Nutri-score : un logo infantilisant et pas vraiment utile

On ne rend pas plus intelligent le consommateur en essayant d’homogénéiser son comportement alimentaire par ce genre de logo nutri-score.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jomjakkapat Parrueng on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nutri-score : un logo infantilisant et pas vraiment utile

Publié le 28 septembre 2020
- A +

Par Christophe de Brouwer.

La qualité de notre nutrition est un élément important d’une bonne santé, nous savons tous cela. Nous sommes aujourd’hui confrontés au Nutri-Score, nouvelle injonction sous forme de logo du « bien » manger représenté par des A, B, C, D, E sur de plus en plus de produits alimentaires que nous achetons.

Des études aux injonctions

Mettons de la perspective. Un corpus de savoir nutritionnel s’est construit petit à petit, surtout après que les grandes questions d’hygiène ont été comprises et maîtrisées dans nos pays occidentaux. On pense évidemment par exemple aux épidémies de choléra.

Ce corpus s’étoffe fortement après la Seconde Guerre mondiale, en même temps que les antibiotiques font leur apparition et se diversifient rapidement.

Lorsque j’ai rejoint le pôle académique de l’École de Santé publique de l’Université libre de Bruxelles, cette institution était notamment occupée par les études multicentriques internationales MONICA.

Ces études étaient également très diversifiées, s’occupant d’hypertension, de poids, de cholestérol, de stress, notamment au travail, de qualité nutritionnelle, de pratiques sportives, etc. Elles atteignaient le niveau individuel de sorte que l’on connaissait le statut de chaque participant à travers des questionnaires, interrogatoires et des examens médicaux et paramédicaux.

Cela a nécessité la mobilisation d’équipes étoffées et a duré des années pour obtenir, agréger et dégager les données de morbidité et de mortalité.

Puis sont venues les premières injonctions : nous devions manger au moins cinq portions de fruits et légumes par jour. On ne savait pas très bien ce qu’était une portion, si c’était cinq + cinq ou cinq en tout, peu importe, c’était le slogan qui importait.

Et cela a été une réussite, chacun en avait entendu parler. Par contre la modification des comportements s’est fait attendre…

Et puis très rapidement, ces injonctions ont été balayées par d’autres injonctions, une nouvelle mode, appelons cela ainsi.

Des modèles qui orientent nos comportements

En effet, la pollution de l’air a pris le relai dans le catastrophisme dont nos medias aiment nous abreuver. De grandes études européennes ont été mises en place, qui calculent la mortalité liée à la pollution de l’air sur la base de modèles.

Hé oui, les modèles sont entrés en force dans le champ scientifique. Ils ont pour nom APHEIS, CAFE, APHEKOM… Ils ne se valent pas et certains concluent à des mortalités environ 10 fois plus importantes que d’autres avec des données assez identiques.

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre lesquelles ont été abondamment cités par les medias qui en retour reçoivent une attention plus importante des pouvoirs publics qui financent.

Nous avons reçu de nouvelles injonctions avec par exemple la journée sans voiture dans certaines de nos villes. Ceci fut puissamment renforcé par la vague climatique.

Et la nutrition ? Elle a perdu beaucoup d’intérêt médiatique et les financements pour la recherche ont été diminués d’autant. Aaah les modes !

De « 5 fruits et légumes » au Nutri-score

Nous voici aujourd’hui avec de nouvelles injonctions. Les 5 portions de fruits et légumes ayant montré leurs limites pratiques, le Nutri-Score a été inventé et adopté officiellement en 2017, logo apposé sur certains de nos produits issus de l’industrie agro-alimentaire. En effet, vous ne le trouverez pas dans le rayon des produits frais.

Ce « score » a fait des petits avec des applications pour téléphones portables, tel que Yuka et d’autres programmes. Ceux-ci rencontrent un certain succès puisqu’on estime autour de 20 % d’utilisateurs, qui, notons-le, sont issus le plus souvent des classes socio-professionnelles plus aisées.

Bien sûr, il s’agit ici d’une utilisation volontaire. N’oublions pas qu’il existe un impact lié au niveau socio-professionnel, la calorie de qualité coûte souvent nettement plus cher.

Compte tenu de cela, de l’avis de l’utilisateur de ces applications, le risque est de s’enfermer dans une logique abstraite limitant sa diversité alimentaire : il n’y aurait plus que l’indice qui compte.

Pourquoi un nutri-score alors que les informations nutritionnelles existent déjà ?

Le nutri-score consiste en un marquage sur beaucoup de produits fabriqués par l’industrie alimentaire qui classe ceux-ci d’aliments bons à aliments mauvais pour la santé.

Alors que grâce aux indications neutres sur l’emballage, nous pouvons accéder aux contenus en glucides, lipides, protides dont les protéines, fibres, sels, quantité calorique, permettant à celui qui le désire d’améliorer ainsi sa connaissance et ses choix. Ici ce n’est pas le cas : nous sommes face à une injonction à laquelle il est impossible d’échapper.

C’est le but d’ailleurs. Qu’est-ce qui se cache derrière les A,B,C,D,E. Nous ne le savons pas ou mal.

Pour valider ce nouveau marquage qui prend de l’ampleur des études ont été réalisées afin d’en fonder la pertinence scientifique.

Des nouvelles études…

Celle dont se prévaut l’INSERM a été publiée dans le British Medical Journal du 16 septembre 2020 : « Association between nutritional profiles of foods underlying Nutri-Score front-of-pack labels and mortality: EPIC cohort study in 10 European countries ».

Il s’agit d’une étude multicentrique couvrant plusieurs pays, visant à valider le nutri-score et portant sur la mortalité. C’est une étude de cohorte observationnelle qui entre dans le cadre des études EPIC conduites dans 10 pays européens entre 1992 et 2020. La fin des observations n’est pas la même pour chaque pays, entre 2012 et 2015.

Cette étude vise à établir la validité du concept nutri-score à travers la recherche d’un risque relatif (dans ce cas un hazard ratio) en étudiant 5 types de comportement alimentaire qui représenteraient les nutri-score de A à E. La connaissance des données individuelles est essentiellement réalisée par la collecte de questionnaires ( self reported data).

Les données diététiques ont été collectées spécifiquement et ont permis de classer le sujet dans un des 5 types. Dans certains pays, les données anthropométriques ont été mesurées dans des centres. Ce ne fut pas le cas pour la France, la Grande-Bretagne et la Norvège.

Les limitations décrites dans l’article sont assez classiques pour ce type d’étude, notamment les mauvaises classifications des réponses, des facteurs confondants non répertoriés, les aspects culturels des différentes populations selon les pays, le volontariat.

On comprend bien que si cette étude était négative, elle ne serait pas publiée puisque l’objectif de celle-ci est clairement énoncé : « Déterminer si le système de profilage nutritionnel de la Food Standards Agency (FSAm-NPS), qui évalue la qualité nutritionnelle des produits alimentaires associé à la mortalité, justifie le logo Nutri-Score sur les emballages des aliments afin de guider le consommateur vers des choix alimentaires plus sains. »

Là se trouve probablement le biais le plus important, eu égard au fait que le Nutri-score a été officiellement adopté en 2017.

Quels sont les résultats ?

Pour une étude qui affirme avoir observé 500 000 participants volontaires durant une durée cumulée de plus de 8 millions d’années (person-years), les résultats apparaissent assez ténus :

Le résultat général est un risque relatif de mortalité de 1,07 entre ceux qui « mangent mal » par rapport à ceux qui « mangent bien ». Soit un risque attribuable de mortalité (la fraction étiologique du risque) de 6,5 % au comportement alimentaire basé sur le nutri-score.

Plus curieux encore, cette étude portant sur les causes de mortalité liées à l’appareil circulatoire (hypertension, infarctus, AVC…) n’est pas statistiquement significative, malgré le nombre énorme de volontaires inclus ; or c’est plutôt là qu’on aurait pensé un effet maximum lié aux modes alimentaires.

En tout état de cause, les résultats apparaissent faibles à très faibles comparés à des études plus anciennes.

On s’éloigne ici de la réalité. En quoi l’impression d’un logo sur une étiquette va-t-elle modifier l’incidence de la mortalité ?

Les résultats, soulignons-le, avec des volontaires sont faibles, sinon inexistants, alors que les anciennes études portant sur la morbidité et la mortalité concernant nos modes alimentaires étaient puissantes et montraient où l’effort devait être porté : les classes défavorisées.

De plus, il existe une distance réelle entre cette étude, si bien menée soit-elle, et l’injonction pratiquée via un logo qui s’applique aujourd’hui indistinctement à des personnes non volontaires : c’est cela la réalité.

Nous sommes ici bien plus dans une dimension morale du bien et du mal, que dans une dimension d’efficacité à partir d’une base scientifique.

Peut-être cela répond-il à une demande et que beaucoup de personnes voient dans ce logo un plus. Cependant on ne rend pas plus intelligent le consommateur en essayant d’homogénéiser son comportement alimentaire par ce genre d’injonction dont les effets, pour autant qu’il y en ait, et qui peut devenir culpabilisant, disparaîtront rapidement.

Travaillons en amont pour que l’industrie agro-alimentaire fournisse des produits de qualité et ne faisons pas peser cette charge sur le consommateur.

Continuons à lui donner une information de qualité en faisant appel à son intelligence et sa responsabilité, lui permettant réellement de choisir sa propre qualité de vie qui n’est pas celle de son voisin. C’est indispensable.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • et on va rire petit à petit le nutriscore va se « comlexifier »….il va inclure les émissions de CO2 , l’environnement, la lutte contre la pollution, l’égalité des sexes..etc etc…

    • L’égalité des sexes, on va être obligé de se bourrer de pâtisseries et d’un dé de jambon entre 2 feuilles de laitue ?

      • Non, seulement bien vérifier que lors de la production, il y a bien eu participation d’autant d’hommes que de femmes 😉

  • L’auteur a remis son devoir en retard ? 🙂
    Quand il dit « les info nutritionnelles sont déjà là ». Oui, sous une forme pas forcément claire. Quand il est marqué « Glucides 100g, dont sucre 80g », on a déjà perdu 80% des gens.
    Faites le test autour de vous : est-ce que le fructose est un glucide et un sucre ? Et le lactose ? Saccharose ?
    Les gens ne sont pas bêtes, mais ce ne sont pas des données facilement compréhensibles pour l’ensemble de la population.

  • c’est en infantilisant les citoyens que l’on a le plus de prise sur eux ; à charge pour les dit citoyens de se prendre en main s’ils ne veulent pas qu’une minorité décide de tout à leur place ;

  • Ont ils aussi inventé les mathématiques adaptées, 100g de D annule 200g de A par exemple ?

  • Vous n’avez jamais vu des sandwichs préparés avec 1cm de mayonnaise ? Des produits réputés sains mais pas forcément (les céréales du matin avec énormément de sucre)… Des soda au goût de fruit et rafraîchissant avec 70g/100cl (Fanta Exotic).
    Faire sauter systématiquement ses 100 g de princesses (haricots verts) dans du beurre en accompagnement de l’entrecôte de 300g, c’est pas top, et pourtant…
    L’industrie agroalimentaire nous a gavé comme des oies à coup de pub, de produits miracles, etc. On a perdu de bonnes habitudes alimentaires, on a bouffé des sandwichs triangles de restoroute. Le nutriscore est un outil facile pour permettre au gens de reprendre facilement, sans devoir décrypter les étiquettes, le contrôle de ce qu’ils mangent.
    Qui connait les différences entre les acides gras monosaturés, insaturés, trans ? Est-ce mieux les protéines le matin ? ou le soir ? avant le sport ? Après le sport ? Et le goûter des enfants ? La super barre chocolatée ultra grasse et sucrée est un bon goûter ? Non ? pourquoi a-t-elle autant de succès alors ?

    • « Faire sauter systématiquement ses 100 g de princesses (haricots verts) dans du beurre en accompagnement de l’entrecôte de 300g, c’est pas top, et pourtant… »

      … et pourtant, mis à part les quantités extravagantes que vous envisagez (300 g d’entrecôte, c’est pour 2 personnes hein, voire 3), c’est un menu tout ce qu’il y a de plus sain, surtout si vous ne concluez pas le repas par un dessert pâtissier.

      Il ne suffit pas d’avoir bien appris ses tables nutritionnelles pour avoir un bon régime alimentaire, et vous en êtes un bon exemple.

      • Quantités extravagantes…. Deja à moins de 250g de haricots verts par personne et 400 gr d’entrecôte, je ne cuisine pas, les gens n’ont pas faim. Ce qui compte est la proportion des différents ingredients, dans 100g de haricots il y a autant de beurre que dans 250g.. Sans compter les lardons fumés.
        Donc je ne serais jamais votre client, d’ailleurs je ne suis client d’aucun docteurs avec mon regime de sortir de table sans faim… Sinon on grignote ?

      • « quantités extravagantes » ? Je n’ai pas dû chercher longtemps pour trouver un restaurant ayant sur sa carte du « grillades 300 grammes » (avec supplément possible de 100gr).
        100g de viande par personne ? Vous ne mangez pas souvent avec d’autres personnes sans doute.
        Moi un bon exemple ? Il vous aura peut-être échappé qu’il n’est indiqué nul part que c’est un exemple personnel.

    • Même si je suis en parti d’accord avec votre commentaire, je me pose dans ce cas une question quant à l’utilité du nutriscore : Pourquoi dans ce cas les grandes surfaces ne présentent elles pas que des produits classés A ou B ? 🙂

  • on pourrait imaginer un pourcentage de l’apport quotidien recommandé… mais de toutes façons l’idée qu’un produit soit bon pour la santé est stupide..

    d’ailleurs le nutriscore juge en fonction des habitudes alimentaires de la population, pas d’une personne ..ainsi le sucre est mauvais car..on constate que les gens en consomme trop..

    tiens ça doit être le paradis de anorexique le nutriscore..

  • Je lis que Nutri-scrore a été mis en place à l’initiative du gouvernement français pour aider « à la lutte contre les maladies cardiovasculaires, l’obésité et le diabète. »
    La question qui se pose est donc de savoir si ces maladies ont baissé en France depuis l’adoption de Nutri-Score. Il semblerait bien que non.
    Une fois de plus, l’Etat a dépensé du temps et notre argent à adopter des trucs inutiles au lieu de le faire pour une fonction régalienne : assurer notre sécurité. Ici, en se contentant de contrôler que l’information donnée au consommateur est exacte (ingrédients et provenance essentiellement).
    Mais comme d’habitude, l’Etat néglige les fonctions qui devraient lui revenir (justice et sécurité). Prenons l’exemple récent des lasagnes « de boeuf » à la viande de cheval qui passaient tous les contrôles depuis des années, mais il y en a bien d’autres.
    En revanche, ce même Etat s’empresse de nous faire la morale en décidant pour nous ce qui est « bien » ou « mal ». Ici, en mettant des notes sur nos aliments.
    Combien d’heures de palabres (et rémunérées combien) ont-elles été nécessaires au ministère de la Santé pour décider des attributions de couleurs et sur quels critères ? Le ministère peut-il nous donner le coût et le résultat de tout ce « travail » ?

    • Même l’anses pense que c’est innéfficace.
      « Actualité du 14/02/2017
      L’Anses publie ce jour son avis relatif à l’analyse de la pertinence en matière de nutrition de systèmes d’information nutritionnelle (SIN) destinés au consommateur. Ce travail a consisté à évaluer l’impact potentiel de la mise en œuvre de tels systèmes sur la réduction de l’incidence de certaines pathologies dans l’ensemble de la population, par l’intermédiaire de ses effets sur les choix alimentaires. L’Agence conclut qu’en l’état actuel des connaissances, la pertinence nutritionnelle dans une perspective de santé publique des SIN examinés n’est pas démontrée. »

  • Petit rappel satisfaisant pour les Belges : le nutriscore des frites surgelées est A ou B

    ( bon, d’accord, c’est le produit avant cuisson dans le blanc de boeuf, lui-même composé à 100 % de graisse, dont la moitié en acides gras saturés, avec, peut-être, un nutriscore une peu moins bon comme D, mais que la publicité Carrefour garantit, sans rire, « sans gluten ni lactose » )

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pierre Gosselin.

Ce n’est un secret pour personne : la plupart des végétariens sont souvent des écologistes radicaux et des alarmistes du climat particulièrement hystériques. Il est possible que l’université de Graz en Autriche ait découvert une raison à cela : leur régime alimentaire malsain.

Une nouvelle étude de l’université de Graz conclut que les végétariens sont plus souvent malades et ont une qualité de vie moindre que celle des personnes mangeant de la viande. Selon le communiqué de la presse allemande, les végétarie... Poursuivre la lecture

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Par Vincent Bénard.

Alors qu'en 2021, une députée LREM propose une sécurité sociale en matière d'alimentation, voici une politique fiction écrite sur Contrepoints en 2013. 

Au début de ce millénaire, quelques politiciens s’avisèrent que nous étions inégaux devant l’alimentation.

En effet, des études universitaires incontestables montraient que les plus pauvres avaient une alimentation moins équilibrée que les riches, parce qu’ils étaient obligés de surveiller leur budget et de s’orienter massivement sur des produi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles