Il n’est pas de liberté sans propriété

Entre la fiscalité et la justice clémente avec les voleurs, l’État français ne défend pas la propriété.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Propriété privée sign by Cory Doctorow(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il n’est pas de liberté sans propriété

Publié le 30 octobre 2020
- A +

Par Francis Richard.

Il n’est pas de liberté sans propriété. Les deux sont indissociables. Si l’on admet que l’Homme est propriétaire de soi, alors il l’est de tout ce qu’il crée, de tout ce qu’il échange avec les autres et de tous les dons qu’il reçoit.

Comme disent les juristes, l’Homme est libre d’user, de jouir et de disposer de sa propriété. Comme toute propriété est fondée sur un acte de création initial, cette liberté est inhérente à sa nature : une société libre doit la respecter.

Cette appropriation par la création, l’échange ou le don, est pacifique et légitime – elle suppose d’ailleurs le droit d’exclure -, tandis que l’appropriation par la contrainte est illégitime, qu’elle soit effectuée pour soi ou pour autrui.

Aussi n’est-il pas fortuit que les initiateurs de l’esclavage moderne et de la contrainte collective, à savoir Karl Marx et Friedrich Engels, aient placé l’expropriation en tête des dits points de leur Manifeste communiste.

Certes l’État français d’aujourd’hui ne se dit pas ouvertement collectiviste, mais il l’est dans les faits puisque lui-même viole impunément les droits de propriété des Hommes avec toute sa batterie de taxes et de réglementations.

Ainsi l’État français s’en prend-il sans vergogne aux droits de propriété par l’impôt sur les successions, par l’impôt sur la fortune immobilière ou par les réglementations favorisant les locataires au détriment des propriétaires.

L’État français ne défend pas la propriété. La justice, qui dépend de lui et en laquelle il est donc difficile d’avoir confiance, est en effet clémente avec les voleurs et les intrus, comme des jugements rendus récemment l’attestent.

Durant l’été 2019 des délinquants du climat volent dans des mairies des portraits d’Emmanuel Macron (un vol est un vol). Ils sont relaxés (voir 20 minutes du 27 octobre 2020), parce que, selon leur avocat, Me Roujou de Boubée,

Leur action de protestation politique [s’inscrivait] dans un débat d’intérêt général, nécessitant donc une protection renforcée de la liberté d’expression.

À Théoule-sur-Mer, un couple et ses deux enfants s’installent dans la résidence secondaire d’un couple de retraités lyonnais. Il change les serrures. Il connait ses droits au logement et ne se croit pas expulsable.

Si les retraités ne s’étaient pas défendus et que l’affaire n’avait pas été médiatisée, ces intrus seraient toujours dans la place pour une durée d’un an ou deux, pendant lesquels ils auraient commis encore plus de déprédations :

Des meubles étaient abîmés, des poubelles entassées et la cuisine avait notamment subi des dommages. (voir LCI du 28 octobre 2020)

Le 27 octobre 2020, le couple coupable de violation de domicile a été condamné à huit mois de prison avec sursis alors qu’il encourait une peine de un an de prison et 15 000 euros d’amende. Leur avocat a évoqué sa détresse…

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • On ne fait pas suffisamment de publicité aux décisions de justice scandaleuses et indignes qui sortent pourtant en rafale, contribuant à l’effondrement du pays. On ne sortira pas de la gangue socialoïde sans la volonté de sanctionner de manière ferme et exemplaire la coterie des juges idéologisés.

    La plupart des terroristes étaient des multirécidivistes, défavorablement connus des services de police. Ils n’auraient pas pu commettre leurs actes s’ils avaient été maintenus enfermés. C’est aussi simple que cela. Il ne manque plus que la volonté politique.

    Il convient de mettre un terme à ce qui n’est rien d’autre qu’un sabotage judiciaire de la France.

  • Une démocratie repose sur un état de droit fondé sur le législatif, le judiciaire et l’exécutif.
    Quand l’exécutif n’applique pas rapidement les décisions de justice comme on le voit souvent dans les affaires d’expulsion, il n’y a tout simplement plus d’état de droit.
    C’est ce que l’on observe depuis de nombreuses années.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe.

 

Une séparation des pouvoirs limitée, entachée, voire bannie. La réforme de départementalisation de la police suscite de grandes inquiétudes, si ce n’est une opposition quasi unanime des principaux acteurs du monde judiciaire – magistrats, policiers et avocats. Un fait rare dans cette institution.

Prévue en 2023, la réforme vise à créer des directions départementales regroupant les quatre grands métiers de la police : sécurité publique, police judiciaire, renseignement territorial et pol... Poursuivre la lecture

Avancées ou reculs, les mesures pour lutter contre les violences conjugales ne manquent pas.

Le vote unanime par le Sénat d’une aide financière d'urgence aux victimes pour quitter le domicile conjugal est une excellente nouvelle… mais ne doit pas empêcher de répondre à un enjeu majeur : augmenter le budget justice pour accélérer les délais d’audiencement.

Votée à l'unanimité, en première lecture au Sénat, une aide financière « universelle d'urgence » pour les victimes de violences conjugales est censée encourager la séparation d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles