Éoliennes, la face noire de la transition écologique

Un ouvrage qui dénonce avec précision et efficacité l’inutilité, voire la nocivité des éoliennes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Eoliennes-Tétard Olivier-(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Éoliennes, la face noire de la transition écologique

Publié le 21 octobre 2019
- A +

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article de l’Iref-Europe

Dans cet ouvrage, Fabien Bouglé ne se contente pas de déplorer les atteintes des éoliennes à nos paysages et au charme de nos campagnes, il ne remet pas non plus en cause l’intérêt possible d’un combat pour réduire l’empreinte carbone, mais il dénonce avec précision et efficacité l’inutilité, voire la nocivité des éoliennes.

Son analyse méthodique et percutante démontre que les éoliennes sont plus polluantes que ses promoteurs ne l’avouent.

Leur construction est consommatrice de terres rares dont l’extraction est généralement outrancièrement dévastatrice de la nature et des ouvriers qui s’y consacrent.

Leur durée de vie est courte et leur démantèlement à échéance de 20 ou 25 ans risque de produire des déchets difficiles et coûteux à traiter.

Leur production intermittente d’énergie, dégressive avec l’usure du temps, oblige bien entendu à maintenir en activité des centrales consommatrices d’énergie fossile. Elles produiraient même un effet local de réchauffement…

Les effets sur la santé de ces nouveaux moulins paraissent également inquiétants. Les plaintes des riverains se multiplient contre les effets néfastes de ces engins qui produiraient des infrasons attentatoires à la santé des hommes comme à celle des animaux. Leurs pales tuent les oiseaux en série et font disparaître les chauves-souris qui pourtant jouent un rôle essentiel dans la protection de nos écosystèmes. Et leur implantation en mer nuit à la faune marine et à la profession des marins pêcheurs. Elle fait également fuir les touristes et donc globalement elles portent atteinte à l’emploi qui n’est pas compensé par celui que leur implantation suscite.

En outre, la politique française d’encouragement à l’installation d’éoliennes coûte une fortune. La politique publique a convenu de soutenir ces projets en subventionnant le prix de l’électricité éolienne à des niveaux très élevés et supérieurs à ceux de nos voisins. Alors que le prix moyen du mégawhattheure a été de 45 euros en 2017, les prix de rachat consentis aux producteurs d’éolien marin sont, après renégociation l’an dernier, encore très supérieurs aux prix de marché puisqu’ils ont été arrêtés par exemple pour le projet d’Yeu à près de 175 euros tout compris. Au total, les engagements pris par le gouvernement représenteront un coût pour les vingt prochaines années, à la charge des consommateurs électriques et des contribuables, d’environ trente à quarante milliards pour l’éolien terrestre et trente et un milliards pour l’éolien marin.

Alors pourquoi une telle gabegie, pourquoi un tel acharnement à vouloir installer des éoliennes non seulement peu utiles mais dangereuses, polluantes et ruineuses ? C’est là que Fabien Bouglé dévoile le dessous des cartes. Cette politique de destruction massive de l’environnement est soutenue par les écologistes parce qu’ils y ont un double intérêt idéologique et personnel.

Les apologistes de l’énergie du vent sont des idéologues étatistes. Ils veulent que l’État nous gouverne en tout.

L’auteur note :

C’est sous le prétexte de la transition écologique que les États occidentaux se sont mis à dépenser des centaines de milliards d’euros, accentuant les déficits publics des pays concernés au détriment de citoyens rackettés via leurs factures d’électricité ou d’essence.

Et via la fiscalité. Ils en font une religion pour sauver la planète et ils désignent leurs prophètes que des enfants incarnent jusque devant les instances onusiennes plus ébahies qu’elles ne le seraient devant Bernadette Soubirous. Et pour eux, ce combat justifie tous les reniements de la démocratie élémentaire : ils permettent aux commissaires enquêteurs d’être rémunérés par les sociétés éoliennes dont ils doivent apprécier les projets ; ils ont supprimé les recours devant les tribunaux administratifs pour gagner du temps dans la procédure ; ils ne suivent jamais les avis des consultations publiques, même très majoritaires ; quand une association dont la consultation est obligatoire donne un avis hostile au projet, ils suppriment cette obligation de consultation…

Mais ils n’oublient pas leurs intérêts personnels. Les cas de prises illégales d’intérêt des élus ne se comptent plus. Les sociétés de production éolienne arrosent largement les associations, les élus, les professionnels pour gagner leur adhésion. Des ONG comme Greenpeace ou WWF ont elles-mêmes des intérêts dans des sociétés éoliennes qui permettent de mieux comprendre leur volonté de favoriser à tout prix cette politique dans une totale ambiguïté.

Fabien Bouglé note encore :

La vérité est que l’industrie éolienne n’est pas du tout écologiste mais répond à une logique de profit exclusif en faveur des promoteurs éoliens par des montages financiers couverts par la politique écologique des États.

Les liens entre les élus, parlementaires, ministres écolos et les promoteurs éoliens sont fréquents. Cosa Nostra serait même lourdement impliqué dans nombre de projets financés par l’Union européenne. Là où il y a de l’argent public et des affaires, les profiteurs sont toujours à l’affût. C’est ce qu’on peut appeler le socialisme de connivence.

Heureusement, certains pays commencent à comprendre les dangers de cette folle politique en faveur de l’éolien. Les États-Unis, qui ont déjà plus de 14 000 éoliennes hors service dont ils ne savent que faire, et la Russie expriment désormais leur scepticisme. La Pologne a annoncé avoir mis fin à l’installation d’éoliennes sur son territoire. L’Allemagne commencerait à en démanteler. Puisse cet ouvrage ouvrir les yeux des Français et de leur gouvernement.


Sur le web

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • Un politicien francais ne voit rien n’ecoute rien mais il cause et il encaisse….et nous on paie par prelevement automatique et obligatoire et on met le bulletin qu’on nous dit de mettre dans l’urne.
    Sinon, la vie est belle ,bientot les elections municipales , vous allez en manger de l’ecologie ,matin midi et soir.

    • L’Europe est gouvernée par des incompétents corrompus qui ont imposé les énergies intermittentes à coup de subventions et de tarifs imposés : on ne fait pas mieux pour empêcher la concurrence et saboter l’efficience des marchés (qui dépend de la liberté des prix).
      La solution existe et elle est appliquée par les USA : exploiter les hydrocarbures non conventionnels.
      Résultat :
      – l’amérique a conquis son indépendance énergétique.
      – l’offre mondiale d’hydrocarbures excède la demande
      – l’OPEP n’a pluS de pouvoir
      – les pays islamistes du golfe voient leurs ressources financières s’assécher pour financer le terrorisme.
      – les récentes attaques de l’Iran pour couper l’approvisonnement en brut d’Arabie Saoudite n’a pas eu d’effet notable et durable sur les cours du brut.

      Mais en Europe on préfère interdire l’exploitation des hydrocarbures (pétrole, gaz de schiste) pour sauver la planète.

      Moralité : les écologistes sont les idiots utiles du terrorisme islamiste.

  • on ne doit pas oublier que nous avons une génération antinucléaires de type élitiste qui a seriné depuis des lustres que il y avait une alternative au nucleaire..et au charbon pour produire de l’électricité.

    d’un autre coté cette m^me élite qui fut anti bagnole appuie sur les méfaits de la pollution atmosphérique…en insistant sur la bagnole..

    si elle ne veut pas se l’avouer et en tous les cas ne pas l’entendre…

    selon sa propre métrique le nucleaire a sauvé des vies…
    certains disent beaucoup..

    selon sa propre métrique elle a tué en décourageant certains gouvernements de l’adopter…

    comment conserver un statut d’élite éclairée avec ça…??

    cette pseudo élite n’a pas le choix..elle est ridiculisée ou pousse ce projet absurde…

    Ce n’est qu’une question d’argent que pour une minorité..
    le reste suit par orgueil..

    le « reste » c’est l’ami , le parent éduqué que vous connaissez au quel vous avez expliqué cent fois les m^me choses…

  • hérétique! vous serez brûlé en place de gréve!

  • Selon le principe des vases communicants, si les éoliennes nous coûtent une fortune, elles en rapportent la même à d’autres.
    Ecolos-grand capital même combat ? ou oeillères et incompétence à tous les étages ?

    • Même pas: il y a bien certaines entreprises qui bénéficient de la manne, mais le surcoût engendré par ce mode de production d’électricité est surtout gaspillé: ce sont des pertes de ressources qui auraient été bien plus utiles ailleurs.

      • Utiles où ?
        C’est un enorme probleme de trouver une cause juste et financierment positive dans une societe en fin d’existence comme la notre !

        • Utiles n’importe où, c’est à dire là ou un privé l’aurait décidé.
          mais voilà, l’état sait mieux que quiconque ce qu’il faut faire.
          Comme dans une dictature, et là encore, cela peut être plus libre.

  • La plus grosse escroquerie de tous les temps et il n’y aura pas de coupable!

  • Macron, fin 2018, dans son premier discours aux gilets Jaunes a vanté les merites des eoliennes.
    On mesure le degré de connerie et de pollution mentale qui regne dans la tronche de nos énarques.

  • Plutôt que de s’imposer des règles non tenables et coûteuses… Ne peut-on pas établir à l’échelon national (voir de l’UE) des lois d’urbanismes intégrant un devoir d’autonomie tous les toits équipés de panneaux (assurant au moins une consommation nulle des communs) éventuellement d’éoliennes verticales pour les immeubles tendre vers une conso annuelle nulle pour les nouveaux lotissements et les maisons individuelles (passant bien sûr sur l’isolation).
    Imposer au grandes et très grandes propriétés (agricole entre autres) de mettre des panneaux sur les hangars sur les écoles et collèges pour les communes, etc. ERDF rachetant aux tarif de la vente (1 Watt consommé = 1 Watt fourni pas de subvention, mais, au contraire, augmentation de la taxe sur la consommation excédentaire)…
    Taxation plus importante des bailleurs de logements en fonction de la consommation énergétique de leur bien.

    • Avec nos énarques, ça risque de venir. En pratique, non, on ne peut pas. Parce-que les climats en France sont variés, qu’il y a effectivement des endroits où ça aurait du sens, mais d’autres où ça n’en aurait aucun – un conseiller en énergie avait répondu à ma femme qu’habitant dans les Yvelines mettre un chauffe-eau solaire ou un panneau photovoltaïque sur notre maison n’apporterait rien, compte-tenu de l’ensoleillement dans notre région.
      Dans tous les cas, ce que vous proposez est bien beau mais… on a toujours le même problème : pas de vent, pas de soleil, on fait comment pour charger l’auto électrique si on n’a pas des grosses centrales capables d’alimenter le réseau ?

    • Prenez garde, vous allez devenir un vrai libéral en imposant autant de contraintes différentes que celles dont vous critiquez l’inutilité . Il ne vous vient même pas à l’idée de foutre la paix aux gens et de les laisser se débrouiller seuls? Il suffirait de faire en sorte que les producteurs d’EnR assurent la distribution de leur fumisterie hors de prix par des réseaux non connectés au réseau principal ainsi que la fin des prix imposés pour le rachat par EDF pour que les bobos et autres verdâtres comprennent très vite leur douleur et que ces marchands de vent mettent la clé sous la porte .

    • « Plutôt que de s’imposer des règles non tenables et coûteuses… »
      C’est exactement ce que vous proposer, des règles intenable et coûteuses.
      Pour les panneaux solaires, ont semble toujours oublier qu’on ne peut les mettre n’importe comment. Ont doit les placés avec une inclinaisons qui varie selon la latitude (l’incidence des rayons du soleil ne sont pas les même selon cette dernière). Si l’on ne respect pas ce fait il y a une perte de rendement (sachant que le rendement est déjà pas énorme) et si on respect cette inclinaison, cela limite le nombre de panneaux que l’on peut mettre (on ne peut recouvrir toute la surface d’un toit, et il faut respecter une distance entre chaque rangé pour éviter qu’ils ne se fasse de l’ombre). Ensuite il faut entretenir ces panneaux, la poussière qui s’accumule dessus réduit encore plus le rendement. A rajouter que lorsque le temps est nuageux la production baisse et que pendant la nuit elle est nulle.
      Pour éoliennes, leurs utilités à déjà été démonté. En rajouter autour des immeubles ne les rendras pas plus productive.
      Ce projet coûterait très chère pour un bénéfice encore plus limité. Et il nécessiterais des production d’appoint comme du gaz, du fioul ou du charbon.
      L’autonomie énergétique au niveau d’un pays est un mythe, il en est de même au niveau d’une ville ou d’un quartier.

    • Il n’y a déjà plus aucune liberté dans ce domaine, alors si vous rajoutez des contraintes supplémentaires, ils ne faudra déjà pas vous plaindre des effets négatifs. On nous a déjà fait gaspiller près de 10 ke pour une étude énergétique, pour des prunes.

      Il vaut mieux faire de la publicité et laisser les investisseurs prendre leurs responsabilité au lieu d’infantiliser tout le monde.

  • cette transition écologique n’est qu’une gigantesque escroquerie, qui n’existe que grâce à l’incurie (ou la complicité) de nos dirigeants politiques à tous les niveaux.

    j’espère un retour de flamme sur ces gens-là !

    au moins, ce livre l’explique clairement.

  • Surtout un politicien ne comprend rien, et ne voit que la prochaine échéance électorale, et faire plaisir à ceux-ci et ceux-là lui rapportera tant de voix ! D’autant que c’est toujours facile d’offrir des cadeaux que d’autres paieront ! (la populace abonnée au service de l’électricité !)
    Maintenant les gogos auxquels sont destinés ces cadeaux démagogiques nous expliqueront comment ils sélectionnent leur électricité dite verte dans les fils d’alimentation !
    Où se trouvent ces 3 à 5 % d’EnR dans les câbles ! Et si les 97 à 95 % d’électricité nucléaire (des 75 % servie) ne polluent pas trop cette vertitude ! Où alors les EnR se collent-elles contre le côté gauche du câble tandis que les sales se blôtissent contre le côté gauche ?
    Quant aux requins de l’éolien ils rigolent bien mais empochent le pactole ! Le commerce c’est d’une part des malins d’autre part des gogos. S’il y a plus de gogos que de malins c’est le jackpot !
    Si les gogos n’ont pas le choix, ça se corse, car là cela se nomme racket, extorsion, vol au coin du bois !
    Et la voilà la belle arnaque dorée et juteuse, car l’éolien ne sert strictement à rien pour la préservation du climat ou de la planète c’est même tout le contraire !

  • Que les éolienens soient une vaste escroquerie, d’accord.
    Ce n’est une raison pour écrire des sottises.
    1. seules les éoliennes du type Enercon ont besoins de terres rares pour leurs aimants permanents. Toutes les autres, à multiplicateurs et à générateurs asynchrones n’en utilisent pas.
    2. réchauffement au voisinage des éoliennes, une sottise racontée par des écolos anti-éolien (si, si, il y en a aussi)
    3. les pales tuent des oiseaux. En fait très peu et beaucoup moins que les chats domestiques. Doit-on éradiquer les chats?

    • je suis entre les deux , vous n’apportez pas une réfutation qualitative mais quantitative….

      mais en effet.. on ne peut pas si facilement que ça comparer deux modes de production d’électricité.. un écolo peut vous dire qu’il vaut mieux tuer la moitié des chauves souris que de devoir supporter des déchets nucléaires au fond d’un mine…

      le gros problème de l’éolien est ailleurs , en premier intermittence…et on se demande bien comment des gens peuvent penser un système autour de ce genre de truc..on peut peut être en intégrer… on parle des allemands…mais la part des intermittents n’est pas si élevée que cela ;..mais..si en plus du coût on doit tenir compte d’une multitudes de paramètres… c’est pas décidable sur des bases purement rationnelles..

    • Le problème des générateurs asynchrones, c’est que si on les multiplie, le réseau n’est plus stable. Il faut bien que quelque part on fixe la fréquence…et bonjour la maintenance du multiplicateur….

  • Un autre ouvrage dans ce sens, par un vrai écologie, sur un site très écolo militant: https://reporterre.net/Le-mythe-de-l-energie-eolienne

  • Il ne faut pas compter sur l’ouverture des yeux des français. Ainsi que l’on a pu le constater depuis des dizaines d’années, je pense à la montée du nazisme et aux accords de Munich, au front populaire et à la guerre de 39-40, à la ligne Maginot et au vote communiste après le pacte Germano-soviétique, etc… RIEN ne leur permet d’entrouvrir ne serait-ce qu’un oeil.

  • « Les liens entre les élus, parlementaires, ministres écolos et les promoteurs éoliens sont fréquents »
    Ouais un peu facile des nom ou faut rien dire.
    De toute façons c’est comme d’hab, dans 10 ans elle seront à l’arret , a peu pret 10 ans sur les USA .. 🙂

  • Tant que l’industrie éolienne n’aura que des opposants disposant d’arguments aussi caricaturaux (les oiseaux, les touristes, les infrasons, les centrales thermiques en appui,…) elle n’a pas trop de soucis à se faire !
    Quelques rappels :
    – le premier prédateur des oiseaux, c’est le chat, suivi de la paroi vitrée, loin, très loin devant l’éolienne
    – le touriste ne fuit pas les champs éoliens, au contraire, il suffit de voir le succès de la ferme de Bouin ou de toute visite organisée sur dans des parcs ; il y a un vrai marché pour le tourisme industriel ; ce fantasme me rappelle celui du pont de Millau lors de sa construction, c’en était fini de la vallée prétendait-on, c’est le contraire qui s’est produit
    – les infrasons… vaste blague ; les mêmes qui dénoncent les infrasons ne manquent pas en général de se gausser en même temps des « electro-sensibles ». Voilà le jugement de l’Académie nationale française de médecine : «Au-delà de quelques mètres de ces engins, les infrasons du bruit des éoliennes sont très vite inaudibles. Ils n’ont aucun impact sur la santé de l’homme. Cette peur des infrasons est entretenue, notamment sur Internet, par la référence à une publication de Gavreau datant de 1963. Ce travail ancien vient d’être analysé par G. Leventhall ; il en a repris tous les éléments, en en faisant méthodiquement la critique. Il a pu montrer que la méthodologie employée était inadmissible et ses conclusions inacceptables, au regard des exigences actuelles d’un travail scientifique. »
    – le coup des centrales thermiques… autre vaste blague. Il suffit, pour démontrer l’inanité de cette affirmation de regarder l’évolution de la production électrique en France et en Allemagne, par ex. Pendant qu’on construisait des parcs éoliens et que les ENR progressaient dans le mix énergétique, on n’a pas augmenté le recours aux centrales thermiques, on l’a diminué ! Cet argument ne résiste pas 3 secondes à un simple examen des faits…

    • Concernant l’Allemagne, pas de nouvelles centrales thermiques, effectivement, mais celles-ci restent encore largement utilisées en back-up, et aussi un peu d’importations de temps en temps : https://www.energy-charts.de/power.htm

    • Sauf que les infra-sons se mesurent. Ce n’est pas aisé, certes, mais bien possible.
      Et le phénomène s’explique très bien.

      • Ils ont même été photographiés par temps de neige (donc par contraste et déplacement des molécules de neige) par une université américaine !
        Et oui ils se mesurent puisqu’ils l’ont été chez moi ! Comme d’ailleurs les infrasons d’un simple silo situé dans la même zone !
        Et je peux dire « à l’oreille » (si l’on peut dire) que ceux des éoliennes pourraient être représentés des des rangées de fil de fer barbelés, un son hérissé, très désagréable, alors que les infrasons du silo (classé ICPE aussi) sont plus lisses, plus ronds, moins insupportables, mettant moins les nerfs en pelote !
        On peut encore dormir presque normalement avec ces derniers, quant aux autres c’est juste l’enfer à domicile ! Autrement dit la torture ! Laquelle est interdite dans notre pays comme le stipule les Droits de l’H à l’article 6, sous-article 3.
        Qu’on se le dise dans les chaumières impactées !
        Et qu’on le dise aussi aux vaches qui crèvent par centaines ! ces pauvres écervelées ! (ayant le tort d’écouter de la propagande anti-éolienne !)
        Peut-être aura-t-on davantage pitié du cheptel que de l’humain qui ne représent aucune valeur marchande !

      • Bien sûr que ça se mesure, il s’agit des fréquences inférieures à 20 Hz. Mais le fait que ça se mesure ne signifie pas que c’est dangereux. Pour info, le vent, les vagues émettent aussi des infrasons. Le danger éventuel des infrasons vient de leur puissance, comme pour les sons, pas du fait qu’il s’agisse d’infrasons.

        • oui…mais la nuisance causée par une sensation a aussi un caractère psychologique..quand une sensation semble inexorable vous pouvez devenir fou.. par contre d’accord avec vous pour insister sur le coté secondaire et accessoire des arguments..
          l’éolien est avant tout un mauvais moyen de produire quand on veut.

          • Vous n’avez pas tort sur les aspects psychologiques. Les mauvaises langues prétendent que les seules personnes que les infrasons des éoliennes pertubent sont les anti eoliens !

            • on est tenté d’établir un parallèle avec les ondes électromagnétiques..

              sauf que pour les electrosensible la capacité à percevoir n’est pas requise..

              mais on peut entendre les éoliennes..donc rien à voir..

              et les nuisances avec le son ou les vibrations mécaniques sont vicieuses..je ne sais pas..

              mais si une personne est capable de percevoir alors comprendre sa réponse est compliqué..

              le bruit ou les vibrations d’une pompe à chaleur peuvent empêcher de dormir.et après quelques nuits ça peut rendre dingue..

              je n’ai sinon jaais regardé cela deprès..

              les arguments anti éoliens pour moi sont ailleurs.. d’ailleurs je n’ai pas d’arguent anti éolien à proprement parler…

    • on ne doit pas mettre toutes les enr dans le même sac…brûler de la biomasse est un moyen « correct »…l’hydroélectricité itou..

    • Vous confondez KW et KWh…. les éoliennes fournissent des kWh juste quand elles veulent bien. A la point d’hiver, on a besoin en plus de KW, alors, sans vent, il faut des centrales classiques. L’Allemagne a encore du nucléaire, du charbon, du lignite, du gaz, de la biomasse, plus qu’elle n’en a besoin à sa point d’hiver.

  • En France, la transition énergétique habilement adossée au changement climatique permet aux politiciens de verdir l’image de leur politique. Elle permet aux écolos et particulièrement aux ONG (Greenpeace et Y. Jadot, le WWF, France Nature Environnement…) de verdir également leur image mais aussi consolider leur opposition acharnée à l’électricité d’origine nucléaire. Tout ceci malgré un bilan environnemental nul et un effet sur la production la diminution de CO2 encore plus nul.

  • Moi non plus j’en ai pas fini ! Là je vous réponds mon oeil, oui justement qui est parfois plein d’eau au réveil ayant réagi toute la nuit aux infrasons, mais je vous réponds surtout : mes oreilles, mais comme déjà expliqué, et que vous le vouliez ou pas (oh vous ne voulez pas !) certaines personnes ont des sens plus développés et entendent les infrasons (et les ultrasons aussi d’ailleurs) !
    Je connais des cas qui les entendent jusqu’à 11 kms de leur lieu d’émission, moi-même j’ai testé que jusqu’à 9 kms.
    Alors le baratin sur l’innocuité des infrasons vous repasserez ! car c’est la perte du sommeil, les migraines, l’oppression de la cage thoracique, puis viennent les vertiges, les acouphènes, parfois les nausées, puis les microvibrations des membres inférieurs (le stade où j’en suis) et parfois des réflexes s’apparentant à l’épilepsie !
    Je passe sur les pertes de mémoires, les confusions diverses et l’épuisement. Sinon en effet ce n’est rien du tout ! Bénin !
    Juste une torture !
    D’ailleurs, si les nazis utilisaient les infrasons pour torturer c’est que cela fonctionnait car ils étaient assez pragmatiques !
    Et les infrasons sont classés comme arme non létale dans l’armée. Jusqu’à quel point ?
    Mais tout va très bien ! Tout va très bien !

    • ce n’est pas tout à fait ce qu’on vous dit..l’infrason est APPAREMMENT bénin…mais tout le monde peut comprendre combien le supporter le SUBIR peut être néfaste..
      il est simplement difficile de séparer ici physiologie et psychologie .

      votre souffrance n’a par exemple rien à voir pour moi avec celle ce ceux qui se disent électrosensibles ..
      recevable selon moi.. mais difficile à trancher.

      • on peut regarder ailleurs ( et détourner les yeux d’un téléphone ou truc émetteur d’ondes) mais on ne peut pas ne pas sentir ..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce 8 juin 2022, le Parlement européen a voté en faveur de la proposition de la Commission européenne d’interdire en 2035 au plus tard la vente de véhicules thermiques y compris pour les camionnettes et les hybrides. L’Italie est parvenue à obtenir une dérogation pour les voitures de luxe et de sport (Maserati, Ferrari). Le Conseil de l’UE doit à présent adopter la proposition. La volonté de se passer de pétrole et surtout du diesel russe favorise cette décision malgré la dépendance chinoise qui pointe sur les batteries et les matériaux qui le... Poursuivre la lecture

Plus ça rate, plus ça a des chances de marcher. L’Allemagne fait sienne cette devise Shadock. En effet, Robert Habeck, ministre de l’Économie, de l’Énergie et du Climat, se répand dans la presse, comme par exemple dans cet article de La Tribune.

« Conscient de l'urgence de s'en défaire, (de la dépendance russe) le gouvernement ne compte cependant pas opérer de tournant majeur. Mais entend accélérer dans la stratégie d'Energiewende déjà entamée sur le territoire depuis près de vingt ans, qui consiste à investir abondamment dans les reno... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

Une étude gouvernementale norvégienne remet en cause la rentabilité du plus grand projet éolien en mer (offshore) au monde situé sur un banc de sable (le Dogger Bank) au nord-est du Royaume-Uni.

Un secteur d'activité peu prometteur

Le projet mené par Equinor, le géant norvégien du pétrole et du gaz représentera une puissance installée de 3,6 gigawatts (GW) une fois achevé, et pourrait déboucher sur un désastre financier.

Selon Petter Osmundsen, professeur à l'Université de Stavanger (Norvège) « Dogger Bank... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles