Frédéric Bastiat : la postérité (22)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frédéric Bastiat : la postérité (22)

Publié le 17 juin 2018
- A +

Par Damien Theillier.

Nul n’est prophète en son pays… Si Bastiat a été largement oublié en France, il a en revanche été redécouvert aux États-Unis. Sa perspicacité en économie et son art de débusquer les sophismes a été tout particulièrement apprécié d’économistes tels que Friedman, Hazlitt ou Read. Ronald Reagan lui-même s’inspirera de Bastiat pour ses séminaires en entreprise (bien avant de devenir Président des USA). Espérons que ce MOOC sur Bastiat permettra de le faire mieux connaître dans son pays natal.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Un grand merci à vous, Damien Theillier, pour ce cours que je vais essayer de diffuser au delà des lecteurs de Contrepoints.

  • Très clair et très bien expliqué.
    Un grand merci aussi.
    Joli clin d’œil avec la cravate.

  • Et apparemment, 180 ans ans plus tard on a oubliè ses prédictions pour en arriver au système du « Welfare State » qui est tout le contraire.
    90% des Français en vivent et en réclament encore plus.

  • Bravo et merci Damien Theillier. Je vais diffuser aussi et sans retenue. La cravate serait-elle un produit dérivé du libéralisme, fruit de votre libre entreprise? Alors je plussoie!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Damien Theillier.

Petite explication par Pascal-Emmanuel Gobry :

Pour un keynésien, Noël est évidemment une bonne chose. Noël, c’est une poussée très forte de la consommation. Les gens dépensent leur argent. Ces dépenses créent de l’activité économique : tous ces jouets, il faut les fabriquer, les acheminer, les marketer, les distribuer… Tout ça crée de l’activité économique, et donc de la croissance et des emplois. Après tout, à un instant T, l’économie n’est que la somme des décisions individuelles de dépenses. Que du bon ... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

L’un des événements qui marqua à tout jamais Frédéric Bastiat, fut sa rencontre avec l'industriel et économiste anglais Richard Cobden (1804-1865), qui défendait le libre-échange et contribua à l'abolition des lois protectionnistes en Grande-Bretagne (1848-1851).

Par ailleurs, on ne le sait pas, mais Karl Marx fut un lecteur de Frédéric Bastiat. Il reprocha à Bastiat son manque de scientificité (postface de la deuxième édition du Capital). En réalité Bastiat refusait de penser l’économie sur le modè... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles