Stocks de masques : la comédie politicienne continue

La crise sanitaire est derrière nous, et celle économique devant. Bien entendu, le gouvernement se prépare à la première en aggravant la seconde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
coronavirus source https://unsplash.com/photos/dHAm2-APMlY

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Stocks de masques : la comédie politicienne continue

Publié le 2 juillet 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

La secrétaire d’État à l’Économie Agnès Pannier-Runacher a indiqué ce mercredi que les entreprises devront prévoir un stock de 10 semaines de masques en prévision d’une éventuelle seconde vague du coronavirus, en précisant au passage que « nous avons désormais des producteurs français ».

L’État s’est révélé totalement incapable de gérer son propre stock, mais s’estime tout de même compétent pour dicter aux entreprises ce qu’elles doivent faire en la matière, après bien entendu avoir plus ou moins interdit la vente de masques aux particuliers au moment où nous en avions le plus besoin.

L’intention du gouvernement n’est d’ailleurs qu’accessoirement sanitaire. Elle vise surtout à maintenir à bout de bras une production de masques nationaux qui n’a plus aucune raison d’être la crise passée.

L’État gère les stocks de masques

L’Assemblée nationale a auditionné cette semaine Agnès Buzyn et Marisol Touraine pour avoir le fin mot de l’histoire sur la disparition du stock de masques stratégique de l’État à la veille de la crise sanitaire. Les réponses sont confuses ou évasives. Elles décrivent toutes une administration en roue libre, en réorganisation permanente, sans doctrine sanitaire précise, dans laquelle les responsabilités sont suffisamment diluées pour ne pas avoir à assumer quoi que ce soit. Loin du milliard de masques stocké en 2009, les citoyens ont dû lors de la crise se contenter de ceux fabriqués en urgence, avec les moyens du bord, par les bénévoles puis les PME.

Au moment où la population en a eu le plus besoin, alors que la communication gouvernementale expliquait que les masques n’étaient pas indispensables, l’État réquisitionne les stocks qu’il n’a pas pu conserver pour les distribuer au personnel soignant prioritaire. Cela entraîne la pénurie et l’assèchement des commandes, sur fond d’interdiction de vente de masques aux particuliers.

L’empilement de décisions administratives, avec sa clarté proverbiale, désorganise la production au pire moment. C’est la société civile qui sauve la mise de l’État, les bénévoles qui se mobilisent, les entreprises qui réorganisent pour l’occasion leur production pour soutenir l’effort collectif.

Tout ça est oublié aujourd’hui, et tout le monde réclame davantage de socialisme. L’expérience n’a visiblement pas été suffisamment claire.

Maintenant, aux entreprises de gérer les stocks

La crise sanitaire est derrière nous, la crise économique devant. Bien entendu, le gouvernement se prépare à la première en aggravant la seconde. Il faut désormais faire peser le coût de la sécurité sanitaire sur des entreprises qui sont en train de lutter pour leur survie, et cela en imitant les excellentes méthodes étatiques sur la question, méthodes qui ont fait leurs preuves ces derniers mois.

L’ambition du gouvernement est cependant assez transparente politiquement : il s’agit de soutenir la filière française du textile, qui avec la crise s’est lancée dans la production de masques, et qui aujourd’hui se retrouve avec des millions d’invendus avec sa disparition.

Il s’agirait donc de soutenir avec l’argent public et la réglementation des filières entières qui ne répondent à plus aucune demande pour maintenir une industrie nationale et des emplois et cela au détriment d’entreprises qui, elles, sont encore rentables pour peu que l’État les laisse un peu tranquilles.

Plutôt que de pétrifier la production nationale au nom du sacro-saint principe de précaution, il serait temps de retenir la véritable leçon donnée par la gestion bureaucratique de la crise sanitaire : laissez faire les entreprises, laissez faire les citoyens.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Interrogée par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale chargée d’évaluer la gestion de l’épidémie, Roselyne Bachelot a estimé que “quand on est en charge de l’Etat, il faut tout connaître”.
    Roselyne Bachelot s’est en effet montrée surprise qu’Agnès Buzyn se déresponsabilise ainsi. « Est-ce qu’être ministre c’est être au courant de tout ? Oui. Si on n’est pas au courant de quelque chose, s’arranger pour le savoir, c’est-à-dire tancer son directeur de cabinet pour que les renseignements vous parviennent dans l’heure », explique l’ancienne ministre avant de lancer : « Quand on est en charge de l’Etat et d’un ministère, il faut tout connaître, bien sûr ». Devant la commission, Agnès Buzyn avait notamment affirmé ne pas avoir eu connaissance du courrier adressé par Santé publique France à la direction générale de la santé en septembre 2018. Ce courrier soulignait la péremption d’une part importante du stock stratégique de masques et recommandait d’en racheter pour renflouer le stock à un milliard de masques…
    Plus largement, Roselyne Bachelot a appelé chaque citoyen à prendre sa part de responsabilité. Sur les masques, elle s’est demandé s’il fallait attendre « que le préfet ou que le directeur de l’ARS viennent avec une petit charrette » pour en apporter, rappelant que les conseillers départementaux et municipaux étaient parfaitement à même de réagir et équiper les employés de masques. « Mais qu’est-ce que ce pays infantilisé ? », a-t-elle déploré, estimant qu’il « faut se prendre en main en France, c’est ça la leçon qu’il faut tirer ».
    https://www.valeursactuelles.com/societe/video-masques-lex-ministre-de-la-sante-roselyne-bachelot-charge-sa-successeur-agnes-buzyn-121207?fbclid=IwAR3wYLYG23t9Bcs9V9HfdBMkXV8nphcpe0Yjj4ViaVp38qUhlGRpKZ1AgK8

    • Elle est vraiment étonnante et en plus très drôle…

      • Elle a pris de la distance avec la politique..On lui doit quand même les ARS qui lui ont échappée en cours de route mais surtout la nouvelle gouvernance et là elle a donné les pleins pouvoirs aux directeurs des hopitaux contrairement à ses assertions ..le directoire ne sert à rien, qu’à enregistrer les desideratas des DGs et donc des tentaculaires ARS, les médecins n’ont qu’à se taire…Le DG pouvant les changer si bon lui plait..Au troisième changement le CNG s’inquiète quand même et diligente un audit…

  • Au moins elle a été cash,si on ne dit pas quelques vérités dans ce genre de commissions cela ne sert à rien,même si la classe politico enarchique s’en offusque ,comme Hirsch idéologue assoiffé de bureaucratie qui a cumulé bien des postes sans beaucoup de résultats.

  • Effectivement, si l’hopital a pu fonctionner, c’est parce que les médecins ont pris en charge le fonctionnement en fichant en l’air tous ces administratifs inutiles et en s’asseyant sur leur paperasse.

    • Les administratifs pour la plupart étaient terrés dans leurs bureaux, terrorisés par le risque d’être contaminés. Quelques uns ont cependant assuré l’intendance pour toutes les demandes des médecins qui ont été acceptées sans discussion.

  • Comme d’habitude, ils sont nuls.
    Il’suffit de rendre obligatoire le masque dans les transports en commun , franchement très utile même hors épidémie, et il n’y a plus de problème de masques

    • C’est déjà le cas 😀
      Sinon on peut penser à faire des recommandations aux personnes à risque lors d’épidémie à se protéger voir, si possible, à rester chez eux (merci le télétravail). Pour les autres, les laisser tranquilles avec cependant les recommandations de sécurité habituels et de bons sens (1m de distance, gel, masque). Cela aurait permis de maintenir tant bien que mal l’économie sans engouffrer des montagnes de nouvelles dettes.

  • On sait depuis toujours que l’administration est inefficace et incompétente. Goscinny que personne n’a jamais contredit sur la France et les français l’avait caricaturé par le plus dangereux et le plus sournois des 12 travaux d’Astérix : la maison qui rend fou.

    On vient de « découvrir » qu’en plus d’être coûteuse, inutile et néfaste, elle était dangereuse !

    Personne ne le contredit, mais tout le monde s’en f…

    Au secours René, si tu nous vois la-haut …

    • Excellente référence !
      Et rappelons-nous de la solution trouvée par Astérix: battre le système avec ses propres armes: ne plus demander le laissez-passer A38 (celui qui existe) mais le laissez-passer A39 (imaginaire). Et semer ainsi une pagaille monstre.

  • Le propre des crétins est de ne rien comprendre! Il ne faut donc pas compter sur Macron et les énarques pour comprendre qu’ils sont nuls, incompétents et des incapables! La preuve ils veulent relancer les entreprises moribondes tout en leur imposant plus de charges et une idéologie écolo mortifère. Plus débiles tu meurs!

  • Une entreprise, un citoyen va stocker un produit en quantité nécessaire à son activité pour,selon les cas 1 jour, 1 semaine, 1 mois selon la pérennité et les délais normaux d’approvisionnement. J’entends par normal lorsque la CGT et la SNCF ne bloquent pas le pays. Au dela c’est du « stratégique » et donc du domaine de l’état.
    Par contre si l’on suit bien le raisonnement de cette énarque, chaque entreprise et citoyen devrait aussi avoir son stock de :
    -essence ou gazole puisque l’organisme chargé de veiller aux stocks stratégiques de pétrole n’a sans douta pas fait son boulot
    – batterie , parce que grace à la politique électrique de la France on n’est plus sur d’avoir du courant
    – doliprane et aspirine, car de toutes façon ce sont les seuls médicaments que les médecins ont le droit de prescrire
    – couches culottes car avec l’infantilisation croissante de nos concitoyens on va tous se retrouver au stade anal

    Dernière chose, une idée que personne n’a encore eue qui aurait le mérite de relancer l’industrie du textile et assurer un stock stratégique de masques : le masque slip ou masque culotte : en temps normal il sert de culotte, mais en cas de pandémie on peut se le mettre sur le visage. NB : ça ne marche pas avec le string

  • Attention: les Belges (qui n’ont pas été foutus de gérer et de commander des masques conformes) débarquent. Et si la Belgique se mêlait déjà de gérer SON stock de masques? Et si la Belgique se mêlait déjà de gérer SON stock de masques? https://www.rtl.be/info/monde/europe/coronavirus-la-belgique-se-porte-candidate-pour-gerer-le-stock-strategique-de-masques-de-l-union-europeenne-1229024.aspx

  • Il suffit de regarder l’organigramme de L’Agence de Santé, du ministère et autres administrions pour avoir en quelques secondes la liste des personnes a liquider pour faute lourde en attendant les condamnations éventuelles en cas de preuves d’intention malhonnêtes et ou intéressées.
    Que fait le PNF
    Omni-Compétant???

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La grande distribution ferait-elle plus que l’État dans la défense du pouvoir d’achat des Français ?

En tout cas, une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès indique que le poids des Leclerc, Carrefour et autres Monoprix pèse beaucoup plus lourd qu’on ne le pense, jusqu’à se substituer à l’État social économiquement, politiquement et culturellement.

Alors que les parlementaires viennent de voter la loi sur le pouvoir d’achat, les magasins Leclerc avaient dès mai dernier bloqué le prix de 120 produits de première nécessité jus... Poursuivre la lecture

Situation étonnante s’il en est, la mesure phare de l’autoritarisme sanitaire macronien, le pass sanitaire, a été rejetée grâce à une alliance de circonstances entre toutes les oppositions, de l’extrême gauche à l’extrême droite.

L’article 2 de la loi sanitaire présentée devant l’Assemblée nationale a été rejeté par 219 voix contre 195. Il permettait d’instaurer jusqu’en janvier un pass aux frontières et entre la Corse, les outre-mer et l’Hexagone au nom de la lutte contre le covid.

Le Premier ministre Élisabeth Borne s’en est p... Poursuivre la lecture

Alors qu’après bientôt 3 ans de pandémie, la barre des 150 000 morts de la Covid-19 a été franchie  ce vendredi, le nouveau locataire de l’avenue Duquesne fait jaser.

Après sa défaite aux élections législatives face au RN, Brigitte Bourguignon aura eu le passage au ministère de la Santé le plus court depuis le légendaire Léon Schwartzenberg, resté 9 petits jours dans le deuxième gouvernement Rocard. Sa défaite, comme celle d’autres, a imposé au chef de l’État de revoir son casting sur un des grands marqueurs de son premier quinquennat.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles