Convention Climat : oublis, incompétence ou imbécillités ?

Ce qui a été effacé des 150 propositions de la Convention citoyenne pour le climat enlève quelques lignes pourtant bien faites pour juger convenablement les choses.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capture d'écran Youtube HuffPost Convention Climat: retrouvez l'intégralité du discours d'Emmanuel Macron

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Convention Climat : oublis, incompétence ou imbécillités ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 août 2020
- A +

Par Alain Bonnafous.

Ce qui a été effacé des 150 propositions de la Convention citoyenne pour le climat enlève quelques lignes pourtant bien faites pour juger convenablement les choses ; comme dans une caricature dont on effacerait les traits les plus propices à une identification du sujet. Tout en souscrivant largement à tout ce qui a été publié par Contrepoints sur cette Convention, je regrette presque ces coups de gomme.

Les 28 heures étaient si attrayantes…

Mon premier regret concerne évidemment le choix des citoyens qui, par leurs votes, n’ont rejeté qu’une seule des 150 mesures sélectionnées et ainsi retoqué le passage aux 28 heures. Ce trait aurait pourtant donné l’image la plus nette possible de ce qu’est devenue cette Convention après quelques mois d’initiation.

Qu’est-il donc arrivé aux initiés pour qu’une majorité d’entre eux n’ait pas cru ce qui leur a été raconté ? Y a-t-il eu parmi les experts un distrait qui leur aurait glissé que durant les 15 années ayant suivi la mise en place des 35 heures en 2000, la production industrielle française diminuait de 12 % alors qu’elle augmentait de 23 % en Allemagne dans le même temps ?

Ce distrait leur aurait-il signalé qu’avec les augmentations régulières de productivité, cela a impliqué la disparition de 30 % de nos emplois industriels sur cette période ? Aurait-il enfoncé le clou en indiquant que pendant le quart de siècle qui a précédé le coup de génie des 35 heures, la croissance industrielle de la France affleurait celle de l’Allemagne (+47 % contre +56 %).

Ou a-t-on fait comprendre aux conventionnels qu’il était raisonnable de ne pas trop exhiber le niveau d’apprentissage de l’économie dont ils ont bénéficié ?

La taxe sur les dividendes

Dans l’ordre des mesures qui détruisent ou déportent de la valeur, la taxe de 4 % sur les dividendes des entreprises supérieurs à 10 millions d’euros a résisté au vote mais n’a pas passé le cap de l’approbation présidentielle. Au moment où ce pays s’efforce de rapprocher la fiscalité de ses entreprises de la situation européenne moyenne, et alors qu’une longue part du chemin reste à faire, c’eût été un pas en arrière de nature à détruire d’un coup les faibles avancées qui redonnent un peu d’attractivité à la France.

Le seul regret que l’on peut avoir de cette censure c’est qu’à défaut du gag des 28 heures, cette suggestion qualifiait bien la culture économique des experts choisis pour éclairer l’exercice ainsi que leur maitrise des problèmes de compétition internationale : alors qu’il y a un accord des esprits pour considérer que, pour des raisons de souveraineté économique, d’emploi et accessoirement d’environnement, il est urgent de stopper l’émigration de nos entreprises, cette mesure eût constitué une couche supplémentaire de répulsivité territoriale allant à l’opposé de ces objectifs largement partagés.

Cette ponction sur les dividendes des grandes entreprises ne pouvait être validée alors même qu’en dépit de l’explosion de la dépense publique, le gouvernement promet de conserver la trajectoire qui a fait passer le taux facial de notre impôt sur les sociétés de 33,1/3 % à 28 % en 2020 et le prévoit à 25 % en 2022.

Et alors même qu’une réflexion est en cours à Bercy pour engager la réduction des déplorables impôts de production qui fonctionnent comme une taxe sur nos exportations que ne paient pas les produits importés et dont on peut rappeler que nous en détenons, comme pour l’IS, le record européen.

En somme, les 4 % sur les dividendes des grandes entreprises, qui ont repris le rôle des « 200 familles » des années 1930, eut donné une mesure excessive de ce que le pouvoir est prêt à concéder pour satisfaire les caprices des écologistes.

Les 110 km/h sur autoroute

Cela aurait été une complaisance également trop coûteuse que de retenir une mesure comme la réduction des vitesses à 110 km/h sur autoroute. Sa révocation ne peut guère susciter de regret car elle serait destructrice de valeur. La raison en est simple mais difficile à expliquer, même par un grand communiquant comme Emmanuel Macron, qui n’a évoqué pour rejeter cette suggestion que l’argument de l’éloignement relatif de certains territoires.

Il se trouve que cette mesure avait fait l’objet d’une évaluation en 2018 par le Commissariat général au développement durable (CGDD). Il s’agit d’un travail exemplaire qui a trois grands mérites :

  • il propose une évaluation socioéconomique des réductions de vitesse ;
  • il explicite dans leurs détails les hypothèses et calculs convoqués pour cette évaluation ;
  • il propose enfin un contraste saisissant par rapport aux poncifs de la Convention citoyenne car il utilise, avec un effort d’objectivité constant, les résultats les plus récents de la recherche en économie des transports.

J’invite le lecteur à parcourir ce document pour prendre la mesure de ce contraste.

Notons que le rapport final de la Convention citoyenne ne fait aucune allusion à ce travail pourtant publié plusieurs mois avant le début de ses travaux.

Avant de résumer le résultat de cet exercice, observons que toute mesure politique a généralement pour effet de créer et de détruire de la valeur. C’est pour cela qu’il faut l’évaluer, c’est-à-dire peser les deux plateaux de la balance, celui de la valeur créée et celui de la valeur détruite.

Il s’agit bien entendu d’une valeur considérée au sens large c’est-à-dire y compris les valeurs non marchandes comme la sécurité, la qualité de l’air ou les effets sur la biosphère, y compris donc les « effets externes » (ce qui veut dire externes à la sphère marchande).

On sait aujourd’hui traduire tout cela en valeurs monétaires, qu’il s’agisse de la valeur du temps pour le citoyen, révélée par son consentement à payer pour le temps gagné (par exemple en acceptant de payer un péage), de la valeur d’une émission polluante fondée aussi bien sur des coûts marginaux de dépollution que sur ses conséquences sur la santé, ou encore de la « valeur du mort », expression trompeuse qui désigne en réalité le coût consenti par la collectivité pour abaisser statistiquement d’une unité le nombre de morts sur une route ou dans le système de santé (qui est donc ce que l’on appelle une valeur tutélaire, notion que l’on peut interpréter comme un choix politique explicité).

Il faut souligner que ce savoir-faire est relativement récent. En effet, à la fin des années 1970, la prise en compte des externalités et des problèmes d’équité sociale et spatiale dans les évaluations de la politique des transports n’était qu’une suggestion théorique proposée dans un petit livre commis par quelques jeunes universitaires – dont l’auteur de ces lignes.

Ces évaluations ne sont devenues possibles qu’avec l’accumulation de statistiques, de recherches sur les calculs d’externalité et d’innovations dans les modèles de simulation des trafics (dans l’hypothèse des 110 km/h il faut bien simuler le report vers les routes nationales).

Bénéficiant au mieux de ces outils, le rapport du CGDD propose une conclusion claire : « L’abaissement des VMA (vitesses maximales autorisées) de 20 km/h sur le réseau autoroutier a un bilan socioéconomique très négatif de l’ordre de – 550 millions d’euros ». Le décompte en est détaillé dans le tableau ci-dessous :

Source : Réduction des vitesses sur les routes Analyse coûts bénéfices, CGEDD, Mars 2018

Relevons que les pertes de temps subies par les usagers pèsent 18 fois le gain sur les émissions de gaz à effet de serre (1145 millions d’euros contre 61 millions) et que ce gain est inférieur à la perte pour les sociétés d’autoroute que l’État aurait l’obligation contractuelle de compenser.

C’est ce genre de chose que l’économie publique désigne comme une destruction de valeur. On peut se consoler en notant qu’il s’est trouvé tout de même 40 % des citoyens pour voter contre cette mesure, ce qui est une performance si l’on tient compte de l’initiation dont ils ont bénéficié.

Le préambule de la Constitution

La réécriture du préambule de la Constitution n’a pas été acceptée par Emmanuel Macron. Il s’agissait d’inscrire que « la conciliation des droits, libertés et principes ne saurait compromettre la préservation de l’environnement, patrimoine commun de l’humanité ».

J’avoue que cette expression fait froid dans le dos et, d’une certaine manière, l’argument précisé pour en justifier le rejet confirme son extrême gravité. En effet, lorsque pour expliquer ce rejet il est officiellement écrit sur le site officiel de la Convention que « la protection de l’environnement ne peut se placer au-dessus des libertés publiques » on est un peu rassuré mais cela confirme que nous sommes là sur la question cruciale de la mise en cause des libertés publiques.

Elle peut se traduire d’une manière douce, et donc insidieuse, par des interdits qui s’accumulent : interdire l’utilisation de l’avion s’il y a un train à moins de 4 heures ; interdire aux constructeurs de poids lourds d’explorer des filières énergétiques différentes dans leur recherche et développement ; interdire la commercialisation de véhicules neufs très émetteurs ; interdire la construction de nouveaux aéroports et l’extension des aéroports existants… et je ne considère là que quelques-unes des interdictions suggérées relatives aux transports qui est le domaine que je connais le moins mal.

La mise en cause des libertés publiques peut se traduire aussi d’une manière plus brutale comme l’exprima longtemps la pensée marxiste. À l’instar du maitre qui considérait la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen comme une victoire de la bourgeoisie, ses disciples ont toujours opposé à ces « libertés formelles » une « liberté démocratique » définie et contrôlée par le prolétariat et, plus concrètement, par son avant-garde qui est le Parti.

Il ne s’agit plus des mêmes militants, ou du moins des mêmes références, mais on a le sentiment qu’il en reste quelque chose. Le sentiment surtout qu’en mélangeant le mépris pour tout ce qui mettrait en cause l’écologisme, en particulier les avancées scientifiques, et en plaçant à un rang de soumission les libertés fondamentales, on obtient un cocktail qui ressemble à de l’obscurantisme.

Légiférer sur le crime d’écocide

La proposition qui consiste à « sauvegarder les écosystèmes en légiférant sur le crime d’écocide » n’a pas été rejetée mais a été renvoyée à des calendes européennes. C’est évidemment un placard qui peut rester clos très longtemps. À la réflexion on peut le regretter car il est des cas où certaines actions ont des conséquences suffisamment néfastes sur l’environnement pour mériter une sanction.

Je pense à ce projet ferroviaire Lyon-Turin auquel les élus écologistes ont été initialement très favorables pour d’évidents motifs liés aux bienfaits pour l’environnement d’un transfert de la route vers le rail et qui, ne voulant pas être en reste avec le Mouvement Cinq Étoiles italien, sont brusquement devenus des opposants résolus à la faveur d’une réunion du Conseil Régional Rhône-Alpes de 2013. Si l’on s’en tient à leurs arguments du temps où ils étaient « pour », il y a clairement là une présomption d’écocide.

Je pense à ce dossier complexe de l’écoulement des marchandises du port du Havre. De tous les grands ports européens, du Havre à Hambourg, il est celui dont les trafics terrestres utilisent le moins le rail (et de loin !). Parmi les raisons de cette situation qui favorisent la route, il y a la saturation de la ligne classique du Havre à Paris et, en réponse, le projet de modernisation de la ligne Serqueux-Gisors qui permettrait d’offrir un itinéraire alternatif dévolu au fret ferroviaire. Même un mouvement modéré comme France Nature Environnement, à qui il arrive de réfléchir avant d’affirmer, se prononce contre. Écocide !

Je pense à la préservation des paysages, attribut essentiel de notre environnement, et à ce petit bourg d’Avignonet qui proposait l’une des plus belles silhouettes villageoises du Lauragais jusqu’à ce qu’elle soit souillée par des éoliennes. Écocide !

Je pense à la fermeture de Fessenheim qui selon la déléguée générale de la Société française d’énergie nucléaire, Valérie Faudon, entraînera des émissions additionnelles de l’ordre de 10 millions de tonnes de CO2 par an. Honte aux politiciens qui ont signé en 2011 l’accord qui est à l’origine de cette lâcheté politique et à ceux qui l’ont respecté. Écocide !

Je pense à cette inversion de courbe observée en 2017 : alors que les émissions moyennes de CO2 des véhicules neufs en France avaient baissé de 37 % en 23 ans, elles ont augmenté en 2017 et les deux années suivantes en raison de la baisse de la proportion du diesel dans ces achats. Il faut dire que l’effort a été soutenu de la part de l’écologisme contre ce Petit Satan qu’est le diesel au moment même où il devenait plus propre que le moteur essence à injection directe.

En obtenant une division par trois de l’écart entre les taxes sur l’essence et celles sur le diesel, les militants officiels contre l’effet de serre ont ainsi remporté une victoire significative qui accroit les émissions de CO2. C’est ce que l’on nomme « la transition énergétique » en dépit de son bilan carbone négatif. Écocide !

Je pense à ces décisions de réduction des vitesses en milieu urbain de 50 à 30 km/h, toujours décidées par des élus qui se réclament de l’écologisme, et à ces courbes établies par l’ADEME qui montrent que cela augmente de 25 % les émissions de CO2 ; augmentation pouvant être bien pire si la mesure fait passer la circulation d’un régime fluide à un régime saturé. Écocide !

Je pense à cette réforme du Pass Navigo à la veille des élections régionales en septembre 2015 : sous la pression des élus Verts vis-à-vis desquels Jean-Paul Huchon avait pris cet engagement, ce titre de transport qui avait jusque-là une tarification à la distance est passé à un tarif unique. Ce dézonage avait été fermement et courageusement déconseillé par la FNAUT, principale association d’usagers des transports publics. Elle y dénonçait le coût de cette mesure pour les transports publics, un trou budgétaire annuel dont les dernières estimations frisent le demi-milliard.

Outre ce lourd handicap pour les transports publics, il est clair qu’un signal prix qui ne dissuade pas les trajets quotidiens de longue distance favorisant l’étalement urbain va à l’encontre des objectifs environnementaux les plus élémentaires. Écocide !

Je pense enfin aux animateurs de cette Convention citoyenne qui ont choisi d’occulter la question vive que, pourtant, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) avait placée au premier plan dans son rapport d’octobre 2018 : la question de la nécessité de l’électronucléaire pour limiter à 1,5 degré l’élévation de température en 2050.

Conduire un tel exercice sans évoquer cette dimension n’est pas un exploit intellectuel. C’est amnistier par avance le plus grave des écocides.

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • On a fait un brainstorming de bulots et il en est ressorti les idées de Macron, Aubry, Mélanchon et Hulot réunis.

    Étonnant !

    L’éthologie vient de faire une découverte majeure.

  • Incompétence et imbécillités.

  • Pour ce qui concerne l’essence et le diesel, la politique écologique ne peut être vue que sous l’angle de la destruction industrielle délibérée : sous prétexte de CO2, on passe de l’essence au diesel ; fermeture des raffineries. Puis on repasse du diesel à l’essence, sous prétexte de particules fines : la filière française du diesel, n° 1 au monde est appelée à disparaître ( tout en faisant la promotiondes poêles à granulés / pellets, grands générateurs de particules fines ). Puis on passe au vélo en interdisant les voitures, qui ne rapportent, je crois, que 70 milliards d’€ / an à l’état. Je doute que la fabrication ( chinoise ) et l’entretien local subsidié par l’Etat rapporte la même chose et que tous les ouvriers du secteur auto puissent être recasés. Moins d’industrie, moins de ressources pour l’Etat, pluis de chomeurs : bonjour la décroissance programmée

    • Sachant qu’il est improbable que l’état même devenu écologiste fasse une cure d’amaigrissement toutes les mesures à base de taxes vont contribuer à diminuer les recettes de cet état et par suite il voudra compenser par des taxes de remplacement sur les produits privilégiés aujourd’hui ; il en résultera un appauvrissement généralisé qui ne pourra être contraint que par la force : c’est l’une des caractéristiques des régimes totalitaires d’imposer le  » bonheur du peuple  » par la force !!!! Nous sommes sur la route et un proche retour à l’obscurantisme nous guette !!!

  • le crime d’ecocide est une folie..

    si je me souviens bien…il contient le mot « important »..
    donc un jugement arbitraire..
    ça donne la possibilité de TOUT interdire il suffit pour cela de « montrer que le truc a un effet »important ». or la bible de écolo est que si les écosystèmes sont fragiles par nature ce qui est assez vrai d’ailleurs et si le but est de préserver INTACT et originel un écosystème l’homme doit être exclu..

    mais qui a démontré qu’il est dans l’intérêt de l’homme de laisser les écosystèmes intacts???

    on ne peut simplement rien construire avec des idées pareilles comme fondement.

  • Rapport religieux écris par des croyants sous la houlette des curés de l’apocalypse, rien à en attendre.
    Cela dit le 110km/h a été retoqué parce que le pouvoir garde un souvenir cuisant du passage aux 80 km/h, la bourgeoisie étatique molle qui gouverne le pays va discrètement évacuer les mesures les plus susceptibles de susciter la colère, non pour la sauvegarde du pays, mais pour sa sauvegarde à elle.
    Comme l’animal dans les phares, elle sent confusément qu’un truc risque de lui arriver au moindre faux pas.

    • Deux choses ont effectivement pesé :
      – la trouille
      – l’avarice (l’Etat aurait du lâcher des pépettes pour les autoroutes, voire même les sauver de la faillite – qui aurait accepté de payer cher pour se traîner à 110, quand on peut rouler à 90-100 sur route, armé du fidèle Waze ? )

      • Tout à fait, mais moi je préfère CamSam ( allemand) qui est bien plus précis en localisation que Waze. Ceci dit, je n’ai pas modifié sensiblement ma façon de conduire, c’est-à-dire en adaptant ma vitesse aux conditions de circulation. Il y a beaucoup de paramètres à analyser, mais c’est mieux de regarder dehors que les yeux rivés sur le compteur et ça maintient l’attention à un niveau optimal ( même en téléphonant avec l’équipement mains libres).

  • Pendant que nos ayatollahs bien pensants et autocrates brident l’activité du pays, liment les libertés des citoyens, ponctionnent à tout va, d’autres travaillent et envahissent le terrain. Une proposition anticipatrice de cette convention bouffonne aurait dû être de déclarer obligatoire l’apprentissage du chinois dès la crèche…

  • Merci pour cette mise en perspective. Oublis, incompétence ou imbécillités ? les 3 bien sûr ! Les « oublis » ayant volontairement été introduits par les experts. Et ce machin a été une réponse aux crises sociales ??? Alors on peut craindre la suite.

  • Un article qui mériterait de recevoir autant d’attention médiatique qu’en a reçue la CCC !

  • Soyons sérieux :

    – si un comité aboutit à des conclusions stupides et/ou contradictoires et/ou hors sujet au point que l’on doit en rejeter la moitié, c’est que le comité est incompétent.

    – si un comité incompétent fait des propositions, l’ensemble de ces propositions (donc y compris celles retenues) est vraisemblablement stupide.

    CQFD.

  • Malheureusement, nous sommes en démocratie, la majorité des français est d’accord sur tout ça, même le. 80 avait la côte chez les usagers du metro et de la balade en vélo. La preuve, la plus part des grandes villes sont devenues vertes. Peut-être qu’il nous faudrait notre Mao et envoyer dans les champs nos intellectuels.. Ce qui arrivera fatalement , ils mangent et mangent même très bien.

    • Pas la majorité non.
      Ces histoires de traine-savate remontent au début des années 80 (avec la création des PDU, qui déjà voulaient favoriser les transports du début du 20eme siècle, train et vélo, au détriment de la bagnole). Et l’Etat n’a cessé de pousser ses pions, mais en dehors de qqes centres métropolitains, dont l’égoïsme des habitants les poussent à rejeter la voiture, vu qu’ils peuvent, eux, s’en passer, ce tropisme pour les mobilités douces n’est pas très répandu.
      On le voit bien à chaque nouvelle mesure anti-bagnole, rejetée par 80 % des Français, la dernière ayant engendrée une des plus graves crises sociales depuis la Révolution française…

    • Non, c’est une minorité, il n’y a pas eu de referendum et la France n’est pas une démocratie, le peuple n’a aucun pouvoir.
      .
      Ceci est un sondage de 2011, 9 ans plus tôt indiquant que la dette et les déficits étaient alors une priorité chez les Français. On sait ce qu’il est advenu depuis.
      http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/10/29/la-dette-et-les-deficits-publics-priorites-des-francais-selon-un-sondage_1596136_823448.html
      .
      En 2013, 61% exprimaient déjà leur ras-le-bol fiscal et étaient d’accord de faire des économies assez radicales :
      http://www.lefigaro.fr/politique/2013/12/02/01002-20131202ARTFIG00522-les-francais-reclament-moins-de-fonctionnaires.php

      Cumul des mandats, retraite des fonctionnaires, sécurité, écologie, dépenses, fiscalité, immigration, Europe… Des gens très mal élus et portés au pouvoir par des médias grassement payés se moquent totalement de la volonté du peuple : la France n’est pas une démocratie.

  • Il viendra peut être un jour où on s’apercevra que la mesure la moins pénalisante pour le pays était le passage à 28 h, tant les autres sont toutes porteuses de redoutables conséquences dont peu de gens ont pris la véritable mesure…

    • En effet vu que de plus en plus de gens font 28 h il serait normal d’en faire bénéficier tout le monde… Rien n’empêche d’en faire 28 de plus au noir…

    • en fait effectivement …et si c’est volontaire ça respecte la liberté individuelle,

  • Un seul mot que vous évoquez d’ailleurs mot bien faible
    IMBÉCILLITÉ.

  • Le problème est parfaitement mis en exergue: oui les français sont des imbéciles, et cette convention en apporte l’éclatante confirmation par le nombre de conneries proposées!

  • Avec cette convention comme avec ces écolos d’opérette, on est bien loin des premières heures du ministère de l’environnement avec des Hommes d’envergure, lire cet article « Les 40 ans du ministère de l’Environnement
    «Aux sources de la création du ministère de l’Environnement : des années 1950 à 1971» : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Pour%20m%C3%A9moire%20n%C2%B0%20hors%20s%C3%A9rie%20%2040%20ans%20minist%C3%A8re%20environnement%20printemps%202013%20.pdf
    ou encore « Le premier ministère de l’Environnement (1971-1974)
    L’invention d’un possible
    Robert Poujade, Stéphane Frioux »
    https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2012-1-page-51.htm

    • Une autre époque, on avait des problèmes et on essayait de les résoudre, aujourd’hui, on se crée des problèmes et pour les résoudre on en crée d’autres, de vrais fonctionnaires ayant peur de perdre leur job.

    • un écologiste veut lutter contre toute pollution..
      les gens raisonnables décident de lutter contre une pollution si on voit des effets néfastes significatifs qui dépassent le coût éventuel de la lutte contre icelle.

      à la rigueur on peut se poser des questions éthiques si on pollue et dégrade un truc qui’ n’appartient à personne et qu’on dégrade, question de riches néanmoins en général.

  • Oui, il est grand temps que les Français sortent de leur torpeur sinon ils finiront par se réveiller pieds et poings liés, asservis et impuissants.

  • Une bien belle pelouse autour du palais, j’espère que nos 150 ecolos tirés au sort apprécient l’hospitalité de l’hôte. Et ont conscience que la pelouse est arrosée en graissée débarrassée des parasites et taillée avec une belle tondeuse à moteur thermique sans doute diesel. Le palais est bien sur un gouffre énergétique, chauffé climatisé fleuri etc, la cuisine… Une merveille et la cave, n’en parlons pas.

  • Pleurons, pleurons sur cette misère de politique tout en continuant à faire son jeu. Le pouvoir jette un biscuit pour calmer les uns et enrager les autres contre ces premiers. Ce pouvoir est tranquille, il peut même se permettre de grossir dans l’aveuglement et la surdité de tous. C’est désespérant ! Pourtant il me semble que la première de nos préoccupations devraient être la réorganisation du pouvoir et sa limitation. Sinon qu’espérez-vous ? A part combattre des idées mais nus contre des gens armés !!

  • Faisons simple : incompétence ET imbécillité.

  • Convention Climat : oublis, incompétence ou imbécillités ?
    Les trois, mon général !!!

  • Ah comme quoi le vocabulaire n’a pas le même sens pour tous !!! en effet si je peux souscrire à la vision de l’écocide exprimée par l’auteur et même m’en réjouir il est à craindre que l’idée que s’en faisait les conventionnés est très différente et qu’ils ne proposaient pas une loi destinée à les faire condamner !!!!

  • « Oublis, incompétence ou imbécillités ? ». Oublis ET incompétence ET imbécillités.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

Affiche sur laquelle est marqué : "there is no planet B"
3
Sauvegarder cet article

Le vandalisme se verdit pour paraître acceptable. Si les militants écologistes se sont longtemps vantés d’être non-violents, la multiplication des discours anxiogènes a conduit certaines personnes à radicaliser leurs moyens d’action.

 

Sabotez, il en restera toujours quelque chose...

En octobre 2020, le mouvement La Ronce appelait ainsi à multiplier les actions ciblées de sabotage à petite échelle telles que le débouchage de bouteilles dans les rayons de magasin, crever les pneus des SUV (véhicules utilitaires sport)… pour ... Poursuivre la lecture

photo de Jean-Marc Daniel
10
Sauvegarder cet article

Jean-Marc Daniel qualifie de « pagano-gauchistes » tous ces mouvements qui se disent écologistes et sont en réalité « sans nuances », ne faisant que promouvoir un vieil anti-capitalisme qu’ils tentent de recycler, les idées marxistes du XXe siècle ayant perdu de leur superbe à la suite de la chute de l’URSS.

Selon nombre d’entre eux, au capitalisme devrait être substitué une « société frugale et égalitaire reposant sur de multiples contraintes et sur la restriction des libertés et des possibilités de production ». Par exemple Naomi Kle... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles