3 questions fondamentales sur la pandémie

Crise sanitaire durable, crise économique majeure, recul ou abandon de la démocratie : il faut prendre conscience dès maintenant des dangers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pandemie by Michael Gubi(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 questions fondamentales sur la pandémie

Publié le 25 avril 2020
- A +

Par Patrick Aulnas.

La pandémie de Covid-19 suscite fin avril 2020 davantage de questions que de réponses. Si l’on écarte les inévitables polémiques politico-sanitaires dont sont friands les réseaux sociaux et les chaînes d’information en continu, ce sont les perspectives à moyen terme qui peuvent inquiéter. Et cela à trois points de vue : sanitaire, économique, politique.

L’étendue de la pandémie

La première inconnue concerne l’étendue définitive de la pandémie. Le site de l’université John Hopkins, qui fait référence en la matière, indique les chiffres suivants au 23 avril 2020 :

  • total mondial des cas confirmés de Covid-19 : 2 659 000 (dont 844 000 pour les États-Unis et 1 036 000 en Union européenne),
  • nombre de morts du Covid-19 : 185 500 (dont 46 800 aux États-Unis et 110 000 en Union européenne).

70 % des cas confirmés et 85 % des décès concernent les États-Unis et l’Union européenne. La pandémie est donc concentrée pour l’instant sur les zones les plus riches de la planète, qui sont aussi gouvernées démocratiquement. Deux questions se posent.

1. Certains pays ont-ils minoré les chiffres de la pandémie pour des raisons politiques ? La réponse est évidemment positive. Les dictatures, dans lesquelles l’information est entièrement contrôlée par le pouvoir politique, ne fournissent pas les chiffres exacts, si toutefois ils sont connus. L’appareil statistique peut être totalement défaillant.

Par ailleurs, dans ces régimes politiques, toute statistique est politique par construction puisqu’il s’agit toujours pour les spécialistes de complaire au pouvoir en place. La Chine, les pays du Moyen-Orient, la plupart des pays d’Afrique et de nombreux pays d’Amérique latine se situent dans cette catégorie.

2. L’hémisphère sud est largement épargné pour l’instant. La pandémie l’atteindra-t-elle un peu plus tard, à l’automne 2020 ou en 2021 ? Nul ne peut le dire, mais étant donné la contagiosité du virus, cela n’est pas impossible.

La profondeur de la crise économique

La récession sera forte. Du fait du confinement et de l’arrêt imposé politiquement de nombreuses activités, les PIB chuteront de 5 à 15 % selon les pays si le déconfinement est possible rapidement et si une seconde vague ne survient pas à l’automne. Cette forte récession constitue donc l’hypothèse la plus optimiste. Elle entraînera de nombreuses faillites et une augmentation du chômage, des déficits élevés des budgets publics et donc une croissance de l’endettement, déjà considérable avant la pandémie.

Mais l’impact économique pourrait être beaucoup plus important si une crise financière de grande ampleur venait à apparaître. Ce sera le cas si une ou plusieurs nouvelles vagues pandémiques se développent fin 2020 et en 2021. La crise financière s’enclenchera probablement par l’intermédiaire du système bancaire.

De nombreuses faillites d’entreprises conduiront inéluctablement les banques à détenir des créances irrecouvrables en nombre croissant, puisque les entreprises qui disparaitront ne rembourseront plus leurs emprunts bancaires. Les banques pourront elles-mêmes être mises en faillite, entraînant des effets de panique et une crise financière profonde. Un tel scénario n’est pas à exclure, mais il ne serait pas sérieux de le considérer d’ores et déjà comme l’hypothèse la plus vraisemblable.

S’il se réalisait, nous aurions changé de monde. C’est une véritable économie de guerre qui se mettrait en place, avec des pénuries importantes concernant même les produits de consommation courante (alimentation, vêtements, énergie).

Les conséquences politiques : la démocratie en péril

Il ne s’agit pas d’évoquer ici le risque de perpétuation des atteintes aux libertés publiques liées au confinement autoritaire des populations. Ce thème, traité par certains commentateurs, est tout à fait accessoire. Qui peut penser qu’Angela Merkel, Emmanuel Macron ou Boris Johnson vont se transformer en dictateurs ? Les contrepouvoirs sont suffisants dans nos démocraties pour assurer une résistance.

Le problème est ailleurs. Une crise sanitaire durable, une crise économique profonde auront inéluctablement des conséquences électorales. Quels dirigeants les électeurs porteront-ils au pouvoir dans un an, dans deux ans ou dans cinq ans ?

Le populisme, déjà bien installé dans une partie de l’électorat, pourrait devenir plus menaçant et permettre la prise du pouvoir par des démagogues. Le glissement vers l’autoritarisme est ensuite rapide, comme on l’a vu entre les deux guerres en Italie et en Allemagne.

Une crise économique profonde constitue donc un danger majeur pour les libertés publiques. Le peuple pourrait se laisser séduire par des promesses simplistes. La difficulté est pédagogique : comment faire comprendre la complexité d’une situation face à des politiciens sans scrupules qui useront de tous les artifices démagogiques ?

Inutile de répondre qu’une bonne communication suffit. La communication ne permet de convaincre que si elle porte sur des idées fortes et clairement exprimées. Il faut être capable de montrer le cap avec fermeté, de promettre « du sang, de la sueur et des larmes ». Mais nous n’aurons pas nécessairement un Winston Churchill pour endosser le vêtement du leader. Le danger est donc considérable.

L’enchaînement pourrait être dévastateur : crise sanitaire durable, crise économique majeure, recul ou abandon de la démocratie. Il faut en prendre conscience dès maintenant et se préparer à faire face.

Voir les commentaires (95)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (95)
  • Les contrepouvoirs sont suffisamment fort.. Mais à par les kmers verts et rouges, quels sont ils ?

  •  » face à des politiciens sans scrupules qui useront de tous les artifices démagogiques  »
    comme « en marche »?

    parce que le moins que l’on puisse dire c »est que la démagogie des « progressistes » commence a inquiéter sauvagement l’électeur…
    la gestion de cette crise en est l’illustration parfaite!
    la crise économique qui arrive va etre très très dure, inflation a 2 chiffres, pénuries en cascades,
    faillites et chomage explosif

    Disons le tout net , macron ne sera pas réélu !
    Je pense que le RN a toutes ses chances, on échangera donc la démagogie de gauche contre la démagogie de droite ( le ps et l’extrême gauche vont s’en réjouir çà leur permettra de se refaire une santé dans l’opposition,)
    accrochez vous çà va secouer

    • Macron ne sera pas réélu, et alors ? C’est le même genre de communiqué de victoire que « Hollande ne sera pas réélu ! ».

      • ben un quinquennat par president , ça va en faire des ex presidents

        • Ne vous en déplaise Macron repassera sans problème et ceux qui entre les lignes rêvent de l’arrivée au pouvoir du FN ou RN ou je ne sais quoi sous estiment le regard que l’on peut porter sur le Brésil , la Russie..La Chine et j’en passe…Et pis une petite louche pour ce cher Donald qui ridiculise les américains depuis qqs années..Quel inculte de base ..!! Pathétique bonhomme..

          • Heureusement le ridicule ne tue pas parait-il, sinon ils auraient une deuxième pandémie à gérer.

          • je veux voir comment macron pourrait etre réélu

          • si on calcule le nombre de morts par rapport a la population , il y a plus de mort en france qu’aux usa , proportionnellement
            ah ben ouais malgré la medecine que toute la planete nous envie

          • Il me semble queTrump gère bien mieux la crise que Macron (vu le nombre de morts rapportés au nombre d’habitants).

            • Et bien moins bien que les chinois. En fait on ne sait pas comment les chinois, les américains les Grands Bretons dénombrent leurs décès. En France après plusieurs semaines on y a jouté les décès en Ehpad, en Chine plusieurs mois après les décès à domicile qu’en sera-t-il aux EU ?

              • Les anglo-saxon ont au moins la culture de la statistique, les chiffres sont corrects et très complets, c’est après que politiques et médias les manipulent éventuellement
                Les latins, beaucoup moins: données socio-économiques, criminalité, médical, il est difficile de trouver des chiffres non tronqués quand ils ne sont pas carrément interdit de collecte.
                La Chine ? lol !

            • Touche pas à mon pote Trump ! Quand on aime on voit moins bien et quand on déteste on est un peu plus menteur. Vous êtes humain on ne peut pas vous en vouloir.

              • Je ne partage pas les opinions de Trump, Zemour, Le Pen, ou autres mais la chasse aux sorcières étouffe certains points de vue et enferme les contradicteurs systématiques dans des positions incohérentes.

                • alan vous savez bien que je ne suis pas comme ça..

                  • J’ai pas dit ça.

                    Mais c’est difficile de dire « c’est pas faux » si on encense ceux-la ou de faire comprendre aux chasseurs de sorcières qu’ils en font trop. Donc je profite de votre commentaire modéré pour en rajouter une couche.

            • Il n’y a pas que les morts dans la vie …

      • ça fait des années que chaque président est plus con que le précédent, ça promet pour le prochain…

    • Ce n’est pas gagné du tout pour MLP.
      Face à un PR capable de si belles envolées, comment fera-t-elle face?

  • c’est quoi un cs confirmé de covid 19 en général symptôme+test positif ou test positif….

    comment diable pouvez vous connaitre le nombre de cas de covid 19 dans les pays qui ne disposent pas de tests?
    m^me pas besoin de suggérer la volonté de dissimuler..

    le chiffre de covid 19 confirmés en france est INCOMPARABLE à celui par exemple de l’allemagne …

    le populisme sujet secondaire si un pays possède des institution saines qui protègent les libertés individuelles..le populisme on s’en fiche un peu..
    En outre , nous sommes en dictature molle…ce n’est pas un homme..ni un parti, c’est un groupe qui empêche que le peuple décide..on vote..puis on bloque..

    • « le populisme sujet secondaire »
      « empêche que le peuple décide »
      Justement, personnellement je ne souhaite pas que le populisme grandissant et stupide par essence, gouverne.

    • En France, le mot d’ordre officiel est le suivant: « les signes d’une infection respiratoire (toux, fièvre, difficulté à respirer) suffisent à évoquer le Covid-19. Le test est effectué uniquement sur certaines personnes pour mieux les prendre en charge (personnes fragiles, hospitalisées, personnels de santé)… Le décompte du nombre de cas ne se fera plus sur les tests, mais sur des estimations épidémiologiques. »

      • Cela va nécessairement changer. Beaucoup de temps perdu et la difficulté en plus de faire machine arrière dans la communication.

        Ensuite probablement encore pas mal de temps pour déterminer des stratégies intelligentes sur le plan économique. (Sans préjuger de leur nature).

      • Les Belges ont proposé d’effectuer les comparaisons à partir de l’excès de mortalité, l’épidémie ayant essentiellement démarré au moment de la fin de la grippe saisonnière.

    • « c’est quoi un cs confirmé de covid 19 »

      Un chiffre pour faire de l’audience.

      La seule chose qui importe pour gérer la crise c’est la progression et la capacité à gérer dans les hôpitaux pour savoir comment on gère du point de vue politique et économique. Même le nombre de morts est secondaire dans cette optique.

      Oui, les chiffres interfèrent de façon négative sur l’opinion et donc la réponse politique – parce que ce ne sont pas les chiffres qui importent. Même les chiffres bruts de Salomon sur le système de soin sont des chiffres de peu d’intérêt et de la com : pas de moyennes mobile, détails sans intérêt sur des stats biaisées sans intérêt, pas d’analyse de la contamination en période de confinement …

      • Et après nous avoir dit il y a des semaines que le seul chiffre vraiment pertinent était le nombre d’entrées en réanimation, pas la moindre analyse de ce nombre. Même derrière le rideau de fer avant qu’il ne s’effondre, on n’aurait sans doute pas eu le culot de mettre un « directeur » à lire ses chiffres, répéter ses slogans, et « répondre » aux questions soumises à l’avance sans y répondre. Sans parler de la traduction en langage des signes pour les malentendants parmi les quelques uns qui le comprennent et qui auraient allumé la télé pour l’occasion en lieu et place des chiffres et graphiques. Allez, un petit coup de gueule politiquement incorrect : Il y a déjà moins de 200 000 personnes en France qui comprennent le langage des signes, et parmi elles le taux d’illettrisme reste plutôt faible, alors virez-nous la gesticulatrice à côté de l’orateur et mettez-nous un vrai Powerpoint avec des légendes à la place !

    • 3.5 fois plus de tests en Allemagne, 1/4 de cas en moins, 5 fois moins de décès.
      C’est sur que quand le pays est sous-équipé, mal préparé, on a ce genre de situation lamentable.

  • La prévision de l’avenir est par nature vouée à l’échec parcque on n’ aucun point de référence historique.

    On ne sait pas comment la pandémie va se comporter, ni quand elle va se terminer.

    C’est une guerre qui concerne le monde entier , mais sans destruction physique ,et ou tout les humains ont intérêt à bien la gérer sous peine de s’auto infliger encore plus de souffrance.

    Tous les modèles qu’on nous a présentés pour prévoir la pandémie se sont avérés risiblement faux.

    Alors les prévisions de PIB qui chuteront de 10 a 15 %, les dix millions de chômeurs en France etc.. pour moi ça ne vaux pas mieux que le marc de café.

    Personne n’en sait rien,

    • C’est vrai qu’à ce stade on n’en sait trop rien des conséquences à moyen long terme. Toutefois sur le plan politique sauf erreur de ma part, l’histoire des épidémies* nous enseigne que les conséquences politiques en général seraient plutôt libératoires que confiscatoires. Pour les guerres civiles en revanche c’est l’inverse.

      Je ne sais pas cette fois, tout dépendra de l’intensité et de la durée sans doute. Tous les pays ne seront pas touchés de la même façon. Le cerveau humain a tendance a privilégier le scénario du pire alors que dans la réalité celui-ci l’emporte rarement.

      *sauf le cas particulier du continent américain décimé en profondeur par les microbes européens.

      • Ce qui me semble le plus nouveau dans cette pandémie n’est pas le nouveau virus en lui même, mais le fait que le monde a beaucoup changé depuis les précédentes pandémies.

        Cela multiplie les forces et les faiblesses et devrait nous inciter à nous méfier de l’expérience du passé. On se fixe trop sur l’aspect « médical » et pas assez sur le fait qu’on fait face à un nouveau type de crise économique, sociale et politique. Et nouveau type implique que les anciennes réponses sont vraisemblablement inadaptées.

        La seule constante est sans aucun doute comme vous le dites « le cerveau humain ».

      • « *sauf le cas particulier du continent pré-américain »

      • ben non regardez les chiffres, si vous voulez comparer il faut comparer avec nb de morts/ population

        • Je me trompe peut-être mais (et surtout à ce stade) cette comparaison ne me semble pas pertinente puisque l’épidémie n’est pas au même stade partout, le mode de comptage n’est pas identique, et en dehors d’une autopsie (et encore) qu’est ce qui prouve que la mort est liée au covid19. Il faudra attendre les statistiques de surmortalité pour mesurer l’ampleur et faire des comparaisons. Qui sait on aura peut être des surprises.

        • Non faut comparer la densité…

          • Exemple…Ile de France 1000h/km2
            Haut de france : 180 h/km2
            Grand Est : 100 h/ km2
            Nouvelle Aquitaine : 68 /km2 ( hormis Bordeaux /km2
            Occitanie : 80 h/km2 etc etc…
            Le tout rapporté au nombre de décès et vous avez une image bien plus juste de la réalité de cette virose respiratoire…

          • Je vous ai mis +1

            J’aimerais bien vous répondre et mettre un bémol, mais le problème est complexe et je ne suis pas certain de maîtriser les stats suffisamment.

            • Je ne vous en veux pas…J’ai aussi essayé de combiner tout cela m’est c’est pas mon truc..Et il y a tellement d’autres facteurs..L’Indre par exemple..34 h / km2 et pourtant plus de 100 décès…Alors que la Haute -Vienne 64 h/km2 seulement 22…Pourquoi..??Et bien peut-être parce qu’à Déols existe l’aéroport ayant la plus longue piste de France ..Aéroport des américains pendant la deuxième guerre mondiale..Gros porteurs etc ..or il se trouve que les chinois ont voulu investir là bas …cela traîne en longueur mais il y a régulièrement des étudiants qui restent dans la région pour leurs études …Rapport de cause à effet ..aucune réponse mais un constat..

            • C’est surtout qu’on veut traiter avec des stats un phénomène pour lequel elles ne résument en rien la situation. Comme en météo, si on cherchait à résumer une période à tornades et grains orageux par le vent moyen et la pluviosité moyenne sur l’ensemble de la zone affectée. Il est très probable que la pandémie progresse par des foyers, où la contamination est quasi-explosive, et dont on ne découvre l’existence que alors qu’ils ont pris une grande ampleur, vu qu’on peut être contagieux sans être symptomatique.
              Il me semble que le PA CdG devrait fournir matière à réflexion : probablement d’une seule étincelle le 16 mars, le foyer a manifestement grossi pendant 3 semaines avant d’attirer l’attention. Faute de détection et de tests assez tôt, un foyer peut donc à lui seul rendre les statistiques par R0 ou par millier d’habitants futiles : les statistiques reposent sur la loi des grands nombres, qui suppose les populations homogènes. Les foyers font perdre l’homogénéité, ce sont eux qu’il faut traiter. Mon grand-père aimait à rappeler l’enseignement du capitaine des pompiers de son village : pour éteindre un incendie, dans la première seconde, un verre d’eau suffit. Dans la première minute, un seau d’eau. Et ensuite, la brigade fera ce qu’elle pourra, sans garantie…

    • On ne peut pas prévoir avec précision le taux de décroissance du PIB, mais il ne fait aucun doute qu’on va vivre une récession comme on n’en a pas connue depuis la 2nde GM.

      L’insouciance dans laquelle continuent de se bercer les journalistes et la plupart des Français est assez étonnante : elle confirme l’inculture économique qui règne dans ce pays.

      • L’insouciance qui règne dans le pays….
        MDR..
        Ça fait des semaines qu’on nous annonce la fin du monde 24 sur 24.
        Qu’il y ait encore des gens capables de sourire ça c’est le vrai miracle.

      • Pas certain de la chose, en fait on vit aujourd’hui comme on devrait vivre normalement, pas de travail et le cul devant la télé pour les gueux et les promenades digestives pour les bons humains bien nés.. Le socialisme a pervertie l’humanité…… Je rigole évidement mais c’est ce que pense la haute société.

    • Avant même la pandémie, avec cette inflation qui décidément ne voulait plus revenir et ces taux négatifs, tous les économistes avaient du brûler leurs bibles et en oublier leurs prophètes.
      Avec cette deuxième couche d’inconnues il n’y a plus une seule équation qui tienne.

    • @Gérard ce que l’on sait c’est que ce virus à mis à l’arrêt les économies les plus riches du globe . Quand la machine économique repartira on comptera les faillites . Dans notre pays les PME et ETI sont particulièrement fragiles avec une tres faible rentabilité . Il n y a pas besoin d’avoir fait 10 ans d’études pour deviner qu’une bonne partie va rester définitivement sur le carreau avec 2 mois d’arrêt (et sans doute plus pour les restos, les hôtels ….) . Le chômage va exploser . Et après ça risque bien d’être tout le pays . Croyez vous qu’on pourra longtemps payer tout le monde à se tourner les pouces ?

      • Oui oui on va tous crever , bonne journée.

      • Ca peut aussi être de la destruction créative, surtout si on considère que tous les pays seront dans la même situation; hormis l’Allemagne comme d’habitude qui risque de nous marcher sur la tête.

        • Avec les charges et la législations, les entreprises ne sont fragiles qu’à cause de l’état, pas à cause du marché. Ce n’est pas un nettoyage des branches mortes, c’est un génocide de bourgeons.

          • @Guillaume « génocide de bourgeons. » oui bien dit. C’est exactement ça . On notera que la gestion du covid est similaire : qui est en danger : les vieux , qui va se retrouver sur le carreau : les jeunes ….

  • En écoutant le président des EU face aux dangers du Corrona on réalise avec effroi que nos scientifiques français sont définitivement stérilisés.
    Vite ! Réouvrons nos Bars PMU de Dunkerque à Ajaccio et installons des boîtes à idées sur tous les comptoirs !
    La France a tout pour réussir.

    • Plusieurs médecins mettent en oeuvre des thérapies efficaces. Silence médias, il faut entretenir la peur.
      Pourquoi, ou plutôt dans quel but?

      • Pour excuser les conséquences dramatiques ,ravageuses et durables du confinement et de l’arrêt brutal de l’économie,erreur qui va se payer sur des dizaines d’années .Ce confinement seront les 35h de Macron.

      • Eviter de faire du Raoult…Qui aurait qqs soucis ordinaux semble t’il et …Très justement d’ailleurs…Va perdre son professorat le druide..

        • L’hydroxychloroquine est dénigrée partout ,c’est devenu le médicament le plus dangereux de la Terre mais sa consommation explose,l’armée a fait des stocks ,l’hopital à côté de chez moi ‘a utilisé le protocole Raoult.

          • Le plus rigolo est la nicotine mise en avant par certaines statistiques : bien plus dangereux que la chloroquine pour un non fumeur qui mettrait des patchs à cause de l’overdose …

            • La nicotine est relativement inoffensive nonobstant son effet addictif, ce sont les autres produits de combustion du tabac qui sont hautement toxiques et cancérigène comme le goudron, l’ammoniac et autres formaldéhyde, acétaldéhyde, acroléine, toluène, nitrosamines etc.

              • Oui.

                Mais l’accoutumance est due à la nicotine et on peut faire des overdoses comment avec tous les stupéfiants. Donc je vois mal comment on pourrait soigner sans risque avec la nicotine. Le principal intérêt est de montrer que certaines molécules peuvent protéger même sans agir directement sur le virus.

          • Bin oui une endothélite fait pas bon ménage avec la chloroquine..

            • Et le remdesevir pourtant très mis en avant officiellement ne donne rien et a des effets indésirables bien plus important que l’hydroxychloroquine et a du être arrêter et a fait chuter le cours
              du labo en bourse .

              • Tout à fait..on s’oriente avec l’hypothèse de Zurich sur des protecteurs vasculaires ..Anti-hypertenseur…Anti-cholesterol de type statines qui joueraient un rôle sur la médiation de certains récepteurs vasculaires endothéliaux…Du coup le COVID ne serait pas une pathologie respiratoire mais une vascularite à tropisme pulmonaire ce qui expliquerait l’inefficacité des réanimations où intubation et oxygénothérapie sont assez vaines…

                • Il me semblait que parmi les malades les plus à risque se trouvent les hypertendus qui en principe sont déjà sous traitement Antihypertenseur et anticholestérol ?? endothélite ou vascularite sont des inflammations ,état sur lequel l’hydroxychloroquine est susceptible d’agir?

                  • Je ne saurais vous dire pour le Plaquenil….quant aux hypertendus il s’agit surtout de ceux dont le traitement est mal équilibré..Et les anti-hypertenseurs intéressants sur le covid sont les inhibiteurs de l’angiotensine convertase..qui sont des protecteurs vasculaires..

                • D’où l’importance de tester des molécules, en mettant peut-être en veilleuse certaines considérations méthodologiques et surement les querelles partisanes …

                  Raoult a fait une prédiction (digne des astrologues) que le virus disparaîtrait avant qu’on ait un traitement …

          • Est dénigrée partout…dans les médias.
            Pour une fois, ils ont du mal à s’imposer face au réel. Eux aussi auront à rendre des comptes.

  • Excellent article.
    Aux trois crises inévitables décrites dans cet article (crises sanitaire, économique et politique), j’en ajouterai deux autres : sociale et sociétale.

  • Donc, nous sommes en démocratie et nos chiffres sont justes. Vous êtes sûr?

  • Ça va être difficile de vendre le discours « du sang, de la sueur et des larmes » à un peuple habitué dès le biberon à « du pain du beurre et la crémière »

  • 3 questions qu’on peut aussi reformuler en :
    – Crise de confiance dans le marché mondiale: Déjà quand la Chine s’enrhumait, le Monde toussait. Mais là, la dépendance devient évidente. Les concepts de souveraineté et de territoire s’imposent et nous sommes clairement en déficit.
    – Crise de la consommation, qui est LE problème économique N°1. Cette simple correction aux besoins dits urgents va supprimer les gains passés de croissance, alors que paradoxalement le problème n’est pas venu d’un « peak oil ».
    – Crise de l’UE, qui est ce grand cadre progressiste pourvoyeur de normes. Si son « coeur » a étonnamment résisté (l’Allemagne), il reste à voir pour son système sanguin (l’Euro).

    • et hop une petite couche de souverainisme..
      Depuis que je suis né il y a des crises, je pense qu’il en a toujours été ainsi ; en outre il y a crise pour certains et pas pour d’autres.. C’est quoi une crise ? C’est une résistance au changement par rapport à l’air du temps, soit ce changement est trop lent soit il est trop rapide. Plus l’écart est grand plus la crise est violente.

  • Cette analyse est pertinente, sauf sur un point celui de la démocratie en péril. Plus d’état, égal moins de démocratie. Quant à la démagogie elle est partout présente depuis des décennies. Covid-19 la nature s’en chargera comme par le passé (Typhus, Peste, Choléra, etc…)

    • La démagogie et l’opinion, c’est un peu l’œuf et la poule. Donc si la démocratie est l’expression de l’opinion …

  • Macron gonfle les chiffres, cela lui permet de gagner du temps, il a vite compris que la crise du cov-19 est peu grave ( faible létalité) , elle constitue une formidable opportunité pour sa réélection en 2022 , ses mauvais résultats de la politique économique et sociale, échec face au chômage de masse, plus un déficit public, sa mauvaise image après les gilets jaune. Il a essayé d’apparaitre comme le sauveur en décrétant le confinement à cause des chiffres projeté à tort par certains spécialistes, c’est un opportuniste, Macron est loin d’être un con

    • Peut-être, mais il lui manque la case permettant de voir les conséquences à échéance de quelques mois de ses choix catastrophiques. La comparaison avec les autres pays ne pourra pas toujours se limiter à la Belgique, l’Italie et l’Espagne.

    • Mais s’il n’avait pas été si près, on n’en serait pas là.

    • Comme sauveur, il n’est pas particulièrement performant! Par contre, …

  • « Qui peut penser qu’Angela Merkel, Emmanuel Macron ou Boris Johnson vont se transformer en dictateurs ? Les contrepouvoirs sont suffisants dans nos démocraties pour assurer une résistance. »
    Il faut rire ou pleurer quand on lit ce genre d’absurdités ? Et qu’on voit la majorité des commentateurs abonder (et vomir des dirigeants tels que Trump, qui de toute évidence est tellement pire qu’un Macron ou qu’une Merkel, tellement moins démocrate, tellement moins respectueux des desideratas de son peuple, etc…) ?
    CPEF…

  • L’auteur devrait sortir un peu. Le covid ne fait pas tant de victimes dans le monde libre sauf dans les pays ou la crise sanitaire a ete mal gérée. Au Japon, en Corée et en Thaïlande, bien que leur gestion sanitaire ait bien plus cafouille que Taiwan, Hong Kong et Singapour, l’economie n‘est pas a l’arret. Tout le monde porte un masque a Hong Kong, il n’y a pas de nouveau malades et il n’y a pas de confinements.

    • Pourquoi voudriez-vous qu’on porte des masques en France ? Il n’y aura bientôt plus ni banques ni petits vieux à attaquer…

    • Et à Hong Kong, beaucoup de masques semblent plutôt improvisés ( tissus, colorés), et cela marche quand même par simple réduction des transmissions

  • Entièrement d’accord avec cet article.
    Le déconfinement me fait peur du fait que l’on voit tous les groupes plus ou moins écolo se positionner sur leurs antiennes. Par exemple, ce matin j’ai été très surpris par un article de Ouest France qui, sur une page complète, traitait du problème des ondes dans la maison, confondant tout électromagnétique, magnétique….. C’est tout à fait la période.
    Rajoutons de l’angoisse écolo à l’angoisse sanitaire et le dogmatisme arrive au galop avec son lot de boucs émissaires.
    Le réveil risque d’être dur surtout si les banques jouent aux apprentis sorciers en poussant à la faillite des entreprises qui, après une remise en ordre, auraient pu reprendre des activités saines. Ce serait se tirer une balle dans le pied, ce serait une crise des subprimes facteur 10.

  • Fidèle à son habitude (pas toujours, je le reconnais), Patrick Aulnas nous sert un article déconnecté de la réalité. Un danger c’est quelque chose qui risque de se produire dans l’avenir. Un danger avéré n’est plus un danger mais une réalité. Parmi les 3 dangers identifiés, seul le premier (le risque d’une recrudescence de l’épidémie) est encore un danger, parce qu’il ne s’est pas encore produit, Je ne m’étendrais pas sur ce premier point, bien qu’il y ait beaucoup à dire sur le sujet. On lira avec profit tous les excellents articles de Patick de Casanove publiés sur Contrepoints au cours des dernières semaines (https://www.contrepoints.org/auteurs?search=Casanove).
    Pour les deux autres, les hommes de l’état ont déjà provoqué une récession de très grande ampleur de par leur incurie (voir encore Patrick de Casanove), leurs réactions inappropriée ne faisant qu’aggraver le problème (comme toujours) et il y a belle lurette que la France n’est plus une démocratie politique, si tant est est qu’elle l’ait jamais été.
    1) Qu’est-ce qu’une récession ? Une récession est une baisse de la production, donc du niveau de vie. Quand on interdit aux gens de travailler, quand on leur interdit d’échanger (car l’échange fait partie intégrale de la production), la production diminue. C’est une évidence.
    2) La démocratie politique (prétendument loi de la majorité) est incompatible avec le socialisme.
    En effet, quand les hommes de l’État accaparent entre 60 et 80 % du fruit du travail des producteurs, que reste-il à ces producteurs pour créer et animer des moyens d’information alternatifs pouvant faire concurrence à l’intense propagande des premiers, qui disposent de moyens gigantesques pour ce faire ? Comment faire pour les empêcher d’acheter les électeurs ? Quand les hommes de l’État ont créé une telle quantité de règlements que n’importe qui peut être considéré comme un délinquant au regard de ces règlements, comment éviter qu’ils s’en servent pour éliminer les opposants ?
    Inutile d’attendre l’hypothétique arrivée au pouvoir de « populistes ». Au fait, c’est quoi le « populisme » ? Merci à l’auteur de nous en donner une définition. S’il s’agit de faire des « promesses simplistes » n’y est-on pas déjà avec un Macron qui promet de donner plus à tout le monde alors qu’il a lui-même provoqué une diminution drastique de la production, n’y était-on pas déjà lors la campagne électorale pendant laquelle il promettait de faire « en même temps » une chose son contraire ?

  • Il va manquer beaucoup, beaucoup de sous à l’État l’année prochaine Sauvez-vous!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici La seconde partie de l'article se trouve ici

Si les tendances oligarchiques du système démocratique étaient déjà bien comprises au début du XXe siècle par les machiavéliens, leurs conclusions n’ont malheureusement pas été retenues, même par la plupart des politologues. Cela n’est pas étonnant puisque la majorité n’a jamais pris connaissance des travaux de ces penseurs. Leurs noms sont très rarement cités, que ce soit dans l’enseignement secondaire ou à l’université.... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici

L’analyse historique et sociologique des penseurs machiavéliens montre que le système démocratique moderne n’est en fait démocratique que de nom. Comme explique Burnham, aucune organisation politique de quelque importance que ce soit ne peut être dirigée par la majorité de ses membres ; sa désintégration chaotique s’ensuivrait rapidement.

De même, aucune société ne peut être dirigée de manière ordonnée par le peuple car le règne de la foule s’ensuivrait, ou c... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Bien que Les Machiavéliens : défenseurs de la Liberté fut publié en 1943, c'est un livre qui mérite une attention continue. Pourtant, cet important ouvrage du politologue James Burnham (1905-1987) reste méconnu du grand public et parfois même des universitaires. Jusqu'à tout récemment, la seule autre édition en anglais fut publiée en 1964. Ce livre n’a pas été traduit en français depuis 1949.

Une recension des idées des penseurs machiavéliens est opportune en raison de la clarté politique qu’elles peuvent appor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles