À Noël, comment parler à votre belle-sœur pathologiquement naturophile ?

Voici les choses à faire et à ne pas faire pour gérer votre belle-sœur pathologiquement naturophile en cette période de Fêtes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
My sister by m kasahara (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À Noël, comment parler à votre belle-sœur pathologiquement naturophile ?

Publié le 25 décembre 2020
- A +

Par David Zaruck.
Un article de Risk Monger

Nous en avons tous. Ce beau-frère ou cette belle-sœur naturophile très actifs sur les réseaux sociaux. Vous avez accepté sa demande amicale par devoir familial, en likant poliment les photos de réunions de famille étiquetées, tout en essayant de ne pas vous engager dans ses discours conspirationnistes contre la technologie, la science, l’industrie et l’alimentation.

Ma belle-sœur Rachel (nom modifié pour protéger l’innocente… vraiment innocente) est un spécimen fascinant que j’étudie non seulement comme un cas de naturophilie pathologique radicale, mais que j’utilise aussi comme ressource pour trouver de nombreux sites d’activistes que je ne pourrais jamais trouver seul.

Je m’émerveille de la facilité avec laquelle Rachel peut recommander des « solutions » scandaleuses préconisées par des gourous pour lutter contre des maladies inexistantes.

Des millions d’adeptes suivent ces sites, inconnus du monde scientifique, qui proposent un supplément à base de jus de citron, mais utilisé de manière beaucoup plus efficace, pour traiter le cancer, des comprimés de machin-chose oxygéné qui éliminent les résidus de glyphosate qui engorgent apparemment vos cellules et des cocktails potentiellement mortels pour lavements afin de soigner l’autisme. Pour le visionnage du flot continu de documenteurs activistes lobotomisants, produits avec une handycam, il n’y a pas assez d’heures dans la journée.

Rachel a été conditionnée à attaquer toute personne qui conteste les solutions simplistes de sa tribu. La plupart des flux de ses réseaux sociaux témoignent de la rage des invectives d’un collectif de personnes vulnérables et manquant d’assurance. Leurs réponses sont simples : ceux qui ne sont pas d’accord avec eux sont stipendiés par Monsanto (c’est la formule abrégée pour désigner toute organisation industrielle qui parvient d’une manière ou d’une autre à contrôler chacun des scientifiques et chacun des représentants du gouvernement).

Rachel pense que ces larbins se lèvent tous les matins et ont pour seul objectif d’empoisonner les bébés et de polluer la planète. Toute personne ou organisation qui conteste sa communauté de naturophiles est vendue et ses articles ou preuves scientifiques sont sans importance. Il y a des faits alternatifs et, s’agissant des éventuelles conséquences négatives de ses solutions (famines, dissémination de maladies et de virus, dégradation de l’environnement…), ce sont des fabrications alarmistes qui ne se produiront tout simplement pas.

Alors que j’ai mis Rachel en quarantaine sur les réseaux sociaux (et la remercie timidement pour ses conseils sur mon emploi du temps), comme beaucoup d’autres rationalistes, je devrai supporter un dîner de Noël en famille avec une naturophile déchaînée.

Chaque année, cela semble empirer à mesure que Rachel poursuit le « programme en dix points » pour se libérer du monde destructeur dirigé par la science conventionnelle (article à venir sur ce sujet). Elle progresse vers le statut de gourou assistante et développe sa propre communauté de disciples.

Les enfants ont été encouragés à acquiescer poliment et à ne pas entamer de conversation avec Tatie Rachel. Je crains que cette année, je ne sois pas capable de tenir ma langue. C’est à son tour d’accueillir le dîner de famille et je dois choisir le vin.

S’il te plaît, passe-moi la farce bio sans gluten

Avec mon épouse, je plains souvent son frère qui semble avoir mis une sourdine au « travail de jour » de Rachel et discute rarement de son « travail missionnaire » favori. Comme une grande majorité de personnes, il ne sait rien de ces problèmes et ne s’en soucie pas, ne lit pas les étiquettes de ce qu’il trouve dans le frigo et a appris à acquiescer de la tête lorsque Rachel brasse du vent.

Pendant les dîners, il est plutôt content lorsque le sujet passe au football. Rachel ne s’intéresse pas au football et utilise ce temps pour recalibrer et classer les arguments qu’elle veut placer lors de la prochaine « conversation ».

Rachel en sait un peu sur moi, elle a partagé des détails personnels dans sa communauté et estime qu’il faut m’« informer ». Ne pas être d’accord avec moi ne lui suffit pas, il faut me contraindre à être d’accord avec les fanatiques. Alors, comment puis-je gérer Rachel à la table du dîner ?

Une conversation typique commencerait par ceci :

« Alors… David, est-ce que les gens lisent encore ton petit… hum… blog ?
– Pourquoi, Rachel ? Oui, j’ai passé une très bonne année.
– J’ai entendu dire que tu as été viré de ton université. Eh bien, n’est-ce pas quelque chose ? Je suppose que c’est une bonne leçon pour toi et pour arrêter de te vendre à Monsanto. Je sais qu’ils te paient bien, mais il est clair que le monde universitaire a compris qu’il vaut mieux ne pas soutenir ceux qui ne s’intéressent qu’à empoisonner le monde. Ils ont certainement reconnu à quel point l’agro-écologie est la seule voie à suivre. Tu dois avoir tellement honte… »

À ce stade, ma réponse dépendra du nombre de verres de vin biologique que j’aurai bus.

Mais ces conversations ne finissent jamais bien. Rachel m’a catalogué comme une menace, comme un indésirable, une personne sans laquelle son monde se porterait mieux. Me faire enrager est son objectif. Comme elle n’a aucun respect pour moi, elle ne réfléchirait pas deux fois avant de m’insulter ou de trouver un moyen de me blesser. Cela lui donne un but.

Alors, comment devrais-je parler à ma belle-sœur naturophile ce Noël ?

Personne ne peut vraiment « parler » à une fanatique, mais lors de mes interactions, il y a certaines astuces que j’ai apprises (et beaucoup d’autres qui ne fonctionnent pas). Alors, voici les choses à faire et à ne pas faire pour gérer votre belle-sœur pathologiquement naturophile en cette période de Fêtes.

Ce qu’il faut faire

  • Tout argument doit être percutant. Comme je l’ai démontré avec « Les 20 principales raisons de ne pas nourrir votre famille avec des produits biologiques » (ici et ici), un fanatique peut argumenter sans cesse contre un seul point avec suffisamment d’énergie ou d’enthousiasme pour décourager même l’âme la plus heureuse à Noël. Mais si je submerge Rachel de points, elle peut décider d’ignorer la conversation et se murer dans le silence.

Par exemple, si vous parlez des problèmes de l’agriculture biologique, assénez-lui toute la gamme des problèmes : faibles rendements, utilisation des terres, études concluant à l’absence de différence de goût ou d’avantages pour la santé, érosion des sols par le labour, menaces pour la sécurité alimentaire mondiale, pression mise sur les écosystèmes pour la production de pesticides naturels, astuces du marketing de détail, problèmes croissants de fraude et de contrefaçon. Commencez par dire : « J’ai dix problèmes avec les aliments biologiques » ; alors elle pourrait bien vous laisser finir une phrase.

  • Parlez en termes contextuels plutôt que numériques (pas de niveaux de dose, mais des expositions concrètes). Rachel est illettrée numériquement (elle achète des billets de loterie pour essayer de payer sa dette de carte de crédit). Ainsi, quand elle dit que les céréales pour petits-déjeuners sont « bourrées » de pesticides ou que les Cheerios sont « aspergés » de glyphosate, ne lui donnez pas le nombre de parties par milliard, mais dites-lui qu’elle devrait manger 4000 boîtes par jour pour être exposée à un risque insignifiant.
  • Reconnaissez que Rachel a désespérément besoin de se sentir bien dans sa peau. Une personne naturophile est souvent vulnérable et affiche ses vertus dès que l’occasion s’en présente. Montrez-lui d’autres façons d’être une bonne personne qui n’impliquent pas la destruction révolutionnaire de la chaîne alimentaire, l’abandon du mix énergétique ou l’élimination de l’industrie pharmaceutique. L’appeler « zélote sans cœur » ne fera qu’activer son système de défense.
  • Parlez à l’aide d’exemples plutôt que de faits ou de définitions. « Un ami qui a subi une chimiothérapie il y a dix ans et qui est en bonne santé maintenant », c’est mieux que d’essayer d’expliquer comment la médecine conventionnelle traite le cancer. Posez-lui des questions sur les personnes qu’elle connaît personnellement qui ont « extirpé » leurs tumeurs avec du jus de citron.
  • Jouez pour le positif, pas pour la victoire. Une fois, j’ai parlé avec Rachel pendant dix minutes sur les avantages environnementaux de l’agriculture de conservation. Je l’ai fait en n’essayant pas de marquer des points et en évitant de la faire passer en mode défensif. Nous nous sommes mis d’accord sur la manière dont les pratiques de culture sans labour enrichissaient la biodiversité, la rétention d’humidité et la santé des sols tout en réduisant l’érosion, les émissions de diesel et les eaux de ruissellement.

Nous avons discuté de la façon dont les cultures de couverture complexes réduisent le besoin en engrais de synthèse et sont même capables d’inoculer le sol pour prévenir des menaces potentielles pour les cultures à venir. Rachel a été tellement impressionnée par ma « conversion écologique ».

J’ai décidé de la laisser rentrer chez elle et comprendre par elle-même pourquoi le glyphosate est essentiel à ce processus.

  • Écartez des sujets de la conversation en disant simplement : « Bien, ça va Rachel, mais j’ai des faits différents. » Rachel pense qu’il y a des faits alternatifs. Par conséquent, à moins qu’elle ne se sente mûre pour une bataille, elle pourrait simplement passer à un autre sujet, comme la rougeole de son fils avec des suppléments.

Ne vous embêtez pas avec les choses suivantes :

  • En appeler à des scientifiques ou à des institutions renommés (dans le monde de Rachel, ils ont tous été « achetés et payés » par l’industrie).
  • Montrer la différence entre un risque et un danger (pour les naturophiles, tous les dangers sont des risques et il n’est pas possible de faire confiance aux mesures de prévention ou d’atténuation de l’exposition).
  • Mettre en garde sur les conséquences de ses idées au niveau de la politique mondiale. Rachel a été conditionnée à penser que ses intérêts sont plus importants et que ceux qui sont en désaccord sont alarmistes. Elle a été rassurée sur le fait que rien de grave ne vient de la nature.
  • Arguer que Rachel est illogique ou irrationnelle. Les peurs émotionnelles peuvent résister à un large éventail d’incohérences ou d’hypocrisie. Rachel va juste te percevoir comme prétentieux.
  • Les injures. Rachel, comme tous les fanatiques, adore se vautrer dans la boue et vous ne ferez que confirmer son parti pris quant au fait que les scientifiques sont affreux et intolérants.
  • Essayer de l’éduquer. Rachel manque de capacité d’écoute et attend poliment que je termine ma phrase avant de balancer des factoïdes, des faits alternatifs, par exemple sur les ingrédients d’un vaccin. Vous ne la convertirez pas et vous ne ferez qu’attrister votre conjoint.

Et surtout, ne vous énervez pas si elle vous insulte, vous ou votre travail. Une personne vulnérable lutte contre l’insécurité au sein d’une tribu de réseaux sociaux en construisant des murs et en transformant des valeurs en armes. Rachel se sent menacée par ce que vous dites et ce que vous faites et ne comprend pas que vous ne compreniez pas à quel point votre monde est terrible.

D’une manière tordue, elle se soucie de vous et veut que vous changiez vos habitudes. Lorsqu’un zélote fait face à une menace (un mal), le respect et la dignité sociale sont secondaires.

Dans la tête d’un zélote

Rachel offre également une opportunité intéressante d’entrer dans l’esprit d’un fanatique. Il y a quelques années, j’ai écrit sur le sujet de l’éthique du zélote : comment ces gens machiavéliques se placent à un niveau supérieur et ne ressentent plus le besoin de se conformer aux vertus conventionnelles comme l’honnêteté et le respect. À l’heure actuelle, ma série SlimeGate examine à quel point les choses peuvent être terribles avant qu’un fanatique ne s’oppose à ceux qui font campagne autour d’eux.

Les activistes qui haïssent Monsanto semblent disposés à plonger dans l’hypocrisie pour gagner leur bataille, acceptant de travailler avec des avocats spécialisés dans le sordide, des scientifiques menteurs, des parasites avides, des lobbyistes manipulateurs et des scientologues. Je n’ai pas encore trouvé le fond qui me permet de savoir jusqu’à quel point un fanatique peut tomber pour lutter contre une menace. Je me demande si, cette année, Rachel sera capable d’accepter certains points d’intégrité.

Les réseaux sociaux ont créé une toute nouvelle race de zélotes. Ils ne sont pas simplement motivés par une croyance ; ils ne sont pas simplement motivés par une émotion religieuse ; ils n’enterrent pas simplement leur vulnérabilité au sein d’une tribu cultuelle dirigée par un gourou ; il y a certainement quelque chose de plus.

Les fanatiques naturophiles cornaqués par les réseaux sociaux sont des ségrégationnistes (d’une manière bien plus vile que ce que l’humanité a connu dans les années 1960). Ce que Rachel veut vraiment, c’est séparer son monde du mien… et ensuite éliminer le mien. Elle a isolé son monde en bloquant tous les flux d’informations contrariants – ces informations n’existent plus. Les faits n’ont jamais compté.

Article initialement publié en décembre 2018.

Sur le web– Traduction par André Heitz de How to Talk to your Naturopath Sister-in-law at Christmas.

Voir les commentaires (75)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (75)
    • on voit bien la la construction d’une nouvelle religion, d’abord le dogme, puis les évangélistes qui fixent les interdits alimentaires,
      déterminent le sens du bien et du mal , l’apocalypse étant l’alpha et l’oméga qui conditionne le futur de l’homme.;

      Tout est en place pour la croisade , le financement du clergé sera public, la contestation jugée comme anti sociale, et chargée de tous les maux de la terre devra etre dénoncée et réprimée avec la meme vigueur qu’au moyen age..
      Tout ceci en se vautrant dans le confort le plus décadent qu’il soit
      dans des villes énergivores, bien incapables de subvenir a leurs besoins essentiels par eux meme ..
      Le peuple risque fort , si l’on n’y prend garde de les faire bouillir afin de retrouver un monde libre .. ou il fait bon boire un verre avec sa cote de boeuf !

      • @ claude henry de chasne
        Oui mais non! Quel est le but? « Rachel » a une croyance plutôt de couleur verte, OK.
        Quel but a votre commentaire?
        Critiquer la démarche de Rachel ou critiquer toute religion? Ce n’est pas clair!
        Wackes Seppi et Rachel ne sont pas d’accord! OK! Mais l’article dit bien pourquoi Rachel gagne systématiquement: « elle peut décider d’ignorer la conversation et se murer dans le silence »: c’est clairement une stratégie particulièrement imparable, surtout un jour de fête, où, invité, vous ne voulez pas vous quereller pour ne pas gâcher l’ambiance. Il y a des fuites courageuses et habiles qui désarçonnent l’adversaire!

        • personnellement les religions qui subviennent a leurs besoins et qui n’exigent pas que tout le monde se plie a leurs délires ne me genet pas..
          mais les autres oui

  • nul.
    Rachel fait comme elle veut, et elle est bien loin d’avoir réussi à imposer son point de vue aux autres, l’état ne pouvant se passer de la productivité pour continuer à vivre aux dépens des autres.

    • Je suis assez d’ accord. Surtout qu’ un libéral pur jus de citron devrait se questionner sur les problèmes de connivence capitalistique dans l’ agro alimentaire. La norme devrait être le bio. Moitié moins de rendement le bio? Qu’ à cela ne tienne, 100% de gaspillage en moins. Fin de la discussion, joyeux Noël!

      • Tant que vous laissez les gens choisir leur alimentation eux-mêmes et que vous êtes prêt à n’engager que votre argent dans cette histoire et non l’argent des autres. Pas de problème.

  • J’ai la même belle-sœur !
    Il n’y a rien à faire, elle fabrique elle-même son savon, elle met du vinaigre dans son lave-vaisselle plutôt qu’un produit de rinçage, elle achète bio par peur du glyphosate, etc…
    Comme un idiot j’ai essayé d’éveiller sa conscience sur le pilonnage à propos du climat, mais c’est impossible de faire réfléchir quelqu’un qui force ses gosses à aller à la messe et dit que Dieu est partout (hé oui, en plus…). Un mélange bizarre d’écologie sectaire et de bigoterie new-age.
    Comme je veux garder le contact avec mon frangin, je ne la contredis pas et j’évite d’essayer de provoquer une étincelle d’intelligence dans sa tête un peu tordue.

    • En quoi ça vous dérange ?
      Vous vendez du savon, des produits de rinçage, du glyphosate, et voulez les rendre obligatoires pour tout le monde ?
      Vous comptez lui imposer la manière d’élever ses propres enfants, à l’abri de toute religion ou conviction ?
      Ou bien tout simplement vous n’aimez pas votre belle-soeur ?

      • ce qui est chiant avec les « croyants » c’est qu’aucun argument remettant en cause le dogme n’est recevable

        • Raison de plus pour ne pas chercher à argumenter, tant qu’on ne nous impose rien

          • moi tant qu’on ne vient pas me taxer pour ces conneries .; j’en ai rien a dire.. chacun vit comme il l’entend..
            quand l’écologie se fera sur du volontariat ;, no problema , mais si çà doit engager de l’argent public , là on est ps dans le meme contexte

        • @Claude tout le monde est « croyant » d une manière ou d’une autre et vous ne faites pas exception. En maths cela s appelle les postulats. Le fanatique -dont vous êtes un exemple – refuse que d autres aient des postulats différents.

          • Je ne pense pas.
            CHDC pense plutôt que chacun a le droit de choisir ses postulats tant qu’il ne cherche pas à les imposer aux autres. Le fanatique est tellement persuadé d’avoir raison qu’il va tout faire pour l’imposer: cela renforce ses croyances et il se donne bonne conscience en pensant vous sauver la mise, ignorant que vous êtes. A un stade supérieur, s’il faut vous tuer pour cela, il n’hésitera pas.

          • non , on sait avec le recul le niveau de tolerance des religions , vis a vis de ceux qui ne partagent pas les mêmes points de vue..
            un exemple?
            vous savez que Galilée a été , en partie, réhabilite par le pape en l’an 2000? on se marre non?

          • Heu, heu, un postulat ou axiome est une proposition vérifiable mais non démontrable. Ce n’est certainement pas une croyance.

      • @cachou : je ne vends rien du tout, mais ce genre de belle-sœur (ça marche aussi avec certains beau-frères, je ne suis pas sexiste) est quelque part un peu fanatisée et en sait pas ou plus se poser, réfléchir et chercher la vérité (et il n’y en a qu’une). En plus elle se met en rogne si on la contredit.
        Le gens qui ont une très courte vue et refusent l’analyse quelque peu scientifique des choses au profit de dogmes me dérangent mais je les tolère et je fais avec.
        Quant aux gens qui farcissent la tête de leurs gosses avec leurs croyances sans leur laisser une chance de se faire leur propre idée, ils me dérangent aussi, mais je tolère de la même manière.

        • « En plus elle se met en rogne si on la contredit »
          J’essayais de vous faire comprendre qu’elle a de bonnes raisons

          • On en doute pas qu’elle ait de bonne raison. Tant qu’elle ne cherche pas à vous les imposer ou vous insulter si vous persistez à ne pas être d’accord.

      • parce que ce n’est pas juste parler..ce n’es pas juste manger bio…c’est dire les agriculteurs sont des empoisonneurs. et c’est un peu comme manger à coté d’un antisémite ou d’un raciste..je n’aime pas les juifs , les noirs les jaunes les blancs…ça me va je ne dis rien… mais les juifs boivent le sang de vierges blanches pas vraiment.. je mets mon grain de sel… m^me si ils ne m’impose rien…mais faire société implique de partager certaines valeurs. On franchit tous la ligne parfois mais je suis désolé les rachel marche parfois du mauvais coté de la dite ligne..

        • @Jacques oui c est le côté militant activiste (ie . proselyte pour reprendre la figure religieuse) qui est insupportable. Ex recent cette attaque de Duflot contre l état français. … le succès sur les réseaux sociaux fait peur …

  • Chacun son truc , y a même des gens qui ne pense qu’au foot , n’est pas un peu dingue ?
    Le soucis est que vous n’acceptez pas les dinguerie de vos voisins voisines, soyez cool en cette fin d’année ,vous avez aussi vos marottes !

    • parler et diffamer sont deux choses , dans la vie il faut composer..savoir accepter les défauts des autres mais il y a des limites.

      • @ jacques lemiere
        « savoir accepter les défauts des autres « : Non, accepter les autres. Notre vie est individuelle et sociale: même Robinson Crusoé vivait avec Vendredi!
        Après il y a la loi pour dire ce qui est légal ou pas!

  • j’avais lu ça sur votre excellent bloG
    Il manque néanmoins un truc..

    vous essayez de la convaincre de quoi..?

    ce que pense rachel du glyphosate je m’en tape..ce qu’elle dit m’ennuie davantage.
    Le discours de rachel est clairement diffamatoire.
    D’abord on somme les gens de donner des les preuves de ce qu’ils avancent ainsi les fruits bourrés de pesticides. ou les accusation d’empoisonnement..

    C’est devant la justice que ça se traite..ou de façon moins civilisée une baffe dans la gueule..
    rachel n’est rien, elle ne veut pas faire d’effort intellectuel et vous le dites bien.

    La majeure partie des gens est intellectuellement paresseuse … elle se contente de chercher une « autorité ».
    l’autorité fut de nature technique autrefois…désormais c’est greenpeace et les ong verte…
    Le jour où les médias vont enfin se poser quelques questions élémentaires à propos des ong vertes, on aura fait du progrès.

    mais le fait est que les gens sont des êtres sociaux ..ils acceptent très facilement les autorités en tout domaine..
    science mais aussi art et même bouffe… tout est dans la forme rien dans le fond..l’important est de suivre le dominant.

    • désolé mais des rachel, j’en ai vu…et bien sur que oui on peut leur faire admettre qu’ils ont factuellement tort ou plus exactement ne savent pas vraiment de quoi ils parlent MAIS ces victoires ne servent à rien , ils restent du côté de greenpeace et je les ai entendus ressortir des arguments qu’ils avaient admis erronés sans la moindre vergogne..le fond n’est rien…

    • @ jacques lemiere
      Qui n’a pas vécu des conversations entre interlocuteurs voulant absolument imposer leur point de vue à l’autre?
      C’est clairement l’inverse de la tolérance pacifique! Donc conflit!
      Le autres sont autres: c’est la raison pour laquelle on s’intéresse à eux! Un autre moi ne m’intéresserait pas!
      On n’est pas obligé d’aimer tout le monde, mais tant que nous avons les mêmes droits, tout le monde peut vivre! Sans victorieux ni vaincus! Et pour la compétition, il y a des stades etc …

      • imposer un point de vue est une chose.. dire les agriculteurs empoisonnent les gens EXIGE selon moi un éclaircissement.

        un point de vue est de dire par exemple moi je refuse de manger des légumes avec des résidus de pesticides.. je n’ai aucun problème avec ça..

        • @ jacques lemiere
          100 % d’accord avec vous! On peut demander des arguments mais, à un dîner de famille, si le conflit montre le bout de son nez, je bats en retraite et remets à plus tard: c’est le genre de concession qu’on peut offrir secrètement à l’organisateur du repas. Il sera toujours temps de se disputer plus tard pour ne pas gâcher la fête!

        • @ jacques lemiere
          Oui, sans doute, si on vous en donne: tant de clichés +/- faux circulent tellement qu’il devient vain d’aller à contre-courant: donc respecter la liberté de chacun de s’obstiner dans ce que vous pensez être une erreur, c’est le respect de la liberté. Expliquer objectivement à celui qui vous écoute, en quoi il se trompe, l’est aussi!

    • Médias et ONG croquent ensemble au râtelier de la subvention publique, alors on peut attendre longtemps la dénonciation des seconds par les premiers.

  • Je confirme. Grâce au glyphosate nous n’utilisons plus la charrue et le sol s’en porte mieux .

    • et????
      vous mangez du sol?..mieux ne cultivez rien..et le sol se portera mieux..
      et ce n’est pas une attaque contre le non labour..c’est une attaque contre la qualité de l’argument..

      la pratique agricole est de toute une attaque frontale envers la biodiversité et la nature…
      ce qui en soit ne pose pas de problème…

      quelle est idée saugrenue que l’agriculture a pour objet de « préserver » des sols ou la biodiversité… bien sur que non..

      le non labour ,quand il est possible, est une méthode qui a des avantages ..

      • @jacques lemiere: « quelle est idée saugrenue que l’agriculture a pour objet de « préserver » des sols ou la biodiversité… bien sur que non.. »

        ce n’est pas ce que dj86 a dit…

        • non..mais préserver les sols est un argument sans réelle valeur pour défendre le glyphosate…
          ne pas utiliser la charrue n’est pas un objectif non plus..
          l’agriculture est une activité économique soumise à des règles environnementales qui sont TOUJOURS de nature arbitraires et sujettes à varier.

          ce qui importe d’abord c’est l’économie pas la préservation de l’environnement , ce n’est d’ailleurs PAS les sols que les agriculteurs veulent préserver mais des sols aptes à produire.
          tiens une vidéo qui pour moi flirte avec ce qui’il ne faut pas dire mais intéressante néanmoins…https://www.youtube.com/watch?v=FRmGSneFdfM&t=386s
          les problèmes se situe dans la nuance mais c’est important..

          je suis désolé mais la guerre est idéologique et terminologique… la moindre allusion du genre c’est mieux car je préserve les sols doit être combattue dès le départ.

  • sinon, vu que ça se passe sur votre territoire (c’est vous qui organisez le repas), vous allez chercher votre titre de propriété ou votre contrat de location, vous cherchez et vous lui demander de chercher son nom sur le document, vous constatez qu’il n’y figure pas. alors vous concluez par « maintenant, tu sors de ma maison ».

  • rachel diffame à tour de bras..mais comme c’est de la diffamation à la mode on doit prendre des gants..rachel ne dira rien elle quand un type ira en tôle pour des empoisonnements imaginaires elle applaudira…
    le glyphosate n’est pas le sujet..
    le rai sujet est le non respect des valeurs fondamentales sur les quelles sont fondées la justice..
    si on accuse on apporte des preuves..

  • Et si vous adoptiez la position du parfait imbécile qui ne comprend rien à rien, surtout au sujet de la conspiration mondialiste ?

    Car n’oubliez pas :
     » C’est un grand bonheur que de passer pour un imbécile aux yeux d’un vrai con (ne)… « 

  • Mais ma parole ! L’auteur aespionné notre famille ! ?

  • j ai beaucoup apprécié donc je l’ai partage sur face book pour tous les gens qui ont une  » Rachel » dans leur entourage

  • J’espère que Rachel ne lit pas Contrepoints, le repas de Noël risquerait d’être animé…

  • C’est un cas d’une grande banalité.
    Le pouvoir du dogme qui échappe par définition à toute rationalité, exige sacrifice et respect de ses gourous hérauts de la Vérité.
    Il ne se démontre pas, il se révèle et répand ses dégâts.
    Le dogme se répand facilement parce qu’il rassure.
    Si vous croyez que l’instruction, la rationalité et l’esprit critique vous en protègent, détrompez vous. Chacun ou presque, intelligent ou stupide se raccroche à son dogme comme à une bouée de sauvetage. Le plus fréquent parmi nous autres civilisés occidentaux est le dogme du démocratisme qu’on invoque pour justifier toutes les injustices..

    • @ mc2
      Oui, mais c’est un problème sans solution. Vous savez sans doute que les mathématiques, pure construction conventionnelle humaine, contient en son sein des calculs algébriques dont le résultat reste indéterminé et indéterminable!
      Donc il n’y a ni vérité absolue ni perfection parfaite!
      Dieu existe ou n’existe pas: aucune preuve de la proposition 1 ou de la 2 n’existe: tout le monde a donc droit à son avis, pour lui-même! Le reste = ?

      • Bonsoir Mikilux.
        Pour les mathématiques je pense que vous faites allusion au théorème d’incomplétude de Gödel, facile à démontrer, qui nous explique qu’il y a des classes de propositions indécidables qu’on ne pourra jamais démontrer.
        Cela peut rendre modeste quant à notre prétention à tout résoudre.

  • Ok, mais une fois le cas de Rachel traité, il faudra encore affronter le beau-frère conspirationniste qui voit des Illuminati partout, puis les délires mélanchonistes de la nièce qui s’est découvert une âme de petite soeur du peuple après 5 années d’école de marketing payées par ses bourgeois de parents, en espérant qu’il ne restera pas le temps à la cousine gothique qui « se cherche » de nous bassiner avec la théorie du genre, ni à l’ado à casquette sous capuche – celui qui exprime sa joie de vivre en faisant la gueule et qui n’a que quatre mots à son vocabulaire : « wesh… vas-y… carré… tranquille » – de nous mettre à fond le CD de rap qu’il a demandé à sa grand-mère de lui offrir… Allez, joyeux Noël quand-même à tous ! 😉

  • Cette article s’attaque à la mauvaise personne.

    Votre belle sœur ne fait que répéter ce qu’elle entend d’une autorité supérieure : le POSTE !

    Et le poste a 2 lignes d’attaque que l’article ne traite pas, ce qui montre bien son retard :

    1/ les « perturbateurs endocriniens » (PE) : Non seulement, ils sont très méchants, mais surtout ils font voler en éclat l’argument de la quantité nécessaire pour être dangereux (les 4000 boites, etc…)
    Qu’importe le niveau, la moindre présence d’un PE suffit à tuer son homme en bonne santé le matin et mort le soir…

    2/ les études épidémiologiques : Comme tous les produits ont un bénéfice plus ou moins immédiat, mais également un inconvénient à plus ou moins long terme, la « résistance » a trouvé une manière de présenter le Mal de façon plus proche : les morts par perte de l’espérance de vie. 10000, 48000, xxxx morts ! Comment résister à ces vagues de morts d’autant plus terribles qu’elles arriveront loin, si jamais…

    PS: le glyphosate n’est pas mortel, mais l’adjuvant qui permet au produit actif d’adhérer à la plante et de traverser ses couches protectrices n’est à boire. Il faut donc toujours respecter l’usage prescrit de tels produits.

  • En fait, peu importe l’obsession des gens, le problème c’est le câblage dans le cerveau. Les plus pénibles à mes yeux ne sont clairement pas dotés de l’espace cérébral permettant de s’écouter intérieurement, tout termine invariablement en ondes sonores.

  • Les « rachel » verts sont légions . Pourquoi ne pas seulement lui dire qu elle est libre d agir selon ses principes mais qu elle n a pas à les imposer aux autres ? Cela me semble par ailleurs assez conforme aux principes libéraux . Pourquoi vouloir la convaincre? Au nom de quoi ? Et d ailleurs qui parmi nous ne fait pas attention à ce qu il mange ? Sans verser dans l irrationnel tout le monde sait que certains produits sont plus néfaste que d autres . Nous avons des points sur lesquels nous pouvons nous rejoindre même si nous ne rejoignons pas la phobie « monsanto » « pharma » etc

    • Certes. Mais souvent, les « Rachel » tentent de vous chercher sur les sujets qu’elles savent parfaitement être source de discorde. Il est exact qu’il serait mieux d’éviter la discussion qui dégénère souvent. Cela nécessite un grand contrôle de soi ou un esprit très compréhensif et miséricordieux vis-à-vis des faiblesses humaines. ..
      Joyeux Noël!

    • En ces périodes de fêtes soyez vraiment sympa: présentez à votre frère une fille au cerveau normal, bien roulée, et bonne cuisinière avec dans une enveloppe les n° d’un bon détective et d’un bon avocat qui l’aideront à se débarrasser de Rachel à moindres coûts.

  • Bonjour,

    Rendons à David Zaruk, alias Risk-monger, anciennement professeur associé à l’Université Saint-Louis de Bruxelles, remercié sur pressions d’un autre professeur tombé dans l’activisme alter et anti (voir mon blog).

    Je n’ai été que le traducteur.

  • « pour arrêter de te vendre à Monsanto. Je sais qu’ils te paient bien »

    Les propos de cette Rachel me paraissent frappés au coin du bon sens !

  • Je suis agriculteur
    Grâce au glyphosate, nous avons arrêté de labourer d’où une importante économie de frais de matériel, carburant et main d’œuvre. De plus le sol est plus vivant ce qui diminue aussi l’utilisation d’engrais et d’autres pesticides. La préservation du sol est importante à long terme car un sol « mort » devient impropre à l’utilisation agricole ce n’est cependant pas le but premier à court terme qui est économique.

    • Moi, je ne laboure plus qu’un an sur trois, j’ai essayé le zéro labour, mais trop de résidus végétaux en surface entrainent des maladies du pied (blé, maïs) surtout en année humide.

    • la « preservation » d’un sol à moyen et long terme est AUSSI économique.. et preservation est un terme inadéquat car beaucoup de sol était initialement peu fertiles et ont été amendés irrigués ou drainés..

      Il y a donc un « certain niveau de vie du sol  » qui permet de produire assez et longtemps en minimisant le travail..

  • Où se trouve votre ferme Kansas Beat ?

  • Ce qu’on imaginait pas est que ce mode de « pensée » allait gagner…

    ce sont les verts qui ont imposé dans l’idée du public que l’argent peut modifier un résultat scientifique…

    le conflit d’interet en science + l’argument d’autorité…

    Mais on élude un peut la question qui est que la pensée rationnelle abandonne la premiere palace pour determiner les croyances des gens.

    AVANT les gens dans leur grande majorité avaient CONFIANCE dans la parole scientifique. ils croyaient les scientifiques..

    DESORMAIS ce n’estplus le cas.. mais ça ne prouve pas que l’obscurantisme des foules a changé…ça prouve que les gourous ont changé..
    JE me trompais je crois, j’ai cru que la société retournait dans l’obscurantisme, elle ne l’a jamais vraiment quitté..Elle procède toujours par « croyance et foi »..la foi est brisée la confiance se perd..
    Pourquoi cette perte de confiance?
    A mon opinion, cela vient du fait que les gens qui font profession de chercheurs ou d’enseignants ont galvaudé le mot scientifique..parce que c’ets un métier et parce qu’ils ont un interet à défendre…si on ajoute une proximité de plus en plus grande avec la politique et le besoin de plus en plus grand d’argent..
    EN gros la science n’est accessible qu’aux « scientifiques » qui en sont les prêtres et vous ou moi ne POUVONT pas comprendre.

    Puis ils ont menti..Le gros mensonge ,à la question à quoi sert la recherche? au lieu de dire à la recherche de la vérité, les scientifiques ont répondu au bien être de l’humanité et au progrès matériel, avec la conséquence que les gens ont accepté l’idée simpliste que pour générer du progrès il suffit d’augmenter les budget de recherches..sauf que si on a bien constaté que la recherche aide au progrès …en terme de du budget il s’agit d’une correlation et non d’une causalité des tas de recherche n’aident en rien au progrès materiel…des tas de recherches n’interessent que les chercheurs..

    Et les « scientifiques » sont devenu corporatistes , ils ont amplifié et avalisé l’idée dans le public que , le public ne peut pas comprendre.. entre eux tel domaine de recherche est une farce ou un gaspillage de fonds publics , devant le public ils n’osent pas le faire ce sont des « collègues..

    EN parallèle, il ya eu un problème d’évaluation interne qui de bénin est devenu funeste..
    publier..avec des standards aux conséquences funestes..

    le terme significatif pour la p value..
    le recours aux modèles …

    et comme il faut inciter les politiques à financer…la publicité.

    petit à petit les scientifiques sont devenus des irresponsables, des gens qui disent une chose et son contraire, et qui ont causé des scandales et des vendus à l’argent et aux politiques..et qui emmerdent les gens…

    et je ne vais pas parler de la tentatives des chercheurs des sciences qui peuvent difficilement se justifier de la recherche du progrès à embrasser des idéologies qui elles offrent les clefs du bonheur.. tout observateur de la nature ne peut éviter d’expliquer que l’objet de son travail est sacré et ne doit être changé.. les scientifiques émotionnels…

    bon..peu importe ces tentatives d’explication, je veux dire , c’est commettre une erreur que de penser que les gens qui se méfient de la science désormais peuvent dans leur majorité retrouver la confiance via la comprehension..

    Les gens ne veulent pas réfléchir, on leur a d’ailleurs expliqué que c’est trop compliqué… ils accordaient leur préférence à la blouse blanche..c’est fini.
    mais ensuite c’est peut être la « science » qui va exploser… les gens vont questionner l’argent public…pour avoir l’argent il va falloir parler directement au public…et convaincre le public..

    C’est moi qui suis utile, c’est moi qui suis efficace… ou c’est moi le meilleur..

    Ce n’est pas la fin de la science évidemment..mais il faut se faire à l’idée que notre monde ne va plus considerer la parole scientifique comme la plus vraie.

    • Toute recherche publique/étatisée est subventionnée. Toute subvention dégénère en corruption. Toute recherche privée vise un résultat. Ceux qui ne sont pas d’accord avec les objectifs peuvent démissionner ou monter leur propre recherche. A ces derniers, je conseillerais l’exil.

  • Pour résumer:
    L’idéologie écolo rend con.

    • Je ne le crois plus…mais plutôt , seule un partie des gens réfléchissent, les autres se contentent de choisir qui croire.
      Les « scientifiques » n’ont pas osé réfuter les prémisses débiles de l’écologisme, pire ils les ont intégré en partie.

      Les scientifiques ont tellement justifié leur existence par le progrès qu’ils ont fini par se convaincre que le progrès passaient par eux puis de leur légitimité unique à de décider ce qu’est le progrès..
      ils ont abusé la confiance..ils en payent le prix..

    • le con c’est quoi.. ce serait en réalité une personne inapte à résoudre un problème ou qui ne comprend pas de quoi on parle..
      les scientifiques sont souvent très cons sorti de ce leurs domaines…

      il ne faut que trois qualités pour appliquer la méthode scientifique et faire de la science.. être capable de voir les faits!!! et être capable de pensée logique mais bien sur aussi de l’imagination pour formuler des hypothèse..

      traduction 85% de la population peut comprendre la science … tout comme la plomberie…tout comme la mécanique…
      un plombier ne vous traire pas de con.

  • Le fanatisme est une plaie… d’où qu’il vienne.
    Face à cette belle-soeur, il ne faut pas rester dans les genéralités. Essayez à l’occasion une solution qu’elle propose et… voyez si ça marche.
    Ayant eu affaire à une maladie auto-immune, après avoir constaté les effets des traitements couramment employés, les solutions plus « naturelles » ont été largement plus efficaces et surtout, plus durables.
    Ne nous laissons pas enfermer dans un monde binaire…

  • Pour faire bcp plus court: y en a marre des écolo fachos……!
    Créons le délit d’écolo fascisme totalitaire. Ou sinon ce sont eux eux qui vont nous enfermer et nous éliminer rapidement au rythme où on va …..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, la Commission européenne a annoncé des propositions de révision de la réglementation sur le tabac. Il semblerait que les taxes en vigueur n’aient pas été révisées depuis… 2010, et qu’elles ne prennent donc aucunement en compte ni l’évolution du marché, ni les niveaux d’inflation ces dernières années.

Ce projet de réforme n’est que la pointe de l’iceberg en ce qui concerne les restrictions de consommation à échelle nationale et européenne. Que ce soit en termes d’alimentation, d’alcool ou encore de tabac, ce paternalisme pose... Poursuivre la lecture

« Papy ! Ma prof d'histoire-géo a dit que le glyphosate est cancérigène ». Mon petit-fils a osé contester... Résultat : une menace de punition (dit-il)... Petite plongée dans le formatage des jeunes cerveaux.

Mon petit-fils m'a montré son cahier avec, collé dedans comme c'est maintenant d'un usage répandu, une page intitulée « Fiche de révisions sur l'AGRICULTURE FRANÇAISE ».

J'imagine cette fiche utilisée à Paris, pour et par des élèves qui ne sont jamais sortis au-delà du périphérique...

 

Des « savoirs » à « m... Poursuivre la lecture

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles