La fin du « greenwashing » des électrons nucléaires ?

Mais que fait la police (et EDF ?…) pour mettre fin à ce « greenwashing » des électrons nucléaires ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
nuclear source https://unsplash.com/photos/Lgd7HXMH-B8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fin du « greenwashing » des électrons nucléaires ?

Publié le 2 septembre 2021
- A +

Par Jean-Luc Salanave et Michel Gay.

Une information peu connue qui mérite attention : depuis juin 2021, une jeune entreprise, Isotope Energy, propose enfin clairement et ouvertement aux consommateurs une électricité garantie d’origine nucléaire.

Une électricité honteuse ?

Une pétition regroupant un collectif de plus de 3000 signataires demande la commercialisation d’une offre garantie 100 % nucléaire.

EDF, qui détient pourtant le monopole de la production des « électrons nucléaires », a refusé de commercialiser cette offre, probablement sous les injonctions de son ministère de tutelle. Faire profil bas et avoir le nucléaire honteux semble être le mot d’ordre gouvernemental pour rester politiquement correct.

Tous les fournisseurs alternatifs contactés, proposant hypocritement une électricité prétendument verte avec une « origine garantie renouvelable », ont eux aussi décliné l’offre !

Origine nucléaire ou renouvelable, qui est dupe ?

Aucun des électrons du réseau d’électricité ne vibre spécifiquement grâce au solaire ou aux éoliennes. En revanche, statistiquement, plus de 70 % des électrons vibrent grâce à l’énergie nucléaire mais, ils ne sont pas « libres » de révéler fièrement leur origine à cause de l’hypocrisie verte.

Les fournisseurs alternatifs peuvent légalement acheter à EDF 100 térawattheures (100 milliards de kWh) par an « d’électricité nucléaire » grâce à l’Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique (ARENH), soit tout de même le quart de la production nucléaire nationale, à un prix d’ami (4,2 cent/kWh).

Ensuite, cette électricité est « repeinte en vert » grâce à un certificat vert acheté la même année sur un juteux marché, puis revendue comme « électricité d’origine garantie renouvelable » transmise par les vaillants électrons nucléaires, que le vent soit absent ou le soleil couché.

Ce tour de passe-passe digne des plus grands magiciens, cette triche organisée comme un jeu de bonneteau avec la couleur des électrons, se déroule avec la bénédiction des institutions européennes qui cajolent ainsi leur membre influent, l’Allemagne, dans son entreprise d’affaiblissement de sa voisine décarbonée, la France.

Aux armes, consommateurs !

Isotope Energy a besoin du soutien des consommateurs défenseurs de l’électricité nucléaire pariant sur son avenir. Des pré-inscriptions sont disponibles pour deux offres bas-carbone, de sources non intermittentes : l’une « 100 % nucléaire », l’autre « 100 % nucléaire et hydraulique » donc 100 % décarbonées et durables

Les perspectives de développement de cette entreprise sont à la hauteur des nouveaux usages électriques (transports, chauffage…).

Ce marché (aujourd’hui inexistant) pour les électrons nucléaires est le véritable fonds de commerce d’EDF qui sera gagnant dans son domaine d’excellence. L’électricité nucléaire est actuellement détournée en « électricité verte » largement subventionnée par les contribuables pour tirer des profits indus (y compris par EDF Renouvelables).

Les citoyens enrichissent souvent involontairement les concurrents alternatifs d’EDF qui sont pour la plupart de purs traders (commerciaux), sans valeur ajoutée industrielle, parfois étrangers, et sans effet sur le climat. Ils se vantent cependant de décarboner notre électricité (qui l’est déjà à plus de 95 % !) en puisant dans les poches des Français des taxes « renouvelables » afin d’alimenter les dizaines de milliards d’euros de subventions diverses pour « soutenir » ces énergies dites nouvelles.

Mais que fait la police (et EDF ?…) pour mettre fin à ce greenwashing des électrons nucléaires ? Ces derniers méritent que leurs qualités soient révélées (pilotables, bon marché, abondants, durables, sans émissions de CO2…) et ils ont droit à la reconnaissance de la nation !

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • les pubs pour ces contrats ont évolué au départ elles étaient mensongères , désormais elles sont plus floues..

    • toute l’ambiguité repose désormais sur la définition de vert ou propre qui ,n’etant pas évidente , est laissée au vendeur. et écrit en petits caractères…
      électricité 100% verte…

  • Que fait la police?
    Elle est aux ordres des individus au pouvoir. Elle ne peut qu’encourager ce vol légalisé.
    Rendez-nous notre liberté.

  • De toute façon, cette offre comme les autres c’est du pipeau, trafic et magouille.

    C’est comme la Belgique qui va « compenser » les émissions de ses futures centrales au gaz par l’achat de « bons à polluer ».
    Factuellement leurs émissions vont augmenter…

    Du grand n’importe quoi…

  • Question, y a t il encore de la place pour un petit nouveau alors que les autres ont déjà demandé un peu plus de nucléaire ?

  • Je ne partage pas l’opinion de cet article : Le reverdissement par l’achat de bon permet d’alimenter la montée en puissance des énergies renouvelables à défaut de fournir immédiatement l’offre énergétique. Ce n’est pas si mal.
    Par ailleurs, je me lasse à lire les exagérations des pronucléaires : « Pilotable, bon marche, abondant, durable, sans C02 ». pilotable : oui, bon marché : non si on compte le démantèlement, abondant et durable : non certainement pas, sans CO2 : oui en partie.
    On doit voir le nucléaire comme indispensable à la transition énergétique mais il ne faut pas fermer le yeux sur sa nature et son coût à long terme. Je pense que l’arrivée prochaine sur la facture des français du coût du démantèlement va être un incroyable choc. Pour autant, on va avoir besoin de quelques réacteurs en même temps que l’on doit travailler aux économies et aux alternatives.
    Une transition, c’est une transition ! Pas le reverdissement du nucléaire non plus. Mais sur ce point je sais que l’auteur de cette article ne partage pas cette vision.

    -1
    • Pilotable, bon marche, abondant, durable, sans C02 »

      pas comme ça que ça marche…

      parce que pourquoi diable avoir une transition si c’est MOINS Pilotable que le rapport CO2/KWh est similaire tout compris.. et que ça coute des plombes..

    • Si vous cherchez un peu sur Contrepoints, il y avait un article qui comparaît à iso-puissance une centrale nucléaire et un parc d’éoliennes, depuis la fabrication, en passant par l’exploitation et le démantèlement final.
      Et bien les éoliennes perdent largement, car il faut les changer tous les 20 ans, ça coûte une blinde pour arriver à la puissance d’une centrale nucléaire, et comble du comble, ce n’est même pas recyclable, sans compter la destruction du paysage, de la faune, de la flore, et la taille du parc éolien comparé à l’empreinte au sol d’une centrale…
      Heureusement de plus en plus de gens réalisent que les éoliennes sont une escroquerie et un aspirateur à subventions !

    • Un bon moyen de diminuer le coût du démantèlement est de ne pas démanteler les centrales qui sont en parfait état, comme Fessenheim qu’on peut encore remettre en service si on a un peu de bon sens.

    • Le nucléaire n’est pas parfait, certes, mais il est certainement plus intéressant que l’éolien ou le solaire. Par ailleurs, la présence sur le réseau électrique d’énergies intermittentes nuit au nucléaire, les variations de productions qui forcent nos centrales à faire le yo-yo pour compenser les caprices de la météo, ne font que nuire à la sûreté et accélèrent le vieillissement des installations qui sont conçues pour fonctionner de manière optimale à régime stable. Il est très probable que les couts de maintenance du nucléaire seraient inférieurs sans ces énergies intermittentes.

  • J’hésites à le monter une assurance vie basée sur l’écologie, tellement le rendement de certaines est clairement intéressant financièrement… Mais jusqu’à quand ?

  • Je me suis toujours demandé comment une abonné électricité « verte » pouvait être sur que ça venait du solaire ou de l’éolien parce son énergie arrive par les mêmes fils que son voisin abonné à EDF .
    A moins d’avoir une ligne dédiée qui vient directement du grand ventilateur local, comment faire la différence entre ses électrons propres et les sales ?

    • Simple, il n’a le jus que si il y a du vent ou il y a du soleil.. Il se couche comme les poules. Ce que devrait faire tout ecolo pour économiser l’énergie !

    • ça ne l’est pas. Tels que sont ces contrats c’est de la fumisterie.
      – Avant vous achetiez du jus provenant 70% nuke, 20% ENR 10% fossiles
      – Avec ces contrats, votre jus proviens à 70% du nuke, 20% ENR et 10% fossiles.

      Qu’est ce qui change:
      – Physiquement rien.
      – Comptablement les titulaire de ces contrats payent les 20% ENR (hydrau pour l’essentiel) pendant que les autres contrats payent le reste.
      On pourrait penser que ça pourrait inciter les compagnies électriques a augmenter la part ENR lorsque ces contrats extraderaient leur production ENR mais ça ne sera probablement pas le cas car dés que la totalité de l’hydrau sera vendue sous cette forme, la hausse des prix engendrée conduira rapidement à une forte hausse des tarifs et annulera l’attractivité de ces contrats.

      • en effet lisez les petites lignes..dans le meilleurs des cas ils vous promettent d’injecter sur le réseau l’équivalent de votre consommation..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nucléaire
6
Sauvegarder cet article

Il était une fois l’épopée industrielle connue sous le nom de Programme Messmer.

En ce temps là, un conflit israélo arabe menaçait l’approvisionnement pétrolier du monde, conduisant nombre de pays à recourir dans la précipitation à un nucléaire dont le coût s’envolait aux États-Unis. Tout juste sorti de ses ruines de guerre, l’un d’eux proclama qu’il ferait mieux qu’à Fessenheim et à Bugey ce que personne n’avait fait avant lui : construire 54 réacteurs en série. La suite montra sans équivoque que l’organisation industrielle inédite q... Poursuivre la lecture

Il y a juste quelques mois, les renouvelables se targuaient de faire descendre le prix de l’électricité dans le négatif (c’est-à-dire que le producteur doit payer pour la vendre), assimilant cette situation à un futur eldorado des énergies intermittentes éoliennes et solaires.

 

On n'entend plus parler des renouvelables

Curieusement, on n’entend plus personne en parler !

Non seulement les dirigeants sont terrorisés d’avoir abandonné l’électricité fiable et pilotable au profit de l’aléatoire coûteux, mais qui plus est... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Bernard Durand.

 

Le vent est plus régulier en mer qu’à terre 

C’est faux !

La figure parlante ci-dessous compare les variations de la puissance électrique fournie en une année (en pourcentage de la puissance nominale totale avec un pas de temps de 30 minutes) par l’ensemble des parcs éoliens en mer du Nord et à l’ouest de la mer Baltique (zone DK1) du Danemark, en haut, avec celles, en bas, de l’ensemble des éoliennes terrestres françaises.

Les lignes rouges représentent la puissance effecti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles