Amazon, bouc émissaire du confinement raté

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Etech05: Jeff By: James Duncan Davidson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Amazon, bouc émissaire du confinement raté

Publié le 6 novembre 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Parce que le confinement des populations passe par l’interdiction momentanée des biens jugés non essentiels, le gouvernement a ouvert un boulevard au géant de l’e-commerce Amazon. Les petits commerces comme les grandes surfaces sont logés à la même enseigne, et le consommateur qui voudrait s’offrir autre chose que des pâtes ou du papier hygiénique est prié de faire ses achats en ligne.

Beaucoup se sont scandalisés de cette interférence étatique anti-concurrentielle qui précipite les clients dans les bras du perfide commerçant nord-américain. La mesure gouvernementale a été tellement maladroite, tellement brutale et incompréhensible qu’elle en a même suscité des théories complotistes.

Certaines voix se sont élevées contre le plan concerté de nos « élites mondialisées » visant à détruire le secteur indépendant pour remettre les clefs au big business.

Inculture économique d’État

L’explication la plus simple est pourtant la plus plausible : la totale inculture économique de notre nomenklatura politique est en train de retomber sur le coin de la figure de ceux qui réclament la protection économique de l’État pour prospérer.

Les déclarations ahurissantes de Jean Castex et Roseline Bachelot encourageant les Français à acheter aux concurrents d’Amazon, alors qu’ils font partie du gouvernement qui a purement et simplement supprimé sa concurrence physique en est une démonstration surréaliste.

Depuis maintenant des années, le gouvernement souffle sur les braises du patriotisme économique, du protectionnisme et de l’anti-américanisme afin de diaboliser Amazon. Accusée d’évasion fiscale, de détruire des emplois, d’exploiter ses employés et de concurrencer les commerces locaux de manière déloyale, l’entreprise américaine est devenue la cible favorite de certains politiciens français, de droite comme de gauche, le grand méchant business capitaliste qui enrichit Jeff Bezos tandis que tout le monde trinque et s’asseoit un peu sur le modèle social que le monde entier nous envie.

Des politiques contre Amazon

Le 5 octobre dernier, les élus de la métropole de Rouen en Normandie avaient voté contre le projet d’installation d’Amazon à Petit-Couronne, près du centre-ville. Le maire (socialiste) de Petit-couronne n’a pas vraiment compris cet avis défavorable : le centre Amazon prévoit la création de 1800 emplois dans une ville sinistrée depuis des décennies après la fermeture de la raffinerie locale.

Un projet similaire d’implantation d’un entrepôt géant Amazon en Alsace a suscité la même réaction de rejet des élus locaux de l’Eurométropole de Strasbourg pour des raisons assez semblables à celles avancées par leurs collègues normands, à savoir l’attachement des collectivités à la « transition écologique » et au « maintien des emplois » sur le territoire. Depuis quelques jours, c’est à Nantes que les élus écolos et socialistes protestent contre l’implantation de l’entreprise trop près de chez eux.

À l’échelle nationale, Bruno Le Maire s’est fait le héraut de la taxe sur les gafa, cette mesure fiscale punitive visant autant à remplir les caisses de l’État qu’à aider les concurrents nationaux du géant américain à trouver leur place sur un marché devenu concurrentiel avec la révolution numérique.

Quatre rappels de base

Premièrement, c’est l’État qui a organisé au nom de la crise sanitaire la raréfaction de la concurrence face à Amazon, et certainement pas Amazon lui-même qui n’a absolument pas besoin de ce genre de coup de pouce. Les restrictions drastiques à la liberté de commercer favorisent naturellement les entreprises numériques, ce que n’avaient pas anticipé nos géniaux décideurs politiques qui pourtant veulent choisir ce qui est le mieux pour nous.

Deuxièmement, taper sur Amazon, c’est plus facile que de créer les conditions économiques pour qu’émergent des concurrents français et européens. Dans un pays étouffé par la pression fiscale et plus largement une bureaucratie étatique tentaculaire qui arrose quotidiennement les citoyens de cerfas, de règlements obscurs et de circulaires tatillonnes, démarrer une entreprise est une aventure extraordinaire.

La faire grossir est presque une mission impossible face à une administration qui ne perçoit les entreprises que comme des vaches à lait. Pour qu’Amazon soit possible sur sol européen, il faudrait davantage de libertés économiques, moins d’aversion pour l’innovation et la recherche du profit.

Troisièmement, plutôt que de se réjouir de voir des entreprises qui marchent entravées par la rage taxatoire d’un État dépensier, corrupteur et incapable d’assumer ses missions de base, essayons plutôt de faire reculer la machine étatique à créer de la misère et du ressentiment. La joie mauvaise qui saisit les clientèles de l’État face aux difficultés de ses concurrents est un résidu de la pathologie égalitaire bien française. Certains détestent les têtes qui dépassent et ceux qui réussissent.

Notons en plus de cela qu’Amazon n’est au fond qu’une place de marché qui fait vivre énormément de commerces en réduisant énormément le coût de l’information nécessaire à la mise en contact entre clients et vendeurs.

Quatrièmement, confinement ou pas, dans ces querelles entre législateurs et rentiers anti-Amazon, la première victime c’est le consommateur, dont les choix sont fléchés et appointés par l’État. Le principe de la concurrence dans une société de marché libre, c’est de mettre en compétition plusieurs fournisseurs d’un produit qu’un consommateur choisit selon sa volonté souveraine.

L’État n’a pas à y interférer dans un sens ou dans un autre. Amazon existe et s’enrichit parce qu’il offre des biens et des services qui satisfont sa clientèle. La même liberté de commercer doit être donnée à ses concurrents, e-commerce ou pas. Cette remise à niveau passe bien entendu par une cure d’amaigrissement fiscal pour l’État et la libéralisation du secteur du livre.

Plutôt que de vouloir punir Amazon, tous les commerces devraient être à égalité de traitement, c’est-à-dire autorisés à vendre leurs produits sans devoir tout attendre de l’arbitraire d’un État dont l’inculture économique est en train de plomber le pays.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • C’est pourtant la vraie justice sociale : puisque les petits commerces spécialisés crèvent de leur fermeture, il faut faire crever les grandes surfaces qui vendent les mêmes produits de la même manière, avec contact avec les clients, au profit de la vente par internet, anonyme mais taxable sur chiffre d’affaires ( du moins pour les grands acteurs du secteur )
    Et tant pis si la pollution urbaine croît avec les camionnettes de distribution, si les listes de chomeurs s’allongent et si le salaire moyen des employés de ce secteur est bien plus bas que celui rencontré dans la grande distribution

    • Pas d’accord sur la deuxième partie :

      J’habite loin d’une grande ville, chez moi pas de tram ou de bus, juste un car départemental 4x par jour !
      Alors l’unique camionnette Amazon 1 x par jour ( plus 1x la Poste) pollue moins que quand chacun des 900 habitants prend sa voiture pour chercher soit des ampoules, des tapis pour chien ou autre article vendu par Amazon…

    • Tous les poncifs socialistes sont là! Je vous conseille d’aller plutôt sur les sites du Monde, de Libération ou de l’Humanité pour débiter vos âneries anti-libérales. La pollution qui croît à cause des camionnettes fallait oser la sortir!

    • « le salaire moyen des employés de ce secteur est bien plus bas que celui rencontré dans la grande distribution » : sources?
      Il se trouve que j’ai travaillé chez carrefour et que 80% du personnel était payé le minimum légale. Il me semble difficile de faire moins.
      Si la pollution augmente en ville c’est plus à cause des conditions de circulations infernale et de la suppression des places de parking. ce qui contribue également depuis des années à la mauvaise santé des petits commerces puisque qu’il est devenu impossible de se rendre dans les villes en voiture.

  • Laurent Lenormand
    6 novembre 2020 at 6 h 57 min

    La dérive totalitaire de l’Etat se manifeste aussi dans l’économie, où on nous explique désormais ce qu’on a le droit d’acheter et comment.
    On nous présentera bientôt le retour des tickets de rationnement comme un progrès dans la lutte contre le Covid.
    Au secours !

    • “tickets de rationnement” : où l’on s’aperçoit que les hommes de l’Etat sont en guerre contre les ‘déplorables’, pas le virus. Et où Amazon est l’ami américain qui nous aide à passer à l’Ouest, à franchir le mur du socialisme. Dans quelle colère vont-ils se mettre quand Amazon acceptera d’être payé en Bitcoins..

  • Et la cerise sur le gâteau c’est l’annonce hier du « remboursement » par l’Etat des frais de livraison des libraires indépendants qui vendraient en ligne. La première chose à laquelle j’ai pensé, c’est « Je vois déjà la paperasse pour se faire rembourser par l’Etat les frais de livraison des bouquins vendus ».
    Et si je commande un bonnet, parce que j’ai froid le matin et j’ai perdu le mien, est-ce que l’Etat « rembourse » les frais de livraison ? Parce qu’en plus, pour calmer les Français qui n’y connaissent rien, l’Etat feint de croire qu’Amazon, ce ne sont que des livres (j’ai lu en effet des forums où des lecteurs pensaient cela).
    Quand nos gamins n’auront plus de quoi acheter un anorak, ils se consoleront en pensant qu’ils ont payé les frais de livraison des livres achetés chez les libraires pendant le Covid. Entre autres.

  • Le confinelent n’est qu’un révélateur.
    La question à se poser devrait être celle-ci: y a-t-il un lien entre certaines décisions gouvernementales actuelles et passées qui aboutissent à une distorsion de concurrence défavorisant les petites entreprises et le monopole grandissant d’Amazon et d’autres multinationales, d’ailleurs souvent d’origine américaine? Le poids fiscal et réglementaire est bien plus lourd pour les petites structures.
    Le bon sens des commerçants les conduit à dire: ils veulent notre peau.
    A savoir: le premier forum de Davos en 1971 s’était fixé comme objectif de faire contrôler toute l’économie mondiale par de puissantes multinationales. On ne peut pas dire que depuis, le capitalisme de connivence ne se soit pas répandu.

  • « le consommateur qui voudrait s’offrir autre chose que des pâtes ou du papier hygiénique »

    Mais les rayons commencent déjà à se vider comme dans un magasin du Venezuela ou d’un pays de l’est d’il y a 50 ans !

    • Socialisme = pénurie et pauvreté! Ce qui révèle la bêtise des gens est que, malgré ses cinglants, et sanglants, échecs dans TOUS les pays, et ils sont nombreux, il y a encore des crétins pour y croire. Einstein avait raison, la bêtise humaine est infinie!

    • Bah, si les magasin se vident. , c’est que les porte monnaie sont encore pleins, l’inverse est plus grave mais le pied c’est quand les magasins sont vides et les porte monnaie aussi ce qui devrait arriver avant la fin de l’année prochaine.. A quoi bon commercer avec un pays de pauvres, même la Chine fuiera l’Europe.

  • Vous êtes étonnés ??? de quoi ??
    Ce gouvernement composés d’incapables prétentieux sans souci du lendemain cherche un bouc émissaire pensant ainsi occulter son impéritie.
    Un classique pour les nuls.
    Pour Amazon, il est bon de remémorer aux commerçants sinistrés que J. Bezos (propriétaire d’Amazon) à commencé comme petit épicier, lui à la vente, sa femme à la caisse.
    Chiffre d’affaire 2019 : 260 MILLIARDS d’Euros…
    De belles perspectives à ceux qui veulent entreprendre ! Non ?

    • Sauf que Bezos n’avait pas Bercy sur le dos…

    • Bezos n’a jamais été épicier. Révisez vos sources. Il est informaticien et travaillait à Wall Street.

    • Ah la belle histoire,comme celle de notre cador de la GMS qui pleurait ce matin chez Bourdin avec ses marges arrières versées au pays du chocolat et sa centrale d’achat belge pour contourner la loi ,vite des mouchoirs!

      • C’est une belle histoire effectivement contrairement à la socialiste qui sème misère et désolation sur son passage.

  • rien à foutre du gouvernement je continue à commander sur Amazon et ce, sans aucun remord ..au contraire de ceux qui pensent que c’est Mal et qui ont un cerveau de la taille d’un petit pois.

    • Ce n’est pas la taille qui compte…….. Entre un petit pois et un crâne d’œuf, y a pas photo, le petit pois l’emporte.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

L'habitude a été prise d'utiliser les deux expressions "hausse des prix" et "inflation" de  manière quasiment interchangeable. C'est une erreur.  

Les deux phénomènes se confondent lorsque la cause des hausses de prix observées est une inflation de la monnaie. Mais les hausses de prix que l'on observe peuvent ne rien  avoir avec la monnaie, et être liées à d'autres problèmes économiques de nature non  monétaire - comme par exemple l'emballement des matières premières en 1950 lors du  déclenchement de la guerre de Corée, une réduction s... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Vidéo :

[Cette vidéo a été enregistrée le jeudi 30 décembre 2021 vers 13 heures au Fort des Trois Têtes (Vauban) de Briançon – Durée : 05′ 10″]

Chers lecteurs, bonjour ! Je suis Nathalie MP, nous sommes le 30 décembre 2021 et c’est une fois encore depuis mon petit paradis perché et enneigé des Hautes-Alpes que j’ai le plaisir de vous adresser mes vœux de bonheur les plus chaleureux pour 2022.

S’il est d’usage en ces circonstances de se souhaiter mutuellement une bonne santé, je trouve encore plus important, et je ... Poursuivre la lecture

La perspective des fêtes n'est pas des plus réjouissantes en cette fin d'année 2021.

Toute l'Europe est actuellement en train de serrer à nouveau la vis de l'autoritarisme à l'approche des fêtes : entre confinements partiels, couvre-feux, événements supprimés, les libertés publiques s'usent et ne semblent plus être que de vagues souvenirs de l'année passée, ou de l'année d'avant...

Cependant, et pour tenter d'entretenir une santé mentale la plus saine possible en cette période de folie, il est important de souligner le positif q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles