Pollution de l’air en France : 48 000 ou… 11 morts par an ?

Le chiffrage de 48 000 morts est la fourchette haute d’un intervalle dont la fourchette basse est de… 11 morts !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Beijing By: sh b - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pollution de l’air en France : 48 000 ou… 11 morts par an ?

Publié le 15 décembre 2018
- A +

Par Michel Gay.

C’est à peine croyable et pourtant c’est vrai. Les 48 000 morts par an en France à cause de la pollution atmosphérique évoqués par les plus hauts responsables de l’État, et repris complaisamment par de nombreux media, reposent sur une étude de 2016 aux apparences savantes mais… bidon !

Le plan anti-pollution du gouvernement français présenté en juillet 2018 indique en toute lettre que la pollution de l’air par les particules fines causerait 48 000 décès prématurés par an en France. Malgré son caractère surprenant (9 % environ des décès en France seraient provoqués uniquement par la pollution de l’air), ce chiffre n’a pas fait l’objet de réserves dans la presse — à quelques exceptions près, dont celle de Contrepoints — ni dans les milieux politiques. La Maire de Paris, Anne Hidalgo, s’était déjà appuyée sur cet argument en 2017 pour le plan anti-pollution de la Ville de Paris, et il a été repris par le président de la République le 27 novembre 2018 pour justifier les taxes sur les carburants.

La source semble sérieuse puisqu’il s’agit d’un rapport de l’agence Santé Publique France qui a évalué le nombre de décès prématurés attribuables, en France, aux particules de rayon inférieur ou égal à 2,5 micromètres (PM 2,5), en utilisant un nouveau modèle mathématique.

Que mesure exactement ce chiffre de 48 000 morts ?

Une lecture attentive du rapport révèle bien des surprises pour les habitués des études épidémiologiques

Une fourchette d’incertitude entre 48 000 morts et… 11 morts !

Il est à noter que le nombre de décès prématurés calculés par le modèle de Santé Publique France varie fortement en fonction de la référence de pollution considérée comme normale. Ce nombre varie tout de même de 48 000 décès annuels en prenant comme référence les parties du territoire français les moins polluées… à 11 décès en prenant comme référence le seuil de particules fines recommandé par l’Union européenne !

Santé Publique France a pourtant privilégié l’interprétation maximaliste de 48 000 décès, ce qui revient à remettre en cause les normes actuelles sur la pollution de l’air de l’OMS. Et c’est le seul chiffre retenu et cité par les journaux.

Un résultat théorique et non validé présenté comme une vérité établie

Le rapport de SPF présente des lacunes pour le moins surprenantes.

Il ne contient AUCUN résultat de validation du modèle utilisé (aucune comparaison entre les mortalités calculées par leur modèle dans chaque commune, et les mortalités réellement enregistrées). Quand les auteurs affirment que leur modèle correspond bien à la réalité, il faut les croire sur parole…

Ce calcul de mortalité repose sur l’application d’un risque relatif (qui définit la relation entre la mortalité et la concentration en particules fines de l’air) choisi par les auteurs, et d’une valeur double de celle retenue habituellement par les méta-analyses citées dans leur bibliographie.

Pollution de l’air et facteurs de confusion

Le modèle statistique utilisé calcule des corrélations géographiques entre la mortalité (toutes causes non accidentelles confondues) et le niveau de pollution de l’air.

Or, ce type de corrélations est susceptible d’être affecté par des facteurs de confusion (voir aussi l’étonnant paradoxe de Simpson) difficiles à corriger.

Ainsi, l’espérance de vie est fortement liée à la catégorie socio-professionnelle, et dans les grandes villes, les personnes les plus aisées habitent rarement les quartiers les plus pollués. Il y a donc là un biais, en particulier pour des actifs sur de grandes agglomérations.

À l’échelle d’un pays, les zones les moins polluées sont souvent des zones rurales avec des modes de vie et d’alimentation distincts de ceux de populations urbaines. Il est donc hasardeux de comparer leur niveau de mortalité à celui des villes polluées.

De plus, dans le cas de la France, la comparaison à grande échelle géographique est compliquée par des inégalités régionales d’espérance de vie, constatées depuis longtemps par les démographes. En particulier un axe Nord-Sud d’augmentation d’espérance de vie est généralement expliqué par les bienfaits du régime alimentaire méditerranéen…

Par conséquent, l’effet de l’alimentation pourrait être un facteur de confusion avec l’effet de la pollution, mais cette question n’est pas abordée par Santé Publique France. L’effet sur l’espérance de vie que cette agence attribue à la pollution (3 à 4,5 ans d’écart entre les zones les plus et les moins polluées) expliquerait à lui seul la différence entre les départements.

Comme l’effet de l’alimentation irait globalement dans le même sens, il devrait donc s’ajouter à celui des PM 2,5 mais il n’en est rien. Donc un des deux effets est imaginaire…, ou alors les deux existent mais ils sont tous deux surestimés !

Selon SPF, la pollution expliquerait à elle seule la majeure partie des hétérogénéités régionales de mortalité. C’est bien sûr possible, mais c’est surprenant. Pour valider cette hypothèse de l’effet dominant des PM 2,5 sur la mortalité, il faudrait vérifier l’accord entre mortalité et pollution à des échelles géographiques plus fines.

Malheureusement, les auteurs ne fournissent aucun résultat de validation de leur modèle.

38 000 morts dans le monde… dont 48 000 en France ?

Cette étude penche donc dangereusement vers la… pseudo-science.

La présentation embrouillée laisse croire que les mortalités invoquées ont été calculées à partir des données de mortalité réelles, alors qu’il s’agit de simulations théoriques faites par un modèle non validé, et dont les facteurs de confusion potentiels ne sont pas étudiés.

Avant cette publication, plusieurs autres travaux reposant sur les mêmes méthodes, avaient déjà obtenu des résultats de l’ordre de 40 000 décès prématurés par an en France. Cette estimation a donc fini par s’imposer en dépit de son caractère surprenant.

Tout se passe donc comme si la mortalité chronique due aux PM 2,5 était devenue un dogme que les spécialistes de la pollution ne cherchent même plus à vérifier.

Or, au même moment, un article paru dans Nature a chiffré les décès dus aux PM 2,5 (et en plus aux oxydes d’azote) à 38 000 morts par an… dans le monde, dont 28 000 dans l’Union européenne !

À comparer aux 48 000 morts par an pour la France seule (uniquement pour les PM 2,5…) calculés par Santé Publique France ! Cherchez l’erreur !

Qui veut noyer son chien…

En résumé, ce chiffrage de 48 000 morts est la fourchette haute d’un intervalle dont la fourchette basse est de… 11 morts !

Ces chiffres sont sans fondement. Ils proviennent d’un modèle statistique purement théorique avec un choix méthodologique inhabituel (risque relatif choisi a priori d’une valeur double de la valeur habituelle par les auteurs et non calculé à partir des données réelles de mortalité), et  d’hypothèses « audacieuses » qui auraient besoin d’être démontrées.

Ce comportement est surprenant pour une agence d’évaluation sanitaire censée s’appuyer sur des méthodologies scientifiques éprouvées… et validées au niveau international !

Par curiosité, il serait intéressant de voir à quel pourcentage de mortalité ce modèle arriverait (80 %, 150 % ?) pour une ville comme Pékin, incomparablement plus polluée que les pires villes françaises.

Raison et norme

Les auteurs du rapport de SPF déclarent sans sourciller que le nombre de décès en excès causés par la pollution serait bien de… 11 en prenant comme référence le seuil européen de 25 μg de PM 2,5/m3 d’air. Mais, en prenant leur propre référence, il est bien de… 48 000. Ce qui revient à dire que la norme européenne sous-estime d’un facteur supérieur à 4000 le nombre de victimes de la pollution !

Pourquoi pas ? Mais « Wouaouh ! » comme dirait Nabila…

Cela mériterait une validation à l’international, sauf si les Français sont particulièrement sensibles à la pollution.

La prudence scientifique la plus élémentaire aurait donc dû conseiller de ne pas publier de tels chiffres incertains et alarmants fondés sur une hypothèse audacieuse (farfelue ?) sans fournir de comparaisons avec les données réelles de mortalité, et sans avoir testé sa plausibilité dans d’autres pays que la France.

Mais quand une hypothèse répond si bien aux préoccupations politiques du moment, il est difficile de résister à la gloire de la notoriété et du succès médiatique… au détriment de l’intérêt général.

Voir les commentaires (62)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (62)
  • J’ai bien rit. Merci pour cet article !

    Grâce à Macron, je sais maintenant qu’il est inutile de manger 5 fruits et légumes par jour.

    En outre, je présume que du fait de leur goût immodéré pour le charbon (éoliennes obligent), les Allemands seront tous morts d’ici 5 ans – s’ils on bêtement adopté les seuils européens.

    • Je n’ai même pas lu car je sais déjà que la pollution c’est bon pour la santé …du PIB et donc la croissance, c’est tout ce qui importe, non ?

      • C’est pas faux, il y a une corrélation très nette entre le PIB et l’espérance de vie. PIB élevé entraine meilleur alimentation, meilleur habitat, etc.. PIB bas entraine souvent plus grande pollution (sac plastique en Afrique et Asie), mauvaise qualité des aliments (chaine du froid), mauvaise prise en charge médicale.
        Ces pays souffrent de collectivisme et d’idéologie socialiste, comme au Venezuela.
        Je sais, c’est dur, pour les bo-bo ecolo de votre genre, mais il y a plus de pollution dans les pays collectivistes que dans les pays libéraux. C’est normal, les intérêts individuels sont respectés et des moyens légaux existent pour se défendre.

  • Si tout cela avait un semblant de réalité..tout les employés du métro seraient…des morts en sursis…alors qu’ils vivent aussi longtemps que les autres…..m’enfin , la’pollution n’existant pas plus que le réchauffement climatique…….ou l’effroyable mortalité causêe par les diesel…..ou l’énorme coût du tabac pour la sécu,….
    Ce qui est rassurant est qu’avec la loi anti fakenews…il n’y aura plus d’élus écolo en France ha ha ha de quoi pourraient ils causer a leurs futurs électeurs ?

  • et après , on s’étonne du manque de confiance des citoyens envers les politiques , mais c’est normal !!! tout ces cons d’élus passent leur temps à mentir , mentir et encore mentir !

  • L’oxygène est responsable de 100% des décès.

  • une coquille : le diamètre des particules pm2,5 est de 2,5 micromètres, pas millimètres…

    • Exact, c’est une coquille de ma part. Demande de correction en cours…

    • Pas grave, chaque être humain est équipé de filtres a particules fines ou grosses moins pour les aérosols qui sont le réel danger pour la santé mais uniquement pour une forte exposition…rarement rencontrée dans la vie de tous les jours

    • Je me doutais un peu que le gros sel n’est pas la plus dangereuse des substances.

  • Ces annonces alarmistes, dites scientifiques, sont hélas devenues tellement courantes. Elles rejoignent le phénomène du complotisme traité justement par l’article d’Adrien Rouvet.
    Cette utilisation affichée de données scientifiques non évaluées par une méthodologie rigoureuse… scientifique précisément, se pratique de plus en plus hélas.
    J’ai, un peu par hasard, assisté à la présentation en avant première à AgroParisTech d’un film américain sur les avantages « prouvés » des OGM. (Ce film doit passer en salle en février prochain). Je pensais y trouver une vraie approche rigoureuse sur un sujet qui fait débat lui aussi. Or les affirmations subjectives y sont employées avec surtout la relation de procès médiatiques à l’américaine où Monsanto gagne à tous les coups.
    Là la ficelle était trop grosse. L’intérêt premier, financier, y est clairement visible bien que s’appuyant sur des pseudos débats de scientifiques.
    Mais chez nous, l’assassinat de notre industrie du diésel, que cache-t-elle donc ? Et une fois le parc automobile devenu électrique qu’aurons nous pour en recharger les batteries puisque le mix énergétique aura tellement fragilisé la production ?

    • Il n’y aura jamais de parc tout électrique ,ils le savent, nous le savons.
      Quand au diesel sa mort annoncée est plus que prématurée..n’oublions pas ces millions de groupes électrogènes en service ,diesel, ces millions de camions , diesel , ces millions de tracteurs , diesel ……et quand il n’y aura plus de pétrole,il n’y aura plus que des diesel ..fonctionnant a l’huile végétale…dans un siècle ou deux ou plus…..et sûrement des millions de voitures individuelles au GPL…..enfin ça si nous ne sommes pas tous entrés dans le totalitarisme et autres choses aussi amusantes

    • Qu’attendre d’un film publicitaire ?
      Il y a suffisamment d’articles honnêtes pour se faire une opinion sur le sujet..heuuu, sur ce non sujet.

      • Le problème, c’est que le grand public ne va pas les voir et se contente de gober la propagande. La réaction n’arrive que lorsque les taxes sont trop lourdes.

    • L’industrie s’appuie sur des études pseudo scientifiques pour avancer des chiffres dont l’utilisation permet d’orienter la peur
      dans une direction donnée qui conviendra a leurs affaires.;

      si on veut vendre des éoliennes il est bon de diaboliser toutes les autres sources énergétiques , le bio c’est pareil tuer le marché libre pour favoriser la production locale avec des normes fantaisistes, pousser la voiture électrique en taxant a fond le carburant au prétexte de sauver la planete ( qui veut la destruction de la planete?)..pour permettre une politique Economique en ré orientant le budget
      toutes ces manipulations de l’opinion sont a présent visibles par tous grâce a l’ouverture offerte par internet.. et a une information
      plus générale que celle dirigée par le pouvoir .
      donc la concurrence se joue sur le terrain de l’intox.. on tue le glyphosate tombé dans le domaine public , pour permettre le remplaçant qui sera plus cher et dont la licence sera exclusive
      pour le labo par exemple.. et pour ce faire on lance la panique dans la population alors qu’on est bien incapable d’attaquer le produit sur des rapports scientifiques sérieux..
      et tout a l’avenant

    • C’est bien connu, un réalisateur n’a pas d’opinion propre : s’il fait un film qui présente l’état des lieux des connaissances scientifiques sur les OGM ainsi que des usages positifs de cette technologie, c’est forcément qu’on l’a payé pour ça. Avec des gens clairvoyants et lucides tels que vous, la désinformation et les idées reçues n’ont qu’à bien se tenir.

  • Absolument toutes les stats qu’on nous sert tous les matins sont des stats de propagande.
    On ne s’adresse pas à un groupe comme on s’adresse à un individu.
    La psychologie des foules nécessite de faire de la propagande par les faiseurs d’opinion. Et les faiseurs d’opinion ne connaissant rien aux problèmes, on leur fournit des stats et des stats. Comparaisons douteuses, corrélations absurdes, études sur base confetti etc..

  • Mais tout ça n’est rien.
    Il y a quelques mois j’ai entendu un abruti qui, dans un raccourci, prétendait que les 48000 morts étaient a Paris et uniquement a cause de la pollution due au diesel !
    (Techniquement avec les moyens de la NSA, l’enregistrement peut-être retrouvé.)

  • Merci pour cet article. C’est bientôt le repas de Noël, on va forcément parler du climat alors il faut que j’affute mes arguments !

  • Je viens de parcourir l’étude, et je ne vois nul part la fourchette basse de 11 morts.
    Pouvez vous ‘ous dire ou se trouve ce chiffre dans l’ étude ?

  • Peut-être serait il opportun d’envoyer aux auteurs de cette étude ce lien :
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/2012749
    qui montre l’espérance de vie par département ?
    Les départements quasi totalement urbanisés comme le Rhône et la région parisienne, donc a priori les plus pollués, offrent une espérance de vie de 81 ans pour les hommes (81,5 pour Paris), alors que la moyenne nationale n’est que de 79,5 ans (1 an et demi à 2 ans de moins, tout de même !!). Et pour des départements peu urbanisés (Creuse, Lozère) elle descend à 77,4.
    La corrélation entre pollution et mortalité est évidente, voyons, puisqu’on vous le dit !
    L’Insee s’est sûrement trompé quelque part…

    • Si j’ai bien compris ce qu’est un facteur de confusion, il y en a peut-être un ici. Il faudrait rechercher s’il y a une corrélation entre l’espérance de vie et le fait de vivre, ou pas, dans un désert médical qui fait qu’on ne consulte que quand ce semble sérieux et qu’il est peut-être déjà trop tard.

  • Cette affaire est exemplaire, quelle est la diminution de l’espérance de vie ..pour un pays entier dues aux particules : on en sait rien.
    Pour le savoir i faudrait avoir compris toutes les causes.
    et si un asthmatique meurt lors d’un pic de pollution ou d »avoir entré dans une pièce enfumée, il meurt de quoi de l’asthme ou de la pollution?

    Ce n’est toutefois pas un non sujet.. mais c’est le genre de sujet sur lequel l’efficacité des mesures prises DOIVENT être vérifiée.

    notez qu’en général c’est impossible..pour vérifier si l’air débarrassé des particules conduit à une augmentation de la longévité , il faut d’une part connaitre ce qu’avait été la longévité sans la mesure… mais d’autre part tenir compte de tout ce qu’a entraîné la mesure sur la longévité.

    en pratique il est IMPOSSIBLE de prendre une mesure dont l’effet est de supprimer les particules de l’air, toute mesure à des répercussions « secondaires »…

    • « en pratique il est IMPOSSIBLE de prendre une mesure dont l’effet est de supprimer les particules de l’air, toute mesure à des répercussions « secondaires »…
      Mais si c’est possible. Cela s’appelle une étude prospective en double aveugle. Et c’est la seule qui ait une véritable valeur scientifique, toutes les autres appartenant au vaste groupe de la propagande.

  • … Si on veut jouer, l’étude Nature parlant de 38 000 morts par an dans le monde, dont 28 000 dans l’Union Européenne, est probablement fantaisiste aussi, dans la mesure où l’on peut soupçonner que l’UE est loin d’être le coin du monde le plus pollué (grand clin d’oeil à l’Inde et à la Chine.)
    … Ce qui n’enlève rien à l’intérêt de cet article et à son salutaire démontage de la propagande macaronienne.

    • et pour une fois kudos à mr gay.. car la moindre émission de pollution atmosphérique est un des ponts forts du nucleaire.

      il faut se méfier d’une étude qui compte les morts sans pouvoir vous dire lui est mort de la pollution.
      On doit parler en espérance de vie de population.

  • Je pense que le laxisme des gouvernements concernant l’avenir de la planète est consternant, et risque d’être bien plus meurtrier que la pollution.
    http://adrastia.org/transition-2017-1-realite/
    Ce site donne des graphiques de l’état de la planète qui devraient faire réfléchir.
    https://lejustenecessaire.wordpress.com/2018/08/06/premier-article-de-blog/
    et nous pousser à une division par 10 de notre train de vie, mais qui implique un modèle économique différent qui permette de faire vivre tous les humains du monde avec le juste nécessaire.

    • On en tient un bon, là !
      Revenons donc au Moyen-Âge, cela tombe bien avec les croyances à la noix.

    • pourquoi donc une division de votre train de vie par 10 exige t il de changer de modèle économique?

      voulez vous dire que je vous oblige à vivre comme vous vivez? Vous savez que c’est faux…

      Je vous suspecte d’autoritarisme…à savoir rêver de contrôler le niveau de vie des gens..et d’imbécilité de penser que le niveau de vie qui sera décidé sera celui de vos rêves.. Comme le militant communiste de base qui ignore qu’il risque fort d’etre le premier fusillé de son utopie si jamais elle advient….

  • Je suis rassuré, j’avais entendu dire a la radio que le diesel était responsable de 48000 morts. Mais peut-être suis-je malcomprenant.

    • Si on prend en compte tous les accidents de la route et de chantier inexpliqués, et qu’on inclut quelques continents comme l’Afrique, l’Asie et l’Amérique, même sans y mettre l’Antarctique, on doit largement dépasser ce chiffre. C’est le coup classique : une particule fine vous fait éternuer, du coup une particule moins fine vous entre dans l’oeil, vous lâchez le volant pour vous le frotter, et un nid de poule malencontreux choisit justement ce moment pour vous envoyer rencontrer un collègue qui arrive en face et qui a subi le même enchaînement morbide…

  • « L’expertise produite par la recherche scientifique, en particulier quand elle est sollicitée et financée par les pouvoir publics, est utilisée à des fins de légitimation des choix politiques arbitrés par ces derniers » Anne- Emmanuelle BOURGAUX

  • c’est le même mode de fonctionnement que celui utilisé par le GIEC : des modèles théoriques qui ne prennent pas en compte les FAITS.

  • C’est une vraie secte complotiste ici ! L’OMS nous ment !! Faut vous faire soigner !

    La pollution de l’air tue 7 millions de personnes par an dans le monde, alerte l’OMS

    Selon un bilan publié mercredi par l’Organisation mondiale de la santé, neuf habitants sur dix respirent quotidiennement un air trop chargé en particules fines
    source : https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/05/02/la-pollution-de-l-air-tue-7-millions-de-personnes-par-an-dans-le-monde-alerte-l-oms_5293076_3244.html

    • Pas de pot, ce sont des gens qui respirent de l’air vicié par des foyers domestiques pour faire la cuisine, en particulier en Afrique.
      Le nucléaire fait moins de morts que le feu de bois.
      Banane.

    • Vous êtes vraiment un sale type, on vous répond, et vous ne daignez même pas argumenter.
      Pathétique..

    • alors …que signifie une phrase comme la pollution ( ou les particules qui peuvent être d’origine naturelle) tue 7 million de personnes dans le monde…??
      absolument rien de précis…
      donc en premier le choix du mot pollution n’est pas neutre et délibérément accusateur…
      en second lieu le comptage des morts n’est pas objectif et relève d’une méthodologie d’attribution causale des morts… en réalité la vraie métrique est la longévité…
      et vous trouvez devant un dilemme assez banal…….
      certes les particules diminuent l’espérance de vie …mais les activités qui génèrent les particules augmentent l’espérance de vie…le danger est bien entendu que les rapport de l’oms vont conduire des politiques à prendre des mesures visant à réduire le taux de particules ….qui peuvent conduire..à une diminution de l’espérance de vie….

      imaginez que l’oms annonce les vaccins tuent tant de personnes dans le monde…

      alors ce n’est pas du mensonge mais ça n’est pas si innocent qu’il y parait…et donné en pâture à un imbécile..c’est typiquement une information qui peut vous conduire à prendre une mesure qui aura l’effet inverse à celui recherché.

      le labour tue?

      on peut largement voir les rapport de l’oms…comme la preuve que nos craintes sur la pollution de l’air que nous respirons est dérisoire ou plus exactement relève du second ordre des préoccupations en terme de santé publique… et surtout parce que les mesures visant à réduire la pollution sont onéreuses par rapport au gain espéré.

      • à vrai dire….selon la métrique utilisée par l’oms pour produire cette affirmation…quel est le nombre de morts du à la pollution en France?????
        le français moyen déduit de ce titre que la » pollution » en france doit tuer…plus exactement que les activités qu’il peut parvenir à qualifier de polluantes sont nécessairement criminelles.
        On arrive à vivre alors dans une société persuadée de vivre dans un monde dangereux ce qui au regard de l’histoire et du monde prête à rire…
        la réalité est que l’air respiré par les français n’a jamais été aussi sain dans les villes…(et quiconque a vécu à la campagne dans une maison au plafond noirci par une cheminée qui chauffait à peine la maison peut tirer une conclusion similaire)…
        la réalité est que la nourriture n’a jamais été aussi sûre.
        On peut faire des progrès? absolument.

  • @ligo83 c’est de l’ironie j’espère, l’article du monde n’apporte aucune critique scientifique du rapport de l’oms. La plus grosses mesures de particules fines réalisée n’apporte en rien un lien scientifique entre des mesures et une corrélation qui ne tient pas compte des biais confondants. Non dire que cela vient du monde et de l’oms sans analyse plus approfondie relève de la croyance et aura des répercussions sociétales catastrophiques si il n’y pas de regard critique sur les données. Et après on nous parle de décodeur et de fake news ?

    • @gillib et einrente c’est une blague ou quoi ? Gay n’a aucun contra argument, il n’a pas du lire , ni vous d’ailleurs le résumé de l’impact … nul part il parle de 11 morts … FAKE NEWS ….et on parle de 400 000 en Europe et 43 000 en France …. encore des FAKES NEWS … il faut arreter de prendre des vessies pour des lanternes …. ouvrez les yeux, informez et formez vous !!!!

      • Mais quelle bêtise ! J’espère que vous ne fumez pas et ne faites jamais de BBQ ! Perso, je suis toujours en vie environ 40 ans après ma première inhalation de fumée. Combien de temps me reste-t-il à vivre, vous qui savez tout ?

        En fait le mec va nous dire qu’on rejette plus de polluants quand on expire par 5°C que par 25°C.

    • ni GAY n’apporte de critique scientifique …. 2 poids 2 mesures ?

  • Juste un petit détail : pas certain que l’air de la campagne soit tellement plus pur. Selon la saison, il est même largement plus saturé en particules que l’air des villes : pollens, travaux agricoles par beau temps qui soulèvent des nuages de poussières (parce-que concrètement, une « micro-particule », c’est… une poussière), épandages…

    • Idée reçue #5 – L’air de la campagne est nécessairement moins pollué que celui des villes. Faux
      L’air respiré à la campagne peut parfois contenir de nombreux polluants émis lors des pratiques agricoles (par exemple, épandage de pesticides et d’engrais). Ainsi, l’air de la campagne n’est pas à considérer comme plus pur par rapport à celui de la ville.

      • NON….en premier que veut dire air pollué???
        air pollué signifie que vous avez un référent air pur…
        en fait il est beaucoup plus constructif de dire un fait le aux de particule fine peut être plus élevé à la campagne qu’en ville..
        http://maps.who.int/airpollution/

        la notion de pollution n’apporte rien au débat…
        sauf à poser, par exemple car c’est arbitraire, nous appellerons air pur un air exempt de toute particule…

        mais il faut choisir ou bien air pollué signifie air contenant des trucs, naturellement ou non..ou bien air pollué signifie air « souillé » part une action..donc modifié…

  • Soit dit en passant l’OMS à des recommandations nutritionnelles basée sur du lobbying qui n’a rien de scientifique de Anna-Britt Agnsäter et qui date du siècle dernier. Aucun scientifique n’a participé à l’élaboration de cette pyramide alimentaire, et que des études sérieuses tendent à démontrer que c’est le sucre (raffiné ou non) et non les graisses qui seraient à l’origine de la surmortalité cardiovasculaire observée actuellement.

  • L’oms lol, lire un article de nature oui tout en sachant rester critique oui mais déclarer béatement que l’OMS l’a dit donc c’est vrai, c’est un peu triste. Soit les fonctionnaires de OMS sont incompétents soit s’ils le font sciemment (théorie du complot). J’ai lu ces fameuses recommandations, ma petite culture scientifique me permet assez facilement de me faire une idée. En plus pour une fois que Michel gay ne parle pas du nucléaire…c’est vraiment un procès d’intention. Pourtant cet article me semble assez clair quant aux failles méthodologiques de ce fameux rapport…

  • Je ne remets pas en cause la mesure des études reprisent par l’oms, bien qu’il puisse exister un biais d’observation, mais la corrélation qui se transforme en causalité pour justifier des intérêts politiques.

  • Euh alors l’endroit ou l’espérance de vie est la plus élevée est … Hong-Kong, là ou vous ne pouvez pas prendre une photo nette des buildings. Mais jdiçajdirien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Aussi incroyable cela puisse paraître, Anne Hidalgo et Elon Musk ont un lien. Ténu, mais indiscutable.

Afin de contextualiser, rappelons pour les étourdis qui ne l'auraient pas noté que, suite aux dernières élections, Hidalgo s'est pris une taule absolument mémorable. Ces péripéties passées, elle va à présent pouvoir se consacrer entièrement à la mairie de Paris et aux douze ou treize électeurs qui l'ont placée là en attendant le désastre.

Oui, désastre : le mot n'est pas trop fort puisqu'on sait déjà qu'il y en aura plus d'un p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles