Le Parti démocrate, parti des riches et le Parti républicain, parti des classes populaires ?

La recomposition politique de l’électorat américain est défavorable au libéralisme et au marché libre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Democratic donkey and republican elephant BY DonkeyHotey (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Parti démocrate, parti des riches et le Parti républicain, parti des classes populaires ?

Publié le 16 mai 2021
- A +

Par Alexandre Massaux.
Un article de l’Iref-Europe

Plus des deux tiers de la population aisée américaine votent pour le Parti démocrate. Un changement d’électorat qui pousse ce dernier vers des réformes de moins en moins favorables aux classes populaires. Une situation désavantageuse pour les valeurs libérales critiquées par les deux camps.

Pour l’opinion publique véhiculée par les médias, le Parti républicain est celui des classes aisées et des grandes fortunes, et le Parti démocrate, celui des populations défavorisées.

Pourtant, un grand nombre de données montrent que ce n’est plus le cas et que la tendance s’est totalement inversée. À l’heure où l’administration Biden souhaite mener la politique la plus interventionniste depuis Franklin Roosevelt, cette nouvelle répartition des forces électorales a son importance. D’autant plus qu’elle affecte aussi bien les démocrates que les républicains. Force est de constater qu’elle est défavorable au libéralisme et au marché libre.

Un inversement électoral entre les riches et les pauvres, qui influence l’économie

Selon les statistiques pré-pandémie de l’Internal Revenue Service, 65 % des contribuables jouissant d’un revenu familial de 500 000 dollars ou plus votent désormais démocrate. En se référant aux données sur le revenu des ménages du Bureau du recensement, le media Bloomberg a fait remarquer qu’en 1993, la dernière fois qu’un Président a demandé au Congrès de voter pour une hausse importante des impôts, le district parlementaire typique représenté par un républicain était 14 % plus riche que son équivalent démocrate. Et en 2020, les districts du GOP étaient désormais 13 % plus pauvres. Une véritable inversion électorale s’est accélérée ces 15 dernières années.

En 2008, le PIB par district électoral démocrate était de 35,7 milliards de dollars contre 33,3 milliards dans les districts républicains. En 2018, ces montants étaient de 49 milliards pour les démocrates et 32,6 milliards pour les républicains.

L’écart s’est largement creusé en faveur des démocrates. Là où en 2008, le revenu médian des ménages était identique (53 000 dollars) dans les circonscriptions des deux camps, il a augmenté de près de 17 % dans les districts démocrates (63000 dollars) et a baissé de 3 % chez les républicains (50000 dollars) en 10 ans.

En 2008, dans les districts républicains comme dans les districts démocrates, les professions étaient représentées dans les mêmes proportions. C’est de moins en moins le cas. Désormais, le Parti démocrate dirige les districts comprenant les plus grands groupes d’emplois qualifiés comme la finance ou la haute technologie.

Cela inclut les pôles technologiques autour de la Silicon Valley et de Boston. Près des trois quarts des emplois des industries numériques (71,1 % en 2018 contre 63 % en 2008) s’y trouvent. En revanche, les districts républicains détiennent une part croissante des emplois nationaux dans l’agriculture, les mines (60 % en 23018 contre 53,9 % en 2008) et le secteur manufacturier.

Parti démocrate, parti républicain : des programmes politiques impactés

Cette situation a des impacts sur les programmes politiques des deux partis. Selon le Manhattan Institute, l’agenda politique actuel du Parti démocrate vise à redistribuer les revenus des Américains les plus riches vers les populations aisées. L’assurance maladie pour tous (Mediacare for all), l’annulation de la dette des étudiants et l’université gratuite avantageraient principalement les ménages de la classe moyenne supérieure et très instruite.

Dans le cas d’un programme d’université gratuite tel que le conçoit actuellement le Parti démocrate, l’Institut estime que seulement 8 % des avantages profiteraient aux étudiants issus de familles gagnant moins de 35 000 dollars. Les familles gagnant plus de 120 000 dollars bénéficieraient par contre de 38 % des prestations.

De la même manière, dans le cas de la mise en place de taxes carbone, les ménages verraient leurs factures d’électricité grimper de 14 % et celles de gaz naturel de 32 %. Une hausse que les familles à faible revenu peuvent difficilement supporter.

Néanmoins, du côté de l’électorat républicain, la situation n’est pas non plus libérale. L’opinion publique américaine est de plus en plus favorable à la taxation des millionnaires : si 80 % des démocrates y sont favorables, 50 % des républicains le sont aussi (contre 25 % contre).

Les données du Pew Research Center montrent que la droite, traditionnellement plus favorable au libre-échange que la gauche, est devenue beaucoup plus critique (57 % des républicains pour en 2008, mais 43 % en 2018). Cette perte de valeurs libérales est liée à un électorat ne se retrouvant pas dans le système actuel, accusé de favoriser des personnes aisées désormais proches de la gauche.

Une situation similaire en France ?

Ce phénomène de classe aisée votant à gauche et de classe populaire votant à droite n’est pas sans rappeler le paysage politique français avec le duopole LREM et RN.

Certes, Emmanuel Macron est différent des dirigeants démocrates et Marine Le Pen tient des positions opposées à celles de Trump dans un certain nombre de domaines. Mais les tendances au niveau de la population présentent des similitudes.

Sur le web

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • de toutes façons, la véritable fracture qui importe est celle du niveau d’intervention de l’état… elle est quasi orthogonale avec la limite droite gauche ou démocrate républicain..

    si je me retrouvais dans la droite ou la gauche je me sentirais un peu plus concerné..

    une remarque normalement en démocratie, « les petites gens » devraient pouvoir gagner..
    cela a toujours posé un problème à ceux qui veulent plus d’étatisme.. , un des phénomènes qui me semble les plus inquiétant est la volonté de délégitimer le vote « populaire » et de le contourner.

    « trump is not my president »…

    • And Biden is not mine!

    • peut être que les gens veulent plus d’étatisme car ils se rendent compte que le marché ne corrigent pas les dérives du capitalisme et que la richesse se concentre de plus en plus sur une minorité. Certains voudraient leur faire croire que s’il y avait moins d’état, ils seraient plus riches, ce qui est une gabegie complète aux US. LE capitalisme est en train de s’autodétruire à cause de la gloutonnerie de certains qui ne veulent pas mieux partager la richesse avec ceux qui la créent, les travailleurs.

      • la richesse se concentre sur la minorité oligarchique copine du pouvoir : rien à voir avec les marchés et le capitalisme.

        • tout à fait, celle qui pousse à avoir des coupes d’impôts, moins de régulations…et ça marche pour eux. Le trickle down economic, par contre est un échec

    • le meilleur exemple de la délégitimisation du vote est ceux qui pensent encore que les élections étaient truquées. Certains sur ce forum continuent de le croire.

      • C’ était déjà le cas pour l’ élection de JFK. Et puis plus besoin de bourrer les urnes, il suffit d’ une petite enquête en pleine campagne électorale, ou une petite accusation de harcèlement sexuel de l’ air de rien pour briser une dynamique électorale. Normalement, Fillon devrait être président, sans doute pas pour le meilleur d’ ailleurs!

      • mais que dire de celle de trump? que dire du role supposé des russes?
        que dire du concept d’influencer une élection…

  • Le bourgeois de gauche ne sont pas nouveaux. Entre les cronies qui cherchent a securiser leur position avec des barriere a la concurrence et les heritiers desoeuvrés qui ne sortent jamais de leur crise d’adolescence, ils sont meme assez banals. En 1917 en russie la revolution d’octobre c’est un truc bourgeois. Staline etait le seul vrai pecore de la troupe.

  • Etre « de gauche » est devenu une posture idéologique qui permet de se présenter comme quelqu’un de bien et de masquer que l’on appartient au camp des dominants. Les partis « de gauche » ont totalement échoué à transformer le monde au bénéfice des pauvres, alors que ça a longtemps été leur projet officiel. Ils ont découvert qu’il était plus rentable de défendre les riches, mais pour sauver la face et ne pas chuter de leur piédestal moral, ils se sont recyclés dans la défense de minorités prétendument discriminées (femmes, immigrés, homosexuels, etc.).

  • Être noir et voter pour le parti démocrate qui a créé le Ku Klux Klan, quelque chose m’échappe.

  • tu m’étonnes. Depuis 1980 et l’arrivée de Reagan, le top1% a vu sa part de la richesse passée de 9% à quasiment 25%. Il est évident que les coupes d’impôts mises en place pour les plus riches et le trickle down economic n’a pas profité à la majorité de la population qui a vu ses revenus diminués corrigés de l’inflation.

    Les démocrates n’ont corrigé ça qu’à la marge à chaque présidence. Les républicains continuent de matraquer que c’est à cause des profiteurs (immigrés, noirs…) que les gens « normaux » ne s’en sortent pas alors que le social est quasi-inexistant aux US. Ils ont de la chance que leur électorat soit un peu bête et ne se pose pas les bonnes questions

    • Pas si simple. L’électorat républicain semble avoir mieux conservé que les Français cette saine idée que l’intervention de l’État dans la vie doit être aussi limitée que possible. Cette soif de « social » qu’on observe en France n’est pas la même ailleurs.
      En 2015, dès le début de sa campagne, Donald Trump clamait haut et fort qu’il allait supprimer l’Obamacare et ce propos était presque toujours acclamé.

      • on peut ne pas vouloir beaucoup d’état et un meilleur partage de la richesse créée. C’est d’ailleurs la meilleure façon que le système perdure, une classe moyenne forte qui peut dépenser. On voit bien que le capitalisme à la Reagan ne fonctionne pas. La croissance n’a eu de cesse de baisser, les revenus pour la classe moyenne ont stagné voir baissé corrigés de l’inflation, plus de la moitié de la population ne peut pas sortir $500 en cas d’urgence

        Quand je vois que de nombreux républicains qui sont sur le ACA (Affordable Care Act) demandent la fin d’Obamacare ne se rendant pas compte que c’était la même chose, ça confirme ce que je dis sur leur niveau. Ils ont été persuadés de croire qu’une partie de la population vit à leurs crochets et que l’état est l’ennemi. On voit que ça semble de plus en plus difficile à faire croire et que les républicains sont prêts à taxer les plus riches;

        • « on peut ne pas vouloir beaucoup d’état et un meilleur partage de la richesse créée.  »
          You cannot have your cake and eat it bro…

          « C’est d’ailleurs la meilleure façon que le système perdure, »
          Non c’est comme ça qu’il s’enfonce dans la chienlit: Avec des rentes de situation et le découragement de l’investissement. En plus votre répartition finit immanquablement par protéger des entreprises en finançant les plus riches pour éviter un chantage à l’emploi ou par des nationalisations parce qu’on veut éviter les faillites. Et on crée des étrons improductifs.
          Pendant les années reagan la croissance était stratosphérique comparé à… Après reagan…
          Les revenus ont baissé parce que les impôts et l’endettement public favorisent la finance au détriment de l’industrie.
          Le niveau des américains? Ben ils sont peut être moins stupides que nous: Ils sont toujours nuber one pendant que l’UE coule…

          Bref, un autre communiste qui vient nous faire la leçon à nous autres « salauds de libéraux ». Vous croyez que vous êtes original?

          • ouhouh fred… où êtes vous?

            • je suis là, je viens de répondre et renvoyer votre collègue dans les cordes avec sa réponse assez faiblarde.

          • « You cannot have your cake and eat it bro… »
            tout à fait, c’est pour ça que les riches doivent prendre plus d’impôts puisqu’ils sont incapables de comprendre qu’en partageant mieux la richesse, il n’y aurait pas besoin de les taxer plus.

            La croissance moyenne sous Reagan était de 3.5% contre 2.9% les 8 ans avant lui, waow, quelle différence, stratosphérique :rolleyes: La dette elle par contre a augmenté de 186% du PIB contre 44% les 8 ans avant. Donc président républicain typique, il obtient quelques dixièmes de PIB de croissance supplémentaire à coups de dette massifs tout en faisant la morale sur les dangers de la dette.

            Bizarre qu’avant Reagan avec plus de fiscalité, on avait des revenus qui augmentaient pour la classe moyenne. Ca va à l’encontre de tout ce que vous dites.

            Quand on n’a aucun argument, on traite l’autre de communiste sur ce forum. Il n’y a pas que le niveau des américains qui est en baisse apparemment.

            • il n’y aura pas besoin de les taxer plus… et vous dites que ce sont les autres qui n’ont pas d’arguments???

              quel doit être le niveau d’impostion? ça sort d’où?

              raisonnement circulaire…

              Incroyable…

              • si la richesse était mieux distribuée au départ, les moins riches gagneraient plus et paieraient un peu plus d’impôts et donc pas besoin d’augmenter les impôts des plus riches, c’est pas compliqué à comprendre quand même.

                Je ne peux pas vous donner un niveau à la virgule prêt, tout dépend de la répartition de richesse au départ. Si c’est de l’esclavagisme (cad les employés ne sont pas payés), le niveau d’imposition devrait être à 100%, si les riches ne prennent rien, ça devrait être à 0%.

                • la richesse n’ est pas « distribuée » au départ.. et elle n’ets pas non plus spoliée par les riches…

                  vous ne semblez pas comprendre que prendre l’arent à une personne pour la donner à une autre…demande un minimum de justifications..

                  ..

                  bordel arretez donc d’essayer de dire que ce que vous dites est autre choses que votre opinion…

                  vous voudriez avoir plus de sous… et c’est tout…

                  • Donc quelle justification ont eu les plus riches pour prendre 9 points des revenus supplémentaires? Ont ils créé plus de croissance? Non, le taux de croissance n’a eu de cesse de baisser depuis 1980. Ont ils créé plus de richesse pour leurs employés? Non, corrigé de l’inflation, leurs revenus ont baissé.

                    Bizarre, le poncif répété à outrance ici comme quoi baisser les impôts des plus riches et leur donner plus d’argent est la solution est tout faux. Ou alors, il faudrait que le discours change ici et que ce soit plutôt, ça marche pour le top1%, les autres on s’en fout.

                    Je n’ai pas à me plaindre de ma situation. Désolé de vous décevoir. J’imagine que vous aimeriez que je sois un sale fonctionnaire de gauche qui gagne peu mais c’est pas le cas

    • « alors que le social est quasi-inexistant aux US. »
      851 milliards de dollar en 2018…

      https://en.wikipedia.org/wiki/Social_programs_in_the_United_States#:~:text=In%20addition%20to%20government%20expenditures,according%20to%202013%20OECD%20estimates.

      Alors ok proportionnellement c’est beaucoup moins qu’en France mais il ne faut pas dire des contre vérités non plus. Les USA dépensent beaucoup dans le social et notamment beaucoup dans l’aide sociale médicale. Ca nous semble peu parce que la France est le champion international incontesté, mais les USA sont très proches des moyennes de l’OCDE en terme de dépenses sociales.

      • désolé, je n’étais pas assez précis, je parlais d’aides sociales type RSA, APL…Mais oui vous avez raison, certains républicains trouvent aussi anormal que l’on procure des soins à des gens dans le besoin.

    • mais vous éludez les questions….
      celle de la part légitime de chacun , et même celle de l’efficacité d’une redistribution sur le niveau de vie des plus pauvres…

      vous postulez que plus égalitaire est plus juste…. ce qui est évidemment FAUX.

      donc vous allez essayer de résoudre un faux problème….

      alors fredo quelle part revient légitimement aux riches.???????????????????????????????????????????????????????????????? on voit que ça ne fait pas sens…

      • Qui produit les biens et les services? Les riches avec leurs petits bras?

        Qui parle de justice? Je dis que le système marche mieux quand ceux qui produisent la richesse en tire les bénéfices et pas quand une minorité se l’accapare faisant croire à certains (comme vous) qu’elle est plus méritante.

        Ce qui ne fait pas de sens est de croire que le top1% mérite ce transfert de richesse, on voit surtout que ça ne marche pas mais continuez votre démagogie, vous ne voyez même pas que le capitalisme est en train de s’autodétruire et qu’à cause de ça on va vers plus d’étatisme, bien joué les artistes.

        • parce qu eles ouvriers bossent avec leurs gros bras tu een es là???

          donc on doit payer les gens selon quoi? ton opinion???
          et tu ne te rends même pas compte du réseau d’idées arbitraire qui sous tend tout ton argumentation…

          alors comme ont doit payer une personne pour le travail qu’il fait..explique moi….

          actuellement il est payé parce qu’il accepte le boulot…

          • tu ne t »en même pas compte…

            il faut taxer plus les riches…

            pourquoi??? parce que la société est inégalitaire.. ah bon..

            mais pas injuste…sauf pour fred… pourquoi parce que la richesse des riches trouve son origine dans le fait q’il ne paye pas les juste impots…

            c’est quoi un impôt juste un impôt…qui diminue les inégalités…

            ben voila…pour fred inégalité de revenu = injustice plus des idées démago comme quoi celui qui travaille DUR avec ses gros bras doit être payé plus cher….

            ce qui va constituer une INCITATION à travailler dur..et mal..à ne pas mécaniser…à ne pas réflechir…à ne pas augmenter le bien être au travail…

            Je veux un impôt juste pas un impôt qui diminue les inégalités…

            je n’ai pas de problème avec les inégalités..

            u

            • et on est en démocratie sans limits claires , tu n’as pas à justifier tes options politiques..

              alors ne le fait pas..

              • je ne justifie rien, en plus vous ne savez même pas pour qui je vote. Comme beaucoup sur ce forum, si on n’est pas d’accord avec vous, on doit être un gauchiste ou un communiste.

            • ENCORE UNE FOIS car vous ne semblez pas comprendre. Je ne suis pas pour plus taxer les plus riches ou plus d’état, je suis pour une meilleure distribution de la richesse qui est créée essentiellement par les travailleurs. S’ils refusent et bien malheureusement la fiscalité est le meilleur moyen de permettre à la majorité de gagner plus. Le capitalisme s’autodétruit et ne s’en rend même pas compte.

              • « La richesse est crée essentiellement par les travailleurs ». Si vous voulez dire la production produits manufacturés, c’est vrai. Mais si vous parlez de valeur, c’est plus discutable. Un exemple:
                L’Iphone, 175$ à la production, plus de 1000$ à la vente. La valeur est donc largement crée par autre chose que le travailleur.
                Cela peut paraitre choquant, mais un bon cerveau humain peut produire plus de valeur que des milliers de bras.
                Pour aller dans la perversité:
                Un manager arrive à présurer ses 30 employés sans qu’ils ne se plaignent et travaillent ainsi 10% de plus. La valeur créée par le manager est 30*10%=300% de celle d’un travailleur, justifiant un salaire triple…
                Si sur terre il n’y avait que des entrepreneurs de génie, ils gagneraient beaucoup moins. Mais semble t il ils sont rares…

                • et donc qui a travaillé 10% de plus pour fabriquer? Les salariés.

                  Je n’ai rien contre le fait que les entrepreneurs soient mieux payés que leurs employés, je constate juste que CONTRAIREMENT à ce qu’il se dit sur ce site, plus d’argent pour les plus riches ne s’est pas traduit par plus de croissance et plus de richesse pour la classe moyenne; c’est l’inverse qui s’est produit.

            • Donc quand le top1% de la population avait 12% de moins de la richesse globale aux US, le top1% ne travaillaient pas dur? Il n’y avait pas d’incitation pour eux de bosser ou de créer? Bizarre, ce n’est pas du tout ce que démontre les chiffres.

              12% des revenus totaux américains c’est 2366 milliards annuels qui repartiraient à la classe moyenne. Vous pensez réellement que l’économie américaine ne serait pas dans une meilleure situation si cet argent était dans le bottom90% que concentré dans le top1%? Economy 101

              • Est ce qu’un million d’hommes sont plus sages qu’un seul, ou l’inverse?
                Si cet argent était (dilué) dans le 90%, serait ce mieux? Pour sûr les investissements seraient plus raisonnables car devant être moins risqués. Cet argent concentré dans le 1% est sensé être le 1% le meilleur pour savoir comment investir. Mais quand un se trompe, cela fait plus de dommage. Une discussion entre risque et rendement en somme, donc non ce n’est pas clair…

                • Donc vous pensez que le top1% a eu raison de prendre l’argent du bottom90% car ces derniers ne sont pas capables de gérer leur argent? Et si vous aviez raison et que baissez la fiscalité des plus riches et leur donner une plus grande partie de la richesse aurait dû créer plus de richesse et bien c’est l’inverse qui s’est produit. Le taux de croissance n’a eu de cesse de baisser.

                  Donc au vue de l’échec, je pense qu’il serait plus judicieux de rendre l’argent à ceux qui créent la richesse, ça leur permettra de mieux vivre, relancer la consommation et donc la croissance

              • il est où le jacques lemiere pour répondre à la question. Est-ce que 2366 milliards annuels qui repartiraient à la classe moyenne créerait plus de croissance que la situation actuelle avec le top1% qui se l’est accaparé?

          • Les salariés sont ceux qui produisent la richesse, ne vous en déplaise. Les patrons et actionnaires ne la produisent pas (à part pour les indépendants), ils en financent/organisent la création mais à la fin ce sont les employés qui fabriquent les biens et les services.

            • C’est une erreur fondamentale: les salariés mettent autant de travail pour faire un Iphone et un samsung, le premier se vend plus cher. Le patron a su créer une marque qui créée plus de désir, il a créé cette valeur.

              • c’est le patron qui a développé l’innovation, le logiciel, qui fait le marketing…? C’est drôle c’est façon de croire qu’il y a un roi qui fait tout.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est officiel, Donald Trump se représentera en 2024 à l’élection pour le poste de président des États-Unis. Depuis la station balnéaire de Mar-a-Lago à Palm Beach, l’ancien président a déclaré : « Nous sommes une nation en déclin », mais qu’heureusement, « le retour de l'Amérique commence dès maintenant ». Ça n’a pas l’air d’être l’avis de tous les conservateurs, qui craignent globalement que l’ancien serial winner, tombeur de la dynastie Clinton, ne soit devenu un boulet insupportable pour la droite.

Politiquement, le produit Donald ... Poursuivre la lecture

Par Thérèse Rebière.

 

À l’occasion des élections américaines de mi-mandat du 8 novembre 2022, une partie importante du Congrès américain va être renouvelée : la totalité des 435 sièges de la Chambre des représentants (actuellement à majorité démocrate), ainsi que 35 des 100 sièges du Sénat (actuellement répartis à 50-50 entre Républicains et Démocrates et départagés par la voix de la vice-présidente Kamala Harris).

Dès le début du mandat de Joe Biden les projections étaient plutôt pessimistes quant à la capacité du ... Poursuivre la lecture

Par Danny Duchamp.

 

Dans le discours politique moderne, "corporation" est presque une injure.

En 2021, le sénateur américain du Vermont Bernie Sanders, répondant aux critiques de sa proposition fiscale, a publié une vidéo intitulée "Yeah, we're going to TAX BILLIONAIRES & CORPORATIONS" (traduction : "Oui, nous allons taxer les milliardaires et les sociétés") dans laquelle il nous assure que les nouveaux impôts seraient prélevés exclusivement sur les grandes sociétés et leurs riches propriétaires, comme si (même ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles