Légion d’honneur au président de BlackRock France : nouvel épisode de la connivence française

Avant de sortir nos retraites de la répartition, commençons par sortir notre économie de la connivence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ceremonial Necklace of the Order Of the Legion of Honour by Wally Gobetz (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Légion d’honneur au président de BlackRock France : nouvel épisode de la connivence française

Publié le 6 janvier 2020
- A +

Par Jonathan Frickert.

Ce jeudi, le mouvement contre la réforme des retraites a pulvérisé le record de 1986 en entamant sa cinquième semaine. Cette rentrée s’annonce donc cruciale. Le gouvernement mise aujourd’hui sur des négociations par corporations afin d’éteindre progressivement le mécontentement, au point d’interroger sur le maintien de l’universalité au cœur du projet.

Depuis quelques semaines, ce conflit a vu apparaître un tiers bien encombrant : le gestionnaire d’actifs BlackRock.

Un éléphant dans un magasin de porcelaine médiatique. C’est ainsi qu’on pourrait qualifier cette société depuis que le JO du 1er janvier a indiqué qu’un certain « président d’une société de gestion d’actifs, ancien vice-président et directeur général délégué d’un groupe industriel énergétique » était promu au grade d’officier de la Légion d’honneur sur le contingent de Matignon. L’homme en question n’est autre que Jean-François Cirelli, président de la filiale française de la société qui fait chauffer les claviers depuis bientôt un mois et déjà chevalier de l’Ordre depuis avril 2006.

Matignon feint la coïncidence. Or, l’entourage du Premier ministre avoue avoir été conscient du risque. Il évoque ainsi un problème de timing. Difficile à croire quand on sait que la validation des décorés dépend directement du Président de la République.

Avec BlackRock, les opposants à la réforme des retraites ont trouvé un nouvel angle d’attaque. L’évocation d’un « risque » de capitalisation est porteur dans un pays mythifiant son modèle social. Cette affaire révèle pourtant tout autre chose qu’une simple opposition entre deux visions de l’assurance vieillesse. Elle renvoie en réalité à la nature même du capitalisme français.

Un épouvantail nommé BlackRock

Quelle mouche a pu piquer simultanément le socialiste Olivier Faure, le communiste Fabien Roussel et le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan ?

La levée de boucliers a touché une bonne partie du paysage politique. Depuis quelques jours, le nouvel officier de la Légion d’honneur est accusé d’être un des principaux lobbyistes de la retraite par capitalisation. Le principal intéressé s’en défend, mais est bel et bien devenu malgré lui le symbole de l’opposition à la réforme des retraites.

Depuis le début du mouvement, les syndicats jouent sur la peur de voir s’effondrer la retraite par répartition. Cette accusation fait sourire lorsqu’on connaît la philosophie qui sous-tend la retraite par points que souhaite mettre en place le gouvernement.

BlackRock est considéré comme le principal gestionnaire privé d’actifs du monde, gérant le double de ses principaux concurrents : Vanguard Asset Management et State Street. Créée en 1988, la société a bénéficié d’une forte croissance traversant sans encombre la crise de 2008. Cet adversaire est tout trouvé pour des sociaux-démocrates qui ont la bave aux lèvres d’excitation quand il s’agit de le pointer du doigt et de rage quand il s’agit d’en féliciter les mérites.

La société compte plus de 16 000 employés répartis dans 30 pays et gère près de 7000 milliards de dollars. Son principal fait d’armes reste toutefois sa capacité de conseil, critiquant régulièrement le court-termisme de Wall Street et surveillant les actifs toxiques rachetés par le contribuable américain après la crise financière.

BlackRock ne limite cependant pas ses interventions au domaine financier. Il y a deux ans, la société a très symboliquement lancé des produits d’investissements interdits aux acteurs du commerce des armes à feu. Une démarche démagogique, mais relevant du libre choix d’un opérateur privé.

Cette influence fait peur, en particulier en France. Certains craignent une prise de pouvoir des fonds de pension sur les caisses de retraite, se fondant sur une note publiée en juin dernier par le gestionnaire d’actif et se félicitant de la loi Pacte. Le texte simplifie en effet depuis le 1er octobre 2019 la fiscalité et les conditions de sortie de l’épargne-retraite.

Dans ce sens, une mesure du projet de réforme des retraites attire tous les regards. Elle prévoit en effet d’abaisser le seuil d’exclusion de cotisations. Actuellement, au-delà de 8 plafonds annuels de la sécurité sociale (PASS) – un peu plus de 24 000 euros par mois – vos cotisations deviennent non contributives : elles ne vous ouvrent pas de droit à la retraite. Le gouvernement souhaite abaisser ce seuil à 3 PASS, soit 10 000 euros bruts mensuels afin de diriger les personnes concernées vers des plans d’épargne privée.

Un marché devrait donc s’ouvrir permettant aux banques, assurances, organismes de prévoyance et mutuelles de proposer de nouveaux produits. Une incitation similaire à ce qui existe en Allemagne et en Suède depuis une vingtaine d’années.

L’opposition entre répartition et capitalisation n’est cependant que la partie émergée de l’iceberg. Le principal problème que pose la nomination de Jean-François Cirelli est plus profond, car elle rappelle la connivence qui gangrène le pouvoir en France.

Une carotte aux courtisans

Si l’exécutif avait voulu faire plaisir aux populistes, il ne s’y serait pas pris autrement. C’est du moins ce que se murmurent de plus en plus de députés de la majorité. Ceux-ci semblent conscients de l’impact des entrées privilégiées de la société à l’Élysée sur la réforme des retraites.

Plusieurs cadres de BlackRock auraient ainsi été reçus en catimini fin 2017 dans le salon Murat, salle du Conseil des ministres devenue salle de réception sous la présidence Macron. Une seconde rencontre plus officielle se serait tenue cet été. Ajoutées au contingent de la Légion d’honneur du jour de l’An, ces rencontres ne font que conforter un peu plus les théories du complot.

On savait que la Légion d’honneur avait perdu de sa valeur initiale. Institué par Napoléon pour récompenser les mérites « éminents acquis au service de la nation », l’Ordre est devenu une carotte destinée aux courtisans et personnalités du divertissement, à la manière de la présentatrice Daniela Lumbroso il y a tout juste 10 ans ou du chanteur Elton John en juillet dernier. Si la perte de valeur de cette décoration n’est pas une nouveauté, quelques-unes des 487 nominations de la promotion civile du 1er janvier font tache.

Au milieu d’ex-collaborateurs du parti présidentiel et personnalités médiatiques dont l’intérêt de la nomination ne saute pas aux yeux, plusieurs proches d’Emmanuel Macron issus du monde économique ont été décorés. On retrouve ainsi plusieurs familiers du président de la République venus de la Banque Rotschild tels que Grégoire Chertok, négociateur de la vente d’Alstom Énergie à General Electric, ou Serge Weinberg, qui introduisit Emmanuel Macron au sein de la banque.

Autant de noms qui sifflent aux oreilles. Pour cause, ces deux derniers sont, comme beaucoup, proches des cercles du pouvoir. Le premier est un ancien conseiller régional d’Île-de-France quand le second est issu de l’École nationale d’administration (ENA).

Une mainmise politique et financière

Les liens qu’entretiennent en France personnalités politiques et économiques de premier plan ne sont pas non plus une nouveauté. L’ENA a été créée à l’origine pour renouveler les élites nationales après le traumatisme de l’Occupation. Le poids de ce qu’on appelle désormais l’énarchie sur l’appareil d’État français n’est plus à démontrer. Cette situation est bien différente de ce que connaît par exemple l’Allemagne ou l’Espagne, mais proche de la Grande-Bretagne avec « l’Oxbridge », désignant la prédominance des diplômés d’Oxford et Cambridge dans l’élite britannique.

En France, plusieurs promotions se sont passé le relais du pouvoir. Après la promotion Voltaire qui domina la présidence Hollande, c’est désormais la promotion Senghor de 2004 qui domine le paysage. La promotion avait commencé à faire parler d’elle à l’occasion de ses dix ans, coïncidant avec l’émergence d’Emmanuel Macron.

Occupant des postes habituels dans les grands corps de l’État, plusieurs élèves de la promotion ont rapidement fait du pantouflage dans le secteur financier comme les groupes BPCE, Rotschild ou encore AXA.

Un habitué des cercles du pouvoir

C’est bien à cette catégorie que se rattache le président de BlackRock France. Proche du directeur de cabinet d’Édouard Philippe et d’une bonne partie de l’exécutif, Jean-François Cirellli est un ancien élève de l’ENA issu de la promotion Léonard de Vinci. Il y croisa notamment le futur président de Science Po Richard Descoings et la fille aînée d’Omar Bongo.

Ayant commencé sa carrière à la direction du Trésor avant de travailler dans les cabinets de Jacques Chirac puis de Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Cirellli a quitté l’administration en 2004 pour devenir PDG de Gaz de France au moment de sa transformation en société anonyme. Il contribuera à sa fusion avec Suez deux ans plus tard avant d’être finalement nommé président de BlackRock France fin 2015.

L’éternel colbertisme

L’attribution de la Légion d’honneur à un énarque proche du président de la République confirme un peu plus l’incroyable connivence qui gangrène l’économie française. Ainsi, bon nombre de grands patrons viennent de la haute-fonction publique. Les manifestations de cette forme malade de capitalisme sont légion et transpirent largement sur la scène européenne.

Cette connivence questionne la nature même du capitalisme en France. Si le capitalisme rhénan est familial et le capitalisme britannique issu de l’aristocratie foncière, qu’en est-il du capitalisme français ? Ce dernier n’est jamais sorti du colbertisme ni des théories de Saint-Simon. Plusieurs grands patrons français sont sortis de la haute fonction publique. L’ENA talonne ainsi Polytechnique dans la liste des formations dont sont issus les dirigeants du CAC40.

À titre de comparaison, une grande partie des dirigeants des entreprises du Dow Jones viennent de cursus économiques et financiers. Une évidence quand on sait que l’École nationale d’administration est une quasi-exception et qu’elle n’existe pas aux États-Unis où l’enseignement supérieur est dominé par les universités tandis que la France s’enorgueillit de ses grandes écoles.

Sortir de la connivence avant de sortir de la répartition

L’encouragement à la capitalisation est profondément nécessaire en France. En particulier dans un pays d’épargnants malgré la baisse des taux d’intérêt de ces derniers mois. Cependant, il serait totalement inefficace tant que le capitalisme de connivence n’est pas éradiqué des structures du pouvoir politico-financier.

Outre BlackRock, d’autres acteurs intéressés par le marché de l’épargne-retraite sont actuellement dirigés ou codirigés par des énarques. AXA, Amundi (Crédit Agricole) et BNP Paribas pourraient bien se partager un gâteau religieusement coupé par le législateur au mépris des règles les plus évidentes d’une économie libre.

Avant de sortir nos retraites de la répartition, commençons par sortir notre économie de la connivence.

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • de quoi parle t on? des retraites des gens gagnant plus de 10 000 euros mois? O,001 % de la population française? Vous croyez que ces gens attendent la retraite par répartition pour vivre?
    soyons sérieux 5 minutes..
    Black-rock gère des actifs , ce n’est pas un fond de pension , et black rock france c’est quoi? çà gère quoi? c’est l’ex pdg de gaz de france , ce n’est pas non plus Georges soros..
    et l’assurance vie ce n’est pas un fond de pension? et la Prefon (accessible uniquement aux fonctionnaires) ce n’est pas une retraite par capitalisation?

    la France vit dans un capitalisme d’etat , comme la chine … l’etat français a des participations dans plus de 700 entreprises du secteur marchand , participations qui font de l’etat le premier actionnaire de france a qui on paye des dividendes tout en pleurnichant que les actionnaires s’enrichissent.. ah les boeufs!

    L’économie française est une économie administrée et ce depuis l’avènement e la 5 eme republique.. C’est bien plus que de la connivence c’est du collectivisme..
    La france aura ce qu’elle mérite : d’ailleurs le chaos precedent la faillite a deja commencé

  • Avoir des taupes au sein des gvts me semble très sain pour une société d’investissement .la bourse nécessite d’anticiper ,prévoir le futur et pour cela il faut être au coeur de l’action ….
    Y a vraiment pas de raisons d’avoir peur de blackrock si il abuse leurs concurrents le remettrons sur de bons rails ,axa ou autres ont aussi les moyens de faire pression.
    Ces sociétés d’investissements n’ont qu’un but faire prospérer la société ,autrement plus honorable que nos hommes politiques ne désirant que le pouvoir .

    • Encore faut-il qu’il y ait des concurrents…
      La connivence sert à ça: les éliminer ou les racheter.

      • Sans concurrence n’y a pas de bizness possible ,on ne peut pas boursicoter tout seul ..quoique mais ils faut une myriade de petits porteurs..pour ça la France n’est pas terrible d’où les performences du caca40

  • Le pantouflage, la consanguinité et la perversité qui les accompagnent sont devenus un élément génétique de nos institutions. Sur ce coup, on nous tord le bras pour rester poli , et on nous montre qu’on ne se gène pas pour le faire bien profondément.

  • recevoir la légion d’honneur en 2019…

    si c’est supposé « prouver » un complot …est ce que ça ne prouve pas que ces gens alors sont stupides?

    même pas..ils sont ailleurs au dessus de nous…ils planent..

    on leur met le nez dans leur « magouilles »..ils répondent comment osez penser que j’ai agi par souci de mon interet et non celui de l’etat vous portez atteinte à mon honneur… .
    ce n’est m^me pas leur « faute » dirai-je c’est la faute d’institutions défaillantes où les contre-pouvoirs sont absents..

    le simple fait de vouloir la légion d’honneur en 2019…

    • Bien d’accord avec vous, le simple fait de vouloir la légion d’honneur pose question. Un boulot bien payé, un placard doré, une fonction bénévole qui fait fréquenter du beau monde, un beau chèque… Tout ça se comprend. Mais la légion d’honneur…

      • Et le césar ou l’oscar ,en voilà de belles médailles que l’on s’arrache !
        Et oui dans ce milieu là faute de diplôme on expose ses médailles.

      • Il ne faut pas sous-estimer l’ego des individus. En effet, même si avec du recul, comme le dit très justement l’auteur, la légion d’honneur ne signifie plus rien, certaines personnes sont sensibles à ce genre de distinction.

  • en modération? pourquoi?
    ah parce que je ne suis pas d’accord?

  • Une histoire qui pue l’antiamericanisme primaire. Manquera plus qu’à trouver un ou deux Juifs à donner en pâture aux électeurs.

    On n’a pas entendu hurler les démagogues quand il s’est agit du marché des mutuelles complémentaires. Suis-je bête, elles ne sont pas dirigées par des Juifs ou des Américains.

    • Le démantèlement de l’assurance maladie au profit de fausses mutuelles accolées à des assureurs privés, c’est un autre scandale de la république. Le pillage s’est installé sournoisement au fil des ans, sans que nos médias dénoncent ce dérapage incontrôlé qui a abouti au premier naufrage de la solidarité sociale au profit du capital et des fausses mutuelles ; c’est aussi ce qui va se passer pour nos retraites.

  • En plus des éléments soulignés par l’auteur, je rajouterais soit l’amateurisme du gouvernement/président, soit, plus cyniquement mais sûrement plus proche de la réalité, le foutage de gueule complet.

    Je ne vois que ça pour vouloir mettre en place une telle réforme (enfin.. réformette plutôt) en pleine période des fêtes et de décorer de la légion d’honneur le président France de la plus grosse société de gestion d’actif.

  • la gangrène énarchique, étant ce qu’elle est, mon diagnostique est que la tête est touchée, et qu’il convient de l’amputer. (voir à ce sujet l’excellent livre de Jauvert : les intouchables d’état, bienvenue en Macronie) : qui détaille la cruelle réalité de cette pseudo-méritocratie-démocratie de mes deux, ou les grandes écoles font un entre soi, clairement « aristocratique » en trustant la totalité des postes juteux de la haute fonction publique. Le tout pour un coût faramineux, inconnu même des principaux intéressés. C’est l’omerta de la Mafia, rien qu’à la poste, il y a 150 cancrelats qui se rémunèrent plus de 150 000 euros par an, compris véhicule de fonction. A cela il faut rappeler que le conseil d’état (et d’autres) permet à l’énarque de devenir avocat, (d’affaires bien sûr), de se mettre en « disponibilité » traduisez = « quitter son poste sans démissionner. » pour se lancer avec un risque de dingue, dans la vie politique, ou dans les affaires, et vous aurez le sentiment métallique, au bout de la langue, et qui est la réalité suivante : que ces gens-là oui, ne peuvent rien connaître de la vie !

  • «Avant de sortir nos retraites de la répartition, commençons par sortir notre économie de la connivence.»

    Tout à fait ! Si la connivence existe c’est que nos institutions sont faibles (pour les hommes on le savait déjà) : trop de pouvoirs concentrés !

  • Tous les parasites collectivistes ont peur de voir disparaître leur fonds de commerce . Rien à craindre les énarques et députés à roulettes protègent leurs privilèges. Pourquoi les fonctionnaires ont-ils droit au régime ERAFP régime par point et capitalisation instauré par la loi Fillon de 2003 . Et le régime Prefon Drôle d’oubli . Mal récompensé l’auteur.

  • Il convient en effet de dénoncer la connivence entre nos dirigeants et certaines institutions financières. Mais cette connivence, dans laquelle l’Etat, bien que complice n’a pas forcément le dernier mot, existe aussi à l’échelon européen.
    https://solidariteetprogres.fr/documents-de-fond-7/economie/scandale-blackrock-lorsque-la-bce.html

    Par ailleurs, la démocratie américaine a été de plus en plus, depuis un siècle, l’otage d’un pouvoir financier et monétaire, désigné souvent par le terme « Etat profond », qui s’est arrogé le pouvoir jusqu’à décider de la politique étrangère du pays (voir par exemple les ouvrages de Peter Dale Scott).
    Les démocraties sont aujourd’hui très affaiblies – certaines plus que d’autres -, en grande partie du fait qu’à cause du jeu électoral, elle sont sensibles au pouvoir de l’argent.
    En effet, pour se faire élire, les politiciens doivent d’une part, financer de coûteuses campagnes électorales (et éventuellement pouvoir acheter des médias et des instituts de sondage), d’autre part « rétribuer » ensuite les financeurs, ce qui installe le capitalisme de connivence (le financement public est un enfumage car une campagne coûte bien plus cher que ce qui est officiellement remboursé). Enfin, il est obligatoire de faire au peuple des promesses en général coûteuses, ce qui rendra le futur gouvernement dépendant de la dette…
    Les libéraux doivent être vigilants: sous le prétexte – justifié – de s’opposer aux socialistes rouges, ils peuvent être les idiots utiles d’un « libéralisme » qui n’est que l’étendard d’une faction minoritaire cupide tout autant que totalitaire.

  • Trouver la légion d’honneur importante est vraiment un vice français

    En tant que fonctionnaire belge,j’ai obtenu l’équivalent
    Je m’en moque comme tout le monde

    • Vous vous en moquez parceque vous n’avez pas eu besoin de la marchander ! Une médaille du travail ne sert a rien mais une légion d’honneur est la preuve d’un bon carnet d’adresse.

  • Il est souhaitable que le retraite ne repose pas uniquement sur le répartition mais aussi sur la capitalisation dont BlackRock est un acteur important. Rien de choquant à ce que BlackRock joue un rôle.

  • Effectivement ce n’est pas choquant que Blackrock joue un rôle en France,La Légion d’Honneur il l’avait déjà ,c’est juste une évolution dans l’Ordre,et elle a été complètement dévalorisée malheureusement dans les années du miteux ….en la distribuant à tout le showbiz entre autres…
    Ce qui est choquant c’est la connivence décrite dans l’article,ce type a fait toute sa carrière dans la haute fonction publique en ayant validé les très bonnes retraites afférentes à ces corps (comme Hollande…),il n’a rien à faire dans le privé.

  • la légion d’honneur n’est pas ce qui coûte le plus cher aux contribuables français (maigre consolation) !

  • Cette attribution somme toute fort visible et qui fait tache, montre le capitalisme de connivence, tout en nous prouvant que le président fait ce qu’il veut avec ses courtisans… et qu’il nous crache éhontemment à la gu…e !

  • Ce qui retient l’attention de prime abord c’est l’affluence des sujets conflictuels .
    En effet 70 ans passé je n’ai AUCUN …. souvenir d’un pareil BORDEL dans le pays.
    Ceci dit ce qui a faillit m’étouffer c’est l’intervention d’un marcheur qui braille que tout ce que veut faire le pignouf existe déjà et qu’en conséquence il ne comprends pas les raisons de l’opposition.
    L’une des raisons sinon L.A. RAISON…. le pays en entier en a marre de ces branleurs et surtout de micron, qui veulent imposer violemment leur ignorance, leur cupidité et leur arrogance comme valeur universelle.
    Mon vœux le plus cher pour 2020 est que l’on puisse se débarrasser à une déchetterie de ces sous hommes politiques gavé d’argent public sinon d’autres pollutions….suivez mon regard. .!
    Il parait que la cotation de la vaseline au CAC 40 bénéficie d’une progression qui jusqu’alors était inconnue.

    • Les taux d’intérêt bas favorisent la valorisation des actifs. Le grandes entreprises en profitent pour détruire la concurrence.

    • La caste au pouvoir n’en a en réalité que fort peu. Le véritable pouvoir réside dans une oligarchie économico-financière dont nos gouvernants (par leur compromission quand même) sont les otages. Leur seul rôle est de faire accepter ce qui a été décidé ailleurs.

  • La Légion du déshonneur 🙁

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Suisse
3
Sauvegarder cet article
La réforme de l'AVS (assurance-vieillesse et survivants) passe de justesse

Alors qu'en France on s'interroge sur la procédure à suivre au Parlement – consultations ou passage en force, l'un n'excluant pas l'autre – pour réformer notre système de retraites qui en aurait grand besoin, et qu'on s'achemine vers une confrontation de muscles plutôt que de cerveaux, l'ensemble des Suisses en âge de voter s'est vu conférer le pouvoir de décision en vertu de la Constitution pour un objet et d'une demande de référendum pour l'autre.

(Sou... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Décembre 2019. Vous vous souvenez ? On ne parlait pas encore de Covid-19 et encore moins d’inflation, de prix de l’énergie et de guerre en Ukraine, mais le pays était déjà au bord de la crise de nerfs, encore une fois dans la rue, encore une fois dans le rapport de force syndical, les blocages, les TGV à l’arrêt et les vitrines cassées, pour s’opposer de toutes ses forces à la retraite universelle à points annoncée par Emmanuel Macron dans son premier programme électoral.

 

Ah, la France et son précieux modèle social !

Du d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles