Contrôler les armes à feu : une arrogante ignorance

Les arguments en faveur du contrôle des armes sont déconnectés de la réalité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
no weapons-thomas roth(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contrôler les armes à feu : une arrogante ignorance

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 octobre 2015
- A +

Par le Dr. Michael Hurd1, depuis les États-Unis

no weapons-thomas roth(CC BY-NC 2.0)
no weapons-thomas roth(CC BY-NC 2.0)

 

Les arguments en faveur du contrôle ou de la confiscation des armes à feu se résument essentiellement à ceci : « Si les armes étaient illégales, elles ne seraient pas disponibles. Si elles n’étaient pas disponibles, des gens comme ce tueur fou dans [compléter ici à l’aide du dernier exemple de fusillade en date] ne seraient pas en mesure de les utiliser. »

Cela suppose qu’un tueur détraqué et psychopathe, décidé coûte que coûte à assassiner, se laisserait arrêter par un obstacle comme trouver une arme à feu légalement. C’est absurde. Un  tueur détraqué et psychopathe, par définition, est décidé à accomplir sa mauvaise action, et considère même qu’il est en droit de le faire. Si les armes sont interdites, il y aura un « marché noir » pour les armes, tout comme actuellement il y a un « marché noir » illégal pour la marijuana, l’héroïne et la cocaïne.

Les gens qui prétendent que la violence peut être contrôlée en interdisant les armes montrent comment ils comprennent mal la nature et la psychologie des criminels. Ils supposent, ils sont bien obligés d’adopter ce type de croyance, que ces tueurs sont pour la plupart semi-raisonnables, bien que leur esprit soit confus, et qu’ils se précipitent, sous l’effet d’une subite impulsion, à la boutique du coin pour acheter leurs armes à feu. Si cet achat est rendu plus difficile, voire impossible, selon ce raisonnement implicite, ces pauvres esprits tourmentés vont s’abstenir de leurs actions violentes.

Je suppose que c’est la raison pour laquelle ce sont les mêmes personnes qui, d’un côté, sont favorables à la prohibition et qui, de l’autre, trouvent toutes sortes d’excuses au comportement des criminels. Elles ont tendance à être du genre à considérer que n’importe qui et n’importe quoi porte la responsabilité du comportement criminel, à l’exception du criminel lui-même.

Elles ne peuvent pas comprendre, ou peut-être ne veulent-elles pas le comprendre ou l’accepter, la psychologie du mal. Il est certes perturbant d’essayer de le faire. Mais cela ne justifie pas de supprimer le droit pour la majorité des gens qui ne sont ni violents, ni criminels, de se protéger de la violence en rendant plus difficile ou impossible pour eux d’acheter des armes pour leur autodéfense.

Voyons les choses de ce point de vue. Avez-vous envie de vivre dans un monde où les individus dangereux auront la certitude que tous les autres, ni violents, ni criminels, en face d’eux seront désarmés ? Pensez-vous que cela permettra vraiment de réduire la criminalité ou bien de contribuer à son essor ; d’autant plus que les conditions économiques continuent de se détériorer dans une société où l’État agit de plus en plus comme un engin de destruction de l’activité économique ?

Bien sûr, ceux qui veulent interdire des armes au nom du pacifisme et de la non-violence sont généralement les mêmes qui pensent que l’État doit intervenir dans tous les domaines. Trop de sucre dans les sodas ? Il faut faire une loi. Certaines personnes incapables ou réticentes à souscrire une assurance santé ? Il faut faire une loi. Rappelez-vous, pas seulement une loi concernant ces individus mais une loi qui impose à tous la « solution universelle » à un prétendu problème, soit la garantie d’une aggravation du problème en question.

controle des armes rené le honzecSouvenons-nous de l’époque de la prohibition, ceux qui voulaient boire réussissaient à se procurer de l’alcool. Interdire l’alcool a permis, non pas de changer la société, mais de la rendre plus dangereuse et à donner au gouvernement plus de travail. De même, la « guerre contre la drogue » n’a en rien contribué à éliminer ou même à réduire la dépendance à l’héroïne, la cocaïne ou la marijuana. Elle transforme simplement les gens qui aiment ces produits en criminels, mais cela ne change pas leur comportement d’un pouce. Nous pourrions décriminaliser leur comportement demain et cela mettrait fin au dangereux marché noir des drogues, et soulagerait l’État, ce qui lui permettrait de se concentrer sur les choses vraiment importantes comme, oh, par exemple, la capture des terroristes. Et la décriminalisation de ce comportement n’aurait guère de conséquence sur la nature ou l’étendue de tous les problèmes de toxicomanie tels qu’ils existent. Les choses continueraient sans doute comme avant, ni plus ni moins, peut-être un peu moins, éventuellement.

Il en est de même avec la possession des armes. Les partisans d’un contrôle considèrent la possession d’une arme à feu comme comparable, et peut-être pire, que la consommation d’héroïne et de cocaïne. Ils pensent que si l’État interdit les armes demain, et en les enlevant des mains des gens paisibles, les criminels seraient en quelque sorte sous pression, voire honteux à l’idée même de tuer. C’est complètement ridicule. Je vous garantis que si les armes sont interdites dans un proche avenir, vous allez voir beaucoup de changements dans la vie de ceux qui vivent paisiblement, mais pas le moindre dans la mentalité et le comportement des gens violents. En fait, la violence augmentera, parce que les individus violents sauront que les gens paisibles seront désarmés, et qu’ils ne devront compter éventuellement que sur l’action aléatoire de la police pour les aider.

Le pire de tout, c’est l’autosatisfaction et le sentiment de supériorité intellectuelle des partisans du contrôle des armes à feu. Ceux qui expriment une autre position sur le sujet sont vus comme des ignorants ou des demeurés. On aurait pu espérer de ces esprits supérieurs et sophistiqués sur le plan intellectuel une certaine connaissance théorique de la façon dont un esprit criminel fonctionne. « Criminel » par définition se réfère à quelqu’un qui se considère comme en dehors et au-dessus de la loi, et pense avoir le droit de faire ce qu’il veut dans la vie, même si cela signifie utiliser la force contre autrui.

C’est le genre de personnes qui dormiront mieux la nuit si nous adoptons des lois restrictives ou confiscatoires sur les armes à feu. Et leur prétendue supériorité intellectuelle consiste avant tout à protéger les gens ordinaires en rendant la vie plus facile aux criminels.


Traduction pour Contrepoints par Gérard-Michel Thermeau de The arrogant ignorance of supporting gun control.

  1. Psychologue, docteur ès lettres, docteur en psychologie, diplômé de Saybrook University (San Francisco) et de Catholic University of America (Washington), titulaire d’un Master of Social Work (University of Maryland at Baltimore), auteur de plusieurs livres dont « Bad Therapy, Good Therapy » et du blog drhurd.com
Voir les commentaires (75)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (75)
  • « Et leur prétendue supériorité intellectuelle consiste avant tout à protéger les gens ordinaires en rendant la vie plus facile aux criminels. »
    ?

  • Franchement ce n’est pas très convaincant.
    La comparaison avec les drogues ne tient pas. Le drogué a un comportement addictif et se fait mal d’abord à lui-même. Les armes ne servent pas qu’au suicide, malheureusement. Et à part quelques collectionneurs compulsifs, cela n’a rien d’addictif.
    Quant à l’argument sur la psychologie des criminels, c’est également faible. Une bonne partie de ces criminels qui réalisent des carnages sont des paumés qui n’auraient pas assez de volonté pour trouver une arme si c’était rendu illégal. Par contre, si vous donnez à un frustré un moyen facile d’évacuer sa frustration tout en faisant en sorte que tout le monde parle de lui, il y a un risque qu’il veuille l’utiliser.
    Et in fine, même si les arguments présentés ici étaient corrects, il faudrait expliquer pourquoi, dans les pays où le contrôle des armes existe, ce genre de crimes est moins fréquent (sans être absent).

    • « Une bonne partie de ces criminels qui réalisent des carnages sont des paumés qui n’auraient pas assez de volonté pour trouver une arme si c’était rendu illégal. »

      Tous les jours des paumés trouvent le moyen de se procurer de la drogue, illégale. Mais ils seraient soudainement incapable de se renseigner auprès de leur dealer habituel sur la marche à suivre pour se procurer une arme illégale ? LOL.

      • Dons tous ceux qui dealent de l’herbe ont aussi un petit commerce annexe dans l’armement? Vous êtes bien renseigné. Pour le reste, acheter l’arme n’est pas tout: il faut s’entraîner à son maniement (plus facile si c’est légal), acheter des munitions en suffisance (plus facile si c’est légal), être sûr de ne pas se faire arnaquer lors de l’achat (plus facile si c’est légal)… Je continue?

        • S’entraîner? pour dégommer des gens sans armes? Tout ce dont vous avez besoin pour faire un carnage à la kalash, c’est de savoir par quel bout sortent les balles. C’est vraiment n’importe quoi.

          Et puis pour faire un bon carnage, il vaut mieux trouver des victimes désarmées, qui ne risquent pas de répliquer. Ça aussi, c’est plus facile si c’est légal?

        • « être sûr de ne pas se faire arnaquer lors de l’achat (plus facile si c’est légal)… »

          Economiser pour l’avenir, une grande priorité de ceux qui prévoient de faire des carnages.

        • Les kalash sont tellement simples à manier que même des gosses peuvent le faire. pas besoin d’entrainement.
          Ce n’est pas parce que quelqu’un est paumé qu’il est débile.
          Il faut arrêter de croire que les tueries de masse se sont faites sur un coup de tête. Souvent, il s’agit d’actes prémidités (parfois, plusieurs semaines à l’avance).
          En général, si vous achetez une arme, vous achetez des munitions avec.

    • « Une bonne partie de ces criminels qui réalisent des carnages sont des paumés qui n’auraient pas assez de volonté pour trouver une arme si c’était rendu illégal. »

      Bien sûr, c’est pour ça qu’ils passent des mois à se préparer. Allez vous informer, avant de raconter des conneries pareilles.

      • Ils ont vraiment besoin de plusieurs mois pour vous préparer? Vraiment vraiment? Pour acheter une arme (s’ils n’en ont pas encore) et aller au lycée tirer dans le tas? Ce n’est simplement pas un argument sérieux, désolé. Et je reste poli.

    • Problème, il est fréquent dans les tueries de masse que les armes du meurtrier viennent du marché noir ce dernier n’ayant pas de permis.

    • Alors si vous aviez raison….vous pourriez expliquer pourquoi aux USA, il y a ce genre de comportement et pas en Suisse ou la disponibilité des armes est comparable ….
      Et vous expliquerez également comment il se fait que les porteurs d’armes légaux aux USA ont un taux de criminalité 10 fois inférieurs à la population normale. Peut être parce que la culture d’une société y est pour bien plus qu’un outil et que l’éducation est certainement plus efficace qu’une interdiction qui a prouvé tout son méfait en Angleterre

    • vous, vous n’avez jamais vu la tête d’un ado des cités exhiber sa kalash et se prendre pour un homme avec. Pour ces demeurés du bulbe, l’arme est un moyen de s’affirmer au même titre que le joint ou la ligne de coke. Alors si, la comparaison avec la drogue tient…

  • Je crois avoir vu un article qui précisait que les meutres par armes à feu aux USA sont le fait à 99.9 % d’armes possédées illégalement.

    Dans ce cas, interdire les armes à feu revient simplement à protéger encore plus les criminels qui eux, n’ont pas de problèmes pour en obtenir…

  • C est vrai que la suisse et la finlande sont des pays peu surs ou on se fait tirer dessus a chaque coin de rue.. Ha bah tiens non.. Bizarre

  • Les usa sont un pays violent, le problème n’est pas la réglementation sur les armes. En France il est très facile de se procurer une arme à feu légalement, contrairement à ce que les gens croient et pourtant il n’y a pas de tuerie de masse dans les universités . La Suisse est un des pays les plus armé au monde et il n’y a pas de problème. Le problème c’est la culture d’un pays pas les armes. Aux usa même les flics ont la détente facile et ont des problèmes d’homicide, faut il leur supprimer les armes ?

    • Totalement d’accord avec vous. Remarquez que les USA sont le pays où il y a le plus de tueurs en série au monde (je me demande s’il y a pas un lien entre le grand nombre de tueurs de masse et le grand nombre de tueurs en série).
      En France, le problème n’est pas tant la possession d’armes (il me parait normal qu’on ne puisse pas posséder une arme comme cela) mais le permis de port d’armes (qui est interdit) et la légitime défense (qui est trop restrictive et qui n’est pas analysé de manière in concreto par les magistrats).

      • Pourquoi serait-il normal qu’on ne puisse pas posséder une arme (à feu) comme ça ? On peut bien posséder un couteau de cuisine sans problème. Acheter une voiture ne demande qu’une assurance, pas un permis. Avoir une salle de bains et un système électrique chez soi non plus. Pourtant les voitures, et surtout les « accidents de la vie domestique » tuent plus que les armes à feu. Et les meurtres par poison, au couteau ou à simple coups de poings sont assez nombreux.

        Quelle est la propriété magique des armes à feu qui fait qu’on veut les réglementer tant que ça. Pas le fait qu’on puisse tuer avec, parce que des choses létales par destination ou par nature il y en a des paquets d’autres. Non, ce qui gêne dans les armes à feu c’est qu’elle égalisent les chances. Avec des couteaux, les plus grands, plus entrainés, plus forts sont surs de sortir intacts d’un combat, et de tuer ou blesser leur adversaire. Avec des lances les plus nombreux, les plus forts sont surs de gagner. Avec une voiture on tue mais on ne se bat pas, avec des poisons pareil (sauf armes chimiques… d’où l’interdiction de certaines substances, pas plus toxiques en soi mais utilisables dans des armes). Les armes à feu permettent au faible, pas entrainé, de tuer (pas toujours mais parfois) le fort bien entrainé…. Permettent à la milice de paysans de tendre une embuscade et de défaire le commando pro bien entrainé (cf l’Afghanistan, les maquis des Alpes de la seconde guerre mondiale, etc.)

        Donc on voit bien que les armes à feu permettent aux faibles de résister aux forts. Et que parmi les forts, le plus fort c’est l’État. Alors ça ne lui plait pas, donc il dépense avec ses séides un gros tas de pognon (qui nous appartient) pour convaincre les citoyens que les armes à feu c’est très très mal et que les gens ne devraient en avoir que quand ils travaillent pour lui… alors qu’il y a des preuves statistiques que les gens s’engageant dans l’armée et la police ne sont pas « plus mentalement stables » que les autres, au contraire.

        Ce qui me défrise c’est 1°) que ça marche, et 2°) le nombre de soutiens de cet instrument de l’oppression qu’est le désarmement du peuple.

        « A well regulated Militia, being necessary to the security of a free State, the right of the people to keep and bear Arms, shall not be infringed. » (Second Amendement de la constitution US).

  • Je nai pas d’arme à feu chez moi et je le regrette. Si jen avais une, ce ne serait pas pour aller tuer des écoliers ou des passants, mais seulement pour pouvoir me défendre contre des voyous qui viendraient m’agresser à mon domicile. Si cela devait arriver, la volonté de protéger les miens et moi même passerait avant un questionnement sur ce qu’en penserait un juge.

    • Qu’est ce qui t’en empêche d’en avoir ? Avoir une arme à feu légalement en France est aussi facile qu’aux usa mais personne n’ose le dire !

    • Je vous conseille de faire un tour dans un stand de tir de votre region, de prendre une licence et de vous entrainer! Si vous vous contenter des cat C, prenez une licence balltrap, faites la tamponner par votre medecin et ensuite vous pouvez aller chez votre armurier prefere et faire vos courses.

    • J’ai des armes chez moi mais j’aurai beaucoup de mal à les utilisées contre quelqu’un vue que l’administration m’oblige à les gardé au coffres pour quelles ne soit pas utilisable immédiatement, donc difficile de défendre son domicile dans ces cas la… 5mn pour ouvrir le coffre et sortir une arme 5mn pour trouvé les bonnes cartouches et chargé l’arme, en gros j’ai le temps de me faire cambrioler….

  • juste une petite chose: il y a déjà un marché noir pour les armes.
    pour ceux qui n’ont pas le droit d’en posséder.

    • Oui, et même aux US où il y a aussi un marché légal, la plupart des armes utilisées pour des crimes et délits proviennent de ce marché noir. Faudra voir si les armes utilisées dans la dernière tuerie ont été achetées légalement ou si elles proviennent d’un truc illégal. Mais j’ai comme des doutes sur le coté « légal », vu que comme la grande majorité des tueurs de masse notre gentil ami « suprémaciste blanc » (mais noir en fait) était semble-t-il suivi (de loin) psychiatriquement et drogué à l’os de psychotropes en tout genre au frais des citoyens qu’il s’en est allé buter, ce qui même dans les états les plus open en matière d’armes constitue en général un obstacle pour l’achat et la possession légale d’armes à feu.

  • Cette argumentation n’a rien de rationnel.

    Rendre plus difficile l’accès des armes à tout un chacun contribue évidemment à diminuer les fusillades et usages par des maladroits ou des déséquilibrés. Sachant que le criminel aguerri, lui, ne tuera qu’en dernier ressort.

    En Australie c’est 12 jours après qu’un tueur fou ait en avril 1996, ouvert le feu sur une foule et tué trente-cinq touristes et en ait blessé vingt-trois dans une station balnéaire de Tasmanie que le gouvernement fédéral – conservateur- et les États australiens déclarèrent s’être mis d’accord pour promulguer des lois de contrôle des armes à feu.

    Depuis 1996 les suicides et homicides par armes à feu ont diminué de plus de 50 % et il n’y a eu qu’une seule fusillade ( 3 personnes en 2014) là où ie pays en connaissait à peu près une par an.

    Mais le problème est vraiment culturel. Selon le promoteur conservateur de ces mesures la différence avec l’Australie est que « La culture des armes à feu est si profondément ancrée au États-Unis que des millions d’Américains respectueux de la loi pensent sincèrement qu’il est plus sûr d’en posséder une, en se basant sur la logique glaçante selon laquelle étant donné le grand nombre d’armes en circulation, chacun doit s’armer pour assurer sa propre protection. En d’autres termes, la situation est allée tellement loin qu’on ne peut plus faire demi-tour.»

    Wait and see….

    • Pourtant acheter une arme à feu légalement en France est très facile, et oui avoir une arme à feu en France n’est pas beaucoup plus compliqué qu’aux usa. Alors comment exppliquez vous que ces armes ne posent quasiment aucun problème, pourtant il en circule plusieurs millions détenus légalement et aucune tuerie de masse avec ces armes.

      • Il est beaucoup plus facile d’acheter et de détenir légalement une arme à feu aux États-Unis qu’en France.

        On estime qu’il y a une arme à feu par habitant aux États-Unis contre 0,3 en France – dont 15% à peine sont déclarées . En fait la majorité des armes à feu françaises sont des fusils de chasse détenus par les familles, fusils souvent anciens alors que les Américains peuvent accéder facilement à des fusils d’assaut

        • Pas besoin d’un fusil d’assault pour aller faire un massacre dans une école. Je persiste qu’aujourd’hui en France il est très facile d’acheter une arme à feu légalement. Vous prenez une licence de tir ou de ball trap, et vous achetez un fusil à pompe à une armurerie sur internet qui vous est livré en 48 heures par la poste, même pas besoin de se déplacer. C’est pas beaucoup plus compliqué qu’aux usa !

          • Le fait est qu’avec un fusil d’assaut il est beaucoup plus facile de commettre un massacre.

            Les massacres récents sur les campus américains n’ont pas été perpétrés à l’arme de poing, ni au fusil de chasse….

        • « contre 0,3 en France – dont 15% à peine sont déclarées » totalement faux. La france est un pays plutôt bien armé
          Lisez le mythe 3: http://lesurvivaliste.blogspot.be/2011/10/mythes-et-mensonges-larme.html
          Il est difficile d’estimer le nombre d’armes à feu en France, certaines estimations font jusqu’à 20 millions d’armes à feu

          • Qu’est ce qui est « totalement faux « ?

            0,3 arme à feu par habitant pour 66 millions d’habitants çà fait exactement 20 millions d’armes !

    • Le truc rigolo c’est que la baisse des suicides et meurtres par armes à feu ou tueries de masse depuis le milieu des années 90… est à peu près identique aux US sans qu’il n’y ait eu d’interdiction des armes à feu.

      On le dit, on le répète, il y a eu pas mal de publications sérieuses sur le sujet… Les lois sur les armes ont une corrélation de grosso modo 0.1 ou moins avec les meurtres par armes à feu. Et pour le taux de suicide, c’est 0. Bien sûr il y a, par contre, une forte corrélation avec le taux de suicide par armes à feu. Donc interdire les armes à feu a UNE conséquence claire : les gens se suicident toujours autant mais avec autre chose. Pour le reste, nada, zilch, rien, que dalle… Ah, si, un autre truc mais ça ne va pas dans le sens des lois à tout va : les endroits avec le « concealed carry » le moins restrictif sont les endroits où les actes de violence et les tueries sont les moins fréquent, toutes choses égales par ailleurs (ah oui, ce dernier point qui tue tous les arguments usuels pour l’interdiction, la réglementation, le contrôle des autres, les privations de liberté etc. … )

    • Et un autre point.
      Dans l’histoire de l’humanité, tous pays compris, le « contrôle des armes » est une invention récente, et toujours liée à l’arrivée de dictatures ou tout au moins à la perte de bien d’autres libertés fondamentales…

      Car oui, on peut se tortiller dans tous les sens, quand on s’arrête et qu’on réfléchit trois secondes le droit au port d’armes c’est plus clairement le droit de se défendre et défendre les siens. Un truc un peu fondamental, en fait. Qu’on a réussi à faire passer pour un « délire d’excités de la gâchette, ultra conservateurs ou ultra libéraux ». Et c’est d’autant plus choquant que théoriquement la contrepartie de ce reononcement à la défense personnelle c’est que l’Etat mette en place une sécurité vraiment assurée. Ce qui semble plutôt aller en disparaissant à mesure que la pression contre l’auto-défense monte.

      Et les moutons défendent les loups qui risqueraient des coups si d’autres moutons pouvaient se défendre.

      • En France les armes étaient réservées aux nobles jusqu’à la révolution française en 1789. Ca fait quelque chose comme 0,5 % de la population francaise. autrement dit un contrôle extrêmement serré.

        Entre 1789 et 1939 date à laquelle le port d’armes à eté absolument interdit tout un chacun pouvait acheter une arme. C’était un symbole de l’égalité et de la suppression des privilèges. Cela dit c’est resté tout de même cher et donc rare ce n’est vraiment qu’après la guerre de 1945 que la fabrication des armes à feu étant plus facile qu’elles sont devenues plus accessibles…

        • Ah oui, bien sûr, réservées aux nobles…
          A part le port de l’épée, réservée aux nobles, aux cuisiniers et quiconque se présentait à la cour (il y avait des loueurs d’épées à Versailles), les couteaux étaient dans toutes les poches, les fusils dans les maisons de tout bourgeois un peu « à l’aise » et dans une grande part des fermes… Mais comment dire, l’ancien régime tout ça, l’oppression, la famine… C’est pour ça que la révolution n’a pu avoir lieu, les gens sans armes face à des armées et des nobles qui seuls avaient des armes, c’était fini avant d’avoir commencé.

          Quant à la rareté des armes avant la guerre, heum…. En gros un ou deux fusils par ferme, au minimum… pour les petites fermes. Des tas de fusils de guerre de 14-18, quelques armes de poing. Donc on parle d’une vingtaine de millions d’armes à feu en France qui ont permis à la résistance de commencer, malgré les lois d’interdictions de Vichy…

          • Il y avait aussi les « milices paysannes » dans une perspective de « défense opérationnelle du territoire » -terme moderne.
            Mais ces milices étaient tombées en désuétude et boudées par les paysans tout simplement parce durant tout le règne de Louis XIV et de Louis XV, la France étant le pays le plus puissant d’Europe, aucun ennemi n’avait envahi le territoire français. Paris d’ailleurs avait négligé ses remparts, englobés par les constructions, ce qui posa problème en 1814. Adolphe Thiers, ministre de Louis Philippe 1er, entreprit alors la construction des fortifications de Paris, fortifications que son armée dut enlever d’assaut en 1871 pour réduire la Commune de Paris.
            Avant la révolution, les armes de chasse à feu étaient encore assez peu utilisées, elles étaient chères, bruyantes, d’une précision très relative et longues à recharger. L’arme de chasse restait encore l’arbalète, plus précise, plus silencieuse et facile à retendre après un premier tir.. L’arbalète était utilisée pour le petit gibier. Quelques nobles utilisaient même encore l’arc (portrait d’un noble anglais du XVIII° siècle représenté par un grand maître de la peinture, partant chasser armé d’un « long bow »).

            C’est l’apparition du barillet à poudre noire (Dieu créa les hommes à son image, Samuel Colt les rendit égaux, adage américain du milieu du XIX° siècle) du canon de fusil rayé avec les balles ogivales, et enfin l’invention des cartouches solidarisant la poudre, la balle et l’amorce dans un même étui à partir des années 1880 qui rendit l’archerie obsolète.
            C’est donc au XIX° siècle que les armes à feu ont supplanté définitivement l’arbalète dans la chasse.

            Le fusil à mèche puis à silex était surtout utilisé pour la guerre.

    • Je viens d’aller pêcher des infos sur l’Australie tellement je suis étonné par vos propos. Effectivement le nombre de suicides par armes a bien fortement baissé , mais pas comme les suicides qui ont bien moins baissés de 20%. Donc efficacité nulle à ce niveau. Et il faudrait avoir plus d’inofrmations sur la gestion des suicides, pays hors norme à ce niveau.

      1996 avait été une année record : 104 homicides avec 67 l’année précédente et 79 la suivante. On pourrait s’amuser en chosissant les années dire que sur 2 ans avec cette loi le nombre a augmenté. Au total le nombre d’homicides a baissé de 19% entre 1996 et 2010 alors qu’aux USA il a aussi baissé de 17% avec un nombre d’armes qui a explosé. http://www.gunpolicy.org/fr/firearms/region/australia .

    • En australie il y a eu relativement peu de meurtres en 1996 et les records de meurtres ont été battus en 1999 et 2002. Les suicides sont stables. Au mieux, la prohibition des armes n’a eu que peu d’effet.

    •  » les suicides et homicides par armes à feu ont diminué de plus de 50 % » voilà comment les anti armes manipulent les choses. Vous parlez des suicides et de meurtres PAR ARMES A FEU mais il faut prendre les choses dans leur globalité. Si vous interdisez les armes à feu, vous auriez peut être une diminution des meurtres par armes à feu mais pas des meurtres en général (les gens se tourneront juste sur d’autres moyens pour commettre les meurtres).
      L’australie a bien vu le nombre de suicides par armes à feu diminué mais le suicide (tous moyens confondus) a augmenté.
      Il y a plusieurs études qui montré qu’il n’y avait pas de corrélation entre taux global de suicides et la disponibilité globale des armes à feu dans un pays (Mukherjee, 1997), (Carrington et Moyer (1994)). Cela influence juste le choix des méthodes utilisé mais pas le taux global de suicide.
      Je vous conseille de lire ceci: https://beingclassicallyliberal.liberty.me/no-australia-is-not-an-example-of-the-effectiveness-of-gun-control-sorry-jim-jefferies/

    • LA LÉGISLATION SUR LES ARMES À FEU NE CONTRIBUE PAS À RÉDUIRE LA CRIMINALITÉ: http://www.quebecoislibre.org/031220-5.htm

    • Effectivement, votre explication est tout au moins aussi irrationnel puisque la Suisse a le même taux d’arme et de disponibilité que les USA et pourtant pas de massacre.

      Ceci dit si on corrigeait les stats US en enlevant les crimes avec armes entre gangs, leur taux est tout proche des nôtres ….et deux canailles qui s’entretuent ne me semble pas vraiment une si mauvaise chose si il n’y avait pas les dommages collatéraux.

  • Je suis impatient de trouver des études indépendantes à grande échelle sur le sujet !
    (car je n’ai rien trouvé sur http://www.gapminder.org par ex)

    Par contre j’ai trouvé ceci qui va plutôt dans le sens de cet article :
    http://watchdog.org/81265/ted-cruz-vs-politifact-pt-5-do-gun-restrictions-increase-crime/
    http://image.noelshack.com/fichiers/2015/21/1432143811-1429728136-1406417322-1396287225089.jpg
    http://www.amazon.com/Guns-Violence-The-English-Experience/dp/0674016084

    • Comme études sur les armes, leur port et la violence, il y a pas mal de choses, John Lott étant un des auteurs de référence sur le thème…
      ce papier parlant du rapport entre études trouvant des effets positifs/neutres/negatifs., ou plus ancien, mais c’est l’article de référence qui a lancé les études sérieuses sur le sujet : cet article (version working-paper pour que tout le monde puisse y accéder)

    • Les études sur le sujet varient. certaines études disent qu’une augmentation de la disponibilité(le nombre d’armes à feu en circulation) des armes à feu entraine une baisse de la violence(Kleck et Gertz 1995; Kates et Mauser 2007). Sur le sujet, vous pouvez aussi lire « More Guns, Less Crime: Understanding Crime and Gun Control Laws » du Dr. John Lott. Une conclusion que tirent également Rossi et Wright dans « Armed and Considered Dangerous: A Survey of Felons and Their Firearms » (Aldine Transaction, 1986).
      D’autres études disent qu’il n’y a pas de corrélation entre disponibilité des armes à feu et homicides (Southwick 1997; Moody et Marvell 2005). Lisez aussi: BOSWELL (Matthew), Reassessing the Association between Gun Availability and Homicide at the Cross-National Level, American Journal of Criminal Justice, Décembre 2012, pp. 682-704.
      Si on regarde les choses de manière objective, je pense qu’il faut pencher sur le fait qu’il n’y a pas de corrélation entre disponibilité des armes à feu et homicides autrement dit qu’il n’y a ni impact positif ni impact négatif.

    • Lisez mes commentaires et vous feriez qu’il y a eu une étude des nations unies en 2005 ainsi qu’une étude du FBI assez récente, toutes les deux ont conclu sur le fait qu’il n’y a pas de corrélation entre disponibilité des armes à feu et homicides

      (C’est la même chose pour les suicides. Plusieurs études ont montré qu’il n’y avait pas de corrélation entre taux global de suicides et la disponibilité globale des armes à feu dans un pays (Mukherjee, 1997), (Carrington et Moyer (1994)). Cela influence juste le choix des méthodes utilisé mais pas le taux global de suicide.)

  • La VRAI question n’est pas de savoir si il faut interdire ou non les armes.
    Mais a QUI il faut les interdire….

    le probleme des USA est que les méfaits sont commis dans la quasi totalité par des armes illegales… pour celles qui sont achetés legalement, on se rend compte en fait qu’elles le sont pas des personnes qui en ont pourtant l’interdiction…

    le probleme n’est pas l’arme… le probleme c’est l’éducation….
    le droit de posseder une arme ne devrait pas etre un droit donné a la naissance… il devrait comme le permis de conduire… se meriter, s’acquerir et si besoin se perdre….a vie…

    etant tireur je peut vous garantir que je suis un bien meilleur citoyen depuis que j’ai des armes a la maison, je suis responsable de moi meme, de mes armes, de mon logement, de la securité de ma famille… je fait attention a n’enfreindre aucune regle car si par malheur une griffure atterit sur mon casier judiciaire… adieu les armes…. une carotte en quelque sorte….

    • Idem pour moi, surtout la détention pour les catégorie B qui n’est pas une mince affaire.

      Le port d’armes pour la défense des citoyens devrais être autorisé pour les détenteur de la cat B, ils maitrisent très bien ces armes (bien mieux que les forces de l’ordre), ils on une discipline sans failles, en limitant le calibre au 9X19 ou 22lr et avec un contrôle annuels de compétences.

  • Un article du Mises Institute qui démontre l’absence évidente de corrélation entre la possession d’armes, les « mass shootings » et la mortalité par meurtre.

    https://mises.org/blog/theres-no-correlation-between-gun-ownership-mass-shootings-and-murder-rates

    On remarquera également que bien que la quasi totalité des « mass shootings » aient été le fait d’hommes jeunes sous traitement ou venant de cesser un traitement avec des antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine ou (IRS) est très significatif, mais que cet aspect est systématiquement ignoré.
    On remarquera enfin que comme d’habitude avec tous les constructivismes, qu’ils soient économique (keynésianisme) ou sociétaux, la règle des « progressistes » et des étatiste est toujours la même: si on n’a pas les effets escomptés, c’est qu’il faut aller encore plus loin.
    D’où l’idée totalement idiote des « zones sans armes », qui concentrent depuis leur création la commission des « mass shootings ». Il faut dire qu’il est difficile de résister à un panneau annonçant que personne à l’intérieur de l’enceinte concernée ne pourra se défendre quand on a décidé d’abattre le plus grand nombre de victimes possibles. Mais là bien évidemment, plutôt que de remettre en cause cette solution contreproductive, on veut la généraliser.

  • Il est important de ne pas confondre deux choses de totalement différents: la détention d’armes à feu (le fait d’avoir des armes à feu) et le port d’armes (le fait de pouvoir avoir une arme à feu sur soi).
    Le problème en France n’est pas tant la détention mais le port d’armes (qui est interdit) ainsi que la légitime défense qui est bcp trop restrictive.
    La question du port d’armes pose plus largement la question de la légitime défense.
    Il est urgent de non seulement instaurer le port d’armes (les gens doivent passer un permis pour l’obtenir) et d’autoriser la légitime défense de moins restrictive.
    Aux USA, comme par hasard, la très grande majorité des tueries se sont produites dans des lieux où le port d’armes est interdit.

    http://lesurvivaliste.blogspot.be/2015/06/mythes-et-mensonges-le-port-darme-aux-us.html

  • L’argument des anti armes comme quoi seuls des personnes formés devrait avoir accès aux armes est absurde car les policiers n’ont pour ainisi pratiquement aucune de formation (leur formation est tellement nulle que cela ne changerait pas grand chose de ne pas leur en donner).
    « Qu’il s’agisse de la Police ou de la Gendarmerie, la formation est la honte de notre pays. On donne une arme aux gens sans les former ni les informer »
    http://www.lessor.org/les-armes-de-poing/

  • Le droit pour le simple citoyen de posséder et de porter des armes avait été reconnu autant par la Common Law britannique que par le droit révolutionnaire français. Il a toujours marqué la distinction entre l’homme libre et l’esclave[1]. Une loi de Virginie de 1779 (ch. 51), typique des lois sudistes de l’époque, l’exprime a contrario :
    « Un esclave ne peut avoir en sa possession ni transporter quelque arme que ce soit, si ce n’est avec des ordres écrits de son maître ou employeur, ou en sa compagnie[2]. »
    Que les gens acceptent — que dis-je? réclament — d’être traités ainsi par le Prince confirme ce que disait Georges Ripert: « L’homme vivant sous la servitude des lois prend sans s’en douter une âme d’esclave[3]. »
    1. Voir Pierre Lemieux, Le droit de porter des armes, Paris, Belles-Lettres, 1993.
    2. « No slaves shall keep any arms whatever, nor pass, unless with written orders from his master or employer, or in his company, with arms from one place to another. » (A Bill Concerning Slaves, reproduit dans The Essential Jefferson, sous la direction de Albert Fried, Collier Books, 1963, p. 140). [Retour au texte]
    3. Georges Ripert, Le Déclin du Droit, Paris, LGDJ, 1949
    En savoir plus sur http://www.contrepoints.org/2014/11/21/188895-le-droit-de-porter-des-armes-avance-en-israel-et-en-russie#OSOKkMcH6sAAk68Q.99

  • « Firearms and the Decline of Violence in Europe: 1200-2010 », du College of William and Mary.
    Traduction de l’abstract : « La violence a considérablement baissé en Europe entre 1200 et 2010. La sagesse conventionnelle est que le monopole de la violence de l’État est la cause de cet heureux résultat. J’ai trouvé des preuves qui n’appuient pas cette hypothèse. Je suggère une hypothèse alternative qui peut expliquer au moins une partie de cette réduction dans la violence, à savoir que l’invention et la prolifération d’armes à feu compactes, dissimulables et faciles à utiliser a poussé les agresseurs à recalculer la probabilité d’une agression réussie et à chercher des alternatives à la violence. »
    Étude complète disponible ici http://economics.wm.edu/wp/cwm_wp158.pdf

  • jetons un coup d’œil à l’Histoire du contrôle des armes à feu:
    – En 1929, l’Union Soviétique a établie un contrôle des armes à feu. De 1929 à 1953, environ 20 millions de dissidents, incapables de se défendre par eux-mêmes, ont été mis en état d’arrestation et exterminés.
    – En 1911, la Turquie met en place sa loi pour contrôler les armes à feu. De 1915 à 1917, c’est 1,5 million d’Arméniens, incapables de se défendre, qui seront interceptés et exterminés.
    – L’Allemagne imposera un contrôle des armes à feu en 1938 de 1939 à 1945, des millions, incapables de se défendre seront enlevés et exterminés.
    – La Chine en fera autant en 1935 et de 1948 à 1952, 20 millions de dissidents politiques incapables de se défendre seront arrêtés et exterminés.
    Le Guatemala a établi un contrôle des armes à feu en 1964. De 1964 à 1981, 100 000 indiens subiront le même sort.
    – En Ouganda, établira une politique identique en 1970. De 1971 à 1079, 300 000 chrétiens, incapables de se défendre, seront enlevés et exterminés.
    – Au Cambodge, un contrôle des armes à feu fut imposé dès 1956. De 1975 à 1977, un million de personnes « éduquées » incapables de se défendre, seront exterminées. Le tiers de la population cambodgienne.
    Le nombre de personnes qui furent interceptées et exterminées durant le 20e siècle à cause des lois sur le contrôle des armes à feu s’élève à environ 56 millions. http://www.chuckhawks.com/downside_gun_control.htm
    En savoir plus sur http://www.contrepoints.org/2014/11/21/188895-le-droit-de-porter-des-armes-avance-en-israel-et-en-russie#OSOKkMcH6sAAk68Q.99

  • La thèse Libertarienne pour le port d’armes validée par INTERPOL pour dissuader les terroristes: http://www.washingtonsblog.com/2015/01/head-international-police-agency-arming-citizens-may-best-way-stop-terrorists.html
    autre article allant dans ce sens: http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2015/01/en-guerre.html

    http://fare.tunes.org/liberalisme/libre_defense.html

    La ville de Nucla dans le Colorado va devenir la 2ème ville avec Kennesaw en Georgie à obliger ses habitants à posséder des armes. Que ce soit clair, je ne considère pas qu’obliger des gens à posséder quoi que ce soit est légitime. Mais ça a le mérite de montrer que non, même quand 100% des gens sont armés, ce n’est pas le chaos. Bien au contraire. http://www.denverpost.com/portal/news/ci_23320447/nucla-becomes-colorados-first-and-only-town-mandating?_loopback=1 En 1982, le conseil municipal de Kennesaw a pris à l’unanimité un arrêté imposant aux habitants de posséder au moins une arme à feu et des munitions dans le but d’« assurer la sécurité et le bien-être général de la ville ». Sont exemptés les objecteurs de conscience, les criminels, les personnes atteintes de troubles mentaux ainsi que celles qui n’ont pas les moyens de s’en acheter. Aucune peine n’est prévue contre ceux qui ne respecterait pas l’obligation. Après l’application de la loi le taux de criminalité a diminué de 89 % contre une baisse de 10 % au niveau de l’État

  • Liens intéressants sur le sujet:
    http://lemennicier.bwm-mediasoft.com/displayArticle.php?articleId=59
    http://fare.tunes.org/liberalisme/libre_defense.html
    https://www.youtube.com/watch?v=pELwCqz2JfE
    http://www.contrepoids.com/2013/01/18/comment-argumenter-contre-le-controle-des-armes-sans-passer-pour-un-fou-furieux/

    http://www.forbes.com/sites/larrybell/2013/05/14/disarming-realities-as-gun-sales-soar-gun-crimes-plummet/
    http://www.mondialisation.ca/les-armes-feu/16215?print=1

    cela illustre bien la manipulation des médias anti armes: http://watchdog.org/81265/ted-cruz-vs-politifact-pt-5-do-gun-restrictions-increase-crime/

    d’ailleurs, on apprend qu’aux USA, le FBI, a probablement à la demande du gouvernement démocrate, truqué les chiffres des « mass-shootings » pour gagner l’opinion publique au controle des armes à feu: http://www.foxnews.com/us/2015/03/25/shoddy-stats-fbi-figures-tweaked-to-show-phony-increase-in-mass-shootings-says/

    L’argument du lobby des armes est parfaitement à côté de la plaque, par ailleurs, car l’industrie est trè atomistique. Pratiquement 100% de l’argent dépensé à promouvoir le droit de porter des armes est donné par des individus. Au contraire, pratiquement 100% de l’argent donné pour le contrôle des armes est fourni par des bobos élitistes milliardaires. Et les sommes dépensées à la promotion du second amendement sont minuscules par rapport à celles dépensées pour le « gun control ».

  • Les anti armes manipulent la définition de massacres. Après, la tuerie en Oregon, ils ont dit qu’il y avaient
    eu 290 « mass shooting » en 2015. Il faut faire attention à la définition qu’ils donnent au terme « mass shooting ». Le FBI, par exemple, a une définition fédérale de « mass shooting  » qui est défini comme  » trois tués ou plus . »
    Mais la base de données qui montre plus de 290 incidents dénombre les blessés et les morts, elle compte même les incidents où aucun décès n’est survenu.
    Les résultats (pour le 10/10/15):
    0 personnes sont mortes = 123 incidents
    1 personne = 89 incidents est mort
    2 personnes sont mortes = 30 incidents
    3 personnes sont mortes = 22 incidents
    4 personnes sont mortes = 19 incidents
    5 ou plus est mort = 13 incidents
    296 incidents au total
    Conclusion:
    123 incidents ont effectivement zéro décès, ce qui n’est pas considéré par la plupart des gens comme u « mass shooting ».
    Une étude du FBI sur les fusillades de 2000-2013, montre que 40 % des tueurs se suicident. (donc, vous voudrez peut-être soustraire leurs morts au total )
    • Enfin, seulement environ 18 % de ces incidents seraient considérés comme massacres par le FBI.
    Sources: http://shootingtracker.com/wiki/Main_Page

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après avoir précédemment abordé la place de la prostitution dans l’Histoire, sa sociologie et son environnement législatif, il convient dans cet article de repenser la réflexion autour du fait prostitutionnel.

Disposer de son corps, un droit encore à conquérir

Le fait de disposer de son corps signifie en être le propriétaire, pouvoir en faire ce que l’on souhaite dans les limites de la propriété du corps d'autrui. Ce droit à la libre disposition de son corps a été le combat mené par le féminisme ayant conduit à la loi de 1975 sur l’IV... Poursuivre la lecture

Bien que l’on puisse observer ici et là des candidats parlant de la prostitution, dans un contexte marqué par des pensées radicales dont le néoféminisme, l’absence de débat et de discussion autour de la prostitution paraît surprenant. Pourtant, la prostitution et la dignité des personnes prostituées et des travailleurs du sexe ne doit pas être un non-sujet.

Brève histoire de la prostitution

L’Histoire nous enseigne que la prostitution est aussi vielle que l’humain. En effet, 3000 avant Jésus-Christ en Mésopotamie, on trouve déjà des ta... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Loin d’être une époque et un lieu où régnait la loi de la jungle, le Far West américain illustre comment les individus peuvent parfaitement s’organiser pour développer et faire appliquer un système de lois privées.

Tous, nous avons vu des westerns. Et l’image qu’ils nous ont laissée de ce qu’était la vie sur la frontière des États-Unis vers l’Ouest est remplie de poussière, de whisky, de chevaux et de violence. Surtout de violence. Plus d’une fois nous avons vu sur le grand ou le petit écran comment un groupe de citoyens furieux prenai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles