Interdiction du glyphosate : que dit la science ?

Les politiciens ne savent plus quoi décider : pourtant, l’Union Européenne, les États-Unis et le Canada ont considéré le glyphosate comme étant non-cancérigène.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Round up By: Mike Mozart - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Interdiction du glyphosate : que dit la science ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 mai 2018
- A +

Par István E. Markó.1

Il y a quelques mois, une pétition regroupant plus d’un million de signataires est déposée au siège de l’Union Européenne à Bruxelles. Portée par diverses ONG environnementales, elle demande purement et simplement la suppression du glyphosate, le principe actif de nombreux herbicides, dont le célèbre RoundUp de Monsanto.

Quelques semaines avant, le ministre Borsus décide d’interdire la vente et l’utilisation des produits contenant du glyphosate aux particuliers, illustrant le manque de courage de nos décideurs politiques face aux lobbies écologistes. Ce choix expose également l’inculture scientifique de nos politiciens ainsi que le peu de cas qu’ils font des résultats d’organismes aussi sérieux que ceux qui ont conduit l’Union Européenne, les États-Unis et le Canada à considérer le glyphosate comme étant non-cancérigène.

Le glyphosate : toxicité et dose

Examinons les faits de manière scientifique et non idéologique. Depuis sa préparation et sa mise sur le marché (et même bien avant), des centaines d’études scientifiques ont été menées afin de déterminer la toxicité du glyphosate. Rappelons ici que tout produit, d’origine naturelle ou synthétique, est toxique et que c’est la quantité (la dose) qui détermine sa toxicité. Cet effet est notamment à la base de la vaccination au cours de laquelle on inocule au patient des composés extrêmement toxiques, voire mortels, mais à des doses tellement faibles qu’il n’en décède heureusement pas.

La toxicité d’un produit se définit sous la forme du LD50 (dose létale 50), la quantité nécessaire pour tuer 50% des sujets tests. Dans le cas du glyphosate, le LD50 est de 5,6 gr par kg. En d’autres mots, un humain de 80 kg devrait avaler en une seule fois 448 gr de glyphosate pour qu’il ait un risque sur deux de mourir !

À titre de comparaison, le sel de cuisine, que nous consommons tous les jours, possède un LD50 de 3,0 gr par kg. Il est donc 2 fois plus toxique que le glyphosate. La caféine, avec son LD50 de 0,185 gr par kg est, quant à elle, plus de 30 fois plus létale que le glyphosate. Appliquer le sacro-saint principe de précaution, si cher aux politiques, ne devrait-il pas conduire à supprimer la caféine et le sel de cuisine bien plus toxiques que le glyphosate ?

Toxicité des effets cumulatifs du glyphosate ? Même pas…

En plus de la dose létale 50, qui est une mesure de la toxicité immédiate d’un produit, il est aussi important de connaître les effets néfastes cumulatifs de ce composé, naturel ou synthétique, lorsqu’il est absorbé sur une longue période. Ce paramètre est défini comme étant la dose journalière à laquelle aucune toxicité n’est observée, si le composé est ingéré tous les jours durant toute une vie.

Cette valeur est de 0,002 gr par kg pour le glyphosate. La quantité de glyphosate résiduel tolérée sur les fruits et les plantes est de 2 ppm, c’est-à-dire 2 molécules d’herbicide par million de molécules de fruits ou légumes. Si un humain de 80 kg mangeait tous les jours, durant toute sa vie, 40 kg de fruits et légumes (une impossibilité physique), il avalerait au total une quantité de glyphosate qui n’aurait aucun effet toxique sur son organisme.

« Cancérigène probable », comme tant d’autres

Le classement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) du glyphosate dans la catégorie « cancérigène probable » est tout à fait logique, même si elle est entachée d’une erreur majeure due au président du comité. Elle ne signifie en rien que ce produit soit un dangereux promoteur de tumeur.

Tant s’en faut. Il suffit de vérifier qui sont les voisins du glyphosate dans cette catégorie pour mieux comprend ce que signifie ce classement. On y trouve pêle-mêle : la caféine, la théophilline (présente dans le thé et le chocolat), le cholestérol, l’alcool, le safrole (composant du safran), l’eugénol (en grande quantité dans les clous de girofles), le paracétamol, l’oxyde de fer (la rouille), le charbon, la cendre, les tannins (plus de vin rouge), le talc, le nylon, le concentré de noix de coco et le limonène (principe odorant du citron et de l’orange), pour n’en citer que certains. Peler une orange projette dans l’air des microparticules contenant du limonène qui sont considérées cancérigènes.

Le chocolat est-il un « cancérigène probable » ? Selon les critères du CIRC : oui, au même titre que le glyphosate. Le classement par le CIRC est-il absurde ? Absolument pas. En effet, le CIRC ne juge que du danger et non du risque ; il ne tient donc absolument pas compte de l’importance de l’exposition au produit.

Signalons que les trois autres organismes de l’OMS, le Programme International pour la Sécurité Chimique, le Guide pour la Qualité de l’Eau Potable et le Groupe Principal d’Évaluation des Pesticides ont tous estimé que le glyphosate n’était pas cancérogène. C’est aussi l’avis de l’EFSA, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, de la EPA, l’Agence Américaine pour la Protection de l’Environnement, de l’Institut Fédéral de l’Evaluation des Risques (BfR) Allemand et des organismes Canadiens apparentés.

Quant aux herbicides naturels et aux remèdes de grand-mère, leur toxicité dépasse souvent très largement celle du glyphosate. Le vinaigre et le sel de cuisine tuent les organismes vivant dans le sol, le rendant stérile. Ce n’est pas le cas du glyphosate et l’on peut semer quelques jours après son utilisation. Rappelons ici que les Romains, après avoir vaincu les Carthaginois, ont répandu du sel sur le sol, le rendant impropre à la culture pendant des années.

L’Union Européenne, qui doit rendre bientôt sa décision de prolonger l’utilisation du glyphosate est soumise à la pression énorme de groupes écologistes et d’ONG environnementales qui abhorrent Monsanto et ne rêvent que de sa disparition. À l’inverse de Monsieur Borsus, nos euro-ministres auront-ils le courage de faire face à ces organisations qui rabotent chaque jour un peu plus de nos libertés individuelles ? Écouteront-ils l’avis éclairés de scientifiques sérieux et compétents ou succomberont-ils aux sirènes du populisme facile et du politiquement correct ? Rien n’est moins sûr.

Cet article a été publié une première fois le 3 juillet 2017.

  1.  L’auteur s’exprime à titre personnel.
Voir les commentaires (80)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (80)
  • mais l’idée n’est -elle pas: si on peut faire interdire le glyphosate on peut tout faire interdire…
    On peut ajouter que après des décennies d’usage intensif du produit on ne voit pas grand chose en terme de signal épidémiologique.

    • Il y a bien sûre le surdosage d’agriculteurs non formés sur les produits, et qui n’ont pas envie de se faire chier à faire les choses bien. On voit bien que l’écosystème est bousillé, sortez un peu de Paris, et des études que vous sortez, réalisés par des cabinets de lobby qui ont à peu près autant de crédibilité que les études de Greenpeace sur le nucléaire. Les herbicides et pesticides bousillent les sols, les rampants, insectes (il y a 30 ans mon pare brise était pleine d’insecte), et indirectement oiseaux , abeilles, il y a + de diversité dans les villes que dans les campagnes. Les légumes n’ont plus aucun goût car ramassé vert et mûri trop vite.

      Mais évidemment, ce n’est pas la faute du glyphosate, mais plutôt que pas mal de gens préfèrent limiter leur budget bouffe au minimum pour pouvoir s’acheter leur iPhone, car les salaires de la moitié des gens font du surplace depuis 30 ans.

      • @Tigrou666
        Vous êtes à coté de la plaque !
        Dérive insupportable qui ne justifie en rien l’idée développée par l’article

  • Dans un pays où l’homéopathie est reine argumenter avec des notions scientifiques semble vain…faudrait essayer avec des arguments financiers pour voir si cela marche mieux !

    • @ reactitude
      Que je sache, la sécu rembourse en partie les « médicaments » homéopathiques auxquels ont fait appel 2/3 des Français (R.Descartes n’était pas Français, c’est impossible, il est d’ailleurs décédé à Stockholm!). Le bon côté des choses, c’est que les fans de l’homéopathie coûtent moins cher à la sécu, tant qu’ils n’ont pas un cancer!

      • La sécu rembourse ces médicaments bidons qui n’ont JAMAIS été testés comme le sont TOUS les autres! Cela coûte forcément très cher à la communauté.

        • Ils ont été testé : j’ai eu l’occasion de lire toute une bibliographie lors de mes études : pas d’effets supérieurs au placebo. C’est donc une placebo thérapie remboursée. Je les utilise comme tels. N’oublions surtout pas que nous sommes le numéro un mondial de l’homéopathie.

    • Vous venez de lancer une idée intéressante, J’y souscris pleinement. Le Cancer théoriquement possible du Glyphosate soigné par une Homéopathie possiblement efficace, c’est la solution.

  • Le glyphosate ne réussit même pas à éradiquer l’ incompétence politicienne . Des millions de personnes pourront mourir de faim alors qu’ils continueront de se gaver avec notre argent

  • Dommage que l’argumentaire commence par des données fausses ou approximatives. Un vaccin n’est pas un poison inoculé à faible dose, mais une signature protéinique permettant de produire des anti-corps adapté à un virus.

    D’autre part, un produit cancérogène n’est pas non plus un poison à proprement parler (disons qu’il n’a pas l’effet potentiellement rapide d’un poison). Si dans la cigarette, la nicotine est véritablement un poison, ce n’est pas elle qui est cancérogène, mais les goudrons générés par la combustion.

    Pour le reste, il est vrai que le glyphosate est un composé organique qui se décompose naturellement (le délai maximum est de 120 jours), alors que le cuivre, qui est utilisé dans la bouillie bordelaise et accepté dans l’agriculture bio, ne se décompose pas, reste toxique et s’accumule.

    • @ jesuisunhommelibre

      Oui l’argumentaire est, en fait assez faible!

      Une DL50 répond bien à sa définition, sauf que si cela détermine un usage possible du système, ici, le but du jeu n’est pas de diminuer la population de moitié!

      Si on connaissait l’origine du cancer, ce qui reste rare, il y a des causes connues mais probablement souvent, un concours de facteurs et donc, le glyphosate n’a pas été mis en évidence comme en faisant partie, jusqu’à présent malgré une utilisation large et multi-continentale!
      Il est raisonnable de penser cette molécule innocente au moins jusqu’à preuve du contraire!

      Mais je crois que la controverse a été faussée du fait du nom de la société Monsanto, son « quasi » monopole, ses semences OGM, à racheter à chaque nouvelle saison et à sa transparence scientifique pas toujours très exhaustive!

      • mikylux
        Quand même en 2018 avoir encore l’argument anti PGM tel que: « qui oblige a acheter les semences tous les ans  » est vraiment ridicule et montre une grosse incompétence en production agricole. Les mais PGM (puisque c’est eux les plus « commentés » ne changent rien au fait que les agri achètent tous les ans leur semences!! 99.9% des agriculteurs français veulent cultiver des mais hybrides plus productifs et avec moins de pb sanitaire. Donc comme pour des mais PGM les agri achètent tous les ans leurs semences de mais hybrides.
        Pour le glypho celui qui sous entend que Monsanto revend « sa » molécule aux autres est dramatiquement sur une autre planète.
        Bien sur que toutes les firmes auraient intérêt a se que la molécule disparaisse. Plus de monopole et donc marge très basse pour eux avec le glypho. Deplus depuis 2006 (a vérifier date exacte) on ne peu plus homologue en France un produit pour un usage (ici herbicide total) si le produit dégrade les qualité santé ou environnemental des produits déjà existant pour cette usage. Les firmes ont toutes dans les tiroirs des molécules qu’elles ne pouvaient pas présenter a l’homologation car les références de sécurité sanitaire et environnemental du glypho sont quasi imbattable.(un comble quand on voit ce qui se raconte comme betise)
        Le glypho disparait , elle homologue leurs produits protégés 30 ans et hope le business repart a fond et ce seront les agri qui seront encore les dindons e la farce.

        • @ yann
          N.B. Tous les hybrides ne sont pas forcément stériles!

          • houlala ! il y a un manque de base en génétique sur ce coup là
            Non les hybride ne donne pas forcement des semences stériles, mais vous ne pouvez pas les cultiver pour autant . Si vous ressemez des semences de maïs hybrides vous vous retrouverez avec un champ de maïs « inconnu » Avec des mais de toutes les tailles ,certains avec même trois épis (super pour les bobo bio non? .LOL) et des durée de cycle diffèrent entre plantes dans la même parcelle. En cherchant vous trouverez bien un agri qui vous dira que pour lui ce n’est pas grave (vous allez chercher un peu quand même), mais pour 99.99% des agri sérieux , cela veut simplement dire que l’on ne peut pas cultiver/ressemer des hybrides.
            Vous n’avez vraiment aucune compétence en production « grande culture » mkylux pour faire cette remarque.(ce n’est pas grave en soit surtout si votre affirmation était plutôt une question!!!LOL)

    • Je crois que l’auteur fait ici référence aux adjuvants des vaccins.

  • « Après des années de recherche, cette petite entreprise a réussi à mettre au point un désherbant total bio concurrent du glyphosate. Ce produit innovant est très attendu par les agriculteurs, collectivités et jardiniers.
    « Le produit a été homologué aux USA et au Japon mais il n’a toujours pas reçu son autorisation de mise sur le marché (AMM) en France et cela malgré 4 années de démarches multiples auprès du ministère », s’indigne le gérant d’Osmobio.  »

    et le lien :

    http://www.paysan-breton.fr/2017/05/linnovation-se-cultive-en-bretagne/

    Au lieu de défendre le faux libéralisme façon Monsanto (monopole de fait), vous feriez mieu xde défendre le capitalisme français, innovateur, créateur d’emploi local, etc..

    • Le liberalisme ne serait il pas d ‘avoir la possibilité de choisir entre le round up et le produit d osmobio? Bien sur que tout libéral soutient l arrivée d un nouveau produit, s’il est bon le consommateur le plebiscitera. Viva Osmobio, Viva round up et vive la culture libre!

      • je pense tout à fait comme vous. Vive la concurrence libre. Et là en l’occurrence elle ne l’est pas, et sans être sorti de polytechnique, chacun admettra que 4 ans pour décider du sort d’un désherbant, c’est signe de quelque chose de pas clair (c’est plus long que pour un médicament…)

    • Le glyphosate ne fait plus l’objet d’aucune protection au titre de la protection intellectuelle. Dans ces conditions, défendre ce produit n’a rien à voir avec défendre Monsanto, qui à la limite serait même plutôt content d’une interdiction – ça relancerait d’autres produits plus récents, donc avec de meilleures marges.

      • @ Anagrys
        Oui, le glyphosate est tombé dans le domaine public donc il n’y a plus d’exclusivité.
        Mais qui dit que Monsanto ne fournit pas la molécule aux autres marques, alors que l’amortissement fut plus que bénéficiaire: le prix de production a dû s’écrouler, justifiant un prix peu supérieur au prix coûtant pour des livraisons de grandes quantités aux autres sociétés devenues de fait des sous-traitants? Le roundup est utilisé sur les 5 continents!

        Monsanto mérite sans doute la véritable haine des ONG: elle n’a pas toujours été transparente sur le plan scientifique et ses semences OGM à racheter chaque année sont évidemment mal passées! Son monopole écrasant et arrogant aussi!

        • Interdire les molécules au moment où elles tombent dans le domaine public, c’est quand même un soutien de choix de notre chouette ministre aux monopoles les plus onéreux et les plus injustifiés !

        • le mythe de l’agriculteur produisant ses propres semences ne résiste pas à l’examen. dans ce cas celles ci seront de moins en moins résistantes aux parasites avec le temps et les rendements itou, d’où le besoin des semenciers qui sélectionn,ent les variétés notamment par hybridation pour les améliorer. en outre on produit mieux les semences d’une variétés dans certaines régions, par exemples celles de betteraves sont élaborées dans le SO où le climat est plus adapté. Si on avait laissé les agriculteurs produire chacun ses semences (comme au Moyen Age …) à partir de ses propres récoltes on ferait les bonnes années 20 qx de blé à l’hectare

          • Si les agriculteurs, qui ne sont ni ignorants ni idiots comme les écologistes, préfèrent acheter leurs semences plutôt qu’employer les leurs, c’est que la production à l’hectare est bien plus importante et qu’ils gagnent plus d’argent.
            Les écolos ne connaissent strictement rien à la nature ni à l’agriculture. Je l’ai constaté moi-même. Il suffit de discuter avec eux pour constater que leurs arguments sont débiles!

        • @Mikilux
          Les agriculteurs préfèrent acheter les semences car les récoltes sont bien meilleurs. Les écolos sont opposés au progrès et au capitalisme, car ce sont des gauchistes extrémistes.
          Verts dehors, rouges dedans! D’où cette haine pour Monsanto, une multinationnale!

        • @mikylux
          Vous osez dire: »Mais qui dit que Monsanto ne fournit pas la molécule aux autres marques »
          Vous êtes dans le délire complotiste qui ne tient vraiment pas la route.
          Pour son monopole mis en avant par les escrologistes/ environnementeurs là aussi c’est ridiculement risible! Monsanto a eu le monopole du mais BT pendant 2 a 3 ans! ben oui il était le seul et le premier a proposer des mais PGM BT.(d’où la haine des anti pgm)
          un monopole quand tu es tout seul sur le marché waouhhhh c’est dramatique docteur!
          Ensuite comme le vivant ne se « brevette » pas, (ce sont les techniques de manipulations génétiques qui sont brevetés ce qui est normal aux vues des investissements nécessaires au développement de ces techniques)d’autre semenciers ont développer leur propre techniques de laboratoire et syngenta est arrivé sur le marché avec ses propre mais BT.
          Pour finir, nul part au monde n’a été imposer aux agri d’acheter les semences Monsanto. Pour que vos délire est exister, il aurait fallu que les agri n’est plus de proposition de vente de semences de la part des autre semenciers. Pensez vous réellement que lorsque Monsanto est arrivé sur le marché avec ses mais BT les autre semenciers (très nombreux) se sont retiré du marché pour « faire plaisir a Monsanto????
          Il n’y a jamais eu de monopole sur les PGM, mais cela arrange les anti qui ne peuvent accepter que se soit les agri (qui eux savent de quoi ils parlent) qui ont volontairement choisi de cultiver des PGM. D’ailleurs tous les agriculteurs du monde ont les même pratiques vis à vis des semences nouvelles: On leur propose des nouveautés qu’ils testent sur une petite surface (ils ne sont pas fou) et si cette variété à un intérêt POUR EUX, ils multiplient les surfaces les années suivantes. Cette idée que les agri (18 millions en 2017) puissent eux même vouloir semer des PGM est un gros PB qui bloque les cerveaux déjà limité des anti « on ne sait même plus quoi »!
          D’où l’invention minable du fameux monopole de Monsanto pour pouvoir « expliquer » le développement des PGM.
          Pour rappel cette technique qui à plus de 20 ans maintenant , a nourris plusieurs milliard d’animaux sans aucun PB et couvre autour de 186 millions d’hectares sur la planète.
          (plus que toute la SAU (surface agricole utile) de l’Europe qui ne représente que 172 millions d’hectares).
          Le comportement de la France (qui entraine d’autre pays européen avec elle dans son délire) est honteux vis à vis des PGM surtout que Sarkozy a bien reconnu qu’il avait sacrifié les PGM contre le nucléaire avec un « dile » passé avec les écolo pour ce faire élire.

          • @ yann
            Je crois avoir bien expliqué que si Monsanto continuait à commercialiser le Round up, malgré la péremption du brevet du produit, les investissements (R&D et usines de production) doivent être déjà amorti(e)s.
            Cela n’a pas empêché d’autres marques de vendre du désherbant à base de glyphosate sous leur nom, peut-être même en conditionnant seulement du Round up acheté en gros à Monsanto: c’est bien ce qui se passe parfois pour les médicaments « génériques » ou les produits alimentaires!
            Je ne parlais pas des OGM (hors sujet), même si Monsanto vend des semences d’hybrides stériles imposant l’achat annuel, ce qui lui a valu des critiques. Mais il existe bien des hybrides fertiles!

            N.B. Le ministre W.Borsus, ministre-président de la seule région wallonne, cité dans l’article, a effectivement interdit l’usage du glyphosate, POUR LES PARTICULIERS, interdiction qui s’est étendue à tout le pays dans la suite, effet malencontreux de l’expression « probablement cancérigène » utilisée par le CIRC-IARC.

            Sinon, je ne suis ni opposé au glyphosate, ni à Monsanto et je suis dépourvu d’idéologie écologiste ou gauchiste!

          • mykilux vous dites: Je ne parlais pas des OGM (hors sujet), même si Monsanto vend des semences d’hybrides stériles imposant l’achat annuel, ce qui lui a valu des critiques. Mais il existe bien des hybrides fertiles!

            Là vous étalez votre « PB monsanto » qui vous rend « pas malin » du tout sur ce coup là!

            « Mais il existe bien des hybrides fertiles! »
            oui et alors on s’en fou puisque les semences provenant d’hybride ne sont pas cultivable.
            Pour la dernière foi (je l’espère) une semence provenant d’un hybride donne « on ne sait quoi  » derrière » en la ressemant (qu’elle soit de Monsanto ou d’un autre semencier)
            Les semences hybrides de Monsanto ne sont pas plus stériles que les autre . C’est typique des techniques des anti Monsanto de tout mélanger et c’est plus facile quand on n’y connait pas grand chose .

        • Toujours aussi obstiné dans vos phobies! Ces semences apportant des récoltes bien supérieures font que les paysans les achètent car ils gagnent beaucoup plus d’argent, de plus elles exigent moins de soins et de produits phytos.
          On reconnaît un écolo à ses calomnies et sa haine de Monsanto, qui n’est qu’une entreprise comme les autres.

    • ça ressemble à une belle histoire tout à fait à même d’attirer des subventions de la collectivité.
      Pensez vous, issues d’algues, bio, tout pour plaire.
      Et puis, si c’est homologué aux US et Japon, ils devraient être contents car ce sont des marchés autrement plus importants que l’hexagone.
      Il y a forcément quelquechose qui cloche, le prix? l’efficacité?
      Si ce produit était vraiment si miraculeux, il n’aurait pas besoin d’aide, le consommateur final choissirait.
      PS: le glyphosate est tombé dans le domaine public dès 2000…

    • Aujourd’hui, le glyphosate est dans le domaine public. Il est vendu sous le nom de Round’up par Monsanto mais on le trouve facilement sous d’autres noms, fabriqué par moult sociétés. La concurrence est libre pour le glyphosate.

    • @Panchovilla
      Le bio est la plus grande escroquerie jamais inventée, totalement bidon. Si l’autorisation n’est pas accordée c’est que son innocuité n’est pas exacte!

    • en réalité: le gérant d’Osmobio n’a pas répondu au complément de dossier qu’il lui était demandé par l’ANSES et maintenant il fait « la victime » embêté par les méchantes grosses firmes » (trop facile). Il était évident que les idéolobobobio tomberaient dans le panneau.
      Ce n’est pas parce que le produit vient de matières premières naturelles qu’il ne doit pas être contrôlé/vérifié et pour finir être homologué comme les autres produits phytosanitaires. PB: les homolo coûte chère et le monsieur d’osmobio essai de passer outre ces contraintes imposer a tout le monde.
      Pour finir son produit ne remplacera pas du tout le glyphosate (sur vivaces entre autre). (pour info: je suis un ancien responsable d’un service d’expérimentation végétal d’une Coopérative et je suis « lassé » que l’on m’insulte en sous entendant que je suis un vendu aux firmes phyto sous prétexte que ce que je dis ne colle pas avec les croyances de certains bobo bloquer idéologiquement qui n’ont en fait aucun argument sérieux et qui passe donc a aux dénigrement des personnes qui contredise leurs conneries .
      D’ailleurs, il va falloir « nettoyer » nos politique un de ces jours: Comment est ce possible d’avoir une député comme la batho capable de raconter autant de bêtise/contre vérité? Si elle croit se qu’elle dit , avec les moyens qu’on c’est personnes, elle arrive à un réel handicap mental qui dépasse le blocage idéologique. Sinon c’est une menteuse sans vergogne pour qui la fin justifie les moyens et la aussi elle est indigne de représenté qui que ce soit.
      il est effarent/hallucinant d’entendre le nombre de mensonges a la minute qu’elle déblatère « droite dans ses bottes » .

      • @ Yann
        Le pire dans cette histoire est que les bobos écolos sont tous des citadins qui n’ont aucune connaissance ni idée sur le sujet et l’agriculture, mais qui donnent des leçons aux paysans sur la façon dont ils doivent cultiver leurs champs. Et les insultent en prime, en les traitant d’empoisonneurs!
        Einstein disait que la bêtise est infinie! Cela se vérifie tous les jours dans la bobosphère!

  • Le problème de cet article, c’est qu’il est rationnel. Ce qui n’est pas le cas de ceux qui veulent faire interdire ce produit – eux n’en ont rien à faire du rationnel, ils veulent la peau d’un symbole pour mettre à mal le grand Satan, le grand ennemi de l’Humanité : Monsanto – là aussi, un symbole. Le but est de venger les victimes de Bhopal morts dans un accident industriel causé par une entreprise chimique occidentale, et de venger les victimes de l’agent orange au Vietnam.
    Quand on attaque un symbole on n’est pas dans la science, on est dans la religion.

    • Pourtant, il suffirait d’acheter son glyphosate chez le concurrent vertueux du diable Monsanto !

    • @ Anagrys

      Pas de la religion, de l’idéologie!

      • « Pas de la religion, de l’idéologie »
        dans les deux cas tout est basé sur des croyances qui par définition non pas besoins de preuves .
        les dégâts sont exactement les même .

        • @ yann
          Pour ce qui est de votre compétence dans le « végétal », je veux bien vous faire confiance sans preuve; pour la différence entre idéologie et religion, là, je doute!

  • Pour le moment, les passions, l’ignorance militante, l’obscurantisme, et leurs soutiens politiques avant de perdre leur pouvoir, ont acquis des points solides? Les racontables parviendront-ils à renverser la situation, au moins en faveur des agriculteurs et des passionnés de jardin….qui en ont bien besoin!

    • @ Pyrrhon
      Je ne suis pas du tout sûr que sur les autres continents, on s’intéresse autant au « problème » du Roundup! Il y en a qui vivent dans la vraie vie à se battre contre de vrais problèmes!

  • tout ça, c’est du vent. J’ai déjà réussi à acheter des antifongiques industriels pour l’agriculture interdits à la vente en France (même pour les pros) sur eBay, je les ai reçu et utilisés. Tout ça pour dire qu’en Europe, nous sommes vraiment à la ramasse, on discute d’interdire des produits que tout le monde pourra se procurer ailleurs… on ferait peux de garder notre énergie pour des choses plus importantes

    • J,ai fait la même chose. J’avais un problème de mauvais herbes. Hop, Amazon.com (États-Unis) m’a expédié un désherbant sélectif interdit au Canada.

  • Interdir, prendre des décisions stupides , cf Ségolène – quant à un certain Hulot, nous basculons dans l’hypocrisie, l’incompétence la plus lamentable-

    • @ MENERBES
      N.Hulot est dans ce gouvernement une utilité marketing, guère plus, à mon avis mais je peux me tromper! Il doit jouir de son titre et de cette prolongation de notoriété, avec son salaire sans doute confortable, il peut se considéré satisfait: le jour où il crée problème, à la première occasion suivante, il sera débarqué!

  • Devant la connerie de nos dirigeants, stockez, et du concentré!
    On ne sait jamais, ce sera peut-être utile de le leur faire ingurgiter.

  • On doit toujours se répéter. Il est beaucoup plus difficile d’évaluer le potentiel cancérigène que le pouvoir toxique. Le Pr Marko s’intéresse surtout au pouvoir toxique. Il est bien exact que celui-ci dépend de la dose et de la durée. La seule chose qu’on puisse reprocher aux décideurs, c’est de se positionner sur des études inaccessibles produites par les laboratoires Monsanto eux-mêmes. Il y a lieu de montrer les résultats des tests de mutagénicité du glyphosate, qui en feraient un cancérigène probable et ensuite les résultats des tests sur cellules (bactéries d’abord, cellules animales ensuite et finalement sur organismes). Le fait qu’il n’y ait rien à dire indique que le classement ne correspond pas à un résultat scientifique. Nous sommes donc toujours trompés et des décisions absurdes vont être prises a priori entraînant des conséquences dramatiques pour l’agriculture. Pourquoi ne pas faire appel à projets s’il y a doute?

    • si le glyphosate était cancé »rigène les premiers touchés seraient les agriculteurs, or la méta étude de la MSA a montré que les agriculteurs étaient moins touchés que le reste de la population par les cancers, sauf ceux de la peau mais ça s’explique très facilement

  • J’ai beaucoup plus peur de ceux qui veulent interdire le glyphosate que du glyphosate lui même.

  • Vu la bêtise et la lâcheté des européens, démontrée avec les OGM, nous savons déjà ce qui va se passer!

  • il n’y a qu’une chose a dire sur ce sujet .c ‘est une question de fric

  • Toujours le petit bout de la lorgnette….
    Oui, on peut se passer de chimie dans l’eau du robinet…
    A quand un monde sain et durable ?
    A quand l’intelligence ?

    La totalité de la vidéo est intéressante, pour les plus motivés ! 🙂

    • Ah oui? Donc vous allez vous passer d’eau, puisque c’est un mélange de hydrogène et d’oxygène. Vous foutiez quoi à l’école, pour ignorer que TOUT est chimique?
      Le petit bout de la lorgnette est comme votre cerveau!

  • Les abeilles désertent nos campagnes comme beaucoup d’autres insectes..Les oiseaux font donc de même….Alors probablement que l’agriculture a changé, que le maïs est devenu roi au profit du sarrasin ou autres plantes à fleurs..Mais si l’on suit le raisonnement de notre chimiste et bien une abeille qui ne pèse que 70 mgs..a largement de quoi absorber en butinant les 5,6grs/kg léthaux….soit 0.000392 mgs de glyphosate

    • C’est un vrai problème les abeilles en campagne. J’ai des amis apiculteurs qui ont perdu toutes leurs ruches l’an passé. Celui qui les gardé : les a nourri pour avant la floraison pour éviter qu’elles aillent trop loin. Par contre, curieusement, tous les ans j’ai un essaim d’abeilles sauvages qui vient élire domicile chez moi : donc on installe une mini ruche pour les récupérer mais elles ont du mal à survivre.
      Quand à la subjectivité d’avoir moins d’insectes sur le pare brise : on pourrait dire aussi que les voitures sont plus aérodynamiques ! la preuve j’ai plus d’insectes sur mon Wrangler que sur la 308 !

  • Le problème n’est pas le glyphosphate en lui-même. c’est la diminution des oiseaux .la diminution des abeilles ….
    Et cela est dû quand même à l’utilisation des insecticides on ne pas ignorer le problème
    Il va bien falloir trouver une solution car sans politisation je ne vois pas un avenir très rose pour l’humanité.

    • La réalité est que nous faisons la guerre à la Nature depuis plus d’un siècle.

    • La baisse de la population des oiseaux (lesquels d’ailleurs) est un phénomène complexe. Il est à relier sans doute à la baisse du nombre d’insectes. Mais celle ci est avant tout liée à une meilleure gestion des déchets dans nos contrées. Ou sont donc nos splendides décharges à ciel ouvert d’antant? C’était un formidable incubateur de mouches et insectes divers. Qui accepterait de revenir à ce temps béni?
      Quant aux abeilles, la baisse est aussi multifactorielle, et l’utilisation des phytos est loin d’être la première cause.(parasites, frelons aziat, manque de professionnalisme…). Et depuis qu’on sonne le toscin sur leur disparition future, elles auraient déjà dû avoir disparu.

  • Dernière nouvelle:
    Ce matin (30 05 2018) sur France Inter dans sa revue de presse, Claude Askolovitch a présenté le Glyphosate comme « Insecticide ».
    Les écolos et les journaleux diffusent une science qui n’est pas infuse.

    • Ils n’ont AUCUNE connaissance scientifique, c’est pourquoi ils sont écolos!

      • dans les délire des média :
        science et vie de avril 2018 dans son dossier glyphosate, cette revue fait un rappel: « le glyphosate d’abord homologué comme molécule ANTIBIOTIQUE a ensuite été homologué par Monsanto comme herbicide blablabla….!
        On en est là! même dans cette revue (qui tourne mal)!!!
        Si c’est vrai que ce n’est pas Monsanto qui à découvert le glypho mais qui a pensé a l’homologué comme herbicide , cette molécule n’a jamais été homologué comme antibiotique mais comme chélateur se qui n’a rien a voir. On comprend bien que pour les anti , même si il ne savent pas ce qu’est un chélateur, leurs esprit limité est réussi a transformer cela en antibiotique bien plus anxiogène dans le dénigrement.
        que « science et vie » répète cette connerie est un signe grave !

  • le monde selon Bayer/Monsanto:
    disparition des abeilles
    disparition des insectes
    disparition des oiseaux
    stérilisation des sols( des millions d’hectares aux USA)
    Pollution des nappes phréatiques
    Pathologies dégénératives: Parkinson, hypospade, diminution de la fertilité … etc
    Elle n’est pas belle la vie ???? enfin seuls sur la planète stérilisée

    • Vous devriez soigner votre paranoïa, à ce point c’est grave! Des sols stérilisés? Vous devriez stopper la lecture d’articles écolos débiles.
      Depuis qu’il est apparu sur terre, l’homme n’a JAMAIS vécu aussi longtemps en bonne santé, ni aussi vieux! Avant les pesticides et herbicides seule la nourriture bio existait, mais l’homme ne vivait que 35 ans de moyenne. Aujourd’hui c’est 80 ans pour les hommes et 85 pour les femmes!
      La réalité et la logique ne sont pas vos qualités! En culture bio en emploie du sulfate de cuivre, du souffre, des concentrés de poisons violents comme le Datura et le Neem. Vous préférez être empoisonné?

      • sol stérile en France avec les records de rendement a l’hectare que l’on a ???.
        Si on fait facilement plus de 100 qx de maïs/ha combien ferait ton si nos sol n’étaient pas stérile?????
        les sol bio sont encore plus stérile alors puisqu’ils n’arrivent pas aux rdt des conventionnel….! dingue non?

  • L’Union Européenne est soumise à la pression énorme de groupes écologistes et d’ONG environnementales qui abhorrent Monsanto et ne rêvent que de sa disparition.

    Il fallait bien faire plaisir à Nicolas Hulot pour qu’il fasse partie du Gouvernement Macron.

    • @ Michel P.
      L’Union Européenne est évidemment soumise à des pressions. Et les lobbies sont évidemment présents et actifs (ONG incluses) et soigneusement répertoriées par l’U.E.
      (N.Hulot, bon, bref!)

  • Une remarque importante la Photo qui illustre l’article est celle de bidon vendu pour les particuliers qui désherbent le devant de leur porte. « Ready To use »
    Le « Roundup » d’ordinaire s’utilisait en dilution a environ 3 % a partir d’un bidon a 450 g/l de matière active. Grace aux écolos le Glyphosate encore vendu aujourd’hui est 10 fois plus cher !
    Pour le profit de quelques-uns qui peuvent dire merci aux écolos-Bobos.

    • esprit critique vous êtes loin du compte. Vous pouvez vérifier facilement dans les jardineries une chose que je viens de découvrir. Il se vend maintenant du round bio!!!!!!!(si si c’est bien marqué sur le bidon en gros)
      Si on regarde l’étiquette, pas de glyphosate mais un produit appelé acide acétique (dilué à 8%==> donc avec 92% H2O) Dose hectare donnée : 166 l/ha (ou tu fais du bon boulot avec 1.5l/ha avec du glypho qui sera plus efficace sur vivaces entre autre…quoique pour des vivaces avec un glypho banalisé il faut plutôt 5 a 6l ha alors qu’avec les glypho de Monsanto plus formulés on se contente de 3.5l/ha)
      le top du top c’est le prix: 16€ les 75cl.
      Au fait acide acétique = vinaigre blanc que tu peux acheter a moins de 50 cts le litre . UBUESQUE
      (mais les bobo idéobio le mérite bien!LOL)

      • Même chose pour le bio, la plus vaste escroquerie jamais réalisée! Soit disant saine, elle a tué 53 personnes en Allemagne et handicapé un grand nombre. Les agents pathogènes n’étant pas éliminés, les risques d’intoxications alimentaires sont multipliés!

  • Il n’y a PAS à discussion. Deux études épidémiologiques sur les cancers en milieu paysan ont été réalisées. Une en France par l’INSERM et l’Université de Caen Basse-Normandie: (http://cancerspreventions.fr/wp-content/uploads/2014/12/AGRICAN.pdf), une autre aux USA : Agricultural health study (www. aghealth.nih.gov). Les deux révèlent que le monde agricole est moins atteint par les cancers que le reste de la population.
    Il semble que des gens aient de sacrés problèmes avec la réalité lorsqu’ils affirment que l’on est empoisonnés, alors même que depuis son apparition sur terre l’homme n’a JAMAIS vécu aussi longtemps en bonne santé ni aussi vieux. 80 ans pour les hommes, 85 pour les femmes!
    Mais la bêtise humaine étant infinie, c’est à cause de la chimie qu’on vit aussi vieux!

  • Peut-on faire une pétition proposant de mettre une coupelle de glyphosate sur chaque pupitre de député à l’assemblée ?

  • « Que dit la Science? »

    J’aime bien cette expression parce que la Science ne dit rien: elle se cherche, elle se cache, elle doute de tout, elle est discrète.

    C’est la communauté scientifique qui « dit », qui est très bavarde et qui profère beaucoup de bêtises.
    Elle exhibe ce spectacle permanent de colloque en colloque avec ses vedettes, ses modes, ses bagarres et ses rodomontades.

    Et l’histoire nous montre que la vérité du moment n’est qu’un gros piège à consensus.

    Ceux qui parlent ne savent pas, ceux qui comprennent se taisent.

  • mon expérience vaut ce qu’elle vaut, mais depuis que j’utilise un peu de glypho dans mon jardin pour faciliter son entretien, je n’ai pas remarqué une quelconque baisse du nombre d’oiseaux, d’insectes, d’abeilles (une voisine à des ruches) . Sans parler que mon village est entouré de champs dans lesquels les agriculteurs utilisent du glypho depuis bien longtemps.
    La seule chose que j’ai remarqué, et ça va peut être rassurer les écolos, c’est que de plus en plus de plantes résistent au glypho, notamment les orties, le lierre, et même certaines dicotylédones très envahissantes. Conclusion, n’ayez pas peur, l’homme ne pourra jamais détruire la nature, il n’en a pas la capacité et ce n’est pas dans son intérêt. Les herbicides sont indispensables , comme l’a dit Virgile, on vit bien mieux depuis qu’on les utilise.

    • Vous avez tout à fait raison! L’homme est tellement vaniteux qu’il s’imagine avoir une influence sur la Planète, alors qu’il n’est qu’une fourmi grouillant sur sa surface. Il faut voir le documentaire sur la disparition de l’homme. 10.000 ans plus tard il n’y aurait plus de trace de notre existence, la nature ayant tout détruit et submergé!

  • Tout de même il y a bien problème avec le glyphosate et tous les autres pesticides et herbicides. La diminution rapide de la biodiversité, ça vous dit quelque chose ? 30 % d’oiseaux en mois, 50 % d’insectes dont les pollinisateurs, en moins. Vous ne pensez qu’en termes d’argent mais cet argent ne vous servira plus en cas de catastrophe écologique. La terre arable qui se stérilise. Vous devriez revoir votre façon de voir le monde.

    • La terre arable ne se stérilise absolument pas! Vous devriez revoir votre connaissance scientifique au lieu de sortir des poncifs écolos faux!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo. Un article de la Foundation for Economic Education

En 2020, les gouvernements du monde entier ont pris des mesures draconiennes dans l'espoir de ralentir la propagation du Covid-19. Dans de nombreux cas, ils ont bloqué les économies et confiné les gens chez eux pendant des mois. Le fait que les  restrictions ont effectivement contribué à contenir la pandémie de Covid-19 est très douteux. Mais le nombre de décès provoqués involontairement par les mesures de confinement ne cesse d'augmenter.

Le paludisme et les co... Poursuivre la lecture

Par Armand Paquereau.

Après le gel du printemps et les pluies diluviennes de l’été qui ont retardé, compliqué voire ruiné les récoltes de céréales et le mildiou qui a sévi dans les vignobles et les cultures de pommes de terre, la tavelure dans les vergers, il a bien compris que les agriculteurs avaient besoin que l’on s’occupe de leur moral.

Il a annoncé une enveloppe de 600 millions d’euros par an pour indemniser les agriculteurs victimes de catastrophes climatiques et les aider à s’assurer contre les risques moyens. Ces fonds... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

Le 30 juin 2021, l'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) a organisé un colloque de restitution destiné à présenter un magnum opus de quelque 1000 pages, « Pesticides et effets sur la santé : Nouvelles données ».

https://twitter.com/ID_LinfoDurable/status/1410606639187513356

 

Contrairement à ce qui avait été annoncé, le document a été mis en ligne sans attendre le délai de six mois qui avait été prévu pour stimuler la vente de l'ouvrage papier. Il est disponible i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles