Tristement, Véran abandonne le masque. Pour le moment…

Dépité, Véran consent à laisser tomber l’obligation du masque dans les transports en commun, mais menace d’un énième booster à la rentrée…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
masque covid collection privée f mas

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tristement, Véran abandonne le masque. Pour le moment…

Publié le 16 mai 2022
- A +

Ah, enfin, ça y est : comme Olivier Véran l’a annoncé en tirant une triste mine il y a quelques jours, c’est aujourd’hui la levée de l’obligation des masques dans les transports en commun, là où le virus s’était retranché. Manifestement tabassé de tous les côtés par les fines décisions politiques d’un gouvernement au taquet, il a finalement laissé tomber et ne rôdera plus dans les rames bondées de la RATP.

Le soulagement est intense. La victoire quasi-totale.

Et finalement donc, après deux ans d’acharnements divers et variés de politiques de santé de plus en plus douteuses pour un bilan qu’on qualifiera pudiquement de médiocre, le Français va pouvoir rejoindre la déjà longue cohorte de citoyens européens qui n’ont plus à pâtir de cette obligation arbitraire de masquer son visage dans les transports en commun, et ce malgré l’absence d’étude sérieuse établissant l’utilité du dispositif : non seulement, la comparaison « grandeur réelle » des pays avec et sans port de masque obligatoire ne permet pas d’affirmer la moindre utilité probante (et la corrélation négative permet même d’envisager un effet néfaste) mais en plus est-il maintenant établi que ce dispositif – qui empêche par définition le porteur de respirer à son aise – est clairement néfaste pour les enfants en plein développement cérébral.

Il était donc plus que temps que l’affichage vertuel facial s’arrêtât dans les rares endroits où il subsistait encore, seuls endroits où l’on pouvait encore affirmer qu’une terrible pandémie sévissait.

Les beaux jours sont de retour, les fleurs éclosent, les arbres bourgeonnent et les petits oiseaux chantent. Le navetteur parisien peut enfin retrouver son légendaire sourire dans ces métros ponctuels aux volutes parfumées. La grande parade covidesque est terminée, on va enfin pouvoir reprendre le train-train de nos vies chahutées, et s’occuper des petits trac… AH MAIS NON, que dites-vous là ? N’oubliez-vous pas un peu trop vite tous ces malades, tous ces morts qui chaque jour s’amoncellent ? Qui nous dit que les contaminations (dont plus personne ne semble se soucier) ne continuent pas de s’additionner les unes aux autres ?

Eh bien peut-être, mais à en juger par l’humeur des uns et des autres et les gros titres d’une presse toujours si remarquable à faire un travail de fond précis respectant une balance subtile entre information anodine et propagande putassière illimitée, tout le monde semble avoir intégré que la situation, au moins sur le plan épidémique, est globalement revenue à celle de 2018 ou 2019, ces années un peu fofolles où les gens se faisaient parfois la bise et se serraient la main de façon colloquiale sans l’avoir au préalable passée trois fois sous un bain de gel hydroalcoolique.

Dans ce contexte, les mimiques attristées d’Olivier Véran, l’actuel minustre de la Santé, revenant à regret sur l’obligation (idiote) de porter un masque dans les transports en commun, indiquent assez bien que le gouvernement n’entend vraiment pas lâcher aussi facilement son contrôle sur la population. Pour le gouvernement en général et Véran en particulier, aucune précaution n’est à exclure et surtout pas l’hypothèse qu’on doive, cet automne, repicouser massivement le cheptel au prétexte de l’un ou l’autre variant.

Notons au passage la savoureuse tirade « On a acquis tous les outils pour lutter efficacement contre cette pandémie », qui doit faire froid dans le dos à tous ceux qui se rappellent même vaguement  l’historique des institutions françaises en matière d’acquisition d’outils ou d’expérience.

Parallèlement et sans se démonter, la Direction générale de la Santé a courageusement réouvert à la commande les vaccins des principaux fabricants pour répondre à l’inévitable bousculade de Français qui voudront se faire injecter l’élixir miraculeux une quatrième fois, les trois fois précédentes n’étant apparemment pas suffisantes pour garantir une immunité vaccinale solide.

Ajoutons à cela que, normalement, le Pass vaccinal français devait expirer pendant l’été (31 juillet). Tout indique cependant que la députaillerie (reconduite triomphalement, soyons-en sûrs) se lèvera comme un seul homme pour garantir que ce magnifique outil sera conservé, quand bien même son impact sanitaire fut objectivement et mesurablement nul alors que son impact social fut tout aussi objectivement et mesurablement désastreux : ce serait dommage de mettre à la benne tous ces petits octets de surveillance et de rétorsion pratique, festive et citoyenne alors même que l’Union européenne, par le truchement de son Parlement, a elle-même copieusement relancé le bastringue jusqu’en juin de l’année prochaine, n’est-ce pas.

Et tout ceci se passe alors même qu’au niveau européen, sont mis (fort discrètement) en place les outils pour espionner toujours un peu plus les citoyens via d’habiles dérogations à des textes pourtant clairs. Ainsi, récemment, le même Parlement européen a voté pour une dérogation à la directive 2002/58/CE permettant aux autorités d’espionner assez facilement les messages texte échangés sur Internet, en présentant cela comme une lutte contre la pédocriminalité, qui constitue, avec le terrorisme et le blanchiment d’argent, l’une des trois excuses les plus bateau pour dissoudre nos libertés.

Il faudrait être autiste ou d’une mauvaise foi de macroniste pour ne pas (vouloir) comprendre ce qui se passe : la clique des dirigeants actuels, qui a utilisé la pandémie de toutes les façons possibles pour accroître son pouvoir, ne veut absolument rien lâcher. La coalition d’extrême-centre qui se dessine lui donnera un véritable blanc-seing et continuer sur cette lancée autocratique ne fera courir aucun risque à l’exécutif, au moins politiquement.

Cependant, avec des pénuries possibles (voire voulues ou planifiées ?), l’inflation qui semble de moins en moins transitoire et contrôlée, et la situation sociale explosive en France, tout indique que ces envies de confinement, de contrôle social et de rétorsion du peuple français « à la chinoise » ne vont peut-être pas aussi bien se passer que prévu.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Il semble que nous soyons dans l’oeil du cyclone, le grand calme avant l’explosion. Une fois passées les élections législatives et les vacances, il faut s »attendre à la grosse facture (inflation , réforme des retraites, hausse des taux) et alors là… je vais assister avec mon pop corn aux gesticulations de l’exécutif qui va danser avec une grenade qu’il aura lui même dégoupillée

  • C’est une très mauvaise nouvelle, c’est la pleine saison pour les allergies….. M’enfin, on n’est pas obligé de l’enlever… Allez savoir, sortir masqué est interdit….. Et on en est où sur les stocks de vaccins inefficaces et un peu meurtriers ? Je crois que miss Peggy de la commission en a commandé encore des milliards de doses.. Que personne ne voudra même sous la contrainte… J’espère que l’usine a variants à été détruite en Ukraine… Humour, pas encore, le grand Bill a prévu une suite et il a les moyens pour ses prévisions apocalyptiques…… Il n’en restera qu’un, lui, mauvais calcul, sans vendredis à quoi bon survivre et qui va changer sa couche ?
    En tout cas ne plus voir ces faces de rats sera un plaisir intense.. Tous, aucun ne doit revenir même par la petite porte des WC…. Mais, malheureusement , le pire est à venir, l’optimisme n’est plus possible, ils sont tous fous.

  • Ce que je n’arrive pas à saisir, c’est ce chiffre de 15 000 soignants sur lequel tout le monde semble s’accorder, chiffre annoncé par Véran mi-octobre 2021 et qui apparemment n’a pas changé.
    D’après le bulletin Santé Publique France, au 28 avril, la couverture vaccinale de la dose de rappel pour les professionnels de santé était de 78,6 % pour ceux exerçant en Ehpad ou USLD, de 86,9 % pour les libéraux et 77,6 % pour les salariés en établissements.
    Pour simplifier, on va dire que ça fait 80% de vacciné, et donc 20% de non-vaccinés qui ne sont pas censés pouvoir travailler. 20% qui font 15 000 personnes, ça voudrait dire que le nombre total de personnel soignant en France serait d’environ 75 000 personnes.
    Peut-être que je me trompe totalement de base de calcul ?
    Peut-être que je suis tellement habitué à ce que Mr Véran sorte des mensonges que je suis victime d’un biais cognitif ?
    Ou peut-être que c’est bien plus de 15 000 personnes interdites de soigner, ce qui expliquerait pourquoi des services ferment aux quatre coins du pays alors que l’épidémie est calme ?
    Enfin bon, de toute façon, Mr Véran dit vouloir prendre soin des gens fragiles au nom de l’éthique, mais grâce à lui, je n’ai toujours pas le droit d’aller consulter un médecin à l’hôpital alors que je suis diabétique avec de l’hypertension….

    12
  • Tickets de pain avant la fin de ce quinquennat, qui parie ?

  • Systématiquement des heures d’attente pour chaque commentaire avant qu’il ne soit publié : pourquoi ?

    • Ca doit être pour ne pas concurrencer la libre expression promise par le super-hyper-héros musqué sur le média qu’il tarde à racheter.

  • Avatar
    jacques lemiere
    17 mai 2022 at 7 h 36 min

    et rappelons ce n’ets pas le masque le problème… mais son obligation par l’état…

    porter un masque quand on est contagieux..pourquoi pas… correctement…

    lavage de mains possible à l’entrée des lieux public ..pas idiot..

    ou repenser les salles d’attente quand on craint la contagion…

    gastro..grippe etc etc..

    le covid est une maladie qui frise la banalité!!!!! mais on peut se poser des question sur l’hygiène publique…EN GENERAL..

    on « tolérait » les maladies nosocomiales!!! et on s’aperçoit qu’il a fallu rééduquer au lavage demains dans les hôpitaux..

    • Avatar
      jacques lemiere
      18 mai 2022 at 7 h 20 min

      Le problème est l’amdission SANS discussion de la « compétence « de l »état »… au début de l’epidémie qu’on pouvait « craindre » car on ne la connaissait que via l’experience chinoise.. et je me souviens des gens qui attendaient les directives de l’état??pour savoir si il fallait mettre du gel ici ou là..et comment organiser les files d’attente… 1 m? 2m? 6M?????

      et il faut discuter un jour de la sécu…de son cout en terme de libertés ..les « capacités hospitalières..

      Et contaminer involontairement une personne via une interaction LIBREMENT consentie n’est pas criminel!!!!

      ce n’est pas la peste!!! la majorité des gens n’a jamais eu peur, le gros des gens a suivi car ils sont habitués à l’étatisme..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

OMS (Organisation Mondiale de la Santé)
4
Sauvegarder cet article

Ouf, une nouvelle panique arrive ! Il était temps et le timing est particulièrement serré.

En effet, la guerre russo-ukrainienne semble marquer le pas, à mesure que Zelensky et Poutine commencent à émettre des velléités de vouloir négocier.

En outre, le covid n'intéresse plus personne. Il ne reste plus guère que quelques petits pétochards qui tremblent encore d'une douzième vague (ou treizième ? on perd le fil, que voulez-vous), mais qui ont baien du mal à mobiliser les plateaux télé avec leurs poulains experts largement tombés ... Poursuivre la lecture

variole du singe
1
Sauvegarder cet article

Par Elizabeth Nolan Brown. Un article de Reason

 

Ce n'est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d'alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles