c’est dangereux », qui sont du registre du merveilleux (où des objets inanimés sont pourvus de volonté propre), sont fausses.

                • @Marius
                  Aucune contradiction au contraire!
                  Au passage, admirons votre petite manipulation consistant à tronquer adroitement l’extrait du journal: « L’écrasante majorité des personnes armées en Suisse sont des militaires actifs ou sont rattachées à l’armée, ou alors ce sont des tireurs sportifs ou des chasseurs. S’armer pour protéger sa famille est presque inexistant. »
                  Quelques mots manquant mais qui ont leur importance.
                  200000 militaires, 30000 chasseurs, 131000 licenciés à la fédération suisse de tir sportif (données 2010) et 80000 réservistes qui ont le droit de conserver leur arme chez eux. Sans compter les policiers (18000), douaniers, garde chasses…etc .
                  L’addition de ces effectifs est arbitraire car on peut être militaire, chasseur et tireur sportif! Mais si vous arrondissez à 400 000 personnes, cela fait 5% de la population suisse. Très nettement supérieur à la situation française où déjà fin Août 2018 il n’y avait que 224000 licenciés à le FFTir pour une population 8.4 fois plus importante que la Suisse.

                  https://www.uzh.ch/wild/ssl-dir/jagdstatistik/?page=jaeger&dt=1&gr=1&tr=305&ca=CH&co=CH&caco=1&ys=2009&ye=2016&lang=fr
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Sport_en_Suisse#Nombre_de_membres_actifs_par_f%C3%A9d%C3%A9ration_en_Suisse
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_militaire#La_r%C3%A9serve_en_Suisse

                  Je peux?
                  Merci 🙂

        • @Marius Sonpeneu
          Bonsoir,
          « Mouais… Il y a tout de même une certaine corrélation entre le nombre de gens ayant accès à des flingues et le nombre de morts stupides… non ? »
          Non. Y a-t-il corrélation entre le nobmre de médocs et ceux qui les prennent avec mégarde (ou pas) ? Y a-t-il corrélation avec ceux qui s’enroulent autour d’un platane en voiture ? Y a-t-il corrélation avec le nombre de marteaux/portes et ceux qui s’écrasent les doigts avec ? Y a-t-il corrélation entre le nombre de piscines et le nombre de noyades stupides dedans ?
          Si ce ne sont que les morts stupides qui vous inquiètent, soyez rassuré, il y aura plus de personnes qui s’en serviront correctement, pour se défendre j’entends.

    • Bravo, je vous pique 2 ou 3 citations que je connaissais pas.

      • « L’emploi des armes est le dernier et nécessaire recours de quiconque est agressé. » – Vladimir Volkoff
        « « Si, comme Mao-Tse-Toung le dit, le pouvoir est au bout des fusils, eh bien je préfère ce pouvoir réparti sur tous les citoyens du pays plutôt que de le savoir monopolisé par un petit groupe. » – Oskar Freysinger,
        « « Désarmer le peuple est le meilleur et le plus efficace moyen de l’asservir. » – George Mason (un des Pères Fondateurs)

  •  » Among the many misdeeds of British rule in India, history will look upon the Act depriving a whole nation of arms as the blackest. “

    Des nombreux méfaits commis par l’administration coloniale britannique en Inde, l’histoire retiendra le désarmement total d’une nation entière comme le pire…
    (Mahatma Gandhi)

  • « Dieu a créé les hommes. Samuel Colt les a rendu égaux »
    Samuel Colt.

  • Ce qu’ils veulent en réalité c’est arriver à interdire la chasse . Les lobbies anti chasse y travaillent sans relâche . Pour le este aucun problème : pour 300 euros tu as une kalach ……..partout en France .

    • @Adio
      Bonjour,
      Je crois que la chasse ils s’en moquent. C’est un os à ronger pour calmer le petit peuple. En réalité, ils veulent prévenir de prendre de la chevrotine dans leurs séants. Ils sentent que la moutarde monte à notre nez, et qu’on risque d’éternuer fort sur leurs costards propres.

      • De plus, s’il y a un « grand remplacement » de prévu/plannifié, ce sera plus facile d’enclôturer une partie de la population si celle-ci n’a pas accès libre, ou facile, à des armes, contrairement aux bandits.

    • Non, je ne crois pas. Seules les armes (semi)automatiques semblent visées.
      C’est une réponse émotive (un « fait divers » une loi) aux tueries terroristes.
      Je pense que nos zélites s’imaginent que cela rendra leur acquisition et leur détention plus difficile pour les apprentis terroristes.
      Mais vu que n’importe quoi, désormais, peut faire office d’outils de terreur, de la camionnette au couteau en passant par l’ammoniaque, c’est peine perdue.
      Ceux qui veulent tuer tueront, d’une manière ou d’une autre, et, à l’opposé, la détention importante d’armes chez les citoyens n’implique pas le meurtre (cf la Suisse par ex).
      C’est une réponse politique – donc forcément mauvaise – à un problème réel.

      • @Jean Manchzek
        Bonjour,
        « Seules les armes (semi)automatiques semblent visées »
        Dans le texte, les armes semi automatiques ressemblant à des armes automatiques sont visées. Du coup, la prochaine étape concernera toutes les armes semi automatiques, comme les pistolets. Puis ce sera le tour des armes au coup par coup.

        « Je pense que nos zélites s’imaginent que cela rendra leur acquisition et leur détention plus difficile pour les apprentis terroristes. »
        C’est exatement le fond de leur pensée : citoyen armé = terroriste.
        Du coup, soit les terro-criminels sont des citoyens déviants, soit les citoyens sont des terro-criminels potentiels. Il va de soi que le terro-crime qu’ils veulent éviter à tout prix, est celui qu’ils prendront de plein fouet. Ce qui explique la diarhée aigûe de lois restrictives (mais qui sont qualifiées en « dérégulation » par une certaine journaliste.)

        • Votre pente savonneuse (qui est aussi celle de Sanguinetti) n’est pas réaliste. L’interdiction totale des armes à feu qui comprendrait de fait celles des chasseurs (ou du tir sportif, qui est d’ailleurs une discipline olympique) est inenvisageable.

          • Jean Manchzek
            « L’interdiction totale des armes à feu qui comprendrait de fait celles des chasseurs (ou du tir sportif, qui est d’ailleurs une discipline olympique) est inenvisageable. »
            Pas réaliste !? L’ON.U veut désarmer tous les citoyens, au moins accidentaux. L’U.E a clairement en ligne de mire les chasseurs, les tireurs sportifs et les collectionneurs. A part en Slovaquie, et peut-être dans d’autres pays de l’Europe de l’Est, le port est tout simplement interdit. L’interdiction de détention/aquisition de certaines armes, comme le furent les armes en calibre 12 ou .22LR jusque dans les années 80 est conclue. Pour l’U.E, ces étapes sont passées, il est temps de passer aux suivantes.
            Jusqu’en 1939, le port d’armes était un droit, qui avait été rétabli en 1885. En 1929, le crack boursier, en 1936 les grèves et autres tensions sociales, tout cela avec un port d’armes légal. Pourtant, je n’ai pas le souvenir que ce fut le Far-West. Mais pour des raisons de tensions sociales et de risques d’insurection, le port d’armes a été interdit par le gouvernement en avril 1939. Les détentions et acquisitions d’armes à tir automatique avaient été interdites l’année d’avant. La possession d’arme ou de munitions était passible de la peine de mort sous l’Occupation. Depuis, les lois sur les armes à feu, et armes tout court, n’ont cessé de proliférer.
            Le tir olympique se fait avec des armes en calibre .22LR. Le tir sportif de loisir pouvait se faire avec des AR-15, en calibre 5,56×51 (calibre du FAMAS, du M4, du H&K 416, du H&K G36) ce n’est plus le cas. Les fusils à pompe sont aussi déjà regulés ; les fusils de chasse le sont aussi leur capacité d’emport de munitions sont limitées, leur longueur de canon, que ce soit pour les fusils à pompe ou les semi-automatique. Les canifs sont même régulés : ils sont interdits de port et de transport.
            Je ne vois pas où ils pourraient s’arrêter.

    • @Adio
      Bonsoir,
      « pour 300 euros tu as une kalach ……..partout en France. » A mettre en parallèle de :  » Belle façon de tuer le marché sans en avoir l’air. » D’un côté un marché régulé asphyxié, et de l’autre un marché sans contrôle, avec des prix imbattables, sans T.V.A. 300€ une Kalash, c’est qu’il y a de l’offre.
      Les fusils à pompe sont aussi touchés par le nouveau texte.

      • L’AR-15 semi-auto obtenu légalement après les mois, les formulaires et les vérifications soumis à autorisation nécessaires à son acquisition, coûte près de 6 fois plus, sans prendre en compte le coffre pour l’entreposer.

  • Et encore, au vu des conditions de détention, de transport et d’usage réglementé en stand, on marchait déjà sur la tête. Reste, pour les derniers qui ne l’ont pas encore fait, à utiliser la technique de Marie-Antoinette abordée dans l’article. Moins cher, plus rapide, nettement moins suivi…Parce que, comme on dit en Suisse: “Un citoyen sans fusil n’est qu’un contribuable.”

    • de ma propre expérience, beaucoup de possesseurs légaux d’armes à feu ont, aussi, quelques surprises non déclarées et bien cachées, juste au cas où…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jacob Sullum.

L'arme improvisée qu'un assassin a utilisée pour tuer l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe vendredi dernier suggère à la fois l'impact et les limites des lois strictes sur les armes à feu qui en rendent la possession légale quasi impossible. S'il était plus facile d'acheter une arme à feu au Japon, le tueur n'aurait sans doute pas eu recours à un dispositif artisanal, bricolé, composé de deux tubes métalliques reliés par du ruban électrique. En même temps, l'incident démontre qu'aucune législation ne peut emp... Poursuivre la lecture

La ville de New York fut jadis l’orgueil de son pays et une influence sans pareille – dans certains pays, dire qu’on vient de NY veut simplement dire qu’on vit aux États-Unis.

Mais comme trop d’États à tendance démocrate, l’Empire State a connu un fort déclin et n’est plus que l’ombre de lui-même. En fait, c’est l’un des endroits ayant franchi le cap de « l’inversion ultime » d’Ayn Rand : le gouvernement fait ce qu’il veut et les citoyens doivent implorer sa permission.

Ça a crevé les yeux lors d’une récente décision de la Cour ... Poursuivre la lecture

Bien que l’on puisse observer ici et là des candidats parlant de la prostitution, dans un contexte marqué par des pensées radicales dont le néoféminisme, l’absence de débat et de discussion autour de la prostitution paraît surprenant. Pourtant, la prostitution et la dignité des personnes prostituées et des travailleurs du sexe ne doit pas être un non-sujet.

Brève histoire de la prostitution

L’Histoire nous enseigne que la prostitution est aussi vielle que l’humain. En effet, 3000 avant Jésus-Christ en Mésopotamie, on trouve déjà des ta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles