Des bougies, des burritos et des ministres contre le terrorisme islamiste

Osons nous affirmer comme la terre des Lumières, de la science et du progrès et considérons nos ennemis pour ce qu’ils sont.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Rassemblement après le meurtre de Samuel Paty By: Jeanne Menjoulet - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des bougies, des burritos et des ministres contre le terrorisme islamiste

Publié le 23 octobre 2020
- A +

Par Marc André.

Suivant, en bon hussard de la République, les consignes de son ministère, un professeur vient d’être décapité pour avoir enseigné la liberté d’expression à ses élèves. Ce meurtre abject n’est pas l’œuvre d’un illuminé, mais la résultante d’une cabale, savamment orchestrée par l’islamisme politique et tous les petits nervis qui gravitent autour.

Le meurtrier est un réfugié politique tchétchène de 18 ans. Un garçon accueilli, protégé et éduqué par notre pays et nos impôts. Une bête sauvage que la justice a maintenue sur notre sol, alors que l’administration pour une fois clairvoyante voulait le renvoyer en Russie, compte tenu de ses antécédents, lesquels, malgré son jeune âge, représentaient tout sauf une chance pour la France.

On ne peut plus fermer les yeux

Parce que cet acte de terreur touche un enseignant, les bisounours qui nous gouvernent ne peuvent plus fermer les yeux sur l’ampleur de la menace. Le parti du déni est touché au cœur de son ADN. Décidément, les islamistes ne respectent rien, pas même les pieux (si j’ose dire) mensonges de nos dirigeants sur le péril fasciste. Impossible, cette fois, de mettre la poussière sous le tapis au prétexte commode qu’il ne faut pas donner du grain à moudre à l’extrême droite.

Le problème c’est que Samuel Paty n’est pas la première victime du fanatisme islamique qui tente de prendre le pouvoir en France en semant la terreur. Avant lui des enfants juifs ont été abattus en tant que tel, à Magnanville deux policiers ont été égorgés devant leur fils, un chef d’entreprise décapité ; et le père Hamel tout aussi sauvagement assassiné dans une église au pied de son autel pour ne citer que des actions individualisées, sans oublier Charlie Hebdo, l’Hyper cacher, le Bataclan et Nice.

Au total, depuis 2012 : 266 victimes… 267 maintenant. À chaque fois, des bougies, de belles paroles, « plus jamais ça », « nous sommes tous trucmuche » et… les affaires reprennent comme si de rien n’était. Simplement maintenant, ça ne prend plus et l’émotion est considérable.

Rodomontades médiatiques

Comme à chaque fois que l’exécutif est pris en flagrant délit d’impéritie, nous assistons aux désormais bien rodés brassages d’air et autres rodomontades médiatiques de nos autorités qui veulent se donner l’air de prendre à bras-le-corps un sujet dont elles ont toujours soigneusement évité de s’emparer jusqu’ici.

Darmanin s’en prend aux rayons ethniques dans les supermarchés, déclenchant au passage la panique des amateurs de fajitas et autres burritos qui craignent pour la sécurité de leurs approvisionnements en gastronomie mexicaine.

Ce faisant, il passe gentiment sous silence le fait bien plus préoccupant que certaines supérettes de quartier ne vendent plus ni alcools ni charcuteries. Nathalie Loiseau — sans doute en manque de notoriété — propose que chacun mette une bougie à sa fenêtre en attendant sans doute de faire applaudir chaque soir nos enseignants, comme hier nos soignants…

L’ineffable Blanquer souhaite que les parlementaires se déplacent à la rentrée dans les établissements scolaires pour témoigner du soutien de la nation à son corps enseignant. Outre le ridicule de l’opération, je souhaite bien du plaisir aux chefs d’établissement qui recevront la visite des LFI, Verts et autres indigénistes, les idiots utiles de l’islamofascisme qui ont été copieusement traités de collabos lors des manifestations d’hommage à Samuel Paty le week-end dernier.

Dans cette agitation frénétique, les mots ont leur importance à défaut d’avoir un sens et quand on s’adresse à des enseignants, il serait utile de les peser. Notre rocailleux Premier ministre vient d’en faire l’expérience après avoir déclaré que les enseignants sont « choyés » par le gouvernement.

Il faut dire que ce meurtre tombe affreusement mal pour notre exécutif à paillettes. Le président venait à peine de se rendre compte du péril islamiste « séparatiste » et s’apprêtait, à grands renforts de tambours et de trompettes, à donner l’illusion qu’il allait faire quelque chose que boum, patatras et ironie de l’Histoire, la tête d’un professeur de cette même matière roule dans un caniveau 227 ans, jour pour jour après que celle de Marie-Antoinette soit tombée dans la sciure de la République naissante…

Lors du vibrant et nécessaire hommage rendu à ce serviteur de l’État, notre sémillant président a enfin nommé l’ennemi. L’islamisme (toujours serti d’un adjectif) est enfin entré dans le viseur d’un homme pourtant si prompt à déclarer la guerre à un virus. Ce faisant il nous assure, sous les bravos de ses thuriféraires, que la France ne « renoncera pas aux caricatures, aux dessins. »

Les dessins de presse sauvés

Nous voilà rassurés ! La patrie des droits de l’Homme a pour ambition de demeurer celle de ceux des dessinateurs de presse. Non que leur rôle soit négligeable, mais bon… quelle ambition pour la France.

Comme l’a superbement écrit Pierre Jourde dans une récente chronique du Nouvel Obs, notre pays a été un phare dans le combat des Lumières face aux interdits et aux dogmes religieux. C’est parce que nos ancêtres ont bravé les interdits de l’Église et qu’ils ont, ce faisant, blasphémé que nous sommes libres et aussi considérablement avancés scientifiquement que matériellement. C’est parce que la chrétienté a accepté la remise en cause de ses présupposés que l’Occident est ce qu’il est.

Les barbus sont terrorisés à l’idée que des musulmans puissent préférer les lumières de la pensée et de la réflexion aux ténèbres du dogmatisme le plus stérile. C’est pour cela qu’ils s’en prennent avec acharnement à nos valeurs qui n’ont, du reste, rien de si spécifiquement républicaines.

Ils craignent la contamination et c’est pour cela qu’ils s’acharnent sur nous. Soyons un peu plus fiers et relevons nos ambitions. Osons nous affirmer comme la terre des Lumières, de la science et du progrès et considérons nos ennemis pour ce qu’ils sont. Cessons de leur trouver des excuses, cessons de nous compromettre avec ces fanatiques et combattons les sans répit.

Nous le devons à nos enfants, nous le devons à nos compatriotes musulmans. Nous le devons à la France éternelle, celle de Jeanne d’Arc, de Napoléon et de De Gaulle. Ces grandes figures de la Nation ne le sont pas devenues en allumant des bougies et en répétant « vous n’aurez pas ma haine ».

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • macron nous a parlé de  » la lâcheté des barbares  » , il n’a pas parlé de la lâcheté des dirigeants face à la montée de l’islamisme et de l’insécurité ; c’est pourtant bien l’état qui est le premier responsable de ce qu’il se passe dans ce pays ;

  • Avec Bianco grande raclure socialiste de l’ère Mitterandienne, que l’on paye encore aujourd’hui ,qui continue de se gaver à 77 ans dans un comité théodule intitulé Observatoire de la laïcité forcément cela allait bien se passer.

  • Il faut arrêter de parler de lutte contre l’islamisme et traiter le VRAI sujet: l’immigration massive. Il n’y aurait pas d’islamisme sans cette immigration encouragée par tous ces pleurnicheurs irresponsables avec leurs bouquets et leurs marches blanches. Conclusion: contrôlons nos frontières. Mieux: faisons comme les Anglais – qui eux ont enfin compris – et reprenons notre liberté.

    • Oui, mais l’expression « contrôlons nos frontières » est trompeuse. Ce sont nos administrations, bien centrales elles, d’allocations aux non-méritants qu’il faut réformer. Le problème « aux frontières » deviendrait alors réduit et simple à traiter.

  • « Comme l’a superbement écrit Pierre Jourde dans une récente chronique du Nouvel Obs, notre pays a été un phare dans le combat des Lumières face aux interdits et aux dogmes religieux. C’est parce que nos ancêtres ont bravé les interdits de l’Église et qu’ils ont, ce faisant, blasphémé que nous sommes libres et aussi considérablement avancés scientifiquement que matériellement. C’est parce que la chrétienté a accepté la remise en cause de ses présupposés que l’Occident est ce qu’il est. »

    grosse erreur historique, qui à mon sens est aussi à l’origine des problèmes actuels…
    Le jour où on arrêtera de considérer le Moyen Âge comme obscur (parce qu’il était religieux), on comprendra mieux les choses.

    • Vous m’avez devancé. Je me permets d’ajouter que la chrétienté est fondamentalement la remise en cause des présupposés (barbares). Dès lors, l’Occident est ce qu’il est d’abord et avant tout parce qu’il est chrétien et non parce que la chrétienté se serait réformée. De moins en moins chrétien, l’Occident se perd, au désespoir d’une bonne partie du reste de l’humanité qui perd son modèle.

      C’est dommage. On ne pouvait être qu’en accord avec cet article avant que son auteur se prenne le manche du râteau en pleine face. Mais qu’espérer d’autre quand on cite le Nouvel Obs(édé) ?

  • Je me souviens des marches blanches organisées par W Churchill pendant le Blitz !
    On arrêtait le déblaiement des ruines les secours aux victimes et les reconstructions pour allumer des bougies et défiler en rond !
    C’est comme ça que l’Angleterre a gagné la guerre !

  • Ce n »est pas avec des larmes, des fleurs et des bougies qu’on fera la guerre au terrorisme.!!!

  • Les USA sont aussi un pays de liberté et d’avancées scientifiques, et ils le sont devenus non pas parce qu’ils ont blasphémé, mais parce qu’ils ont compris et appliqué cette parole de la Bible : « rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ». Là est le vrai fondement d’une laïcité bien comprise – le blasphème relevant quant à lui de la liberté d’expression.

    Et sur les adjectifs que beaucoup ne peuvent effectivement s’empêcher d’employer s’agissant de l’islam, pourquoi ne pas parler du suffixe « isme » y ajouté quasi systématiquement ? Pourquoi ne pas voir que la racine du mal est dans les textes de l’islam – comme vient par exemple de le dire l’évêque Ginoux ? (et comme cela a été tant de fois démontré)

    L’islam c’est l’islamisme au repos , l’islamisme c’est l’islam en action, en réalité il s’agit d’une seule et même affaire. » Ferhat Mehenni, Algérien kabyle

    • « Pourquoi ne pas voir que la racine du mal est dans les textes de l’islam ».
      Pas seulement, il l’est dans l’exemple de Mahomet … (à la différence du Christ par exemple).

      • J’inclus les hadiths (qui racontent la vie de Mahomet et de ses proches collaborateurs) dans les textes de l’islam, avec le coran et la jurisprudence. L’exemple de Mahomet est effectivement… révélateur.

      • @breizh
        Bonjour,
        « il l’est dans l’exemple de Mahomet … (à la différence du Christ par exemple).
        Hier soir, face à Eric Zemmour, Michel Onfray a eu cette phrase : « Mahomet est le premier djihadiste. »
        – L’islam est fondé sur la vie de Mahomet, sur ce qu’il a fait et sur ce qui a été raconté sur lui ensuite (dans les hadiths) ;
        – Mahomet (avec ses compagnons) vivait d’attaques de caravanes, de pillages.
        – Le troisième calife, Omar, a fait brûler la plupart des corans rédigés sous la dictée de Mahomet ;
        – Ses descendants ont été réduits en esclavage et ont été exposés comme tels dans tout le califat ;
        – La tête de son petit fils a fini sur une pique et fut présentée aux musulmans.

  • E . Macron est en campagne électorale: récupération politique sordide et détournemennt de l’opinion pendant que l’on durcit les mesures liberticides sous prétexte de virus…
    On a affaire à des champions de l’ingénierie sociale. Nos « gouvernants » sans doute, mais surtout ceux qui les pilotent.

  • Ce n’est pas un acte de terrorisme (et un suicide) banal mais une provocation.

    « Y’a deux solutions : ou on se dérange ou on méprise… » (Les tontons flingueurs).

    Curieusement Maitre Folace n’a pas proposé : « on manifeste » ou « on dit que c’est pas bien » ou « j’vais l’dire à mon père ».

    « On le tue tout de suite, ou on boit café d’abord ? » (Les barbouzes)

    Toujours Francis Blanche mais en plus musclé. Il ne pose pas la question s’il faut agir, jouer des muscles ou causer, mais simplement si on réagit instinctivement ou calmement.

    Il faut étudier Audiard à l’ENA.

  • Je ne sais pas quelle mouche a piqué Darmachin pour s’attaquer aux « rayons communautaires » des magasins.

    C’est sur que cela exaspère notre « sentiment d’invasion » – qui n’est qu’un sentiment selon la parole officielle. Mais les magasins ne font que suivre la demande et le premier « rayon communautaire » des magasins est le rayon « bio ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On remarquera que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, dans ce bref entretien, où il n’est question que d’ajouter 1 h 30 d’enseignement scientifique aux élèves dont ce n’est pas un «  enseignement de spécialité », doit à la fois se référer aux paroles du président de la République et au Conseil supérieur des programmes qui a élaboré un « projet pour un nouveau programme de mathématiques » à la rentrée 2022 :

🎙️ @jmblanquer : "Nous allons mettre plus de mathématiques dans le tronc commun. 3h30... Poursuivre la lecture

cabinets
6
Sauvegarder cet article

La situation peut bien être tendue et les perspectives pas forcément roses, il n'en reste pas moins que la France bénéficie d'une équipe de ministres véritablement au taquet pour résoudre les vrais problèmes qui se posent au pays. Avec leur passif et l'ampleur difficilement commensurable de leur intellect maintenant déployé à pleine puissance, il ne se passe plus une semaine sans qu'une nouvelle action décisive ne soit menée par la troupe de nos ministres commandos en campagne.

Ainsi, si l'on regarde celui qui est en charge de ce qui r... Poursuivre la lecture

Avec la campagne électorale pour l’élection présidentielle débute l’heure du bilan du quinquennat s’achevant, bilan d’autant plus nécessaire que le président de la République semble vouloir se représenter. Ce bilan va faire l’objet d’une lecture et d’une relecture des candidats en fonction de leur intérêt propre.

On  attribue à Lénine le citation suivante : « Les chiffres (ou les faits) sont têtus.»

Des publicitaires mal inspirés avaient repris cette idée dans la campagne de vaccination contre la covid affirmant « qu’on peut déb... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles