Fessenheim, transition énergétique et sabotage stratégique

Notre État détériore notre puissance stratégique par des décisions conscientes. S’agit-il d’un sabotage stratégique ? En tous cas ce sont des décisions dangereuses.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fermons Fessenheim by Die Linke(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fessenheim, transition énergétique et sabotage stratégique

Publié le 24 février 2020
- A +

Par Charles Boyer.

La notion de puissance stratégique semble graduellement de plus en plus perdue de vue ces derniers temps. Néanmoins nous ne devrions pas l’ignorer entièrement. Notre puissance stratégique est notre capacité à défendre notre territoire. Suivant cette logique, rendre notre industrie énergétique plus faible est une décision grave et lourde de conséquences.

Pour juger de la puissance stratégique d’un pays, des théoriciens en géopolitique, comme par exemple John Measrheimer, utilisent une approximation fort grossière et cependant assez juste, pour classer les pays : la combinaison des tailles de leur économie et de leur population. Selon ce modèle, réduire son potentiel économique ou démographique est un affaiblissement stratégique pour un pays.

Il ne semble pas idiot d’arguer que c’est particulièrement le cas pour la production d’énergie car tous les autres secteurs de l’économie en dépendent fortement : services, high tech, bref, tout. Ainsi, un État devrait se garder d’affaiblir sciemment l’énergie de son pays.

Or, que fait le nôtre ? De par des décisions prises il y a longtemps et sur lesquelles on ne peut revenir, la France jouit d’une production d’électricité fort abordable, abondante et fiable. C’est une bénédiction. Cela a été accompli en construisant 59 réacteurs nucléaires regroupés dans 17 centrales et, dans une moindre mesure, par des barrages hydroélectriques là où le relief le permet. C’est une force.

Mais on voit désormais l’État prendre des décisions pour le moins étonnantes. Celles-ci partent d’un a priori faux, qui est qu’on peut remplacer le nucléaire par ce que l’on présente abusivement comme des renouvelables : l’éolien et le solaire.

Or ces formes d’énergie, qui de fait n’en sont pas réellement, sont non seulement intermittentes mais surtout, ce qui les rend inutiles (en tout cas quand on en a besoin), aléatoires, non pilotables. Ce qui veut dire qu’elles produisent quand bon leur semble. En d’autres termes, elles peuvent produire massivement quand il n’y a pas de demande et à l’inverse, ne pas produire du tout quand la demande est forte.

Ce faisant, elle créent un danger pour notre réseau à haute tension qui doit être en permanence équilibré entre la demande et l’offre. Faute de quoi, sa fréquence, mesurée en Herz, peut varier et, si elle varie trop, une coupure d’électricité peut se produire.

Notons que pour éviter cela, il faut construire un grand nombre de centrales pouvant démarrer et s’arrêter très vite ; concrètement parlant, il s’agit de turbines à gaz. Le gaz proviendra de Russie, du Qatar, d’Algérie, des USA -puisque la fracturation leur permet d’exporter de plus en plus-, et de quelques alliés plus proches, Royaume-Uni, Norvège, Pays-Bas.

Ainsi, nous avons une production d’électricité qui fonctionne particulièrement bien, une des plus robustes et abordables du monde. Et que faisons-nous ? Nous la démantelons sans raison valable pour prétendre la remplacer, chose impossible, par quelque chose d’entièrement non fiable et hors de prix. Qui fait une chose pareille ?

Quelles en sont les inspirations ? Des entités dont on peut penser que la puissance stratégique de notre pays ne sont pas le premier souci : l’UE et Greenpeace par exemple. Quant aux pays cités plus haut qui peuvent nous vendre du gaz, est-il fou de penser qu’ils ont de fortes incitations à nous pousser aussi dans ce sens ?

En un mot comme en cent, notre État détériore notre puissance stratégique par des décisions conscientes. Comment éviter un sentiment de sabotage stratégique ? Nous irons même plus loin. S’il ne revient pas à la raison, s’il continue sur cette voie contre toute logique, combien de temps cela prendra-t-il avant que ne s’installe une impression de trahison ?

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • c’est a ne plus rien comprendre..
    le nucléaire est la plus propre au plan des rejets dans l’atmosphère et on ferme des centrales..
    va falloir m’expliquer çà

  • macron prévoit le démantèlement d’une dizaine de réacteurs d’ici 2035 ( ce type est inconscient ) ;edf estime la facture autour de 75 milliard d’euros …..il rabaisse notre pays à tout les points de vue ;

  • Bravo pour votre conclusion.
    On se prend à rêver que les traîtres aient un jour des comptes à rendre…

    • « cf aussi H16 dans un des ses derniers articles qui qualifie ces traîtres d »occupants de l’intérieur ».
      Car missionnés par nos véritables patrons, Soros et ses comparses.

  • J’ai comme un sentiment de trahison, et comme j’ai aussi un sentiment d’insécurité je dois être victime de fake news c’est sûr

  • ils savent, il faut les voix des verts et les gens sont mollement aninucléaires..

    les problèmes sont pour plus tard..l’élection c’est demain.

  • Qui finance les mouvements écolos en Europe? Tout la question est là.

    • @Hank Culley-Phonétique pas très sympa, je vous répondrai que les financements proviennent des subventions étatiques, ministérielles, locales, donc vos impôts, mais cette manne redistribuée largement (plusieurs dizaines de milliards, 40 je crois) ne fait jamais partie des programmes électoraux, c’est le-fait-du-prince nous répondra t-on! Mais pas avec mon « pognon » et surtout pas dans une «  »démocratie représentative ».

  • Qui finance Green-Peace ?
    Organisent ils des manifs contre les centrales en Chine , aux USA, en Grande-Bretagne ???

    • « Qui finance Green-Peace ? »
      Théoriquement, uniquement des privés, dans participation étatique.
      En fait, Greenpeace est le messager le plus efficace et le plus constant de la politique américaine, et Washington abonde à son budget de 2 milliards de dollars, mais uniquement de façon anonyme.
      « c’est seulement lorsque les gens craignaient pour leur santé ou celle de leurs enfants qu’ils ouvrent leur portefeuille pour effectuer des dons. Tout le reste, n’a pas d’intérêts pour nos campagnes.”
      Ludger Wess, ancien dirigeant de Greenpeace.

  • L’énergie nucléaire est un de nos rares avantages concurrentiels. La démanteler est en effet une trahison. Il s’agit d’affaiblir la France. Immigration musulmane massive et dénucléarisation, même combat. Soros doit se frotter les mains.

  • Le côté positif est que les français devront avoir beaucoup d’imagination pour ne pas subir la pénurie énergétique prévue par l’état. On c’est endormi sur la mane nucléaire comme tous les pays où l’énergie est abondante et peu cher.

    • Et il n’y a acune raison pour qu’il en soit autrement, l’énergie est abondante sur terre, elle doit être très peu chère. Les prix actuels sont artificiellement gonflé pour financer les états et leurs innombrables gabegies. Bien sur il faut trouvé une justification et le réchauffement arrive à point nommé.

  • S’il continue ainsi, j’irai voter contre lui au lieu de m’abstenir.

  • 85% de l’électricité consommée en Alsace qui vont s’éteindre d’un coup !

    Si j’étais complotiste ( 😉 ), je dirais que c’est une volonté délibérée d’assujettir encore plus le peuple alsacien à l’arbitraire parisien en le privant de ressources propres et propre…

    Elsass frei !

  • Les Etats-Unis n’ont pas d’alliés, seulement des vassaux .Le meilleur d’entre eux est sans doute Macron, qui leur a déjà vendu Alsthom, Latécoère, qui va vendre nos retraites à un fond de pension américain.. N’oublions pas que nous sommes le premier importateur européen de gaz schiste américain(le plus cher!). plus on ferme de centrales, plus on en aura besoin. De plus toutes les ong sont dirigées par les usa (voir greenpeace et Soros). Avec Ganelon à notre tête, on est mal barré..(Ouh le vilain complotiste!)

    • Ben si on trouve quelqu’un d’assez con pour acheter la retraite par répartition française faut pas hésiter, les genre de gros pigeon ça ne court pas les rues.

  • c’est surtout un énorme gâchis du même ordre que celui de la mise à la casse de millions de véhicule en parfait état de marche sous couvert d’écologisme ou de sécurité. Mais nos politocards ne sont pas à un paradoxe près, d’un coté ils nous abreuvent de concept de chasse au gaspillage des ressources et de l’autre ils en détruisent à tour de bras…

  • A bien y penser qui sont les bénéficiaires principaux de ces mesures de sabotage officiel ? Les pays du golf. Or on peut également constater qu’ils restent quasiment les principaux achteurs de notre dette. Bref, on peut se demander si pour pouvoir maintenir quelques années de plus notre modèle social ultra dispendieux et inefficace, ainsi que notre belle bureaucratie de la fonction publique que le monde nous envie (en se gardant bien de la copier, hormis la Corée du nord), nos gouvernants font tout ce qu’il faut pour plaire aux gentils saoudiens, émiratis et autres pétro-dictatures golfiques. Donc on traite l’islam comme une religion/culture privilégiée, on démantèle le nucléaire en prétendant le remplacer par du « renouvelable » (en fait des centrales à fioul ou à gaz), on leur vend des rafales, des missiles et je ne sais quoi « à prix d’amis » etc.
    Vision ultra court-termistes typique de politiciens qui ne voient rien d’autre après l’horizon de leur réélection et ne croient en rien que leur réélection.

    • les principaux bénéficiaires sont nos gouvernant, les fonctionnaires et tous les coquins qui leurs sont soumit ou affilié. Ces gens là pillent la france en toute impunités depuis des dizaines d’années.

  • En France il ne fait plus aucun doute que l’escrologisme religieux est de plus en plus décidé à se refonder sur la décroissance mondiale, violente et nécessaire de l’horrible espèce humaine, dont la France se doit d’être la première à débarrasser le monde, pour le sauver, et prouver ainsi sa grandeur retrouvée. Dommage que cet objectif assigné à la COP24 ai été heureusement rejeté par tous les pays du monde ! Je n’en veux pour preuve que les média publiant ces temps-ci les louanges du Commandant Cousteau. Qui, le premier, dès sa participation à la conférence de RIO en 1992, et avant les adeptes suicidaires du Temple Solaire, a osé participer à cette politique fasciste également chère par Hitler pour purifier l’humanité et la terre en-même-temps, Cousteau qui n’était pourtant pas gâteux lors de ses recherches maritimes, est néanmoins devenu l’égérie désastreuse des escrologistes les plus fous. Qui professent que la diminution des naissances en nombre excessif, ne peut résulter que du retour à des conditions de vie bien plus modestes et archaïques et qu’il faut réinstaurer d’urgence la décroissance jusqu’au paradis perdu, en répandant la terreur sur toute la terre et par tous les moyens imaginables… y compris le dressage en cours de la gentille et riche Greta. La Chine, l’Allemagne et la fameuse panne électrique de New York, ont prouvé au contraire, que rien n’est plus propre à la diminution des naissances que l’amélioration démocratique des conditions de vie des foules. Les escrolos ont donc raison de prendre publiquement pour vedette mondiale, le réputé commandant Cousteau, héros de la biographie suivante sur internet qui rappelle la clairvoyance fasciste, mais à la puissance 100.000 ! Voici le texte édifiant : « Vers la fin de sa vie, il se consacre à trouver des voies positives pour l’avenir de l’humanité, en écrivant notamment L’Homme, la Pieuvre et l’Orchidée en collaboration avec Susan Shiefelbein. Mais il devient pessimiste ; il affirme ainsi à Yves Paccalet : « Une terre et une humanité en équilibre, ce serait une population de cent à cinq cents millions de personnes, mais éduquées et capables d’auto-subsistance. Le vieillissement de la population n’est pas le problème. C’est une chose terrible à dire, mais pour stabiliser la population mondiale, nous devons perdre 350 000 personnes par jour. C’est une chose horrible à dire, mais ne rien dire l’est encore plus ». Paccalet ira encore plus loin dans cette direction avec son livre L’Humanité disparaîtra, bon débarras ! »
    Sur les 7 milliards d’hommes et de femmes en vie, il ne nous en reste plus que 6 cent milliards à tuer … et si c’est bien horrible à dire, ce n’est certainement pas de le faire de la manière la plus écologique que Greta sera surement invitée à préciser à la Tribune de l’ONU. On se demande quand Macron, sûrement consentant puisqu’il ne dit mot, ainsi que beaucoup de français qui en font le fleuron de leur campagne électorale, vont nous en informer, sachant qu’au train où vont les choses, le nouveau virus n’en finira certainement pas en temps utile… avant que des cochons de sceptiques ne l’en empêchent.

  • Nourrir sa population est un besoin vital et également stratégique. Là aussi on affaiblit notre agriculture par des mesures écolos débiles sans se poser de question.

  • il n’est pas impossible qu’un gros black-out avec quelques conséquences bien morbides rappelle à quelques idiots politiques la nécessité d’une énergie fiable, abondante et bon marché.

    Techniquement, cela va finir par arriver ! Dommage pour ceux qui y passeront…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le réseau européen est fragile, et la guerre en Ukraine n’arrange rien mais n’en est pas la cause. Il le restera encore pour longtemps car le problème est structurel et découle directement de vingt ans d’incurie des dirigeants européens.

 

Qu’est ce qu’un black out ?

Comme son nom l’indique, un black out c’est la plongée dans le noir d’une zone géographique par une coupure générale du réseau électrique, avec une mise hors service de tout ou partie de l’appareil de production.

C’est un évènement accidentel, dû à une p... Poursuivre la lecture

Tétanisé par le spectre d’une catastrophe socio-économique sans précédent, le pouvoir panique.

Dans son courrier au PDG d’EDF daté de vendredi 4 novembre 2022, Agnès Pannier-Runacher lui demande « de tout mettre en œuvre pour dégager de nouvelles marges de manœuvre permettant de passer l’hiver », ce qui, selon elle, « passe par la maximisation de la production renouvelable de l’entreprise » et par un recours accru « de manière anticipée à une puissance des concessions hydroélectriques » jusqu’ici limitée par l’existence d’une redevance... Poursuivre la lecture

Depuis dix ans, tout ce que la France compte d’experts en énergie crie dans le désert. Le système médiatico-politique a fait la sourde oreille.

 

Trois exemples parmi tant d’autres

La Commission Percebois/ Mandil : rapport sur l’Energie à 2050  (Février 2012)

« Le ministre chargé de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique a demandé le 19 octobre 2011 à Jacques Percebois, professeur à l’université de Montpellier 1, de présider une commission pluraliste et ouverte, avec comme vice-président Claude Mandil, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles