Superprofits dans un crypto-marché

Sur un marché concurrentiel la notion même de « superprofit » n’existe pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
profit By: Mike Cohen - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Superprofits dans un crypto-marché

Publié le 14 octobre 2022
- A +

Le gouvernement, la NUPES et le RN s’accordent pour dénoncer les superprofits réalisés par les entreprises géantes du secteur de l’énergie. Ils s’accordent aussi pour défendre le pouvoir d’achat des salariés et demandent (certains exigent) une hausse des salaires. Voilà donc une grève dans le droit fil de la justice sociale : permettre aux salariés d’exercer leur droit à de meilleurs salaires.

Je soutiens par contraste que cette grève n’a pour origine que la politique et l’idéologie qui dominent la pensée unique française. Dans une économie de marché concurrentiel, l’expression « superprofit » n’a aucun sens : le niveau de profit dépend de l’offre et de la demande. Mais le secteur de l’énergie est régi par un crypto-marché qui est à la liberté et à la propriété ce que le Canada dry est à l’alcool.

 

Le pouvoir d’achat : voir du côté des banques centrales et de la dette publique

Pour expliquer mon analyse, j’en termine tout de suite avec l’inflation, source incontestable de baisse de pouvoir d’achat. Cette inflation n’est pas « par les coûts » : ce ne sont ni les pénuries ni les retards dans la production qui l’expliquent, mais simplement l’inondation monétaire organisée par les banques centrales non pas pour atténuer les effets du covid ou de la guerre en Ukraine, mais pour encourager en l’allégeant les dettes publiques inouïes des États peu frugaux, comme France, Italie, Grèce, Angleterre, etc.

Paradoxalement c’est Ben Bernanke, l’inventeur du quantitative easing (accommodement sur la quantité de monnaie créée par les banques) qui a été couronné début de la semaine par le prix Nobel d’économie. Nous sommes exactement dans la même conjoncture qu’au moment de la crise de 1929 et de 2008 : après des années d’aveuglement financier qui avaient conduit à accorder des crédits injustifiés (sinon pour attirer des spéculateurs et/ou des électeurs), l’État intervient pour émettre une masse monétaire sans aucune contrepartie réelle.

 

Les prix européens de l’électricité

L’inflation est donc déjà le signe que les gouvernements ont faussé le jeu du marché.

Mais il se trouve qu’ils sont allés plus loin en intervenant plus directement, notamment sur le marché de l’énergie. Certes les « prix européens » ont une longue histoire et expliquent l’échec de la politique agricole commune. Mais les excédents ou pénuries agricoles, les revenus des paysans, sont peu de chose par rapport aux excédents ou pénuries d’énergie et au pouvoir d’achat de tout le monde.

Pourtant, l’Union européenne, qui n’a cessé de centraliser et renforcer son pouvoir, a cru bon de fixer un prix européen de l’électricité. Elle a prétendu stabiliser le marché en fixant un niveau de prix de l’électricité (règlement 2015/2222 de la Commission)1. Ce faisant elle a créé toutes les conditions de la crise de l’énergie actuelle.

La raison est évidente : dans le secteur de l’énergie, toutes les formes d’énergie (pétrole, électricité, charbon, nucléaire, renouvelable) sont liées entre elles ; par exemple, la baisse de l’approvisionnement en gaz entraîne une demande supérieure pour l’électricité ou le pétrole, dont les prix devraient monter. Avec des prix bloqués, il n’y a aucune chance que l’adaptation de l’offre à la demande puisse se faire. C’en est au point que l’on discute aujourd’hui sur un assouplissement de cette innovation européenne.

Mais, comme c’est normal, la Loi de Finance 2023 transcrit en France la réglementation européenne, mais le gouvernement français a fait depuis plusieurs années du zèle pour ajouter encore à la rigidité des prix, en multipliant règlements et interventions. Les erreurs commises dans la gestion du nucléaire, les illusions entretenues sur le renouvelable, le contrôle sur EDF ont fortement aidé à la hausse des prix de toutes les énergies.

 

Superprofits : inexistants sur un marché libre

J’insiste sur le fait que sur un marché concurrentiel la notion même de superprofit n’existe pas.

Si une entreprise réalise des profits d’un montant très supérieur à celui que l’on pourrait espérer, c’est qu’elle a mieux compris les signaux du marché ou qu’elle a bénéficié d’un privilège : loi de la concurrence ou loi de l’État ? La loi de la concurrence donne en effet un avantage, et un avantage justifié à l’entreprise qui a compris avant les autres qu’il y avait un déséquilibre sur le marché : des prix trop élevés, des qualités moindres. Enfin de compte c’est le consommateur qui est mieux servi et accepte de payer plus cher.

Le profit réalisé par l’innovateur (celui qui a compris avant les autres ce qu’il fallait faire, celui qui était « en avance d’une idée ») est d’ailleurs d’une longévité variable (très courte pour les produits coups de foudre, très longue pour les vaches à lait). Évidemment, l’entreprise peut conserver le monopole sur le marché si personne ne peut y entrer parce que nul ne peut mieux faire (même pas des imitateurs de l’innovation) ou parce que nul n’est autorisé par l’État.

Nous voilà bien encore dans un crypto-marché, celui où interviennent des entreprises dont la position de monopole ou de domination est protégée. Ce privilège est fréquent (voire « naturel ») pour les entreprises publiques, mais il peut aussi résulter d’une connivence entre les entreprises et les pouvoirs publics.

 

La mondialisation des échanges énergétiques : marché ou politique ?

La question qui se pose aujourd’hui est bien simple : y a-t-il connivence ? Elle se pose pour les géants de l’énergie, comme les géants de la communication (les fameux GAFAM). Si Total ou Exxon ont une position dominante et bénéficient de privilèges, subventions ou protections, la morale marchande voudrait que ces entreprises soient pénalisées par les pouvoirs publics, c’est-à-dire curieusement par ceux-là mêmes qui les soutenaient.

Mais il ne faut pas être naïfs : à la conférence de Vienne vendredi dernier l’OPEP, Arabie Saoudite en tête, ont décidé une hausse du prix du pétrole en refusant de produire davantage. Le comportement de l’OPEP a toujours été dans le passé dicté par des considérations politiques : contre Israel, contre les États-Unis, et aujourd’hui contre l’Occident (et pour Poutine). Néanmoins, comme c’est toujours le cas dans le capitalisme de connivence les producteurs du Moyen Orient veulent aussi neutraliser les exportations américaines de gaz de schiste liquide qui risquent de leur faire perdre beaucoup d’argent. Évidemment, de telles pratiques expliquent les réactions populistes contre la mondialisation et l’économie de marché – alors que nous sommes en pure logique politique, au détriment de la logique marchande.

Mais si le marché est concurrentiel, l’État ne saurait spolier les actionnaires des compagnies, grandes ou petites, parce que le droit de propriété s’applique aux actifs financiers aussi bien qu’aux actifs physiques. Il n’y a aucune raison de pénaliser ceux qui investissent dans des entreprises qui servent mieux la communauté mondiale. D’ailleurs, avec quelle hypocrisie grotesque le projet de loi du gouvernement français ne prévoit-il pas de taxer les entreprises du secteur de l’énergie, mais de leur demander une « contribution exceptionnelle » de 33 % de leurs superprofits.

 

Crypto-marché du travail en France

Il est évident que les finances publiques ne sont pas concernées par la concurrence et n’ont aucun lien avec la loi de l’offre et de la demande (si ce n’est la loi électorale). Mais en France, nous en sommes à considérer que l’État doit fixer non seulement les prix, mais aussi les salaires, et évidemment les profits.

Voilà évidemment des lustres que le marché du travail est un crypto-marché, dominé par des syndicats unanimement respectés puisqu’ils sont les artisans de la justice sociale, de l’harmonie sociale, de la pénurie sociale. Mais le système social français confie à l’État et aux partenaires sociaux (« ensemble » bien sûr) le soin d’offrir la paix sociale grâce à un droit du travail qui fleure bon la lutte des classes.

En conclusion, je me permets de rappeler ce que serait la solution libérale à la « crise de l’énergie » aggravée par la gréviculture.

 

Pour en finir avec la crise : les principes libéraux

Supprimer le droit du travail et en venir au droit commun contractuel.

Réformer le droit de grève pour mettre en œuvre la responsabilité des syndicats (au passage revoir de plus près les modes de financement des syndicats).

Obtenir de l’État qu’il fasse respecter la liberté et la propriété, et qu’il s’abstienne de fixer salaires et profits.

Supprimer la tarification européenne de l’énergie.

Supprimer la politique énergétique et les réglementations qu’elle a générées.

Supprimer les nouvelles interventions de la Banque Centrale Européenne qui peuvent en quelques semaines déclencher les anticipations inflationnistes.

  1. Voir l’article de Pierre Garello sur le site nouvelle-lettre.com « Flambée du gaz et de l’énergie : la faute à qui ». Cet article a été publié pour la première fois dans la newsletter de l’IREF 19 septembre 2022
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je sais bien, comme disait Montaigne, qu’une forte imagination peut produire l’événement, mais, dans un avenir proche, et dieu sait qu’il est pourtant improbable, le délit de partage des tâches ménagères, cher à SR, a plus de chances de survenir que n’importe laquelle des propositions listées en fin d’article.

  • Tous les problèmes viennent des faux prix.
    Même le Nobel est un faux prix

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Drapeau marocain du Maroc
0
Sauvegarder cet article

Avant de parler de l’éducation en tant que secteur public ou domaine relevant des responsabilités de l’État, il est incontournable d’évoquer sa dimension spirituelle. Elle est la voie de la vertu, le pouvoir de l’être humain d'agir sur sa vie et décider librement ce qu'il envisage pour son avenir. La gestion du secteur est attribuée exclusivement à l’État tandis que la responsabilité à assumer est partagée entre celui-ci, les parents, les élèves et les enseignants.

L’État est appelé à assurer une offre inclusive en qualité et en quanti... Poursuivre la lecture

Main tenant une bougie éteinte.
9
Sauvegarder cet article

Les politiciens sont rarement les crayons les plus affûtés de la trousse mais tous comprennent toujours très vite qu’il ne faut jamais gâcher une bonne crise : si celle-ci permet d’accroître son pouvoir, tout sera donc fait pour ! Il en va dès lors de la faillite de FTX comme du reste et déjà les opportunistes se bousculent pour proposer de nouvelles bordées de régulations à la suite de cette débâcle.

Difficile de ne pas noter non plus l’engouement subitement renouvelé de certains États pour les cryptomonnaies de banques centrales : la... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

Frankenstein est l'une de ces histoires dont on entend parler durant l'enfance sans pouvoir se rappeler dans quelles circonstances. Quoi qu'il en soit, c'est mon cas.

Nous savons que le monstre est grand et vert, qu'il a une tête carrée et des cicatrices. Nous savons qu'il était mort et a été ramené à la vie par un médecin fou. Nous pressentons qu'il n'est pas exactement mauvais mais incompris. Du moins, c'est ce dont je me souviens.

Voyez-vous, je n'ai lu pour la première fois le roman ef... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles