Professeur décapité : et la France tomba des nues pour la millième fois

La méthode, quoique de longue haleine, est assez simple. Première étape : ne pas demander à un professeur de s’excuser quand il fait un cours sur la liberté d’expression.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot_2020-10-19 Hommage à Samuel Paty « On est là pour montrer qu’on n’a pas peur » - YouTube - Le Parisien

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Professeur décapité : et la France tomba des nues pour la millième fois

Publié le 20 octobre 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

« Tout ça pour ça » titrait Charlie Hebdo le mois dernier en republiant ses caricatures du prophète Mahomet alors que s’ouvrait le procès des attentats de janvier 2015.

Massacre à la kalachnikov, couteau planté dans la gorge et maintenant décapitation de Samuel Paty, enseignant d’histoire et géographie dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine qui voulait éveiller ses élèves à la liberté d’expression, violence, haine et sang répandu – tout ça pour des dessins, de simples dessins d’un magazine satirique à la diffusion plutôt confidentielle qui caricature tout, le plus souvent dans l’indifférence olympienne des caricaturés. Tout ça pour seulement ça.

Mais un « seulement ça » qui revêt hélas une importance quasiment névrotique aux yeux d’un islam travaillé par de puissantes pulsions fondamentalistes et qui s’active depuis une vingtaine d’années pour que soit reconnu le délit de blasphème, c’est-à-dire l’interdiction de critiquer une religion, et ceci, attention renversement des charges, au nom de la lutte contre l’islamophobie et les discours de haine religieuse.

Si les manœuvres officielles sur la scène internationale et dans les assemblées de l’ONU ne suffisent pas, un peu de terreur chez les infidèles les plus récalcitrants ne sera pas de trop pour appuyer la cause. On se rappelle qu’au Pakistan, la chrétienne Asia Bibi a échappé de justesse à la pendaison pour ce motif dans un dossier monté de toutes pièces pour la faire condamner tant les fondamentalistes islamistes pensent détenir la seule vérité et ne supportent aucune liberté religieuse hormis la leur.

Dans ce contexte, il n’y a guère lieu de s’étonner que la tenue du procès des attentats de janvier 2015 et la republication concomitante des caricatures soient devenues l’occasion d’un regain de terreur de la part des fous d’Allah. Charlie Hebdo a d’ailleurs reçu le 11 septembre, c’est-à-dire le jour anniversaire des attentats du World Trade Center (délicate attention, non ?) des menaces très précises de la part d’Al-Qaïda qui incluent Emmanuel Macron dans le package pour avoir forcément « donné son feu vert » à la nouvelle parution :

Si votre liberté d’expression ne respecte aucune limite, préparez-vous à vous confronter à la liberté de nos actions.

Quand on lit le tweet que l’assassin tchéchène de l’enseignant a pris le temps de publier après son forfait et juste avant d’être abattu par la police, on ne peut s’empêcher de penser qu’il y a plus qu’une simple coïncidence :

De Abdullah, le serviteur d’Allah, à Marcon, le dirigeant des infidèles, j’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer qui a osé rabaisser Muhammad, calme ses semblables avant qu’on ne vous inflige un dur châtiment…

Mais en France, à ce moment-là, et en dépit d’une première alerte le 25 septembre devant les anciens bureaux de Charlie Hebdo qui a fait deux blessés graves, c’était pour ainsi dire business as usual.

Un enseignant a montré des caricatures du prophète dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression en ayant la délicate attention de laisser le choix aux élèves de confession musulmane de les regarder ou non (vidéo ci-dessous, 54″) et des parents viennent se plaindre que leurs enfants ont subi des atteintes intolérables à leur « intégrité psychologique » ? C’est à lui, l’enseignant qui a parfaitement respecté le programme, que l’on demande de s’excuser auprès des familles outragées. C’est à lui que la principale du collège envoie un inspecteur de l’Éducation nationale pour lui rappeler « les règles de laïcité et de neutralité » !

Et c’est ainsi que de réunions en excuses, aplatissements, flagorneries et médiations très citoyennes, les renseignements territoriaux dépêchés sur l’affaire peuvent conclure à un apaisement et à une situation redevenue merveilleusement calme et normale. Pas de tension à signaler. Aucun problème à l’horizon.

Comme d’habitude, on préfère mettre rapidement fin à une polémique en cachant la poussière sous le tapis. Comme d’habitude on préfère jeter un voile pudique sur les dérives et les exigences hallucinantes de l’islamiste à l’école ou à l’hôpital en enjoignant aux personnels de ne surtout pas faire de vague.

Comme d’habitude, on se préoccupe peu de savoir qui a tort, qui a raison et à qui on a véritablement affaire. Le professeur doit s’excuser et pourtant, c’est le parent d’élève qui a menti : sa fille prétendument traumatisée n’assistait pas au cours incriminé. Et c’est encore lui, le parent d’élève, qui a instrumentalisé son indignation en carton sur Facebook, divulgué publiquement les noms de l’enseignant et de l’établissement scolaire et s’est présenté au collège accompagné d’un prédicateur islamiste des plus inquiétants en menaçant de manifester si l’enseignant qualifié de « voyou » n’était pas promptement suspendu.

Sur ces entrefaites, arrive un jeune Tchétchène armé de pied en cap, prêt à tuer. Son lien avec les événements précédents n’est pas encore clairement établi au moment où j’écris mais sa radicalisation n’était pas totalement inconnue puisque l’un de ses tweets mettant en scène une fausse décapitation au sein d’un ensemble de publications très portées sur le djihad avait été signalé cet été par la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme.

Mais comme d’habitude, on préfère rétablir à la va-vite un « vivre ensemble » apparent plutôt que d’affronter enfin la gangrène insidieuse de l’islamisme radical qui se nourrit depuis vingt ans des renoncements quotidiens de notre État de droit et des multiples « petits arrangements » érigés en stratégie électoralistes, et pas seulement au PS et à l’extrême gauche. Pour n’aboutir finalement et systématiquement qu’à l’écrasement de nos libertés et au meurtre.

Et comme d’habitude, une fois la nouvelle de l’attentat connue, la France tombe des nues pour la millième fois comme si c’était la première, ses politiciens de tous bords s’indignent et exigent que le gouvernement « fasse quelque chose » et le président de la République assure que non, non et non, l’islamisme et le terrorisme ne passeront pas dans notre pays des droits de l’homme, des Lumières et de la liberté :

Puis comme d’habitude, on voit resurgir les hypocrisies et les larmes de crocodile de ceux qui, par une totale inversion des victimes et des bourreaux, estiment qu’il faudrait peut-être commencer par éviter de mettre de « l’huile sur le feu », qu’il aurait peut-être fallu agir différemment, mieux tenir compte de la sensibilité religieuse des élèves, ne pas montrer ces caricatures. Bref, une fois de plus reculer, céder au chantage, au caprice, et s’asseoir sur nos principes.

Puis comme d’habitude, on voit les pires idiots utiles de l’islamo-gauchisme se donner le beau rôle de défenseurs des valeurs de la République et participer fièrement aux nombreuses célébrations d’hommage et autres marches blanches qui ponctuent toujours ces événements tragiques :

On participerait volontiers si l’on ne voyait affleurer l’odieuse récupération politique de ces manifestations. Car ce sont les mêmes, les Mélenchon, les Corbière et toute la fine fleur de la France insoumise, qui participaient tout sourire il y a moins d’un an à une « Marche contre l’islamophobie » où l’un des meneurs connu pour ses proximités avec les frères musulmans a fait reprendre en chœur le fameux cri « Allahu Akbar » qui a accompagné et en quelque sorte signé tous les attentats islamistes perpétrés en France et dans le monde, drame de Conflans-Sainte-Honorine compris.

Dimanche soir arrive, les manifs sont finies, chacun rentre chez soi. Il ne reste plus qu’à attendre la prochaine fois avec la certitude que l’on nous rejouera exactement la même pièce de l’étonnement douloureux, de l’indignation républicaine et de la fermeté, promis juré.

Dans ce sinistre bal des hypocrites, des insouciants, des discoureurs et des lâches, une confirmation cependant : le grand projet d’Emmanuel Macron contre les séparatismes qui repose principalement sur la réduction des libertés scolaires par interdiction de l’enseignement à la maison et contrôle accru des écoles hors contrat – ce grand projet tombe complètement à côté de la plaque. Le Président reverra-t-il sa copie ? Rien n’est moins sûr.

Pourtant, la méthode, quoique de longue haleine après des années de confusion des valeurs, est assez simple. Première étape : ne pas demander à un professeur de s’excuser quand il fait un cours sur la liberté d’expression.

Sur le web

Voir les commentaires (129)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (129)
  • Ce tchétchène connaissait-il a ce point la langue française pour rédiger ce tweet? A part la faute de frappe sur pace on, la tournure des phrases m’interpelle, à moins que quelqu’un l’ai ecrit pour lui avant?
    Quand au très miséricordieux, chacun appréciera son pouvoir…

    • Cela n’a rien de surprenant. Il a obtenu le statut de réfugié quand il avait 6 ans. Autrement dit, il a fait toute sa scolarité en France.

  •  » ils ne passeront pas  » ( macron ) …tu penses hortense , ce n’est pas en expulsant quelques uns des nombreux fiché S et autres saloperies de même acabit que ça va changer grand chose ;  » nous n’avons pas peur  » ( castex )….bien sur que si , sinon on n’en serait pas là ;

  • A une autre époque, de 1930 à 1940, un autre fascisme a bénéficié des mêmes veuleries de la gauche alors au pouvoir.
    Jusqu’à ce qu’il soit trop tard…

    • Et en 39 aussi on a dit « ils ne passeront pas » … ils sont passés

      • « ils ne passeront pas », allusion au slogan « No Pasaran » de la guerre d’Espagne, faisant référence au franquisme, me fait un peu sourire.
        Car faut-il rappeler que le franquisme est passé, et que Franco est mort dans son lit en 1975.
        Ce slogan est donc un slogan de looser.

      • Petit rappel historique élémentaire : la phrase  » Ils ne passeront pas  » a d’abord été employée lors de la bataille de Verdun (1916) … et, effectivement, les hordes germaniques ne sont pas passées.

        Le problème est que, prononcées par Freluquet 1er, des expressions comme  » Nous sommes en guerre  » ou  » Ils ne passeront pas  » sont grotesques parce prononcées par un individu inconsistant qui pense que paraphraser de grands précédents suffit pour avoir une stature d’homme d’État alors que sa lâcheté éclate lorsqu’il refuse de s’attaquer au communautarisme en préférant parler de  » séparatisme « , terme inapproprié en l’espèce, sans compter le récurrent  » En même temps  » qui est sa vraie marque de fabrique emblématique de son inconsistante incohérence. Faux intellectuel, faux homme d’État, avec sa communication en carton mouillé, qui croit-il encore convaincre ? La seule chose qui n’a pas varié chez lui est qu’il prend toujours les gens pour des c… qu’il va pouvoir rouler encore et encore.

        Cela dit, il y a encore chez maints Français d’immenses réserves de sottise et d’ignorance qui pourront permettre à cet imposteur d’être réélu en 2022…

  • Il faudrait être beaucoup plus clair avec les « réfugiés » politiques ..La famille du meurtrier n’avait pu rester en Pologne mais a pu rester en France..De par mon travail je vois des éxilés qui sont en France depuis plus de 10 ans , parlant plus ou moins notre langue et qui tous les 6 mois demandent des documents pour valider leur présence sur le territoire…Nous n’avons pas le courage de leur dire au bout de six mois d’étude de leur dossier qu’ils ne peuvent rester..ce que font les allemands , donc evidemment nous sommes responsables ..car bien sûr leurs enfants naissent en France , sont français et nous connaissons la suite…

    • La première action à prendre c’est de stopper le droit du sol. Ensuite tout le reste.
      Il n’y a bien que les gaucho-islamistes qui prônent la « dhimmitude » qui ne savent pas ce qu’il faudrait faire…

    • La moindre des choses serait de donner des réponses franches. Si c’est oui, pas de cet entre-deux qui pousse les gens dans le travail au noir et la précarité.
      Si c’est non, on en tire les conséquences et on expulse.

  • je ne sais pas.. il me semble que le problème est ailleurs normalement la liberté d’expression est simplement..indiscutable.. au sens du respect de la constitution..

    est ce le rôle de l’ed nat je ne sais pas, mais par exemple quand vous serez révolté que votre gosse reçoivent des prêches écologiques stupides à l’école..que ferez vous? certes pas décapiter le professeur qui n’ets qu’un média dans ce cas..enseigner à la maison? mais l’etat va conserver un droit de regard..

    le problème de l’islam est plus profond.. c’est un dogme qui littéralement entre en conflit avec la constitution.

    le libéralisme n’est pas de bourrer le mou à des gens pour les forcer à vivre ensemble.. faire société avec certains est impossible..

    c’e st amusant on condamne avec force le racisme.. l’élevant au grade d’odieux suprême…tout ça parce que des idéologies de meurtres le prirent comme prétexte et justification..

    mais on ne condamne pas des dogmes où l’appel à la violence est omniprésent..

    le racisme permet pourtant de faire société..sans oppression sans violence..

  • si sur le fond les mouflets doivent « apprendre » la liberté d’expression à l’ecole, c’est que les parents ne les éduquent pas..mais aussi que les parents veulent les éduquer différemment..

    il y a même une ironie qui atteint au comique..

    les foules manifestent au nom de la liberté d’expression..quand en réalité elles acceptent de la brider presque partout..

    un antisémite ou un homophobe ( quel curieux choix de mot).. peut LEGITIMENT vous montrer que ceux ci sont privilégiés car les hair est puni…

    on ne peut pas tout avoir ou bien on défend la liberté d’expression..ou pas..
    ou bien on défend la liberté d’eduquer ou pas..

    le fameux contrat républicain est la constitution..

    avec liberté d’expression MAIS… avec un liberté religieuse MAIS…
    si demain matin je dis que dieu m’ parlé , ce qui est d’ailleurs la plus stricte vérité..et que je suis prophète…l’etat dira non…secte..

  • Ce qui est fascinant dans cette tragique histoire est l’absence de questionnement sur le choix des caricatures maudites pour expliquer la liberté d’expression à des élèves de 14 ans de confessions religieuses diverses dans un banal cours d’éducation civique qui n’intéresse personne. Où on doit sans doute parler également de laïcité j’imagine donc d’absence d’interférence de la religion au sein d’un établissement public.

    • Ces caricatures, il faut les placarder sur tous les murs de France !
      Pourtant, pour cet acte militant, 3 femmes, à Toulouse, qui ont eu ce courage, se sont fait arrêtées par la police !!

      • Oui, on peut provoquer mais ils faut des armes permettent de contenir la provocation.. La justice est totalement désarmée en face de ce qu’on pourrait appeler la liberté de religion.. Ce qu’on refuse à certaines sectes pas suffisamment utile au pouvoir en place. Il semblerait que l’islamisme ait un certain pouvoir electoral du fait de sa concentration.. Quelques ecolos on réussit à conquérir des grandes villes, cela devrait faire réfléchir sur notre avenir.

    • Je pense que votre point de vue mérite la réflexion même si, apparemment, cela déplaît.

      • C’est normal que cela déplaise, devant l’effroi on demande de lutter sans réfléchir taper dans la tas.. Ce qu’on ne fera pas plus d’une semaine, quelques rond de jambes de nos politiques.. Et envoyez vos boat people, on a encore des hôtels à remplir.

    • -2, mérité, je conseille la clandestinité et de courber l’échine au lieu du courage de lutter comme ce prof.

    • Le prochain pas, c’est qu’un bigot de mes deux, te demande de marcher à cloche-pied sous prétexte que le prophète l’a dit. prophète sans majuscule, car ces m….s ne méritent pas plus.

      • Bah, y un bigot qui nous oblige à accueillir tous les déshérités de la terre par charité chrétienne.. Et tous les états courbent l’echine.. Avec quelques exceptions appelles des fachos.

    • Donc une caricature du pape avec une plume dans le cul, ça aurait été moins choquant ? Car c’est en effet ça la liberté d’expression. Et je pense que ce professeur a justement voulu peut être montrer les limites de cette liberté d’expression en montrant justement ce genre de caricatures « interdites »… Mais ça, nous ne le saurons jamais hein 😉

      • Moi cela.me.fait rire, mais le. Pape n’est qu’un homme, jésus aurait été plus drôle, la on s’attaque aux croyants.

        • Bah alors pourquoi Mahomet avec une étoile qui sort du cul, c’est pas marrant ?
          Perso, les caricatures de Charlie Hebdo, je les trouve pas très drôle, mais en fait je lis pas ce journal, donc je m’en moque un peu…

          • Moi aussi, j’espère que vous n’en doutez pas, j’ai lu Charlie durant de nombreuses annees avec plaisir… Faut bien s’occuper quand vous avez des heures de transport en commun.

    • On ne connait pas le déroulement complet du cours, il y a peut être eu des caricatures sur les cathos, juifs ou autres. Peut être y avait il un illuminé de Jésus pour le crucifier aussi mais il est arrivé trop tard.
      En tant que prof laïc, il n’a pas à s’autocensurer justement.

    • vrai question avorton surtout dans le cadre de la scolarité obligatoire..

    • Quitte à aborder la liberté d’expression autant le faire avec un cas venu du « vrai monde » et touchant à l’actualité brulante. Ça doit faire plus de 10 ans maintenant qu’il y a un « problème » caricature de Mahomet en Europe si on remonte à l’attaque du journal danois, le premier a en avoir publié.

      A 14 ans, vous êtes en 3ème et l’année prochaine vous serez au lycée ou en apprentissage, dans des environnements un peu moins coocoonés que le collège.

      Faire un joli cours théorique sans exemple concret de la difficulté à appliquer le principe de la liberté d’expression dans la vie hors du collège, ce n’est pas préparer les élèves à devenir des citoyens.

      Votre argument est celui de la sensibilité du public, jeune dans le cas qui nous occupe. Ça me rappelle ce qui se passe maintenant dans les Universités américaines où des jeunes adultes demandent à avoir des « safe spaces » et à interdire la venue de confériencers dont les propos heurtes leur sensibilité.

      Voyez où ça mène ce genre de questionnement.

      • ben ça mène à se souvenir que l’education c’est les parents qui la paient.. ou qui devraient.. c’ets pas si différent par certain aspects de la controverse qu’il y a eu sur la décence…

        ce ne sont pas les gosses le problème.. les parents..
        gosse pas content… dehors..
        ici on a l’ecole obligatoire et ça change des choses..

  • Il ne faut pas être trop dur avec nos gouvernants. Ils ne peuvent pas protéger contre eux-mêmes les Français irresponsables et en même temps les profs menacés de mort au vu et su de tout le monde. Il faut choisir ses ennemis : les honnêtes citoyens qui veulent sortir le soir et se rencontrer et non pas les fous de dieu décapiteurs.

  • « …La France tomba des nues… » mais, elle va tomber des nues de plus en plus haut et de plus en plus souvent…

  • La honte ne tue pas quand on voit Mélenchon s’afficher au rassemblement de dimanche alors qu’il a participé à l’abjecte marche contre l’islamophobie ou des propos infâmes à peine repris par la presse ont été tenus,la course à l’électeur ne recule devant rien.
    Les marches blanches n’ont jamais si bien porté leur nom,en effet c’était blanc de monde…
    Marche blanche qui permet de blanchir toute la gauche qui se complaît dans l’islamogauchisme depuis des années et de s’acheter une bonne conscience à peu de frais.

    • Ce même Mechancon qui avait dit que le FN était le seul parti à réhabiliter la polique.

    • Tellement vrai : des marches pour se blanchir.

      Comme à chaque fois, la gauche (et la droite, et le centre avec elle) est en mode panique dès lors que le réel la rattrape brutalement. Il lui faut à tout prix se blanchir de sa responsabilité historique d’avoir désarmé l’Etat régalien pour imposer l’Etat obèse, se blanchir du sang qu’elle a indirectement sur les mains, mais directement sur la conscience, quand bien même elle ne tenait pas le couteau, se blanchir d’avoir trahi la France et son peuple par perversité politique, en actions, en pensées et par omissions criminelles et complices, se blanchir d’avoir organisé l’Etat pour qu’il agresse les Français et serve leurs ennemis.

  • Sur CNews j’ai regardé ce matin l’émission de Morandini. Y participait Nadir Kahia, président de Banlieue plus. A Del Valle a été remarquable, il a des arguments très précis.
    https://www.cnews.fr/emission/2020-10-19/morandini-live-du-19102020-1009257
    Ce soir toujours sur CNews, dans soir info était invité un musulman Ghaleb Bencheikh. Etonnant.
    https://tv-programme.com/cnews/direct
    Ces deux émissions étaient très intéressantes car on ne donne pas la parole à ces gens et donc on ne sait pas ce qu’ils pensent. Au fond la télé fait de l’entre soi et donc on n’a pas une vision hors de ce qui passe dans notre sphère.

    J’ai été édifiée. Bencheikh a osé dire que la France était dominée par les musulmans depuis le 18ème siècle, il a assimilé l’islam au catholicisme. Ce monsieur, très intelligent, a un langage très soutenu, étale toute une grande culture qui fait des amalgames que Gabriel Cluzel a relevés. On peut aisément imaginer ce que de tels hommes peuvent véhiculer auprès des musulmans. Cet homme est très dangereux, redoutable.
    Je voudrais remercier G Cluzel pour ses interventions hier face à Ghaleb Bencheikh sur CNews.

    Ces deux hommes, Nadir Kahia, président de Banlieue plus, et Ghaleb Bencheikh savent manipuler et débattre. Le second, a une méthode :
    – avoir un langage recherché pour étonner l’interlocuteur, se défend d’être très bien élevé sous entendu l’interlocuteur ne l’est pas
    – il accumule de nombreux concepts qui n’ont rien à voir entre eux, pris au hasard comme « les deux épées » qui sortent tout droit de l’émission « en quête d’esprit » sur la Bible de dimanche mais le but est d’ensevelir l’interlocuteur sous une masse de concepts pour qu’il ne puisse pas répondre.
    – manipuler l’histoire pour justifier que la France est une terre d’Islam, la France était dominée par les musulmans depuis le 18ème siècle et donc si on continue le raisonnement la France est devenue une terre d’Islam, il a assimilé l’islam au catholicisme alors que le Coran est un syncrétisme de la Tora et de la Bible cf Le grand secret de l’Islam de OLAF https://legrandsecretdelislam.com/.
    – quand il contredit, il reprend en disant que l’interlocuteur n’a rien compris et redit ce qu’il a dit en le modifiant et en faisant croire que c’est ce qu’il l’avait dit

    Bref on a là la démonstration de ce que peuvent raconter tous ces imams et présidents d’associations aux Musulmans. Pas la peine ensuite de s’étonner de ce qui nous arrive…

    Après avoir vu ces deux émissions, j’ai très peur pour la France, l’Islam s’est insinué partout, à tous les niveaux. “Soumission” de Houellebecq risque de devenir une réalité.
    Je pense que le problème à propos de l’Islam politique dépasse largement l’éducation nationale. Nous sommes des imbéciles, des incultes par rapport à l’intelligentsia de l’Islam. Nous n’avons rien vu venir.
    E Zemmour est bien en dessous de la réalité!!!
    Il va falloir décortiquer, faire l’exégèse de tout ce que disent ces musulmans. Ce n’est pas en faisant cette économie que nous pourrons lutter contre l’Islam politique. Pour lutter contre un ennemi, il faut le connaître, or nous ne connaissons que superficiellement cet Islam politique.

  • Tous ces gens qui pleurnichent refusent la seule décision qui compte et qui n’est jamais mentionnée: le contrôle de l’immigration et des frontières. Les idéologies tuent.

    • on accueille des millions de migrants musulmans et on agite devant leurs enfants des caricatures qui insultent leur religion : cela peut difficilement bien se passer…

      • Je m’arrêterait carrément à la première partie de votre phrase.
        Musiques, images, nourriture, non musulmans, athées, droit des enfants, des femmes, pas besoin de caricatures pour que ça se passe mal.

      • Si vous avez lu l’article, apparemment, le professeur a demandé aux enfants de confession musulman de sortir, ce qu’ils ont fait ; propos confirmé sur la vidéo du père de famille (qui d’après son nom me semble musulman).
        Donc non… Il n’a PAS « agité devant leurs enfants des caricatures qui insultent leur religion »…

        • Et alors ? L’intention de montrer de tels dessins (Charlie Hebdo) à des enfants reste débile !!!
          Si mon enfant avait été élève de ce professeur, je lui aurais demandé de trouver autre chose pour illustrer son cours !!!

          Ces dessins abjects n’ont aucun intérêt sauf à la provocation gratuite (et cela marche d’ailleurs trop bien, certains l’ont payé très très cher, notamment parce qu’ils étaient simplement chrétiens en pays musulmans).

          L’assassinat abject de ce professeur (et de la rédaction de Charlie Hebdo il y a 5 ans) ne donne pas pour autant de la qualité/valeur à ces dessins, et ne doivent pas interdire de s’interroger sur les intentions des auteurs.

      • C’est à l’invité de se plier aux rites de l’hôte. Pas à l’invité d’imposer ses coutumes les plus barbares.

        • Ce qui est marrant c’est que vous êtes quasi le seul à avoir ce réflexe . Les autres philosophent, glosent à n’en plus finir, ce qui ne débouche évidemment sur rien. Merci d’expliquer simplement que ce sont à ceux veulent s’installer chez nous qu’ils doivent adopter nos coutumes et non l’inverse. Ceux qui sont dérangés par notre culture peuvent tout à fait retourner d’où ils viennent…

          • Oui mais pas d’alloc d’où ils viennent …

          • Sauf que les fous de dieu sont souvent nés en France (sans oubliés les convertis encore plus acharnés) et que les coutumes ne sont pas ni les leurs ni celles de leur parents, ils importent des coutumes afghanes ou saoudiennes via réseau sociaux ou les chaines de désinformations du golfe.

        • « Faudré p’tet voar a pa lé zinvité » aurait dit ma grand’mère…

        • Attention, dans certaines cultures, l’invité est roi !

  • Les français semblent être une population de poissons rouges: un tour dans le bocal et ils oublient déjà les tueries aussi vite que les mensonges gouvernementaux. Finalement De Gaulle avait raison: des veaux, qui n’aspire qu’à vivre tranquillement à l’abri dans leur enclos.

    • Je ne cesse de le dire! Les français n’ont pas plus de mémoire que les poissons rouges, et encore ce n’est pas sûr pour ces derniers. Ils sont incapables de se souvenir de ce qu’on fait, ou pas, les gens pour qui ils votent. Ils ont élu Macron alors qu’il était en tant que conseiller et ministre de Hollande responsable de la catastrophe de son quinquennat: 1 million de chômeurs supplémentaires, explosion des impôts, des taxes et croissance atone! Résultat un second quinquennat catastrophique pour les français qui achève le pays! Economiquement mort, pauvreté, pandémie, immigration et terrorisme libres de se répandre.

  • « ils ne passeront pas »… la palme de l’indécence. Quelle honte. La pédanterie grotesque et grandiloquente à l’œuvre à grand renfort de mâchoires serrées et d’œil humide.
    En passant, tout comme la pasionaria n’avait pas pu arrêter les armées de Franco, les islamistes sont déjà passés.
    Ce président avec son sabre de bois m’exaspère…

  • Souligner avec Nathalie MP l’incurie du pouvoir est assez facile mais les solutions au problème de l’islamisme sont beaucoup plus compliquées et ne sont ni légales en l’état actuel de la loi, ni très libérales.
    Parce qu’on ne lutte pas contre la gangrène sans amputation…
    Classer l’Islam dans la catégorie des sectes (miviludes) afin d’avoir des moyens d’investigation n’est pas très libéral et renouer avec la pratique grecque antique de l’ostracisme n’est pas encore légal et serait probablement retoqué par les instances de la justice européenne.

    • Les solutions sont connues, appliquer la loi.
      Le problème ce n’est pas l’islam, le problème c’est un état obèse, impuissant, qui s’occupe de tout, mal, le COVID=>Echec, la sécurité=>Echec, l’éducation=>Echec.
      Que l’état maigrisse et se concentre sur le régalien.

    • Celui qui désire vraiment s’intégrer demande a avoir un prénom et un nom du pays, qui l’a acceuillis et qui lui offre toutes ses richesses

      • et j’irais même plus loin : vouloir vraiment s’intégrer dans un pays mi chrétien mi athée, c’est devenir soi même soit chrétien soit athée.

        • Et vive la liberté de religion! Mais oui, c’est vrai en France la laicité n’est plus synonyme de liberté de religion, mais d’exclusion de celle-ci en voulant imposer une religion d’Etat prêchée par les enseignants de l’éducation nationale. Ca ne peut ensuite que mal se passer. Contrairement à d’autres pays européens véritablement laics. Il n’y a qu’en France que l’on comprend la laicité à notre façon et il n’y a qu’en France que l’on a autant de problèmes avec les autres religions.

    • C’est effectivement un énorme problème.
      L’islam étant extrêmement agressif et intrinsèquement totalitaire, il faudrait des lois spécifiques mais elles violeraient tous les fondamentaux de liberté.
      D’un autre côté, ne pas les faire, ce serait perdre à termes ces mêmes libertés.

    • @ Riffraff

      L’islam n’est pas une secte, mais une religion de conquête.

      Cette posture particulière et unique (les autres religions ne prônent pas la conquête) légitime une réponse particulière tout-à-fait libérale: la mission de l’Etat est de protéger ses citoyens d’un envahisseur, tout en garantissant la liberté de croyance.

      De ce fait, lire le Coran, y croire, prier Allah, font partie de la liberté de croyance et doivent être autorisés. Mais, faire une association ou une réunion de personnes autour d’une religion de conquête du pays, est un acte de guerre et devrait être interdit.

      On devrait donc autoriser la croyance islamique à titre individuel, mais interdire toute association qui se revendique de l’islam.

      C’est exactement le même problème avec le communisme: le communisme est une idéologie de conquête qui vise à renverser par la révolution l’Etat. La croyance en cette idéologie devrait être autorisée, mais une association qui se revendique de cette idéologie devrait être interdite, car s’associer dans le but de renverser un pays est un acte de guerre.

      • J’ajoute qu’il en est de même pour les signes extérieurs:

        Aborder un signe qui est de manière évidente l’étendard d’une idéologie de conquête reviendrait à élever le drapeau d’un pays ennemi et conquérant. C’est un acte de guerre, et cela peut être légitimement interdit à ce titre.

        Ainsi, le port du voile islamique tout comme le tee-shirt de Che Guevarra sont des étendards qui invitent à la conquête du pays et ils devraient être interdits dans la sphère publique, mais autorisés dans la sphère privée.

        La loi libérale qui s’applique est la légitime défense face à une stratégie de conquête militaire du pays. Elle ne concerne que les idéologies qui affichent clairement ces objectifs, tels que l’islam, le communisme, mais aussi tout mouvement d’extrême-droite qui prône de renverser par la révolution ou la guérilla l’Etat de droit.

      • L’erreur d’origine c’est bien justement de considérer que c’est une religion,statut derrière lequel ils se retranchent pour bénéficier des prérogatives liées aux religions,c’est un concept global ou projet de société ,politique,moral,théologique ,militaire,social…c’est pour cela que l’intégration ne fonctionne pas.
        Réécouter l’interview de feu Hassan II qui explique cela face à une Anne Sinclair médusée ,propos tenus en 1993…

        • @ PCC

          Mais l’islam est bien une religion, et la plupart des religions offrent un projet de société. Ce n’est donc pas là le vrai problème, mais c’est que le projet de société de l’islam, c’est le jihad, soit la guerre sainte qui consiste à déclarer « musulman » chaque territoire où un musulman met les pieds.

          L’erreur d’origine, c’est qu’un musulman a le droit de mentir pour promouvoir l’islam, et des théologiens musulmans ont présenté un pseudo-islam compatible avec nos valeurs, mais qui en réalité n’est pratiqué nulle part. Car ceux que l’on appelle les musulmans modérés sont en fait peu pratiquants et ils ont tendance à laisser faire les musulmans pratiquants, qui eux, continuent de vivre le vrai islam, qui est celui de Mahomet, et qui consiste à la guerre.

          L’intégration est en fait strictement impossible du point de vue d’un musulman pratiquant, elle serait même péché à ses yeux, car ce qu’il veut, c’est qu’un jour la charia s’impose, soit par la guerre, soit par les urnes, afin que les chrétiens et les juifs soient réduits au statut de dhimmis, et que les autres formes de croyances soient interdites.

    • « et serait probablement retoqué par les instances de la justice européenne. »

      Bien. Alors qu’ils gardent leurs quotas de réfugiés au lieu de nous expédier. Et qu’ils les dressent et redressent puisqu’ils ne peuvent être instruits.

    • Personnellement, je vais allumer une bougie de temps en temps dans une église.
      Est-ce que je pète un câble quand je vois Charlot-Hebdo se payer la tronche des chrétiens?
      Non, léger sourire parfois quand ce n’est pas trop débile.

    • Toutes les solutions existent justement ! Il suffit tout simplement d’appliquer la loi… Mais encore faut-il le faire… Faire une prière dans la rue, c’est interdit, se cacher le visage dans un espace public, c’est interdit, décapiter des personnes, c’est interdit, enseigner le salafisme, c’est interdit… Et j’en passe… Mais apparemment, c’est pas interdit pour tout le monde.

      • « Faire une loi et ne la pas faire exécuter, c’était autoriser la chose qu’on voulait défendre ; […] »
        (Mémoires du cardinal de Richelieu)

    • Solutions compliquées… Pas vraiment nous avons une chance inouïe, une île musulmane, ils suffit d’y envoyer les gens ne supportant pas la république, les droits de l’homme sont respectés, merckel n’a rien à dire.

  • Qu’a fait l’Etat de concret quelques jours après cet assassinat ?
    Il en a profité, dimanche, pour publier en catimini, le décret, reporté par peur des Gilets jaunes, permettant de rendre obligatoire les « pneus neige » en hiver.
    Vous vous rendez compte que pendant qu’on pleure ce drame horrible, et qu’on attend des mesures concrètes pour endiguer cet islamisme mortifère, il y a des gens, dans la haute fonction publique, au ministère de l’intérieur, qui se disent : « ça y est, les Français ont l’esprit ailleurs, c’est le bon moment pour faire passer une nouvelle contrainte pour les automobilistes » ? …
    Mais quel degré de cynisme et de désordre mental il faut pour agir de la sorte ?!

  • il n’y a pas d’autre référence que Charlie Hebdo pour parler de la liberté d’expression ?

    • La liberté d’expression n’existe pas en France, car on ne peux pas critiquer les féministes, les homosexuels, les juges etc etc

      • On ne peut pas parce que ce sont des minorités agissantes et qui savent se faire indispensables auprès d’élus largement largués dans un pays devenu fou à lié.

      • En effet et il faudrait être cohérent: soit on peut insulter tout le monde: homos, juifs et Mahommet. Soit personne. Seulement voilà, on revendique le droit d’insulter les musulmans et interdisant les insultes à d’autres….

        • En tant que libéral capitaliste blanc, occidental, mâle, de tradition chrétienne j’ai pourtant la désagréable impression que c’est open bar côté insulte.

    • C’est au final l’un des meilleurs exemples. Car justement il est extrême et autorisé.

      • c’est surtout preuve d’une inculture crasse ! Charlie Hebdo me fait toujours gerber. C’est de la mauvaise caricature et cela n’élève pas le débat.

        • Ce n’est pas la question : l’intérêt dans le cadre du présent débat c’est que Charlie Hebdo utilise au maximum la liberté d’expression, en acceptant d’en répondre devant les tribunaux le cas échéant.

          Et puis, le sort de ce journal est devenu emblématique car illustrant tragiquement les extrémités auxquelles se portent les morts-vivants islamistes qui haïssent la vie sous toutes ses formes.

        • Ils ne sont ni très fins ni très habiles, mais ils n’enfreignent pas la loi.

        • Ce n’est pas le sujet. Le sujet est la difficulté à faire respecter le principe de la liberté d’expression en tout temps.

          Avec les caricatures de CH, on ne peut pas trouver mieux et plus actuel pour illustrer cela.

          Il ne s’agit pas de discuter de la valeur intellectuelle des dessins.

    • CH qui organisait des pétitions pour faire interdire le FN ?

  • « la principale du collège envoie un inspecteur de l’Éducation nationale pour lui rappeler « les règles de laïcité et de neutralité » ! »
    Cette principale devrait tout simplement être virée et l’inspecteur en question devrait être blâmé. Avant de se gargariser de belles paroles du genre « ils ne passeront pas », il vaudrait beaucoup mieux faire le ménage : les pleutres n’ont pas leur place dans des postes de direction.

    • La principale a peut-être des consignes, elle doit les faire respecter. On saura sans doute plus tard ce qu’il en est.
      Quant à l’inspecteur, il n’a rien fait…

      • A tous les niveaux, on a des consignes et on les respecte. Pesonne n’est donc responsable de ce qui arrive. On trouve toujours un autre qui a donné « l’ordre ».

  • Que ne supprime-t-on pas cette ineptie de soi-disant « droit du sol »…
    .
    Quel cerveau socialisant détraqué a pu arriver à une idée pareille que personne ne veut changer ?
    Sommes-nous tous des détraqués ?

  • « L’islam c’est l’islamisme au repos et l’islamisme, c’est l’islam en mouvement. C’est une seule et même affaire” Ferhat Mehenni, Algérien kabyle.

    Et si on appelait un chat un chat ? Si on rappelait – c’est un fait facile à vérifier, si on n’est pas trop paresseux et qu’on a les yeux en face des trous – que l’islam n’est pas compatible avec la démocratie ? Que l’islam, de par ses textes (coran, hadiths, jurisprudence) est puissamment liberticide ? Choses que nous voyons tous les jours et de plus en plus en France, quand des femmes sont littéralement forcées de se voiler, des gens littéralement obligés de faire le ramadan, des gens agressés pour une tenue vestimentaire ou des propos jugés indécents ou blasphématoires, voire tués pour ces faits ou même pour le simple fait de ne pas être musulmans ? quand des gens sont traînés en justice pour propos « islamophobes » et parfois condamnés ? quand des jeunes filles – ou des jeunes hommes – ne peuvent se marier avec un non-musulman au risque de subir des violences inimaginables dans un pays démocratique ? quand un musulman qui décide de quitter l’islam et de le dire risque gros, jusqu’à la mort, même en France ?
    Alors oui, il faut appliquer les lois existantes – les lois d’un pays démocratique – , et si on les appliquait rigoureusement on réglerait 90% des problèmes, mais ne nous leurrons pas : vu la situation actuelle, vu le nombre de musulmans vivant en France et le pourcentage d’entre eux favorables à la charia, résultat d’un pourrissement depuis des décennies, lequel pourrissement est le fruit de notre laxisme, notre aveuglement, notre lâcheté depuis trop longtemps, l’application des lois ne pourra se faire sans forte opposition et comme l’ont dit les plus hauts responsables de l’État, sans risque de partition du pays (F. Hollande) et de guerre civile (G. Collomb, ministre de l’intérieur).
    Pourtant, le choix sera entre appliquer la loi, donc se battre pour nos principes démocratiques (et libéraux), ou se soumettre à un système puissamment rétrograde et liberticide, l’islam littéral.

  • Et le petit Dard.mais.nain d’agiter ses moignons de bras.
    Foutons des caricatures partout, y compris sur les billets. Un coup de Bic sur le bouc.
    Montrons leur ce qu’est la liberté d’expression.
    Quand à la famille du c.r.é.t.i.n, ouste, que Putin la reprenne. Il a de la place dans ses chiottes paraît-il. Il pourra lui-même tirer la chasse.
    Quand à tous ceux qui ont organisé cela, direction le Pacifique sud, en compagnie des manchots.

  • Mais soyez rassurés.De postures en postures (Nous ne laisserons pas faire. Ils auront la République devant eux…), de marches blanches en marches blanches, de dépôts de fleurs en dépôts de fleurs sur les lieux des crimes, de policiers: je t’aime, en policier tu es un violent, de viol en violences gratuites, de fort Chabrol en siège de commissariat, d’obsèques nationales en obsèques nationales et j’en passe tout ce beau monde à de beaux jours devant lui.
    Sauf à dire:
    stop!!! Fin de la partie !!! On remets les pendules à l’heure. On trie et on renvoie au pays sans autre forme de procès…

    • En pratique on fait ça comment ? On ne sait déjà pas déradicaliser quelqu’un. On ne sait pas repérer un fou de dieu dans une préfecture. On n’a plus de renseignements intérieurs qui sachent passer des dossiers à la région d’à coté.

  • Il y avait une réponse claire de l’Etat : le 2 novembre, demander à tous les enseignants de France de présenter en classe les maudites caricatures. C’eut été le plus bel hommage à l’enseignant décapité. C’eut été la plus belle démonstration de l’absence de peur de la nation. I have a dream disait Martin Luther King. Oui, seulement un rêve, cela ne se fera pas.

    • Ou soyons fous, dès le 2 novembre, autoriser la libre possession et le port d’armes, corrollaire indispensable à la liberté d’expression.

    • Les animaux, cela se dressent, à la trique si nécessaire.
      On traie bien les vaches avec des robots.
      Le robot enseignant (en seignant ???)est le futur de ce pays.
      Leçon pas apprise, devoirs pas faits?
      Paf 20000 V dans les gencives.
      Pas content?
      Tu te trouves un travail, tu est libre.

  • « Je suis venu, calme orphelin, riche de mes seuls yeux tranquilles vers les hommes des grandes villes, ils ne m’ont pas trouvé malin ». A vingt ans, un trop-plein d’énergie m’a fait trouver le monde beau. Pour y gagner ma vie, je n’y ai trouvé que des ennemis. Alors j’ai ferraillé à gauche et à droite : d’un côté, c’était infesté de communistes, de l’autre, c’était infesté de mafieux, Entre les deux, presque rien qui faisait toute ma vie.

    Les deux camps qui écartelaient le pays ont si bien conjugué leurs efforts dévastateurs qu’ils en ont fait une terre propice à l’invasion d’une infestation qui cumulait la malignité des deux. Cette infestation s’est installée comme un cancer et ce sont touours les mêmes forces malignes qui la nourrissent et la font grossir jusqu’à tout étouffer, tout envahir.

    Qu’importe ce que je peux en dire. L’eau ne coule même plus sous trop de ponts qui franchissent désormais des rivières asséchées.

    Mes yeux glissent sur le titre d’un article qui ose parler d’amour. La phrase d’accroche dit que, pour changer les gens, il faut les aimer comme ils sont. Même par curiosité, je ne peux pas lire un texte qui commence ainsi. Pas aujourd’hui. Tout ce que cela m’inspire, c’est que je prendrais bien au mot le cuisinier proposé en exemple pour accommoder certaines créatures afin de les aimer cuisinées de bonne façon. Puisque je vis dans un pays qui a opté pour la régression, allons y carrément. Puisque toute l’horreur de ce que nous avons vécu ne nous a jamais fait descendre assez bas pour nous donner envie de rebondir. descendons carrément, nous finirons bien par toucher le fond. Au point où nous sommes allés dans l’acceptation de l’inacceptable, nous pouvons bien creuser encore la question. Et si cette France indigne pouvait disparaître dans l’abime qui s’ouvre encore plus sous ses pas, je dis par avance « bon débarras ».

    Et puis je vais chausser mes bottes et aller planter encore un arbre pour remonter le temps. Remonter le temps.

  • Comme il a pu être écrit à propos de l’empire romain : nous ne déclinons pas parce que les barbares nous envahissent; c’est parce que nous déclinons que les barbares nous envahissent. C’est tout aussi vrai de nos jours pour la civilisation occidentale, laquelle avec le post-modernisme et le New Age écologiste a entamé sa décadence intellectuelle, rejetant sa propre culture, la science et le progrès.

    • Oui, je pense la même chose. Ce ne sont pas nos ennemis qui sont forts, c’est nous qui sommes une fin de race. L’effondrement de l’intelligence, de la culture, oui. Mais c’est encore pire. Effondrement du simple bon sens (pas besoin d’être un génie pour contribuer à bâtir un pays), perte totale du goût de l’effort, mépris de nos ancêtres qui nous ont fait (on crache sur notre culture, nos traditions, etc). On rajoute une communauté invasive et conquérante, et comme vous dites, nous serons un empire romain bis

    • présenter ces dessins de CH comme la marque de notre civilisation montre bien ce déclin !
      Et cela ne fait que renforcer nos envahisseurs sur leur idée que notre pays/civilisation est à prendre.

      • Le pamphlet violent voir de mauvais goût est une tradition qui a des siècles en Europe, c’est celle de la parole du fou, du poil à gratter, de la moquerie et de l’irrespect le plus total.
        Le socialisme, la culture de l’excuse, de l’expiation, le révisionnisme, la haine de notre culture, de notre couleur, de notre religion, de notre prospérité de notre technologie, de notre science sont au contraire très récents.
        Fin des années 60 je dirais avec une très nette accélération ces 30 dernières années.

  • Melanchon a la manifestation, ça donne la nausée. Depuis des décennies, il martèle le discours que les musulmans sont maltraités, méprisés, et en sous entendu, il « comprend » des réactions brutales. Par son discours, purement électoraliste, il encourage la violence et la trouve légitime. Il a souvent défilé au côté des fondamentalistes. Il fait partie de ceux qui font le terreau du terrorisme

  • Non je ne suis pas d accord avec le parent d’élève compréhensif. Samuel n a fait aucune erreur … Il a été décapité injustement par un jeune fou téléguidé par des islamistes qui ne devraient pas pouvoir rester en France s il n acceptent pas nos lois et notre liberté d expression

  • « Un islam travaillé par de puissantes pulsions fondamentalistes »: c’est à peu près comme si vous disiez « un haltérophile puissamment travaillé par le désir de soulever de la fonte ».

  • Lorsqu’un professeur doit avertir ses élèves qu’il vont voir qqch qui va les heurter ou choquer, et leur laisser le choix de quitter la salle ou de ne pas regarder, ce professeur ferait mieux de faire le choix de trouver un autre moyen de traiter le sujet. Quel ado de 12/13 ans qui tient tant à son image face à ces camarade quitterait la salle? Un bon pédagogue doit pouvoir traiter de tous les sujets sans avoir à choquer ses élèves!

    • Quand il faut disséquer une grenouille, il y a les profs qui laissent le choix de se retirer, d’autres non.

    • Ah! Le donneur de leçons. Avec les musulmans, il va lui falloir de l’imagination. De toute manière, on peut parler de ce qu’on veut: il y en a toujours l’un ou l’autre qui sera choqué. Donc, ne parlons de rien. Ca me rappelle un sketch de Raymon Devos. https://www.youtube.com/watch?v=hz5xWgjSUlk

    • « Un bon pédagogue doit pouvoir traiter de tous les sujets sans avoir à choquer ses élèves! »

      Pédagogue ou lâche. Je ne sais pas. La liberté d’expression c’est aussi (et probablement avant tout) la liberté de choquer.

      Je vois mal comment on peut aborder tous les sujets sans jamais choquer quelqu’un qui risque de voir dans ce que vous dites ce qu’il appellera une « provocation gratuite ».

      Le cours d’éducation civique a quand même l’objectif de préparer les élèves à devenir des citoyens et donc au vrai monde.

      Les caricatures de Mahomet qui posent problème depuis 10 ans en Europe sont un bel exemple de la difficulté à faire respecter le principe de la liberté d’expression.

      Elles montrent aux enfants d’une que la liberté d’expression ne va pas de soit pour tout le monde et de deux qu’effectivement des gens vont utiliser leur propre liberté d’expression pour dire des choses qui vont heurter votre sensibilité.

      • je ne suis pas d’accord le problème avec l’islam n’ a pas son origine dans l’école..

        l’ecole le révèle..
        si tu es un islamiste ou un gosse d’islmamise tu est éduqué contre les principes civiques en vigueur en france.. et ça c’est le problème…

    • Sauf que d’après les derniers éléments de l’enquête rendus publics, il ne leur a pas demandé de quitter la salle, mais les a seulement invités à détourner le regard. Et accessoirement, que la fille du parent choqué n’était pas présente ce jour-là…

    • « Un bon pédagogue doit pouvoir traiter de tous les sujets sans avoir à choquer ses élèves. » sinon, un élève choqué peut lui couper la tête ? C’est vraiment votre point de vue ?

  • deuxième étape:virer tous ces nuisibles hors du sol français

  • Business as usual.

    C’est la méthode Hollande qui est poursuivie.

    Pauvre pays qui aura du mal à penser ses plaies après 10 ans ou voir plus.

  • il faut quand même rappeler qu’un musulman est AUSSI une personne dont les parents son musulmans..

    dogme, position de l’individu face au dogme, communautarisme, victimisation, politique de la repentance , acceptation larvée de politique discriminatoire..sinon privilège des minorités inscrit dans la loi..

    • Et il faut rappeler aussi, que c’est la gauche française qui est responsable de 90% du narratif révisionniste, collaborationniste, immigrationniste, laxiste, expiatoire, c’est aussi elle qui est responsable du massacre de l’entrepreneuriat, des libertés de la subvention massive du parasitisme et j’en passe et des meilleures.
      Le « camp du bien » est un cancer de l’humanité depuis au moins 1917.

  • Les mêmes béotiens qui criaient à l’islamophobie il y a un mois lors d’un défilé organisé par les maîtres à penser du Tchéchene de service se retrouvent bien marris après avoir été roulés dans la farine des gentils prédicateurs ….Vont-ils en tirer les conséquences et agir contre ces gens qui prêchent la liquidation de nos valeurs et de nos libertés ? Pas sûr, les bornés sont souvent bornés à vie !

    • si on me traite de raciste…je dis j’ai sans doute des préjugés raciaux qui sais je suis peut être raciste, mais montrez moi une instance où j’aurais traité injustement oupire agressé une personne en raison de sa couleur de peau..
      islamophobe..ma foi en effet le dogme islamique m’effraie et il est vrai que je vais juger un musulman relativement à son affirmation de sa croyance au dogme…
      accusation ambiguë..

      pfff…
      si un type barbu se lève dans un avion et dit allahuh akbar.. tu vas voir si les gens ne sont pas islamophobe.

      si un type vient vers vous en disant je suis musulman..tu es presque inquiet..
      si tu demande à un type quel est ta religion et qu’il te dis je suis muslman c’ets déjà pas pareil..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

 

Cela faisait longtemps que je n'avais pas pensé au film Demolition Man, jusqu'à récemment lorsque j'ai appris qu'il avait maintenant presque 30 ans.

Réalisé par le cinéaste Marco Brambilla à ses débuts, Demolition Man est l'un de ces films qui réussit à être à la fois loufoque et ingénieux. Avec un casting de stars comprenant Sylvester Stallone, Wesley Snipes et Sandra Bullock - sans oublier des jeunes talents comme Denis Leary et Benjamin Bratt, ainsi que l'acteur de théâtre Nigel Hawthorne et B... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain.

« Pour moi l’anonymat pratiqué sur les réseaux sociaux est une régression » déclarait Emmanuel de Wasqueriel, sur France Inter, précisant « qu’une démocratie, c’est avancer à visage découvert… » et « plutôt que de restreindre la liberté d’expression sur les réseaux sociaux, il faudrait obliger à la suppression de l’anonymat » ajoutant ainsi sa voix à un faux débat régulièrement relancé : la fin de l’usage du pseudonyme.

Pour rappel, cette thématique avait resurgi en octobre 2020  portée par des élus de pre... Poursuivre la lecture

Récemment, les propos de M. Dupond-Moretti, qui attaque la gauche (NUPES) à l’Assemblée nationale pour un ensemble de raisons seulement apparemment reliées par des liens disparates avec ce que différentes personnes associent à ce qu’on appelait avant, à l’époque de Marx et de Sartre, « la question juive », suscitent une vague de nouveaux articles, qui se suivent et se ressemblent, sur la montée de l’antisémitisme.

On y explique que, si le nombre d’« actes antisémites » n’augmente pas, et diminue plutôt (modulo les problèmes que posent ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles