Electricité : la France rallume le charbon !

Le choix d’arrêter des réacteurs nucléaires oblige la France à se tourner vers une production d’électricité polluante et émettrice de CO2, au charbon !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Coal By: Lisa Zins - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Electricité : la France rallume le charbon !

Publié le 1 novembre 2020
- A +

Par Michel Gay.

C’était prévisible, la France a rallumé en septembre et en octobre ses quatre centrales à charbon fortement émettrices de CO2, et d’une puissance presque identique aux deux réacteurs nucléaires de Fessenheim fermés en début d’année 2020 qui n’émettaient pas de gaz à effet de serre

Demain, elle construira des centrales au gaz importé de Russie et des États-Unis pour compenser les 14 fermetures de réacteurs nucléaires prévues par la délirante Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE)

Le retour des centrales à charbon !

Le choix paradoxal d’arrêter des réacteurs nucléaires oblige la France et l’Europe à se tourner vers une production d’électricité polluante et émettrice de CO2, au charbon ou au gaz, lorsque le vent faiblit et que le soleil brille peu ou… pas du tout la nuit. Pilotés par les dieux Eole et Hélios, ces productions n’ont aucune raison de correspondre aux moments où les hommes en ont besoin.

Et les insurmontables difficultés techniques ainsi que le coût astronomique du stockage d’énergie, y compris par inertie dans des volants en béton, pour compenser les productions intermittentes des éoliennes et des panneaux photovoltaïques (PV) sont passés sous silence pour mieux présenter ce leurre.

Pourtant, le nucléaire a été déclaré « bon pour le climat » par l’État français dans le plan de relance de l’économie publié le 3 septembre 2020.

Une centrale à charbon d’une puissance de 1000 MW utilisée la moitié de l’année (environ 5000 heures) rejette chaque année 5 millions de tonnes (Mt) de gaz carbonique dans l’atmosphère (chaque kilowattheure produit émet presque 1 kilogramme de CO2), et produit des cendres contenant des métaux lourds (cadmium, nickel, mercure, plomb…) et autres produits toxiques (antimoine, arsenic, béryllium, fluor…), ainsi que plusieurs tonnes d’uranium et de thorium avec ses descendants radioactifs : radium, radon, polonium…. qui ne sont pas gérés contrairement à ceux produits dans le cycle nucléaire.

Pendant ce temps, une campagne de dénigrement est menée contre le transport aérien dont les vols intérieurs (y compris Outre-mer) émettent moins de 5 Mt de CO2. Et l’ensemble des vols ne comptent que pour 3 % des émissions de gaz  à effet de serre en France (qui elle-même n’émet que 1 % des émissions mondiales…).

Les autres 17,9 Mt sont imputés au transport aérien international… qui ne peut pas être remplacé par le train.

Charbon et politique antinucléaire coûteuse

Le 14 septembre 2020 EDF a acheté cher (jusqu’à 4 fois le prix habituel du marché soit 120 euros par mégawattheure) de l’électricité presque totalement produite ce jour-là par du charbon et du gaz en Allemagne pour faire face à la demande, alors que la production EDF est presque entièrement décarbonée.

Ces tensions ont une nouvelle fois montré à l’Europe et au monde entier que la consommation des énergies fossiles (charbon et surtout gaz), n’est pas prête de diminuer en Europe et dans le monde.

La consommation de charbon stagne en Allemagne et en Pologne. Elle est même en augmentation dans le monde (Inde, Chine…).

Les recommandations du Groupement International d’Experts sur le Climat (GIEC) de développer le nucléaire ne semblent toujours pas prises en compte… Ce rapport a clairement montré que l’Europe doit saisir l’opportunité du nucléaire pour réduire sensiblement l’utilisation des combustibles fossiles.

Se mettre la tête dans le sable ne servira à rien, sinon à cacher l’évidence : le charbon, le gaz « naturel » ou de schiste et le nucléaire ont un grand avenir en Europe et dans le monde !

Autant prendre en compte la réalité du futur et la gérer au mieux…

Retour du nucléaire

Les États de l’Union européenne actuellement les plus dépendants du charbon comme la Pologne, l’Allemagne et la République Tchèque (qui ne possède ni le vent de l’Allemagne du nord, ni le soleil de l’Espagne) ne pourront pas passer à des sources d’énergie moins émettrices de CO2, et économiquement soutenables, sans le nucléaire.

Les compétences tchèques dans le domaine de l’énergie nucléaire sont solides depuis longtemps. Le pays a déjà développé son industrie et sa propre chaîne d’approvisionnement. L’élimination du charbon et son remplacement par le nucléaire font partie de la politique énergétique tchèque depuis 2015. Les centrales nucléaires à Dukovany et Temelin fournissent actuellement plus du tiers de l’électricité du pays et cette part devrait atteindre 50 % en 2040.

Les pays du groupe de Visegrád (Hongrie, Pologne, République Tchèque et Slovaquie) soutiennent le nucléaire, ce qui agace… les Allemands.

La Pologne, qui dépend actuellement à 80 % du charbon pour ses besoins en électricité, souhaite disposer de sa première centrale nucléaire d’ici 2033.

Les prévisions pour 2040 indiquent que 32 % de son énergie sera produite à partir du charbon et 18 % à partir du nucléaire.

Quel système de stockage choisir

L’hydraulique a presque atteint ses limites techniques, environnementales et sociales en France et l’hydrogène n’est pas une solution viable car sa production consomme trois fois plus d’électricité que celle restituée au réseau.

Physiquement, économiquement et écologiquement, un système photovoltaïque et éolien autonome est impossible à mettre en place à grande échelle, quel que soit le moyen de stockage envisagé en parallèle.

Depuis deux ans RTE assure que  « la sécurité d’approvisionnement sera assurée« . RTE a simplement oublié de préciser que ce serait avec les centrales à charbon restantes… Que fera RTE pour faire face à une demande d’électricité soutenue lors d’un hiver rigoureux avec peu de vent dans toute l’Europe durant deux semaines et peu d’ensoleillement (donc aucun la nuit) ?

Une mouvance verte voudrait faire croire que les énergies renouvelables du vent et du soleil pourraient être « autonomes ». C’est tout simplement une escroquerie intellectuelle de plus.

Des promoteurs éoliens ne se gênent plus pour cracher sur la démocratie à chaque partie perdue devant des consultations populaires. Et ils se trouvent toujours des Verts pour voler au secours de ces promoteurs éoliens et solaires irresponsables.

Divers lobbies verts et industriels ont démontré leur capacité à nuire à la cohésion sociale pour servir leurs intérêts de promoteurs peu soucieux du respect de la démocratie et des droits humains.

C’est à vomir.

La plus grosse erreur à faire pour ceux qui veulent « sauver le climat » serait de voter pour les Verts antinucléaires car leur programme est à l’opposé de ce qu’il serait urgent de faire.

Pour les autres partis, un immense travail d’information semble nécessaire afin de leur éviter de construire eux aussi des scénarios bidons fondés sur les énergies renouvelables (hors hydraulique) pour verdir bêtement leur programme… contre les lois de la physique et de l’économie.

Et tous les partis politiques feraient bien de prendre conscience que, à ce jeu détestable de surenchère du plus gros mensonge vert ruineux, la démocratie est davantage en danger que la planète, car ce comportement contribue à nuire à leur image dans l’opinion publique.

Voir les commentaires (55)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (55)
  • les « Verts » ne sont que des socialistes d’une autre couleur…

    • ce ne sont pas les verts mais leurs idées.. ce sont ici des roses qui importent .. qui pensent que le vert les fera réélire..

  • les verts , les verts…..ils sont aussi gris et terne que l’avenir qui nous attend ;

  • Le pouvoir actuel a besoin pour 2022 des 10 à 20 % d’illusionnés
    qui croient que les ENR vont remplacer le nucléaire. Rien n’est donc fait pour les détromper, au contraire. Les medias y sont entièrement acquis. La contradiction avec les objectifs écologiques ne les gêne pas, car ils sont habitués au double langage. Les lobbys en profitent grassement, tout cela au prix de la ruine du pays.

  • Le 20 octobre le gestionnaire de réseau belge Elia a payé 1100€/MWh, soit 25 fois le prix auquel on pouvait s’attendre.
    Juste au moment où la production des éoliennes chutait de 600MW.
    https://www.elia.be/fr/donnees-de-reseau/equilibrage/prix-de-desequilibre-15-min

  • Bah, a priori les français n’ont pas la parole sur le sujet, ils doivent importer du gas des us et du canada et de l’electricte d’Allemagne, ainsi nous avons le droit à faire des déficits sur déficits. Notre nucléaire ne rapporte rien au monde et à peine aux français bcp à l’état avec les taxes… Mais l’état en a que faire, il emprunte, ses usuriers sont impitoyables.

  • Et le charbon, on l’achètera bientôt aux Chinois, ils en ont plein! CPEF

  • Au point de vue environnemental, le nucléaire est le mode de production d’une puissance de base électrique qui semble le meilleur ; mais, magie de l’impossibilité intrinsèque de comparer deux actions, en terme d’impact environnemental ( addition de choux et de carottes),il suffit de dire , il n’y rien de pire que la création et le stockage d’ un certain type de sous produits de fission.. et le tour est joué.
    Vous pouvez utiliser la même stratégie de diabolisation pour plein de trucs..

    Ce sont des trucs verts classiques:
    diabolisation. il n’y a rien de pire qu’ne déchet nucleaire, rien de pire qu’une pollution par les pesticides ,
    demi bilans , qui revient à dire que c’est un progrès environnemental de déplacer son sacs d’ordure au bout de la rue ,
    ignorance de l’economie qui conduit à ignorer certaines conséquences ‘imprévues » ,
    et néoécoloniasme sinon imperialisme, interdire aux indonésiens de couper leur forêts..

    tout cela aidé par des « chercheurs » militants dont l’objectif n’est pas la vérité mais la conviction de la population…le seralinimisme.

    Mais bon en ce qui concerne de nouveaux moyens à mettre en place, le concurrent véritable du nucleaire est très marginalement les renouvelables, c’est d’abord gaz et charbon..

    Arrêter une centrale nucléaire construite, lorsque le le cout d’un nucleaire c’est essentiellement de rembourser l’emprunt pour construire la dite centrale… c’est du niveau démolir une maison dont on a fini de payer l’emprunt, pour vivre dans une cabane au prétexte que la cabane est un peu moins chère à construire.. on ajoute le cout de la démolition et le cout de la construction de cabane , un nouvel emprunt.. Et cette foutue cabane, on ne peut pas y rester en hiver ou quand il fait trop chaud.. En effet, à ce niveau…

    • mais là alors en général on a le sifflet coupé pour un moment..
      parce qu’on ignore qu’on a affaire à des gens qui ne sont que structurellement stupides mais qui par contre très conscients du fonctionnement de nos sociétés…ils savent que leurs revenus ne sont pas dus à leur valeur marchande mais leur pouvoir de nuisance ils savent ,presque inconsciemment , qu’il sauront faire en sorte de maintenir pour un temps leur propre pouvoir d’achat mieux ce signalement de vertu renforce leur « mérite » politique et idéologique..

      donc quand vous abordez le sujet de prix pour la population, ils évacuent cela du revers de la main.. car ça ne les concernera pas directement.. tout comme la santé n’ a pas de prix.. d’autres qui ne sont pas eux paieront…

      Donc quand un proche me dit un jour « je pense que l’electricité n’est pas assez chère », son cheminement intellectuel est que de dire cela lui permet d’afficher son appartenance au camp du bien qui depuis des décennie a su être le gagnant de tous les grenelles..
      terrifiant car non exprimé.. encore moins admis.. ce sont des êtres profondément idéologiques..et aristocratiques..

      • ils sont contre la surconsommation… parlez leur de la leur..
        ils sont contre le tourisme de masse..ils voyant davantage que les autres..
        ils veulent combattre la surpopulation.. sans commentaire..
        ils veulent protéger l’environnement …qu’ils n’habitent pas..
        ………nomenklatura..

        • mais il y a de l’espoir, car cette nomenklatura ne promet pas au peuple la prospérité et mais la pauvreté , dans un société communiste e ils pouvaient se présenter comme l’avant garde du cheminement vers une prospérité communiste… il est plus difficile de prétendre être l’avant garde vers la sobriété écolo quand on est PLUS riche que le peuple.. ça se remarque…

          il est plus probable qu’ils finissent  » à la lanterne »..

          • encore une tartine prétentieuse pour dire…ce ne sont pas de véritables idiots..
            c’est juste que dans leur société idéale, le pouvoir est déterminé le respect affiché pour l’idéologique..

            ils ne vous écoutent que pour classer..bon ou méchant.

  • Le plus grave est que si nous démarrons nos centrales à charbon aussi tôt dans l’année est que cela résulte de l’impréparation de CRDF. Près de la moitié de nos réacteurs sont à l’arrêt faute de maintenance pendant le confinement, alors nous importons depuis l’Allemagne à prix d’or, c’est une honte. Encore un service public à la française que le monde entier nous envie.

    • Edf était peut être une « exception à la règle » jusqu’à il y a quelques années. (Les travaux ont été privatisés depuis fort longtemps, et les fonctionnaires résiduels, malgré des avantages substantiels ne pesaient pas beaucoup sur le cout du KWH… ). Mais avec la politique du n’importe quoi actuelle, ça dégénere. On va arriver à dépenser plus pour polluer plus avec un service moindre… Bravo nos politiciens…

  • Les centrales belges sont prévues d’être mises à l’arrêt en 2025… si on rate l’occasion d’annuler cette décision stupide, on est mal… Et faudra encore des années pour rattraper la chose, avec des politiques qui font retourner leur veste d’une manière insupportable…

  • Depuis que la « Justice » américaine nous a confisqué les bons morceaux d’Alstom il me semble que nous avons perdu la maîtrise de l’entretien de nos centrales nucléaires qui reste soumise au bon vouloir des autorités politiques des USA. Je me demande si c’est un facteur de l’abandon (apparent) de la vieille Fessenheim.
    J’imagine mal qu’on renonce vraiment au nucléaire, mais il faut ménager les verdâtres jusqu’aux élections.
    J’aimerais savoir si l’ex-otage du DOJ (Frédéric Pierucci) qui cherche à reconstruire le secteur nucléaire français a des chances de succès.

    • Votre complotisme antiaméricain est non seulement grotesque mais complètement irréaliste. GE est une entreprise privée! Vous croyez que les ricains ont un intérêt quelconque à stopper le nucléaire français? Si oui il est urgent de vous faire soigner! Quand à Alsthom cherchez plutôt du côté de nos gouvernants ignorants et incapables qui font tout pour couler les entreprises françaises.

  • Finalement, le problème du charbon n’est pas le CO2 qu’il émet. Nombre d’entre nous sur site savons que le CO2 n’a pratiquement aucun effet sur le climat. Non, ce sont toutes les cochonneries qui sortent dans les fumées de ces centrales.

    • Et ceux qui par exemple pensent qu’il est encore impossible de quantifier l’effet des emissions fossiles .. (véritable scepticisme selon moi) , ils comptent pour du beurre ou son juste encore et toujours des idiots?

      Chiche démontre moi que le CO2 n’a aucun effet..

      Il me semble que si on veut quantifier la seule façon est de partir de la modification des transferts radiatifs et energetique puisque le CO2 modifie surtout cela dans l’atmosphère… ensuite????

      et encore ..le rôle anthropique ne s’arrête pas aux émissions fossiles..emission d’aerosol modification de l’hydrologie et de hygrologie sur les continents, un rôle sur l’albedo simple suie sur les glaces pas exemple , localement l’effet de l’homme sur le climat est trivial…et déjà difficile à quantifier..

      et ça ne dit rien sur le fait que ce soit mauvais ou non pour l’humanisté mais ce sera toujours un problème à ceux qui pensent que tout changement environnemental est néfaste..

      Donc vous « savez » que le CO2 n’a « pratiquement  » aucun effet sur le climat…

      Ce qui revient à dire que vous savez qu’il en a un…et que vous êtes capable de l’estimer..donc combien et pourquoi?

      • Vous allez cessez de répéter les âneries inventées par les écolos pour justifier leur arnaque du RCA. Le CO2 ne représente que 0,04% de l’atmosphère, trop peu pour contrer la diffusion de la chaleur dans l’espace. Ce que confirme le refroidissement de la planète de 1945 à 1975 en pleine reconstruction des dégâts de la guerre, alors que l’énergie était basée sur le charbon. Dans le passé lointain la Terre a eu jusqu’à 15 fois plus de CO2 qu’actuellement mais une température de seulement 1 degré de plus. Les faits contredisent ces accusations!

        • sans blague?

          eh ben voila c’est fini démonstration faite, 0,04% c’ets trop peu merci…
          ceci dit vous pointez un vrai problème, c’est un petit joueur le C02 qui n’ a la particularité que d’etre en augmentation mais en pratique dont l’effet est quasiment invisible car noyé dans le bruit des autres acteurs…

      • Mona Loa montre que c’est le CO2 qui suit la température. Loi de Henry : les océans dégazent.

        • « À température constante et à saturation, la quantité de gaz dissout dans un liquide est proportionnelle à la pression partielle qu’exerce ce gaz sur le liquide. »

          c’ets donc une loi statique voyez vous..
          il faut lui n ajouter une autre pour avoir une notion de la dynamique..au niveau de la surface des océans..

          dire loi de henry est digne des pires utilisations de sloi de la thermodynamique..

          la loi de henry vous donnerait le taux de CO2 pour quoi? la température moyenne des océans.. à la pression au niveau de l’océan la temperature del’air? ou au niveau du niveau de l’oceéan..
          laloi de henry est utilisable à la surface de l’océan..

          • ensuite le CO2 suit la temperature qui monte..ok..? 1
            et cette temperature monte du fait des variations naturelles je présume..ok?2

            mais alors pourquoi le CO2 sort il des valeurs de variations naturelles qu’on lui connait?

            et la loi de henry ne vas « gérer » le CO2 fossile.. qu’on introduit dans votre système..

            Votez argument outre son absence de validité descriptive réelle ( classique des arguments thermodynamiques) et le problème que vous prétendez de fait être capable de donner un taux de CO2 quand vous connaissez océan et atmosphere..

            non désolé..

            la loi de henry c’ets pour un système à l’équilibre…le système ne l’est pas et pire , en admettant le dégazage sous l’effet d’une variation naturelle de temperature , réchauffement, tout laisse à croire que le temps caractéristique du système ocean atmosphère pour s’équilibrer est de plusieurs centaines d’années… pour varier en moyenne de 100ppm approximativement ( en moyenne)…
            là ça varie de 100ppm+ en 100 ans… ça ne traduit PAS une dynamique océanique qui implique une « temperature » globale de l’océan…

            ne dites pas loi de henry, par pitié… sinon appliquez là:
            une pression un temperature et vous avez le taux de CO2 atmosphérique.
            Illusion de comprehension.

            • donc si vous parlez du couple ocean atmosphere la loi de henry serait  » utilisable » pour décrire le mécanisme d’quilibrage en CO2 et temperature de entre ocean et atmosphere. ( en ignorant des tas de trucs) ..et ça..ça pour, ce qu’on pense savoir prend des millénaire et ça donne 100ppm en 1000ans 10 ppm en 100ans.. si vous voulez appliquer la loi de henry, qui vous donne 100ppm en 100 and il vous faut trouver un truc « moins gros que l’océan entier » et si vous devez  » verifier » correctement la loi de henry vous regardez se passe au niveau d’une pellicule d’eau et d’atmosphère en quasi équilibre thermique..si la loi de henry vous donne le sens de la dynamique…voir si les flux sont corrects..

              • Malheureusement vous répéter sans esprit critique les déclarations concernant la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère qui serait de 100ans voire plus.
                Un calcul simple montre que cela n’est pas possible, sinon il n’y aurait jamais eu de concentration stable par le passé. Ce constat, généralement admis jusqu’au début de l’ère industriel, ne peut à lui seul donné la durée de vie de ce gaz dans l’atmosphère mais il en fixe la limite supérieure sans ambiguïté: celle-ci doit être strictement inférieure à une dizaine d’années.
                Le chiffre de cent ans et plus répétés régulièrement ne peut expliquer les observations de stabilité vers 280ppm de concentration observés pendant les derniers siècles ou, à ma connaissance, il n’y avait pas encore de source régulière d’émission et anthropique de ce gaz. Il semblerait que le bon chiffre soit de l’ordre de 4 à 6 ans. Certains ‘climatologues évoquent des temps beaucoup plus long (100ans) en réponse à des impulsions d’émission hors état d’équilibre.
                Cela semble vraiment tirer par les cheveux comme explication mais en matière de climat, on est plus très regardant!

    • dites juste « convaincus ».. ça me va.. dites « savons » je vous place au même niveau que les catastrophistes.

      alors bien sur je suis un idiot.. mais comme je me place dans l’ombre de Feynman, Dyson etc etc…ça ne m’impressionne guère..

      • Puisque vous êtes comme moi un fan de Feynman, relisez son livre QED (en français électrodynamique quantique) qui montre comment on peut calculer les raies d’absorption des gaz, vous appliquez ça à l’eau et au CO2 et puisqu’il y a beaucoup plus d’eau que de CO2 atmosphériques et que leurs spectres d’absorption se recouvrent presque, la part d’absorption spécifique du CO2 est déjà faible et sa dérivée décroît rapidement (doubler la pression partielle du CO2 n’ajoute presque plus rien au forçage).
        Et comme vous n’avez pas envie de faire les calculs, regardez l’imagerie satellitaire infrarouge qui les confirme.
        Donc oui, le *supplément* de CO2 n’a qu’un effet minime sur la température en comparaison des variations climatiques naturelles.
        Et oui, on ferait mieux de s’inquiéter des cochonneries véhiculées par les fumées (NB: le CO2 est incolore, inodore et sans saveur mais très bon pour la verdure).
        Le nucléaire ne fait pas de fumée.

        • je suis un fan de leur probité mais je n’y connais rien en physique..
          euh..si vous faite un calcul complet vous risquez de tomber sur le 1 degré en cas de doublement CO2 en « fixant la vapeur d’eau…

          c’est simple allez contester ce calcul…une publi et zou ..plus de théorie du rca..
          reprenons votre « réfutation »..
          votre « presque »… la décroissance logarithmique..du forçage en fonction du CO2… ben ..oui…

          une imagerie infrarouge ne va pas vous montrer ce qu’il vous faut.. ça ne prouve rien..

          c’est bien un effet minime… 1 degré en 100 ans….avec une variation interannuelle de l’ordre..du degré..

          désolé…

          Si il ya avait des arguments physiques majeurs la refutation serait déjà faite . désolé dans le meilleur des cas vous pouvez dire qu’il s’agit de trop d’hypothèses…

          contrairement à ce que vous suggérez le calcul radiatif est le plus « solide » dans le bousin..
          Et venons en au VRAI problème…
          dis donc mc2 pourquoi tu ne critique pas la loi de henry si dessus?
          ou les 0,04%

          tiens tiens…

          • pardon pas un degré en 100 and un degré quand on passe de 300 à 600 ppm…

            vous ne voyez rien en regardant les données …noyé dans la variabilité..

            • ah le complot des physiciens.. qui acceptent un calcul radiatif théorique…

              publiez cette réfutation…
              c’est presque rien..pas de bol c’et sassez ce qu’ontrouve.. en général..l’affirmation du presque la présupposition de la négligibilité qui en découle ..est ce qui permet à la mauvaise réfutation de prospérer..

              • mieux le rca que l’on est supposé voir est SURTOUT de l’amplification donc pas un effet du CO2 direct!!

                effet noyé dans le bruit..induisant des effets amplifiés plus grands que lui ( pour le catastrophisme)
                il y a de quoi douter…

          • « dis donc mc2 pourquoi tu ne critique pas la loi de henry si dessus?
            ou les 0,04% »

            1- La loi de Henry rend bien compte du dégazage océanique de CO2 consécutif au réchauffement quelle qu’en soit la cause.
            J’ai d’autant moins de raison de la « critiquer » qu’elle conforte mon argumentation que le surplus de CO2 n’est pas la cause du réchauffement mais pour une bonne part sa conséquence.
            2- 0.04% de CO2 c’est très peu par rapport à l’eau mais suffisant pour entretenir la végétation. 0.08% serait encore mieux de ce point de vue pour un bilan thermique minime par rapport aux 0.03% du XIXème siècle et aux variations naturelles observées.
            3- Pour le reste si vous me remettez tout ça en français, je ferai l’effort de vous éclairer.

    • combattre le gouvernement pas la peur n’est pas de dire qu’on sait que ça va bien se passer mais qu’il n’y pas de moyen « valable » de combattre un danger imaginaire, SURTOUT si ce moyen implique un appauvrissement massif.

      On est infoutu de savoir , encore maintenant, l’ampleur sanitaire finale du covid…!!! on regarde la suède..
      La complexité du climat est d’un niveau supérieur en tout point ..

  • Il existe en plus un phénomène assez terrible qui est la perte de compétence.
    Ceux qui ont construit la France du TGV, d’Ariane, d’Airbus et des centrales nucléaires sont très vieux ou décédés et faute d’investissement et de volonté politique le passage de flambeau ne s’est pas effectué, il manque plusieurs générations d’entrepreneurs, ingénieurs techniciens et chef de projets énergiques.
    Les anciennes générations avaient fait l’école en 50-70, il n’est pas certain que les nouvelles élevées aux 35 heures et aux études-gommette inclusives soient aussi performantes et rigoureuses que les anciennes.
    Les excellences technologiques des années 80 pourraient être comme les palais et monuments, des souvenirs d’une gloire passée et perdue.
    .
    En bref, même si la volonté politique et les capacités économiques ne faisaient pas totalement défaut, il n’est pas certain que la France du Covid possède encore les ressources humaine nécessaires, les gens compétents sont partis, ceux qui restent sont des produits de la médiocratie.

    • En France car la compétence n’est pas perdue pour tout le monde. ce qui est terrible est la compétitivité globale du pays… si il n’y avait QUE le nucléaire…
      Un pays vivant à crédit. donnant des leçons au monde entier. Les dirigeants chinois peuvent rire.

    • Vous avez absolument raison! Une compétence se perd lorsqu’elle n’est pas transmise aux générations suivantes, et c’est justement le cas en France!

  • Qui disait que les français ne sont pas des imbéciles? Ils accusent le nucléaire!

  • Pour moi, le problème du gaz n’est pas le CO² , mais que c’est Poutine qui tient la vanne d’arrêt à l’autre bout du tuyau !

  • « l’hydrogène n’est pas une solution viable car sa production consomme trois fois plus d’électricité que celle restituée au réseau. »

    Faut arrêter de mettre en avant des questions de rendement théorique comme le font les écolos : seul le rendement économique importe, le nucléaire ne fait pas mieux et le pire de tout est la puissance fournie par un humain maniant la faux dans un champ à partir de consommation de viande fournie par un herbivore consommant un produit de de la photosynthèse.

    L’hydrogène est une idée stupide parce que c’est dangereux. Déjà l’usage du méthane dans les transports pose ce problème. Il est plus sensé de produire du carburant (lourd) de synthèse à partir d’extraction d’hydrogène, de CO2 et de nucléaire avec des unités en mer, même avec des rendements théoriques mauvais, que d’installer des usines à hydrogène partout dans les campagnes et se promener dans des bombes à roulettes.

    • Oui, mais à cause du faible rendement et de la nécessité de production d’électricité vous devez aussi doubler le parc nucléaire et ça c’est impossible: on ne sait plus, on ne veut plus, on n’a plus les moyens.
      Le rendement rentre fortement en jeu dans cette équation précise, quelques pourcents en plus ce serait quelques centrales en moins.

      • Dans une turbine, on multiplie les étages pour grapiller quelques pourcents d’efficacité, mais il s’agit d’efficacité économique et pas de rendement théorique dont on sait dès le départ qu’il est mauvais.

        • bien sur …quand vous faites un feu pour vous chauffer le cul à l’extérieur..le rendement est « mauvais »..

          vous vous en préoccupez si le « prix » du combustible est un problème sinon…

    • Toute réserve d’énergie est une bombe. A part les carburants solides, les carburants liquides sont probablement le meilleur compromis de sécurité.

      Et encore : on n’a jamais réussi à empêcher un avion de faire « boum » quand les ailes frottent le sol dans un crash, et un silo de sucre ou de grain est une bombe à cause des poussières.

      Le Hindenburg à brûlé en une minute. L’avantage remarquez bien est qu’il n’a même pas explosé – et il n’était pas dans un parking en sous-sol.

      • Le Jet A fait d’ailleurs plutôt « wlaouf » que boum, avec quelques exceptions comme le vols TWA 800 ou le réservoir central comportait pile le bon mélange oxygène/vapeur de kérosène/température pour déflagrer.
        Il est vrai qu’en cas de crash au décollage, les 70 tonnes de kérosène font un sacré boule de feu.

      • moteur à explosion…

  • Bonjour,
    Je suis toujours déçu par vos articles qui sont toujours incomplet et orienté. Je trouve ça dommage.
    J’aurais aimé que vous disiez que presque 50 % du parc est à l’arrêt pour maintenance. Ce qui pose d’après moi un problème de pertes de compétences dans le nucléaire dont personne ne parle.
    C’est pas parce-que une centrale comme Fessenheim ferme alors qu’elle était pratiquement tout le temps à l’arrêt qu’on rallume le charbon. Mais car plus personne ne sait faire correctement l’entretien et les soudures sur nos centrales.

  • Nous ne construirons pas de centrales à charbon…. Engie doit avoir 6 centrales à gaz de 500 MW sous « cocon », suite aux évolutions des marchés de l’énergie depuis 2008/2010. J’ai travaillé à leur mise en service.
    De plus l’EPR de Flamanville finira par démarrer ses 1700 MW.
    Pour le reste ,l’article est excellent comme toujours.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Par Dominique Greneche.

L’énergie nucléaire civile a toujours fait l’objet de nombreuses controverses à tous les niveaux et parmi tous les acteurs de notre société, y compris dans la population elle-même. Ces débats parfois très vifs, pour ne pas dire convulsifs, s’intensifient aujourd’hui en France à l’occasion de la campagne présidentielle. Mais de tout temps, les antinucléaires intégristes n’ont pas hésité à proférer des arguments trompeurs pour prêcher leur évangile et mystifier le peuple qui peut se laisser berner facilement faute... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Bernard Durand.

Le vent est plus régulier en mer qu’à terre 

C’est faux !

La figure parlante ci-dessous compare les variations de la puissance électrique fournie en une année (en pourcentage de la puissance nominale totale avec un pas de temps de 30 minutes) par l’ensemble des parcs éoliens en mer du Nord et à l’ouest de la mer Baltique (zone DK1) du Danemark, en haut, avec celles, en bas, de l’ensemble des éoliennes terrestres françaises.

Les lignes rouges représentent la puissance effective moyenne (f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles